Partagez | 
 

 See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Queen A. Crimson

avatar
En réalité, je suis
Shinku
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Videuse au Rabbit Hole
☂ Camp : Je suis mon propre chemin.
☂ True Love : Nous pouvons nous aimer sans qu'il y ai de véritable amour

☂ Avatar : AnnaSophia Robb
© Crédit : Jane [vava] | anaëlle [sign]
MessageSujet: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   Mer 25 Mai - 20:37





Play the game ...

Loveee ♥

Elle était là assisse au bord de son canapé, le dos droit et les jambes qui étaient entrain de prendre de le vide. Elle touchait le sol seulement du bout des pieds avec son sofa qui était assez haut. Elle avait la télévision allumée devant elle, regardant sa série favorite : le détective Kun-Kun. Cette même série qu'elle regardait avant la malédiction chez Jun. La série qu'elle regardait avec lui, son médium, lui et Hina lorsqu'elle était venue. Cette série qui les passionnait tous autant. Elle était une vraie fan. Elle pourrait faire n'importe quoi pour Kun-Kun. D'ailleurs Jun en avait parfaitement jouer lorsqu'il voulait qu'elle arrête de l'énerver tout le temps. Il savait qu'il n'avait qu'à menacer Kun-Kun. Jun savait parfaitement que c'était son point faible. Kun-Kun mais aussi Lui, Jun et les Rozen Maiden. Ces sœurs. Celles qu'elle avait refusé de combattre pour le jeu d'Alice. Celles qu'elle refusait de tuer parce qu'elle ne pouvait tout simplement pas. Shinku aimait son père, elle en était sûre et certaine même si elle n'avait pas forcément beaucoup de souvenirs de lui. Elle l'aimait énormément mais elle aimait tout autant ses sœurs. Elles étaient sa famille et elle ne voulait pas tuer sa famille. C'était une lois qu'elle s'était comme imposée et à laquelle elle ne devait jamais désobéir. Sans aucune condition. Elle voulait finir le jeu d'Alice pour pouvoir retrouver son père, elle voulait que tout ce cinéma s'arrête enfin. Elle le voulait plus que tout au monde mais elle allait le faire d'une autre façon. D'une autre façon que le magicien La Place avait expliqué aux sept poupées Rozen Maiden. Queen savait qu'elle serait destinée à finir le jeu d'Alice. Tel était le destin qu'elle s'était elle même fixé. Personne ne mourra aucune poupée ne récupéra la Rosa Mystica d'une autre. La blonde ne laisserait jamais faire cela. D'ailleurs elle se demandait réellement si la jeu d'Alice continuait même ici, à Storybrooke. Si les règles étaient toujours les même ou non. Elle ne savait pas et la question revenait et se répétait continuellement dans ses pensées. C'était assez étrange puisqu'elle pouvait utiliser ses pouvoirs sans l'aide d'un médium à ses côtés, sans l'aide de Jun. Elle était toujours aussi puissante dans cette ville. Pourtant même sans médium elle voulait retrouver Jun. Même sans l'aide d'un médium elle voulait le revoir et sans doute repasser un contrat avec lui. La poupée avait vu son potentiel. Il était destiné à un grand destin. Un grand destin qu'il refusait de voir à cause de son cœur assombri. Ce même cœur qui avait commencé à changer depuis l'arriver de Shinku dans sa vie. L'étudiante avait bien vu auparavant parfois à qu'elle point il avait pu s’inquiéter pour elle où au final pour Hina-Ichigo malgré le fait qu'il le cache en s'énervant à chaque fois …

Elle avait sa petite tasse dorée entre les mains remplis d'un thé préparé à la perfection. Il était pile à la bonne température pour le type de feuille. Elle avait assez pris la tête à sa nourrice pour qu'elle lui prépare du thé digne de ce nom. Un thé digne de la petite poupée qu'elle était. Pourtant … Pourtant parfois le thé raté de Nori pouvait aussi lui manquer. Ceux si n'étaient pas parfait du tout. Loin de la même, c'était plutôt froid comme thé, ou alors l'eau n'avait pas assez d'arôme. Mais au moins le thé de Nori était fait d'amour, il était remplis d'amour et de tendresse et Shinku pouvait le sentir. L'amour que sa nourrice lui apportait n'était pas aussi fort que celui de Nori. C'était cela qui manquait le plus à la Rozen Maiden. Tout ce qui avait pus se passer avant la malédiction. Tous ces vraies souvenirs. Tous étaient mélangés aux faux et cela avait le don de lui donner quelque peu la migraine. Elle était perdu dans ses pensées, elle n'était même pas entrain d'écouter son épisode. Elle avait les yeux complètements dans le vide. Elle ferma ses yeux bleus avant d'apporter sa tasse au bord de ses lèvres et de boire la fin son breuvage avant de poser la tasse avec l’assiette sur la table basse et de demander à sa nourrice.

« Dis nourrice … Tu as toi aussi retrouver des anciens souvenirs n'est-ce pas ? Alors pourquoi ne pas partir chercher ceux de votre famille ? Pourquoi restez-vous avec moi ? »

Elle ne s'était pas retournée vers la personne pour lui parler. Elle était restée assise le dos bien droit, les mains poser sur ses deux genoux. Elle ne sentait plus ses articulations comme avant. Elle était devenue une vraie petite fille. Une vraie personne et plus une simple petite poupée. Elle avait le corps d'un humain, mais avait-elle aussi le cœur ? Elle en doutait fort. Elle pouvait comme sentir la Roza Mystica servir de cœur dans sa poitrine. Elle pouvait l'entendre rebondir comme un vrai cœur. Se changement de corps était un peu perturbant depuis qu'elle avait eu de nouveaux ses souvenirs. C'était assez étrange de se sentir enfin complètement, réellement vivante. Sans l'emprise d'une clef qu'il fallait tourner dans son dos pour pouvoir bouger. C'était terminée, elle était libre de ses mouvements, bouger comme bon lui semblait. Elle pouvait utilisé ses pouvoirs sans utiliser l'énergie de quelqu'un d'autre. Elle n'avait plus besoins de personne pour pouvoir faire ce qu'elle voulait. Pourtant elle avait pourtant envie d'avoir quelqu'un. Elle voulait Jun. Elle le désirait. La jeune femme s'était attachée à lui plus qu'elle ne l'aurait cru et au final être aussi éloignée de son ami, lui en faisait prendre pleinement consciente. Elle n'avait écouté qu'à moitiez les dire de sa nourrice. Cette personne qui était restée près d'elle alors qu'elle pouvait partir comme bon lui semblait. Elle aurait pu claquer la porte aux nez de Shinku mais pourtant elle était restée près d'elle. La jeune femme ne comprenait pas vraiment pourquoi. Elle savait pourtant, elle le savait très bien qu'elle n'était pas forcément un personne facile à vivre. Parfois elle pouvait s'en rendre compte. Elle était assez stricte après tout. Mais pourtant cela ne l'empêcher pas de pouvoir aimer, de pouvoir s'attacher aux personnes qui l'entourait. Comme elle s'était attaché à sa nourrice. Celle qui l'avait élevée dans ses faux souvenirs, celle qui était restée tous les jours de sa vie avec elle sans jamais la quitter une seule seconde. Celle qui avait vu Queen grandir de jour en jour, celle qui l'avait bercé avant de dormir. Dans ses faux souvenirs, sa nourrice était sans doute la seule personne qu'elle pouvait considérer comme une mère. Elle lui avait apportée beaucoup plus d'amour beaucoup plus de marque d'affection en une seule journée que ses véritables ''faux'' parents avaient pu le faire pendant toute leur vie. C'était assez triste à dire en soit, c'est vraie. Pourtant c'était simplement la malédiction qu'elle avait reçu. Elle avait souris en entendant les dernières paroles de sa nourrice. Celle-ci l'aimait trop, même avec ses faux souvenirs pour partir et laisser Queen toute seule. Elle avait appris à vraiment l’apprécier depuis ces cinq derniers mois.  

« Merci nourrice. Tu sais je ne le dis pas souvent mais je t'apprécie fortement aussi. Peux-tu aller me chercher mon manteau je te pris ? »

Oui, elle l'appréciait. Elle l'appréciait réellement aussi même si elle ne le montrait pas forcément. Enfin, elle le montrait à sa façon. En tout cas, avec tout cela, elle avait continué à vivre sa vie. Elle continuait à suivre des cours à domicile même si l'idée d'aller plus à l'université lui avait traverser plusieurs fois l'esprit. Elle pourrait sans doute se faire quelques amis et celui lui permettrait d'ouvrir un peu plus son entourage, sa vision pour pouvoir retrouver une autre poupée plus rapidement. Elle ne s'était pas renfermer chez elle, non elle avait continué à vivre sa vie tout en essayant comme tout le monde de retrouver ses proches. Du moins si on pouvait appeler cela des proches … Shinku était loin d'être proche de toutes ses sœurs. Hin, d'accord. Suiseiseki aussi. Souseiseki peut-être tout comme Kanaria. Elles s'appréciaient bien encore faut-il qu'elle les revoie. Mais Suiginto c'était une tout autre histoire. Cette poupée qui se prenait un air supérieur alors qu'elle n'était qu'une poupée de chiffon, qu'une poupée incomplète. Elle était serte la première que leur chère père avait fabriqué mais elle était incomplète. Même si les deux ne s'entendaient pas réellement bien cela n'empêcher pas Shinku de ne pas vouloir la tuer. Elle restait une Rozen Maiden et elle ne tuerait pas l'une de ses sœurs. Comme la dernière … La septième, celle que personne n'avait encore vu. Celle qui restait encore un mystère pour les Rozen Maiden. Elle aussi, Shinku voulait bien la rencontrer. Ne serait-ce que pour savoir à quoi elle pouvait bien ressembler même sous sa forme humain. Ne serait-ce que pour découvrir ce visage que père avait pu faire. Cette poupée qui était la dernière, cette poupée qui devait sans doute être presque parfaite. Queen ne savait pas. Trop de questions venaient lui trotter dans la tête. Des questions sans qu'il n'y ai de réponses. Une seule personne pouvait lui en fournir. Et cette personne ne pouvait qu'être leur père. Il fallait juste qu'elle le retrouve. Qu'elle le revoie une fois. Le problème c'est que la poupée ne savait pas s'il se trouvait également à Storybrooke. S'il voudrait la revoir alors qu'elle n'était pas encore devenue La Alice qu'il attendait temps. Celle qui devait être à ses yeux les plus parfaites de toutes les petites filles. Celle qu'il avait tant imaginer dans son cœur que cela en était devenue un rêve. Un rêve qui n'attendait simplement que d'être réveiller.

Elle descendit en douceur du haut du canapé alors qu'elle entendit les pas de sa nourrice revenir vers elle avec ce qu'elle avait demander. Elle remettais tout ces vêtement en place. Frottant un peu sa robe rouge pour pouvoir enlever les plis qui s'y était installer. Elle regardais quelque instant ces petites bottines noirs à talons. Elle les avait acheté depuis le temps pour avoir des chaussures qui ressemblaient le plus possible à ses anciennes chaussures. Elle se retourna pour pouvoir enfiler avec l'aide de sa nourrice son long manteau noir comme il le fallait. Il était temps pour Queen d'aller travailler au Rabbit Hole. Elle avait continué à y travailler là bas. Cela lui permettait de se défouler un peu en pouvant mettre dehors des hommes qui avaient pus trop boires, pouvoir les frapper lorsqu'ils s'approchaient un peu trop près d'elle osant poser leurs mains sur son corps. Travailler là bas lui permettait de penser un peu à autre chose mais de continuer de voir son amie aussi. Sans doute l'un des seule qu'elle avait pu avoir. Rebekah. Cette jeune femme était excellente et elles avaient pu faire les quatre cents coups ensembles.  Depuis la rupture de la malédiction, elles avaient pu faire plus ample connaissance et leur lien ne s'était que renforcer de plus en plus. Ce qui pouvait réjouir la blonde. Elle connaissait l'histoire de Bekah ou en tout cas une partie et celle-ci connaissait une partie aussi de Queen. Elles avaient encore pleins de trucs à se dire. Mais ce serait pour un autre jour. Aujourd'hui Bekah ne travaillait pas en tout cas. Pas pour cette fois, elle avait pris un jour de congé. Queen allait donc de se retrouver à être la seule videuse de la soirée, bien que cela ne lui fasse aucunement peur. Elle savait parfaitement géré les situations les plus critiques. Sans doute bien mieux qu'un homme même. Après avoir dit au revoir à sa nourrice, elle venait de sortir de la maison alors qu'un vent frais venait taper contre son visage faisant voler ses cheveux d'or dans les airs. Elle marcha pendant quelques minutes dans les rues déserte de la ville, tandis que la nui était déjà entrain de tomber faisant disparaître le soleil de plus en plus pour pouvoir faire apparaître un peu mieux la lune dans le ciel. Elle arriva rapidement à son lieu de travaille, rentrant par la porte de derrière et se dirigent droit vers la salle réservé au employer. Sur son chemin elle salua plusieurs de ses collègues, des barmans qui étaient entrain de préparer la salle à droite à gauche. Elle passa la porte des employés tandis que la salle n'était pas vide. En effet, Niels se trouvait lui aussi présent. Cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas croiser celui-là. Après tout, il n'était pas tous les soires ici. Ce n'était que le recruteur du club. Queen le salua lui aussi avant de se diriger vers son casier et d'y déposer ses affaires. Elle resta planter pendant quelques instants se demandant si elle ferait pas mieux d'aller le voir …

La videuse l'avait vu plusieurs fois parler à son amie. Elle avait bien vu qu'elle n'était pas forcément à l'aise en sa compagnie. Elle savait que quelque chose se tramait entre les deux, quelque chose de pas nette. Mais lorsque Queen posa la question à Rebakah, celle-ci lui répéta sans cesse que ce n'est rien de grave. Elle pourrait en profiter qu'elle ne soit pas présente ce soir pour poser directement la question au blond à qui elle tournait le dos. Elle n'avait aucunement peur de cet homme à qui il pouvait bien manquer une partie de ses deux jambes. Après ils ne se connaissaient pas non plus énormément. Ils s'étaient simplement croiser, se disant simplement bonjour. Rien très intéressent à retenir. Elle respira un bon coup avant de fermer son casier assez brusquement et de se diriger vers lui. En plus autant profiter qu'ils n'étaient que tout le deux dans la pièce pour le moment. Réglé cette histoire vite fait bien fait.

