Partagez | 
 

 And I can't see straight anymore | Edwige N. Ieromeïev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: And I can't see straight anymore | Edwige N. Ieromeïev   Lun 28 Mar - 15:33



Martyriser les autres était tout aussi naturel pour Léon que de respirer, se moquer d'eux dans un pur complexe de supériorité pour se sentir au-dessus des autres, une manière comme une autre ainsi de se prouver qu'il était toujours le monstre d'autrefois et qu'il était juste coincé provisoirement dans un corps humain. Lui qui avait passé presque son existence entière à effrayer d'insupportables gamins, qu'il les détestait tant et ceci même encore aujourd'hui, il se trouvait à être désormais de la même espèce qu'eux mais dans un modèle qu'on nommait adulte. Qu'importe c'était exactement identique pour lui, juste la taille qui changeait mais il n'en avait que faire, ces êtres le révoltaient au plus haut point et maintenant qu'il se souvenait de qui il était réellement c'était sans doute encore pire. Alors il se déchaînait à sa manière, devenant imbuvable au possible et faisait la misère à autrui dès qu'une occasion en or se présentait, c'était par exemple le cas avec la caissière de la supérette. De base, il aurait pu la laisser tranquille et ne lui aurait même pas prêté attention, mais il avait fallu qu'elle ose venir tenter de lui raconter une blague à laquelle il n'avait pas ri. Mais alors pas du tout. S'il y a bien une chose que l'ancien caméléon détestait c'était l'humour, sans doute parce qu'il n'en possédait de toute évidence et que personne n'arrivait à le faire rire en lui racontant ce genre d'histoire, un point d'autant plus amplifié depuis qu'il avait retrouvé la mémoire car ce genre de comportement venait à lui rappeler un horripilant petit monstre vert avec un œil. Léon s'était ainsi contenté de fixer la petite rouquine sans même sourciller d'un millimètre, essayant silencieusement de lui faire comprendre que la prochaine fois il n'aurait aucun remords à lui éclater la tête sur le comptoir de la caisse, avant de lui faire une remarque des plus désobligeantes sur le fait que si elle mettait autant d'entrain à faire correctement son travail ça serait formidable. Le moins qu'on pouvait dire c'est qu'il savait ce qu'il voulait et faisait tout pour l'obtenir, aussi bien mentir que tricher sans aucune retenue et honte, se voulant intimidant en toutes circonstances lorsqu'il n'était pas en infiltration pour son travail en tout cas.

Pourtant Léon avait beau jouer les fières il n'en menait pas large en ce qui concernait sa vue, même dans son monde d'origine à Monstropolis il avait toujours eu des difficultés pour voir correctement, sans nul doute ce qui le complexé le plus au monde. Avant la malédiction il avait décidé de laisser tomber ses horribles lunettes, parce qu'elles ne disparaissaient pas en même temps que lui et de ce fait il n'était pas aussi invisible que cela, plissant les yeux au possible pour essayer d'y voir clair au point que ce trait ne faisait que renforcer le côté inquiétant et effrayant qu'il pouvait bien avoir. Un monstre bigleux ça ne faisait absolument pas peur, surtout qu'il n'avait jamais été d'une corpulence extraordinaire et rentrait plutôt dans la catégorie poids plume si on le comparait aux autres monstres de l'époque, décidant de sacrifier d'une certaine manière une parfaite visibilité au détriment de son travail. Ici à Storybrooke, la malédiction n'avait aucunement été plus clémente pour ce qui était question de sa vision, mais au moins il avait pu avoir le loisir de s'octroyer tout de même à une vraie netteté de ce qui l’entourait grâce à ses lentilles. Dès qu'il avait pu en mettre il l'avait fait, dans ce qui était ses faux souvenirs il avait toujours été mal à l'aise avec ses lunettes plus jeune au point de souhaiter devenir invisible aux yeux des autres, comme quoi même les créatures pouvaient venir se sentir d'une manière ou d'une autre complexé. Léon ne se sentait à aucun moment à l'aise lorsqu'il devait porter ses lunettes, au point qu'il ne le mettait que chez lui le soir pour se reposer les yeux et encore c'était une paire de manches loin d'être gagnée, au point qu'il aurait préféré faire comme à Monstropolis en se privant d'une vue nette que de les mettre. Lui qui se voulait si fier et ne jamais faiblir, qui préférait se mettre les poings en sang que de plier une seule seconde devant n'importe qui, possédant un caractère plus que difficile courbait malgré tout l'échine en ce qui concernait une simple paire de lunettes. C'était sans doute idiot, il en avait bien confiance, mais il faisait un si grand blocage dessus qu'il n'y pouvait rien.

Mais pourtant Léon n'avait d'autres choix aujourd'hui que de les avoir sur le bout du nez, très peu confiant dans sa démarche et dans ses paroles, il n'avait plus de lentilles et il devait assumer une mission de surveillance dans le cadre de son travail de détective. Nerveusement il n'arrêtait pas de venir toucher aux branches, priant intérieurement pour qu'elles viennent disparaître elles aussi, alors que son pouvoir n'était pas suffisant pour que autre chose que son organisme puisse se confondre avec lui. C'est la tête basse qu'il s'était rendu plus tôt dans la supérette pour prendre un café pour tenir le plus longtemps dans sa planque de nuit, évitant au possible tout être humain qui pouvait se trouver dans les environs, alors que la noirceur du soir commençait déjà à tomber sur Storybrooke. Il avait ignoré au possible la rouquine à qui il faisait tant de réflexions dès qu'il la voyait, alors qu'elle venait s'évertuer toujours et encore à lui raconter des blagues qui ne le déridaient toujours pas, parce qu'il ne se sentait pas du tout à la hauteur pour lui en mettre plein la tête. C'était comme si ses satanées lunettes absorbaient toute sa confiance, lui qui avait mis tellement de temps à en acquérir faisait de ce fait plusieurs pas en arrière, on aurait pu croire une autre personne dans un sens. Alors que le fait de sentir des regards sur lui, qu'ils soient aussi bien réels que dans son esprit légèrement paranoïaque dans ce cas précis, lui donnait juste envie de littéralement disparaître en utilisant son pouvoir. Il avait pu sentir que ses mains commençaient à opérer légèrement dans ce sens alors qu'il donnait la monnaie à la caissière, attrapant vite son café sans le moindre commentaire, et il ne lui fallut que peu de temps pour déguerpir au plus vite. Son cœur battait trop vite à son goût, ne venant s'arrêter qu'une fois en face de l'endroit qu'il devait surveiller, il pouvait voir que cet état de stress incontrôlé rendait en partie son don de camouflage naturel défaillant. Sa main abordait tantôt des couleurs dignes d'un papier peint, tantôt des motifs qu'il avait pu reproduire par le passé, ou encore une totale transparence. C'était quoi le fuck . Il n'en avait aucune idée, et ceci l’irritait déjà pas mal n'ayant aucune idée si ce problème allait s'étendre par la suite ou si c'était déjà le cas, essayant de plutôt se concentrer sur son travail.

Les minutes passaient et Léon était déjà fatigué, les choses étaient trop calmes et il n'y avait aucune action à l'horizon, tout ce qu'il avait envie c'était de rentrer chez lui et rester dans un coin où aucune personne ne pourrait le voir...







copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
 
And I can't see straight anymore | Edwige N. Ieromeïev
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-