Partagez | 
 

 « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Ven 6 Mai - 0:00



« Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John




Nerveuse, elle attendait devant la porte d'une grande maison. Ou plutôt un manoir vu la taille du bâtiment, perdu au milieu d'un grand jardin – un petit parc ? - délaissé. La dernière fois qu'elle était venue chez lui, ce n'était certainement pas ici. Ou peut-être que ce n'était pas aussi sombre et abandonné ? Honnêtement, elle ne se souvenait pas très bien de cette époque. La malédiction avait tout embrouillé dans son esprit, mélangeant et diluant ses souvenirs aux autres, factices. Mais si elle se souvenait bien de quelque chose, c'était bien lui. Tout avait bien commencé pourtant. Enfin comme toujours, tout commençait ainsi n'est-ce pas ? Il était gentils, attentionné et aimant. Ils étaient jeunes, amoureux et pleins de projets dans la tête. Peut-être étaient-ils allés trop vite ? Mais rien ne justifiait ce qu'il avait pu faire. Elle se souvenait encore de la douleur cuisante lorsqu'elle avait tout découvert, quand il avait été foré de tout avouer, quand il n'avait pas nier ce qu'il faisait ailleurs, dans le lit d'autres. La souffrance quand elle était partie pour toujours, ses affaires sous le bras, entassées dans un sac. Elle s'était installée sur le canapé d'Eloïse, sa meilleur amie, le temps de trouver un appartement. Pendant des semaines, elle avait refuser de même entendre son nom, et elle n'avait jamais voulu le revoir, Jamais. Un homme de plus qui l'avait déçu et blessé comme il ne devrait pas être permis.

Pourtant, Valentina se tenait sur le pas de sa porte, nerveuse au possible, triturant du bout des doigts le bord de sa robe. Il y a une semaine maintenant, le facteur avait sonné à sa porte, un immense bouquet dans les bras, une lettre glissée entre les fleurs. Les couleurs étaient éclatantes,  de celles qu'elle aimait, des taches aussi rouge qu'un cœur battant, des roses cendrés et d'autres mélanges sublimes. Le sourire aux lèvres, elle était rentrée chez elle, déposant le bouquet dans un vase. Elle avait détachée l'enveloppe, essayant de percer ses mystères, puis finit par l'ouvrir. Inévitablement, son regard tomba aussitôt au bas de la table pour connaître son expéditeur. Le sourire fana aussi vite qu'il était possible, son sang se glaçant d'effroi. John Gray. C'était une belle lettre, vraiment, tout en douleur et en poésie - il l'avait connu suffisamment longtemps pour pouvoir la toucher – une invitation à dîner chez lui, un soir de la semaine suivante. La première réaction de la jeune femme aurait été de jeter le tout à la poubelle, s'il n'y avait pas eu la malédiction. Le retour de ses souvenirs – et de ses ailes – lui avaient fait ouvrir les yeux sur une multitude de chose, comme le malheur qui les avait tous frappé dans la ville maudite. Chacun avait été séparé de ce qu'il était, de ceux qui l'aimait et de ce qui faisait qu'il était lui. Peut-être que le retour de sa mémoire l'avait fait regretté ce qu'il s'était passé entre eux ? Elle avait toujours eu le secret espoir de recevoir des excuses en bonnes et dus forme de sa part. Peut-être était-il temps. Bien sûr, elle espérait qu'il ne lui demanderait pas qu'ils se remettent ensemble, parce que Cupidon ne s'était jamais remise de leur histoire, et il avait brisé ses rêves et son cœur. Mais elle était prête à lui donner une seconde chance, en tant qu'ami, et peut-être que plus tard elle s'en remettrait, qui sait ? Aussi avait-elle finalement accepté ce dîner, et ainsi se retrouva-t-elle sur le pas de sa porte.

Elle avait choisit sobrement une robe – mais avait-elle seulement portée un jour autre chose que des robes et des jupes ? - grise anthracite pour le contraste doux qu'elle donnait avec ses petites ailes d'une blancheur inégalable. La robe était bien sûr dos nu, comme presque tout ce qu'elle portait à présent pour laisser plus de liberté à ses ailes. Mais il faisait encore frais le soir, et elle refusait de charcuter ses vestes et manteaux pour laisser les deux ailes – et quelle enfers ensuite pour s'habiller avec ! - aussi avait-elle passé un châle sur ses épaules, d'une teinte plus claire que sa robe. Un maquille sobre et clair – parce qu'elle ne voulait pas donner l'impression de trop s'apprêter puisqu'elle venait en amie – et le tour était joué. Agrémentée d'une sage paire de sandale plate, elle ressemblait un peu à ce petit ange qu'avait évoqué Aisling lorsqu'elle l'avait visiter – évènement auquel elle ne pouvait penser sans rougir intempestivement. Soupirant, elle finit par sonner, attendant qu'il vienne lui ouvrir.

fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
John Gray

avatar
En réalité, je suis
Dorian Gray, l'Eventreur
☂ Conte : Peter Pan / Dorian Gray

☂ Camp : Vilains
☂ Avatar : Paul Weasley
© Crédit : Lsi, maybe tomorrow, cherrytree, lion&lamb, calamité, christaline, Aria
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Lun 23 Mai - 22:37

« Eteins la Lumière » It's a Trap !
John & Valentina

'' Me trouveras-tu si je me cache et m'en voudras-tu si je t'attache. [...] Prends tes jambes à ton cou et cours et cours ça ne changera rien du tout. Cette fois c'est ton tour [...] et si tu te caches, la tête je t'arrache ''
✻✻✻
Cette vie à Storybrooke était des plus déconcertantes, surtout maintenant que je la voyais la tête pleines de mes souvenirs. Comme la vie des dernières 28 années avait été troublante. Je me souvenais de tout et pourtant j’avais toujours cette impression de ne pas l’avoir réellement vécu. C’est peut-être un peu pour cela que j’avais décidé d’inviter Valentina à venir manger. Je devais  sans doute avoir quelque chose à me faire pardonner vu la manière dont elle avait claqué la porte la dernière fois. Ce que les femmes peuvent avoir une humeur inconstante.

Ma relation avec cette femme avait été des plus mouvementé. Nous avons passé de très beaux moments que je ne pourrais jamais oublier et c’est bien cela qui m’embêtait. Je ressassais plusieurs évènements dans ma tête depuis quelques jours et cela ne faisait qu’accroitre mon envie de sang. Cette envie m’avait happé de pleins fouet avec le retour de mes souvenirs et il ne faisait qu’augmenter avec le temps. Je croyais avoir atteint le paroxysme avant que mon cerveau ne m’impose l’image de Valentina, en sang, dans mes bras. L’extase s’empara de moi et ne me lâcha plus. À partir de cet instant je su que je ne pourrais me défaire de cette vie factice avant d’avoir le sang de cette femme sur les mains.

Quelques jours plus tôt je lui avais envoyé une invitation accompagné de fleurs. Je savais qu’elle n’allait pas pouvoir refuser, elle n’était qu’une femme après tout. C’est donc tout naturellement que j’avais choisi un bon menu et que je m’affairais en cuisine. Les vêtements que j’avais enfilé étaient simples, bien que toujours aussi chics.  J’attendais sa venue avec impatience et c’est avec joie que j’entendis le carillon de la porte principale. Je franchis les quelques pièces me séparant de la porte d’entrée et lui ouvrit.

-Mademoiselle.

Je fis une légère révérence et m’écarta pour la laisser entrer. Elle était telle que dans mes souvenirs, avec de petites ailes en plus.

-Je suis heureux que tu ais accepter mon invitation. Je suis désolé de ce qui c’est passer entre nous et j’aimerais qu’on puisse reprendre à zéro. Je sais que j’ai beaucoup de chose à me faire pardonner, mais la fin de la malédiction m’a changer et je regrette à présent.

Voilà de belles paroles. J’ai toujours su parler aux dames, c’est une de mes grandes forces. Ma chère sœur aura au moins eu le temps de m’apprendre ça.


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Jeu 26 Mai - 17:44



« Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John




Elle rentra à sa suite, quelque peu mal à l'aise – voir beaucoup. Elle détaila quelques instants les lieux d'un regard, observant tout ce qui pouvait ne pas être lui. Il était courtois, et même gentleman, comme toujours, mais aujourd'hui cela ne passait pas exceptionnellement bien. C'est comme si... Oui, il voulait reprendre tout de zéro. Sauf qu'elle n'avait jamais donné son accord pour ça. Elle voulait bien que la malédiction, et tout ce qui s'y était passé, n'état pas vrai. Enfin, les souvenirs étaient tout de même là, et elle avait beau étudier sa mémoire, elle avait été elle-même tout au long de cette vie. Bien sur, elle avait été épargné des malheurs que subissaient la plupart des habitants, et cela pouvait expliquer e comportement de John. Mais malgré tout, il avait été au fond lui-même, et elle ne pouvait pas faire table rase de tout cela. Devenir ami certes. Qui sait, peut-être qu'avec le temps elle pourrait le regarder autrement.

Mais la soirée que Valentina avait imaginé, un repas entre amis évoquant le bon vieux temps, venait de prendre un virage à 90 degrés pour la direction d'un dîner romantique. Et puis au fond, ces mots la touchaient plus qu'elle ne voulait l'avouer : elle n'incarnait pas la saint valentin pour rien après tout. Elle sourit tout de même, entrant dans la maison. Elle alla tout naturellement s'assoir dans la cuisine, ou plutôt s'adosser contre le plan de travail. Une délicieuse odeur planait dans le rez-de-chaussée, et Cupidon l'avait manifestement dérangé alors qu'il était devant les fourneaux. Elle appréciait ça. Bien sûr, de bonnes pizza lui aurait aussi totalement convenu, et aurait fait beaucoup moins... dîner, mais elle pouvait faire avec.

