Partagez | 
 

 Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☸ Conte : Là-Haut

☸ Emploi : Opportuniste
☸ True Love : Where are you ?

☸ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   Lun 15 Fév - 20:27


Sweet dreams are made of this

Jackie-Rose & Tony mimi


Lorsque la malédiction fut levée, après les émotions et les retrouvailles pleines de larmes, la plupart des habitants de Storybrooke se remplirent d'une vive colère à l'égard d'une certaine méchante Reine ; mais ce n'était pas le cas de tout le monde, et certainement pas le cas de Jackie-Rose.
Quand les souvenirs refirent surface dans son cerveau, elle était en train de déguster une crêpe à la fête foraine ; elle avait d'ailleurs développé un amour inconditionnel pour les crêpe au caramel depuis quelques temps, sans trop savoir pourquoi. C'était une fois installée à côté du stand, discutant avec le forain, que l'onde de choc la percuta de plein fouet ; et une fois le contrecoup passé, un sourire des plus lumineux avait éclairé son visage, alors qu'elle avait lâché sa crêpe sur le sol. Les yeux brillants, le visage alerte, elle s'était mise à respirer bruyamment par la bouche, faisant pendouiller sa langue comme elle le faisait autrefois, laissant toutes ses aventures du monde des contes la submerger. Elle était folle de joie ; et d'un autre côté, tout cela lui paraissait incroyablement… logique.

Elle était Doug ! Doug était elle ! Mais oui ! Les ballons ! Son Maître ! Russell ! Son prisonnier Kevin ! Qu'est-ce qu'ils étaient devenus ?! Toutes ces odeurs ! Toutes ces couleurs ! Tous ces gens qu'elle était encore plus prête à aimer de tout son coeur de canidé ! Oh mais qu'est-ce qu'elle avait faim ! Qu'est-ce qu'elle avait envie de sauter sur la première personne venue et en faire son nouveau maître ! Mais attends… bien sûr que non, dans ce corps-ci, elle ne pouvait avoir de maître ! Et puis de toute façon, le seul maître qu'elle veut c'est Carl Friedricksen ! Où est-il ? Où est Russell ?! Oh une balle de tennis !

Toutes ces pensées se mélangeaient en même temps dans l'esprit de Jackie-Rose, et, sans réfléchir, elle se lança à la poursuite d'une balle qui venait de lui passer sous le nez à la vitesse de l'éclair. Plus rien d'autre ne comptait que rattraper cette balle ; mais alors qu'elle s'apprêtait à bondir devant une voiture en marche pour ce faire, elle s'arrêta soudainement, totalement immobile, scrutant l'horizon d'un air particulièrement attentif, sans prêter attention aux jurons du conducteur du véhicule qui avait failli la percuter. Elle était certaine d'avoir senti une odeur d'écureuil… Et elle DEVAIT le retrouver !

Non, attends, attends Jackie-Rose… Rassemble tes pensées. Ok, elle était Doug, elle était un chien jusqu'au bout des ongles, mais elle avait quand même ce corps d'humain, et elle devait avant tout… avant tout… retrouver les autres ? Pourtant ce n'était pas ce que ses pensées traduisaient ; il y avait bien Kevin, Russell et Carl qui traînaient dans un coin de sa liste de priorités -peu fournie-, mais une autre silhouette, évidente, grosse comme une maison dans son esprit, qui lui hurlait d'aller à sa rencontre. Tout ce qu'elle avait envie, c'était de voir Anthony, et de lui annoncer la grande nouvelle !

Riant aux éclats, elle fit demi-tour, pendant que ses pensées traversaient son esprit à mille à l'heure ; comment allait réagir Anthony ? Et lui, qui était-il autrefois ? Serait-il heureux de la voir ? Un nombre improbable de questions qu'elle n'aurait jamais pensé se poser, et dont elle n'était pas totalement consciente, car jamais n'avait-elle été si désireuse de la compagnie d'une seule personne…

Oh mais tout un monde à aimer à nouveau, maintenant à travers le prisme de son point de vue canin ! Tellement de gens sur lesquels bondir, de balles à rattraper, d'écureuils à courser, de chats à aboyer sans merci ! Savait-elle même encore aboyer ? Elle tenta une fois, indifférente du regard des gens ; de toute manière, tout le monde était trop occupé à chercher les gens qu'ils aimaient pour prêter attention à une demoiselle qui courait à perdre haleine en aboyant, un immense sourire sur ses lèvres.

Elle tourna un coin de rue, manqua de percuter quelqu'un, bondit sur le côté et se propulsa en avant ; elle y était presque ! Elle pouvait voir sa maison d'ici… Oh mais qu'elle était impatiente de lui sauter dans les bras ! En espérant qu'il ne rechignait pas aux gratouilles. Elle avait une envie folle qu'on lui ébouriffe les cheveux en lui disant à quel point elle était une brave fille !

« ANTHONYYYYYYYYYYYYYYYYY ! »

Son cri perçant retentit en écho le long de la rue ; et au moment où elle se retrouva devant la porte d'entrée, celle-ci s'ouvrit à la volée. Sans perdre son élan, Jackie-Rose sauta en avant, percutant Anthony tout en l'enserrant dans ses bras, les précipitant en arrière. Et elle riait elle riait ! Heureusement pour eux, un truc mou amorti leur chute, probablement un tapis ; et Jackie-Rose se laissa rouler sur le sol, absolument hilare, sans même regarder si elle n'avait pas accidentellement écrasé, ou même pire, tué Anthony avec ses acrobaties. Il n'avait pas l'air mal en point, en tout cas, et puis elle était bien trop heureuse pour se préoccuper de dommages collatéraux !

« Anthony ! Anthony ! Toi aussi tu as récupéré tes souvenirs hein ?! Je n'arrive pas à y croire, et en même temps c'est tellement évident ! »

Elle continuait de rire, avant de se lever avec agilité, tirant Anthony par le bras pour l'aider à se relever au passage. Elle s'était un peu calmée désormais, essoufflée par la course et maintenant soucieuse de l'état d'Anthony.

« ça va ? Tu vas bien hein ?! Oooh Anthony ! Devine qui j'étais ! Allez devine ! Oh et puis non je vais te le dire, j'ai trop envie de te le dire tout de suite… J'étais Doug ! Tu te rends compte ? Un chien qui parle ! Et maintenant regarde moi ! »

Disant cela, elle se recula de quelques pas, avant de tourner sur elle-même, faisant voleter sa robe gitane autour d'elle, avec toujours un sourire imperturbable sur les lèvres. Oh, elle n'avait qu'une envie, c'était danser, chanter, et dépenser toute cette énergie nouvelle qu'elle avait en elle ! Elle voulait crier et danser avec le monde, et lui dire à quel point elle l'aime !

« Oh Anthony, c'est si merveilleux ! Et toi, et toi ? Tu étais qui ? Attends je vais essayer de deviner… Euuuh… Hansel ? Nooon, ça te ressemble pas… ou… Diego ? Non plus, t'as pas une tête de tigre à dents de sabre… Alors, alors ? Tu me dis ?! Et tu veux qu'on joue à la baballe après ?! »

Disant cela, elle lui ébouriffa les cheveux avec affection, surprise tout de même que le geste vienne d'elle ; d'habitude, dans sa vie de chien, c'était l'inverse !..


Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Rain falling on my face

⋆ Please let me inside your heart, let me love you


Oh I wish I had the answers I wish I had the time to give you all the reasons why it's worth it down the line because there's people crying every night keep on smiling through the light
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Anthony Scarecrow

avatar
En réalité, je suis
L’Épouvantail
☸ Conte : Le magicien d'Oz

☸ Emploi : Avocat et Ospipailleur
☸ True Love : C'est blond et souriant et ça court après les écureuils ♥

☸ Avatar : David Tennant / Felicity Jones
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   Dim 21 Fév - 20:55

Jackie-Rose ∞ Anthony
Sweet dreams are made of this ♥
Ce soir noir aura réellement bouleversé la vie de nombreuses personnes. Et pas uniquement dans le seul fait de leur avoir créé une seconde "identité" en quelque sorte. C'était même plus qu'une identité qu'avait gagné chacune des nombreuses victimes de la méchante reine... C'était bel et bien de faux souvenirs, d'une vie qui en fin de compte n'avait jamais été la leur... Vingt-huit années de volées, sans réellement l'avoir été, puisque que pendant toutes ces années de mensonges, personne n'avait vieilli... Tout les habitants avaient été figés comme dans une bulle temporelle. La magie était fabuleuse parfois. Quel dommage que Anthony Scarecrow n'y ait jamais cru à l'époque... Si il avait su...

En tout cas, lorsque la dites malédiction dont il n'avait même pas été conscient, se brisa, il était seul chez lui - comme souvent d'ailleurs, après tout, la liste des connaissances du jeune avocat n'était pas très étendue. Un livre de théâtre dans les mains, un bon Shakespeare comme il pouvait aimer les relire à ses heures perdues. Lorsque l'onde magique le percuta, il en lâcha le dit bouquin dans la surprise. Wow, c'était quoi ça. Sa tête lui faisait mal, et il avait l'impression de sortir d'un loin sommeil. Oh, mais attendez un instant, il était un épouvantail. Les épouvantail ça ne dormait pas. C'était tout juste un exploit qu'il soit en vie, pourquoi voulait vous en plus qu'il perde du temps pour dormir. Mais alors qu'il allait poser sa main sur sa tête, pour tâter sa cervelle toute neuve qui faisait que sa tête de paille ne sonnait plus creux, il eut la surprise de tomber sur... Des poils ?

