Partagez | 
 

 La sirène du port de Strorybrook ♫ [PV Altaïr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: La sirène du port de Strorybrook ♫ [PV Altaïr]   Ven 11 Déc - 11:07





Sinbad & la sirène


« La sirène du port de Strorybrook ♫»


Elle avait été une sirène. Ou plutôt, elle était une sirène. Simplement, aujourd'hui, elle n'était pas dans son état naturelle. Au moins avait-elle retrouvée la mémoire de sa vie. Etait-ce une bonne chose ? Elle ne savait déjà plus ce qu'elle faisait quand c'était arrivé, ni où elle était. Il y avait juste eu cette puissante onde de choc qui l'avait traversé, et tout à coup, elle avait su. Restait encore à savoir où elle se trouvait. Et quelle magie étrange gardait son corps prisonnier de la terre ferme, ou bien libre hors des océans ? Limenia ne savait pas trop quoi en penser. Elle était une sirène, c'était sa nature. Mais elle devait bien avouer que ces petites jambes qui la portaient étaient plutôt sympathiques. Elle pouvait se mêler aux humains, et vivre avec eux, et pas seulement le temps d'un jour et d'une nuit.

Enfin, se mêler, c'était une bien grande idée. Elle était sortit bien sûr, pour voir ce qui se passait dehors. Etait-elle la seule, était-elle folle ? Peut-être avait-elle rêvée cette vie de sirène et de Neverland, aux cotés de Peter Pan. Peut-être que tout cela n'était que mensonge. Peut-être aussi était-elle une sirène qui rêvait d'être humaine, et que ses rêves et la réalité se mêlaient dans ses songes. Limenia n'avait pourtant jamais pensée à devenir humaine. Bien sûr, ils la fascinaient, mais elle se trouvait tout aussi bien dans l'eau. Peut-être aimerait-elle y retourner. Oui, c'était même sûr. Qu'avaient-ils à lui offrir ? Les hommes étaient cruels, et si certains apprenaient sa condition de sirène... Eh bien ils pourraient chercher à se venger de tout les hommes morts en mers.

Oui, elle aurait bien voulut retourner à l'eau. Mais elle le sentait, plonger dans le port ne ferait que lui donner une bonne pneumonie. Soupirant, Limenia regarda autour d'elle, dans les rues de cette étrange ville qu'était StoryBrook. De partout, des gens sortaient dehors, regardant le monde comme si, tout à coup, il avait changé d'axe de rotation. Que tout avait changé, sans que pourtant rien n'en paraisse dans le ciel. Non, elle n'avait pas rêvé. Ils se regardaient tous, et des exclamations de surprises résonnaient contre les murs lorsqu'ils se reconnaissaient. Ils se prenaient alors dans les bras, s'embrassaient et s'enlaçaient. Limenia, elle ne reconnaissait personne. Pas qu'elle ne connaisse grand monde. A StoryBrook, comme à Neverland.

Ses sœurs, les sirènes... n'en étaient pas vraiment. Lorsqu'une disparaissait, personne n'était vraiment inquiet. Elles étaient indifférente au sort individuelle d'une sirène. Egoïste et egocentrique. Crochet. Hook. Elle était certaine de l'avoir déjà vu à Strobrook. Pas sûr que les retrouvailles soient franchement joyeuse. Il avait surement autre chose à faire. Une rencontre avec ses pirates seraient fatale, ou du moins violente. Les enfants perdus s'en fichaient un peu des sirènes, et elles leur rendaient bien. Pan. Voila surement la seule personne qu'elle aurait voulu retrouver, si toute fois il était ici, même s'il n'y aurait pas d'effusion de joie comme les autres, cela aurait suffit à l'ancienne sirène. Peut-être était-il toujours à Neverland, dans son monde.

Depuis combien de temps déambulait-elle ainsi dans les rues ? Elle s'était éloignée du port, quelle importance ? Elle avait retiré ses chaussures, et ses pieds contre le sol froid envoyaient des frissons dans tout son corps. Que faire ? Il n'y avait plus grand monde dans les rues. Ou était-ce elle qui s'éloignait des autres ?

