Partagez | 
 

 Ton coeur sera à moi | Limenia Merlyne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelena Green

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Sorcière de l'Ouest
☂ Conte : Oz

☂ Emploi : Sage-femme
☂ Camp : Villains
☂ True Love : L'amour c'est comme une cigarette. Ça flambe comme une allumette ça pique les yeux, ça fait pleurer et ça s'envole en fumée ...

☂ Avatar : Rebecca Mader
MessageSujet: Ton coeur sera à moi | Limenia Merlyne   Sam 30 Avr - 19:34





Ton coeur sera à moi

Limenia

Tant de chose c'était passer pendant ces derniers mois. Tant de choses avait bouger, basculer. J'avais revue ma mère, ma véritable mère pendant ce cauchemar. Tout ceux-si n'avait été qu'un rêve. Qu'un simple et pauvre petit rêve. Ma mère adoptif n'avait jamais été réellement présente, ce n'était qu'une illusion que Cora nous avait donner, comme pour mon père ou Glinda. Elle s'était amusée avec nous, elle s'était amusée avec moi et j'avais horreur que l'on s'amuse de la sorte avec moi. Je l'acceptais pas. J'avais revu Regina sur le bateau et Rumple, les deux plus importants pour moi. Bien sur dans le sens où je devais les réduire à néant. Les autres, si je les touchais, ce ne serait que des dommages collatéraux. Pas très importants à mes yeux. Cette soit disant Blanche-Neige ou encore la reine des neiges. Elles n'étaient rien pour moi, que de vulgaire personne. Elles ne pouvaient absolument rien contre moi, trop frêles, pas assez puissantes, trop … Faible. Je n'avais qu'à lever une main pour les envoyer valser à plusieurs mettre de là. Je n'avais qu'à lever la main pour les stopper nettes. Alors que Regina était déjà une sorcière plus élevée, plus à ma hauteur. Même si elle n'arrive pas encore tout à fait à ma cheville. Elle était plus en mesure de riposter, mais je savais que je pouvais la battre très facilement. Le ténébreux était encore une autre histoire, il était plus difficile de le tuer. Je pouvais aisément me battre contre lui. Il m'avait appris toutes ses techniques, tous ce qu'il savait. Je savais le contrer, je l'avais déjà fait une fois je pouvais déjà le refaire une nouvelle fois. Il fallait juste que j'arrive à chopper sa fameuse dague et alors là … Alors là je pourrais contrôler le monde entier. Je pourrais être la reine, cette fameuse méchante sorcière. Je pourrais faire du mal à Regina, je pourrais tous les faire souffrir comme j'avais pu souffrir moi par le passer. Être sans pitié, être froide, n'avoir aucun once de compassion pour n'importe lequel d'entre eux. N'importe lequel sauf sans doute Arthur …

C'était compliqué avec lui aussi. Plus compliqué que tout. Je ne savais pas qu'est-ce que je pouvais bien ressentir pour lui. Je n'avais pas le droit. Je n'avais pas le droit de l'aimer. Je me l'étais interdit depuis si longtemps maintenant, je ne devais m'attacher à personne, absolument personne. Je le faisais pour mon propre bien. J'avais appris une leçon durant toute ma pauvre et misérable vie : je ne pouvais compter sur que moi même. Moi et rien que moi. C'était la dure loi de la vie. Compter sur soi même. Je ne pouvais plus avoir confiance, ce n'était pas possible, pas après tout ce qui avait bien pu se passer dans mon triste passé. Les choses avaient été trop dure, j'avais tellement souffert, que je ne pouvais plus m'autoriser à ressentir quoique se soit envers les autres. Je ne pouvais plus faire confiance à personne. Tant de personne m'avait trahis, j'avais eu le cœur mit en morceau à cause de tellement de monde. J'avais encore le cœur en morceau, j'en souffrais encore mais je ne le montrais plus désormais. J'utilisais cette souffrance pour me venger. Cette souffrance était devenue ma force, je puisais toute mon énergie dans ce cœur briser en mille morceaux. Aimer était un mot que j'avais virer de mon dictionnaire à moi. Aimer … Qu'est-ce que c'était réellement ? On m'avait dit plusieurs fois que l'on m'aimait. Plusieurs fois on m'avait dit que l'on tenait à moi. Pourtant regardez ou j'en étais arrivée ? Toutes les personnes qui m'avaient dit cela, m'ont lâchement abandonner. Ils m'ont fait souffrir encore plus, toujours plus. Je ne pouvais plus me permettre de souffrir, surtout à cause d'un homme que j'aurais pu aimer. Je me refusais d'aimer … Pourtant j'avais une sensation étrange dans mon cœur. Je n'avais pas du tout prévu ce jour où Arthur m'avait en quelque sorte avouer ses sentiments. Cela avait été trop brusque. Je n'avais pas su quoi lui dire sur le moment. Cela avait été trop soudain et la première chose que j'avais fait : me protégé. Personne ne pouvait réellement m'aimer. C'était impossible, on finissait toujours par m'abandonner. Je ne voulais pas m'accrocher à Arthur car je savais qu'un jour où l'autre il allait lui aussi m’abandonner. Je l'avais au première abord repousser. Lui signifiant que s'il ne pouvait pas m'aimer très bien. Qu'il continue de ne pas m'aimer. Que l'on continue simplement notre relation comme avant. Simplement une relation assez particulière par pur plaisir, pour simplement ''s'entraider''.

