Partagez | 
 

 Hello cap'tain fais briller tes galons | Davy Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Hello cap'tain fais briller tes galons | Davy Jones   Ven 26 Fév - 17:49




Le monde était un source de mystère pour Elda, apprenant à le découvrir petit à petit à chaque jour qui pouvait bien passer, tout ce qu'elle connaissait c'était son autre elle qui lui avait appris avec la plus grande patience du monde. Ou plutôt sa sœur. Si la fin de la malédiction fut une avancée pour beaucoup de personnes, synonyme de retrouvailles chaleureuses – même si ce fut le cas pour elle, de son côté sa mémoire avait régressé à un point de non-retour. Elle avait tout oublié. Aussi bien sa vie au moment où le sort noir avait frappé dans son Tokyo natal et plus évolué, où les machines et les hommes se côtoyaient ainsi quotidiennement au point de soulever plusieurs questions, que toutes les années qu'elle avait pu vivre ici à Storybrooke. Cette vague de puissance magique lui avait volé en somme l'intégralité de ses souvenirs, venant la remettre à zéro et ainsi la réinitialiser avec ce qu'elle traduisait comme étant un programme d'apprentissage enfouit au plus profond d'elle, faisant d'elle une parfaite page blanche sans aucune inscription. Sans doute que les redémarrages abusifs dans son univers avaient eu raison de sa mémoire à longue durée, les humains avaient plus passé de temps à l'allumer et à l'éteindre lorsqu'ils voyaient qu'elle pouvait se montrer défectueuse sans savoir que ce simple geste si banal effaçait toujours tout, et peut-être qu'un jour tout lui reviendrait en mémoire ou au contraire lui ferait de nouveau tout oublier. Pourtant malgré tout son caractère restait inchangé, toujours aussi souriante et prête à aider autrui pour les voir ainsi heureux, tout en ayant une forme de fascination pour les humains qu'elle ne pouvait cacher. Car Elda était toujours convaincue d'être ainsi un ordinateur à forme humaine comme autrefois, malgré un métabolisme différent et qui pouvait s'avérer parfois douloureux, alors que sa jumelle Freya ne faisait rien pour la dissuader de cette idée qu'elle s'était implantée dans la tête. L'attitude de cette dernière à l'égare des hommes lui étaient une énigme dont elle ne comprenait nullement les engrenages, sans savoir que sa sœur elle au contraire d'elle se souvenait de toutes les douleurs que ces êtres de chairs leur avaient fait subir et bien plus encore, et tout ce qu'elle pouvait faire de son côté s'était tenté de panser les blessures invisibles.

C'était pour arrêter de donner des soucis à son autre elle, c'est ainsi que Elda venait qualifier sa sœur jumelle, qu'elle tentait de découvrir l'extérieur et la vie par elle-même pour lui permettre ainsi de se reposer. Parce qu'elle ne voulait aucunement être un poids pour elle, ne souhaitant pas lui offrir plus de soucis qu'elle semblait lui causer, parce que son cœur ne lui supporterait pas que d'être la cause des malheurs de sa chère Freya. En ce début d'après-midi, alors qu'elle ne travaillait pas et avait sa journée de libre, elle voulut aller vers le port pour en apprendre plus sur cette vie aquatique dont elle ignorait absolument tout. C'est armée de sa carte de bibliothèque où elle se rendit vers celle-ci, ayant préalablement fait part à sa sœur avec qui elle vivait de ses intentions pour ne pas l'inquiéter, tout en se dirigeant naturellement vers les ouvrages illustrés qui facilitaient toujours plus son apprentissage. En cas de besoin Elda savait parfaitement qu'elle pourrait avoir l'aide de la gentille bibliothécaire qui avait toujours le sourire, elle l'appréciait beaucoup parce que la jeune femme venait toujours en aide aux autres personnes et que le côté candide mais aussi naïf qu'elle possède de son côté faisait qu'elle pouvait tout lui dire sans aucune retenue, sauf qu'aujourd'hui elle voulait tout faire par elle-même pour prouver aux autres qu'on pouvait non seulement lui faire confiance mais surtout qu'elle n'était pas qu'une source d'ennuis. C'était sans doute la plus grande peur de l'ancien ordinateur. Être un objet obsolète qu'on vient se jeter pour le remplacer par un autre beaucoup plus perfectionné, même si elle ne se souvenait plus avoir été abandonnée plusieurs fois il fallait croire qu'il y avait des résidus dans son programme – ou plutôt sa conscience, ne voulait nullement être un poids mort et délaissée pour finir par être oubliée. C'est pourquoi elle avait le plus grand des sourires à l'instant où elle quittait le bâtiment avec son livre dans les bras, pour beaucoup ceci serait sûrement idiot mais pour elle c'était beaucoup vu tout ce qu'elle avait dû réapprendre, elle avait prouvé ainsi qu'elle pouvait faire des choses toute seule et qu'elle n'était peut-être pas une carcasse à balancer au tri au final.

Marchant doucement en direction du port le vent venait envoler ses cheveux, ainsi que légèrement sa robe mi-longue d'une blanchâtre qui contrastait souvent avec les vêtements sombres de sa sœur, Elda tentait tant bien de mal que de voir ce qui passait devant ses yeux dont la vue était ainsi obstruée par sa longue chevelure virevoltante. Si elle marchait en cette direction c'était parce qu'elle voulait en apprendre plus sur l'environnement qui l'entourait, ce qui sortait pour une fois ainsi de son quotidien même s'il était la notion la plus importante, voulant se rendre ainsi à la plage mais pour se faire l'ancien ordinateur avait décidé de faire le tour par le port pour voir ce que les humains pouvaient nommer les bateaux. Il y en avait de toutes sortes, certains ressemblaient au film qu'elle avait pu voir l'autre jour et qui se déroulait à une époque antérieure de ce qu'on lui avait expliqué, et elle souhaitait pouvoir y faire une balade pour pouvoir voir ce que les humains nommaient des dauphins ? Oui c'était ça. Ouvrant du mieux qu'elle pouvait son livre illustré, convenant plus à des jeunes enfants – mais vu que son esprit en se réinitialisant était proche de celui-ci c'était parfait pour lui apprendre rapidement ce qu'elle devait savoir, sans s'arrêter dans son mouvement de trajectoire ses yeux étaient rivés sur les pages qui expliquaient ainsi la vie de ce mammifère marin. L'ombre devant ses yeux apparut trop tard pour qu'elle puisse avoir le temps de voir ce qui se passait, faisant tomber son livre qui s'écrasait sur le sol, alors que dans un réflexe de son corps sa main accrocha ce qui semblait être une manche et l'empêcha ainsi de se retrouver dans le même état que son livre. Se remettant droite comme un i son cerveau analysait la situation, lâchant par la même occasion le tissu de ce qui était vraisemblablement un homme d'un certain âge, alors que sa tête passait de cet inconnu à son livre dans des mouvements plus robotisaient qu'humains pour le coup. Le plus important était la santé de l'humain, même si elle ne possédait plus de programme à l'intérieure d'elle à proprement parler mais plus une personnalité désormais, cette donnée restait toujours la plus importante. Sortant de son petit sac, le tout en forme de petite tête de chat, un pansement coloré que Elda vient coller sur la joue de l'individu comme si ceci pouvait réellement arranger les choses tout en lui délivrant un sourire enjoué.