« Niels ? Pourrais-je te déranger cinq minute pour te poser une question ? » demanda-telle avec toujours autant de politesse.

Elle attendit quelque seconde avant que celui-ci daigne se retourner. Et alors ce fut de nouveau comme une baffe pour elle. Comme lorsque la malédiction avait été rompu. Elle avait eu simplement envie que tout cela ne soit qu'un simple et unique rêve. Ce n'était pas possible … Il ne pouvait pas … Cela n'était pas son … père ? Leur père. Elle reconnu son visage, ce visage si familier. Ses yeux qu'elle connaissait. C'était le tout petit détaille qu'elle avait parfaitement retenue. Ses yeux. Les restes de son visage avait été quelque peu flou. Mais maintenant tout était bien nette. C'était son père. Son chère père. Celui qui l'avait crée, celui qui l'avait choyer au début avant de la mettre avec le autres poupées à la fin. Celui qui avait fait le jeu d'Alice. Celui qui avait accepté qu'elles s'entre-tuent toutes, celle qui avait voulu qu'elles s’entre-tuent. Elles, les sept poupées Rozen Maiden. Elles, ses poupées qu'il avait crée, à qui il avait donné un bout de son cœur briser, les Rosa Mystica. Lui qui les avait pourtant considéré comme ses propres filles. Lui qui les avait mi dans un destin qu'elle n'avait pas choisit. Lui qui les avait obligé à se battre les unes contre les autres. Lui qui les avait obligé à se battre contre leur sœur, leur propre famille. Shinku n'en revenait littéralement pas. Elle resta la bouche entre ouverte pendant quelque instant. Tout plein d'émotion venaient la submerger les unes après les autres, les une avec les autres. Tous se mélanger. La surprise, la joie, l’émottement, la colère, la peine, la peur, le dégoût, le mépris. Tout étaient là en même temps. Mais la colère et le mépris étaient deux émotions qui prirent d'un seul coup plus le dessus. Shinku referma la bouche avant de prendre un air sévère et de lever la main pour que sa paume vienne à l'encontre de la joue de son chère père. C'était plus fort qu'elle de le frapper. Elle était en colère contre lui. Elle laissa pendant quelque instant une marque rouge de sa main contre sa joue. Et c'est alors qu'elle se rendit conte de son erreur. D'un seul coup, elle se sentit comme coupable d'avoir fait cela. Une fille parfait ne taperait jamais son père. Elle n'était plus digne de devenir Alice du coup. Elle se plaqua la main contre le la bouche avant de dire :

« Oh père adoré, je suis navrée. Je ne voulais pas vous frapper mais que je suis si en colère contre vous ! Vous nous avaient abandonné, nous mettant toutes dans ce jeu d'Alice. Nous forçant à nous tuer les une et les autres alors que nous sommes sœurs. Alors que nous sommes de la même famille. »

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Will you hold me tight and not let go ?
Symphony ... ⊹ And now your song is on repeat and I’m dancin' on to your heartbeat. And when you’re gone, I feel incomplete. So if you want the truth.


Dernière édition par Queen A. Crimson le Ven 27 Mai - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1805-terminee-je-vo
Niels Mørck

avatar
En réalité, je suis
Rozen
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Animateur à la garderie le jour & recruteur de show pour le Rabbit Hole la nuit
☂ Camp : Oh bad
☂ True Love : Love is pain, well Puppet, let's hurt tonight

☂ Avatar : Calvin Harris
© Crédit : Lux Aeterna
MessageSujet: Re: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   Jeu 26 Mai - 18:52




Il y avait un contraste saisissant entre les deux activités que Niels effectuait, les deux étant des choix qu'il ne regrettait nullement au contraire, d'un côté l'innocence de l'enfance et de l'autre cette dépravation du monde des adultes. Le premier lui rappelait surtout son ancienne vie, celle d'un marionnettiste et fabricant de poupées itinérant, où il agitait des pantins pour le plus grand plaisir des petites têtes blondes présentes. Une sorte d'instant à part où rien ne comptait, où la haine et ce désir perpétuel de tout détruire n'existaient aucunement, même s'il lui arrivait à leur faire un peu tourner la tête parfois avec ses mots habilement placés jamais il ne pourrait concevoir à leur faire du mal. Parfois lorsqu'il observait leur visage à chacun, plus spécifiquement leur regard et ce qu'il pouvait y déceler, il avait cette impression de revoir un peu celui de sa tendre Alice. Une pensée qui le faisait autant sourire que souffrir, les années qui s'étaient écoulées n'avaient en rien atténué une seule seconde la peine qu'il pouvait ressentir, dans un mélange qui le restait mitigé. Ce travail-ci lui donnait, même de façon provisoire mais il prenait quand même, l'illusion d'être un peu un père de nouveau même s'il était conscient que jamais ceci ne comblerait le vide intérieur qui s'était fait depuis cette perte. Mais cette approche utopiste éclatait à l'instant même où le véritable parent venait reprendre son enfant, que la journée était terminée et qu'il restait seul simplement, alors qu'il ne pouvait s'empêcher de jalouser au possible ces adultes qui ne se rendaient même pas compte de leur chance. Il les détestait pour cette raison, de pouvoir aimer et prendre pour acquis cet amour qui en réalité pouvait s’effondrer à une vitesse affolante, tout en gardant pourtant ce sourire figé et si bienveillant qu'on lui connaissait si bien. Niels apparaissait toujours comme une personne si sympathique aux yeux des autres, bien sûr qu'il ne trompait pas tout le monde mais la bonne majorité en tout cas, qui avait l'air de bonne humeur constante par conséquent. Tout ceci n'était que de l'ordre de l'apparence. Il était cassé et d'une rage qui ne demandait qu'à sortir, s'assurant d'avoir toujours un contrôle dessus et aux yeux de tous, tout n'était qu'artifices envers lui-même alors qu'il était ironiquement si honnête avec les autres. Jamais il ne mentait à qui que ce soit, utilisant les mots et l'ensemble des sens possibles pour ne montrer que ce qu'il souhaitait dans un sens, sans qu'il ne s'en trouve jamais coincé pour autant. L'art de manier les mots. La meilleure arme selon lui, plus efficace qu'un coup d'épée ou autre attaque physique, mais pour l'heure il était occupé à maintenir les apparences en discutant avec un parent.

Le marionnettiste le haïssait pour ses paroles prononcées, tandis qu'il gardait cet air perpétuellement chaleureux envers lui, tandis que l'autre lui expliquait à quel point être parent pouvait être difficile et que ceci était beaucoup de responsabilités. Se rentait-il compte de la chance qu'il avait ? Niels était convaincu que la réponse était non, sinon il n'entendrait pas les balivernes qui pouvaient à cet instant entendre, rongeant au possible son frein pour ne pas se montrer sous son véritable jour et lui lâcher tous le poison en lui. Par égard pour l'enfant qui serrait la main de son parent si indigne. Ce n'est pas mécontent qui les regarda s'éloigner, fermant quelques instants les yeux pour se calmer, avant de jeter un coup d’œil à l'heure. Il avait le temps pour ramener des papiers au Rabbit Hole, des nouveaux contrats fraîchement signés et qui ferait sans nul doute la joie du propriétaire, au moins il pourrait en profiter pour prendre aussi un verre et inutile de dire qu'il en avait rudement besoin. Cet emploi s'éloignait peut-être un peu plus de qui il était à l'origine, mais plus dans une sorte d'esprit dévolution peut être justement, tout en restant accrocher au monde du spectacle qu'il affectionnait tant. Il avait eu la chance de voyager dans la Forêt Enchantée, de découvrir des endroits inimaginables parfois, de pouvoir vivre de son art en se produisant à différents lieux tout en devant s'adapter selon les régions. Même si ce n'était aucunement lui qui montait sur la scène du bar pour qui il travaillait, estimant qu'il se mettait assez en scène chaque jour en jouant son propre rôle dans un sens, il avait quelque part la satisfaction de se dire qu'une soirée agréable et réussit pouvait être de son œuvre indirecte. Démarcher certains talents n'était pas une quête toujours aisé, il avait un don naturel pour entrevoir le potentiel des individus mais la plupart du temps eux-même l'ignoraient et c'était alors de son devoir de leur sortir tout ceci, entre la timidité de certains et le trop gros narcissisme de d'autres. Tôt ou tard il parvenait toujours malgré tout à ses fins, leur faire signer le fameux contrat que la majorité ne prenait nullement la peine de lire et qui se retrouvaient quelque peu coincés par la suite à devoir se produire des soirs qu'ils n'avaient pas prévu, faisant de lui un être plus redoutable qu'il ne semblait être à première vue.

Poussant la porte de ce lieu devenu à la longue familier, saluant avec cette fausse chaleur dont il était capable toute personne qu'il pouvait croiser, Niels ne perdit pas un instant pour se rendre dans le bureau du propriétaire pour lui apporter ce qui était en somme de nouvelles recrues pour ce lieu de la dépravation. Il ne fallait pas se leurrer. Le Rabbit Hole n'avait jamais joui d'une bonne presse, peut-être un peu plus depuis la fin de la malédiction où les soi-disant héros trouvaient l'endroit que peu fréquentable, mais pour le recruteur c'était au contraire le lieu où l'homme agissait avec le plus de naturel et laissait montrer qui il était vraiment. Un être tellement imparfait que son étude devient de premiers choix, entre la violence et l'alcool, où parfois il s'amusait à mettre le feu aux poudres de manière indirecte. Un chaos ambiant qui le ravissait grandement, les choses ne devaient jamais ainsi rester figé à son sens, dans l'optique que l'humanité ne pourrait se relever que lorsqu'elle aurait fait face à sa propre destruction. C'était dans ces instants sombres que chacun pouvait montrer qui il était en réalité, n'attendant que ça vraiment se dévoiler de son côté et sortir de l'ombre, la raison pour laquelle il voulait voir Storybrooke se déchirer. Un plan des plus ambitieux, pas vraiment le seul à avoir un tel projet et cette pensée ne pouvait que le ravir, il n'avait plus rien à perdre de toute manière alors étendre la désolation comme celle qui pouvait ressentir. Égoïste ? Purement. Il voulait voir le monde souffrir comme lui avait pu souffrir, parce qu'il n'y avait aucune raison pour que ce soit toujours ces idiots de héros de pacotille qui se trouvent une fin heureuse, ils étaient désormais dans le monde réel et non plus celui doucereux des contes de fées et il était temps quelqu'un vienne leur rappeler. En attendant ce jour prodigue, le début de la fin comme on entendait souvent, Niels bavardait quelque peu avec le propriétaire qui voulait créer une nouvelle formule pour les contrats et les spectacles histoire de rendre la chose plus alléchante. Pas forcément convaincu sans être juste réfractaire, seule la pratique pouvait vraiment dire si cette méthode pourrait porter ses fruits, il prit en main l'exemplaire type qui servait en quelque sorte de brouillon à améliorer. Il devait l'étudier et venir lui dire ce qu'il en pensait vraiment, si c'était envisageable ou s'il était préférable de rester aux bons vieux classiques pour éviter d'aller droit dans le mur, souriant une dernière fois à l'homme avant de quitter son bureau pour aller vers la partie réservée aux employés pour y réfléchir tranquillement vu l'agitation déjà présente dans la salle où les habitués se regroupaient.