- Qu-quoi ?

Se levant pas réflexe, il passa sa seconde main dans cette touffe de poil qui avait remplacé son crâne fait de paille. Non, il avait encore un crâne, mais mais mais... Qu'était il arrivé à sa précieuse paille ? C'était pas drôle ! Si il perdait toute sa paille, il ne pourrait plus être en mesure de bouger. Je sais pas, un épouvantail sans paille, c'état comme un humain sans peau, ou sans vêtement. Enfin, c'était très gênant quoi. Il venait de se souvenir de qui il était vraiment, oui, enfin d'ailleurs. Il avait détesté le fait qu'on l'ait bien roulé dans la farine. Puis, que faisait il ici ? Où était sa Dorothy ? Et ses autres amis ? Oh faites que cette sale sorcière à la face toute verte ne leur ait pas fait de mal. Déjà qu'elle lui était tombé dessus alors qu'il était à la cité Emeraude... D'ailleurs il ne pouvait pas se souvenir ce qui s'était passé juste après... Mais ça n'avait pas d'importance. Enfin, pour le moment. Tony avait juste envie de savoir ce qui était arrivé à sa paille ! Mais voilà, le jeune homme ne se doutait pas que c'était plus que sa paille qui avait disparue.
Toujours en train de s'ébouriffer ses nouveaux "poils", il tournait en rond. Attendez un instant, depuis quand la peau de son crâne était aussi douce. Les épouvantails, c'est pas supposés être doux. C'est vrai que depuis le choc de son retour de mémoire, il n'avait même pas regardé le plus important dans tout ça de ses propres yeux : lui même. A quoi ressemblait il. Redescendant enfin ses mains de son crâne, il découvrit que ces dernière étaient... Beiges ? Comme Dorothy ? Oh par tout les munchkin, il était devenu Dorothy ? Non. Le chevelu remonta ses manches. Des poils ! Il en avait ici aussi... Mais alors, est ce que ça voulait dire que...

Vite vite. Il devait en avoir le cœur net. Un miroir ! Où est ce qu'il y en avait déjà ? Sa chambre ! Prenant les escaliers qui menaient à son petit coin à lui quatre par quatre, il découvrit alors la nouveauté, et sur le coup, il ne savait même pas si il devait être effrayé ou être heureux...

- Humain... Je suis humain !!


Un large sourire s’étira sur les lèvres d'Anthony. C'était génial. Cette malédiction lui avait apporté tout ce que le magicien d'Oz n'aurait jamais pu lui offrir. La chance d'être comme tout le monde, d'être un humain... C'était ironique de devoir être presque redevable à ce niveau à une malédiction. Mais qu'il ne s'habitue pas trop à ce nouveau corps, qui avait pourtant été le sien pendant 28 années. Ce n'était peut être pas définitif après tout...

C'était un peu égoïste de sa part, mais à part avoir eut quelques pensées pour ses connaissances de son pays d'origine, le fantastique pays d'Oz, il n'avait pensé à rien d'autres que sa propre personne... Pourtant, il avait des amis ici aussi, peu, vu son caractère à chier dirait-on de pendant la malédiction, mais oui, visiblement, il existait des personnes qui arrivaient à le supporter, il y avait ce gentil pêcheur qui se baladait avec lui des fois le soir, puis il y avait le vendeur à la boutique de farce et attrape qu'il admirait beaucoup en secret, et il y avait aussi...

Non, il n'avait pas rêvé ? Quelqu'un avait crié son nom dans la rue ? Et cette voix... Il n'y avait aucun doute c'était... Descendant en sautant autant de marche qu'il pouvait les escaliers, remerciant au passage la malédiction de lui avoir offert un corps assez agile, il ouvrit sa porte d'entrée pour découvrir Jackie-Rose, la douce jeune femme avec qui il avait fait un tour de grande roue la dernière fois qu'il avait mis les pieds à la fête foraine...

- Jacki...

Il n'eut même pas la chance de prononcer la totalité de son prénom, ni même le reste de la phrase qui aurait suivi, que la tornade blonde venait déjà de le percuter violemment, l'entrainant en arrière dans son élan. Alors pour être honnete, il ne s'y attendait pas du tout. Et elle rigolait, à gorge déployée. Un peu déboussolé au début, Anthony finit par sourire, et en fin de compte, se faire emporter par la bonne humeur et le rire de la jeune femme. Pourquoi riaient ils ? Aucune idée. Mais ça faisait juste du bien de rire parfois... Mais même une fois sur pied, il n'eut même pas le temps d'en placer une qu'elle l'assommait déjà de paroles. Lui qui aimait temps parler et entendre sa propre voix... Au moins il était tombé sur quelqu'un qui avait la même passion que lui. Voilà pourquoi ce fameux soir, il s'était dit qu'elle était une bonne personne avec qui converser... Comme quoi.

- Oui oui j'ai récupéré mes souvenirs... Oh et oui je vais bien... Et... Oh ? Un chien parlant ! Les chiens ne parlaient pas d'où je venais, ou enfin.. Je sais pas. Je n'ai croisé qu'un seul chien à Oz... Toto...

Et en effet, lui aussi n'avait pas été le seul à avoir subit un effet secondaire du sort, gagnant ainsi un corps humain. Ooooh que ça devait être excitant pour elle de se savoir humain alors qu'avant elle n'était qu'un chien. Il comprenait parfaitement sa joie, lui même ressentait un peu la même après tout...

- Et bien figure toi que j'étais un épouvantail ! J'étais fait entièrement de paille, de quelques bouts de bois, et de magie ! Tu te rends compte ! Et regarde ça !


Sur ce, il ressouleva sa manche et tendit son bras vers Jackie-Rose, pour qu'elle voit de ses propres yeux l'incroyable réalité.

- J'ai une peau ! De la chair ! Des poils ! Et même des os ! Enfin... On ne les vois pas, mais je sens que j'ai un squelette en moi ! C'est incroyable de pouvoir bouger ainsi ! Dire qu'avant je vivais tout empaillé ! Oh qu'est ce que je suis heureux d'être humain ! Je me sens important, je me sens plus vivant que jamais ! Et j'ai j'ai... Une CERVELLE !

Il disait tout cela, alors qu'elle s'était décidé à tâter de sa belle chevelure, dont au passage il était plutôt fier. Il avait vu de nombreux hommes avec des cheveux tout courts ou même rasés. Mais non, lui il était différent. Il avait d'épais cheveux ! Enfin, il n'avait jamais su les dompter mais ils étaient tellement beaux ! Enfin, il espérait du moins. Anthony aurait bien aimé être blond par contre, il adorait les cheveux blonds, ça lui faisait penser à sa bonne vieille paille. Jackie-Rose avait de beaux cheveux blonds elle !
Il se recula un peu, remontant du mieux qu'il pouvait ses cheveux en place, ce qui était peine perdue, et sourit à son invitée inattendue.

- Et bien... Je ne pense pas avoir de balle ici, surtout des vieux livres en fait... Mais je t'en prie, entre ! Tu as faim, soif, j'ai des gâteaux si tu veux !


Ils avaient encore sans doute beaucoup de choses à se dire, et à redécouvrir. Après tout, c'était la première fois qu'ils se parlaient avec leur véritables souvenirs...
code by Silver Lungs

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's good to be alive
This life could almost kill ya when you’re trying to survive. It’s good to be here with ya. I was lost and I was gone. You and me against the world... Yeah, it’s all right it’s a beautiful night. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t248-je-ne-veux-pas-
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☸ Conte : Là-Haut

☸ Emploi : Opportuniste
☸ True Love : Where are you ?

☸ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   Sam 5 Mar - 19:18


Sweet dreams are made of this

Jackie-Rose & Tony mimi


Bien qu'elle n'était pas quelqu'un de particulièrement du genre à retenir ses émotions, Jackie-Rose sentait une énergie nouvelle la parcourir de part en part ; une énergie qui lui donnait envie de mâcher des balles de tennis, courir après des écureuils et aboyer des chats. Aboyer ? Tiens, est-ce qu'elle savait encore le faire ça ? Faudrait qu'elle teste ! Oh ce serait tellement magnifique d'être capable d'aboyer ! Elle ne savait pas trop à quoi cela servirait dans son corps humain mais tant pis, aboyer c'était la vie !

« Oh, mais c'est normal tu sais ! Les chiens ne parlent pas normalement, mais mon maître, enfin ancien maître, était un génie explorateur, il avait inventé une machine qui permettait à ma meute et moi de parler ! Oh, ma meute, tu crois qu'ils sont ici aussi ?! Toto ! Un chien ! Tu me le présenteras, dis, tu me le présenteras ? »

Elle avait dit cela avec une fierté candide, la tête levée comme elle l'avait toujours quand elle parlait de son ancien maître le chasseur de Kevin. Mais elle se montra soudainement inquiète, maintenant qu'elle pensait aux autres chiens qui constituait son groupe.« Enfin, mon ancien maître c'était un explorateur… Charles Muntz, il était gentil, c'est lui qui m'a élevée ! »

Gentil n'aurait peut-être pas été le bon terme, mais Jackie-Rose ne voyait pas ce que son ancien maître avait bien pu faire de mal. Après tout, il l'avait fait grandir en lui répétant qu'il fallait qu'elle capture les dabous ! Les dabous ! Où étaient ses futurs prisonniers ? Oh comme elle avait hâte de repartir à la chasse !