Une brume s'écoulait lentement sur le sol, avançant inexorablement. Qu'était-ce encore ? L'oubli, à nouveau ? L'air s'engouffrait dans ses cheveux, s'insinuant partout autour d'elle, et elle avait l'impression de suffoquer. Elle avait froid et sa gorge était soudainement sèche. Un glissement sur le sol, des picotements sur sa peau, tout au long de son corps, et Limenia sut ce qui se passait sans pour autant y croire. En tombant, son crâne se cogna durement sur le sol. La brume se dissipa, laissant apparaître une sirène étendue, hors de l'eau. Qu'était encore cette sorcellerie ? Elle ne pouvait pas réfléchir, elle n'y arrivait plus. Tout était trop sec, trop chaud. La dernière fois qu'elle avait pris une douche, que de l'eau avait couru sur son corps ?

Alourdit par ses cheveux bouclés qui s'y reposaient, sa poitrine de soulevait à un rythme trop rapide et irrégulier pour être normal. pourtant, sa respiration n'était pas en cause ici. Mais la souffrance qui parcouraient son corps la faisait haleter, alors qu'elle tentait vainement de se relever. Dans un reflexe acquis par son corps - depuis combien de temps était-elle dans la ville ? - elle tentait de séparer ses jambes et de bouger. Sa nageoire clapotait contre le sol dur, ses écailles sèches et friables. De maigre larmes - de douleur ou de frustration ?- montaient dans ses yeux, se répandant sur ses joues, et le bref contact humide ne rendait que plus douloureuse encore l'absence de d'eau. Pourquoi s'était-elle éloignée du port déjà ? Les mouvements frénétiques de sa nageoire s'apaisaient, et sa respiration aussi. Pas vraiment un bon signe. Etait-ce ainsi que tout devait se terminer ? Loin de l'océan, loin de tout, seule ? Une main reposait sur son ventre nue, grattant sans y penser cette peau qui la démangeait, à la naissance des écailles. L'une d'elles se détacha, arrachant un grognement de douleur à la sirène. Ses lèvres s'ouvraient, cherchant en vain la moindre goutte d'eau. Un voile noir se déposait sur ses yeux.





Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: La sirène du port de Strorybrook ♫ [PV Altaïr]   Dim 13 Déc - 23:49




La malédiction venait de prendre fin. Cependant croire que ceci était la fin des ennuis était une cruelle erreur, une vision trop innocente de la situation, Altaïr le savait parfaitement et il était donc conscient qu'en réalité c'était justement le début de tout. C'était visible dans la réaction des personnes qu'il pouvait bien croiser, toutes différentes des unes des autres entre la joie et la haine à l'égard de cette injuste situation, tout n'était pas blanc comme la neige. Les héros avaient certes été transportés dans ce monde, sans doute déjà perçu comme ceux qui viendraient rétablir l'équilibre des choses, mais qu'en était-il de ceux qu'ils ne se trouvaient aucunement dans cette catégorie ? Le bien était présent à Storybrooke mais on pouvait en dire autant du mal, c'était même une certitude, il ne faisait nul doute que celle qu'on surnommait la Méchante Reine avait amené avec elle des potentiels alliés sur qui elle pourrait compter. Mais Sinbad voulait savourer cet instant, une victoire assez inestimable pour lui, lui qui avait gardé toute sa mémoire s'était retrouvé mis à l'écart d'une certaine manière or ce n'était plus le cas. Désormais il pouvait aller trouver des connaissances sans avoir la crainte de se trahir lui-même, sa présence ici restait sous couverture jusqu'à ce que le sort ne fonctionne plus, ne sachant nullement par où vraiment commencer. Il aurait souhaité que Mary soit à ses côtés, comme elle le faisait toujours, mais elle aussi avaient ses amis à retrouver et il pouvait peut-être mieux que personne d'autre comprendre son besoin. On aurait pu s'attendre à ce qu'il court à travers la ville pour retrouver les personnes pouvant être chers à son cœur, revoir au plus vite des proches pour en savoir plus sur cette histoire et de son côté délivrer ce qu'il savait, c'était pourtant loin d'être de là. Il était un pirate après tout, le plus grand explorateur qui avait découvert des mers et des continents inconnus pour la plupart, et même s'il avait toujours eu un code d'honneur qu'il suivait à la lettre ça ne veut nullement dire qu'il n'avait que des amis. C'était le cas de son roi après tout, sa tête était mise à prix à cause du souverain, tout ça parce que Sinbad lui avait pris un navire pour pouvoir entamer sa carrière sur les océans. Ce type aurait dû être honoré de voir à quel point le corsaire était devenu une légende, tout ça grâce à son bâtiment, et ne point lui tenir rigueur d'autant plus que de son côté le marin faisait tout pour vanter les mérites de son pays.

