Partagez | 
 

 La ville Déserte || Freya [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Albane R. Raven

avatar
En réalité, je suis
Suiginto
☸ Conte : Rozen Maiden

☸ True Love : La question n'est pas encore tranchée

☸ Avatar : Emily Browning
© Crédit : Lim
MessageSujet: La ville Déserte || Freya [terminé]   Mer 3 Fév - 18:58

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Freya Laaks

I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


Je me présente, je me nomme Freya Laaks! Je suis né(e) un 31 décembre au Japon, dans un futur plus ou moins proche. Vous l'avez bien compris j'ai donc pas moins de 23 ans et pas une ride sur mon visage! Pour les intéressées je suis Célibataire Pour pas qu'il n'y ai pas de mal entendu je suis faites pour aimer mais déçue par les humains! Avant d'aller plus loin je dois vous prévenir, dans le monde Réel on me connaît sous le nom de Freya du conte ChobitS ! De Persocom de légende - une chobitS - cohabitant dans le corps de ma sœur jumelle, Elda, je suis passé(e) à plongée dans le coma, puis hackeuse. Et pour finir, on me confonds souvent avec Taylor Swift. Je fais aussi partie du groupe des Villains.

Anecdotes

† Freya a une sœur jumelle, Elda, aussi appelé Tchii. Elles n'ont pas été construites, et activées, en même temps, mais elles sont considérées, et se considèrent, comme des jumelles, au physique en tout point semblable, à un tel point que sous la malédiction, elles sont véritablement jumelles.

† Freya et Elda ont transférés les données de la première dans le corps de la seconde, car elle se mourrait : ainsi restent-elles ensemble, et en vie.

† Elle ferait tout pour sa sœur

† Elle est restée plongé dans le coma durant la malédiction

† Freya est technopathe : elle peut notamment, comme Elda, communiquer et forcer les protections de n'importe quel appareil technologique ou réseaux: rien ne saurait lui résister. Mais ce qui marque la différence avec sa sœur, c'est qu'elle contrôle totalement ses dons : elle pourrait hacker - ce qu'elle fait d'ailleurs pour apporter de quoi vivre à sa sœur - n'importe quelle banque sans se faire prendre, car sa technologie dépasse celle du monde de Storybrook. Elle ne laisse de plus aucune trace de ses intrusions. Dernier point intéressant, Freya possède sa propre wifi. Si elle a un support adapté, comme un téléphone, elle pourra se connecter à internet sans besoin de forfait ou de connexion à un autre point d'accès.

† Freya est peut-être une humaine aujourd'hui, mais elle garde une rancune tenace contre eux. Ils se sont montrés incapable d'amour pour un ordinateur, alors qu'elle et sa sœur avait été créer pour ça. Pour elle, ses programmes informatique ne différaient pas vraiment des programmes naturelles que la vie créer chez un humain, comme l'instinct de survie. Elevée et programmée avec des valeurs qu'elle pense naturelle, comme l'honnêteté, l'amour et le bonheur, elle fut sidérée de découvrir les humains menteur, manipulateur et mauvais. Pour elle, plus de retour en arrière possible : les humains sont irrécupérables, et ne méritent que la mort. Si elle ne tiens pas à leur mort à tous, c'est uniquement pour sa sœur. Ce qui ne l'empêche pas de se mêler aux histoires des humains, pour mieux les faire tomber aux yeux d'Elda, et lui prouver qu'ils ne sont pas bons.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Caractère


† sombre † dépressive † violente † bienveillante † curieuse † calme † froide † claustrophobe † patiente † déterminée † renfermée † discrète