J'étais entrain de ma balader, ce jour là me dirigeant vers un endroit particulier. J'avais mon éternelle chapeau sur la tête, tandis que mes cheveux roux étaient attacher dans un fabuleux chignon bas. Je portais un chemise verte assez ample avec un tailleur noir, une jupe de la même couleur avec un collant opaque et toujours mes escarpins noir. Je marchais d'un pas assez rapide et sur de moi entre les rues de la ville. Je prenais mon rouge à lèvre rouge m'en remettant un peu alors que je m'approchais de la plage. Je m'arrêtais quelque instant voyant un silhouette se dessiner sous mes yeux. Je pinçais mes lèvres entre elle avant de me diriger vers cette sirène qui venait de s'affaler sur le sable chaud préalablement chauffer par le soleil. Je m'avançais doucement venant me placer devant elle pour lui faire de l'ombre et qu'elle remarque ma présence.

« Alors Liménia ? On s'amuse à entretenir sa peau si blanche ? »

Je gardais ma tête face à l'océan, alors que la jeune sirène se trouvait à terre à côté de moi. Je fini par tourner la tête vers lui faisant l'un de mes plus beaux sourires. Cette jeune sirène … Si … Non pas si innocente que cela. Je l'avais attendu la dernière fois. Elle m'avait dit le lendemain et j'avais été la. A l'attendre pendant je ne sais combien de temps. Elle m'avait fait attendre. Elle m'avait fait patienter et j'avais horreur de cela. J'avais fini par comprendre qu'elle n'avait pas réussis. Elle avait fuit si misérablement. Pourtant personne ne me fuyait éternellement. Je retrouvais toujours mes proies. Toujours. J'avais fini par m'énerver et partir en me téléportant la dernière fois. Elle m'avait fait perdre mon temps. Puis un jour je l'avais recroiser. Je l'avais vu de loin, ce portant à merveilles sur deux jambes. Elle avait deux jambes à la place de sa longue nageoire. Je ne savais comment elle avait pu l'avoir. Mais cela me renforça dans l'idée de me venger. J'allais me venger d'elle c'était certain. Je l'avais observer quelque temps. Elle était partit travailler au rabbit hole à ce que j'avais pu observer. Je l'avais espionner pendant quelque temps. C'est comme ça que je savais que je pouvais la trouver en ce jour même allonger sur la plage. Cette fois-ci elle n'allait pas m'échapper aussi facilement. Cette fois-ci elle était là et elle y restera. Cette fois-ci elle sera à moi. Je me retournais complètement vers le jeune femme, me baisant pour me trouver à la même hauteur qu'elle.

« Surprise ! » lui avais-je dit alors que nos visage n'était pas très loin, l'un de l'autre avant de m'éloigner un peu d'elle. « Alors comment va ma mignonne petit sirène ? En faite … ne répond pas à ma question. Après tout je pense que tu vas bien. Je t'ai vu gambader dans les rues de la ville la dernière fois. C'est bien, tu as réussis à avoir tes jolies et fines jambes à ce que je vois. »

Je me relevais complètement m'éloignant un peu, marchand un peu alors que je continuais de parler avant de me retourner vers elle avec un air sur le visage qui se voulait étonner.

