Partagez | 
 

 La fin d'une histoire malheureuse n'est que le commencement d'une histoire heureuse } Feat Grâce P. Hatter [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: La fin d'une histoire malheureuse n'est que le commencement d'une histoire heureuse } Feat Grâce P. Hatter [Terminé]   Mer 23 Déc - 17:44

La fin d'une histoire malheureuse

n'est que le commencement

d'une histoire heureuse
feat ma Fifileuh d'amour que j'aime ♥  .


Depuis l’expédition dans le caveau de Madame la méchante reine aux boobs énormes, Jeff était encore plus surexcitée que jamais, au bord de la crise de nerf. Il sentait que la malédiction allait être rompue, ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’il ne puisse enfin avoir lui aussi sa fin heureuse. Même Victor s’était éloigné de lui, tant il ressentait cette aura de folie, la même qu’il avait à Wonderland. Folie heureuse ? Saine folie, folie visionnaire, le chapelier fou parlait de plus en plus vite, répétait toujours les mêmes choses dans son discours plus si clair que ça. Il attendait ça depuis plus de trente ans, et encore beaucoup plus longtemps s’il devait compter les années passées au pays des merveilles, surtout quand on sait que le temps y est différent, vivant sa propre existence. Alors c’était normal que Jefferson était au bord de la crise de nerf, proche certainement de l’internement.

Attrapant son grand manteau noir, resserrant son foulard de soie violette au tour de son cou, passant rapidement ses doigts sur sa cicatrice, il sorti de la Crazy house en claquant la porte, prenant la direction de la ville. Le temps était horrible, d’immenses nuages noirs voilaient le soleil et le vent était en train de se lever. Un orage allait éclater, mais pas n’importe lequel, celui qui allait leur apporter à tous la libération tant attendue. Remontant le col en cuir, il accéléra le pas, ne marchant pas pour marcher, la tête dans les nuages mais avec un but précis. Rendre visite à Paige, l’a sorti de son quotidien morne. Depuis l’accident aux entrepôts, de l’eau avait coulé, ramenant par la même occasion le Jefferson de la forêt enchanté. Mais cette « amitié » naissante était à double tranchant, faisant aussi ressortir le côté sombre du chapelier quand sa fille partait pour rentrer chez ses parents. Taciturne, empli de vengeance, Jefferson retombait dans ses travers d’il y a une quinzaine d’années, allant même jusqu’à se brûler les doigts en essayant de faire marcher son chapeau.

Or aujourd’hui, il savait que tout cela allait s’arrêter une bonne fois pour toute. Il avait confiance en Emma, pour sauver Graham et quand le shérif reviendrait à la vie, il ramènerait avec lui tout un peuple. Tiens il en était presque ému. Ricanant dans son foulard, il arriva dans le quartier résidentiel où habitait les monstres qui servaient de faux parents à son enfant. Que devait-il faire ? Rentrer, tuer tout le monde, attraper Paige sur son dos et filer à travers champs pour l’amener dans le manoir et vivre heureux pour toujours ? Oui, c’était tentant, mais sa petite partie raisonnable lui disait que commettre un meurtre sous les yeux de sa fille n’était pas le meilleur moyen pour lui apporter joie et sérénité. Faisant plusieurs fois le tour du quartier comme un psychopathe qu’il était, allant même jusqu’à se cacher derrière un buisson quand il entendait un bruit de porte, il se mit alors à raser les murs, en pensant que les tuer ne lui apporterait rien, c’était beaucoup plus amusant de les torturer où de fomenter une vengeance digne de lui-même.