Dans les premiers instants de sa vie, Freya était un être très semblable à ce qu'est sa sœur aujourd'hui. Candide, sa naïveté n'avait d'égal que sa joie de vivre, elle était heureuse et insouciante. Les humains la fascinaient, et elle se sentait comme l'un d'entre eux, parce qu'elle était élevée ainsi, suivant leurs manières et les mœurs, par l'amour et le bonheur. Mais la découverte des autres émotions fut dure, et difficile, creusant un écart entre elle et l'être humain. Elle était une machine - certainement pas un être humaine - programmé avec des codes long et complexe. Une vérité apparaissait alors à ses yeux : si les hommes avaient été suffisamment évolué et intelligent pour la créer, il restait une race imparfaite et faible. Elle avait eu le temps d'y réfléchir, terrée dans le corps de sa sœur, et elle en avait conclut qu'ils n'avaient aucun droit sur elle. Freya s'était mise à haïr les humains, et elle était restée neutre à cause d'une unique chose : sa sœur. Elda avait besoin de ces humains, elle avait besoin d'apprendre, comme Freya l'avait fait, parce que sa sœur n'était plus là pour l'aider, lui parler dans son esprit n'étant pas assez.

Ainsi avait-elle beaucoup changé depuis sa naissance, et même radicalement. Aujourd'hui, dans un corps bien à elle, elle devient plus sensible aux émotions humaines. Quelque peu dépressive, elle se laissait tout de même mourir avant de venir se refugier chez sa sœur, elle est sombre et renfermée. Très secrète sur tout ce qui la touche - elle se trouve tout de même dans une ville étrangère à la technologie bien moins développé que son Tokyo mais envahit de phénomènes magique - elle se montre la plus part du temps neutre, voir froide, envers le monde extérieur, un masque que seul sa sœur parvient à passer. Mais il ne faut pas croire que Freya est une personne totalement négative : des premiers instants de sa vie, elle a gardé sa curiosité naturelle, ainsi qu'une certaine bienveillance - bien que distribué au compte goutte, et en fait uniquement à sa sœur - et une patience honorable. Pourtant, derrière son apparence calme et discrète se révèle une violence destructrice et incontrôlable, doublée d'une détermination puissante. Elle a déjà tué pour protéger sa sœur, et n'hésitera pas à recommencer, surtout qu'à présent, elle n'est plus limité par le corps d'Elda et le remord de perturbée sa vie et son bonheur par ses actions.

Enfin, il est utile de préciser que Freya est, depuis son réveil à StoryBrook, extrêmement claustrophobe. C'est que les facteurs s'accumulent. Elle était auparavant un ordinateur, connecté aux réseaux et aux autres appareils, aussi libre que l'air, une liberté aussi tendue qu'internet. Elle ne connaissait pas d'autres limites que celle de son propre corps. Mais elle fut transférée dans le corps d'Elda, et elle se retrouva bien malgré elle prisonnière de cet état, et si elle parvint quelques rares fois à prendre possession d'Elda - pour la protéger - la nouvelle sensation de liberté ne fit qu'aggraver la situation. Maintenant devenue une humaine, sortant d'un coma profond, elle supporte mal d'être physiquement enfermée quelque part, pas quand elle se sent déjà à l'étroit dans son nouveau corps.

crackle bones




Derrière l'écran
Derrière mon écran, moi je m'appelle Victoria cils. Actuellement j'ai 19 ans, et je RP depuis huit ans bientôt mimi . J'ai découvert le forum grâce à ma sœur chérie cils. De moi on dit que je suis quelques ~. D'ailleurs je trouve le forum très bien :uh: et je suis content(e) d'y être. Ah j'ai un petit mot pour vous au fait : :uh:
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
crackle bones


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
La ville déserte

Il était une fois une ville déserte, où les humains vivaient seuls, enfermés, en compagnie de leur ordinateur



Avant la malédiction

Tout commença un trente-et-un décembre. Le début de tout, le commencement d'une nouvelle histoire, quand l'histoire tourne une page dans son évolution, un nouveau pas en avant. Les ordinateurs étaient de plus en plus performant, mais jamais ils n'avaient atteint le niveau de celui qui venait d'être allumé. J'avais des yeux, pour voir le monde autour de moi, deux globes mobiles, bien loin des cameras sans angle mort. J'avais des lèvres, une bouche pour parler, et un nez pour sentir, des mains pour toucher, des jambes pour me déplacer. Jamais auparavant un ordinateur n'avait été aussi aboutit. J'étais l'être le plus proche d'un être humain, l'être qui allait déclencher les débats les plus virulents, sur l'amour et les émotions que je pourrais ressentir. Mais ce jour-là, le jour de ma naissance, je n'avais pas encore conscience de tout cela. Il n'y avait que moi, mes programmes qui s'activaient, et devant moi deux personnes, que j'avais analyser comme un homme et une femme. J'avais ouvert les yeux, et au premier regard, un mot s'était naturellement présenté à mes programmes -mon esprit - dans l'ombre d'un sourire. Mon premier mot.