Quelques échanges rapides avec les autres collègues qui ne restèrent guère longtemps, tous étant affecté de manière plus directe que lui au travail à faire au Rabbit Hole, commençant ainsi la lecture fameuse du début de cette proposition de nouveau contrat. Il ne fut que partiellement déconcentré par l'arrivée de ce qui était un peu la petite de la bande, la plus jeune en tout des cas des employés si sa mémoire était bonne, la gratifiant comme les autres de son sourire amical et d'un bref salut. Ce n'était pas parce qu'il travaillait ici que Niels était proche de tout le monde, ou du moins discutait avec tous, il n'était pas tous les soirs présents dans cet endroit et de toute manière il préférait de très loin avoir affaire à Rebekah. La jeune femme lui devait beaucoup à son sens, il lui avait trouvé ce travail et l'avait sorti de plusieurs petites situations délicates, aimant particulièrement le fait qu'on lui était redevable car le marionnettiste demandait tôt ou tard à ce qu'on lui rembourse ses dettes. Il était hors de question de se montrer sympathique et charitable envers autrui pour la simple bonté de l'âme, tout était judicieusement calculé dans les moindres détails entre ce qui pouvait lui être utile ou un problème pour l'avenir, un réseau qui s'étendait comme une toile d'araignée et dont la moindre petite vibration le mettait en alerte. Il aimait tellement rappeler indirectement que la videuse lui devait pas mal de choses, attendant juste de son côté le bon moment ou le bon événement pour ainsi lui demander d'en faire autant pour lui, tandis qu'il n'avait pas grand-chose à dire à Queen. Ils ne s'étaient jamais à sa connaissance réellement parlé, elle n'était encore qu'une gamine à ses yeux et il se demandait ce qu'elle pouvait bien faire dans un tel lieu, parce que jusqu'à présent elle n'avait rien fait pour susciter sa curiosité. La preuve étant qu'il ne lui portait même pas un regard tandis qu'elle s'occupait avec son casier, plus tenu en haleine par ces bouts de papier qu'il pouvait avoir en main, ne levant même pas les yeux lorsque avec un certain fracas elle referma la porte métallique qui fit une sorte de résonance dans la pièce. Il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elle souhaite lui parler, même s'il pouvait avoir une vague idée du pourquoi, mais la surprise n'en fut sans doute que plus délectable. Que quelqu'un veuille lui parler c'était souvent bon signe pour lui, une source d'amusement à venir, parce qu'il y avait souvent quelque chose à en tirer. Relevant la tête de ses feuilles il se retourna doucement, avec ce continuel sourire qui ne le lâchait pas, commençant à se sentir intrigué par ce qu'elle lui voulait.

« Oh mais tu me déranges jamais voyons Queeny jolie, je suis même peu habitué à entendre le son de ta douce voix. Tu peux me poser toutes les questions que tu veux, cependant je suis aussi libre de ne pas y donner suite, ne l'oublie pas. Mais je t'en prie. »

Toujours posé et jamais agressif dans ses propos ou le son de sa voix, appréciant la manière si peu commune qu'elle avait eue pour s'adresser à lui, Niels observait le moindre de ses mouvements et de ses réactions mais il ne s'était nullement préparé à celle que la petite blonde venait d'afficher. On aurait dit de la surprise. Il chercha dans son esprit tous les angles possibles à cette situation qui lui échappait quelque peu sur l'instant, attendant sans rien dire puisque après tout c'était elle qui avait exprimé le besoin de lui parler et non pas l'inverse, fronçant que très légèrement les sourcils face à l'étonnement qu'elle semblait connaître en ce moment. Il avait beau tenter de décortiquer ce qui se passait, tout les instants qu'il avait pu partager avec Queen – et ce fut très rapide au final, mais il n'y avait aucun indice au point de lui donner une forme de frustration qu'il n'appréciait de très peu. Vouloir connaître les informations nécessaires pour avoir toutes les clés en main était propre à son caractère, grâce à celles-ci il pouvait voir comment étirer ses fils et venir instaurer une discussion à son avantage ou encore s'attirer aisément la confiance d'une tierce personne, se sentant alors pour le coup quelque peu démuni. Bien. Si elle ne parlait pas et s'amusait à faire le silence alors c'est lui qui prendrait la parole, il pourrait au moins débuter et amener la conversation là où bon lui semble, mais le rictus que la jeune fille eut le retient de dire quoi que ce soit. Ça et la gifle monumentale qu'elle venait de lui mettre. Niels encaissa le coup sans broncher, portant quelque peu sa main libre au niveau de l'impact, il n'y a pas à dire elle ne l'avait pas manqué, gardant tout de même ce sourire si caractéristique tandis que ses yeux se posèrent sur elle. Pourquoi ? C'était là une bonne question. Elle lui prouvait à quel point l'Homme ne sait au final résoudre ses problèmes que par le conflit, qu'une part de lui ne pouvait se retenir de toujours afficher sa supériorité par le biais de la force et de la violence, n'arrivant à ressentir qu'une forme d'amusement en cet instant. Après tout c'était un nouveau jeu qui commençait ici, une nouvelle bataille pour laquelle il aurait un intérêt ainsi tout particulier, et même s'il n'allait pas l'attaquer de front il lui ferait regretter d'avoir ainsi osé porter la main sur lui. La vengeance est un plat qui se mange froid, il avait une patience à toute épreuve, il finissait toujours par redonner la monnaie de sa pièce à ceux qui s'attaquaient à lui. Il ne put se retenir de lâcher un petit rire, laissant sa main tomber pour laisser s'afficher la marque rouge, tout en se lançant dans une volée sarcastique.

« C'est là une drôle de façon de poser une question, moi qui pensais que l'on utilisait des mots pour se faire et ensuite éventuellement la violence pour obtenir quelques aveux, la méthode des lâches. »

Mais la réponse qui étendit le stoppa de tout son être. Son sourire l'abandonna face à cette étrange situation qu'il n'avait pas envisagé un seul instant, il ne sait même pas comment il aurait pu le faire de toute manière, Queen venait de le déstabiliser au possible avec des mots qu'il n'espérait même plus entendre. Non ce n'était pas Queen mais l'une de ses créations, une des poupées qu'il avait créée dans l'espoir qu'elle pourrait remplacer un jour sa fille avant de comprendre que son vœu n'était tout bonnement pas possible, dans une enveloppe qui était loin d'être celui d'un pantin mais d'une jeune fille faite de chair. Combien de fois avait-il rêvé d'un moment ressemblant à celui-ci ? Mais alors qu'il se trouvait face à cette situation il ne sut même pas comment il devait réagir, une part de lui de ce fait refusant catégorie et ayant une forme de révulsion face à cette ''créature'' face à lui, tandis qu'une foule de nouvelles données confluaient toutes en même temps dans son esprit et que son esprit critique qui analysait tout prenait le relais au manque de réaction qu'il pouvait avoir. Une petite blonde aux yeux d'un bleu profond, les cheveux qui bouclaient à certains endroits de manière si naturel, les manières et la façon de parler. Shinku. Niels en était sûr à chaque seconde qui pouvait passer, c'était lui qui l'avait créé après tout et il avait passé des journées entières à lui procurer le meilleur pour qu'elle soit la plus parfaite possible, celle qui ressemblait sûrement le plus à sa petite Alice de manière involontaire. C'est sans doute pour cette raison qu'il lui avait donné beaucoup plus d'affections qu'aux autres, il l'avait plus choyé parce qu'elle ne lui donnait pas l'impression d'être juste une poupée qui vit mais bien sa petite fille, jusqu'à ce qu'une fois de plus le rêve se brise le jour même où il avait compris que ressemblance ou non ça ne serait jamais vraiment sa fille. Mais désormais que pouvait-il dire ? Elle était devenue humaine et se trouvait plus vivante que jamais, le corps artificiel avait laissé place à quelque chose de beaucoup plus concret, c'était tout ce qu'il avait toujours voulu. Posant les feuilles sans regarder, ne lâchant pas une seule minute les yeux de cette douce chimère, un sourire doux et tellement plus naturel se fit de son côté alors que délicatement il venait de ses mains encadrer ce visage si délicat de poupée que la jeune fille pouvait avoir.

« Ma petite rose rouge. À la fois si forte et si fragile, une gracieuse petite fille-modèle, la plus brillante de toutes. Shinku... Tu étais si proche de la perfection que j'ai su que tu irais très loin, que tu avais l'étoffe pour surpasser n'importe quelle demoiselle, et tu es là juste devant moi. J'ai attendu tellement longtemps que ce jour arrive enfin. »

Il y avait là une forme d'admiration qui se faisait chez Niels, parce qu'il n'aurait jamais imaginé à quel point sa fille promise puisse être aussi magnifique, la promesse que les blessures pourraient peut-être commencer à se refermer. La fin d'une quête. Shinku ou Queen, qu'importe son nom elle était elle après tout, ne pourrait jamais remplacer la perte tragique qu'il avait eue mais elle pouvait lui offrir de doux et merveilleux souvenirs qui avec le temps panseraient totalement ce qu'il pouvait ressentir. Il en était sûr. Même si tout ceci n'était qu'une illusion il préférait y croire, la vérité était certes importante mais elle le faisait souffrir depuis trop longtemps maintenant à son goût, il ne voulait plus avoir cette sensation de se noyer constamment alors qu'il était si conscient de ce qui pouvait l'entourer. Ses mains glissèrent pour venir l'attirer contre lui, elle lui semblait encore tant fragile dans un sens et craignait presque qu'elle puisse se briser, l'enserrant toujours avec autant de délicatesse dans un geste paternel et remplit de tendresse. Comme un ancien réflexe qui était revenu de manière si naturel, l'étonnant presque au passage d'une certaine manière, tandis qu'il laisser échapper le moindre contrôle qui pouvait maintenir sur lui-même depuis toutes ces années. Comme si le combat était ainsi terminé pour la gagnante mais aussi pour lui, une double bataille qui s'était opéré mais qui s'arrêtait avec le retour de la fille prodige, et qu'il pouvait désormais souffler et en profiter pleinement. Bien entendu qui lui pardonnait l'écart de conduite qu'elle avait plus tôt à son égard, le coup de l'émotion sûrement même si c'était devenu quelque chose qui lui échappait parfois à cause de ce cœur explosé, cette réaction qu'elle avait eue n'était on ne peut plus humaine et c'était tout ce qu'il avait cherché à leur instruire en lançant ce jeu cruel entre elles. Elles étaient des poupées parfaites mais des humaines incomplètes, elles devaient se battre pour avoir un but à leur existence, découvrir le vrai monde car vivre c'était se battre.

« Je sais que tu es en colère d'avoir dû te battre et qu'il ne reste que toi, ça n'a pas dû être vraiment une épreuve facile que devoir déposséder tes sœurs mais tu as cependant remporté haut la main ce jeu, ton cœur n'est-il pas rempli de joie que d'en avoir fini et d'être devenue Alice ? Tu es la grande gagnante Shinku. Mais ce n'est pas tout, tu as réussi à me retrouver, je ne pouvais espérer plus... »


Niels venait la relâcher avec toute l'attention douce qu'il lui avait déjà portée jusqu'ici, lui replaçant une ou deux mèches de cheveux avec toute la bienveillance qui lui était donnée d'avoir, gardant ce sourire si franc à son égard. Sa cinquième création, celle qui fut la plus choyée et la lus proche de ce qu'il voulait, il avait toujours ressenti sans doute un peu plus de fierté que pour les autres et en cet instant elle ne faisait que pousser plus loin ses espérances. En fait, son esprit se refusait à voir certains signaux et dérailler sans aucune retenue sur ce qu'il voulait, loin de vouloir voir la vérité qui était pourtant si évidente.

« Je veux tout savoir, comment se sont déroulées les choses ? Les as-tu prises une par une ? »

Les autres restaient malgré tout ses créations, essayant de comprendre où les choses auraient pu se coincer pour elles, elles avaient perdu et de ce fait nullement à la hauteur.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Dream
We all are living in a dream but life ain't what it seems. Oh everything's a mess. And all these sorrows I have seen they lead me to believe that everything's a mess. But I wanna dream. Leave me to dream... ⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1481-ainsi-font-les
Queen A. Crimson

avatar
En réalité, je suis
Shinku
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Videuse au Rabbit Hole
☂ Camp : Je suis mon propre chemin.
☂ True Love : Nous pouvons nous aimer sans qu'il y ai de véritable amour

☂ Avatar : AnnaSophia Robb
© Crédit : Jane [vava] | anaëlle [sign]
MessageSujet: Re: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   Ven 27 Mai - 20:02





Play the game ...