« Oh boy ! Oh boy! Qu'est-ce que j'ai hâte de retourner à la chasse aux dabous ! Tu viendras avec moi, Anthony, hein ? Tu viendras?! »

Et pendant que Anthony tendait son bras vers elle et bombait le torse, tout fier, pour montrer à quoi il ressemblait en tant qu'humain, Jackie-Rose applaudissait en riant, sincèrement heureuse de voir que Anthony semblait si satisfait de ce qu'il était devenu. Une peau ! De la chair ! Des poils ! Oh, des poils ! Voilà quelque chose qui manquait à Jackie-Rose, et elle venait de s'en rendre compte, commençant à se frotter les bras, les jambes et le ventre à la recherche de sa douce fourrure de Golden Retriever, soudain concernée par cette étrange perte ; oh, elle avait quand même une espèce de mini-couche de poils sur les avant-bras, pratiquement invisible et certainement pas suffisant pour se réchauffer en hiver… Rien sur ses jambes et son ventre par contre, et tout à coup, bien qu'elle était habillée d'une robe qui couvrait l'essentiel de son corps, elle se sentait pratiquement nue, ce qui la fit pouffer. Elle avait envie de rejoindre Anthony dans sa fascination pour sa chevelure, et pour se faire, elle retira le bandeau qui retenait ses cheveux en arrière et les secoua de la même manière qu'un chien qui s'ébroue, et pouffa un peu plus fort en les voyant dans tous les sens, et se dit que ça devait être là que tous ses poils étaient partis s'assembler, vu la longueur qu'avait sa chevelure.

« Une cervelle ! Tu as une cervelle ! Oh mais c'est génial Anthony, je suis tellement heureuse pour toi ! Mon ancien maître et ma meute me disaient toujours que je n'avais pas de cervelle, alors tu me diras ce que ça fait d'en avoir une ! »

Elle disait cela avec sa candeur habituelle, se remémorant avec affection sa vie dans la forêt du Venezuela du monde des contes, avec sa famille, ses aventures avec son nouveau maître Friedricksen… Oh, il fallait qu'elle se mette à la recherche de Carl ! Et Russell ! Et tout le monde ! Et Muntz ! Et…

« Écureuil ! »

Le cri était parti tout seul, et Jackie-Rose sentit son corps entier se tendre au maximum, ses yeux devenir ronds et ses oreilles -enfin métaphoriquement- se dressèrent sur sa tête, tandis qu'elle fixait l'horizon par la porte encore grande ouverte. Oh boy, oh boy ! Qu'est-ce qu'elle avait envie de courir !

Et c'est d'ailleurs ce qu'elle fit, oubliant l'invitation d'Anthony, oubliant que le monde existait autour d'elle, uniquement concentrée sur cette fichue boule de poil qu'elle rêvait d'attraper sans jamais y arriver. Même dans le monde des contes, quand elle avait son corps de canidé…

Mais cette fois, elle fonçait à tout vitesse, s'empêtrant tous les trois pas dans sa robe qui n'était décidément pas faite pour courir, mais continuant quand même sans jamais quitter sa cible des yeux ; et heureusement qu'elle parvenait à le voir encore, car des yeux humains normaux ne lui auraient jamais permis une telle prouesse, mais avec le retour des souvenirs et surtout de la magie, tous ses sens avaient explosés, lui envoyant en pleine face des odeurs, des sons, des visions bien plus vives et percutantes que ses sens humains lui permettaient ; elle voyait chaque mouvement de l'écureuil, tournait à gauche puis à droite, encore un peu tout droit, jusqu'à enfin sentir le sol devenir un peu plus mou que les rues de béton, et Jackie-Rose réalisa qu'elle avait suivi la bestiole jusque dans un parc.

Mais ce n'était pas la seule chose qu'elle réalisa ; elle s'arrêta soudain, respirant à toute vitesse, se rendant compte qu'elle était complètement essoufflée et que ses jambes parvenaient tout juste à la porter, et probablement plus pour très longtemps ; elle sentait le sang battre sous sa poitrine, dans ses tempes, dans ses poignets, partout où le sang battait plus fort qu'ailleurs ; et elle se rendit compte que quelques secondes de course en plus et elle serait probablement tombée sur le sol le temps de reprendre ses esprits. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas couru comme ça !

Mais quand l'inconfort se dissipa et que sa circulation sanguine se calma, Jackie-Rose se remit à l'affût de ce qu'elle cherchait ; oh boy, oh boy, elle n'avait pas oublié son objectif, elle devait retrouver cette boule de poils ! Elle était forcément quelque part ; et puis, pourquoi elle se cachait ? Elle avait juste envie de la mâchouiller un tout petit peu, comme une balle de tennis… et puis un écureuil mort c'était si beau, si poétique ! LÀ-BAS ! L'écureuil la fixait -oui oui, elle aurait juré qu'il la fixait- depuis un arbre complètement immobile, prêt à foncer dans l'autre sens au moindre mouvement de la jeune femme ; et Jackie-Rose ne bougea pas d'un pouce, attendant l'exact bon moment pour foncer dans sa direction et espérer l'attraper, quand…

« ÉCUREUIL ! »

Elle se jeta en avant en riant, incapable de se retenir, et bondit avec une agilité insoupçonnée en direction de l'arbre avant de sauter à pieds joints contre le tronc ; sauf qu'elle n'avait pas l'air d'avoir compris comment grimper fonctionnait, et l'écureuil était parti depuis longtemps quand enfin elle parvint à se hisser sur la branche la plus basse, à nouveau essoufflée et éreintée.

Elle était… sur un arbre ? Elle était sur un arbre ! Oh boy, oh boy, elle devait être le tout premier chien capable de grimper sur les arbres ! Sur un arbre !

« Anthonyyyyy ! Regarde, je suis sur un arbre ! Je suis le premier chien de toute l'histoire des chiens qui a réussi à grimper sur un arbre avec seulement ses pattes pour l'aider ! Hahahaha c'est génial tu trouves pas ? »

Ce ne fut qu'à ce moment-là seulement qu'elle se rendit compte qu'Anthony se tenait en bas de l'arbre, l'observant d'un air curieux, ce qui signifiait qu'il l'avait suivie depuis chez lui dans la course effrénée dans laquelle elle s'était jetée sans la moindre hésitation ; lui adressant un grand sourire, elle lui fit un grand signe avec ses bras, heureuse de le voir la regarder ainsi avec un air surpris. Puis, se rendant compte qu'elle était partie sans prévenir et sans même répondre à son invitation, et elle se sentie soudain toute honteuse de son comportement, se recroquevillant un peu sur elle-même en prenant un air désolé.

« Pardon d'être partie sans rien dire, Anthony, je voulais pas être malpolie, c'est juste que… Enfin il y avait un écureuil ! Un écureuil ! Il fallait que je lui cours après… Enfin… Ah ! Au fait, tu connais la blague sur écureuils ? "Un écureuil monte dans un arbre et dit : j'ai oublié de stocker des noisettes pour l'hiver, et maintenant, je suis mort" ! HAHA ! C'est drôle parce que l'écureuil a mourru ! » À une vitesse ahurissante, Jackie-Rose avait oublié son embarras et avait raconté la blague avec complicité, toujours penchée vers le sol où Anthony se tenait. « Tu veux monter me rejoindre ? Tu veux m'aider à retrouver l'écureuil aussi ?! »

Son obsession pour les écureuils, revenue aussi soudainement que ses véritables souvenirs, restait décidément bien plus puissante sur son fonctionnement général, et elle ne pouvait absolument pas s'empêcher d'y penser encore et encore, au point qu'elle ne jurait plus que par ça, ne se rendant pas compte qu'elle ennuyait peut-être Anthony, ou pire, lui faisait sûrement extraordinairement peur avec sa manie de parler de la mort des écureuils comme d'une ode à la vie, à la beauté et à la poésie, une véritable révolution pour les canidés et pour les êtres vivants en général. Non parce qu'une femme telle que Jackie-Rose, qui faisait toujours passer la vie des autres avant elle, apprécier la mort de quelque chose, c'était quand même un paradoxe !..

Surtout qu'avec ça, à ce stade, elle ne savait pas non plus comment elle allait descendre de cet arbre…


Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Rain falling on my face

⋆ Please let me inside your heart, let me love you


Oh I wish I had the answers I wish I had the time to give you all the reasons why it's worth it down the line because there's people crying every night keep on smiling through the light
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Anthony Scarecrow

avatar
En réalité, je suis
L’Épouvantail
☸ Conte : Le magicien d'Oz

☸ Emploi : Avocat et Ospipailleur
☸ True Love : C'est blond et souriant et ça court après les écureuils ♥

☸ Avatar : David Tennant / Felicity Jones
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   Jeu 23 Juin - 17:28

Jackie-Rose ∞ Anthony
Sweet dreams are made of this ♥
Inviter des gens chez lui était quelque chose de nouveau.. Enfin, il lui semblait... Il n'avait jamais eut de maison auparavant. A Oz, sa maison, c'était son champ. Il avait beau avoir passé les premiers moments de sa vie planté, empalé à un piquet, cette expérience plutôt courte ne lui manquait pas du tout. Vivre en étant accroché condamner à voir de stupides oiseaux ravager son chez soi c'était une torture ! Maintenant qu'il avait une véritable cervelle, et pas une camelote comme Oz avait pu lui refiler, il ne pouvait pas s'empêcher de se demander quel horreur était passé par la tête du Munchkin qui l'avait mis au monde lorsqu'il s'est dit qu'il préfixerait sans doute d'une vie pareille... Qu'est ce que les êtres de chers pouvaient être égoïstes... Enfin, c'était ce qu'il pensait, jusqu'à que sa route croise celle de Dorothy.