Déambulant dans les rues, faisant tout de même profil bas même s'il savait parfaitement se défendre en cas de besoin, chaque explosion de bonne humeur des personnes aux alentours lui décrochait un sourire franc tout en lui donnant du baume au cœur. Il espérait enfin, depuis qu'il était dans cette ville il avait retrouvé petit à petit l'espoir qu'il pensait avoir disparu, le chemin pour retourner dans son monde n'était plus très loin il en était convaincu. Ses trois ans passés dans ce monde avaient été un véritable calvaire, s'acclimater n'avait aucunement été une chose bien aisée pour lui, et s'il n'avait pas eu sa coéquipière pour l'épauler très sincèrement il ne sait pas ce qu'il serait devenu. Déjà que parfois il n'avait l'impression que d'être l'ombre de lui-même, un chien qui devait exécuter les ordres d'un employeur qui lui faisait froid dans le dos, peut-être à juste titre d'ailleurs, mais depuis son arrivée ici c'était une renaissance qui se faisait petit à petit. Encore plus aujourd'hui, à l'instant précis où l'onde de choc avait eu lieu, en tant que pirate il savait que le vent pouvait tourner en un claquement de doigt et renverser une situation. C'était le cas. Il suffisait à Sinbad de savoir prendre le bon côté, savoir profiter de cette opportunité qu'il n'attendait plus, réussir à prendre le vent dans le courant qui serait le plus à son avantage. L'avenir se présentait néanmoins déjà sous une forme assez sombre, ne serait-ce que son employeur serait intéressé par cette ville et son potentiel magique à l'instant où il découvrirait la vérité, se matérialisant par une brume qui traversa Storybrooke sans qu'il comprenne ce qui pouvait se passer vraiment. Si l'artefact qui se trouvait dans sa poche n'avait pas réagi, brillant quelque peu en la présence de la magie, il n'aurait certainement pas compris ce qu'il représentait. Une complication de plus à rajouter sur la balance, ce qui ne présageait rien de bon, et au contraire peut-être une chance inédite de pouvoir retourner enfin dans son monde. Sans doute qu'il aurait continué son chemin, en ressassant les derniers événements encore frais qui venaient de se dérouler, si son attention n'avait pas été attiré tout d'abord par un bruit étrange et bien vite suivit par la vision d'un corps.

Une sirène. À seulement quelques mètres de lui, étendue sur le sol, Sinbad ne pensait nullement une telle créature d'aussi près et encore moins sur la terre ferme. En tant que pirate il en avait rencontré une fois, il s'en souvenait encore clairement, même si le terme ''éviter'' serait plus adéquat. Ces filles de la mer prenaient un malin plaisir à faire couleur les navires, utilisant leurs chants tellement divins mais si dangereux, et ce jour-là son bateau avait manqué de frapper avec violence contre les rochers s'il n'avait pas eu une femme dans l'équipage. Comme quoi, la rumeur selon laquelle avoir une femme sur un bâtiment portait malheur était bien fausse. Altaïr ne put s'empêcher d'avoir un certain mouvement de recul à son encontre, hommes de la mer et sirènes n'avaient jamais fait bon ménage ensemble depuis la nuit des temps, pensant même continuer son chemin sans demander son reste. Par crainte de ce que cette créature était capable de faire, pour les hommes noyés à cause d'hybride dans son genre, mais aussi les pouvoirs qu'on lui accordait qu'ils soient vrais ou faux.  Cependant en la voyant ainsi s'agiter au sol, ou plutôt manquer de plus en plus de vigueur, le pirate savait qu'il ne pouvait nullement la laisser ainsi. Il avait un code d'honneur, qu'il avait toujours essayé de suivre du mieux qu'il pouvait même dans ce monde étranger, et abandonner une personne à s'en sort n'en faisait pas partie. Même si ce n'était pas vraiment une personne, plus une créature pour lui. Approchant sur la défensive, étant assez paranoïaque sur le fait qu'il pouvait s'agir d'un piège, il put voir assez rapidement à quel point la sirène était une très mauvaise posture. Sinbad la regardait de toute sa hauteur, admirant quelque part de façon inavouable ce mythique monstre marin, avant de s'accroupir à côté d'elle. Il pouvait voir à quel point sa respiration était mauvaise, très certainement en manque d'eau, regardant quelque peu les alentours pour voir que les coins étaient déserts. Il avait beau être méfiant cette vision le gonflait d'une certaine empathie, encore plus à l'écaille qui saignait, il savait que s'il n'intervenait pas elle allait mourir dessécher sur place. Le plus délicatement possible il passa une main sous le coup de la rouquine et l'autre au niveau de la nageoire, pas vraiment sûr de la démarche à suivre, la soulevant du mieux qu'il pouvait.