Se rapprochant d’une fenêtre, qu’il pensait être celle donnant sur le hall d’entrée, il essaya de voir ce qui pouvait bien se passer. Il ne devait pas être loin des 14h30, et il savait que Paige était en vacances ; A cette heure-là, elle devait avoir fini de manger et il y avait plusieurs possibilités. Soit elle regardait la télévision dans le salon, soit elle était dans sa chambre, soit elle était partie avec ses amies se baladaient. Espérant les deux premières solutions, il prit appui sur le rebord, en regardant que personne ne le voyait faire, il sauta dessus comme un félin, sortant aussi de sa poche son attirail de voleur. En un claquement de doigt, la fenêtre s’ouvrit et en se contorsionnant il était dedans. L’adrénaline qui courrait dans ses veines lui faisait faire des choses stupides et dangereuses qui pouvait l’amener au poste. « Mais Il n’y a pas de shérif » Rigolant encore une fois tout seul, il se mit sur ses gardes quand il perçut du bruit à l’étage, des cris plus particulièrement. Son sang ne fit qu’un tour alors que ses oreilles et son cœur souffraient d’entendre la voix mélodieuse de Paige hurler de douleur. S’il avait décidé quelques minutes avant de ne pas les tuer, il était revenu sur sa décision. Montant les escaliers quatre à quatre, il s’arrêta un instant dans le couloir pour trouver la bonne porte, qu’il défonça d’un coup de pied. Le spectacle qu’il trouva lui coupa le souffle, une haine sans nom, pire que quand Regina lui avait son coup de le laisser à Wonderland resurgit. Il tremblait de tous ses membres, alors que l’homme, qui était sur SA fille et qui s’apprêtait à faire sans doute une chose horrible avant qu’il n’arrive, c’était reculé d’elle comme si elle l’avait brulé …. « C’est toujours la même chose, quand je ne veux pas me salir les mains je suis obligé de le faire. »

Sa voix était dure, d’outre-tombe, et si Miranna avait été là, elle aurait pensé avoir affaire au Jefferson qu’elle avait sauvé après trois années de tortures. « Oh ça y est, tu me reconnais ? C’est bien, je vois que je ne t’avais pas trop abîmé la cervelle … enfin ça c’est si tu en avais une, parce que qu’est-ce que je t’avais dit ? Que la prochaine fois que tu oses l'a toucher je t'arracherais la tête artère par artère ...» S’approchant dangereusement, avec un sourire révélant toute sa folie, il sortit l’immense paire de ciseau de la poche de son manteau. « Qu’est ce que je vais bien pouvoir faire de toi ? Oh je sais, déjà ça. » Le coup de pied parti d’un coup, imprimant la célèbre marque de chaussures en cuir sur la joue du monstre, alors qu’il tomba à la renverse, totalement sonné. Voyant que l’autre en avait pour un petit moment dans les étoiles, il se précipita sur Paige, enlevant son manteau et l’a recouvert avec, cachant ainsi ses vêtements déchirés. « Je suis là, il ne t’arrivera plus rien. » L’enserrant fortement, il avait horreur d’entendre ces sanglots et la rage qu’il avait se démultiplia à l’infini. Entendant que l’autre bougeait, il embrassa le crâne de sa fille avant de se préoccuper de cette chose qui en plus marmonnait. « Répète, parce qu’avec ta voix de con je n’ai pas compris. » « J’ai compris .. Tout compris … c’est toi qui l’a saute c’est ça … je savais bien que t’étais qu’une petite pute ! »

Ses yeux s’ouvrirent au maximum, si bien que ses orbites n’étaient pas loin de s’échapper et un fou rire nerveux et fou le secoua entièrement. « Alors là, si un jour on m’avait dit que j’entendrais une chose pareille, j’aurais pensé que j’étais fou, mais vu que ça je le suis déjà, j’aurais plutôt pensé que c’était elle qui était folle donc j’en viens à penser que tu es fou. Cependant, vu que j’ai en haute estime les fous, vu que j’en suis le roi, tu ne l’es pas. Mais qu’est-ce que je raconte, on s’en fou ! » Jouant avec la lame de son ciseau, il lui planta la lame dans cette épaule nue qui n’inspirait que le dégout. « Je ne fais pas dans les mineurs, j’en suis fort désolé car même si je suis parfois un peu pervers j’ai des principes moi Monsieur. » Alors que l’autre hurlait encore de douleur, il planta à nouveau son ciseau dans cette chair immense avant de l’ouvrir. « Et regarde ce que tu me fais faire, mon beau ciseau est tout taché maintenant. Heureusement que je ne t’ai pas coupé la tête, parce que ça aurait encore plus giclé, mais je ne sais pas ce qui me retient de le faire. Après tout, on me l’a bien fait à moi … alors que je n’avais rien fait, c’est dégueulasse » « Un malade … sortez de chez moi ou j’appelle la police »