-La malédiction a été difficile pour tout le monde je suppose, il faut faire avec. Alors, qu'est-ce que tu nous cuisine ? Elle se pencha sur un plat, observant et sentant ce qu'elle voyait. Puis elle se détourna, s'asseyant à moitié sur la petite table de la cuisine. Alors, il parait que nous étions tous quelqu'un autrefois. Blanche-Neige, la Belle et la Bête, ou des sirènes ! Qui l'eut ru hein ? Tu étais qui toi ?

Tout en parlant, elle regardait alternativement John et la pièce où ils se trouvaient. Etrangement, son malaise ne se dissipait pas, elle n'était pourtant pas de ces personnes toujours stressées. Elle avait au contraire l'impression que l'ambiance s'épaississait.

fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
John Gray

avatar
En réalité, je suis
Dorian Gray, l'Eventreur
☂ Conte : Peter Pan / Dorian Gray

☂ Camp : Vilains
☂ Avatar : Paul Weasley
© Crédit : Lsi, maybe tomorrow, cherrytree, lion&lamb, calamité, christaline, Aria
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Jeu 23 Juin - 15:02

« Eteins la Lumière » It's a Trap !
John & Valentina

'' Me trouveras-tu si je me cache et m'en voudras-tu si je t'attache. [...] Prends tes jambes à ton cou et cours et cours ça ne changera rien du tout. Cette fois c'est ton tour [...] et si tu te caches, la tête je t'arrache ''
✻✻✻
Voir la jeune femme réveillait en moi toutes sortes de sentiment contraires. Je voulais mettre un terme définitif sur ce qui avait été ma vie d’avant, mais la voir là devant moi me rappelais tous ces bons moments que nous avions eus. Valentina avait été la seule personne depuis longtemps à me procurer un sentiment de calme et de bien-être. Notre vie était paisible et calculée.

Je repris ma place devant les fourneaux pour reprendre la préparation du repas. Faire à manger, sans être une de mes passions, restait quelque chose que je trouvais plaisant. C’était un peu comme faire des potions, mais avec un bon gout à la fin.

-Je nous cuisine des pâtes primaVera quelque chose de tout simple, mais je crois me souvenir que tu aimais bien.

Puis j’attrape deux verres que j’avais posés sur l’ilot pour nous servir à chacun un verre de vin.

-Portons un toast. Je voulais te remercier d’être venu, même malgré tout ce qui c’est passer entre nous. Je ne pourrais jamais savoir comme cela a été difficile pour toi et je ne pourrais jamais assez m’excuser de ce que j’ai fait. Je sais que ce ne sera jamais comme avant. Nous sommes des personnes différentes de celles qui se sont aimés, mais j’espère qu’à l’avenir nous pourrons simplement nous regarder sans animosité.

Puis je portai le verre à mes lèvres. Alors que le liquide bourgogne coulait dans ma gorge j’essayais de savoir quel gout aurait son sang lorsque j’y gouterais. Je fermais les yeux et soupira d’aise.

-J’ai été bien des choses au fils du temps je dois bien l’avouer. J’ai été un survivant. J’ai dû me battre pour continuer d’exister et retrouver ce qu’avait été ma vie. J’ai fait de nombreuses choses dont je ne suis pas fière, mais j’ai compris que je ne réussirais jamais à expier toutes mes fautes. Ma véritable identité, personne ici ne la connait. Je ne veux pas encore me révéler, car je ne suis pas encore prêt à assumer le regard des autres sur moi. Je ne suis plus le petit que les gens verraient et associeraient à mon véritable nom. Je suis…

J’hésitais, mais je devais lui dire. Je savais que cela me ferais gagner un peu plus sa confiance.

-Je m’appelais Michael Darling.

Ce nom sorti de mes lèvres comme une fatalité. Je ne pourrais plus me cacher à présent.


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Mar 28 Juin - 0:30



« Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John




Elle acquiesçait avec un sourire, l'observant se remettre au travail. Secouant la tête brièvement pour chasser ses idées noirs et infondés, elle resta à moitié assise sur la petite table. Elle appréciait effectivement toujours ce plat qu'il savait parfaitement faire, et elle saisit tranquillement le verre de vin qu'il lui tendait, observant sa couleur rougeâtre sombre, de la même teinte que le sang qui coulait à flot dans leurs veines. Elle n'avait jamais été attiré par le vin, mais savait bien le goûter en quelques occasions, comme John le savait. Elle leva son verre à sa hauteur, saluant son petit discours d'un sourire. Elle appréciait vraiment l'attention, et le Cupidon en elle était ravie de ces excuses qui promettais un homme bon pour celle qu'il choisirait. De plus, il montrait une attention franche d'en rester là entre eux, de ne pas s'aventurer plus loin, il parlait de leur histoire au passé, et elle ne pouvait qu'approuver. Mais Valentina ne se sentait tout de même pas tranquille. Après tout, ce qu'il disait était en totale contradiction avec la soirée présente, et même totalement. Ses doigts glissaient nerveusement sur son verre, écoutant ce qu'il avait ensuite à lui dire. Elle reconnaissait que ce qu'il faisait là lui allait droit au cœur, parce que ce n'était jamais facile de parler ainsi de soi et d'avouer ses erreurs et ses faux pas. Elle redoutait tout à coup de connaître sa véritable identité, son autre facette. Etait-ce une existence si terrible ? Elle laissait présager de nombreux combats, de graves erreurs et de nombreuses pertes. Elle laissa lentement retomber son bras posant le verre sur la table, attentive. Et le nom qui sortit de ses lèvres la prit totalement au dépourvu, agrandissant ses yeux de surprise.