Si il comprenait bien, Jackie aussi avait eut des maitres dans son ancienne vie. L'ex épouvantail se demandait bien quels genres de maitres elle avait bien pu avoir, le sien avait l'air plutôt sympathique et intelligent selon ses dires... En tout cas, pour l'instant, la blonde semblait intéressée en la personne de Toto...

- Bien sur que je te le présenterais ! Je te présenterais aux autres aussi ! Après tout tu es mon amie !

Après tout si il y avait bien une chose que cette nouvelle vie lui avait offert c'était une nouvelle chance de gagner confiance en soi et de devenir un peu plus indépendant. Et regardez un peu le résultat ! Il s'était fait une nouvelle amie, tout seul ! Alors que pourtant il avait un caractère plutôt à chier durant la malédiction... Anthony se demandait comme il pouvait même se supporter lui même. Le pire c'est que parfois, au fin fond de sa tête lorsqu'il se perdait dans ses pensées, il se trouvait à être de nouveau Anthony Scarecrow. C'était un peu terrifiant. Il se demandait à quel point certains habitants de la ville avaient été affectés par cette magie noire... Et si certains étaient devenus fous ? Jackie-Rose avait l'air de se porter à merveille, et il s'en réjouissait, mais il ne pouvait pas se permettre de tirer des conclusions trop hâtives sur son état, puisqu'il ne la connaissait pas du tout avant... Un minute... Pour qui il se prenait là ? Un docteur ? A trop réfléchir pour rien il en aurait presque laissé son invitée parler toute seule devant la porte à un mur... Il se donna une claque mentale avant de retrouver son sourire.

- Ne raconte pas n'importe quoi voyons ! Je suis sur que tu as une cervelle ! Du moins maintenant en tout cas ! Tout les humains ont une cervelle je peux te l'assurer ! Je l'ai lu dans un livre, je n'ai pas vérifier en personne, je te rassures... Et franchement ça ne me donne pas trop envie... Mais j'ai vu des images ! Et... Bien sur que je viendrais avec toi ! Une minutes... Des Da... Quoi ?

Alors qu'il venait de parler de façon on ne peut plus sérieuse - il avait pas peur d'ennuyer son invitée le chevelu ! - il se retrouva à s'embrouiller lui même alors qu'il tentait de se rejouer la phrase de la jeune blonde dans sa tête en replay une multitude de fois... Mais quoi qu'il arrive il ne comprenait pas ce que pouvait être un dabou... Et ça le vexait un peu il devait l'admettre, il détestait ne pas savoir. Mais pour ne pas décevoir Jackie-Rose, il ferait de son mieux pour se renseigner à ce sujet aussi vite qu'il le pourrait !

- Quoi ?

Heureusement - ou malheureusement - pour lui, Jackie-Rose s'était décidé de détourner la conversation vers une toute autre boule de poil, que cette fois ci Anthony connaissait : un écureuil.

- Qu'est ce que tu...

Il n'eut aucune réponse et avant même qu'il eut le temps de refermer la bouche la jeune femme partit au galop à la recherche d'un écureuil. Pourquoi donc ? Décidément, Tony ne comprenait pas les femmes... Il ne se souvenait pas que Dorothy était ainsi... A moins que ce n'est eut un lien au fait que Jackie soit légèrement plus âgée ? En tout cas, la seule chose qu'il savait c'est qu'il n'allait pas resté planter ici comme un idiot, à ça non ! Il se décida donc à mettre le nez dehors à la poursuite de la tornade blonde qui venait de traverser la rue. Courir était aussi quelque chose qu'il n'avait pas l'habitude de faire, mais honnêtement, il pouvait se considérer comme un bon coureur. Enfin, il avait l'air d'aller plutôt vite. A Oz, il ne ressentait pas la fatigue, ne mangeait pas, ne dormait pas. Mais là, ici, tout était différent pour lui. Il connaissait la fatigue, avait un corps plus ou moins endurant, et surtout, avait découvert le sucre. En tout cas, même si il ne se déplaçait pas à son maximum, il dut bien admettre que Jackie-Rose était nulle part pour être vue. Elle avait filée si vite que maintenant, le pauvre Tony avait juste l'air d'un idiot tout seul et l'air perdu dans une rue. Enfin, jusqu'à ce qu'il entende le son d'une voix familière appeler son nom.

- Jackie ?

Et là, il l'aperçut. Puis, il cligna trois fois d'affilée des yeux, dans la confusion. Mais que diable faisait elle là haut ? En tout cas, elle avait l'air fière d'elle, il ne comprenait pas trop pourquoi, après tout ce ne serait pas le genre de chose qu'il avait l'envie de faire personnellement, mais il supposait que ça faisait partie des choses de la vie qu'il avait encore à découvrir ? D'un pas un peu hésitant, il se rapprocha de l'arbre, la tête toujours levée vers elle. Il haussa un sourcil se rendant compte que son humeur venait de changer tout d'un coup de la joie à la honte...

- Pourquoi tu t'excuses ! Je te promets tu n'as rien fait de mal ! Tu as le droit de courir dans la rue si ça t'amuses après tout ! Ce n'est pas comme si je t'avais impérativement demander de me rendre visite juste après la rupture de la malédiction ! Tu as déjà été assez gentille pour venir me voir de toi même ! Je n'ai aucune raison d'être en colère !

Cet aspect si changeant de Jackie-Rose le surprenait parfois, mais finissait toujours par l'amuser. Il avait beau lui même avoir l'air plutôt intelligent, il y avait tellement de choses qu'il ne savait pas encore qu'il préférait ne pas s'arrêter à des détails aussi idiots pour une dispute qui gâcherait sa journée...

- Ah... Euh, se serait avec plaisir mais non merci ! Je préfère chasser les oiseaux pour ma part !

Puis il se voyait mal tenter de monter à un arbre... Puis ça abimerait ses beaux vêtements... Un minute ? Depuis quand il faisait attention à son apparence ?

- Tu comptes rester là haut encore longtemps ? Tu es coincée ? Tu veux que je t'aides à descendre ?

Il avait beau ne pas en avoir envie, si Jackie-Rose était vraiment coincée, il ferait un effort pour venir la chercher. Quand même !

code by Silver Lungs

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's good to be alive
This life could almost kill ya when you’re trying to survive. It’s good to be here with ya. I was lost and I was gone. You and me against the world... Yeah, it’s all right it’s a beautiful night. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t248-je-ne-veux-pas-
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☸ Conte : Là-Haut

☸ Emploi : Opportuniste
☸ True Love : Where are you ?

☸ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   Dim 10 Juil - 22:35


Sweet dreams are made of this

Jackie-Rose & Tony mimi


S'il y avait bien une chose qui caractérisait la Jackie-Rose post-malédiction, c'était qu'elle n'avait absolument aucune capacité de focalisation ; on aurait même pu la diagnostiquer atteinte du syndrome d'hyperactivité si on l'envoyait consulter. Tant de gens semblaient rempli d'amertume avec ce retour soudain des souvenirs ; elle était même presque sûr d'avoir vu une foule se diriger avec fourches et torches enflammées vers la mairie en arpentant la rue, mais elle n'y avait pas prêté attention à cause de l'écureuil. Mais pour Jackie-Rose, c'était une étrange libération, elle ne faisait plus qu'un déjà avec son ancien elle, ce chien maladroit et amusant qu'elle avait été se mélangeait avec la flamboyante et pétillante Jackie-Rose pour former un résultat des plus homogènes et explosifs. C'était peut-être simplement le feu de l'action qui la rendait si surexcitée et incapable de se concentrer plus de trois secondes, mais une chose était sûre ; la malédiction n'avait pas été un coup de massue pour elle, plutôt qu'une nouvelle chance de déployer ses ailes dans un tout nouveau corps et un tout nouvel endroit.

Elle fit des grands signes à Anthony quand il assura qu'elle n'avait rien fait de mal -quelque chose de très important quand on était un chien, après tout, de savoir qu'on avait pas fait une si grosse bêtise !- et fit mine de vouloir descendre, mais se rendit vite compte que ça risquait d'être bien plus compliqué que ça en avait l'air à la base. Elle fit la moue, et pour la première fois depuis qu'elle était arrivée chez Anthony pour filer ensuite, se plongea dans un silence inhabituel. Comment allait-elle résoudre cette énigme ? Devait-elle sauter dans le vide ou essayer de grimper dans l'autre sens ? Décidément, cette manie de bondir dans toute situation sans prévoir une porte de sortie lui allait à merveille.