« Si tu pouvais éviter de t'agiter, ça serait charitable de ta part. Je vais te remettre à l'eau d'accord ? Mais je veux que tu me promettes de ne pas utiliser ton pouvoir sur moi en échange, sinon je peux te garantir que tu vas le regretter. Foi de pirate ! »

Prenant le chemin vers le point d'eau le plus proche, à savoir le port, le pirate n'était pas totalement à l'aise avec cette idée mais il prenait sur lui à cet instant. Les sirènes n'étaient pas réputées pour être des créatures clémentes, les rumeurs voulaient même qu'elles mangent le cœur des hommes et donc la raison pourquoi elles noyaient les hommes, et le fait qu'elle puisse le trahir alors qu'il lui venait en aide était une probabilité plus que possible. Avançant à grands pas, essayant de ne pas faire tomber la précieuse sirène qu'il gardait dans ses bras, il évitait de porter ses yeux sur elle. La seule chose qui le renseignait sur son état c'était sa respiration, aussi bien le bruit qu'elle faisait que le mouvement de sa poitrine qu'il pouvait sentir, et qui lui faisait dire que la situation était de plus en plus urgente. Après quelques minutes de marche, ne pouvant courir avec un tel poids sans prendre le risque de la faire tomber, il arriva aux abords du port. C'était le moment de vérité tant attendu, espérant tout de même avoir eu raison d'avoir pris se risque, ne sachant trop comment démarcher pour la démarcher. Finalement il fit au plus simple, sans doute rustre dans sa façon de faire, en la laissant tomber dans les eaux du port alors qu'il restait sur le ponton. Se penchant au-dessus du remoud que ceci avait fait, cherchant des yeux une queue-de-poisson ou une chevelure flamboyante, même si la sirène était quelque part une ennemie naturelle des marins il espérait qu'elle allait s'en sortir.






copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: La sirène du port de Strorybrook ♫ [PV Altaïr]   Mar 29 Déc - 18:12





Sinbad & la sirène


« La sirène du port de Strorybrook  ♫»


Elle sentit confusément quelque chose la toucher, quelque chose d'incroyablement chaud sur sa peau, derrière sa nuque, et lorsque le même phénomène se produisit à la base de ses écailles, elle s'agita avec une nouvelle énergie sous la brulure de cette sensation. Elle ne rêvait que d'eau et de fraicheur, et voila qu'elle était entouré de chaleur. Ses yeux était mi-clos, et elle ne distinguait pas grand chose de ce qui l'entourait, son univers devenant soudainement flou. Limenia sentit tout de même qu'elle quittait le sol sec et dur, et que .... quelqu'un la portait ? Etait-ce vrai, n'était-ce pas une imagination de son esprit alors qu'il commençait à manquer de ce dont il avait besoin - de l'eau dans son cas - ? Elle avait vu ça sur la télévision - comme c'était étrange de penser à cela en sachant qu'elle venait d'un tout autre monde. Lorsque son corps manquait d'oxygène, il produisait des hallucination. Pourtant, les secousses semblaient bien réelles, et aussi le corps brulant contre le sien - ou bien était-ce elle qui était top froide ?