-Michael Darling, tu veux dire comme dans ... ?

Peter Pan ? Ce dessin animé Disney, cette histoire somme toute récente dans ce monde, sur le garçon qui ne voulait pas grandir, son ennemie de toujours et son pays de rêve ? Mais qu'est-ce qui avait bien pu tourner mal ?, se demandait-elle. mais surement tout cela était arrivé après ? John avait après tout son âge, il avait donc grandit dans son propre monde, laissant derrière lui l'enfance pleine de survol magique et de combat pirate. De terrible chose, surement la guerre si elle se fiait à l'histoire, et elle hocha tristement de la tête, posant sa main brièvement sur la sienne dans une intention purement amical, son contact l'électrisa, sans qu'elle ne puisse dire pourquoi.

-Je serais bien curieuse de connaître un jour l'histoire de cette personne. J'étais Cupidon, mais j'étais bien une fille ! détourna-t-elle son attention. Une reine même, la souveraine de Valentine's Town, une ville consacrée à la fête du 14 février. Un peu frivole et niais tu ne trouve pas ? Enfin, il faut reconnaître que c'est tout moi quand même ! Allez, viens, allons goûter tes pasta !

Avec grâce, elle se leva, emportant son verra encore remplit avec elle en direction de la table dressée, prenant tranquillement place. Le repas fut rapidement servis, et elle savoura ces plats qui avaient toujours cette saveur unique entre ses lèvres. Elle se sentait à nouveau totalement détendu et tranquille, confortablement installée sur sa chaise, ses ailes retombant doucement contre son dos et le dossier, battant l'air d'un mouvement paresseux. Sa cheville battait l'air au même rythme, sa jambe croisé sur l'autre. Elle porta à nouveau son verre à ses lèvres, l'esprit légèrement embrumé, le corps léger. Etait-ce le deuxième, le troisième ? Elle n'avait pas vraiment fait attention aux nombres de fois qu'il l'avait resservit. Ce vin était trop bon pour être laissé à l'abandon dans une bouteille !

-Ton vin est vraiment excellent John, lui fit-elle remarquer, et son prénom roula entre ses lèvres avec une saveur indéfinissable. Elle posa son regard sur lui, quelque chose sur son visage avait changé sans qu'elle ne trouve vraiment quoi. Quelque part au fond d'elle, une petite lumière rouge bipait, caché par le léger engourdissement bienfaiteur. Que pouvait-il arriver après tout ?


fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
John Gray

avatar
En réalité, je suis
Dorian Gray, l'Eventreur
☂ Conte : Peter Pan / Dorian Gray

☂ Camp : Vilains
☂ Avatar : Paul Weasley
© Crédit : Lsi, maybe tomorrow, cherrytree, lion&lamb, calamité, christaline, Aria
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Sam 16 Juil - 23:04

« Eteins la Lumière » It's a Trap !
John & Valentina

'' Me trouveras-tu si je me cache et m'en voudras-tu si je t'attache. [...] Prends tes jambes à ton cou et cours et cours ça ne changera rien du tout. Cette fois c'est ton tour [...] et si tu te caches, la tête je t'arrache ''
✻✻✻
Pour le moment tout se déroulait comme je le voulais. Valentina semblait plus détendue depuis ma confidence. Comme je le pensais elle avait en tête l’image du petit garçon que j’avais été un jour et cela jouait en ma faveur pour le moment. Qui oserait soupçonner le petit et tout mignon Mickael Darling d’être un véritable monstre.

Le moment de manger était arrivé et la conversation coulait tout comme le vin. J’ai resservit la demoiselle au moins trois fois alors que je sirotais mon propre verre tranquillement. Le rose commençait à lui monté aux joues et cela lui donnait vraiment un air adorable. Je n’avais pas de mal à croire qu’elle avait un jour été la reine de la St-Valentin. Je souriais à ses révélations, bien callé contre le fond de ma chaise. Oui, tout allait pour le mieux.

-Merci. J’ai toujours eu une certaines facilité pour choisir les bons vins pour les bonnes occasions. Je crois que celui-ci était tout à fait approprié.