-Maman !

Quelle joie avait habité cette femme ! Ma mère. A l'époque, je ne savais presque rien du monde, incapable même de tenir la conversation la plus simple. Mais ce mot avait été intégré à mes programmes, je le connaissais et je savais son importance, bien qu'ils durent approfondir la notion. J'avais très tôt appris qu'une mère ne devait pas forcement mettre au monde elle-même son enfant pour qu'il le soit. De toute façon, comme le disais mon père, il m'avait créer, et pour cela j'étais leur enfant.

Que dire de ces premiers de ma vie ? Ils sont les plus heureux de mon existence, et aussi les plus durs. Je les aimais tant. Trop. Il n'y avait aucune ambiguïté avec ma mère, elle me protégeait et prenait soin de moi, elle m'apprenait tout ce que me réservait ce monde, mettant un nom sur toutes choses. Mais les relations avec mon père furent plus compliqués. Ils ne savaient pas ce qui m'arrivait tout à coup, ce vide dans mes yeux. Ils cherchèrent même un défaut dans mes système. Mais moi je savais. J'étais tombée amoureuse de celui qui se disait mon père, alors que je ne pouvais pas. Parce que je savais bien qu'il n'était pas la personne rien que pour moi. Mon père aimait ma mère. Il m'aimait aussi, mais pas comme j'aurais voulut qu'il le fasse. A l'instant même où je pris conscience de cet état, mon état se dégrada brusquement. Dépression, solitude, mes parents eurent pourtant une merveilleuse idée. Ils avaient comprit la solitude qui habitait mes programmes, sans en comprendre la source, et ils décidèrent d'agrandir notre famille.

Que dire d'Elda ? Elle est devenu la chose la plus précieuse que je connaissais. Elle était l'exact réplique de mon corps, les même cheveux blond qui volaient dans son dos, ses grand yeux ouvert sur le monde, cette peau douce et parfaite que nous avait donné mon père. Elle était pourtant différente de moi, un programme étranger, que je ne connaissait pas, mais qui s'accordait si bien au mien. Elle était moi, j'étais elle, et pourtant nous étions différente, comme de véritables jumelles. Ses programmes avaient été activé durant le printemps, et elle était si vive et joyeuse, m'apportant la lumière et son sourire dans ma dépression. Et tout à coup, le monde allait mieux. J'avais une sœur merveilleuse, et une famille aimante. Pourquoi fallait-il alors que mon cœur soit aussi douloureux ? J'avais été programmé pour aimer, et être aimer, et la douleur était une donnée indispensable pour me rapprocher le plus possible des émotions humaines, et des humains. Et la douleur était si vive.

Comment survivre à une telle chose ? Il n'y avait pas de soins possible, on ne pouvait simplement pas occulter cette souffrance de mon corps. Parce qu'elle était dans ma tête, dans mon cœur - aussi virtuel soit-il - dans mes programmes. Indissociables de moi. Quel autre de choix que de me laisser mourir ? Mourir. Une bien étrange notion pour un ordinateur. Mais nous n'étions pas après tout n'importe quel ordinateur, et qui pouvait nier que mon corps se dégradait, et que je me laissais mourir ? Bientôt, il ne me restait plus aucune force, alitée sous le regard impuissant de ma famille. J'allais mourir, disparaître. Plus aucune donnée ne subsisteraient de moi, seulement le souvenir qu'ils auraient de moi. J'aurais du savoir qu'Elda ne le permettrait pas. Comment dire non alors aux supplications de sa sœur chérie ? J'étais un ordinateur, une machine, mais je ne vouais pas mourir. Disparaître. Des câbles avaient relié nos deux corps, et mon âme fut soudainement aux cotés de celle d'Elda, dans son corps à elle. Mes données s'enfouirent dans les siennes, et Elda oublia tout de ce qu'elle savait, toute sa vie, et tout ce qu'elle avait apprit, parce que le transfert des données nécessitait que tout soit effacé. Mais Elda n'avait pas trouvé la personne qui était pour elle, alors elle avait accepté l'oubli, afin que moi, sa soeur, ne soit pas effacé.