Rigolant encore plus en entendant cette voix tremblante, il déchira un bout de ce tshirt immonde pour essuyer ses ciseaux. « Désolé ma poule, mais le shérif est un petit peu occupé à essayer de survivre en ce moment alors si tu veux rester en vie, tu ne devras compter que sur toi-même ou ta bonne étoile. »  Le tonnerre éclata dehors, alors que les nuages noirs qu’il y avait eu tout à l’heure s’était transformé en une sorte de tsunami, qui était en train de changer de couleur. « Mais c’est bête, j’ai coupé le fil de ta bonne étoile. » Et en moins de cinq minutes, les nuages devinrent violets et il sentit une onde de choc le traverser. Ayant déjà ses souvenirs, il n’eut qu’une légère envie de vomir de par le retour de la magie, mais ce n’était pas le cas pour les deux autres personnes dans la pièce, et certainement dans la ville. Il voulait sauter de joie, comme un cabri mais il y avait plus important. « Grâce ? » Doucement, il s’approcha de la jeune fille, laissant le futur cadavre pleurer du retour de ses souvenirs. La haine d’il y a quelques instants c’était transformée en peur, peur que finalement la levée de la malédiction n’ai rien changé, et que Paige reste toujours Paige ou bien pire, que sa petite fille adorait pense qu’il l’ai abandonné comme une veille chaussette. Mordant sa lèvre, il se rapprocha encore plus, venant même à s’assoir sur le lit. « Grâce … je t’en supplie … dit moi quelque chose … même que tu me détestes mais parles moi !» Même perdre la tête n’était rien comparé à l’ascenseur émotionnel qu’il était en train de vivre en cet instant précis. « C’est difficile, je sais que tu as mal, à la tête, au cœur, à l’âme, et c’est à cause de Regina, la méchante reine. En plus de nous avoir séparer, elle a jeté une malédiction sur tous les royaumes pour avoir sa fin heureuse. Ça fait vingt-huit ans que la forêt enchanté est devenue Storybrook … mais tellement plus longtemps que je te cherches mon ange … »


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Grace Hatter

avatar
En réalité, je suis
La Fille du Chapelier
☂ Conte : Alice au pays des merveilles (version Ouat)

☂ Emploi : Lycéeene et apprenti de calypso
☂ Camp : celui ou il y a le meilleur thé
☂ True Love : Liam Jr ♥

☂ Avatar : Georgie Henley
© Crédit : avatar Lely ♥/ Bannière Beka ♥
MessageSujet: Re: La fin d'une histoire malheureuse n'est que le commencement d'une histoire heureuse } Feat Grâce P. Hatter [Terminé]   Sam 26 Déc - 20:10


La fin d'une histoire malheureuse n'est que le commencement d'une histoire heureuse