Oui, j’avais choisi un vin bien foncé aux légères notes épicées et particulièrement assommant. Quoi de mieux pour endormir les craintes de la charmante personne assise à ma table avant de lui révéler mon plan.

-Oh, regarde c’est déjà le dernier verre. Ne bouge pas j’ai un petit quelque chose qui ira bien avec le dessert.

J’ai pris la bouteille vide et la mit au recyclage avant de prendre un cidre dans le cellier intégré au comptoir. Alors que je sortais du four une tarte au chocolat et y ajoutait un coulis de fruits rouges, je commençais à partager mon plan avec elle.

-Tu sais, j’ai déjà été ce petit garçon décrit dans les livres de contes, mais Neverland est un endroit bien plus effrayant qu’il n’y parait. Je suis heureux de ne pas y être resté très longtemps, par contre je suis arrivé dans un endroit bien pire. Tu connais le monde gris ? Là-bas il n’y a ni couleur ni espoir. Ce qu’il y a par contre c’est la possibilité de trouver la force. J’ai trouvé la force et le courage qui me manquait et j’ai écrit la suite de mon histoire. Je crois même que celle-ci est arrivée jusque dans ce monde. Tu sais comment je me faisais appeler là-bas? Jack l’éventreur. Pas mal non ?

Lors de ma tirade j’avais découpé la tarte et j’en avais servi à mon invitée. Je me trouvais à présent derrière elle et j’ai tendu ma main pour caresser délicatement la base de son cou. Puis, je me suis pencher pour lui chuchoter à l’oreille,

-Ne t’en fais pas, je ne te ferais pas de mal.

Je contournais ensuite la table pour m’asseoir à ma place et prit une bouché de tarte. Contre ma cuisse je sentais la sensation grisante de la piqure d’une lame bien caché pour le moment.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Ven 22 Juil - 2:02



« Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John



Elle battait toujours l'air de son pied, paresseusement, suivant un rythme inconnu et somme toute lent. Elle se demanda un instant s'il était prudent de boire un verre de plus, seigneur ils avaient déjà vidé une bouteille à deux ! Elle savait au moins d'où venait l'étourdissement de son crâne, mais au moins elle n'était pas échoué dans un quelconque bar miteux en compagnie d'hommes qu'elles ne connaissaient ni d'Eve ni d'Adam, pas son style de toute façon. Alors que là, elle était chez quelqu'un qu'elle connaissait, la situation n'était pas trop catastrophique - peut-être la raccompagnerait-il dans sa maison ce soir ? Elle écoutait sans mot ce qu'il pouvait bien lui raconter sur lui, la sensation étrange d'en apprendre plus sur un homme qu'elle avait pensé connaître durant plusieurs années. Neverland semblait un monde plein de mystères et de dangers, et pourtant elle ne parvenait pas à le craindre. Quel enfant n'avait pas un jour rêvé, en regardant par sa fenêtre la nuit, de s'envoler pour l'ile imaginaire ? Mais pas le temps de s'attarder, elle suivait le fil de l'histoire ! A sa question sur le monde gris, elle secoua la tête - jamais entendu parler, et le monde tourna un peu alors elle s'arrêta bien vite pour reste concentrer sur le récit. Quel monde froid cela semblait être, quelle tristesse ! Mais le courage, la force, cela semblait si héroïque, le commencement d'une grande aventure ! Une histoire qui traversait les âges et les mondes pour se répandre partout ! N'est-ce pas ? Non.

Une main effleure tranquillement la peau de son cou, et elle sursaute. Que fait-il derrière elle déjà ? Le contact la met mal-à-l'aise, plus que de raison. Valentina a l'impression de respirer de la purée de poix. Et puis son souffle passe sur son oreille, effleurant sa joue et sa nuque. Elle coupe un morceau de tarte pour se donner une contenance, le porte à sa bouche et s'étouffe avec. Le temps qu'elle se reprenne, il est déjà assit à sa place, juste en face d'elle, enfournant des bouts de tarte dans sa bouche traitresse. Elle a du mal à reprendre une respiration normal, comment pourrait-elle ? Elle semble enfin mettre des mots sur ce qui la gêne ce soir. C'est lui. Elle ne sait pas encore pourquoi précisément, ni comment, mais elle sait que c'est lui. Toute cette atmosphère émane de lui.

-Je vois ça, répond-elle d'une voix tremblante. Je suppose que Storybrook a pu t'offrir une seconde chance, un nouveau départ.

Y croit-elle vraiment ? C'est pourtant bien Cupidon qui accorde seconde chance à la pelle, et même troisième et quatrième. Mais pas comme ça, pas dans cette situation précise. Pas quand l'angoisse enserrait son cœur de cette façon. Que faire ? Son sac est accroché au dossier de sa chaise. Comme le bon cliché de jeune femme qu'elle est, elle ne s'en sépare jamais. Si elle le prend, ce n'est pas suspect non ? Elle profite d'un instant d'inattention de John occupé à regarder ailleurs, pour attraper le couteau posé sur la table, celui à bout rond pour les enfants, il n'y a rien d'autre. Elle le fourre dans son sac et se lève soudainement, le cœur battant.