Elda fut alors désactivée, tout comme moi, et laissé à l'abandon, parce qu'elle ne pouvait rester auprès de nos parents sans risque que moi, je ne l'influence à aimer la personne qui était pour moi. Alors nous nous retrouvâmes seul, dans le grand monde, alors qu'elle n'avait aucune conscience de ma présence. Plusieurs personnes trouvèrent Elda bien sûr. Beaucoup ne trouvèrent même pas comment l'allumer, parce que notre père avait placé l'interrupteur entre nos cuisses, au plus profond de nos êtres, afin que l'on soit aimé de l'amour le plus pur. La personne qui nous aimerait pour ce que nous sommes devrait suffisamment nous aimer pour faire abstraction de ses désirs. Ainsi Elda voyagea-t-elle de foyer en foyer. Certains trouvaient comment allumer le persocom, mais lorsqu'ils connectaient Elda aux réseaux, ils ne trouvaient aucun programme, aucun système. Aussi vierge qu'une feuille blanche. Lorsque les humains tentaient de forcer nos protections, ils échouaient irrémédiablement, faisant même crasher tout leurs appareils.

Alors la plupart abandonnait à nouveau Elda, et moi qui savait tout cela, qui conservait ma mémoire, au contraire d'elle qui était réinitialiser, je désespérais de trouver un jour la personne qui l'aimerait pour ce qu'elle est. Un jour même, Elda atterrit chez le pire des hommes. Après l'avoir allumer, il ne cessa de toucher sa peau, la laissant aussi nue que le jour de sa naissance, alors que ma soeur ne comprenait rien de ce qu'il se passait. Cet homme voulait la toucher, pénétrer au plus profond de son être, la faire sienne un instant, assouvir ses vils désirs. c'était trop pour moi et Il ne put aller bien loin. Aussitôt que sa main remonta trop sur la cuisse d'Elda, je prit possession de son corps, afin de la protéger. Cet homme n'était pas celui qu'elle aimait, et il osait la toucher. Sous ma volonté, les câbles qui se trouvaient la pièces s'élevèrent, entourant la gorge de cet humain. Ils serrèrent, et serrèrent encore, jusqu'à ce que pus aucun souffle ne traverse son corps. Alors je le laissa retomber sur le sol, quittant sa maison pour qu'une autre personne trouve ma sœur.

Jusqu'à ce qu'un jour, un jeune homme ne la récupère. Hideki, s'appelait-il. Je ne sus pas tout de suite qu'il était diffèrent de tout les autres. Il avait lui aussi remarqué la peau douce de ma sœur, et l'absence apparent de système. Mais il l'avait habillé, et lui avait donné un nom, Tchii. Il prenait soin d'elle, lui donnant des vêtements et l'instruisant. Jamais auparavant l'expérience n'était allé aussi loin, jamais auapravant Elda- Tchii - n'était restée éveillé aussi longtemps. Parfois même, lorsque sa sœur fermait les yeux, elle pouvait alors me voir, et je pouvais la voir, la serrer dans mes bras, serrée contre ses données. Hideki était-il la personne qui l'aimerait pour ce qu'elle était ? Je commençais à le croire. Alors j'aidais comme je pouvais, apparaissant à ma sœur pour lui faire comprendre petit à petit le bonheur et l'amour. Hideki s'occupait d'elle comme il pouvait, lui trouvant même un travail dans une boulangerie. Il y avait notre mère aussi. Je l'avais reconnu dès le premier instant, et je dus me faire violence pour ne pas prendre possession de Tchi pour la conduire vers notre mère. Je savais bien que je devais rester à l'écart, quand bien même je brulais d'envie de la serrer dans mes bras. Je pensais être en sécurité. A tord.