Loveee ♥

Queen n'arrivait toujours pas à y croire. Son créateur, celui qui l'avait crée de toutes pièces faisant d'elle une poupée d'une beauté sans fin et pratiquement inégalable. Sans doute l'une de ses plus belles créations lorsque Rozen avait pu la créer. Elle le savait. Elle savait parfaitement qu'elle ressemblait pratiquement trait pour trait à la fameuse Alice que son père s'imaginait temps. Celle qui lui ressemblait le plus. Elle ne savait toujours pas pourquoi d'ailleurs son créateur avait besoins d'une poupée si parfaite que cela. Elle savait juste qu'elle existait dans sa mémoire, qu'il la voulait un point c'est tout. Pourtant Shinku avait toujours pensée qu'à elles toutes, toutes ensemble elles pouvaient ressembler à Alice. Que s'il les avait toutes garder ensemble, il aurait eu Alice au final. Sous différente forme sans doute, sous différente aspect peut-être mais si on rassemblait tout cela, ça donnait la petite fille parfaite. Shinku représentait la beauté d'Alice avec ses cheveux blonds et ces yeux si bleu. Suiginto représentait l'amour. L'amour qu'elle porte à leur père était assez fort, assez grand pour être l'amour qu'Alice pourrait lui apporter. Hina-Ichigo, le côté un peu plus enfantin que chaque véritable humain pouvait avoir en fin fond d'eux mais qui ne le montrait pas forcément. Suiseiseki, très certainement le côté un peu plus capricieuse tandis que Souseiseki le calme et la réflexion. Kanaria le courage toujours présent même si on a peur au fond. Et la septième … Shinku ne savait pas, à vraie dire elle ne l'avait jamais vu, jamais croisé une seule fois ou même simplement entendue. Elle savait simplement qu'elle existait, que père l'avait belle et bien créer mais rien de plus à son sujet, même pas un nom. Rien. Elle ne savait pas quelle côté d'Alice elle pouvait sans doute bien représenter mais elle savait parfaitement que ensemble elle aurait pu devenir la petite fille parfaite que leur père rêvait tant depuis toutes ses années maintenant. Chacune avec leur caractère et leur physique différent d'une poupée à une autre. Elle aurait ensemble fait les qualités comme les défauts d'Alice. C'est cela aussi que celle qu'on appelait la poupée à la rose pourpre ne comprenait pas non plus. Il recherchait la petite fille parfaite pourtant personne ne pouvait l'être. Ainsi le monde était fait, tout le monde avait chacun des qualités comme des défauts. Les êtres humains naissaient ainsi, et au final les poupées fabriquées aussi car Shinku savait pertinemment qu'elle n'était pas parfaite. Jamais elle n'avait pensée une seconde qu'elle l'était au plus au point. Elle le savait parfaitement bien puisque de toute manière père avait fini par la mettre de côté elle aussi. Elle avait des défauts et elle en avait pleinement conscience mais ces aussi ces défauts qui faisaient d'elle ce qu'elle était réellement. Ce qui faisait qu'elle était très certainement un peu plus humaines que de simple poupée de base.

Elle était une poupée. Une tout petit poupée. De base elle était une simple poupée complètement pensée, imaginé puis modélisé, fabriqué de toutes pièces. Elle était une poupée faite d'une argile beaucoup plus solide. Des bouts de pièces détachées qu'on avait simplement emboîtés les unes aux autres pour donner ce qu'elle avait été autre fois. Une poupée avec des articulations étranges, des cheveux qui faisaient plus que naturelles. Elle avait été taillé à la perfection, chaque petites détailles avaient été fait avec minutie, délicatesse et voilà que maintenant grâce à la malédiction elle était devenue plus humaine qu'elle n'avait pu imaginer. Shinku avait toujours pensées que sans un corps d'humain, en restant qu'une simple poupée, personne ne pourrait devenir Alice. Alice était humaine. Alice avait un corps fait de chaire et d'os non comme les Rozen Maiden qui était faite à partir de matériaux trouver, de matériaux fabriqués. Non, elle était plus vivante que jamais. Plus vivante mais sans doute aussi plus fragile, plus vulnérables très certainement. Mais tout aussi humaine est même si elle aimait plutôt frapper les gens elle n'aurait jamais frappé son père si elle avait été encore une poupée. Sans doute le côté plus humaniser qui avait donc repris le dessus face à cette situation qu'elle n'avait pas su complètement gérer d'elle même. Elle s'était laissée emporter comme jamais auparavant et pour elle, c'était une faute impardonnable. Elle ne devait en aucun cas gifler son créateur mais encore moins son père. Cette simple petite erreur pourrait sans doute tout remettre en cause, changer la donne sur le fait qu'elle pourrait ou non devenir Alice, pour son point de vue en tout cas. Jamais Alice n'aurait réagit de cette manière. C'est ce que Shinku pensait réellement sans jamais demander l'avis à la personne en face d'elle qui était celui qui m'était les règles en place. C'était Rozen le déclencheur de toute cette histoire. C'était lui qui avait été d'accord pour mettre en place le jeu d'Alice. C'était lui qui avait signé le contrat envoyant toutes ses poupées dans une sorte de mon parallèle à la forêt enchantée. C'était lui qui avait tout simplement créer les Rozen Maiden. Toute l'histoire commençait de là. De la création des Rozen Maiden. C'était sans doute sa plus grosses erreurs comme la meilleur. Shinku ne savait pas forcément quoi réellement pensées à ce sujet, trop prise, trop concentrée sur son vis à vis pour ne réfléchir à quoi que se soit d'autre que lui alors que d'autres questions venaient s'immiscer dans son esprit.

Elle n'arrivait toujours pas à s'en remettre. C'était comme un rêve qui venait de se réaliser. Revoir son père était ce qu'elle avait voulu depuis tout ce temps, comme toutes les autres Rozen Maiden. Un rêve qu'elle avait très certainement tout gâcher à cause de cette égard de comportement. Il était là devant elle, sur ses deux jambes alors que ses yeux de la quittaient pas d'une seconde. Queen avait suivis du regard le geste qu'il avait pu faire pour poser les feuilles qu'il tenait dans la main quelques minutes plutôt. Elle l'avait étudié de long en large, ne laissant aucun détaille passer. Tout cela était très certainement un rêve n'est-ce pas ? Le jeu d'Alice avait été très claire, très formelle. Aucune des poupées de pourraient revoir leur père tant qu'aucune d'elles ne se seraient démarquer. Tant qu'aucune d'entre elle aurait réussis à voler les Rosa Mystica des six autres et ainsi rassembler tous les morceaux de cœur de leur père pour ainsi devenir la véritable Alice. Temps qu'Alice ne sera pas née, personne ne pouvait revoir leur père. Pourtant la voilà en face de lui alors qu'elle n'était pas et ne voulait pas devenir Alice si c'était devoir tuer ses sœurs pour le faire. Elle l'avait comme retrouvé  par surprise tout à fait au hasard alors qu'elle ne l'avait pas forcément chercher. Tel était sans doute le destin. Rien n'était vraiment laisser au hasard. S'ils s'étaient retrouvés c'était très certainement pour une bonne raison mais laquelle ? Pourquoi avait-elle fini par tomber sur lui comme par magie depuis toutes ses années ? Elle ne comprenait vraiment pas pour le coup. Elle ne comprenait plus rien tandis qu'elle attendait toujours une quelconque réaction venant de Niels. Elle avait encore envie de lui crier dessus, de s’acharner sur lui, de l’envahir de questions encore et encore. De le taper sous la colère mais en même temps de l'enserrer dans ses bras dû à la joie. Il ne disait toujours rien et cela avait le don d'énerver Queen. Il était figé sur place, la regardant droit dans les yeux. Elle avait simplement envie de le prendre par les épaules et de le secouer. Elle voulait qu'il parle, qu'il dise quelque chose. Elle ne savait pas qu'est-ce qu'il pouvait bien ressentir, qu'est-ce qu'il pouvait bien pensées. Elle voulait qu'il bouge même si se serait pour simplement partir de la pièce ou tout simplement la frapper en retour. Elle était en quelque sorte comme désespéré, la bouche quelque peu entre ouverte alors qu'elle attendait simplement qu'il fasse quelque chose, un simple geste.

« Qu'est-ce que vous avez à dire ? Dites quelque ... »

Elle avait voulu continuer à parler, à dire quelque chose de plus mais elle s'était arrêté nette, sursautant, hoquetant quelque peu lorsqu'il avait posé ses grandes mains, ses mains si abîmés à force de crées des poupées, sur ses frêles et douces petites joues. Shinku était devenue muette, complètement sous le choc de ce qui venait de se passer. Elle avait la gorge noué, ne savait pas quoi dire face à la situation qu'il se déroulait en face d'elle. Il n'avait pas crié après la baffe, il n'avait rien fait. Rien fait sauf ce montrer délicat, faisant des mouvements avec précaution. Shinku avait comme l'impression de redevenir cette petite poupée encore trop fragile. Elle avait l'impression de revivre le moment où elle était venue au monde, où Rozen avait fini de la créer et qu'il l'avait touché avec toutes cette délicatesse qu'il pouvait faire preuve, faisant attention à chacun de ses mouvements pour éviter de casser une œuvre aussi proche de la perfection. La jeune femme avait exactement l'impression de revivre ce moment. Elle n'osait plus bouger de peur de faire un faut mouvement, ayant peur de sans doute se casser et ainsi devenir une poupée cassé. Tout ce qu'elle avait horreur. Les objet, les jouets cassée. Cela lui faisait mal de les voir dans cet état là. Elle se souvenait de cette épisode avec le jouet envoyé de Suinginto. Celui qu'elle avait fini par déchirer en plusieurs petits morceaux. Shinku avait été tellement dévasté qu'elle avait laissé couler les larmes sur ses joues. Elle ne supportait pas les jouets cassé tout simplement parce qu'elle s'imaginait sans doute à leur place. A la sensation qu'elle pourrait bien avoir. Elle serait une poupée cassé, une poupée incomplète. Sa beauté en aurait pris très certainement un coup et tout cela aurait fait qu'au final elle ne pouvait pas devenir, encore une fois, Alice. Comment une poupée cassée, une poupée de chiffon, incomplète pouvait le devenir après tout ? Dans son esprit c'était totalement impossible. Seule une poupée sans défaut physique pouvait devenir Alice. C'était le jeu qui était fait de cette manière et on ne pouvait pas aller à l'encontre de ses règles. Règles auxquelles, elle avait pourtant été à l'encontre. N'obéissant pas à l'une des premières règles qui était de prendre la pierre de la poupée qu'on avait battu. La preuve étant que Hina était très certainement encore envie, très certainement à Storybrooke alors que Shinku l'avait battu à la loyale. Mais elle avait préféré proposer un marcher à l'autre poupée, ne voulant en aucun cas la tuer. Elle avait pu garder sa pierre tant qu'elle lui servait d'esclave. Toutes autres excuses auraient été bonne tant qu'elle ne la tuait pas au final.

L'ancienne poupée avait écouté les dire de son père. Elle ne savait pas qu'est-ce qu'elle devait pensées de toute cela. Elle ne pouvait qu'être joyeuse d’entendre de telle parole venant de son créateur. Il disait qu'elle était forte, qu'il savait qu'elle irais loin. Mais la dernière phrase la laissa en suspens croyait-il qu'elle … Non ! Cela se voyait qu'elle n'était pas devenue Alice. Elle avait tellement d'imperfection, elle était loin de lui ressembler. C'était impossible qu'il puisse pensé cela. Elle n'était clairement pas Alice. Elle voulait le devenir plus que tout au monde. Elle voulait réaliser le souhait de son père. Elle voulait arrêté de lui faire espérer l'arriver de sa petite fille prodige. Elle le voulait mais sans passer par la casse : tuer les autres poupées Rozen Maiden. Elle ne pouvait pas tuer ses sœurs. Elle les aimait bien trop puisqu'elle était de sa famille. Elle ne voulait pas mettre fin à leur jour et avoir cet acte de barbarie sur la conscience éternellement. Mais c'était le jeu cruelle du jeu d'Alice. Elle n'osait toujours pas bouger préférant simplement baiser la tête comme pour éviter son regard. Elle avait légèrement pencher sa tête sur le côté comme pour venir appuyer sur l'une des mains sur son visage tant dis qu'elle fermait pendant quelques secondes les yeux. Elle aurait aimé pour une fois que tout s'arrête ainsi et que plus rien ne bouge dans le temps. La blonde sentit ces mains qu'elle appréciait tant glisser quelque peu le long de ses courbes pour venir dans son dos. Elle avait toujours les yeux fermés et la tête pencher. Comme la première fois où son père l'avait enlacé. Où il l'avait enlacé pour venir mettre la clef dans son dos. Pour venir la remonter et ainsi la réveiller de son profond sommeille. Elle avait comme l'impression d'être complètement endormie et qu'il allait tourner la clef pour la remonter une nouvelle fois. Elle avait sentis son corps se rapprocher d'elle alors qu'elle avait fait deux ou trois pas à son tour, tout délicatement faisant extrêmement attention. Elle avait sentis ses bras se resserrer autour d'elle, alors qu'elle venait déposer son front contre son torse, la tête toujours quelque peu baisser. Elle avait remonté ses bras doucement avant de se bloquer, se demandant si elle avait le droit ou non de venir l'enserrer à son tour dans ses bras à elle. Elle était entrain de réfléchir de sachant pas trop quoi faire avant d'ouvrir brusquement les yeux et de se tendre en entendant les paroles de Niels. Des paroles qui vinrent la fouetter en pleins cœur alors qu'elle s'imaginait déposséder ses sœurs comme le disait si bien Rozen. Elle s'imaginait en face de toutes ses sœurs enchaînant les victoires au fur et à mesure avant de se trouver devant la dernière poupée et de lui prendre à elle aussi sa Rosa Mystica. Elle était entrain de s'imaginer réellement entrain de les tuer les unes après les autres. Cette vision d'horreur ne faisait encore que d’accroire, que d'augmenter à chacun de ses mots. Elle essaya plusieurs fois de le couper dans ses paroles, essayant de placer qu'elle n'était pas Alice. Elle voulait le stopper pour qu'il arrête de parler, qu'il arrête de lui mettre ses images d'horreur dans la tête mais aussi pour qu'il arrête de ce faire de plus en plus d'espoir.