« Mais il y a comme un petit soucis … Tu sais que s’attend toujours ce que je t'avais demandé. Ça fait combien de temps déjà deux mois ? A non trois, trois mois, que j'attends toujours. »

Mon regard devins tout de suite plus noir, mon air plus dure face à la rouquine.

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked Always Wins
What they call "green with envy" I just call "looking good" ⊹ Once I was filled with rage now I enjoy the ride. It's so electrifying Watching all her dreams denied !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t555-non-pas-cruelle
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Ton coeur sera à moi | Limenia Merlyne   Ven 6 Mai - 10:43



« Ton cœur sera à moi »

Avec Zelena


Elle s'ennuyait. C'était courant bien sûr, dans la vie d'une sirène de Neverland. Elles passaient même tout leur temps à s'ennuyer, perdues dans leur lagune, à barboter dans les eaux chaudes l'ile. Mais c'était un ennuie qu'elle appréciait, un passe-temps : elle paraissait au soleil et échangeait quelques - beaucoup ? - de potins entre elles, critiquant tout e qui pouvait passer sous leur nez et se désolant du manque de visite de leur humain favori - Peter. C'était une langueur bienfaitrice, gagnait par la somnolence elles se chamaillaient et se coiffaient, cherchaient quelques coquillages tout en jouant avec des poissons et des crustacés, un ou deux requins qui passaient par là suivit de raie. Elle adorait jouer ave requins pour sa part, ces créatures étaient à ses yeux fascinant. Ils essayaient parfois de la mordre mais se reprenaient bien assez vite, peut-être avaient-ils parfois un peu de mal ave la nature demi-humaine de Limenia. Les sirènes, donc, appréciait l'ennuie à sa juste valeur. Le problème, c'est que Limenia n'en pouvait actuellement plus du calme plus que plat de sa vie. Il n'y avait plus de sirènes avec qui s'amuser dans la lagune, ou même dans l'océan, et l'ennui seul était tout à coup beaucoup moins attrayant. Elle avait bien sûr essayé de se faire d'autres connaissances, « amis » ? Mais cela n'avait pas donné grand chose. Elle avait passé un peu de temps avec Félix, mais elle n'appréciait toujours pas sa compagnie intrusive et jalouse à propos de Peter. Ce-dernier restait peu accessible, et ses anciennes connaissances de la malédiction était trop occupée pour accorder un peu de leur temps à une petite sirène joueuse.

Sortant de l'eau, la jeune femme passa son bracelet à son poigné, et deux jambes la portait sur le sable. Elle se laissa aussitôt choir au sol, s'affalant sur la plage de tout son long, les pieds dans l'eau, les yeux rivés au ciel bleu parsemé de quelques nuages blanc. Le mois de mai venait de débuter, et le soleil commençait à bien réchauffer sa peau et la terre, ainsi que l'eau peu profonde, au plus grand plaisir de Limenia. Elle était don étendue là, tranquille, guettant le moment où l'ennui devenu insupportable sonnerait son départ pour une autre activité, lorsqu'une ombre se profila au-dessus de sa tète. Tout d'abord aveuglé par le brusque changement de lumière, elle ne vit pas grand chose qu'une grande forme en surplomb d'elle, et elle cogna plusieurs fois des yeux pour se réhabituer. La scène lui rappelait de façon troublante une autre, qui s'était déroulée il y a quelques mois à peine. Ave raison constata-t-elle lorsqu'elle reconnu enfin la personne qui se tenait là. « Alors Limenia ? On s'amuse à entretenir sa peau si blanche ? ». C'était la femme en vert et noir, celle qui lui avait demandé de ramener une ridicule petite chose vivant - un chien - en échange d'une paire de jambes. Oh, elle s'en souvenait très bien de ce soir-là. Elle avait pris peur en entendant quelqu'un rentrer dans la demeure - surement la maire - alors que le chien - Lola ? - essayait de déchiqueter sa main, et plus si affinité. Elle avait fuit sans demander son reste, elle n'avait jamais aimé les chiens de toute façon. Bien sûr, elle n'avait jamais rejoint la plage où elle était attendue, préférant attendre que le sortilège se dissipe afin de fuir par les eaux. Et depuis, au fil des jours, l'évènement lui était sortit de l'esprit, redevenant insouciante et naïve. Bien mal lui en avait prit, parce que la femme ne semblait pas très contente. Sursautant violemment, la sirène - devenue humaine un peu plus tôt, voulu se relever - surement pour s'enfuir à toute jambes, ou à toute nageoire ? - le visage froid état juste devant le sien.

