Partagez | 
 

 pourquoi s'arrêter au chaperon rouge ? tout être humain est délicieux (FINIIIIIIIIIIIIIIIIII)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: pourquoi s'arrêter au chaperon rouge ? tout être humain est délicieux (FINIIIIIIIIIIIIIIIIII)   Mer 13 Jan - 23:40

Lucian Noct Naugrim

Le premier meurtre est le plus dur... Après ça deviens un jeu...


Je me présente, je me nomme Lucian Noct Naugrim! Je suis né(e) il y a fort longtemps à dans le monde sans couleurs. Vous l'avez bien compris j'ai donc pas moins de 30 ans si je me souviens bien et pas une ride sur mon visage! Pour les intéressées je suis célib Pour pas qu'il n'y ai pas de mal entendu je suis Bisexuel! Avant d'aller plus loin je dois vous prévenir, dans le monde Réel on me connait sous le nom de La bête du Gévaudant du conte La légende du Gévaudan ! De Loup dévoreur d’homme je suis passé(e) à boucher. Et pour finir, on me confonds souvent avec ewan mcgregor.. Je fais aussi partie du groupe des villains.

Anecdotes
-J’adore le rock et le métal, ça réveille en moi une énergie folle
-Je suis violent par moment, j’ai des mouvements très brusques
-J’adore me balader seul la nuit, dans les rues mais surtout dans la forêt
-J’aime faire peur aux gens, c’est un passe temps très divertisant
-J’ai une belle collection d’armes blanches dans ma demeure
-Ma boulot de boucher est très… relaxant
-J’aime observé les gens, c’est malsain je sais mais j’adore ça.
-Depuis la fin de la malédiction, j'ai un odorat et une ouie bien développé.
- Je me sens a l'étroit dans ce corps... du coup je vais me détendre en chassant dans la forêt

Caractère

Je suis d'un naturel violent, je n'aime pas me laisser marcher sur les pieds et même si je semble gentil, ne vous arrêtez pas à ça, je suis du genre a vous plantez par derrière. Il parait que j'ai un regard qui fait froid dans le dos, qui est trop... Calculateur et malsain, ça c'est sans doute parce que j'aime fixé sans bouger les gens, ils aiment pas se sentir nu et a vif sous un regard inquisiteur. Certains disent que je suis un peu fou, parce que je parle ou marmonne tout seul, ils ont raison... Je suis fou, mais pas fou à interner non fou dans le sens malsain. C'est peut être eux qu'on devrait interner, moi je me sens bien. Malgré tout, je suis aimable du moment que je sens qe l'on tente pas de me devancer quand je veux quelques chose de bien précis. Disons que je suis comme la lune, noir de temps en temps mais blanche le reste du temps... Pour le moment... .

crackle bones




Derrière l'écran
Derrière mon écran, moi je m'appelle amaya/Noct. Actuellement j'ai 20 ans, et je RP depuis 6ans. J'ai découvert le forum j'ai déjà un compte, je change juste de conte. De moi on dit que je suis quelques folle. D'ailleurs je trouve le forum très bien et je suis content(e) d'y être. Ah j'ai un petit mot pour vous au fait : Un perso plus sombre... Attention fermez bien les portes le soirs...
crackle bones


Dernière édition par Lucian N. Naugrim le Jeu 21 Jan - 21:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: pourquoi s'arrêter au chaperon rouge ? tout être humain est délicieux (FINIIIIIIIIIIIIIIIIII)   Jeu 14 Jan - 23:58