« Tout va bien monsieur ? Sinon il faut se rendre à l'hôpital, c'est dans cet établissement que les humains doivent se rendre lorsqu'ils sont malades ou blessés. »

C'est ce qu'on lui avait dit. Les êtres humains étaient plus fragiles que les ordinateurs comme elle, c'est ce qu'elle pensait en tout cas, mais ils pouvaient aussi être réparés à temps.







copyright Bloody Storm


Dernière édition par Elda Laaks le Lun 14 Mar - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Hello cap'tain fais briller tes galons | Davy Jones   Sam 5 Mar - 19:11





Hello cap'tain fais briller tes galons

Elda Laaks

En ce moment c'était un peu la fouillis dans le vie de capitaine. Il ne savait pas vraiment ou donner de la tête. D'une avec sa relation avec Calypso. Tout ceci, l'embrouillais de plus en plus. Il l'aimait ça il en était persuader mais pourrait-il lui pardonner un jour où l'autre de l'avoir abandonner sans rien dire du jours au lendemain ? Elle était partit comme ça. Après tout c'était le caractère de Calypso aussi libre et imprévisible que l'océan. Une partit dans la tête de Davy c'était dit que ce jour arriverait sans doute un moment ou autre mais une autre se disait tout le contraire. Devoir confiance, qu'elle ne pourrait pas les laisser tout seul avec les enfants, qu'elle l'aimait plus que tout. Au final cette partie là avait eu tord. Elle était belle et bien partit. Mais le pire dans cette histoire, c'était qu'elle avait quitté le demeure en laissant les enfants à leur père. Elle avait abandonné aussi sa propre progéniture. Comment pouvait-il s'en occuper lui ? Après l'avoir changer en une créature étrange Davy devait passer dix années en mers pour pouvoir avoir une journée sur terre. Ces deux garçons ne pouvait pas rester avec lui sur le bateau toutes le temps. Surtout quand il plongeait sous l'eau avec son Hollandais Volant. Et il ne pouvait pas quitter son bâtiment. Le Hollandais devait avoir un capitaine, si quelqu'un prend sa place cela signifie que Jones est tout simplement mort. Avec le sort qui lui avait jetée, il était immortel. Le seul moyen de le tuer était bien évidement d'embrocher son cœur. Cour que Calypso lui avait remis en main propre la première fois qu'il s'était revue depuis des années. Depuis tout ce temps c'était elle qui l'avait eu. Elle aurait très bien pu le tuer mais elle ne l'avait tout simplement pas fait. Non. Elle lui avait redonné comme pour se faire pardonner. Et c'est à cause de cela que Davy ne savais vraiment plus trop où donner de la tête sur les sentiments qu'il avait à l'égard de la sorcière. Il ne savait véritablement plus quoi faire. Bien évidement il avait repris le coffre avec lui, il était d'ailleurs dans un endroit que personne ne pourrait retrouver. Un endroit qu lui seul connaissait. Même s'il n'avait pas forcément à craindre grand chose. Les seuls personne à pouvoir ouvrir le coffre était sa progéniture. Des personnes ayant les même sang que lui se qui signifie, ses fils et ses petits enfants. Personne d'autre ne pouvait y arriver.

Mais il prenait tout de même des précautions. Il avait tout de même abandonné ses enfants sur l'océan, il ne savait pas qu'est-ce qu'ils pouvaient faire s'ils voulaient se venger un jour ou l'autre. Surtout en ce qui concernait Killian. Ce gamin était si imprévisible. Il avait été jusqu'à attaquer un autre navire, jusqu'à détruire le sien pour que Davy vienne à sa rencontre. Il avait mis en danger la vie de son équipages et de sa propre et unique fille pourquoi ? Pour lui demander de ramener sa défunte femme. Bon entre eux cela pouvait aller mieux surtout de puis qu'il avait appris la nouvelle. Que son frère n'était pas aussi mort qu'il l'avait cru. Depuis qu'il savait que le quarantenaire l'avait sauver de son destin aussi fatal soit-il. Il nous devait comme un certain respect d'avoir ramener la seul personne qui avait toujours était présente durant son enfance. Il n'avait plus totalement cette haine envers son père et je sais pas si cela pouvait être réellement positif pour Davy. Dans un sens Killain était son fils, il l'aimerait mais c'était un amour assez particulier en sois. Il n'avait plus de cœur après tout. Les sentiments étaient donc diminué. Il ne pouvait ressentir comme les grands sentiments dont ceux qu'il pourrait à sa femme, si on pouvait la nommer encore ainsi. Cela l'avait fait du bien aussi de pouvoir revoir Liam. La dernière fois, qu'il l'avait vue s'était pour le sauvez justement. Il l'avait échanger contre un pris dort. Les pouvoirs de Calypso mais cela était le seul moyen de le sauver. J'avais déjà mal respecter les règles que l'on m'avais imposer : ramener les âmes dans l'autre monde. Il avait faillit à cette règle et heureusement il n'avait rien eu en retour. Et au final sa famille était menacer tout de même. Un certain type avait dit sens prendre à ses petits enfants et cela ne pouvait que mettre en rage le poulpe. D'accord il avait une relation assez étrange en soit avec sa famille surtout ses fils mais il ne fallait tout de même pas qu'on touche à ses petits enfants. Il retrouvera se type et le tuera de ses propres mains. Il n'avait rien à craindre, il ne pouvait pas mourir lui. Alors dans une sen il n'y aurait pas de sacrifice à faire non ?