feat. Papa & Fifille ♥


Enfin les vacances, je commençais à en avoir marre des cours, une accumulation s'était faite au fur et à mesure des semaines entre mes cours, mon travail chez Calypso -que j'adore exercée- et aussi les tensions qui avaient fait leur retour il y a quoi, une semaine. Je faisais tout pour ne pas rester chez moi. En plus depuis l'accident à l'ancien entrepôt, j'essaye de voir Jefferson, j'ai même passé quelque jours chez lui, je m'entends à merveille avec lui. Si on nous verrais ensemble, on peut dire que Jeff et moi même, on se connaît depuis des années. Le temps du premier jour des vacances est vraiment très étrange.. Quand j'ai ouvert le volet de ma fenêtre, le ciel est plein de nuages sombres, ça me donne pas envie de sortir, même si j'avais envie de voir deux trois amis pour ne pas rester ici mais bon ce n'est pas grave, mon père n'est pas là normalement. Direction la salle de bain, pour prendre une bonne douche bien chaude et aussi en profiter pour me laver les cheveux. 30 minutes plus tard je m'habille chaudement, enfin une robe en laine, des collants "slim" couleur noir, je m'attache les cheveux en chignon et je me maquille très peu avant de descendre manger un peu -il était 11h50-. Il y avait mes deux petits frères qui sont entrain de mettre la table . C'est pas vrai... Mon père est là aussi. Il me lance un regard étrange qui me fait froid dans le dos, j'essaye ne pas y penser et de faire attention. J'aide ma mère à finir de faire à manger. Le repas est passé d'une lenteur innée, je n'en pouvais plus, mon père qui me fixait, ça me met mal à l'aise, bordel mais il est bizarre celui-là pourquoi il me regarde comme si je suis un bout de viande. A peine avoir fini, je demande à ma mère pour sortir de table, ce qu'elle accepta directement, et me rappela qu'elle était absente cette après-midi car elle partait emmener mes deux petits frères chez ma grand-mère. Je monte rapidement dans ma chambre en espérant être tranquille cette après-midi. Après avoir finis de faire mes devoirs, je me pose sur mon lit pour regarder un film, mais manque de chance quelqu'un frappe à la porte, je soupire de désespoirs, c'est pas vrai... J'ouvre et je trouve mon père sur le seuil de la porte.
-Papa ?? Un soucis ??,
Il ne me répondit pas, il entre en me poussant vers l'intérieur... Je n'aime pas du tout ça. Il referme la porte derrière lui, je déglutis en voyant le regard et son sourire sadique..
-Papa, qu'est ce que tu veux??? Tu me fais peur là...
-Rien du tout, à part passer du bon temps avec toi, ma fille chérie.., dit-il en s'approchant doucement de moi, je recule aussi mais fut bloquer par mon lit, la peur était encore plus présente... Mon coeur battait la chamade... Il reste devant moi sans me répondre, mais d'un coup sans que je puisse m'échapper, il me plaque contre le sommier de mon lit.. Il est à califourchon sur moi, je me débats comme je pouvais mais malheureusement, il a plus de force que moi..
-Papa !!! Qu'est-ce que tu fais.... Lâches moi... Je t'en supplie.. Tu me fais mal..... Ma voix tremble sous la peur, il me regardait avec un regard pervers en laissant libre cours à ses mains qui sont très baladeuses... Je me débats comme je peux...
-Je t'en pris papa Dégage !!!!
La ferme, petite salope !! annonça-t'il d'une voix perverse et me mi une giffle assez violente qu'elle m’assomme un peu, mais je me repris rapidement pour l'empêcher de me faire quelque chose.. Il arrache le haut de ma robe.. Les larmes à cause de la peur coulèrent.... Aidez moi je vous en pris... A peine pensée ça, que mon salopard de père se leva d'une vitesse, je m’essaya au fond de mon lit en tremblant en regardant qui était là... Jefferson.... Dieu merci.... Les larmes coulèrent.. je tremble sous la peur..... Je le vis donner un coup de pied violent à l'autre avant de se précipiter vers moi en me mettant son manteau sur moi. A peine qu'il m'ai prit dans ses bras, les nerfs craquent, je lâche les larmes que j'ai longtemps retenu..
-Jefferson... J'ai peur... il a essayer de me violer...
« Je suis là, il ne t’arrivera plus rien. » Ce qui me choque le plus c'est ce que dit celui qui me sert de père...
« J’ai compris .. Tout compris … c’est toi qui l’a saute c’est ça … je savais bien que t’étais qu’une petite pute ! »