''rempoté haut la main ce jeu'', ''grande gagnant'', ''être venue Alice''

Tous ces mots tournaient dans sa tête encore et encore. Il croyait réellement qu'elle avait gagné le jeu. Il croyait qu'elle en avait fini avec ses sœurs qu'elle avait réussis à prendre à chacune leur partie du cœur. Il pensait réellement que c'était terminée, qu'ils allaient pouvoir vivre ensemble tous les deux comme il l'avait espéré car elle l'avait aussi par la même occasion retrouvé. Elle pouvait sentir la joie, le soulagement la fierté dans le ton qu'il pouvait employer. Tous ses espoirs qu'il avait depuis le temps, il pensait enfin que tout était terminé. Bien sûre elle se sentait tout de même en colère après lui même si elle n'avait pas battu toutes les autres créations. Elle n'arrivait toujours pas à comprendre qu'elle était cette envie folle d'avoir LA fille parfaite. C'était quelque chose qu'elle n'arrivait pas à savoir et poser la question serait sans doute plus compliqué que ce qu'elle pourrait imaginer. Elle se sentait mal vis à vis de son père. Elle savait qu'il allait très certainement lui en vouloir d'être revenue, de l'avoir retrouver alors qu'elle n'était pas devenue Alice. Lui qui venait de placer tant d'espoir en Queen en si peu de temps avec si peu de mots. Tout allait une nouvelle fois s’effondrer, la jeune femme en était persuadée. Elle avait peur aussi. Elle avait toujours cette vision d'elle volant les rosa mystica à ses sœurs. Cette vision d'elle, comme tueuse. Cette vision qui lui faisait mal au cœur en pensant que c'était ce qui devait pourtant bien arriver. L'ancienne poupée essayait sans doute de repousser l'évidence un peu plus chaque jour. Cherchant d'autre moyen d'arriver à ses fins sans pour autant mettre en danger la vie de ses sœurs. Même Suiginto elle ne voulait pas se battre contre elle. Pourtant, elles ne s'entendent vraiment pas à merveilles. Bien au contraire même. Elles étaient comme deux ennemies et pourtant Shinku ne voulait et ne veux pas mettre fin à ses jours. C'était beaucoup trop lui demander cette fois-ci. Elle n'était pas Alice pas encore et elle était en face de son père qui croyait qu'elle l'était pourtant. Elle allait le décevoir plus que tout. Elle ne devrait pas se retrouver en face de lui ainsi. De plus en plus, elle était entrain de penser qu'elle ne méritait pas de devenir la petite fille prodige tellement attendue. Elle avait désobéi à tellement de règles depuis le début. Si seulement son père pouvait le savoir … Elle avait relevé la tête vers lui alors que son regard était remplis de détresse. Elle n'arrivait pas à croire ce que Niels osait lui demander. Il voulait savoir comme … Comment elle avait pu prendre les pierres. Elle essaya de se calmer. Elle avait comme envie de trembler, de crier face à cette vision qui restait encrée dans sa tête. Elle avait envie de prendre sa tête entre ses mains, de s'arracher les cheveux. Tout à l’intérieur d'elle était entrain d'exploser dans tous les sens. Pourtant elle avait l'air d'un calme assez déconcertant à extérieur. Montrant simplement un soupçon de détresse, un soupçon d'étonnement que peu de personne pourrait apercevoir.

Pendant une infime de seconde elle avait pensé à mentir. A lui caché la vérité sur ce qu'elle était réellement. A lui caché qu'elle n'était pas devenue Alice. Elle aurait pu le faire, mentir. Tout simplement pour ne pas briser le peu de cœur que Rozen pouvait encore avoir à l’intérieur de lui. Elle ne voulait pas le casser encore plus, l'anéantir complètement. Il se faisait tellement une joie d'avoir retrouvé Shinku en ce moment même. Il l'avait dit lui même … Il avait tellement attendue ce moment et voilà qu'elle devrait le gâcher en lui racontant la vérité. De plus elle ne savait pas si les autres poupées pouvaient se trouver en ville. Si ça se trouve elle est la seule à être ici, elle était la seule et par conséquence aucune d'elles pourrait venir et raconter toute la vérité, la simple vérité ! Elle pourrait vivre avec père tranquillement se faisant passer pour Alice. Ils pourraient simplement vivre ensemble, et partager des moments comme avant. Shinku voulait retrouver se moment de complicité qu'elle avait pu avoir en sa compagnie. Elle savait parfaitement qu'elle avait été la plus choyer de toute, la plus mise en avant. Celle qu'il pouvait sans doute aimer le plus. Mais mentir serait ainsi, indigne d'une petite fille parfaite, indigne d'Alice elle même. Elle ne pouvait que dire la vérité à son vis à vis. C'était la seule solution. Le silence était présent depuis déjà plusieurs secondes voir même quelques minutes. Elle était toujours entrain de le fixer sans sortir un seule mot alors qu'il attendait avec impatiente une réponse.

« Père … je … Je ne suis pas Alice. »


Elle s'était éloigné de lui prenant ses mains dans les siennes pour les enlever du dessus de ses épaules et de les lâcher. Elle n'était pas digne qu'il l'a touche. Elle avait baisé les yeux comme fautive mais surtout pour ne pas voir la réaction sur son visage, ne pas voir la déception dans ses yeux. Cela serait bien trop dure pour la jeune femme. Elle était entrain de le blesser, de réduire en cendre tous ces espoirs et elle en avait mal au cœur rien que d'y penser.

« Je ne suis pas Alice ! Cette malédiction est tombé avant de nous ayons pu terminer le jeu d'Alice. Je ne sais si celui-ci continue dans cette ville aussi ou non. Je n'ai encore retrouvé aucune autre poupée. Je ne sais pas si nous sommes toutes réveillées pour pouvoir continuer de se battre »


Se battre et encore se battre. Il fallait que les poupées soient toutes réveillées pour que le jeu puisse réellement commencer. Queen essaya de relever la tête, se forçant pour le regarder dans les yeux. Elle essaya de prendre un air un peu dure comme elle avait pour habitude. Cette air où elle pouvait se cacher derrière. Cette air qui montrait qu'elle pouvait être forte. D'un seule coup la colère repris un peu plus le dessus tandis qu'elle avait plusieurs questions et quelques explications à demander à Niels qui se trouvait devant elle. Elle parlait encore et encore pour éviter qu'il puisse dire quoique se soit par rapport à Alice. Elle ne voulait pas l'entendre. Ce qui était en soit un peu égoïste …

« Je ne comprendrais jamais pourquoi nous avoir tout de même mis dans ce jeu. Je suis tout de même en colère, malgré le fait que je n'ai pas pris les Rosa Mystica des mes sœurs. Par ailleurs je vais vous dire père. Je ne veux pas me battre ... (sa voix redevenait plus douce) Je ne veux pas leur prendre leur pierre, je ne souhaite pas les tuer parce qu'elles sont mes sœurs. Je vous aime plus que tout père et j'aimerais pouvoir exaucer votre vœu en faisant apparaître Alice, plus que tout au monde. Mais il faut sans doute croire apparemment que je ne vous aime pas autant que vous l'auriez voulu pour ne pas prendre la vie des autres Rozen Maiden. Et j'en suis terriblement navrée, je ne mérite sans doute pas de devenir Alice si je n'accepte même pas de jouer le jeu … »

Elle ne voulait pas jouer le jeu de cette manière en tout cas. Elle voulait trouver une autre solution, un autre chemin pour pouvoir en finir une bonne fois pour toute sans passer par la mort de ses sœurs. Elle voulait pouvoir être sa propre arbitre pour son destin. Elle voulait pouvoir le choisir d'elle même au lieu de suivre un destin déjà tout tracer par une autre personne, même si cette personne était son père. Elle voulait un autre but d'en sa vie. Elle savait que au fond, si elle se battait, elle pouvait très bien perdre et ainsi mourir. Juste prendre une voie différente plutôt que de jouer le jeu.

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Will you hold me tight and not let go ?
Symphony ... ⊹ And now your song is on repeat and I’m dancin' on to your heartbeat. And when you’re gone, I feel incomplete. So if you want the truth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1805-terminee-je-vo
Niels Mørck

avatar
En réalité, je suis
Rozen
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Animateur à la garderie le jour & recruteur de show pour le Rabbit Hole la nuit
☂ Camp : Oh bad
☂ True Love : Love is pain, well Puppet, let's hurt tonight

☂ Avatar : Calvin Harris
© Crédit : Lux Aeterna
MessageSujet: Re: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   Sam 28 Mai - 22:35




Cruels. C'est sans doute ainsi que les mots de Rozen devaient transparaître, parlant ainsi sans la moindre émotion de l'arrêt de ses autres créations mais après tout avec un cœur brisé comme le sien il y avait là tout un panel qu'il ne pouvait plus ressentir, pourtant il se souvenait parfaitement de la création de chaque de ses poupées et du temps qu'il avait pu passer avec chacune. Ce qu'il voulait en réalité c'était comprendre où la situation avait pu être fatale pour celles qui étaient tombées, la raison pour laquelle elles n'avaient aucunement été assez fortes pour aller jusqu'au bout alors qu'elles avaient construit au final sur le même schéma, elles censées être des petites modèles de perfections et qui au final étaient loin de l'être. Sauf Shinku. À ne pas en douter c'était bien de la fierté qui faisait écho à l'intérieur de lui, voir qu'elle avait pu endurer tous ces combats et ces sacrifices, mais plus que tout un apaisement profond. Il avait enfin trouvé celle qui cherchait tant, la fin d'une longue route qui lui en avait fait baver à plusieurs niveaux, il avait face à lui une fille assez solide qui ne la quitterait jamais. Oui. Sa véritable petite Alice n'aurait jamais dû le quitter et encore moins de cette manière, surtout pas aussi jeune alors que la vie s'offrait à elle sans qu'elle ne puisse en profiter, cette maladie qui l'avait emporté l'avait sans doute marqué plus que de raisons. Une explication de plus à vouloir créer un être avec un corps artificiel et réparable, qui serait immortel d'une certaine manière, même si à la longue il avait compris que c'était justement celui-ci qui mettait une sorte de frein à l'humanité de ses poupées. Un être ainsi fabriqué ne pourrait jamais devenir entièrement vivant, pas assez humain en tout cas ça c'était une certitude, et après avoir dispersé de la sorte son cœur il avait d'autant plus compris qu'il ne faisait qu'éparpiller un peu plus les chances de retrouver son Alice. Ceci se mêlant à un apprentissage de la vie qu'elles devaient effectuer, apprendre à faire face au monde et à toutes ses souillures pour mieux les combattre par la suite, il avait fini par trouver la solution avec cet étrange jeu mais aussi avec les conseils d'un certain magicien. Il lui avait garanti qu'une fois les morceaux réunis la poupée gagnante serait alors la petite fille parfaite, d'ailleurs elle ne serait plus un simple être fait d'argile mais bien un être humain à part entière, et il pouvait aujourd'hui constater que ces paroles étaient vraies. Il avait retrouvé ce qui lui manquait tant et la raison de se battre de son propre côté, comme si tout le reste n'avait désormais plus aucune forme d'importance, comme si son être pourrait être de nouveau un peu plus entier aussi.