-Surprise ! Alors comment va ma mignonne petit sirène ? En faite … ne répond pas à ma question. Après tout je pense que tu vas bien. Je t'ai vu gambader dans les rues de la ville la dernière fois. C'est bien, tu as réussis à avoir tes jolies et fines jambes à ce que je vois. Mais il y a comme un petit soucis … Tu sais que s’attend toujours ce que je t'avais demandé. Ça fait combien de temps déjà deux mois ? A non trois, trois mois, que j'attends toujours.

Et pour une surprise, s'en était une pour elle. Un air contrit et désolé s'installa sur son visage, espérant que la femme lui pardonnerait. C'est qu'elle n'avait pas pensé à mal en fuyant, elle avait pris peur, et on ne pouvait pas attendre beaucoup d'une sirène. Elles étaient facilement impressionnables, plutôt lâche surtout lorsqu'elles se sentent en danger et très volatile. Au fur et à mesure qu'elle parlait, la femme s'était éloignée d'elle, se relevant, et Limenia en profita pour en faire autant, se dressant sur les fameuses jambes blanches. Elle allait dire quelque chose, ouvrant la bouche, lorsque l'autre se retourna, la fixant de son regard dur et ferme. Elle trembla légèrement, comprenant qu'elle ne s'en tirerait peut-être pas comme elle l'avait espéré.

-Je... Je suis désolée ? J'ai... Il y avait quelqu'un, la maison n'était pas vide !

Pouvait-elle avouer qu'elle avait eu peur ? Elle n'en était pas sur, vraiment, alors elle se tut. Dans sa tête, une alarme semblait s'être allumée, tournoyant et brillant d'une lumière rouge. Discrètement - enfin l'espérait-elle - la sirène recula son pieds vers l'eau, puis le deuxième. L'ambiance était pesante et collante, gluante presque contre sa peau, à couper au couteau comme on disait dans ce monde. Les mains moites, elle ne désirait à présent qu'une chose : s'enfuir. L'eau allant et venant sous le coup des vagues léchaient ses pieds, lui assurant qu'elle n'était plus très loin de la sécurité que lui apportait l'océan. L'océan allait et revenait, trempant la plante de ses pieds, refluait puis revenait monter jusqu'à ses chevilles. Elle n'était plus très loin. Une main jouait nerveusement avec une mèche de ses cheveux bouclés.

-J'ai.. j'ai eu peur, je ne voulais pas me faire attraper...



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Zelena Green

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Sorcière de l'Ouest
☂ Conte : Oz

☂ Emploi : Sage-femme
☂ Camp : Villains
☂ True Love : L'amour c'est comme une cigarette. Ça flambe comme une allumette ça pique les yeux, ça fait pleurer et ça s'envole en fumée ...

☂ Avatar : Rebecca Mader
MessageSujet: Re: Ton coeur sera à moi | Limenia Merlyne   Jeu 19 Mai - 21:08