Il marchait donc en direction du port pour retrouver son navire. La tête pleine de penser plus perturbante que les autres. Il ne savait toujours pas réellement s'il devait retrouver un équipage et reprendre se qu'il faisait avant. Il avait retrouvé ses pouvoirs si on pouvait le dire. Il pouvait se déplacer entre les mondes avec son navire, il pouvait retourner dans l'Underworld, retrouver sa face de poulpe et respirer de nouveau sous l'eau. Il avait toujours son navire avec lui. Le hollandais Volant simplement à le siffler de toute manière et celui si reviens directement voir son capitaine. A son beau bâtiment. Le plus rapide qu'il pourrait exister. Enfin seulement quand il n'y avait pas de vent allant à son encontre. Le seul truc qu'il ne savais pas si il pouvait le retrouver était son doux et grand Kraken. Il n'avait pas tester à le ramener à Storybrooke ou non et ne savais pas du tout ou celui si pouvait être. Sans doute dans les profondeurs des océans dans un tout autre monde qu'ici. Un jour il le rappellerait pouvoir. Cette bête lui avait été bien utile pour couler des bateaux en entiers. Plus utile qu'il ne pourrait la penser. Surtout pour emmener ses dits bateaux dans l'autre monde.  En tout cas il verra cela pour une autre fois. Peut-être plutôt que prévue mais une autre fois tout de même. Perdu lui aussi dans ses pensées, il n'avait pas forcément vue la jeune femme blonde qui lui était rentrée dedans. Celle-ci s'accrocha à la manche de son t-shirt le tirant un peu alors qu'il n'était pas dans un équilibre parfait. Heureusement il se rattrapa tout seul finissant pas se stabiliser tranquillement. « Veuillez m'excuser » Il sortit cette phrase assez froidement mais après tout la douceur n'était pas réellement son fort même pas du tout. Il se pencha alors pour ramasser le livre de la personne avant de le lui tendre mais celle-ci venait de lui mettre un pansement sur la joue. Attendez elle venait vraiment de lui mettre un pansement comme ça ? Davy était un peu perdu là, ne sachant pas vraiment comment réagir sur le moment, la première idée qui lui venait, était de toute simplement repousser la blonde. Il lui fourra alors le livre dans les mains avant d'enlever le dit pansement. Et en plus il était réellement viril ce pansement dis donc …

Il le regarda quelque instants toujours un peu surpris par le comportement de la femme. Jamais il ne pourrais réellement les comprendre. C'était des énigmes trop difficile et la tout de suite il n'avait  juste pas envie de la résoudre. « C'est bon ! Je n'ai rien et je ne suis pas près de mourir ... » pas près de mourir c'était belle et bien le cas. Il lui remis alors son pansement dans sa main avant de s'excuser une nouvelle fois et de continuer son chemin en direction de son navire pensant ainsi se débarrasser d'elle plus vite. Malheureusement plus il avançait plus il pouvait sentir une présence de rapprocher derrière lui ? Elle n'était tout de même pas entrain de le suivre ? Davy ne préférait en aucun cas regarder en arrière. Peut-être allait-elle abandonner un moment ou un autre. Pratiquement  arriver à l’intérieur de son navire il s'arrêta juste devant l'emplacement des escaliers pour monter et se retourna voyant la jeune femme juste derrière lui. Il écarquilla les yeux la regardant un peu de haut. « Désolé mais qu'est-ce que vous faites ? Pourquoi me suivais vous ? Je vous demanderais pas une deuxième fois d'arrêter. » Et sans rien dire d'autre il monta à bord de son navire. De toute manière tout bon pirate qui se respecte demande l'avis du capitaine pour pouvoir monter dans son navire. C'était comme écrit dans le code. C'était une forme de respect qu'il fallait avoir entre pirates. Sauf que bien évidement la jeune femme n'étais pas une pirate. De toute manière cela se voyait très bien à son apparence. Alors je vous laisse imaginez la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Hello cap'tain fais briller tes galons | Davy Jones   Mer 9 Mar - 0:53




Douce Elda qui se préoccupait plus que tout du sort des humains et de leur devenir, contrairement à Freya son autre elle qui ne semblait pas être très réceptive sans qu'elle ne sache pourquoi, elle voulait avant toute chose que leur bonheur et qu'ils se portent à merveille. Un humain n'était nullement remplaçable, ce n'était pas comme pour un ordinateur où il suffisait de changer quelques petites pièces et de le redémarrer tranquillement, lorsqu'il venait s'éteindre et ne bougeait plus c'était pour toujours. Et cette pensée lui faisait mal. La jeune fille pouvait ressentir son cœur se serrer à cette simple pensée, comme si au fond d'elle un programme dont elle ne soupçonnait aucunement son existence se souvenait malgré le fait qu'aucune image ne lui revenait en mémoire, la raison tant qu'à elle lui restait pourtant inconnu. Pourtant si elle avait récupéré ses anciens souvenirs elle aurait pu savoir de ce mal-être qui faisait qu'elle pouvait dès lors s'inquiéter pour l'homme face à lui, pensant naïvement qu'un simple petit pansement pourrait toujours arranger et prouvant qui lui restait encore tellement à apprendre, à elle avait connu la mort de sa sœur d'une certaine manière et à chaque fois qu'on avait pu l'éteindre dans le passé c'était comme si elle mourrait de son côté dès que ce geste se faisait à son encontre. Une simple machine qu'on vient utiliser selon son bon vouloir et qu'on laisse de côté lorsqu'on en voit plus l'utilité, remplacée et démontée pour quelque chose de beaucoup plus performant ou impressionnant, donc la fonction première est de satisfaire son utilisateur sans objecter. Mais Elda continuait à essayer de rendre la vie des humains beaucoup plus douce, car c'était son caractère et sa manière d'être qu'elle retranscrivait comme étant des données contre lesquelles elle ne cherchait nullement à lutter, malgré toutes les douleurs que ceux-ci avaient pu lui apporter à plusieurs reprises mais dont elle ne se souvenait plus. Alors forcément, elle qui était si bienveillante envers autrui, elle ne pouvait comprendre le comportement de l'inconnu à son adresse alors qu'elle se retrouvait de nouveau avec son livre imagé dans les bras. Penchant légèrement la tête sur le côté elle essayait vraiment de décrypter cette façon d'agir, cherchant dans ce qu'elle avait appris depuis son nouveau réveil mais en vain, resserrant sans doute involontairement sa prise sur le bouquin qu'elle avait en bras à cause de cette pointe d'inquiète qui venait se faire.

« Je peux vous accompagner, il est dangereux de laisser un humain potentiellement blessé seul. Pensez-vous qu'un de vos systèmes soit endommagé ? »

Instantanément son sourire se fana lorsque l'homme éleva la voix, cherchant presque à se cacher derrière son livre par un réflexe de survie qu'elle ne connaissait nullement, voyant qu'a priori elle avait mal agi et qu'elle pouvait être par conséquent une mauvaise fille. Elda aurait pu en pleurer. Jamais elle ne voulait apporter des problèmes aux autres, elle voulait les aider sans les troubler et ne pas les déranger dans sa manière de faire, ce qui la poussait sans doute à vouloir de jour en jour à devenir de plus indépendante. Parce qu'elle avait parfois la sensation d'être un poids pour sa sœur, qu'elle lui apportait plus de soucis que du bonheur, pourtant elle voulait tout faire pour que sa jumelle ne vienne pas à la détester. Oui. L'ancien ordinateur pensait qu'en agissant mal peu de personnes ne la porterait dans leur cœur, elle se retrouverait seule dans ce monde qui pouvait être effrayant et elle ne préférait pas y penser en fait, alors que la manière d'agir de l'inconnu lui indiquait qu'elle rentrait dans cette catégorie. Elle ne voulait pas, surtout qu'elle ne savait pas ce qu'elle avait pu faire de mal, regardant presque apeurée l'humain qui n'en faisait qu'à sa tête. Quand il revient lui remettre dans sa main le pansement qu'elle avait spécialement choisi pour lui, avec cet adorable petit dessin dessus, Elda baissait la tête comme prise en faute et en ayant le cœur lourd. Son devoir, du moins de ce qu'elle avait pu en déduire de ce qu'elle avait vu, était d'aider les humains et de tout faire pour qu'ils puissent être heureux. Elle savait que le bonheur pouvait se voir grâce à un sourire, Freya lui avait expliqué que cette gestuelle prouvait une certaine joie même s'il y avait d'autres signes, or vu que l'homme n'en avait aucunement ceci voulait dire qu'elle avait échoué à sa tâche. Elle devait bien faire et réparer son erreur. C'est sans doute pour cette raison qu'elle vient le suivre quand celui-ci s'éloigna, suivant le moindre de ses pas comme un fantôme ou encore un chien fidèle, prenant ainsi la résolution qu'elle ne partirait qu'au moment où il serait satisfait. Elle ne s'arrêta que pour imiter le marin qui se tourna enfin en sa direction, au bout du port et prêt à embarquer sur ce qui était ainsi son bateau, ne comprenant pas sa requête et se contentant de lui sourire comme pour le rassurer sur le fait que tout irait bien puisqu'elle était présente.