C'était une douce illusion dans laquelle il voulait se bercer, Niels était pourtant en temps normal si conscient de ce qui pouvait l’entourer mais pour le coup il était juste aveuglé par la réalisation de son précieux rêve pour vouloir y réfléchir concrètement, pour une fois tout ce qu'il voulait c'était que tout se passe pour le mieux. N'en avait-il pas assez bavé ? Queen allait peut-être enfin lui permettre de garder la tête hors de l'eau, de lui montrer un avenir beaucoup plus radieux, mais aussi de venir empêcher le peu de cœur qui lui restait de venir s'envenimer un peu plus et de stopper ce poison qu'il ne cherchait même plus à arrêter de son côté. Il était en train de pourrir à l'intérieur il en était sûr, chaque jour venait obscurcir sa vision de ce monde qu'il voulait voir finir un peu plus à mesure que le temps passe, mais peut-être que désormais la situation pouvait s'inverser. Après tout, il n'y avait qu'à voir à quel point cette présence l'emplissait d'émotions qu'il ne pensait plus encore posséder, comme si la jeune fille de par sa simple présence le rendait déjà un peu plus vivant et réel qu'il ne l'était. Il avait beau rejeter une partie de son humanité jamais il ne pourrait s'en débarrasser entièrement très certainement, qui le veuille ou non d'ailleurs, ce qui pouvait aussi expliquer cette raison de vouloir savoir le déroulement de cette rude bataille. Était-il triste pour celles qui n'étaient plus ? Honnêtement il ne serait dire, il n'en était pas vraiment sûr, elles avaient beau être ses créations et d'une certaine manière ses filles il n'arrivait aucunement à avoir de la peine ou quoi que ce soit d'autre pour le coup. Peut-être qu'avec du recul il y arriverait mais rien n'était sûr, toute chose avait malheureusement une fin, cependant il était à cet instant trop captivé par sa petite rose si délicate pour vouloir y penser. Shinku n'était peut-être pas celle qui avait le plus de puissance, même si elle était très clairement bien placer s'il devait faire un classement, mais il fallait croire que sa volonté avait fait tout le reste. C'est du moins ce que Niels pensait avant qu'elle ne vienne s'écarter de lui, l'observant curieusement dans un premier temps d'avoir une telle attitude et encore plus à son égard, jusqu'à ce qu'elle prononce les mots qu'il ne voulait absolument pas entendre et il préférait croire en cet instant qu'il avait tout simplement entendu quelque chose d'autre que ce qu'elle lui avait vraiment annoncé. Il secoua faiblement toujours avec ce sourire toujours présent mais moins intense, comme si une part de lui savait déjà ce qui allait se passer alors que l'autre le refusait en bloc, souhaitant un peu prendre les devants.

« Comment ça tu n'es pas Alice ? Je ne suis pas vraiment sûr de comprendre ce que tu essayes de me dire. »

Bien sûr qu'il avait parfaitement compris ce qui se déroulait, juste qu'il ne pouvait l'accepter en fait, alors que Queen venait enfoncer un peu plus le couteau dans la plaie en lui disant les mots qu'il n'aurait jamais voulu entendre. Il perdit aussitôt son sourire, serrant les dents tout en la fixant avec une froideur qui tranchait face à la douceur qu'il avait eue envers elle, tandis qu'il sentait la colère et la rage hurlaient de concert au fond de lui et qui ne faisait que l'embraser comme jamais. Comment osait-elle ? Elle se présentait devait lui sans même avoir fini le jeu d'Alice, il avait été clair à ce sujet il ne voulait en revoir aucune tant que celui-ci ne serait nullement terminé, elle bafouait le moindre principe et par extension sa volonté ou même son autorité. Pire que tout elle refusait de se plier au jeu, elle n'était pas la seule certes et il le savait parfaitement, mais qu'elle lui dise en face sans la moindre retenue c'était juste les paroles de trop. Il détacha son regard de cette personne qui ne méritait même pas qu'il puisse l'appeler sa fille, ou même sa création pour le coup, baigné dans une pure déception. Il avait été si stupide de croire qu'un jour Alice reviendrait à lui, qu'une de ses poupées serait assez forte pour accomplir ce qu'il leur demandait de faire, il s'était jeté dans cette illusion sans même y réfléchir et il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Il veut un mouvement de sa poitrine en sentant le peu de cœur restant lui faire mal, se demandant s'il ne ferait pas mieux de s'en débarrasser une bonne fois pour toute au lieu de se laisser dépérir de la sorte, la seule chose qui pouvait encore lui rappeler qu'il était vivant. Il n'en pouvait plus. Mais Niels savait aussi que la douleur était tout ce qui lui restait, la dernière chose qui le faisait encore avancer, souhaitant voir que cette situation n'était qu'une simple piqûre de rappel sur le fait qu'il devait arrêter d'être aussi ambitieux et ne plus rien avoir à attendre de personne. Il avança un ou deux pas à son adresse avant de s'arrêter. Il aurait voulu lui faire autant de mal qu'elle venait de lui faire, le seul moins qu'il connaissait pour transmettre le peu d'émotions qui battaient encore, mais à ses yeux elle ne méritait même plus qu'il lui porte la moindre attention ou qu'il se trouve dans cette même pièce avec elle. Et ensuite quoi de toute manière ? Il n'aurait rien à y gagner à s'en prendre à elle, Juste lui donner plus d'importance qu'il refusait désormais, mais il y avait malgré tout cette rage en lui qui ne demandait qu'à sortir.

Son poing tomba avec violence et fracas contre la porte d'un des cassiers, pouvant sentir quelques os s'endommager sous le choc, dans un accès de colère qui était loin de son contrôle perpétuel qu'il pouvait avoir. Queen l'avait poussé à agir de la sorte, indirectement et qu'elle le veuille ou non, à faire sortir tout ce qu'il essayer de contenir au possible. La déception, la hargne, la colère, la rage, et tout un tas de dégradés plus insignifiants que le mais pas moins violents pour autant. Comme un cri profond qui avait besoin de sortir, de retentir et d'être aussi bien écouté que craint, une sorte de mal qui faisait du bien. Respirant longuement pour tenter de calmer le jeu, perdant presque haleine de se sentir à ce point-là sur le point de se craqueler de toute part et de faire sortir une sorte de monstre qui pouvait sommeiller à l'intérieur, il lui fallait beaucoup de volonté pour ne s'en prendre physiquement à la jeune fille à ce moment-là. Ses yeux se reposaient sur elle et n'avaient sûrement rien de très amical, sachant qu'il aurait son droit de faire quoi que ce soit d'elle d'une certaine manière car après tout il était son créateur et si c'était son bon vouloir de détruire son œuvre personne ne pouvait l'arrêter à son sens, elle qui osait bafouer sans la moindre retenue tout ce qu'il essayait d'entreprendre. Personne ne se mettait en travers de sa route. Encore moins une poupée qui se lançait dans une volonté d'indépendance et de rébellion, peut-être la pleine adolescence allez savoir, il ne le permettrait pas et n'aurait aucun scrupule à devoir l'écarter si elle s'entêtait sur cette voie-ci. Petite fille-modèle ou pas il n'en avait que faire, elle avait perdu son droit de par sa simple présence ici, et dans le pire des cas il récupérait lui-même ce morceau de cœur qui la faisait vivre. Oui. S'il le fallait alors il viendrait lui arracher sans la moindre pitié de la même manière qu'elle avait pu fouler ses espérances, voir son dernier souffle de vie glisser entre ses propres mains, corriger ce dysfonctionnement intolérable. Il se redressa quelque peu et la jugeait sévèrement de haut, reprend ce masque souriant si caractéristique que tout le monde lui connaissait si bien, haussant les épaules à son adresse comme si tout lui important peu alors qu'il était tellement loin de cet état d'esprit.

« Tu ne veux pas te battre ? Alors soit, ne le fais pas, que puis-je dire à cela ? Que tu me déçois énormément, que tu n'es pas digne d'être considérée comme étant ma création, que tu as dépassé les limites à ne pas franchir ? Non. Je n'ai pas besoin de le dire, bien sûr que non, tu le sais déjà j'en suis persuadé ! Devrais-je rajouter autre chose ? Ta bouche n'est que mensonge. J'ai horreur de ça. Je refuse que tu puisses dire que tu m'aimes, surtout plus que tout, mieux je t'interdis que tu viennes prononcer ces mots. Tu ne sais pas ce qu'est l'amour. »

L'amour c'était le sacrifice, être prêt à donner sa propre vie pour celle d'une autre personne, Niels en avait tant fait depuis qu'il avait perdu sa fille. Son temps, son énergie, ses pensées, son état mental, son corps même, son cœur, son avenir. Tout. Que lui restait-il aujourd'hui ? Le rêve qu'un jour il pourrait retrouver une partie d'elle dans une poupée qu'il avait pu fabriquer, comme une sorte de transfert de mémoire oubliée ou il ne savait trop quoi, mais tout ceci ne restait au final que du sable qui disparaissait dès que le vent se lève. Rien de concret. En étant face à lui Shinku ne faisait que venir agiter un peu plus que ceci ne resterait sûrement qu'un rêve, une utopie qui ne pourrait nullement se réaliser à l'avenir, comme si avec ce corps humain d'une certaine façon elle ne faisait que le narguer un peu plus en contournant les semblants de règles qu'il avait pu mettre en place. Et si toutes les autres étaient dans le même cas ? Le marionnettiste n'avait aucune envie d'y penser. C'était comme se moquer de son travail d'une certaine manière, leur naissance si particulière vu qu'il les avait fabriqué, mais aussi comme si une tierce personne lui dérobait le peu de chose qu'il pouvait encore posséder d'une certaine façon. Le jeu d'Alice était là pour offrir au monde, mais avant tout à lui bien entendu, la petite fille parfaite en faisant de simples pantins des humains. Cependant si elles avaient désormais ce corps si convoité l'apprentissage ne pouvait même plus se faire, il ne rimait même plus à rien, comme si on le privait une fois encore du dénouement qu'il essayait de se forger lui-même. C'était comme le remettre à terre sans la moindre pitié, le priver de tout ce qu'il avait pu bâtir avec toutes les difficultés que ceci consistait, cependant Niels finissait toujours par se relever et dans cette histoire il n'avait pas dit son dernier mot. Trop près, mais en même temps si loin, que tout puisse prendre fin comme il l'espérait tant mais aussi de la manière dont il l'avait décidé. En y regardant de plus près Shinku n'était pas la seule candidate potentielle, certes dans les favorites très certainement et il ne pouvait le nier, si les autres se trouvaient aussi à Storybrooke il savait très bien commencer à mettre le feu aux poudres et surtout avec qui. Cette pensée le faisait rire intérieurement, que cette petite rose pourpre face à lui soit prête ou non pour la guerre ce n'était aucunement le problème du marionnettiste après tout, si elle refusait de se battre d'autres se fera une joie de le faire.

Voilà un exemple concret de pourquoi il était important de récolter des informations, la raison ainsi principale pour laquelle Niels se tenait au courant de tout et de tout le monde, car dans une impasse comme celle-ci il y avait toujours moyen de s'en sortir en bougeant correctement les pions qui se trouvaient être les plus adéquats pour s'en sortir. Le combat était suspendu et les participantes ne voulaient plus se battre ? Il lui suffisait de trouver celles qui allaient se laisser plus aisément convaincre, en agitant quelque chose qu'elles convoitaient tant et si ce n'est plus encore, une simple petite étincelle pouvait provoquer un incendie. Elles étaient ses poupées, celles qu'il avait pris le plus grand soin du monde à construire et à assembler, chaque avait son petit caractère ainsi que ses forces mais surtout ses faiblesses. Suiginto ne voulait que son affection, elle avait été la première et eue aussi le privilège de vivre avec lui sans personne d'autre aux alentours, et Rozen savait qu'il pourrait jouer sur ce détail crucial justement. Kanaria ne souhaitait juste qu'on la remarque, elle ne fut pas la première et rapidement les autres avaient suivi, avoir un peu d'attention sur elle mais ça ne serait peut-être pas suffisamment pour l'ébranler. Soseiseki et Suiseseki, les petites jumelles, qui étaient la face d'une même pièce. À la fois si ressemblantes mais si différentes, complémentaires et dysfonctionnelles, inséparables et distantes à la fois. Ce ne serait pas aisé, surtout pas avec les deux, mais pas impossible non plus. Shinku quant à elle il préférait tirer un trait dessus, pour l'instant en tout cas, trop en colère contre elle pour avoir le bon jugement de valeur. Hina Ichigo n'était encore qu'une petite fille la dernière fois qu'il l'avait vu, comparable à un petit être qui découvrait la vie, il ne faisait aucun doute à ses yeux qu'elle n'était pas prête. Et finalement Kirakishou. Tellement imprévisible qu'elle en devenait si amusante, une pièce de choix capable du meilleur mais surtout du pire, un peu le challenger que personne n'avait vu venir. Il n'avait que l'embarras du choix. Continuant à observer la jeune fille de toute sa hauteur, se refusant et se forçant à penser qu'elle ne serait plus un peu comme la sienne tant qu'elle resterait sur ses positions, ne pouvant se retenir de ressentir une forme de dégoût qui n'était que le reflet de sa déception. Il finit par tendre la main en sa direction, non pas pour un geste plein de tendresse comme il avait eu il y a quelques instants de ça, le peu de douceur s'étant déjà envolé à partir du moment où elle l'avait blessé avec autant de duretés.