Ton coeur sera à moi

Limenia

Je pouvais voir qu'elle tremblait légèrement. Je pouvais voir un soupçon de peur dans ses yeux. Un soupçon qu'elle essayait de cacher tant bien que mal. J'avais un grand sourire satisfait que le visage. Elle avait peur … Elle avait peur de moi. Peur de ce que je pouvais bien lui faire. C'était si … Jouissif. Oui c'était exactement le mot. Plaisant, merveilleux … Je ne pouvais pas être aussi heureuse à ce moment même. Je provoquais de la peur. On avait peur de moi. La petite sirène en face de moi me craignait. J'aimais être craint. J'aimais voir cette lueur dans les regards des personnes qui se trouvaient non loin de moi. Cela m'avait énormément manqué, depuis Oz en fin de compte. Comme je m'étais montrée discrète depuis la rupture de la malédiction. Peu de personne savait qui j'étais réellement. Personne ne savait de quoi j'étais capable. La plus par des personnes me voyaient comme la simple sage-femme un peu froide. Ou même d'autre une simple femme rousse qui habitait à Storybrooke. Peu de monde savait que j'étais la méchante sorcière de l'Ouest. Celle qui avait réussis à gagner face à Dorothy et sa bande d'amis. Celle qui avait été plus forte que le ténébreux en lui même. Peu de monde savait les pouvoirs que je possédais. De ce fait, peu de personnes avaient de quoi avoir peur de moi. Alors que à Oz … Tout le monde avait peur de moi. Tous les petits villageois sans importance me craignaient. Priant le ciel pour que je ne viennes pas leur arracher le cœur pendant leur sommeille. Priant pour que je reste bonne et que je les épargne pour cette fois ci, que je les épargne tout cour. Je me sentais tellement puissante dans ces moments là. Tellement forte. Je pouvais tous faire comme je le voulais. C'était moi qui commandait comme bon me semblait. J'étais la maître des lieux. J'étais comme la reine d'Oz. C'était moi qui dirigeais le pays. J'avais réussis à reprendre la place de ce vieux épouvantail sans cervelle. J'avais bien rigolé. Eux qui croyait s’être débarrasser de moi aussi facilement, simplement en me versant de l'eau sur la tête. Ils avaient été si naïfs. On ne se débarrassait pas de moi aussi facilement. C'était beaucoup plus dure de me faire taire, de m'enfermer ou même tout simplement de me tuer. Non, peu de personne était à la hauteur de m'échapper. Je finissais toujours par retrouver ce qui c'était enfuis. Ce qui ne m'avait pas obéis. Tout comme cette sirène qui se trouvait en face de moi tremblotante. Elle avait cru bon de fuir mais au final je l'avais retrouvé. Et elle allait regretter son comportement. Elle allait payé comme je faisais payer les habitants d'Oz dans le monde des contes …

Je ne pus lâcher un petit rire lorsque j'entendis ces excuses. Elle s'excusait. Elle pensait vraiment que j'allais être désolé ? Que j'allais passer l'éponge sur ce qu'elle avait fait ? Ou plutôt sur ce qu'elle n'avait pas fait justement. Je n'en avais strictement rien à faire qu'il y avait eu quelqu'un dans la maison. Son travaille n'avait pas été sérieux. Je n'en avais strictement rien à faire qu'elle ai eu peur ou non. Lui faire confiance avait été une vraie erreur pour moi. Une vraie perte de temps et je n'aimais clairement pas perdre mon temps avec des broutilles du genre. Elle avait eu peur … Et puis quoi encore. Je lui souriais doucement comme si je la comprenais parfaitement, comme si j'allais me montrer gentille. Bien sur tout cela était ironique. Je repris d'ailleurs mon air des plus sérieux rapidement. Être gentille ne m'allait pas du tout. Je n'aimais pas me montrer gentille. C'était quelque chose qui me répugnait.

« Je n'en ai que faire de tes excuses. Je n'en ai que faire que tu ai eu peur. »

Je m'étais approchée d'elle. Doucement mais sûrement. Elle avait reculé de quelque pas seulement, toujours entrain de jouer avec l'une de ses mèches de cheveux. Je m'étais rapprochée me retrouvant que à quelques centimètres d'elle. Je la regardais de haut avec mes talons hauts. Je la regardais droit dans le yeux. Elle pouvait avoir peur autant qu'elle voulait, je n'en avais que faire. Elle pouvait encore, une nouvelle fois fuir si elle le voulait. Elle pouvait tenter du moins … Parce que je n'allais pas la laisser partir cette fois. Non, cette fois je la tenais cette fois elle était à moi. Je m'approchais encore un peu d'elle, tandis que nos visages se touchaient presque l'un à l'autre. Pendant quelque seconde, je ne bougeais plus. La scrutant, scrutant son visage.

« Pauvre petit poisson ... » commançais-je à dire d'une vois douce avant de reprendre plus grave. « Tu n'aurais jamais du sortir de l'eau ! »

Et sans attendre j'enfonçais mon point dans son thorax. J'enfonçais mon point dans l'endroit exactement ou se trouvait son cœur. Son précieux petit cœur, son organe vitale, celui qui lui permettait de vivre. Je le sentis sous ma main. Si doux, si fragile, si chaud. Je souriais à la petite sirène. Je souriais face à l'expression de son visage. Je commençais à refermer ma poigne sur l'organe. Je le serrais un peu plus fort, pour la voir quelque peu souffrir. Pour la voir se crisper tandis que j'avais toujours ma main dans sa poitrine. D'un seul coup je retirais le cœur bien rouge avant de le fixé comme un trophée. Je le fixais levant quelque peu la main en l'air pour le voir un peu mieux. Je m'étais mise à rire. Elle était à moi. J'avais sa vie dans le creux de ma main. Avec cela elle ne pouvait allez nul par. Plus maintenant. C'était avant qu'il avait fallu tenter de fuir.