Regardant avec attention faire l'homme, voulant suivre exactement le même chemin que lui, Elda attendit un petit laps de temps assez faible avant d'une fois encore le suivre et se retrouver ainsi sur le pont du navire. Ses cheveux et sa robe volaient au vent, sans pour autant en être perturbée de son côté, mais son regard était rivé par tout ce qui l’entourait. La jeune fille n'était jamais monté sur un bateau auparavant, peut-être parce que quelque part elle avait compris que l'électroménager et l'eau ne faisaient pas vraiment bon ménage ensemble même si de son côté elle était assez imperméable, et elle ne pouvait qu'admirer tout ce qui pouvait entrer dans son champ de vision. Elle manquait tant de mots pour décrire correctement ce qu'elle voyait, ne sachant nullement le nom de tout ce qui se trouvait sous ses yeux, mais ceci ne l'empêchait pas d'être admirative dans un sens. En voyant ainsi tant de somptueuses choses elle ne pouvait se retenir de sourire, apprend était devenu son loisir le plus important de sa journée et par extension de sa vie, elle aurait tant à raconter ce soir à sa sœur lorsqu'elle allait rentrer qu'elle en était déjà impatiente. Mais la blonde savait qu'elle ne devait pas se laisser trop distraire, ce qui n'était pas forcément une tâche aisée tant sa concentration pouvait à certains moments lui faire défaut, elle avait une mission à accomplir même si personne ne lui avait demandé. C'était comme ça, elle ne pouvait se défaire de ce qu'elle prenait pour un programme qui était écrit pour elle, toujours prête à devenir en aide autant que possible même si souvent elle se faisait mener par le bout du nez sans le voir. Freya lui avait dit de faire attention et de ne pas être autant serviable, qu'elle devait se méfier des humains sans que de son côté Elda comprenne ainsi le pourquoi de cette demande, et c'était peut-être dans le seul domaine où elle se montrait ainsi désobéissante malgré elle. Alors elle se trouvait-là à suivre cet homme, comme si elle était un poussin et lui une maman poule d'une certaine manière, toujours en gardant son livre précieusement contre elle. Silencieuse et se mouvant comme une ombre, attendant la bonne occasion de lui venir ainsi en aide, elle finit par rompre tout de même l'absence de paroles tout en se laissant porter par sa curiosité au final.

« Est-ce que je peux vous aider à faire quelque chose ? J'ai été construite pour rendre la vie des êtres humains plus facile. On m'a dit que sourire c'était le signe du bonheur, mais vous ne souriez pas... vous êtes triste ? Vous avez mal quelque part ? Je peux faire quelque chose pour ça. »

Regardant tout autour d'elle pour chercher par quoi commencer, ce qui pouvait aussi bien être du ménage ou encore du rangement, Elda avança vers lui pour lui mettre son livre illustré entre les mains comme pour lui signifier qu'elle allait s'occuper de tout. Elle avait repéré que les cordes étaient pleines de nœuds et comptait bien les défaire, sans savoir bien entendu que ceci était volontaire et empêchait ainsi au navire que de partir à la dérive ou encore de hisser la voile, venant ainsi approcher des cordages les plus proches pour commencer à  trifouiller à l'intérieur et tenter de mettre de l'ordre dans le but de faire du ménage. Elle pensait réellement bien faire, malgré le fait qu'elle n'avait aucune notion de ce qu'elle faisait et si ceci pouvait être bien ou mal, libérant ainsi les précieux cordages tandis que le vent continuait de souffler. Elle avait le sourire aux lèvres pourtant, loin de se douter qu'elle pouvait causer plus de problème que d'en résoudre, se laissant presque ainsi guider par les bourrasques qui pouvaient avoir. Se tournant vers le capitaine, sans savoir de quoi il pouvait être question réellement, elle espérait qu'il ait retrouvé une certaine bonne humeur et joie.

« Est-ce que je peux faire autre chose ? Vous n'avez qu'à demander, je le ferais. »

Elda était prête à faire n'importe quoi, sans avoir conscience de ce qu'on pouvait vraiment lui demander parfois, attendant avec un brin d'impatience.







copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Hello cap'tain fais briller tes galons | Davy Jones   Lun 21 Mar - 18:39





Hello cap'tain fais briller tes galons

Elda Laaks

Cette jeune femme blonde était … étrange, bizarre et tout autre adjectif qui pouvait dire la même chose. Elle le suivait comme ça. Ce n'était pas une simple bousculade qui allait faire en sorte que Davy est mal quelque par. Si maintenant un pirate avec mal quand on le bousculait ou aller le monde. Surtout qu'il avait reçus plus d'épée dans sa chaire que la plus par des personnes. Plusieurs personnes avaient cru pouvoir le tuer d'un coup de sabre dans l'emplacement du corps où normalement devait se trouver le cœur. Plusieurs personnes avaient essayer de le faire saigner jusqu'à la mort. Malheureusement pour eux, cela n'avait pas marcher. Ils avaient fait la plus grosse erreurs de leur vie. La preuve, la plus pars avaient fini par être tuer. Ils avaient fini dans les profondeurs de l'océan. Jones n'avaient eu aucune pitié pour eux. De toute manière comment avoir de la pitié lorsqu'on ne peux plus rien ressentir ? Comment avoir de la pitié lorsqu'on avait plus de cœur ? Ce n'était pas métaphoriquement, mais littéralement ! Davy, ne sentait plus aucun sentiment. Il pouvait seulement ressentir une infime sensation de plaisir, de bonheur, mais elle était tellement petite. Il était dépourvue de tout sentiments. Parfois il aimerait ressentir la joie, la satisfaction. La malédiction lui avait permis pendant vingt-huit ans de pouvoir ressentir cela. Seulement vingt petites années face à des décennies d'existences. Quel ironie. Le capitaine était comme pour dire invincible. Tout lui faisait ni chaud ni froid. En tout cas une très grosses parties. Tout cela pour dire que la petite bousculade n'était absolument rien par rapport à ce qu'il avait pu affronter. Il pouvait très facilement se remettre à marcher sans que la jeune femme lui vienne en aide. Il n'aimait qu'on vienne l'aider, il avait son honneur tout de même. Il pouvait très facilement se débrouiller comme un grand. C'était un capitaine après tout ! Il savait géré un navire, il savait géré un équipage. Même si la vie était dur, son équipage lui avait toujours été fidèle. Il se faisait respecter en temps que capitaine du navire, il savait s'imposer et personne n'osaient réellement se défier à lui. Davy était crains. Ce n'était pas une fillette et un pansement qui allait faire quoique ce soit. Il avait repris rapidement sa route arrivant rapidement sur le pont de son navire et elle l'avait suivis. Il lui avait demander d'arrêter, il lui avait demander de parti, reprendre son chemin et reprendre ce qu'elle faisait ou allait faire. Jones ne voulait pas d'elle.