Stray Dog

Maintenant, c'est le début de la chasse aux humains



Avant la malédiction
Quand cela à commencer ? Je ne m’en souviens plus… Mais une chose est sûre. C’était eux ou moi ! Cela a commencé il y a des années, je suis né dans une meute de loup, dans le Gévaudan, en soit on ne faisait pas de mal, on dévorait quelques-uns des moutons des hommes. Les hommes ils avaient peur de nous, ils nous aiment pas les hommes, surtout dans la région. Il y a souvent un homme avec une espèce de robe blanche et noir, il hurlait comme quoi on était des démons, les suppôts d’un dénommé Satan. Je ne comprenais pas les hommes. L’alpha de la meute ne voulait pas qu’on s’approche trop d’eux, beaucoup étaient mort à cause des hommes. On vivait dans la peur de l’homme, comme tous ceux qui vivaient dans la forêt, mais voilà, les hivers devenaient de plus en plus rudes. Sous mes yeux, j’ai vu de nombreux membres de la meute mourir. Obliger de devenir des charognards. On n’en pouvait plus, les moutons étaient bien surveillés, on pouvait manger les chiens, mais ça ne suffit pas. J’ai grandis avec la haine des hommes. On ne tenait plus. Et puis vint le printemps de 1764, l’hiver avait pris le pas sur le printemps, le gibier n’était même pas sortit. Je ne sais plus comment cela a commencé, mais je l’ai vu… Elle… la jeune fille… la bergère ! Elle qui aimait tant s’ébattre dans la grange avec les hommes du village. Dans la meute, on dit que manger de la chair humaine nous transforme en monstre. Seulement, la faim me tiraillé, je n’ai pas pu résister. Elle était allée chercher du bois dans la forêt, je l’ai suivi, en silence, la traquant, elle a cru que c’était l’un des hommes du village. Et une fois que sa garde fut baissée, je me suis jeté sur sa gorge. Le sang a tachait la neige si pur, le sang a volé sur l’immaculée. Ses cris se sont vite tuent et moi. Moi j’ai continué à mordre, à déchiqueté cette chair, si rouge, si chaude… si délicieux… Son sang et sa chair était le meilleur des repas. J’étais ravie. Mais voilà… j’en voulais encore… Toujours plus.
Alors j’ai continué, j’ai continué à tuer, à déchiqueter. La chair était si bonne. Le premier meurtre ne fut pas le plus simple a mettre en place. Ensuite c’est un jeu de louveteau. Tout était si facile… Mon corps a alors changé, je suis devenu plus grand, plus fort, mes crocs sont devenu plus tranchants, mon appétit pour la chair aller en crescendo. Toujours plus… TOUJOURS PLUS ! Et je suis alors devenu trop gourmand. Je m’avançai bien trop dans les villages. Ma meute étant morte, j’étais devenu un solitaire. Dans la région, la bête venait tuer sans aucune pitié. Selon les rumeurs, j’avais un pelage métallique, d’autre que je ressemblai a un dragon. Mais non je restai un loup noir juste ma taille avait augmenté.
J’ai continué mes massacres pendant trois longues années. Et puis en 1767 un homme est rentré dans la ligné de mes meurtres… Chastel qu’il se nommait. Cet homme portait sur le dos une peau de mes semblables et s’amuser à tuer des enfants. Mais voilà… Les enfants n’ont pas un gout subtil, ils sont amer, aucun délice parfumé. Nan il utiliser mon nom pour sa folie. De rage et de faim je me suis précipité dans le village. Quelle erreur… Là les hommes m’ont capturé, abimant ma belle fourrure. J’eu beau me débattre rien n’y a fait… Je fus emmené dans une espèce de grand labo. Et puis il y a eu ce grand nuage… Si grand qu’il a tout enveloppé


Pendant la malédiction
BIP BIP BIP BIP BIP

-TA GUEULE !

Je jette un bras hors de ma couette pour écraser le réveil avec force, je l’ai pas snoozé, je viens de l’exploser avec violence. Et merde je suis bon pour en racheter un. Je me lève en grognant bruyamment, me dirigeant a l’aveugle dans la salle de bains. Devant le miroir, j’observe mon reflet. Mes cheveux cuivré contraste avec ma peau des plus clairs, pâles comme la neige. Je soupire quand je laisse mes doigts glissaient sur la cicatrice que je porte sur mon flanc, j'ignore comment je me suis fait ça, mais cette marque est là, comme un rappel que j'ai oublié... Cela ne devait pas être important de toute façon.
J'observe mes tatouage sur les bras, je suis quelqu'un de violent, je le sais, j'ai d'ailleurs pas mal morflé et j'ai été obligé de faire de la taule. Je dis pas que c'est loin derrière moi, je le sais, je suis en sursis diras t'on. Je me prépare rapidement et enfile ma tenu de travail. Une blouse blanche enfin plus si blanche que ça, elle est taché... taché de sang... Non je bosse pas à la morgue, je suis bouché.
J'adore mon boulot, tranché cet viande si rouge, sentir l'odeur métallique du sang, la chair fraiche entre mes mains, le gout de la viande cru. Tout ça font que j'aime ce que je fais. Je n'ai de toute façon pas les "qualifications requises" pour faire autre chose. et je dois dire que rien ne m'intéresse, en fait.... Si il y a qu'un truc qui me plait, les armes blanches, tout ce qui est couteau etc... J'aime bien observer les moindres détails, le grain de l'acier, le fil de la lame.
Tout cela fait que par instant, je me demande comment un corps pourrait être coupé avec une lame dentée ou en acier filé, je suis curieux. Dés fois j'observe les gens depuis ma fenêtre et je me demande... Je me demande comment les gens réagiraient si il découvrait un cadavre sur le pas de leur porte. et étrangement ça me fait sourir. Sans doute courraient ils comme des poulets sans têtes. Moi j'aime ça, j'aime les imaginés plongés dans une espèces de peur.
Pourtant je dois sourire, me montrer le plus aimable au monde. Les affaires sont les affaires, mais cela ne m'empêche pas de tenir un carnet où si un psychologue avait la bonne idée de mettre son nez dedans, je pense avoir un aller direct pour l'asile. Chez les dingues.  Rien qu'en y pensant j'en rigole, m'attirant des regards curieux que je fais taire d'un regard. Non, personne n'a le droit de savoir mes pensées les plus sombres... Elles sont a moi... elles sont ma liberté...