« Tu te rends compte ? J'ai ta précieuse petite vie entre mes mains maintenant. »

Puis je continuais à rire.

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked Always Wins
What they call "green with envy" I just call "looking good" ⊹ Once I was filled with rage now I enjoy the ride. It's so electrifying Watching all her dreams denied !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t555-non-pas-cruelle
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Ton coeur sera à moi | Limenia Merlyne   Dim 29 Mai - 22:24



« Ton cœur sera à moi »

Avec Zelena


Ses chevilles baignaient à présent dans l'eau, et elle était si proche ! Il suffirait de quelques pas, et elle pourrait plonger dans l'océan. La plage était irrégulière et rugueuse, elle le savait mieux que personne, et il y avait à différends endroits des trous d'eau. Juste derrière elle, justement, et c'est pour cela qu'elle n'avait besoin que de quelques pas. Elle serait alors en sécurité sous l'eau, et jamais personne ne pourrait attraper la sirène dans son élément. Son pied glissait sur le sable, toujours plus en arrière, et son cœur battait la chamade dans sa poitrine. Dans l'eau, il y avait l'espoir et la fuite. Restait encore à échapper à cette terrifiante sorcière. Elle riait. Elle riait de tout ce que Limenia pouvait bien lui dire, et si chaque son sortant de ses lèvres la terrifiaient, elle ne pouvait pas dire qu'elle était véritablement surprise. Elle en connaissait, des personnes peu recommandable qui se délectait de la peur des autres, elle fréquentait Peter Pan depuis presque toujours. Mais il y avait cette proximité avec le garçon qui la savait utile qui a protégeait d'un sort terriblement peu enviable. Ill n'y avait rien ici que la déception et la colère, des choses qui ne l'aideraient surement pas. Oh non, elle n'aurait jamais du quitter les eaux chaudes et sécurisantes de Neverland, de sa lagune merveilleuse. La faute à cette malédiction qui les avait piégé ici, pas la sienne ! Si elle avait pu, elle aurait protéger tout Neverland de cette monstruosité – sauf la petite peste humaine – pour rester sur leur ile adorée.

Le fil de ses pensées s'arrêta là. La sorcière venait de glisser sa main dans sa poitrine, interrompant tout ce qui pouvait bien se passer dans sa tête. Il n'y avait que cette étrangeté magique. Tout son souffle sortit de sa poitrine, ses yeux s'exorbitèrent, sa bouche s'ouvrit toute grande dans une exclamation d'horreur figée. Elle pouvait la sentir. La main qui était dans sa poitrine. C'est comme si, tout à coup, sa chair et ses os n'avaient plus aucune existence sur ce plan, comme si elle traversait son corps comme s'il n'était pas là, elle avait presque l'impression d'être un fantôme. Presque. Parce qu'elle pouvait sentir les doigts chatouiller son cœur. Enfin, chatouiller n'était pas vraiment le mot, elle les sentait, serré contre sa paume. Elle avait tout de suite trouvé l'organe, sans aucune hésitation, avançant surement en son sein. La sirène avait, portée par l'instinct le plus pur, saisit l'avant bras de cette femme, agrippant désespérément sa peau glissante, en proie à la panique, sa respiration gênée par cet intrus en elle, . Mais elle avait beau tirer, pincer, elle ne bougeait pas d'un centimètre. Et puis il eut une pression, des doigts glissant sur la chair rouge de son cœur, et la douleur vive et insupportable qui traversa tout son corps, avec comme point central et culminant son palpitant. Elle tenait à peine sur ses deux jambes, surement retenue par ce bras enfoncé en elle, ses bras appuyés sur ce membre. Elle appuya un peu plus, un hoquet étranglé passa les lèvres de Limenia, la souffrance présente soudainement dans toutes les fibres de son corps, paralysant toutes activités, bloquant sa respiration pour de bon, figeant ses mouvements, ses yeux roulant dans le vide. Elle pouvait sentir en même temps les battements sourds et précipités de l'organe résonner dans tout son corps. Les larmes avaient depuis longtemps déjà commencé à couler sur ses joues.