« Les oiseaux ? Mais ils sont si jolis ! Ce serait dommage de les déplumer ! » Elle fit son sourire colgate à Anthony, puis enchaîna : « Baaaaah je crois que je suis coincée oui. Enfin je ne sais pas comment je suis montée, alors je ne sais pas comment redescendre ! Mais je vais essayer attends... »

Elle posa ses mains vers la base de la branche, cherchant à y prendre appui pour au moins descendre d'un cran ; mais quand elle avança ensuite sa jambe gauche vers une petite excroissance du branchage, elle sentit quelque chose la retenir. Les yeux ronds, elle regarda en arrière, et vit que sa robe désormais froissée et dans tous les sens s'était empêtrée dans des branchages… Oh boy oh boy ! Comment allait-elle bien pouvoir descendre de là sans se faire mal ? Elle tenta une autre manœuvre, essayant de tendre son bras pour décrocher sa robe, quand…

« Wouaaaah ! » Son pied glissa et, avant qu'elle ne puisse réagir, elle sentit la gravité reprendre le contrôle de son corps ; ses bras s'agitèrent dans le vide, et elle tomba. « Oups ! » Pensant qu'elle allait se faire très mal, elle ferma les yeux, anticipant le choc, mais quelque chose de mou amorti soudainement sa chute dans un grognement étrange. « Ooooh… Je suis pas morte ! Je suis pas morte ! » Baissant les yeux, elle se rendit compte que la masse molle en question était Anthony en personne, qui faisait la grimace, son visage à quelques centimètres du sien. Regardant autour d'elle, elle réalisa qu'ils étaient couchés l'un sur l'autre, l'homme ayant visiblement fait son possible pour lui éviter une mort certaine -bon, certainement pas une mort mais c'était pour le symbole ! « Ooooh Anthony, tu m'as sauvé la vie ! » Elle lui embrassa le front avec une joie non-dissimulée, avant de se rendre compte que peut-être elle lui avait fait mal… confuse, elle se releva énergiquement, bien qu'un peu sonnée par toute cette aventure, et se mit à genoux près d'Anthony, les yeux emplis d'inquiétude. « Tu ne t'es pas fait mal au moins ? Excuse moi de t'avoir mis dans l'embarras, ma robe est restée accrochée aux branches et j'ai glissé… Tu n'as pas mal hein ? »

Elle ne semblait jamais reprendre sa respiration entre deux phrases, par un miracle insoupçonné ; et elle parvint enfin à cesser de parler pour s'assurer qu'Anthony allait bien ; celui-ci se remettait gentiment d'avoir servi d'amortisseur, l'air un peu abruti par l'effort. Toute heureuse de le voir en un seul morceau, Jackie-Rose se mit à frétiller sur place comme un chiot qui avait envie de jouer, un énorme sourire sur les lèvres.

« Anthony, tu sais, je suis vraiment heureuse de t'avoir rencontré. Tu es si gentil ! Et les gens ne restent jamais très longtemps près de moi. Enfin, ils ne sont pas méchants et je ne leur en veux pas hein, surtout pas ! J'aime tout le monde ! Mais… en ce moment, tu es ce qui se rapproche le plus d'un maître pour moi. Un gentil maître ! Un maître que j'aime ! »

Peut-être que comparer Anthony à son « maître » n'était pas la chose la plus appropriée… mais pour Jackie-Rose, ce terme n'était pas quelque chose qui impliquait une relation entre un dominant et son soumis ; c'était bien plus que cela, c'était une relation de confiance entre deux êtres, une promesse de protection, de respect et de soutien pour toujours et à jamais. Jackie-Rose était prête à servir Anthony au péril de sa vie, et elle avait envie de le lui faire savoir, de lui montrer sa gratitude d'être entré, et surtout, d'être resté dans sa vie malgré qu'ils ne se voyaient pourtant pas exactement de manière régulière. Elle était comme ça ; elle éprouvait une affection sans pareil pour ceux qui entraient dans sa vie, un bref instant ou le reste de son existence, et jamais elle ne faillirait à sa mission, celle de protéger, de réconforter, de jouer avec ceux qui avaient besoin d'un peu de compagnie.

Elle se mit à rire, et, calmant son excitation, elle aida Anthony à se relever avec douceur, encore un peu confuse par toute cette aventure ; mais ses yeux se tournèrent soudain vers l'arbre, tous ses sens en alerte. Ce maudit écureuil se tenait en haut de l'arbre, immobile, à la regarder ! Mais il la narguait ! Qu'est-ce que c'était sournois, ces bestioles !

« OUAF ! OUAF ! »

Posant brusquement sa main sur sa bouche, Jackie-Rose fit les gros yeux ; ça n'avait rien d'une imitation qui venait de s'échapper de sa gorge… c'était un véritable aboiement ! Un aboiement ! Elle était encore capable de faire ça ? Le corps humain était décidément très étonnant… Pour son plus grand plaisir !

« Oh boy, oh boy ! Je peux encore aboyer ! C'est trop cool ! » Elle sautilla sur place d'un air surexcité, avant de reporter son attention sur Anthony, ne prêtant plus attention à l'écureuil, qui avait déguerpi au premier son qu'elle avait produit. « Et toi, il y a des choses que tu sais encore faire de ta vie d'avant ? Enfin, ça faisait quoi un épouvantail ? Dans mon monde à moi, je n'en ai jamais vu… j'ai seulement vu la jungle ! Alors, dis, ça fait quoi un épouvantail ? » Elle attrapa Anthony par le bras délicatement, cherchant un contact physique comme elle les aimait dans le monde des contes. Qu'est-ce qu'elle aimait les caresses ! Ou mieux, quand on lui ébourriffait les cheveux ! Mais elle pouvait pas lui demander, quand même… si ? « Tu as envie de faire quoi, aujourd'hui ? Enfin si tu veux de ma compagnie bien sûr ! En tout cas, la chasse aux écureuils, c'est fini pour aujourd'hui je crois ! »


Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Rain falling on my face

⋆ Please let me inside your heart, let me love you


Oh I wish I had the answers I wish I had the time to give you all the reasons why it's worth it down the line because there's people crying every night keep on smiling through the light
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Anthony Scarecrow

avatar
En réalité, je suis
L’Épouvantail
☸ Conte : Le magicien d'Oz

☸ Emploi : Avocat et Ospipailleur
☸ True Love : C'est blond et souriant et ça court après les écureuils ♥

☸ Avatar : David Tennant / Felicity Jones
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   Dim 11 Sep - 14:47

Jackie-Rose ∞ Anthony
Sweet dreams are made of this ♥
Pourquoi Anthony n'aimait il pas les oiseaux ? C'est vrai ça... Les oiseaux c'était petit et mignon, ça volait libre dans le ciel. Enfin, ça c'était que leur visage premier. La vérité c'était qu'ils étaient des êtres maléfiques ne pensant qu'à saccager les récoltes des pauvres fermiers et humilier les personnes immobiles. Enfin, maintenant, il n'était plus immobile mais rien que le souvenir du nombre de fois où ces sales bêtes à plumes s'était joué de lui dans son rôle de gardien du champ lui soufflait de continuer à se méfier de ces bêtes là... Il supposait que c'était quelque chose du même style entre Jackie-Rose et les écureuils après tout... Peut être un jour elle lui expliquera plus en détail, qui sait ?

- Oh tu sais je ne leur veux pas forcement du mal, juste les mettre hors d'état de nuire ! Je suis pas un monstre non plus !

Il disait ça en souriant, mais en réalité, c'était un peu un mensonge quand on y pensait... Après tout, étant un épouvantail vivant et doublé de la capacité de s'exprimer et ressentir les expressions humaines - sauf la douleur mais maintenant il commençait à la découvrir, ne pouvait il pas être considéré comme un monstre de ce fait ? En tout cas, Dorothy ne l'avait jamais considéré comme tel...

- Non non attends ne bouge pas je vais...

Trop tard. Voilà déjà que la frêle blondinette tentait de se débattre perchée tout la haut dans l'arbre. Puis, comme par hasard, il avait fallu qu'il n'y ait aucun passant autour d'eux à ce moment. Après tout, il aurait pu demander de l'aide, mais il aurait fallu qu'ils tombent sur trois idiots qui se seraient contentés de rigoler en prenant des photos pour que leur situation ne s'arrange pas du tout. Non, de toute façon, Anthony pouvait très bien s'en sortir tout seul non ? Il était un homme, il était un intelligent... Bon ok, il n'avait pas de supers pouvoirs de téléportation comme l'autre chevelu, ni même un carrure et des bras assez costauds comme son ami marionnettiste mais il pouvait bien faire quelque chose pour l'aider tout seul nan  ? Se sentant impuissant sur le coup, il fronça les sourcils, ennuyés, quand il vis que Jackie-Rose s'était coincé la robe... Sur le coup, il avait presque envie de lui hurler dessus lui reprochant que ce n'était pas raisonnable de monter ainsi dans une telle tenue mais ça ne servirait à rien... Après tout, ce n'était pas de sa faute elle était comme lui après tout, ils devaient encore tout deux apprendre à vivre dans ce nouveau monde... Sauf que la seule différence entre les deux c'était que même avant lui il portait des vêtements, même s'il n'en avait pas réellement besoin...

Après quoi il se calma un peu et releva les yeux vers la jeune femme. Et là, il réagit en un instant. Heureusement d'ailleurs, parce vu la vitesse et la hauteur d'à laquelle la jeune femme était tombé, elle aurait pu vraiment se faire mal... En tout cas, tout ça pour dire qu'il avait plongé pile poil à l'endroit où son amie aurait du atterrir normalement et avait amorti le choc avec son corps. Bon, ce serait mentir de dire que sur le coup il ne s'était pas fait un peu mal, mais il n'avait pas trouvé d'autre moyen. Et plutôt lui qu'elle après tout... Mais bon il faisait un peu la grimace, et clignoter vigoureusement des yeux, attendant que Jackie retrouve assez ses esprits pour se rendre compte de la position un peu gênante dans laquelle ils se trouvaient. Enfin, gênante pour elle, lui il s'en fichait. Après tout, qu'est ce qu'il y avait de gênant dans le fait que deux amis soient couchés par terre à se regarder dans le blanc des yeux ? Tony trouvait ça amusant et sourit comme un enfant.