Qu'est-ce que le quarantenaire s'était imaginé ? Bien sur qu'elle n'allait pas demander la permission du capitaine pour pouvoir monter à bort du Hollandais Volant. Non. C'était trop beau pour être vraie. Davy poussa un soupir face à la situation. Se mettant les doigts au niveau de ses tympans pour les masser un peu. Cette fille n'allait pas arrêter maintenant et il le savait. Il était dos à elle et réfléchissait sur comment il pouvait se débarrasser d'elle. Elle était du style vraie pot de colle qui ne lâchait pas avant d'avoir obtenue ce qu'elle voulait. Il se retourna vers elle, un sourcil relevé face à ses paroles. Construite ? Quoi ? Elle se prenait pour un robot ? C'était quoi son problème ? De plus en plus étrange. Et puis pourquoi devrait-il sourire ? Il n'avait aucune raison de sourire. En tout cas sur le moment. Alors pourquoi le faire ? Et puis pourquoi voulait-elle qu'il sourisse absolument ? Il ne la connaissait pas et elle ne le connaissait pas non plus. Avant qu'il ne puisse dire quoi que se soit, elle s'approcha de lui pour pouvoir lui mettre son livre dans les bras de Davy. Il la regarda avec les gros yeux la voyant s'éloigner un peu plus loin. Elle allait faire quoi ? « Ne touchez à rien ! » Elle s'approchait des cordes. Ne dite pas qu'elle va … Non. Non, non, non, non ! Jones la voyait commencer à farfouiller dans le tas de cordes avant de la voir défaire petit à petit les nœuds. « Nooon ! » Il avait beau crier, elle n'avait pas l'aire de l'entendre. Quoi ? Elle avait des problèmes au niveau auditif aussi ? Franchement c'était quoi son problème ? Rapidement, le capitaine chercha un endroit convenable pour pouvoir poser les affaires de la blonde. Il faut le dire son navire n'était pas forcément le plus beau et le plus propres … Mais c'était son navire. Ou en tout cas il l'était devenue lorsqu'il avait été transformer en un être immortelle. C'était un navire qui allait sous l'eau après tout. Il n'allait pas non plus être des plus ni quel, alors que parfois les algues ou autres anémone de mers quelconques pouvaient facilement s'y accrocher. Il trouva un tonneau assez propre sur le pont un peu plus loin. Il y déposa le livre de la jeune femme avant de s'approcher d'elle d'une marche rapide.

« Est-ce que je peux faire autre chose ? Vous n'avez qu'à demander, je le ferais. »

Elle avait déjà fini ? Ces nœuds avaient mis du temps à se faire. Comment elle avait pu tous les défaire aussi rapidement ? Bon, Davy devait bien reconnaître que s'étaient des nœuds assez facile à défaire et pourtant qui tenait très bien. Ils pouvaient tirer sur la corde de toute leur force, aucun des nœuds ne se seraient défait. L'homme commençait sérieusement à s’énerver. Serrant les points alors que ses jointures blanchissaient. Sa patiente n'allait pas tenir très longtemps. Elle venait de faire une très grosses connerie. Enfin le ''très grosse'' était peut-être exagéré, mais elle venait de faire une bêtise tout de même. Davy commença à bouger essayant de rattraper la corde qui glissait le long du navire. Malheureusement celle-ci fini sa course dans l'eau. La bateau commençait déjà à quitter la rive. Il aurait bien voulu se taper la tête quelque part mais il était persuader que la jeune femme allait venir pour lui mettre un pansement sur le visage. La mâchoire serrée, il retourna auprès de la jeune. « Qu'est-ce que vous venez de faire ? Je vous avez dit de ne toucher à rien ! Vous n'êtes pas chez vous ici. Vous venez de détacher la corde qui nous permettait de rester au port ! Voyez pas vous même » Il se retourna et montra le port à la jeune femme qui s'éloignait au fur et à mesure devenant de plus en plus petit. En plus la voilà était ouverte et le vent soufflait dans le mauvais sens ce qui les éloignait encore plus. Davy se retrouvait désormais coincé le temps qu'ils puissent rentrer avec cette jeune femme. Étant seul sur son navire, revenir au port aller mettre plus de temps et en aucun cas, il demanderait de l'aide à la jeune femme. C'était pour le coup qu'elle face une autre ânerie. Il manquerait plus que ça ! Être entrain de naviguer ne le dérangeais absolument pas. L'océan était toute sa vie, il avait toujours naviguer depuis son plus loin souvenirs. Il était très rapidement devenue un pirate, ayant horreur d'être sous les ordres d'un personne. Il préférait être libre. Il pourrait laissait le bateau quelque peut s'éloigner encore, il pourrait revenir dans quelques heures ou même le lendemain. Il avait tout le nécessaires sur son bateau. Il avait sa cabine, il avait de quoi manger et du rhum. Le problème c'était cette fille. Fille dont il ne connaissait pas le nom d'ailleurs.

