Partagez | 
 

 Stop disappearing, I'm trying to kill you ! • Cuinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Stop disappearing, I'm trying to kill you ! • Cuinn   Mer 3 Fév - 0:53


Stop disappearing, I'm trying to kill you !

Matthew & Cuinn


Matthew aimait particulièrement l'inobservable. Et par cela, il n'entendait pas les particules et autres quartz, non ; ça il le laissait volontiers aux physiciens et mathématiciens de ce monde, qui se débrouillaient mille fois mieux que lui avec des calculs et des équations qui n'en finissaient plus. Car au final, une particule même invisible grâce à un microscope restait, si on laissait de côté le premier degré, observable ; elle était observable grâce à des calculs, des réflexions qui menaient à une réalité physique. Non, ce qu'il entendait par inobservable, c'était les événements que l'on ne pouvait pas observer, même à travers une hypothèse ou une explication logique malgré l'absence d'images concrètes.
Peut-être aussi qu'il avait besoin d'un dictionnaire pour différencier les termes « inobservables », et « inexplicables ». Sauf que l'inexplicable avait toujours une explication, même fantaisiste, d'origine divine ou simplement avec un « ta gueule c'est magique ».
Mais ça n'était pas le plus important ; le plus important était que Matthew avait un mal fou à observer le fait qu'il ait pu être un lapin dans une autre vie. La plupart des autres gens acceptaient le fait d'avoir deux vies dans leur tête sans le moindre problème apparent, et les 99 % se contentaient de rejeter leur fausse vie pour embrasser avec soulagement leur ancienne, la vraie ; mais Matthew, l'humain, le rationnel, l'enquêteur du paranormal, n'arrivait tout simplement pas à conclure par « ta gueule c'est magique », alors que la magie était bien évidente, en face de lui. C'était simplement impossible pour son esprit. Il n'était pas scientifique, mais pas un ahuri non plus ; « ta gueule c'est magique », ça ne lui suffisait pas. Il acceptait que quelque chose puisse être inexpliquable par la science terrienne connue ; il avait beaucoup plus de mal à laisser passer le fait que ça puisse être inobservable, car quelque chose d'inobservable était quelque chose que Matthew était incapable d'observer, ce qui était impensable pour un penseur de sa trempe.
C'était peut-être pour cette raison que la voiture était passée si près de lui ; il avait la tête tournée vers le sol, imperméable à son environnement extérieur, pratiquement des oeillères sur les yeux, et un air réfléchi sur le visage. C'était peut-être aussi dû au fait qu'il n'avait plus l'habitude du rythme soutenu du Lapin Blanc ; en temps normal, il était patient et observateur, analytique, précautionneux. Mais depuis que ses vrais souvenirs s'étaient déversés dans son cerveau, il marchait au moins trois fois plus vite que d'habitude, réfléchissait cent fois plus vite, réagissait dix fois plus violemment, et transpirait deux fois plus d'eau, jetant un œil à sa montre à gousset à peu près toutes les trente secondes alors qu'il n'avait absolument aucun rendez-vous, délai ou même objectif personnel à respecter selon un horaire précis. Hormis retrouver Alice, peut-être ; mais c'était encore une autre histoire.
Mais pour en revenir à la voiture, c'était une journée assez classique ; soleil, un peu de vent, il faisait froid, toutes ces petites choses, ces petits détails qui importaient peu à Matthew. Il était sorti de chez lui comme rarement afin de faire une course ; et à peine dix mètres après être parti, il s'était soudainement souvenu de quelque chose d'étrange qu'il avait remarqué, le faisant aussitôt changer de direction, avant d'oublier instantanément pourquoi il avait mis les pieds hors de chez lui. C'était comme ça qu'il s'était retrouvé planté au milieu de la route, la main autour du menton, en train de se demander ce qu'il allait bien pouvoir faire maintenant, quand il se sentit soudainement propulsé sur le côté, tandis qu'un crissement de pneus strident retentit à côté de lui.
Couché sur le dos, il n'eut que le temps de voir le véhicule percuter de plein fouet celui qui lui avait apparemment sauvé la vie.
Enfin… ça ça aurait été dans un monde normal. Mais apparemment, à Storybrooke les règles étaient différentes.
La voiture passa au travers de la silhouette, et celle-ci se tourna vers Matthew avec l'air de dire « t'inquiètes, j'ai l'habitude ».
La voiture était passée au travers de cet homme, et cet homme s'était soudain retrouvé propulsé au sommet des sujets d'études actuels de Matthew -qui se résumaient à l'horloge, la maison hantée et quelques petits détails sans importances.

« Vous… êtes vous un fantôme ? Est-ce que je peux vous étudier ?! Suivez-moi ! Suivez-moi ! Venez boire un thé chez moi ! Ou chez vous, c'est le bazar chez moi… S'il vous plaît ! Je vous invite ! »

Il s'approcha de l'homme « invisible », les yeux emplis d'espoir.
Enfin il trouvait quelque chose d'intéressant qui éloignerait son obsession pour son propre passé...


Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
 
Stop disappearing, I'm trying to kill you ! • Cuinn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-