- Et non, tu n'es pas morte ! Et moi non plus ! C'est génial non ?

Son sourire s'agrandit lorsqu'elle lui embrassa le front. Il n'avait presque jamais été aussi emplit de fierté qu'à cet instant. Lui qui de manière générale avait plus tendance à se dénigrer lui même au profit des autres, c'était quelque chose de très positif. Après tout, depuis leur première rencontre... Jackie-Rose n'avait elle toujours pas eut un effet positif sur lui ? Ce ne devait pas être le fruit du hasard qu'il aime à ce point passer du temps en sa compagnie. Puis, elle avait un si rond et beau visage... Enfin. L'épouvantail se baffa mentalement, les joues légèrement rouges, et se redressa lorsque la blonde lui permit de, la regardant tout en secouant de manière énergique ses bras pour lui faire comprendre que tout allait bien.

- Ne t'en fais pas, je suis plus solide que j'en ai l'air, eh ! Et toi alors ? Tu as fais une sacrée chute ! C'était impressionnant tu m'as fait un peu peur sur le coup.

Il leva la tête vers l'arbre pour voir sa pauvre petite robe pendue à l'arbre. Ça c'était un peu gênant. Voilà que Jackie-Rose n'avait presque plus rien sur elle pour se couvrir. Elle devait avoir froid ! Et puis... Non non non il ne devait pas penser à ce genres de choses. S'éclaircissant la gorge, secouant la tête pour tenter de faire partir ces satanés rougeurs qui décidément ne quittaient pas ses joues, il se leva rapidement, tournant le dos à la jeune femme. Après quoi, il retira en vitesse le manteau qu'il avait rapidement eut le temps d'enfiler sur ses épaules avant de partir à sa poursuite tout à l'heure et lui tendis avec douceur.

- Tiens, enfile ça, les humains sont sensibles, se serait bête que tu t'en rendes compte en attrapant froid !

Il se retourna ensuite vers elle une fois qu'elle eut terminé d'enfiler la dite veste, et croisa les bras sur son torse. Par contre, la phrase suivante qu'elle lui adressa le surpris réellement pour le coup.

- Je... Je suis heureux de t'avoir rencontré aussi Jackie-Rose, mais... Je ne suis pas ton maitre. Nous sommes amis ! Je suis Anthony et tu es Jackie-Rose, et c'est parfait ainsi ! Plus besoin de maitre ou quoi que ce soit désormais ! Je suis flatté que tu me considères ainsi, même si c'est un peu étrange je doit te l'avouer, mais oublions ce genre d'appellation ok  ?

Pourquoi était il aussi gêné qu'elle l'appelle ainsi ? C'était sur que si elle l'appelait comme ça dans la rue, ça aurait l'air plus que bizarre mais plus que ça, il ne voulait pas ce type de relation avec elle. Il ne savait pas réellement ce qu'il voulait d'ailleurs, mais ça, seul le temps en sa compagnie ne lui dira. En tout cas, pour le moment, le bleu semblait un peu blasé et l'aboiement imprévu de la blonde le fit presque sursauter.

- C'était quoi ça ? Oh...

Il avait presque oublié sur le coup qu'elle avait été un chien avant... Comme quoi, il avait vraiment la tête ailleurs en ce moment. Lui qui était pourtant si sérieux d'habitude...

- Et bien... Un épouvantail, c'est supposé faire peur, aux oiseaux plus particulièrement. Notre boulot en quelque sorte, c'est de rester planté dans un champ et effrayer les personnes ou animaux voulant du mal à notre territoire...


Dis comme ça, son boulot passé d'épouvantail n'avait pas l'air des plus glorieux. Mais bon, par chance, le sien n'aura pas duré très longtemps, vu qu'il eut l'opportunité de partir à l'aventure avec Dorothy sur la route de briques jaunes.

- En effet ! Je te propose que l'on rentre chez moi avant tout, que je te donne peut être de meilleurs vêtements. Oh et tu es peut être un peu sale, ou tu as faim peut être ?

Il ne savait vraiment pas quoi lui proposer. Enfin, il lui avait proposé pleins de trucs, il avait surtout l'air pas très sur de lui. Il avait tellement l'habitude d'être plutôt un suiveur à Oz que... Mais c'était fini tout cela, avec Jackie-Rose... GRÂCE à Jackie-Rose, Tony se sentait prendre un peu plus confiance en lui.

- Après si tu veux on pourra faire un tour en ville, qui sait, on verra peut être des visages connus ?

Il avait toute la fin de la journée devant lui, et de toute façon, être en compagnie de la jeune femme était un plaisir... Alors pourquoi s'en priver en fin de compte ? Il espérait juste que ce ne soit pas elle qui finisse par être ennuyé de sa présence...


code by Silver Lungs

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's good to be alive
This life could almost kill ya when you’re trying to survive. It’s good to be here with ya. I was lost and I was gone. You and me against the world... Yeah, it’s all right it’s a beautiful night. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t248-je-ne-veux-pas-
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☸ Conte : Là-Haut

☸ Emploi : Opportuniste
☸ True Love : Where are you ?

☸ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   Dim 9 Oct - 15:19


Sweet dreams are made of this

Jackie-Rose & Tony mimi


Au fond, bien qu'elle ne s'en rendait pas forcément compte, Jackie-Rose pouvait parfaitement comprendre le point de vue qu'Anthony avait à l'égard des oiseaux. Après tout, n'avait-elle pas elle-même un sérieux problème de tolérance à l'égard des écureuils ? C'était la même chose, non ? Pour lui les oiseaux devaient être mis hors d'état de nuire, et pour elle les écureuils devaient mourir. Elle ne savait plus vraiment pourquoi ni comment elle allait bien pouvoir exterminer tel un Dalek les millions d'écureuils à travers le monde, mais ça devait arriver. Elle ne se rendait pas compte que cette tendance génocidaire n'allait pas vraiment de paire avec son naturel si tolérant et optimiste, mais elle n'y avait jamais vraiment réfléchi non plus, alors. Se prendre la tête sur des questions qu'elle jugeait trop philosophiques, ça n'avait jamais été sa tasse de thé !

En un instant, elle se retrouvait sur Anthony, pour se relever aussitôt et s'assurer qu'il allait bien, sauf qu'elle légèrement raté un paramètre, et le paramètre en question aurait pu être très gênant pour quelqu'un d'autre mais pour elle elle ne s'était même pas rendue compte du changement, à part peut-être au niveau des courants d'air : sa robe était restée dans l'arbre, et elle se retrouvait donc en sous-vêtements au milieu du parc, les cheveux décoiffés et un énorme sourire sur le visage. Sautillant comme elle le faisait, elle se faisait largement remarquer par à peu près tout ce qui avait des yeux dans leur entourage direct, mais l'avantage était que comme tout le monde était encore sous le choc du retour des souvenirs, rares étaient ceux qui se rinçaient l'oeil ou se retenait de venir les réprimander pour « conduite indécente ». Dans les circonstances, les conduites indécentes était l'affaire de toutes les secondes qui passaient. Ça n'était pas tous les jours que l'on retrouvait sa véritable identité sans prévenir… Et si Jackie-Rose avait vraiment pris le temps d'y réfléchir, elle se serait sûrement imaginer avec amusement les anciens animaux en train de courir nus dans les bois à la recherche de leurs anciennes capacités.

« Je n'ai rien, heureusement ! Et puis ce ne serait pas ma première bataille. Il faut savoir être tenace quand on part à la chasse aux écureuils ! »

Elle ne prêta pas attention aux joues d'Anthony, qui devenaient de plus en plus rouges à mesure que les secondes passaient, au point que les tomates auraient été jalouses ; au lieu de ça, elle reportait son attention déjà très déficiente vers les arbres, cherchant bien malgré elle des yeux un petit corps brun-gris et poilu, essayant de voir où était passé son pire ennemi de toujours, quand elle sentit quelque chose de lourd et chaud se poser sur ses épaules. Retenant un petit mouvement surpris, elle se tourna vers Anthony, voyant qu'il venait de retirer son manteau pour le lui mettre sur les épaules ; d'abord curieuse, elle enfila ses mains dans les manches du vêtement pour le resserrer ensuite autour de sa taille, se blottissant dedans comme elle l'aurait fait avec une couverture.

« Oh merci Anthony, c'est gentil ! C'est vrai que je n'y avais pas pensé. Ce corps tout nu n'a pas un poil qui pourrait faire office de fourrure, ce serait bête d'avoir trop froid comme ça. Oh boy, oh boy ! Ça me rappelle ma fourrure d'avant. Tu sais, j'avais de gros poils blonds sur tout le corps, un peu comme mes cheveux maintenant en fait. Et des griffes ! Des jolies griffes parfaites attraper les écureuils. Et des dents ! Enfin des vraies dents. Et un petit museau tout noir et tout humide. Tu aurais dû me voir ! »

Elle émit un petit rire amusé, non sans laisser une moue presque triste passer sur son visage quand il précisa qu'il n'avait rien d'un maître pour elle. Mais pourquoi ? Elle avait besoin d'un maître ! Quelqu'un vers qui se rouler en boule le soir au coin du feu, quelqu'un à qui rapporter le journal et les pantoufles, quelqu'un qui lui ferait mille et un câlin sans jamais s'en lasser, en l'appelant par son joli nom de chien ou par un nom affectueux. Elle ne pourrait pas être comme ça avec Anthony alors ? C'était bien triste quand elle y pensait… mais sa pensée se dévia un instant sur Carl Friedricksen et Russell, se demandant si ses deux humains préférés du monde des contes avaient également fait un voyage à Storybrooke comme elle. Et s'ils étaient quelque part ? Oh boy oh boy, peut-être que eux ils seraient d'accord d'être son maître !