Il fallait qu'il reviennent près de la rive et la première chose qu'il fallait faire était de replier la grande voile. Jones avait l'impression de que le vent soufflait de plus en plus fort. Son navire était le plus rapide sauf quand le vent poussaient dans l'autre sens. Alors s'il poussait dans le bon sens ! Il prenait de plus en plus de vitesse. Il regarda la grande voile avant de détourner son regard vers la blonde. « Bon ! Vous êtres sur mon navire d'accord ? C'est moi le capitaine ici alors vous m'obéissez et pas de discussion. Quel est votre nom ? » Sa voix était grave et autoritaire. Il n'y a pas de place pour être doux dans la piraterie et surtout pas sur son navire. Jusqu'à qu'elle pause les pieds sur la terre ferme, elle était comme devenue un membre de son équipage. Très rapidement elle lui donna son nom. Laaks ? On dirait le même non de famille que ses petits enfants. Son fils avait bien merder sur le coup. Enfin ce n'était pas la première priorité que de parler de Killian. « Très bien Mademoiselle Laaks. Je vous prierais cette fois de ne toucher à rien sauf si vous le voulez à votre livre ! Il sur le tonneau par la bas » Il lui montre du doigt avant de se retourner. Il s'avança vers le l'un des cordes. La détachant de son anneau et de commencer à tirer. Essayant du mieux qu'il pouvait de remontrer ce bout de tissu. Faire cela lui tout seul n'était pas des plus facile, mais il n'allait pas demander de l'aide à mademoiselle Laaks. Il n'était pas forcément contre de femmes dans la piraterie. Bien sur que non après tout sa petite fille était devenue une pirate ! Non, il ne voulait pas qu'elle fasse une bêtise encore une fois.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Hello cap'tain fais briller tes galons | Davy Jones   Lun 4 Avr - 12:51




Les protestations du grand homme n'étaient pas parvenu à Elda, trop concentré sur sa tâche qu'elle venait elle-même de s'attribuer, tant son désir de lui venir en aide était présent. Lorsqu'elle faisait une chose c'était comme si son être entier ne voyait plus rien à part ce qu'elle devait faire, tellement éloignée dans son propre esprit qu'elle aurait pu paraître dans la lune à faire mécaniquement ses gestes – ce qui était peut-être le cas d'ailleurs ce qui n'aurait rien d'anormal pour un ancien super ordinateur, alors qu'elle revenait le pas léger vers lui. Avait-elle bien agi ? La petite blonde voulait y croire en tout cas car c'était là le but premier de son existence, apporter un peu de douceur à ses humains qui l'avaient créé après tout, cherchant inlassablement leur compagnie comme un besoin vital que d'être en leur compagnie. Parce qu'elle n'avait aucune idée de ce qu'elle pouvait bien être sans eux, une simple machine inutile qui erre sans aucune volonté et qui arrive à se mouvoir grâce au fait qui lui restait de l'énergie très probablement, n'ayant pas conscience qu'elle pouvait dès lors très certainement vivre pour elle-même et plus que tout qu'elle était désormais elle aussi faite de chair au même titre qu'eux. Humaine ? Elda n'osait y penser, l'idée ne lui avait aucunement un seul instant traversé l'esprit même, parce qu'elle n'avait aucun souvenir d'une vie passée à Storybrooke et qu'elle s'était tout bonnement comme réveillée ainsi sans ce qu'elle traduisait comme étant des données. Pourtant elle avait vécu durant ce temps arrêté, elle avait eu des amis et des bons comme des mauvais moments, juste que ça mémoire s'était retrouvée bridée à l'instant même où le sort avait été levé d'un simple baiser. Elle n'était pas triste car après elle n'avait aucune idée de ce qu'elle avait pu perdre, on ne peut pleurer les choses dont on ne se souvient nullement après tout, et la seule chose dont elle était sûre c'était que son rôle était d'aider les humains ainsi que leur redonner le sourire qui était signe de bonheur. C'est pourquoi elle en attendait beaucoup de la part du pirate, lui qui ne reflétait que froideur et colère auraient pu la faire fuir de par son comportement peu farouche mais elle avait décidé de rester pour ne pas qu'il soit seul, cependant ses actes n'avaient pas été à la hauteur de ses espérances il fallait croire.

Alors que Elda s'apprêtait à suivre l'homme qui avait cherché désespérément à rattraper les cordes qui tombaient à la mer, permettant au navire de se mouvoir et de se délivrer de son port d'encrage, et peut-être même imiter ses gestes pour essayer d'en apprendre un peu plus sur la mécanique humaine mais en voyant son air elle se ravisa aussitôt. Il n'avait pas l'air content du tout et il n'y avait qu'à observer la façon dont ses sourcils se fronçaient, traduisant ceci comme étant de la colère car elle avait déjà vu plusieurs voir cette expression chez d'autres humains, elle aurait aimé comprendre la raison pour laquelle il n'était pas heureux mais finalement c'est lui-même qui lui donna la réponse à sa question muette. Elle. De ce qu'elle pouvait déduire elle avait mal agi, elle n'avait pas fait ce qu'il fallait ou du moins incorrectement, elle était la fautive de sa mauvaise humeur et ainsi par conséquent était ce qu'elle nommait être une vilaine fille. Elda ressentie comme une sorte d’étau dans sa poitrine qui lui faisait mal, portant ses mains au niveau de son cœur qui lui était douloureux comme pour comprendre d'où pouvait venir, elle avait perdu son sourire et sa gorge lui brûlait alors quelque peu. Analyse en cours des données et des informations. Tristesse. Oui la jeune fille était triste et le phénomène était si rare qu'elle n'en avait aucunement l'habitude, elle avait toujours eu au possible le sourire et était parfois même d'un positivisme contagieux ou d'une naïveté enfantine qui pouvait apporter la sympathie chez autrui, mais les propos et le constat qu'elle faisait la toucher du plus profond de son être. Elle faisait tout pour suivre une ligne de comportement droite, de faire au mieux et surtout de bien faire, mais ce que l'homme venait d'énoncer lui rappelait en pleine figure ce qu'elle était vraiment. Inutile. Elle ne voulait pas être un poids pour les autres, elle voulait simplement être acceptée pour ce qu'elle était même si elle ne savait pas faire grande chose comme elle le disait si bien, Elda se sentait alors si obsolète et bonne pour partir pour la casse qu'elle craignait à présent alors qu'elle pouvait sentir le vent pousser le bateau. Baissant la tête tout en gardant ses mains contre elle, par crainte d'empirer la situation, sa voix s'élevait doucement.

« Je suis désolée monsieur... Je ne voulais pas vous faire du tort, je voulais juste vous aider et ne pas être une mauvaise fille... Mais mes programmes ne sont pas encore à jour... »

Elle aurait pu s'effondrer en larmes à cet instant si elle savait comment faire, partir aussi loin qu'elle le pouvait face à son mauvais comportement si le navire n'était pas ainsi en mouvement, ayant ainsi l'impression d'avoir failli à sa tâche première. Si elle n'était pas capable de faire ce pour quoi elle avait été construire alors à quoi pouvait-elle bien servir ? Elle recula d'un ou deux pas en sentant l’embarcation tanguer au rythme des vagues et du vent, ses cheveux et sa robe flottant en harmonie avec ce phénomène naturel, toujours la tête basse en signe d'excuse mais aussi de docilité ou de soumission totale. Mais finalement l'homme reprit la parole d'une manière peut-être plus posée, ce qui s'entendait dans ses octaves moins graves que son oreille pouvait analyser, le regardant dans les yeux pour lui montrer qu'elle écoutait tout ce qu'il pouvait bien lui dire. Un capitaine ? Elda n'avait aucune idée de c'était concrètement, penchant légèrement la tête sous l'incompréhension du sujet, mais elle garda le silence pour garder uniquement l'essentiel à savoir devoir lui obéir. Et puis il lui avait dit pas de discussion, comprenant par-là qu'elle devait se taire, ce qui était fort curieux pour elle vu que par la suite il lui demandait son nom. C'était là un ordre si contradictoire. Mais la jeune femme n'allait pas s'en formaliser, trop heureuse d'avoir une chance de réparer ses erreurs et ainsi de prouver qu'elle pouvait être un ordinateur encore utile si on savait être patient à son égard, elle obéirait aux ordres sans se poser la moindre question car de toute façon c'était le fondement même de son existence. Elle avait retrouvé son sourire, aussi simplement que ceci sans la moindre petite complication, hochant la tête pour le confirmer qu'elle avait parfaitement compris ce qu'il lui avait dit.