Dans le lointain de son esprit, il lui semblait entendre une voix. La personne lui parlait ? Quelqu'un était venue l'aider, elle, la sirène, la créature mauvaises responsable de la mort de nombres d'hommes. Oh bien sur elle n'avait pas autant tué que ses consœurs, qui faisaient échouer les plus grand navires sur leurs rochers, mais elle avait son quota de pirates à Neverland. Neverland. Depuis combien de temps avait-elle été forcé de quitter l'ile ? Sa vie paisible lui manquait, il fallait le dire. A Storybrook, tout était plus mouvementé et rapide. On se retrouvait à compter les jours et les années qui passent, chose qu'elle n'avait jamais faites avant. Cette voix, était-ce vraiment son imagination ? Quelqu'un lui avait parlé, elle en était sûr. Mais elle ne parvenait pas à se souvenir de ce qu'elle avait dit. Déjà que sur l'instant, elle avait été incapable de comprendre quoique ce soit. Il n'y avait eu que le son, un bourdonnement à ses oreilles.

Et soudain le vide. Effrayant, froid, seul. Tout compte fait, elle préférait la chaleur brulante d'avant, qui marquait encore sa peau et ses écailles. La chute semblait lui redonnait quelques forces, et elle ouvrir la bouche pour laisser échapper un cri de détresse... qui ne vint jamais. L'eau. L'eau et le sel, brusquement, tout autour d'elle. Refroidissant son corps, envahissant ses poumons, ou bien ses branchies ? Les informations futiles des hommes envahissaient son crâne depuis son réveil, sans qu'elle ne sache quoi en faire. A quoi cela pouvait-il bien servir de donner un nom à toutes ces choses insignifiantes ? Elle se sentait revivre, c'est tout ce qui comptait. Elle ouvrit enfin ses yeux, ses yeux aussi clair que sa lagune, sur les eaux bleuâtre, ou bien verdâtre ?, du port de Storybrook. Fronçant le nez, dieux que c'était vraiment répugnant !, elle rattrapa un petit objets qui flottait devant elle. Une écaille ? Elle ressentait en effet un petit picotement au bas de sa hanche, à la naissance de sa queue. Une petite plaie, un peu de sang collé à sa peau.

Elle se sentait bien là, même si l'eau n'était pas des plus propre, recroquevillée sur elle-même. Mais un petit quelque chose titillait son esprit. Elle n'était pas arrivée ici comme par magie - pas qu'elle n'y croit pas, mais personne ne s'embarrasserait à l'utiliser pour elle - et il semblerait que oui, quelqu'un l'avait bien aidé, et non, ce n'était pas une hallucination. Elle releva finalement la tête vers la surface, vers le ciel gris bleu de ce monde. Au-dessus de l'eau se dressait une silhouette. d'un mouvement souple de la nageoire, elle creva la surface de l'eau. Malgré l'eau ruisselante, ses cheveux restaient bouclés autour de son visage, et l'eau glissait sur sa peau dans une course folle.

C'était un homme qui lui faisait face, un homme aux yeux bruns qui fixait les eaux, et qui la fixait elle maintenant, dans un silence pesant et interminable. Il n'avait pas l'air très enjoué, ou sympathique, à sa vue, à moins que cela ne soit qu'une impression de la sirène. Doucement - parce qu'il ne la quittait pas des yeux - elle se rapprocha du quai, auquel elle s'appuya pour se redresser hors de l'eau, tournant un peu la tête pour le regarder. Pas de doute - enfin de ce qu'elle croit - c'était bien lui qui avait sauvé Limenia. Pourquoi ? Aucune idée. Mais elle oubliait que dans ce monde-ci, les sirènes étaient considérés comme des créatures enchanteresses et gentilles, alors peut-être cet homme, en voyant l'une d'elle échouée sur le sol, avait voulu la sauver. Un sourire se forma brusquement sur son visage, éclairant ses yeux et creusant des fossettes sur ses joues.

-Merc

Un cri termina son mot, alors que ses deux mains glissaient sur la surface dur. Son menton cogna durement contre le béton, et ses mains cherchèrent désespérément quelque chose pour s'accrocher. Elle trouva bien, mais ce n'était pas vraiment ce à quoi elle voulait se retenir, et elle fit tomber en avant bien malgré elle, avec elle, l'homme qui l'avait manifestement sauver. Le poids de son corps les firent plonger dans l'eau, et sa nageoire s'empêtra dans ses jambes, alors qu'elle tentait de se dégager, laissant échapper come une litanie ou une étrange chanson, des "désolée" en nombre, étrange son paraissant chantant sous l'eau.






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: La sirène du port de Strorybrook ♫ [PV Altaïr]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La sirène du port de Strorybrook ♫ [PV Altaïr]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-