-Je dois passer à la salle de bain, si tu veux bien m'excuser.

Et oui, elle n'est pas non plus idiote ! Si elle tente de partir tout simplement, et que ce qu'elle craint ne se réalise... aucune chance. Mais aucune chance qu'elle ne sorte par la salle de bain, la fenêtre ne la laissera pas passer. Qu'il croit donc qu'elle va se repoudrer, aux toilettes ou elle-ne-sait-quoi-d'autre. L'important est d'y aller. Elle attend rapidement la pièce sans regarder derrière elle, son sac serré entre ses mains. Elle ferme enfin la porte, active le maigre verrou et respire un peu mieux. Valentina s'assoit sur le bord de la baignoire, sort avec frénésie et précipitation son téléphone, ne réfléchit même pas avant de composer le numéro du bureau du sheriff. La tonalité résonné contre son oreille. Que quelqu'un répond par pitié ! Et cela sonne, encore.


fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
John Gray

avatar
En réalité, je suis
Dorian Gray, l'Eventreur
☂ Conte : Peter Pan / Dorian Gray

☂ Camp : Vilains
☂ Avatar : Paul Weasley
© Crédit : Lsi, maybe tomorrow, cherrytree, lion&lamb, calamité, christaline, Aria
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Dim 24 Juil - 1:57

« Eteins la Lumière » It's a Trap !
John & Valentina

'' Me trouveras-tu si je me cache et m'en voudras-tu si je t'attache. [...] Prends tes jambes à ton cou et cours et cours ça ne changera rien du tout. Cette fois c'est ton tour [...] et si tu te caches, la tête je t'arrache ''
✻✻✻
La jeune femme assise à ma table commençait à ressentir tout le pouvoir de l’alcool. Elle riait un peu à tout et était d’humeur bien joyeuse. La voir ainsi me rendait heureux moi aussi. D’un coup elle se leva pour ce repoudrer. Je la suivi du regard. Je ne sais pas si elle s’en rendait compte, mais son pas était légèrement titubant et j’ai eu peur qu’elle ne se frappe contre un mur avant d’être rendu. Je lui emboitais le pas pour assurer sa sécurité.

Lorsque je suis arrivé à la petite salle d’eau du rez-de-chaussée la porte était déjà clause. La lame sur ma cuisse avait déjà fait une entaille, j’en sentais la douce brulure. J’ai sorti le couteau et une goutte de sang y perlait. Comme je rêvais de l’instant où nos sangs se mêleraient sur cette lame. Ensuite bien sûr j’allais devoir ajouter bien plus de mon sang au siens pour l’efficacité des sortilèges. Rien qu’à penser à toute cette magie et cette puissance, un léger tremblement me remua. J’en salivais presque.

Je toquais doucement à la porte.

-Valentina ? Je voulais m’assurer que tu allais bien. Tu titubais alors je voulais être sûre que tu n’avais pas d’ennuie. Tu sais, j’espère que je ne t’ai pas fait peur. Celui que j’étais ne change pas celui que je suis à présent. D’ailleurs nous avons beaucoup discuté et la soirée à filler, je voulais te proposer de te ramener chez toi ou bien si tu ne te sens pas assez bien tu peux prendre la chambre d’amis.

Je lui ai laissé un peu de temps avant d’aller chercher le trousseau de clé de secours dans le tiroir de l’entrée. J’aurais bien pu la forcé à sortir ou bien défoncé la porte, mais ensuite je devrais la réparer alors bon, pourquoi me compliquer la vie. J’ai choisi la bonne clé avant de la faire tourner doucement dans la serrure.

-Val ?

J’ai ouvert la porte tranquillement pour la voir assise sur la baignoire son cellulaire à la main. À la coquine, voilà qu’elle est plus effrayer que je le croyais.

-Ah, mais si tu voulais un Taxi tu n’avais qu’à me le demander et j’aurais appelé il n’y a pas de mal.

J’entre dans la pièce, mon couteau cramoisie toujours en mains.

-Viens, allons l’attendre dans l’entrée.

Je lui prends la main peut-être un peu plus fort que je l’aurais voulu, mais bon, le bleu et le rouge vont si bien ensemble de toute façon que cela n’a pas bien d’importance. Je l’entraine hors de la salle de bains sans écouter ses protestations.