Mon coeur se serra en entendant ses mots... Comment pouvait-il penser ça de moi... Je le déteste....Je remarque que Jeff est Choquée... Je n'entends même pas ce qu'il dit, mon cerveau fut déconnecté à cause de ces mots qui font mal... Ce qu'il fait à celui qui me sert de père, ça me fait rien...bien fait pour lui... Je me sens sale.. Il a faillit me violer... Mon père a voulu abuser de moi... C'est Horrible..
L'orage éclate, je sursaute, je vis un nuage violet s’abattre sur nous.. Des images me viennent en tête.. Ce ne sont pas de simples images mais des souvenirs... Mes souvenirs... La forêt enchantée... notre petite maison dans les bois, la méchante reine.. Mon papa...
Je suis surprise, choquée, j'ai du mal à y croire.. Je vois Jefferson se mettre à mes côtés, ne disant rien au début, il s'inquiétai sous mon mutisme

« Grâce … je t’en supplie … dit moi quelque chose … même que tu me détestes mais parles moi !», Durant tout ce temps, ma vie n'est que mensonge.. Ma famille n'est pas ma vrai famille.. C'est ceux qui disait que mon père était mort et qu'il m'avait abandonner..« C’est difficile, je sais que tu as mal, à la tête, au cœur, à l’âme, et c’est à cause de Regina, la méchante reine. En plus de nous avoir séparer, elle a jeté une malédiction sur tous les royaumes pour avoir sa fin heureuse. Ça fait vingt-huit ans que la forêt enchanté est devenue Storybrook … mais tellement plus longtemps que je te cherches mon ange … »
Je lève mon regard vers Jefferson... puis sans réfléchir, je me blottis contre lui..
-Papa... Tu m'as tellement manquée.... je savais que tu allait revenir..

 
 

made by guerlain for bazzart


Dernière édition par Paige G. Hatter le Ven 22 Avr - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: La fin d'une histoire malheureuse n'est que le commencement d'une histoire heureuse } Feat Grâce P. Hatter [Terminé]   Mar 29 Déc - 14:45

La fin d'une histoire malheureuse

n'est que le commencement

d'une histoire heureuse
feat ma Fifileuh d'amour que j'aime ♥  .



L’attente d’avoir une réponse était insoutenable et Jefferson ne savait plus quoi faire. Se lever, faire les cents pas en attendant que Grâce sorte de cet état mystique dans lequel la levée de la malédiction l’avait plongé ? Ou bien se lever, se défouler sur le monstre qui avait voulu lui faire du mal ? Non, il aussi était dans une sorte d’état d’entre deux, pleurant et rigolant en même temps, et après c’était lui qu’on traitait de fou. Finalement il ne fit que grincer des dents, la mâchoire serrait tant l’angoisse que sa fille ne le reconnaisse pas le prenait aux tripes. Il voulait un signe, même une claque à la limite mais quelque chose. Et quelques minutes après, comme si le destin avait pour une fois, envie de le voir heureux, il croisa le regard de sa fille, et un sourire pouvant faire concurrence à celui de Chester s’étira sur les lèvres de cet homme si meutri. Il avait compris qu’elle avait compris et quand il sentit ce petit corps se jeter sur le sien, son cœur explosa de bonheur. Il en avait les larmes aux yeux quand il entendit le mot papa dans sa bouche, ce mot qu’il attendait depuis des années et des années. Il l’enlaça alors à son tour, la serrant aussi fort qu’il le pouvait, sans lui faire mal bien entendu.