Par deux fois Tchii attira l'attention de personne mal intentionnée. Comment avais-je pu oublier la fragilité de ma sœur, à la merci de ces hommes aux désirs inavouables ? Par deux fois, je pris à nouveau possession du corps de Tchii pour la défendre, éloignant de manière violente ces humains d'elle. Il n'était pas pour elle, elle n'était pas pour eux.

Et un jour, Tchii comprit l'ampleur de ses sentiments, et elle comprit que Hideki était celui qu'elle voulait, celui qu'elle aimait pour ce qu'il était. Les choses se précipitèrent à cet instant. Parce que l'humain n'était pas prêt. Il voyait encore Tchii comme une machine, un robot, tout juste bonne à occuper une place de machine à laver. Les humains étaient donc incapable d'aimer les ordinateurs ? C'était ce que redoutait nos parents, notre père. Il avait peur de nous avoir condamné, Tchii et moi, à une existence maudite, puis nous étions faites pour aimer et être aimer par des humains. C'est pourquoi il installa, lors du transfert de mes données en Elda, un programme destiné à détruire tout les ordinateurs personnels, ceux qui avaient une forme humaine, créer à partir d'Elda et de moi. Je cherchais depuis trop longtemps la personne qui était destinée à ma sœur. Elle n'existait pas, c'était un mythe, un mirage. Les humains étaient incapable de nous aimer et de recevoir notre amour. C'est pourquoi j'activa ce programme. Nous ne devions plus souffrir. La ville entière s'éteignit. Personne ne pouvait résister au programme. La brume s'élevait sur la ville, à la faveur de la nuit. Au quatre coin du pays, les persocoms s'éteignirent. La fin était proche. La brume retomba alors, nous prenant dans son piège, nous emportant dans sa malédiction avant que nous puissions faire quoique ce soit.



Pendant la malédiction

Le sort noir était une chose bien étrange, et très certainement puissante. Il avait donné forme humaine à des animaux et des créatures, créé une ville toute entière dans un monde inconnu. Il avait maintenu tout ses habitants figé dans le temps durant prêt de vingt huit ans. Mais la malédiction n'était pas infini de pouvoir. Lorsque Tchii - et donc par extension Freya - fut prise dans la brume sombre, son corps, un ordinateur, devint humain. Ses données, ses programme se changèrent en son esprit et son âme. Le problème étant que son corps abritait non pas une, mais deux personne, puisque ces changements opérèrent aussi sur sa sœur. Ni une ni deux, la nouvelle âme se retrouva expulsé du corps nouvellement humain de Tchii. Problème, une âme ne peut pas se balader impunément dans une ville dépourvu de magie. Ainsi fut créer un nouveau corps pour cette nouvelle âme, un corps parfaitement identique à celui qu'elle venait de quitter, en tout point semblable même à celui qu'elle habité la première fois. Mais la malédiction n'est pas parfaite, nous l'avons mentionné plus haut. Changer le corps d'un animal en celui d'un humain est compliqué, mais faisable. C'est un même système, avec des organes et de la vie. Passer d'un ordinateur - ne contenant techniquement aucune vie - à un corps viable est tout de suite plus difficile. Difficile, mais faisable. Mais créer un corps de toute pièce est un exploit un peu trop ... miraculeux. C'est pourquoi Freya ne connu aucune vie sous la malédiction de la méchante reine. Son corps vivait, mais il était plein de défaut et d'erreur que la science des hommes ne saurait résoudre. Seul la magie le pourrait.