Et puis tout se termina. La sorcière tira d'un coup sec, et la sirène se sentit écartelée, portée vers l'avant, il eut comme un claquement dans son cœur, comme un câble qui lâche prise soudainement, et elle recula d'un pas sous le choc, sa respiration reprenant ses droits. Elle cligna des yeux, quittant sa poitrine vide pour regarder la femme face à elle. Elle ne tomba pas au sol comme elle avait cru au départ, mais resta là, bien campée sur ses deux jambes, les bras retombant le long de son corps. Elle leva faiblement un bras vers cette petite chose rougeoyante, sans pour autant s'en approcher de trop. C'était... son cœur ? Son cœur qui continuait de battre entre les mains de la femme. Limenia posa sa propre paume sur sa poitrine, à l'emplacement précis où il aurait du se trouver, là où elle avait trifouiller pour l'en déloger. Les battements qu'elle sentait étaient-ils factice, comme une douleur fantôme, ou bien les derniers tressautements sur le vide d'un organe mort et froid ?

-Rendez-le moi, murmura-t-elle, guère convaincante. Elle avait si froid, elle se sentait si froide. La peur panique qui s'était logée en son cœur, en elle, n'existait plus, rien qu'un chatouillement de terreur quelque part au fond d'elle. Comme si toute la violence de l'émotion avait été emporté avec cette partie d'elle, hors d'elle. Sa voix était devenue morne, froide, apathique. Monocorde, bien qu'un peu d'émotion réussissait à y transparaitre. Qu'est-ce que vous voulez ? Pourquoi vous faites ça ?



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Zelena Green

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Sorcière de l'Ouest
☂ Conte : Oz

☂ Emploi : Sage-femme
☂ Camp : Villains
☂ True Love : L'amour c'est comme une cigarette. Ça flambe comme une allumette ça pique les yeux, ça fait pleurer et ça s'envole en fumée ...

☂ Avatar : Rebecca Mader
MessageSujet: Re: Ton coeur sera à moi | Limenia Merlyne   Sam 25 Juin - 15:29





Ton coeur sera à moi

Limenia

Je pouvais sentir cette organe dans le creux de ma main. Si chaud, si doux, si beau. Je pouvais le sentir encore battre chaque seconde. Que cela faisait du bien, tellement de bien ! Ce sentir encore plus puissante que d'habitude. Avoir la vie d'une personne entre les mains, c'était toujours si exaltant. Avoir le choix de son destin proche ou lointain. Pourvoir le faire souffrir comme bon nous semblait, n'importe où, n'importe quand. Depuis tout ce temps cela m'avait terriblement manqué. Voir un tel objet dans mes mains, un tel organe. Le plus important de tous. Et voilà que je pouvais ressentir une nouvelle fois cette joie. Je me rappelais dans le monde d'Oz quand j'étais à la recherche de Dorothy et de ses compagnons. Lorsque j'allais de village en village demandant à chaque villageois où elle pouvait bien se trouver et que aucun d'eux ne voulait me répondre. Je me rappelais alors comment je leur arrachais le cœur de la même manière que je venais de faire avec cette petite sirène. Quand je les serrais doucement dans la main jusqu'à les réduire en poussière pour que leur mort soit plus longue et douloureuse. Ce doux son de craquement qui se déroulait sous mes doigts était si agréable à sentir et à entendre. Jamais presque je n'avais connue plus jouissif que cela. Surtout lorsque c'était le doux bruit de la vengeance et d'autant plus si c'était pour donner une leçon à tout ces villageois. Leur montrer ce qui pouvait bien leur arriver à tous, s'ils continuaient de me mentir ouvertement. Je voulais simplement leur donner une leçon. Et c'est ce que j'étais entrain de faire une nouvelle fois avec la rouquine qui se trouvait juste devant moi. Je voulais simplement lui donner une leçon. Elle m'avait dit qu'elle me ramènerait ce sale cabot, cette objet auquel Regina pouvait tenir plus que tout, même très certainement plus que son fils en lui même. Elle m'avait dit qu'elle me le ramènerait, en mains propre à un endroit précis et tout ce qu'elle avait trouvé de mieux à faire était de fuir. Simplement de fuir et de me laisser planter là toute seule pendant plusieurs minutes vois sans doute quelques heures. Elle m'avait fait patienter et j'avais une sale horreur de patienter surtout lorsque je n'avais rien en retour. J'aurais très certainement préféré qu'elle vienne directement m'avouer qu'elle n'avait pas réussie sa petite mission plutôt que de fuir telle une lâche. En tout cas, elle, elle aurait sans doute préféré. Sa sentence aurait été beaucoup moins pénible que celle qu'elle pouvait vivre en ce moment même. Ce n'était pas très agréable d'avoir son cœur en dehors de sa poitrine. D'avoir presque ce vide de sentiment, avoir l'impression qu'il nous manque réellement quelque chose. D'avoir cette sensation de vide en sois.