« Ma petite Grâce, si tu savais … » Les mots restaient bloqués dans sa gorge, trop d’émotions d’un coup pour cet homme qui en avait été en manque. Il ne savait plus trop comment réagir, lui qui en avait été privé de si nombreuses années. Il était un peu comme un handicapé des sentiments, devant ainsi avoir à réapprendre ces comportements oubliés. « Je n’ai jamais arrêté de te chercher, pas une minute .. » Enfouissant sa tête dans les magnifiques cheveux bouclés de sa fille, il s’enivrait de son parfum, respirant tous les deux à l’unisson. « Tu sauras toute la vérité, mais avant, filons d’ici, tu n’as plus rien à faire dans cet endroit de fou .. » Cependant, une vérité lui fit à nouveau écarquiller les yeux. Et si elle ne voulait pas le suivre ? Les doutes s’insinuèrent ainsi dans l’âme du chapelier, qui s’écartait doucement de Paige, encore une fois peureux de connaître sa réaction. « Tu … tu as envie de venir au manoir n’est-ce pas ? » Lui qui d’habitude afficher une certitude à toutes épreuves, lui, le grand chapelier, tombeur de ses dames et hommes, cynique et ironique, qui balayaient les conventions d’un revers de la main, n’était plus grand-chose face à sa fille. Il était littéralement mis à nu, la chair à vif même devant son ange.

Heureusement ses craintes étaient totalement infondées, et il ne put s’empêcher de la prendre à nouveau dans sa bras suite à sa réponse, soupirant en même temps de soulagement. « Si tu veux lui dire au revoir, ne t’en prives pas. » Maintenant que Paige avait retrouvé sa mémoire, Jefferson savait parfaitement que son véritable caractère allait pouvoir ressortir, effaçant celui que la malédiction lui avait donné, même si, il avait pu constater avec l’évènement aux entrepôts, qu’elle était digne de lui. « Je pars devant, pour voir comment la ville se porte. » L’embrassant sur le front, ne jetant même pas un regard à l’homme au sol, sachant pertinemment que son compte serait réglé plus tard, il sortit de cette maison de malheur en sautillant, n’ayant jamais été aussi heureux depuis vraiment très longtemps. Respirant de grandes goulées d’air frais, il pouvait sentir que la magie était enfin venue à Storybrook. Cela signifiait qu’il allait pouvoir enfin essayer de refaire marcher son chapeau adoré, mais pas forcément pour retourner dans la forêt enchantée. Maintenant que Grâce était avec lui, avec ses véritables souvenirs, ils pouvaient très bien rester dans ce monde, qui même sans magie apportait mine de rien beaucoup plus d’avantages. S’étirant comme un chat, il pensa qu’après avoir passé du temps avec sa fille, il irait retrouver les membres du pays des merveilles, parce qu’après tous, ils étaient comme sa famille, et il avait hâte de les lui présenter. Regardant la rue, il observait les gens crier, courir dans tous les sens cherchant leurs proches, où d'autres encore ne pas savoir ce qui était entrain de se passer. Une véritable scène d'apocalypse se déroulait dans la ville, mais pas pour lui. D’ailleurs, il eut un petit sourire en coin quand il sentit une petite main attraper la sienne, voyant ainsi qu’elle avait finis ce qu’elle avait à faire. « Alors on y va ma chérie ? »



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Grace Hatter

avatar
En réalité, je suis
La Fille du Chapelier
☂ Conte : Alice au pays des merveilles (version Ouat)

☂ Emploi : Lycéeene et apprenti de calypso
☂ Camp : celui ou il y a le meilleur thé
☂ True Love : Liam Jr ♥

☂ Avatar : Georgie Henley
© Crédit : avatar Lely ♥/ Bannière Beka ♥
MessageSujet: Re: La fin d'une histoire malheureuse n'est que le commencement d'une histoire heureuse } Feat Grâce P. Hatter [Terminé]   Sam 23 Avr - 0:07