-Viens, je ne t’ai pas encore tout dis sur la raison de ta présence ici ce soir.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Mar 9 Aoû - 0:10



« Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John




Elle avait beau l'entendre, elle ne parvenait pas à se concentrer sur ce qu'il pouvait bien lui dire derrière cette porte. Des mots rassurant certes, mais qu'elle ne parvenait pas à prendre en considération. Il y avait des choses qui se disaient, et d'autres qu'il fallait nécessairement taire. Si sa tête lui tournait, elle pouvait encore penser un minimum, et elle était à peu près certaine qu'on ne pensait pas que son surnom de meurtrier était « pas mal » quand on était homme repentant et changé par la vie, et que le passé était passé justement. Et si l'on était pas cet homme, alors on restait cet assassin. Hors, elle était aussi à peu près sûr que l'on ne révélait pas ce genre d'information sur la personne qu'on est actuellement - quelqu'un de dangereux et à éviter - si l'on n'est pas sûr que l'interlocuteur ne révèlera pas ce qu'il révèle. Valentina avait vu suffisamment film Hollywoodien pour savoir comment cela allait se termine pour avoir son silence. Alors elle préférait prendre les devants, pour ne pas finir comme ces filles dans les séries policières. Manque de bol, la police ne répondait pas. Non mais vraiment, que faisaient-ils donc dans leurs bureaux !

Elle écoutait tout de même d'une oreille ce qu'il pouvait bien lui raconter de l'autre coté de cette porte. Elle était très imaginative. Peut-être trop ? Son cœur se serra, la pièce tanguait un peu. Peut-être avait-il réellement changer ? Pourtant, elle ne parvenait pas à se lever pour faire tourner la poigné. Incapable aussi de raccrocher. Il fallut pourtant bien quand elle entendit la clef tourner dans la serrure. La clef ! Mais quelle idiote ! Elle s'empressa, enfin, de occuper l'appel, au moment où l'homme pointa son nez dans la salle de bain. Ses excuses sont sur le bout des lèvres, prête à déballer n'importe quoi pour le détromper et pouvoir enfin quitter cette maison oppressante. Tout ses mots moururent dans sa gorge quand elle distingua une grande lame entre ses mains, et son regard absolument pas innocent. Note à elle-même, ne plus accorder le bénéfice du doute quand on est seule. Il l'a prend alors par le bras, et Valentina sent ses doigts serrer sa peau, la douleur vive et mordante de sa poigne sur sa chair.

-John lâche moi ! Je vais rentrer oui, c'est mieux pour la soirée, je suis un peu

Elle est coupée par son annonce. La raison de sa présence. Pour le coup, il la coupe totalement dans son élan, et elle se laisse même entrainer quelques mètres sans opposer plus de résistance. La raison. Oh, il est trop tard maintenant pour sauver les apparences n'est-ce pas ? Il se passe vraiment quelque chose de mauvais, et il n'y a plus de marche arrière possible. La peur pourrait paralyser ses membres, l'empêcher de respirer et de réfléchir, la laissant amorphe entre ses mains. Mais la peur la pousse plutôt à faire quelque chose, à ne pas rester là sans bouger. Elle se débat dans sa main, tentant de dégager son bras, son autre main glissant sur la sienne dans un espoir de lui faire lâcher prise.

-John tu me fais mal ! S'il te plait ? Je vais juste rentrer chez moi, et on en reparlera plus tard d'accord ?

Enfin, il faudrait déjà la convaincre de le rencontrer à nouveau. Dans un lieu public et fréquenté de préférence, accompagné de trois-quatre de ses amis bien musclé. Parce qu'heureusement, Cupidon ne manquait pas de relation bien placé, et avait souvent aidé les hommes avec ces demoiselles et mesdames. Mais bien sûr, dans l'hypothétique cas où elle accepterait. parce que pour le moment, elle avait peur. Elle n'avait jamais véritablement eu peur durant sa longue vie. Qu'est-ce qui aurait pu l'atteindre suffisamment ? Ce pauvre roi qui l'avait menacé parce qu'elle avait encouragé l'adultère de sa femme, qui en aimait un autre ? Il l'avait rapidement remercié pour lui avoir montré la femme que lui aimait. Jamais personne n'avait véritablement malmené ce pauvre petit ange qu'était Cupidon, et encore moins physiquement. Les rares fois avaient été effacés de sa mémoire par le temps et la magie. Et ce soir, elle était terrifiée par ce qu'il pouvait bien lui réserver. Elle n'avait pas vraiment envie de savoir pour une fois. Tout ce qu'elle voulait, c'était partir. Être en sécurité, ailleurs. Elle continuait de tirer sur son bras, sans aucun effet, tandis qu'il la trainait dans les couloirs.