Après la malédiction
Courir... Courir... Courir plus vite... Enfin la voilà ! J'ouvre brusquement la porte pour la faire claquer si fort que le mur en est venu à tremblé. Je me recroqueville au sol en gémissant, griffant mes doigts dans ma chevelure, ma respiration courte me fait mal, j'ai du mal a respiré, je sens mon coeur battre au niveau de mes tempes. Respire bon dieu ! Soudain je me calme, et je me met à rire, un rire si fort si libérateur si... Jouissif ! Je rigole à en pleuré !

-Alors c'était ça ! C'était ça !

Sous mes paupières closes, les images des meurtres défilent, sur ma langue, le gout de la chair et du sang. Soudain ce corps me parait trop petit, trop étroit... Trop humain ! Mes doigts passent sur mon flanc, là où j'ai la cicatrice, oui maintenant je m'en souvient... La douleur d'une balle qui traverse la peau, déchire les chairs, et s'enfonce dans le corps. Je me souviens que dans cette cage où l'on m'a transporter verc ce labo, on me l'a retiré comme on retirerai les plombs fichaient dans la chair d'un porc. Je m'en souvient ! je me souviens de tout ! Le silence fait place et les odeur revienne, celle de la peur, des larmes, du sang, j'entends les rires et les cris, les paroles de chacun de mes voisins. J'ai un nouveau terrain de jeu... Un terrain bien plus fertile que les plaines du gévaudant, cependant bien plus risqué aussi, je vais devoir la jouer fine maintenant...


crackle bones


Dernière édition par Lucian N. Naugrim le Mer 20 Jan - 21:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: pourquoi s'arrêter au chaperon rouge ? tout être humain est délicieux (FINIIIIIIIIIIIIIIIIII)   Ven 15 Jan - 0:05

Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui Oh que oui


Love LA BETE DU GEVAUDAN + MONDE SANS COULEUR ! Je ne pourrais être plus jouasse ! J'ai hâte que tu finisses ta fiche parce que je trouve qu'elle roxe déjà du poney *-* je suis faaaaan !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: pourquoi s'arrêter au chaperon rouge ? tout être humain est délicieux (FINIIIIIIIIIIIIIIIIII)   Jeu 21 Jan - 22:13

Elle est enfin fini X)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: pourquoi s'arrêter au chaperon rouge ? tout être humain est délicieux (FINIIIIIIIIIIIIIIIIII)   Sam 23 Jan - 20:58


Bienvenue sur Heroes and Villains

Lucian N. Naugrim!


Félicitations! Tu as complété ta fiche personnage avec brio!
Te voici prêt à aller jouer dans Storybrooke et ses alentours.
Tu as été ajouté au groupe Villains.
Pour une expérience optimale, pense bien à recenser ton avatar!
Tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens ici, demander un rp dans cette section et tenir à jour ton journal de bord de RP en créant un sujet ici!

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un des admins.

Nos admins chéris sont :
code (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: pourquoi s'arrêter au chaperon rouge ? tout être humain est délicieux (FINIIIIIIIIIIIIIIIIII)   

Revenir en haut Aller en bas
 
pourquoi s'arrêter au chaperon rouge ? tout être humain est délicieux (FINIIIIIIIIIIIIIIIIII)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives Présentations-