La fin d'une histoire malheureuse n'est que le commencement d'une histoire heureuse

feat. Papa & Fifille ♥



Je dois vivre un cauchemar éveillé, mon père a voulu me violer.. Oui me violer.. abuser de moi.. Heureusement que Jefferson est venu à temps... Je tremble de peur, pourquoi la vie ne veut pas me laisser tranquille et que je sois enfin heureuse.. Là une douleur insupportable au fond de mon cœur, des images viennent en tête. Moi petite, âgée d'une dizaine d'années, peut-être plus, courir dans les bois,arrivé près d'une souche d'arbre, pour trouver mon père... qui n'est que Jefferson... L'homme qui m'a sauvée est mon père.. je reviens à la réalité, les larmes sont présente.. je n'entends rien.. Je ne vois rien.. je suis sous le chose.. je suis tellement perdu.. Mais à l'inverse, mon cœur reforge de haine, envers ceux qui m'ont dit durant ces quatre années que mon père m'avait abandonné pour l'argent, ou qu'il était mort. Je regarde celui qui fut mon père durant cette putain de malédiction, qui m'a fait du mal. Qui m'a rabaissée comme si je n'étais qu'une moins que rien.. Mon cœur saignait par sa faute !!! Je le haïrai jusqu'à la fin de ma vie.. D'un coup, je revins à moi, me reprenant, et écoutant celui qui m'a élever à la mort de maman … Je me blottis dans ses bras.. il m'avait tellement manquée.. Combien de fois ai-je rêver de ce moment, de le revoir auprès de moi.. Même après ces années... Le s'entend me serrer dans ses bras me fi un bien fou, oui car depuis l'âge de mes douze ans, je n'ai pas eu le droit au sentiment d'amour d'un père..
L'entendre me dire qu'il m'a cherché durant tout ce temps, me fis chaud au cœur, je sais bien qu'il n'a pas voulu être loin de moi. Quand il me laissa dans la chambre faire mes « adieux » à l'être odieux qui me servait de père durant la malédiction. Je le regarde noir cet homme qui m'a fait du mal. Je l'entendais me supplier de l'épargner. Je ne dis rien, le temps que je prennes quelques affaires que je tenais beaucoup. A peine fermer la fermeture de mon sac, un sourire sadique se forme sur mes lèvres, en me retournant vers lui.
« Tu es l'être le plus infecte que j'ai rencontrer durant ma vie ! Même la méchante reine n'a pas fait le quart de ce que tu m'as fais ! Toi qui disait que mon père était mort !! Sérieux, tu me dégoûtes !!! A peine retourner, que je m'en vais pour lui mettre mon poing violemment dans sa figure de salle rat. Mon dieu que ça fait du bien et surtout ça me dérangeais depuis un certain temps !. Avant de repartir, je le regarde encore au sol, à geindre comme un enfant « et surtout si tu fais le moindre mal à mes deux petits frères, je te jure, je te tue de mes propres mains c'est clair !!
Je pars de cette chambre. Tout en descendant, mon cœur se serrait. Je me sentais comme perdu.. Je rejoins papa qui m'attendais près de la porte à l'extérieur.. Quand il me propose d'aller au manoir avec lui.. Je suis prise comme de stresse.. D'un côté, j'ai envie d'aller chez lui mais d'un autre, j'ai besoin d'être seule un peu... pour réfléchir à tout ça..
« Papa..  je veux bien venir avec toi... j'en ai toujours rêver mais avec ce qu'il s'est passé, j'ai besoin d'être un peu seule.. juste quelques heures.. Je te promets.. Et après, nous serons ensemble pour toujours... Je t'aime Papa..lui-dis-je les larmes aux yeux.. Je lui fis un bisou sur la joue avant d'aller courir un peu pour me défouler.. Je sentais le regard de mon père sur moi.. Les larmes coulants contre l'air glacial.. Besoin de solitude durant l’ampleur de la chose..
 
 

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: La fin d'une histoire malheureuse n'est que le commencement d'une histoire heureuse } Feat Grâce P. Hatter [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin d'une histoire malheureuse n'est que le commencement d'une histoire heureuse } Feat Grâce P. Hatter [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-