« D'accord alors… nous sommes amis. Amis ! Mais pourquoi tu dis que je n'ai plus besoin d'un maître ? Je suis un chien, et un bon chien se doit d'avoir un maître qu'il doit servir ! Et puis je le ferais avec plaisir. Mais si tu ne veux pas je ne t'en veux pas tu sais, je retrouverai Carl et Russell car ce sont eux mes maîtres d'avant, ils doivent être ici quelque part et ils seront sûrement d'accord d'être mes maîtres de maintenant ! »

Décidément, Jackie-Rose avait sa propre définition du monde et de la définition -et surtout la connotation- de certains mots, mais c'était ce qui faisait toute la saveur de la demoiselle. En sa compagnie, on pouvait avoir l'impression d'avoir changé d'univers au profit d'un lieu sain et terriblement sucré où tout le monde s'aime et personne n'est méchant. C'était si utopique mais si réel dans sa jolie tête blonde ! Elle applaudit en entendant l'explication d'Anthony sur la nature des épouvantails. Qu'est-ce qu'elle adorait quand les gens lui racontaient leur histoire !

« Wow, alors tu es comme un gardien ! Je n'ai jamais été un chien de garde mais j'en ai connu un ou deux, ceux qui restaient vers l'entrée du dirigeable de mon premier maître. Et tu dois avoir une patience d'ange ! Moi je ne pourrais jamais rester plantée quelque part pendant des heures juste pour faire peur aux gens. J'aime tellement bouger partout et courir ! »

Avec le choc du retour des souvenirs, Jackie-Rose était devenue comme une enfant à qui il fallait tout expliquer. Elle n'avait certes pas oublié les vingt-huit années passées en tant qu'humaine, mais c'était comme si tout cela n'était qu'un grésillement dans son subconscient, lui octroyant le savoir de base de comment un humain fonctionne en gros et que les clés d'une existence normale lui avait été temporairement retirée, la faisant confondre comment devait être un chien et comment devait être un humain. Elle s'appuyait encore énormément sur les valeurs canines alors qu'elle était censée appliquer les valeurs humaines, et ce point de vue nouveau sur la vie ne la rendait que plus excitée à l'idée d'en découvrir plus, surtout quand Anthony s'efforçait de lui expliquer comment ça marchait. Elle le dévorait du regard, surtout sa fine bouche en buvant ses paroles avec attention, bien qu'elle n'entendait parfois qu'un mot sur deux tant sans esprit bourdonnait d'idées en tous genres sur comment elle allait bien pouvoir remplir ses journées désormais. Elle acquiesça lorsque Anthony lui proposa de retourner chez lui.

« Je ne veux pas te déranger surtout ! Mais c'est vrai que tu as dit que je pouvais attraper froid comme ça, alors des vêtements seraient la bienvenue. Tu as des croquettes pour chien chez toi ? Enfin non… ça mange quoi les humains déjà ? J'aimerais bien euuuuh… Un gâteau ! Un gros gâteau au chocolat ou à la fraise. Tu as quelque chose comme ça ? Si tu n'as pas c'est pas grave ! Je mangerai tout ce que tu voudras. »

Elle prit soudain conscience de son estomac, et s'imaginer dévorer en un instant à peu près tous les plats qu'elle était en mesure d'imaginer, un bon gros steak, une assiette de brocolis en passant par la portion de frites king size et la petite meringue crème double. Qu'est-ce qu'elle avait faim ! Elle ne se souvenait pas avoir eu autant envie de manger qu'en cet instant. Elle attrapa la main d'Anthony en l'emmenant sur le chemin du retour, gardant l'autre sur sa poitrine en tenant le manteau pour ne pas qu'il s'ouvre, n'ayant pas pris le temps -ou pas pensé à- fermer les boutons prévus à cet effet ; et quand ils franchirent le pas de la porte de chez lui, ils se rendirent dans la cuisine, et Jackie-Rose retira aussitôt le manteau pour le poser sur une chaise, se retrouvant à nouveau en sous-vêtements, bien qu'elle ne pensait pas le moins du monde à mal. Il n'y avait personne à part eux, alors, pourquoi se gêner ?

« Oh, j'ai oublié d'aller récupérer la robe dans l'arbre… tu crois que c'est grave ? Je pourrai retourner plus tard dans le pire des cas. Et puis j'ai plein d'autres robes à la maison alors, ce n'est pas une grande perte ! »

Elle remit en place son soutien-gorge qui la gênait un petit peu, avant d'ouvrir le frigo en grand avec son sans-gêne innocent habituel, sortant d'une main tout ce qu'elle était en mesure de consommer en plaçant le tout en équilibre sur son autre bras. Ce ne fut que lorsqu'elle attrapa un tube de condiments avec ses dents qu'elle réalisa qu'elle n'était pas chez elle et que ce comportement n'était peut-être pas approprié pour Anthony. Se tournant vers lui, les yeux grands ouverts, elle essaya de prononcer quelques mots, l'air à nouveau honteuse comme un chiot pris sur le fait.

« Cha ne te déranche pas que che prenne tout cha ? Ch'ai une de ches faims ! » Elle laissa tomber le tube sur la table, cette fois surexcitée. « Si tu veux je peux te préparer quelque chose. On dirait pas comme ça mais je sais faire plein de trucs avec ces mains d'humain ! Enfin il me semble, j'aimais bien cuisiner. Et promis, ça n'aura pas le goût de croquettes ! »


Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Rain falling on my face

⋆ Please let me inside your heart, let me love you


Oh I wish I had the answers I wish I had the time to give you all the reasons why it's worth it down the line because there's people crying every night keep on smiling through the light
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Anthony Scarecrow

avatar
En réalité, je suis
L’Épouvantail
☸ Conte : Le magicien d'Oz

☸ Emploi : Avocat et Ospipailleur
☸ True Love : C'est blond et souriant et ça court après les écureuils ♥

☸ Avatar : David Tennant / Felicity Jones
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   Mar 15 Nov - 16:59

// Je rajouterais le code une autre fois  Adios //

- Voilà, si tu veux, je serai ton gardien. Mais je préfère ami. C'est parfait.

C'était sa première amie femme qu'il s'était jamais faite à vrai dire. Sans compter Dorothy. Parce que oui aux dernières nouvelles Dorothy était bien une femme, mais elle était surtout Dorothy. Leur amitié n'avait rien à voir avec celle qu'il avait désormais avec Jackie-Rose. Après tout, les deux liens qu'il avait avec les deux jeunes femmes s'étaient forgés dans deux mondes bien différents l'un de l'autre... Il lui faudrait d'ailleurs s'excuser de son mauvais comportement qu'il avait pu avoir lors de la malédiction. Il se souvenait être un peu froid, même si sa mémoire lui jouait un peu des tours au sujet du fait qu'il est pu ou non mal se comporter face à la blonde. Si elle était encore avec lui, il supposait que non... Comme quoi, ils étaient fait pour être amis... Ou plus qui sait, mais ça, seul le temps le dira...

Même si il refusait d'admettre ce rôle, Anthony agissait réellement comme un parfait petit maitre pour l'ancienne chienne. Il pouvait être si bavard et adorait exposer ses connaissances qu'elle pourrait presque se noyer dans ses paroles. Peut-être que lui non plus n'était pas humain avant, mais il semblait déjà plus expérimenté dans ce corps et espérait pouvoir être capable de la guider dans ses premiers pas. Malgré lui, il se découvrait un petit côté protecteur décidément, même s'il n'avait rien d'un grand gaillard bien musclé physiquement...

- Tu ne me déranges surement pas, ne t'en fait pas. Je ne t'aurais pas invité si c'était le cas. Souffla-t-il doucement en souriant. Il me semble que je dois bien avoir quelques sucreries qui traînent dans mes placards. J'adore le sucre.

Il ne put s'empêcher de rajouter le dernier petit détail. S'il voulait renforcer leur amitié et faire en sorte de mieux connaitre Jackie-Rose, chaque petit détail qu'ils pourraient savoir l'un sur l'autre serait bienvenue. Ou alors c'était juste Tony qui était vraiment friand de ce genre de petits détails personnels...

En attendant, c'était lui pour le moment qui se laissait balader. Sans réellement chercher à comprendre ce qu'il se passait, il se laissait tirer par la jeune blonde devant lui, fixant le regard presque vide leurs deux mains liées alors qu'ils regagnaient rapidement sa maison. Si vite qu'il n'avait même pas vu le paysage défiler devant eux. Pourtant, quand il courrait derrière Jackie-Rose tout à l'heure, il avait eut l'impression de s'être plus éloigné. Aussi, il fallait bien dire qu'il était un peu perturbé par le peu de vêtements qui recouvrait la jeune femme actuellement. Le chevelu cligna d'ailleurs plusieurs fois des yeux, sa respiration retenue lorsqu'il se rendit compte que la demoiselle, tout en vidant sans gène son frigo - ce qui n'était pas un problème, elle était son invité - non le réel problème était qu'elle avait laissé de côté le blouson qu'il lui avait passé pour se couvrir les épaules. Ils étaient seuls dans la cuisine, et Tony détourna le regard. Ça va qu'il n'y avait personne d'autre, ce serait un peu gênant. Non non c'était quand même gênant. Vu comme ça, ils avaient presque l'air d'un...