« Je veux que tu me rendes ta Rosa Mystica. Elle ne te sert plus à rien de toute évidence, ce n'est pas comme si tu allais combattre pour la protéger, je préfère la récupérer et en faire quelque chose de beaucoup plus utile que de voir un tel gâchis. Je n'attends plus rien de ta part, de toute manière il me semble que tu as été assez clair sur le sujet, et qu'il y a d'autant plus réciprocité sur le sujet. »

Appuyer là où c'était douleur, remuer un peu plus le couteau dans la plaie, ceci n'était après tout que le retour à l'envoyeur. Il savait qu'il n'avait pas besoin de se montrer violent, comme il l'avait dit plus tôt en recevant la gifle ce n'était là que la méthode des faibles, les mots étaient d'une puissance que beaucoup sous-estimaient. Il est vrai que Niels avait dérapé mais il en avait ressenti le besoin, d'exprimer pour une fois ce qu'il pouvait vraiment être car à mesure exceptionnelle méthode tout aussi exceptionnelle, avec que cette même main qu'il tendait à l'adresse de Queen était une torture vu l'impact qu'il lui avait infligé. En l'insistant à lui rendre les armes, ou dans le cas présent plus une sorte d'âme sans savoir si la fonction était toujours la même à Storybrooke, et lui montrer qu'elle avait le choix d'arrêter il ne faisait que semer les graines de l'hésitation justement. Avoir le libre arbitre de choisir de son destin et de ses actions était parfois le chemin le plus compliqué, celui qui se trouvait être imposé comme pour le jeu mortel qu'il avait lancé se trouvait être une raison à continuer en y regardant de plus près, il n'y avait rien de pire que le doute et l'errance. Pour une personne comme Shinku qui avait toujours été obéissante, ne pas s'écarter de la voie et de ce qu'il pouvait bien lui dire à l'époque, prendre son propre envol pourrait paraître assez effrayant. C'est ce que le marionnettiste comptait en tout cas. Il allait influer selon sa propre volonté, tirant les petites ficelles adroitement comme il savait si bien le faire, le meilleur moyen étant de couper les repères de la jeune fille. Si ses sœurs semblaient aussi importantes pour elle alors il allait l'en priver, ni plus ni moins, comme une petite fille prise en faute elle méritait punition après tout.

« Je ne fais que récupérer ce qui me revient de droit. Je ne veux plus te voir après ça, je ne veux plus te parler ni même entendre le son de ta voix, de toute manière cette entrevue n'aurait jamais dû avoir lieu. Je n'ai pas besoin de toi pour trouver Alice, une autre pourra le devenir, c'est une quête qui se fera sans toi puisque tu l'as décidé ainsi. »

Agiter l'une des plus grandes craintes de l'ancienne poupée, celle de l’obsolescente et de l'inutilité, lui faire comprendre qu'elle comptait bien moins qu'une simple poupée de chiffon.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Dream
We all are living in a dream but life ain't what it seems. Oh everything's a mess. And all these sorrows I have seen they lead me to believe that everything's a mess. But I wanna dream. Leave me to dream... ⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1481-ainsi-font-les
Queen A. Crimson

avatar
En réalité, je suis
Shinku
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Videuse au Rabbit Hole
☂ Camp : Je suis mon propre chemin.
☂ True Love : Nous pouvons nous aimer sans qu'il y ai de véritable amour

☂ Avatar : AnnaSophia Robb
© Crédit : Jane [vava] | anaëlle [sign]
MessageSujet: Re: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   Mer 1 Juin - 18:05





Play the game ...

Loveee ♥

Tous ces espoirs qu'il avait placé en elle en si peu de temps avait été comme un énorme poids sur ses épaules. Elle avait senti comme tout la terre sur elle. Comme si elle devait supporter le monde entier. Elle avait eu la sensation d'être le dernier espoir de son père qui se trouvait juste en face et finalement ça avait été le cas. Elle avait été son tout dernier espoir, son seul et unique espoir. Et le briser ainsi avait été un choix si difficile pour Queen. Un choix qui lui avait fait mal autant qu'à lui mais aussi à elle. Elle souffrait de lui avoir dit la vérité de la sorte. Au fond elle n'avait pas voulu tomber sur lui. Ce n'était pas ce qui été prévu dans son plan. Elle avait simplement appelé un collègue de travaille pour lui poser une simple question par rapport à son amie. Juste une simple question. Elle ne s'était en aucun cas préparer à tomber sur celui qui l'avait crée de toutes pièces, sur celui qu'elle aimait énormément et qui l'avait chérie plus que ses autre sœurs. Celui qui l'avait inventé et qui l'avait faite aussi belle qu'elle pouvait l'être désormais. Celui qui lui avait donné vie en lui donnant un bout de son cœur. Elle faisait partie de lui grâce à ce bout de cœur, à cette pierre, cette Rosa Mystica. Depuis tout ce temps, depuis qu'il avait décidé de les mettre toutes dans ce jeu plus que cruelle, c'était le seule lien réelle, unique qu'elle avait toujours avec la personne en tant que père. Parce que après le lien avec son créateur elle en avait plein. Tous son corps était une sorte de lien avec celui qui l'avait crée. Mais leur père, l'être humain qui se cachait derrière le marionnettiste, c'était seulement ce bout de cœur. Le cœur de leur père était en elle et Shinku avait toujours fait en sorte d'en prendre soins. C'était pour elle plus que obligatoire, une chose si fragile et si facile à briser. D'accord c'était en priorité ce qui leur permettait à toutes de vivre comme des humains. Ce qui permettait aux Rozen Maiden de se mouvoir, de parler, d'avoir une consciente, une âme. La Rosa Mystica leur permettait tout cela, de ressembler presque trait pour trait à des humains même s'il leur manquait à tous le corps en lui même. Un corps fait de chaire et d'os et non d'un corps fait d'argile Mais c'était avant tout un cœur, ou plus exactement une partie de cœur de leur père. De celui qui les avait chérie un moment donné dans leur vie avant de les placers de côté pour fabriquer une nouvelle poupée. De celui qui n'était et restait qu'un simple être humain brisé de par son cœur, de par toute son âme. Alors ce bout de cœur qu'elle pouvait avoir à l’intérieur de son corps, elle devait en prendre soins. Ne pas le briser encore un peu plus qu'il ne pouvait être, faire en sorte qu'il reste toujours entier et que rien ne lui arrive. C'était ce que Shinku avait toujours pensées, toujours fait.

Jusqu'à aujourd'hui. Elle avait comme échoué à cette mission, pourtant si importantes à ses yeux. Elle avait brisé le peu de cœur que la personne en face d'elle pouvait avoir encore à l’intérieur d'elle. Elle pouvait le sentir au fond d'elle aussi comme une sensation étrange. Elle pouvait le sentir mais très clairement le voir aussi sur son visage puisque que le sourire sincère de Niels qui avait tout bonnement disparut de son visage. Laissant place à l'incompréhension sur le moment. L'ancienne poupée se sentait extrêmement mal de lui avoir dit les choses de la sorte. De lui briser son cœur, de lui priser une partit de son âme, de le briser tout entier. Elle aurait très certainement dire ce qu'elle pensait réellement d'une autre manière. Elle aurait pu être plus douce, amener ce sujet si délicat doucement et progressivement. Oui, elle aurait sans doute du faire cela comme ça, mais c'était trop tard pour revenir en arrière à présent. Ses paroles avaient été prononcer et elle ne pouvait pas les annuler, les révoquer. C'était trop tard et personne n'avait encore trouver le moyen de revenir en arrière de remonter le temps. Elle était entrain de se toucher les mains parfaitement manucurer. Elle était quelque peu nerveuse, encore jamais la jeune femme ne s'était trouvée dans un état pareil que maintenant. Elle avait toujours eu pour habitude, la plus par du temps, de pouvoir contrôler la situation. Pourtant elle se sentait complètement démunie face à son père, face à ce créateur comme une enfant qui avait été pris en faute, comme une enfant pas haut comme trois pommes qui se trouvait en face de ses parents. Une enfant qui dépendait encore totalement d'eux. Ce qui n'était pas exactement le cas. Depuis bien des années maintenant elle avait réussit à s'en sortir seule comme une grande fille. Elle avait réussit à vivre par ses propres moyens parfois. Elle arrivait à devenir une grande poupée même si elle dépendait de temps en temps encore d'un médium pour simplement utiliser ses pouvoirs. Elle arrivait à s'en sortir toute seule pour la plus par des choses, sans que son père n'est à intervenir, sans que son père n'est à être au près d'elle à chaque instant ou elle avançait. Même si Rozen, de lui même, n'avait jamais voulu être là pour venir l'aider, ou aider n'importe quelles autre poupées. Il n'avait jamais été là pour les aider chacune à avancer dans ce qu'on pouvait appelé tout bonnement, la vie. Il n'avait jamais été à chaque pas qu'elles pouvaient bien faire. Et au fond, peut-être que c'est ce qui avait pu manquer à Shinku pendant ces dernières années. Il avait été là seulement au tout début et encore pas très longtemps non plus. Il les avait laisser à l'insu d'elle même. Toutes seules chacune de leur côté. Queen avait tout fait pur se montrer digne de lui pensant qu'il pouvait les regarder de là ou il était. Pensant qu'il surveillait tout de même chacun de leurs gestes pour savoir si l'une d'elles allait faire un pas de travers ou non.

Elle ne savait pas quoi die de plus. De peur de dire encore une fois quelque chose de travers. Elle lui avait tout dit, tout mis sur un plateau d'argent sur le fait qu'elle n'en pouvait plus, qu'elle ne voulait plus se battre pour ainsi devenir la petite fille parfaite que son père pouvait bien rechercher pour lui comme pour le monde entier. Elle aurait du lui dire plus doucement ou alors ne pas le dire du tout. Se ne serait pas mentir si elle n'avait rien dit sur le fait qu'elle ne voulait pas jouer le jeu. Elle aurait simplement tu, elle aurait jouer au roi du silence mais en aucun cas elle n'aurait mentis. Elle aurait du s'arrêter au moment même ou elle avait qu'elle n'était pas devenue Alice. Qu'elle n'avait pas eu encore simplement le temps puisque la malédiction était arriver pendant la bataille. Elle aurait du lui dire que ce n'était clairement pas sa faute cette fois-ci. Qu'elle avait été prise à dépourvue par cette énorme nuage violet qui leur avait foncé dessus sans prévenir. Il aurait pu comprendre, du moins elle aurait pu l'espéré très fortement. Lui dire qu'elle n'avait pas eu le temps et qu'elle ne savait pas si le jeu pouvait reprendre dans cette étrange ville qui était Storybrooke. Elle ne savait pas si ses sœurs, si les autres poupées se trouvaient également ici. Elle ne savait pas si elle était toutes réveillées, toutes devenues plus humaines les unes que les autres. La seule chose qu'elle savait c'était que le jeu ne commencerais si et seulement si toutes les poupées étaient réveillées. C'était comme la première règle du jeu d'Alice. La première règle que le magicien Laplace avait expliquer à toutes les poupées Rozen Maiden. C'était comme tout simplement le top départ d'un jeu des plus cruelle que Shinku avait pu connaître. Se n'était pas forcément tuer une personne qui lui proposait réellement problème. Après tout elle en serait très certainement capable si une personne ose toucher à sa famille, à ses proches, elle serait sans pitié. C'était assez dure à penser mais pourtant elle savait qu'elle en serait très certainement capable. Mais lui demander de tuer ses sœurs … Non. Elle ne pouvait pas le faire. Elle en était et en serait toujours incapable de faire une chose pareille. C'était bien trop lui demander, bien trop dure pour elle de le faire. Tuer ses sœurs c'était en même temps tuer une partie d'elle et Shinku ne pouvait pas le supporter. C'était bien trop dure à supporter à réaliser. Elles étaient devenue sa famille en quelque sorte, une partie d'elle et elle les aimait toutes pour autant. Même si Suiginto … une genre d’exception à la règle. Elle était partagé à se sujet. Elle avait envie de lui mettre une bonne raclé, lui montrer qu'elle méritait toutes autant de devenir la petite fille prodige et que l'amour qu'elle avait autant pour leur père n'était et ne ferait pas tout. Pour Queen, Suiginto était l'une des seule qui ne pouvait pas devenir Alice. Parce qu'elle était trop imparfaite à ses yeux. Surtout lorsqu'on pouvait voir les craquelures qu'elle avait au niveau de son dos. Alice n'avait aucune cicatrice, Alice avait la peau lise et douce. Alice était parfaite et Suingto n'était qu'une simple poupée de chiffon. Pourtant malgré cela Shinku se refusait de se battre contre elle, elle ne le voulait parce que même si elle ne l'avouerait jamais, l'autre poupée restait un membre de sa famille. Même si elles ne s’appréciaient pas réellement, elle avait le même père le même créature.