« Mon nom est Laaks, mon prénom est Elda. Un nom et un prénom ce n'est pas pareil mais ils se complètent, un peu comme Freya et moi. »

Certains diraient d'Elda qu'elle était peut-être idiote sur les bords, parce qu'elle possédait une manière de s'exprimer assez à part souvent, mais il fallait mettre les choses dans leur contexte. Elle avait rouvert les yeux il y a quelques mois seulement, sa mémoire intégralement effacée que ce soit autant des souvenirs précieux que des gestes quotidiens, elle était à l'image d'un nouveau né à qui il fallait tout apprendre depuis le début. La jeune fille était à un stade où elle commençait à vraiment se débrouiller par elle-même pour beaucoup de situations, mais il avait fallu lui apprendre avant cela et d'arriver à ce résultat, alors qu'elle possédait toutes les plus grandes et bonnes volontés du monde. Par automatisme elle tourna la tête vers l'endroit que le capitaine lui montrait, voyant ainsi le livre qu'elle avait emprunté à la bibliothèque abandonné sur un simple tonneau, avant d'en revenir à l'homme. Elle ne devait toucher à rien mais c'était plus facile à dire qu'à faire, son besoin de venir se sentir utile étant plus fort, le regardant ainsi tirer sur un cordage qui faisait bouger la voile alors qu'elle restait stoïque comme un poteau comme il lui avait demandé. Il lui avait dit de ne pas faire de discussion, gardant un instant le silence, mais elle ne pouvait décemment pas rester aussi immobile qu'une simple statue malgré tout.

« Le livre n'est pas à moi, il est à la bibliothèque. La dame qui s'en occupe m'a dit de prendre soin de lui car c'est important les livres, ils apprennent beaucoup de choses aux humains. »

Finissant par se taire en se souvenant de son ordre Elda le regardait faire, l'homme avait l'air de savoir comment faire et elle apprenait en le regardant tout en imprimant ceci dans ses données, jusqu'à penser être suffisamment compétente pour le faire après avoir étudié les mouvements. Ainsi elle approcha de lui pour venir l'aider et attrapa un bout de corde, tirant comme il le faisait même s'il était indéniable qu'elle avait bien moins de force que lui, peut-être qu'il rouspétait à cet instant mais elle ne fit pas attention parce qu'elle voulait lui prouver qu'elle pouvait réussir. Finalement tout se passa sans accroche ce qui lui donna grandement le sourire, ce n'était peut-être rien mais pourtant c'était tout pour elle, elle n'était pas obsolète et pouvait encore servir. Elle laissa ainsi le capitaine accrocher le nœud, observant comment il faisait dans une curiosité des plus candides, et lorsqu'il eut fini elle ne put s'empêcher de se jeter dans ses bras pour l'enlacer dans une embrassade amicale. Elda était très tactile sans forcément voir que parfois ses gestes n'étaient pas appropriés, ne sachant aucunement les codes sociaux des humains et ce qui se faisait ou justement ne se faisait pas, dans son geste elle ne faisait que naïvement retranscrire ce qu'elle pouvait bien ressentir à savoir de la joie véritable. Alors elle le serrait à la hauteur de sa bonne humeur, de son ravissement que d'avoir fait de son maximum et surtout aucune autre bêtise, frottant quelque peu sa tête dans un geste d'affection qui n'avait rien de déplacé pour elle. Surexcitée elle posa ses yeux sur lui sans pour autant l'avoir lâché, accrochée à son cou et presque entièrement sur la pointe des pieds tant il était grand, restant dans cette position qui n'avait rien de bizarre pour elle.

« Monsieur Capitaine, dans mon livre ils disent que les dauphins vivent dans l'eau. Est-ce qu'on pourra en voir si on va en mer ? Je voudrais beaucoup en voir... »

Ses yeux brillaient à sa demande, il y a tant de choses qu'elle voulait voir d'elle-même, alors autant profiter de cette petite expédition improvisée pour en découvrir plus sur le monde marin après tout.







copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Hello cap'tain fais briller tes galons | Davy Jones   Ven 22 Avr - 9:25





Hello cap'tain fais briller tes galons

Elda Laaks

Davy avait bien espéré avoir comme une journée de repos aujourd'hui. Une journée où il aurait pu être tranquille sur son navire, à ranger un peu. Depuis que les menaces avaient été jetées sur sa famille, le capitaine restait sans cesse sur ses gardes. A faire attention à chaque chose qui pouvait l'entourer, chaque petit indice qu'il pourrait trouver. Personne ne devait toucher à sa famille. Serte, il n'était pas forcément en bon thermes avec ses deux fils. Il pouvait comprendre que ces deux là ne voulaient en aucun cas lui pardonner. Après tout il les avait abandonné lâchement en pleine mers. Sur une simple petite barque de secours avec rien d'autre que des pagaies pour qu'ils puissent avancer. Il les avait abandonné en pleine nuit alors que les deux jeunes hommes étaient encore entrain de dormir. Davy ne voulait pas forcément que Liam et Killian lui pardonne. Oh non loin de là cette idée. Il ne s'en voulait pas du tout de les avoir abandonner. Au moins ils avaient eu un meilleur avenir en ayant été abandonner que s'ils étaient restés avec lui ? Il n'aurait pas pu les garder de toute manière, depuis qu'il avait été changer en un créature tentaculaires, il ne pouvait poser qu'un pied sur terre tous les dix ans seulement. Il ne regrettait absolument rien mais en même temps il n'avait plus de cœur. C'était une personne dénudée de sentiments, il ne ressentait pratiquement plus rien. Il ne savait plus qu'est-ce que pouvait être l'amour. Qu'est-ce que pouvait être d'aimer une personne. Tout cela était devenue une langue complètement étrangère pour le quarantenaire. Il ne pouvait plus et pourrait plus jamais comprendre l'amour. Pourtant, il ne pourrait pas supporter que quelque chose arrive à ses petits enfants. Avec eux c'était comme si tout était beaucoup plus simple. C'était plus facile de s'occuper d'eux. Il n'avait pas leur vie entre ses mains, ses petits enfants ne restaient pas tout le temps avec lui. Ce n'était pas lui qui s'occuper de leur éducation, de faire en sortes qu'ils mangent. Non, lui il était la juste pour passer un moment tranquille avec eux et rien de plus. Davy voulait s'entendre avec eux, comme il ne pourrait jamais s'entendre avec ses fils. Il avait pris ce qui s'était passé avec Gwen et l'idée même que la même chose arrive à ses petits enfants lui était insupportable. Il voulait retrouver le type qui avait fait les menaces et le tuer de ses propres mains. Le faire souffrir avant de l'achever. Depuis, la menace rien ne s'était encore passer, alors Davy voulait juste respirer un petit jour.