Ils avaient carrément l'air d'un couple qui vivait ensemble. Et rien qu'à cette pensée, Anthony sentit ses joues chauffer. Non, il ne devait pas penser à ça. Puis, il n'y connaissait rien en relation amoureuse, ou en tout cas pas assez. Ils étaient amis hein ? Secouant la tête pour se calmer et chasser toutes ces vilaines pensées de la tête, le jeune homme tenta un regard timide dans la direction de la jeune femme lorsqu'il se rendit compte qu'elle s'adressait à lui.

- Non non non non vas-y prends ce que tu veux ! Fais ce que tu veux, fait comme chez-toi ! Je.... Je reviens ! Reste ici, je ne serais pas long !


Et sur ce, l'ex-épouvantail la laissa seule dans la cuisine pour disparaitre en haut d'un escalier, se retrouvant, tout seul, dans sa chambre. Bon dieu, c'était bien trop gênant de rester dans la même pièce qu'elle ainsi. Pourquoi réagissait-il ainsi ? Ça ne lui était jamais arrivé avant lorsqu'il était un épouvantail. Peut-être était ce dû à son statut d'humain ? Était-il malade ? Il lui faudrait peut-être songer à consulter le docteur de la ville... Soupirant, Tony se dirigea vers son armoire, et fouilla à l'intérieur. Il lui fallait trouver de quoi habiller la jeune femme, bien que vu ce qu'il pouvait apercevoir dans son armoire, ce n'était pas gagné. Après tout, ils n'avaient pas tout à fait la même taille...

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's good to be alive
This life could almost kill ya when you’re trying to survive. It’s good to be here with ya. I was lost and I was gone. You and me against the world... Yeah, it’s all right it’s a beautiful night. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t248-je-ne-veux-pas-
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☸ Conte : Là-Haut

☸ Emploi : Opportuniste
☸ True Love : Where are you ?

☸ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   Jeu 17 Nov - 18:55


Sweet dreams are made of this

Jackie-Rose & Tony mimi


« Prends ton temps Tony, pendant que tu n’es pas là je vais faire le plus gros et le plus sucré de tous les gâteaux que tu puisses imaginer ! Tu vas voir. Ce sera délicieux ! »

C’était un peu comme si les vingt-huit années de la malédiction n’avaient jamais existé, mais que Jackie-Rose n’avait pas pour autant oublié les moindres gestes qu’elle avait appris pendant tout ce temps passé en humaine ; au fond, ça lui ressemblait bien, elle avait retenu et conservé que ce qui était positif, les bons moments passés et sa vie de chien, tout ce qu’elle avait appris à faire, tout en mettant une distance telle entre son elle de la malédiction et son elle d’avant au point que l’on pouvait avoir l’impression qu’elle venait seulement d’obtenir ce corps humain et qu’elle cherchait encore à s’y habituer. À vrai dire, elle ressentait à ce moment étrange qu’il manquait quelque chose derrière elle, quelque chose qu’elle avait envie de secouer tant elle était heureuse mais elle ne le pouvait pas, alors à la place elle utilisait l’incroyable souplesse de ce corps pour se trémousser dans tous les sens alors qu’elle réunissait les ingrédients en essayant de se souvenir ce qu’il fallait faire et dans quel ordre.

Elle attrapa d’abord le paquet de sucre, et en versa une partie dans un saladier, avant de se souvenir qu’Anthony avait dit aimer le sucre et renverser le paquet entier ; puis, grignotant ce qu’elle avait trouvé dans le frigo précédemment, elle attrapa la brique de lait qu’elle renversa sans concession, avant de saisir le paquet de farine encore inutilisé. Elle se battit quelques secondes avec l’ouverture avant que l’objet ne glisse du comptoir pour exploser sur le sol dans un grand bruit sourd, envoyant de la poudre blanche un peu partout et en particulier sur le visage et les cheveux de la jeune femme, qui resta quelques secondes immobiles, l’air totalement surprise par ce qui venait de se passer. Quand elle revint à elle, elle examina les lieux, poussant un petit soupir attristé.

« Oh non, j’en ai mis partout... »

Confuse, ne sachant pas trop quoi faire, elle se reprit bien vite en se disant qu’elle allait nettoyer avant qu’Anthony ne revienne ; alors, courageuse et intrépide, elle se mit à la recherche d’un balai ou d’une ramassoire, arpentant le rez-de-chaussée de fond en comble, jusqu’à ouvrir ce qui ressemblait potentiellement à un placard à balai. Attentive, elle se mit à examiner la mini-pièce à la recherche d’une arme pour affronter le flot de farine qui avait envahi la cuisine, avant de sourire en repérant le balai placé tout au fond. Elle tendit la main, attrapant l’objet avant que le manche ne vienne se coincer dans un angle ; surprise, elle força un peu le passage, mais à la place d’une victoire ce fut un bidon vide qui vint tomber droit sur la tête de Jackie-Rose, qui recula sous la surprise avant de glisser et retomber sur les fesses, constatant avec un gémissement apeuré que la vie n’était pas un cartoon et que la douleur était bien réelle.

Ce fut à ce moment-là qu’Anthony réapparut, probablement appâté par le vacarme qu’elle avait produit, et elle sentit deux mains la soulever pour la relever, et elle se laissa faire, n’osant plus bouger car elle ne voyait plus rien ; ce ne fut que quand Anthony retira le seau sur sa tête et qu’elle put croiser son joli regard brun qu’un sourire éclaira son visage comme le soleil éclaire après la pluie, mais pour une fois elle se sentait comme apaisée, comme si ce regard avait provoqué en elle un calme absolu au-dessus de tout le reste. C’était étrange que quelqu’un puisse avoir un effet pareil sur elle, elle qui était au naturel si hyperactive et surexcitée, ce qui pouvait se montrer périlleux suivant les situations, mais avec lui c’était comme si sa tendance à constamment s’agiter et parler à toute vitesse se tranquillisait à son contact, et qu’elle avait juste envie de se prélasser au coin du feu en lui faisant le plus grand câlin du monde.

Mais elle revint assez rapidement à la réalité en se souvenait de la pagaille qu’elle avait provoqué, entre le placard où tout le contenu était renversé et la cuisine où la farine avait pris possession des lieux en répandant son doux manteau blanc.

« Hum… J’ai un peu tout renversé... » Elle baissa les yeux en se grattant la joue d’un air coupable, avant de suivre Anthony dans la cuisine qui voulait visiblement se rendre compte lui-même de l’étendue des dégâts. Jackie-Rose pour sa part se contenta de s’installer sur la chaise où traînait le manteau qu’il lui avait prêté, qu’elle enfila d’ailleurs en sentant comme un courant d’air froid lui donner des frissons. « Je voulais faire le gâteau comme je t’avais dit mais… en fait je ne comprends pas trop. J’ai beau avoir les mains humaines j’ai l’impression de toujours utiliser mes pattes comme avant… Et je n’ai plus de queue ! Ni d’oreilles mobiles… Mais… Je devrais être habituée avec la malédiction non ? » Elle leva ses yeux emplis de tristesse et de confusion en direction d’Anthony, tout en se recroquevillant sur sa chaise en se faisant le plus petite possible. Qu’est-ce qu’il lui prenait ? Ça ne lui ressemblait pas de se sentir aussi… triste ? Aussi négative ? Elle qui était le positivisme incarné, elle se sentait soudain vidée de toute énergie. Un peu comme si le choc de la fin de la malédiction s’était révélé bien plus éprouvant qu’elle ne le croyait au premier abord, mais… « Je suis désolée Anthony... »

Elle garda le silence quelques secondes, serrant les poings en essayant de se concentrer. Elle ne pouvait pas être dans cet état ! Ça n’était pas dans sa nature ! Et puis si Anthony la voyait comme ça il allait être triste aussi ! Ou même pire, il allait être fâché ! Oh qu’elle détesterait qu’il soit fâché contre elle… Non ! Hors de question ! Elle se releva en essayant d’avoir l’air aussi contente que possible ; déjà qu’il était si gentil de l’accueillir ici, et de lui prêter des vêtements, alors elle n’allait pas en plus de ça saccager sa maison et le rendre triste ! Hors, de, question. Elle attrapa délicatement les mains d’Anthony et plongea son regard dans le sien.

« Je suis vraiment désolée, Anthony, je nettoyerai tout, je te le promets ! Mais tu sais, j’ai encore envie de ce gâteau, mais j’ai l’impression de pas trop y arriver alors que je croyais que je pouvais. Tu veux bien qu’on le prépare ensemble ? On va faire un gâteau doublement bon comme ça ! »

Elle continuait de le regarder, attendant une réponse avec impatience.


Code by Fremione.


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Rain falling on my face

⋆ Please let me inside your heart, let me love you


Oh I wish I had the answers I wish I had the time to give you all the reasons why it's worth it down the line because there's people crying every night keep on smiling through the light
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sweet dreams are made of this • Skycrow ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Welcome to Storybrooke :: Storybrooke :: Les Habitations-