Après la malédiction
Mais elle avait tout de même une existence dans ce monde-ci. Lorsque la magie revint dans la ville de Storybrook, elle acheva le nouveau corps de l'ordinateur, la ramenant ainsi à la vie, ou plutôt lui donnant la vie. Elle découvrit ainsi qu'elle était tout de même connue, même si elle n'avait aucun souvenir de cette ville en se réveillant : elle se nommait Freya, était tombé brusquement dans le coma sans raison apparente, telle une belle au bois dormant piqué par une aiguille, et avait une sœur jumelle, Elda - qui avait bien mieux supporté la transformation qu'elle - qui lui rendait régulièrement visite. Savoir cela avait réchauffé son cœur, le cœur qui battait désormais dans sa poitrine. Savoir qu'elle était désormais humaine bousculait tout ses repères et ses croyances. Mais le pire concernait sa petite sœur, qui n'avait par contre pas bien supporté le retour de sa mémoire. Et ainsi fut-elle réinitialiser, une fois de plus. Mais était-ce un mal pour autant ? Freya savait que Hideki, le garçon, n'aimait pas sincèrement sa sœur pour ce qu'elle était. Lui éviter cette souffrance était peut-être préférable. Elle était de plus là maintenant, à ses cotés, pour lui apprendre tout ce dont elle avait besoin. Ainsi les deux sœurs s'installèrent ensemble, et Freya pu s'occuper d'elle convenablement. Non contente de ce qu'elle trouva, sa sœur méritait bien mieux, elle ne tarda pas à trouver la solution à ses problèmes : elle maitrisait en effet ses pouvoirs, les restes de son existence d'ordinateur, ben mieux qu'Elda, et hacker n'importe quel service était un jeu d'enfant pour elle. Elle ferait tout pour sa sœur, et les notions de légal, d'illégale, de bien et de mal ne trouvait plus aucune place dans son esprit. Seul comptait leur survie, ensemble, et la protection de sa jumelle.



crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby S. Lucas

avatar
En réalité, je suis
Le Chaperon Rouge
☸ Conte : Le petit chaperon rouge

☸ Emploi : Co-Directrice au Granny's
☸ True Love : C'est mon médecin à moi, celui qui ramène les morts à la vie ♥

☸ Avatar : Meghan Ory
© Crédit : bonnie [avatar] |
MessageSujet: Re: La ville Déserte || Freya [terminé]   Mer 3 Fév - 20:54

Taylor Swift toi aussi Bave Bienvenue officiellement Love

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
I'm still falling for you
Your heart got me feeling so fine. And just like that all I breathe all I feel You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t365-who-s-afraid-of
Niels Mørck

avatar
En réalité, je suis
Rozen
☸ Conte : Rozen Maiden

☸ Emploi : Animateur à la garderie le jour & recruteur de show pour le Rabbit Hole la nuit
☸ True Love : Une véritable folle de son chat, personne n'est parfait

☸ Avatar : Calvin Harris
MessageSujet: Re: La ville Déserte || Freya [terminé]   Jeu 4 Fév - 11:00

Bienvenue mimi


Très belle fiche en tout cas :uh: j'aime beaucoup !


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Dream
We all are living in a dream but life ain't what it seems. Oh everything's a mess. And all these sorrows I have seen they lead me to believe that everything's a mess. But I wanna dream. Leave me to dream... ⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1481-ainsi-font-les
Diana Lake-Jones

avatar
En réalité, je suis
La Dame du Lac
☸ Conte : Légendes Arthuriennes

☸ Emploi : Romancière d'Héroïc Fantasy
☸ True Love : Killian Jones, MY Captain

☸ Avatar : Leighton Meester
© Crédit : Aliana
MessageSujet: Re: La ville Déserte || Freya [terminé]   Sam 6 Fév - 1:39


Bienvenue sur Heroes and Villains

Freya Laaks!
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Félicitations! Tu as complété ta fiche personnage avec brio!
Te voici prêt/prête à aller jouer dans Storybrooke et ses alentours.
Tu as été ajouté au groupe Villains.
Pour une expérience optimale, pense bien à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]!
Tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], demander un rp dans [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et tenir à jour ton journal de bord de RP en créant un sujet [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]!

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un des admins.

Nos admins chéris sont :
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
code (c) crackle bones

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Diana Lake-Jones
Parfois on fait des choix pour un plus grand nombre, même quand c'est un choix insensé, c'est ce que j'ai fait aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t81-quand-on-ne-croi
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: La ville Déserte || Freya [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La ville Déserte || Freya [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives Présentations-