Je ne pouvais m'empêcher de rire encore et encore. Tout ceci était si excitant. Je souriais de plus belle en voyant la tête que la jeune femme pouvait faire. Voir les larmes qui coulaient le long de ses joues, ces mains poser à l'endroit exacte où ma propre main était quelques secondes plutôt. Voir un soupçons de peur dans ses yeux … C'était ça. C'était ça qui me faisait frissonner. Cette peur que je pouvais lire en elle. Cette peur que je pouvais provoquer. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas lu ce sentiment dans les yeux d'une personne que j'avais l'impression que le revoir me rendait encore plus forte maintenant. J'avais haussé un sourcil en entendant ça petite phrase avant de me remettre à rire de plus belle.

« Te le rendre ? Crois-tu réellement qui suffit que tu me le demandes pour que je te le rendes ainsi ? Aussi facilement ? »

Elle était réellement entrain de rêver. Je ne risquais en aucun cas rendre cette objet si précieux à ses yeux aussi facilement. Elle allait devoir faire tout ce que je lui demande. Elle allait devoir m'obéir, être une petite sirène très obéissante, très bien élevée. Elle allait devoir se montrer douce et gentille et alors là et seulement là, je réfléchirais peut-être à sa demande. Mais pour l'instant elle était en quelque sorte devenue un peu comme mon nouveau animal de compagnie. Un chien qui allait faire tout ce que je lui demandais sans poser une seule question, sans parler une seule fois. Elle serait dorénavant ma petite sirène à moi. D'ailleurs elle était même entrain de me poser la question. Qu'est-ce que je voulais ? Pourquoi je fais tout cela ? La réponse était si simple. Elle n'arrivait donc pas à trouver la réponse d'elle même ? Et bah dit donc. Elle se faisait plus stupide qu'elle ne pouvait déjà l'être. Je rigolais une nouvelle fois avant de me rapprocher d'elle encore une fois. J'avais toujours l'organe battant dans ma gauche tandis que je venais de l'autre attraper son visage au niveau de ses joues et serrer quelque peu. Nos visages étaient à quelques centimètres l'un de l'autre et je la regardais directement droit dans les yeux.

« Tu veux réellement savoir pourquoi je vais tout cela ma belle ? Car tu aurais du ma ramener un objet de grande valeur ou plutôt un animal. Malheureusement tu as échoué et tu m'as laissé planter là toute seule. Tu aurais du me ramener un animal de compagnie que je n'ai pas eu alors maintenant se sera toi mon animal de compagnie. » commençais-je avant de desserrer mon emprise de son visage et de commencer à caresser doucement sa joue lui faisant un doux sourire. « Tu vas devenir ma douce et belle gentille petite sirène à moi, n'est-ce pas ? Tu te montreras gentilles et tu feras tous ce que je te demanderais. Et soit heureuse que je ne te transforme pas en singe volant !»

Je m'éloignais un peu d'elle alors que mon grand sourire ne quittait pas mon visage. Elle était ma sirène à moi désormais. Elle allait faire tout ce que je lui demande. Elle allait jouer le parfait animal de compagnie. D'un coup de main je nous téléportait directement jusqu'à notre demeure. Alors qu'elle restait en pleins milieu du salon, toujours le cœur dans la main je me déplaçais pour poser mon manteau et mon sac sur l'un des dossiers d'une chaise. Je me retournais vers elle, l'autre main sur ma hanche avant de lui dire.

« Bienvenue chez ton nouveau chez toi ! Ne t'inquiète j'ai prévu un endroit spécial rien que pour toi. »

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked Always Wins
What they call "green with envy" I just call "looking good" ⊹ Once I was filled with rage now I enjoy the ride. It's so electrifying Watching all her dreams denied !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t555-non-pas-cruelle
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Ton coeur sera à moi | Limenia Merlyne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ton coeur sera à moi | Limenia Merlyne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-