Mais c'était sans compter sur l'apparition si soudaine de la jeune blonde. Il ne comprenait toujours pas pourquoi, elle avait pu la suivre de cette manière. C'était juste exubérant, jamais il n'avait vu cela et pourtant il en avait vu des choses depuis le haut de ses ... quatre cents ans ? Il ne savait même plus exactement son âge. Il avait arrêté de compter depuis des années maintenant. Le capitaine était immortelle, et allait encore vivre des centaines d'années. Avec le sort qu'il avait reçu, le seul moyen de le tuer était de transpercer son cœur. Pour dire que très peu de personne, voir même personne du tout, ne pourrait trouver où il avait caché son précieux organe. C'était quasiment impossible. Enfin pour dire que sa journée de tranquillité venait de passer par dessus bord. Surtout que la jeune femme en question les avait juste détachés du port et qu'ils naviguaient désormais sur l'océan. Le vent était levée et tapait en plein dans la voiles se qui les faisait avancer à une assez grande vitesse. Il avait demandé à mademoiselle Laaks de ne plus rien toucher à par à son bouquin pendant qu'il remontait la grande voile. Il n'en avait que faire de fait que le livre lui appartienne ou non. C'était pas son problème. Non, son problème, c'était que pendant qu'il remontait l'immense bout de tissu, il n'y avait personne qui était entrain de tenir le gouvernail. Heureusement, il n'y avait pas de rocher en vu, ce qui était un bon point positif. Mais il fallait toujours être sur ses gardes à chaque instant. Le capitaine était entrain de tirer de toutes ses forces sur les cordes. Vivement le moment où il retrouverais son équipage. S'occuper du bâtiment tout seul était un très gros boulot, il en passait toutes ses journées pratiquement. Il finissait pas attacher l'une des cordes sur la rambarde du navire avant de se diriger de l'autre côté pour remonter l'autre partie de la voile. Concentrer sur sa tâche, Jones n'avait même pas vu la petit tête blonde s'approcher de lui pour venir l'aider. Ce n'est que quand elle commença à tirer qu'il réagit sentant que tout était plus facile. Il marmonna quelque mots incompréhensibles dans sa barbe mais laissa Elda continuer. De temps en temps un peu d'aide n'était pas de refus, n'est-ce pas ? C'était indéniable : c'était tout de suite plus facile et beaucoup plus rapide. Quelques minutes plus tard, Davy fini par attacher une nouvelle fois la corde à la rambarde du bateau. Tout de suite le bateau venait de ralentir.

Il sentait le regard de la blonde au dessus de son épaule. Elle le regarda avait insistance, observant chacun de ses mouvements et c'était … flippant. Encore plus flippant lorsqu'elle le pris dans ses bras lorsqu'il s'était retourner vers elle. Davy restait paralysé pendant plusieurs secondes voir même minutes. Il ne comprenait pas se soudain geste envers lui. Il n'était pas habituer à recevoir des câlins. Surtout de la par d'une parfaite inconnue. Il ne savait pas commencer réagir face à cela. Est-ce qu'il devait mettre ses bras autour d'elle ou pas ? Non, cela serait trop étrange. Il resta droit, les bras le long de son corps alors qu'elle venait lui frotter la tête. Elle venait de faire quoi ? Réellement ? Lui frotter la tête , Alors là, le capitaine était perdu et extrêmement stupéfait. Il avait les yeux grands ouverts sous la surprise.

« Monsieur Capitaine, dans mon livre ils disent que les dauphins vivent dans l'eau. Est-ce qu'on pourra en voir si on va en mer ? Je voudrais beaucoup en voir... »

Il se secoua la tête pour reprendre ses esprits. Il avait été déconnecté pendant quelques secondes. Il faut dire, qu'il n'avait jamais reçus autant, de ce qu'on pouvait appeler, affection en une seule fois. Surtout venant d'une inconnue. Il n'avait réellement plus l'habitude de recevoir ces marques d'affection. Il était connue pour être une homme cruel, un homme de sang froid. Rien ne pouvait venir lui faire peur. Après tout ce qui pouvait faire le plus peur était la mort et la mort était son domaine. ''As-tu peur de la mort ?'' était même sa phrase fétiche. Alors pour dire que tout cela était plus surprenant pour notre capitaine. Il fini tout de même par se concentrer sur la question de la jeune femme. Il ne savait pas trop si des dauphins se trouvaient dans les parages. Bien sur lors de ses voyages il en avait vu des centaines. De grandes bandes de dauphins sauter ensemble. La capitaine ne voyait pas pourquoi tout le monde trouvait cela magnifique. Ces animaux vivaient le plus souvent au centre des mers, et ils étaient encore trop proche du rivage pour en voir. Il recula un peu sa tête pour essayer de voir les yeux de la jeune femme. Elle était vraiment trop proche là … Avant de lui répondre, il lui attrapa ses bras qui était autour de son coup avant de les enlever de là et de reculer un peu pour mettre assez de distance entre eux. Il pouvait voir que ses yeux brillaient. Elle voulait vraiment en voir des dauphins ? Au point où ils en étaient. Davy poussa un long soupir. « Nous sommes encore trop près de la rive pour voir des dauphins. Je ne vous promet rien mademoiselle Laaks ! Cela se trouve nous en verrons absolument pas, d'accord ? Mais au point où on en est pourquoi ne pas essayer d'en voir. » Il s'était dirigé vers le gouvernail tout en lui répondant, venant refermer ses poings sur le bois de la sorte de roue. Il allait essayer d'en voir. Après tout pourquoi pas ? Maintenant qu'il avait déjà perdu assez de temps comme ça. En perdre un peu plus ou un peu moins ne changeait absolument pas. Plus aucun mot, rien. Il préféra se concentrer sur sa navigation. L'océan, naviguer, être libre avait été son rêve depuis qu'il était petit. Lorsqu'il tenait la barre, lorsqu'il regardait le vaste océan devant, cela lui procurait un réelle plaisir de bonheur. C'était les seul moment où il avait l'impression de toujours avoir son cœur. L'impression de ressentir quelque chose. Bien sur ce n'était qu'illusoire.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Hello cap'tain fais briller tes galons | Davy Jones   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hello cap'tain fais briller tes galons | Davy Jones
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-