-John lâche moi ! Tu me fais peur, murmurât-elle finalement. Mais rien à faire bien sûr, il semblait sourd à ses suppliques. Elle devait agir combien même l'idée soit étrangère à son esprit pacifiste. Mais la nécessité brisait facilement ses barrières morales émoussées, elle devait faire quelque chose. Elle ne prit même pas le temps de réfléchir, elle en était incapable. Elle bougea rapidement son bras, approchant la main de l'homme de son visage pour y mordre violemment (mais pas trop, parce qu'elle était Valentina tout de même). John la lâcha presque aussitôt, et elle en profita pour s'éloigner le plus possible de lui. Le monde tourna autour d'elle en même temps, sous le brusque mouvement, et plutôt que de se diriger vers la porte de sortie, de l'autre coté, elle tomba lourdement sur le sol, la tête lourde. Mais elle ne resta pas là à regarder le plafond, oh non ! Elle tenta de se relever, et perdit l'équilibre alors qu'elle n'était qu'à genou. Elle avait trop bu. Mais Valentina ne comptait pas abandonner comme ça. C'était le tout pour le tout maintenant, et elle ramperait jusqu'au bout s'il le fallait ! Tout pour s'extraire de cette maison, loin de lui.



fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
John Gray

avatar
En réalité, je suis
Dorian Gray, l'Eventreur
☂ Conte : Peter Pan / Dorian Gray

☂ Camp : Vilains
☂ Avatar : Paul Weasley
© Crédit : Lsi, maybe tomorrow, cherrytree, lion&lamb, calamité, christaline, Aria
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   Dim 28 Aoû - 20:49

« Eteins la Lumière » It's a Trap !
John & Valentina

'' Me trouveras-tu si je me cache et m'en voudras-tu si je t'attache. [...] Prends tes jambes à ton cou et cours et cours ça ne changera rien du tout. Cette fois c'est ton tour [...] et si tu te caches, la tête je t'arrache ''
✻✻✻
Je la traine jusque dans l’air ouverte que forme le petit salon et de la salle à manger. Elle cri et me hurle de la libéré, mais je ne peux pas faire cela. Elle est bien trop précieuse pour que je risque de la perdre encore une fois.  Ne voit-elle pas ce qu’elle représente à mes yeux ?

-Voyons mon petit ange je ne vais pas te faire du mal. Tu es bien trop importante pour cela. Tu ne comprends toujours pas n’est-ce pas? Ce n’est pas grave, tu vas bien vite le savoir.

Je me doute bien que mes paroles ne font aucun sens pour elle. Je la regarde se débattre avec un certain sourire qui je le sais bien doit être un peu flippant dans les circonstances actuelles. Puis, sans m’en rendre compte voilà qu’elle me mort la coquine. Sur le coup de la douleur je la lâche, sans la lâcher pour autant du regard. Pauvre petite chose ivre et fragile. La voilà qui tombe, qui se relève et qui chavire encore. Elle tente de courir loin de moi, mais je n’ai que quelques enjambé à faire pour de nouveau être auprès d’elle. Sans la quitter des yeux je tends le bras ou attraper la corde de soie servant à attacher les rideaux puis je m’accroupie sur elle. Alors qu’elle tente de se débattre, je maintiens ses deux mains ensemble au-dessus de sa tête avant de les attacher ensemble pour qu’une de mes main soit suffisante pour les maintenir en place. Je m’assois ensuite sur ses cuisses pour bien la maintenir en place.

- Regarde-toi comme tu es belle comme ça. Je me souviens de soir où tu ne m’injuriais pas de la sorte alors que nous nous retrouvions de la même manière. Ces soirs me manque, pas toi ?

De ma main libre je reprends ma lame que j’avais déposée alors que je lui attachais les mains. Elle brille dans la pénombre.  Je caresse doucement la joue de Valentina avec elle. Je la sens frémir sous moi et un frisson me parcours la colonne vertébrale ce qui me fait vibrer avec elle. Une longue goutte de sang descend le long de sa joue vers sa gorge et je sais que je ne peux plus résister. Je loge ma tête dans son cou  pour l’embrasser et y gouter son sang. C’est encore mieux que ce que j’avais ou imaginer. Je e passe la langue sur les lèvres pour enlever le rouge qui les recouvre avant de lui expliquer franchement mes pensées.

-Tu vois ma chère tu es très importante pour moi. Nous avons passé de grands moments ensemble lors de la malédiction et je n’arrive pas à me les enlever de ma tête. Tu vois, j’essaie de passer à autre chose, mais avec toi dans ma tête c’est très dure. Je crois que je t’ai aimé plus que je ne l’aurais dû. Cette malédiction m’a rendu faible et je dois corriger cela. Je dois rester fort pour pouvoir protéger ma sœur, c’est mon devoir. Tu sais… Lors de mes aventures j’ai découvert une magie qu’il me tarde de retrouvé ici. Elle demande du sang, n’importe lequel, mais je voulais quelque chose de spécial. Ce doit être un moment magique tu vois. En faisant couler ton sang, je libère ma magie en plus de me libéré de tous les souvenir auxquels tu es rattacher. Tu vois, c’est pour cela que tu es ici ce soir.

Du dos de la main je lui caresse doucement les cheveux, ils sont si doux.

-Ne pleure pas ma belle, je ne te ferais pas mal. Tu vas voir, je vais simplement te libéré. Après ce soir, tu pourras voler à nouveau.

Je lui souris. Oui, mon ange, tu prendras ton envol ce soir.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: « Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Eteins la Lumière » It's a Trap ! ft John G. [NC 17]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-