Queen avait sursauté en attendant le poing de son père taper dans l'un des casiers qui se trouvait juste à côté d'eux. Elle avait vu son visage se durcir à nouveau et elle savait parfaitement qu'elle avait brisé complètement. Pourtant elle essayait à son tour de rester assez calme. De ne pas bouger d'un seule cheveu, de garder un minimum de contenance alors que pendant tout ce temps, la tristesse était entrain de venir l'envahir de l’intérieur, de la ronger un peu plus surtout lorsqu'elle entendit les paroles de son vis à vis. C'était comme un couteau qu'on lui avait planté directement en pleins cœur. Elle se retenait de ne pas lâcher une seule larme car elle se devait se montrer forte. Elle savait que ce qu'elle avait dit, avait extrêmement déçu son père. Elle l'avait prédit et ses paroles ne venaient que confirmer ce fait. Il était déçu, elle en avait pleinement. Elle n'était pas digne d'être considérer comme sa création et donc par conséquence de devenir Alice. En plus d'avoir briser son père ce qui est une chose que même l'ancienne poupée ne pourrait jamais se pardonner, elle était entrain de se briser elle aussi. Elle était entrain de briser le petit cœur qui lui avait donné pou la faire vivre. Elle était entrain de briser l'une des promesses qu'elle s'était elle même faite. Ses paroles étaient dure comme du béton. Elles étaient sans piter et venait encore plus détruire Shinku de l’intérieur. Oui, elle savait parfaitement que ce qu'elle venait de faire serait très certainement impardonnable et que même le temps ne viendrait pas effacer cette plaie, ce trou béant qu'elle venait de crée dans le peu de cœur que lui restait son cœur. Même le temps ne viendrait rien arranger, elle le savait parfaitement. Ce qu'elle venait de faire aller rester graver jusqu'à la fin et pour toujours. Mais lui aussi n'était pas très doux envers elle … Il pouvait dire tout ce qu'il voulait à son sujet. Qu'elle était une poupée imparfaite, une simple poupée de chiffon. Qu'il n'aurait très certainement jamais du la créer, jamais placer autant d'espoir en elle. Il aurait pu lui dire qu'elle n'était plus rien maintenant, qu'elle était qu'un simple tas de pièces assemblées les unes aux autres. Qu'elle n'était plus rien mais jamais, jamais il n'aurait du dire que l'amour qu'elle éprouvait pour lui n'était que mensonge et qu'il ne valait mieux qu'elle ne le lui dise pas maintenant et encore moins demain. Jamais. Elle refusait de l'entendre venant de sa propre bouche. Bien sûr qu'elle savait ce que le mot amour voulait dire. Elle le savait parfaitement. L'amour c'était savoir ce sacrifier pour ceux qu'on aime. C'était même lui qui lui avait appris lorsqu'il avait été que tous les deux à la fin de sa création. Mais elle l'aimait autant lui qu'elle pouvait aimer ses sœurs. C'était une choix bien trop dure que de choisir entre toutes les personnes qu'on aime le plus au monde. C'était un choix impossible à faire, en tout cas un choix impossible à faire pour la jeune femme. Elle avait essayé plusieurs fois de le couper. Lui dire qu'il se trompait complètement à son sujet, qu'il ne la connaissait donc pas aussi bien qu'il pourrait le penser. Elle avait voulu mais les mots étaient restés coincé dans sa gorge qui était nouée face à toutes les émotions qu'elle pouvait ressentir en ce moment même. Elle n'avait pas pu lui dire un seule mot. Elle se sentait à la fois si étonné et si déçu .. Déçu d'elle même et en même temps déçu de son père.

Elle savait qu'il avait raison sur plusieurs points, elle savait qu'elle n'avait pas été très douce mais les paroles qui lui avait dit, la blesser bien plus qu'elle ne pouvait se l'imaginer. Pourtant elle avait comme la sensation qu'il avait exactement choisis les bon mots pour toucher là ou cela pouvait faire mal. Queen en était complètement persuader. Le regard quelque peu baisser, elle n'osait pas le regarder complètement dans les yeux. Elle fixait un point derrière lui, un point invisible alors qu'elle revenait à relever la tête avec un sourcil quelque peu remonter lorsqu'elle avait vu la maint de son paternelle se tendre vers elle. Elle savait parfaitement qu'il ne voulait pas qu'elle lui prenne simplement le mains pour qu'ils aillent se balader je ne sais où ensemble. Non, elle n'était pas stupide non plus. Alors qu'est-ce qu'il voulait bien lui demander en faisant un tel geste ? Mais la réponse ne tarda pas à arriver alors que Shinku se raidit automatiquement en entendant les dire de la personne en face d'elle. Elle porta automatiquement une main au niveau de son cœur, l'endroit exacte ou pouvait se trouver la Rosa Mystica que son père pouvait lui demander. Elle avait la bouche entre ouverte complètement choquer de ce qu'il pouvait lui demandé alors qu'elle reculait de quelque pas pour s'éloigner de lui. Impossible. Elle devait être entrain de rêver, il n'était pas entrain de lui demander de lui rendre cette pierre qu'elle chérissait trop. Elle était en pleins cauchemar. Rien de tout cela était réel, elle allait se réveiller d'un moment ou un autre. Bien sur que sûre cette pierre lui servait et son père le savait parfaitement. Il voulait utiliser sa pierre pour mieux s'en servir. Elle ne pouvait tout bonnement pas le croire. Il avait tord, elle n'était pas entrain de gâcher le pouvoir de cette petite pierre. Elle s'en servait parfaitement dignement. Pas forcément ce qu'il aurait pu espérer en tant que créateur, lorsqu'il l'avait placé dans le corps encore de poupée de la jeune femme. C'était ce qui lui permettait de vivre lorsqu'elle était encore une poupée. C'était ce qui lui permettait encore une fois de bouger. Ce n'était pas une simple pierre, c'était devenue beaucoup plus pour la jeune femme. C'était une par de son âme. Non. C'était même son âme, celle qui lui permettait de faire celle qu'elle était en ce moment même. Elle était ce qu'elle était grâce à la Rosa Mystica. Le lui la rend était comme lui arracher quelque chose. Elle ne deviendrait qu'une simple coquille vide, une petite fille briser. Une poupée qui deviendrait incomplète. Une simple poupée de chiffon … Tout ce qu'elle avait le plus horreur. Elle en avait peur. Elle avait peur de devenir une poupée de chiffon. Peur qu'on ne l'oublie définitivement et que au fond personne ne la regrette derrière …

« Je … Pourquoi ? »

C'était tout ce qu'elle arrivait à dire. Elle ne comprenait pas pourquoi il lui demandait cela ou en tout cas elle essayait de ne pas comprendre. C'était bien trop dure pour elle. Elle baissa un peu la tête pour regarder l'endroit où ses mains se trouvaient toujours. Qu'est-ce qu'elle devait faire ? Elle ne savait pas du tout. Son regard passait de ses mains à elle à la main de son vis en vis qu'il tendait toujours dans sa direction devenant quelque chose de plus en plus oppressant. Elle avait quelque peu l'impression de ne plus pouvoir respirer. D'être entrain de suffoquer complètement alors que son cœur était entrain de s'accélérer. Elle pouvait le sentir au niveau de ses mains. Les mots qu'il était entrain de lui prononcer étaient terribles. Elle ne savait pas combien de temps elle allait pouvoir se retenir de ne pas s’effondrer. Elle avait mal au cœur, elle ne se sentait pas très bien. Elle se sentait fatiguée tandis qu'elle fermait quelque peu les yeux pour ne pas lâcher une seule larme. Elle ne devait pas paraître faible face à son père, elle l'avait déjà assez fait souffrir comme cela, elle l'avait déjà assez déçu. Elle ne le décevrait que encore plus si elle venait à se mettre à pleurer. Elle serait une lâche qu'une jeune femme bien trop fragile et Niels s'en ferait très certainement une joie de le faire remarquer à voix haute. Il n'avait pas tord. La Rosa Mystica était quelque chose qui lui appartenait en premier lieux. C'était un bout de son propre cœur et Shinku en était pleinement consciente. Pourtant, il lui en avait fait cadeau lorsqu'il l'avait mis à l’intérieur d'elle. Maintenant cette pierre lui appartenait. Elle était désormais à elle, et Rozen n'avait plus vraiment d'emprise sur elle. Shinku pouvait en faire bien ce qu'elle voulait et par se fait la protégé comme la chose la plus précieuse qu'elle pouvait avoir. Elle ne voulait pas le croire, bien trop dure pour la poupée, lorsqu'il disait qu'il ne voulait plus jamais la voir après qu'elle lui est rendue la pierre. Elle hésitait. Elle ne savait pas si elle devait réellement lui rendre. Elle voulait la garder bien évidemment mais décevoir encore une fois son père était un choix d'autant plus difficile. Elle se sentait extrêmement coupable et peut-être lui rendre la Rosa Mystica comme il le voulait pourrait adoucir quelque peu la haine et le dégoût qu'il pouvait éprouver à l’égard de la jeune femme puisqu'elle lui aurait obéit une dernière fois avant de ne plus jamais le revoir de toute son existence.

Elle écarta quelque peu les mains de sa poitrine tandis qu'une lumière quelque peu rouge commençait à s'illuminer au niveau de sa poitrine. Petit à petit elle devenait de plus en plus forte, laissant sortir pour une fois depuis des semaines la Rosa Mystica de Shinku. Elle était brillante de mille feu, aussi claire que possible. Des cercles rouges se trouvaient tout autour d'elle tournoyant sur eux même. Elle se trouvait entre les mains de Shinku qui la regardait avec ses yeux qui commençaient à briller. Elle hésitait, elle … Non. Non, elle ne pouvait lui donner comme cela. Elle n'avait pas le droit de le faire, elle se refusait. Réalisant ce qu'elle s'apprêtait à faire sous le coup de la tristesse qu'elle pouvait ressentir envers son créateurs, Queen lui tandis un regard la bouche entrouverte. Elle regarda son regard, elle regarda sa main qui était toujours tendus sans doute prête à attraper cette petite merveille. Elle ne pouvait pas, elle se l'interdisait. D'un seul coup elle replaça ses mains sur sa poitrine baisant la tête en fermant les yeux tandis que la pierre revenait d'elle même à l'intérieur du corps de la blonde. Elle ne pouvait pas lui donner. Elle avait autre chose à faire bien avant de lui donner. Elle était plus forte que ce qu'il pouvait bien penser et elle n'abandonnerait pas aussi facilement que cela. Il ne suffisait pas de lui demander de lui rendre sa pierre pour qu'elle obéisse sur le champ. Elle avait déjà commencer à désobéir. Elle avait déjà pas respecter les règles alors un peu plus ou un peu moins … Elle releva le regard vers son père qui se trouvait en face d'elle. Elle le regarda droit dans les yeux, elle n'était pas faible. Elle allait se montrer digne de ses actes, elle n'allait pas se défiler comme cela. Il en était hors de question tout simplement. Elle avait le regard dure avant de prendre la parole la première.

« Non … Non je ne peux pas vous rendre la Rosa Mystica. Elle ne vous reviens pas de droit, puisque vous me l'avez donné le jour où vous m'avez donné la vie. J'en suis navrée père mais je ne peux pas vous la rendre parce qu'il faut que je reste en vie pour pouvoir … Pour pouvoir protéger mes sœurs. Parce que bien au contraire de ce que vous pensez, je sais ce que le mot aimer veut dire. C'est faire passer les besoins des autres avant les notre et c'est exactement ce que j'ai l'intention de faire avec les autres Rozen Maiden. »

Elle devait tout faire pour les protéger. Et si un jour il faut qu'elle donne sa vie pour pouvoir en sauver une autre. Soit très bien … Elle le fera sans aucun regret parce qu'elle aura été au bout de sa quête. Elle aura fait le maximum pour l'une de ses sœurs et elle ne pourra pas le regretter. Dans n'importe qu'elle cas, elle voulait être la pour les autres Rozen Maiden. Elle en avait que faire de ce que pouvait bien penser son père qui se trouvait en face d'elle. Pour une fois, elle allait prendre sa vie dans ses propres mains et tracer son propre chemin comme elle le voulait. Sans que personne autour d'elle ne vienne la contre dire sur ses choix, lui dire ce qu'elle doit faire ou non. Si c'est bien ou n'est pas bien. Il n'y avait qu'elle qui pourrait décider dorénavant. Peut-importe se que son père pouvait lui dire maintenant ou plus tard. Au fond, elle n'avait certainement pas énormément de comptes à lui rendre. C'était lui qui avait décidé de les abandonner à leur propre sort tandis qu'elles devaient se battre pour pouvoir survivre. C'était lui qui avait fauter en premier, et non l'inverse. Elle n'avait pas forcément été très douce envers lui mais elle n'avait pourtant rien n'a réellement se reprocher. C'était lui qui se brisait de jour en jour et non le choix que Shinku avait fait. Quand est-ce qu'il allait vouloir le comprendre ? Très certainement jamais. Il allait tout simplement rester sur ses positions, trop sur que son choix de les abandonner était la meilleur chose à faire pour avoir la petite fille parfait dont-il rêvait tant depuis tout ce temps. Qu'il rêvait tant en construisant, réalisant les sept Rozen Maiden. Au fond Shinku ne savait pas du tout à quoi elle pouvait réellement ressembler et pourquoi avait-il dans son esprit créer une petite fille aussi parfaite. D'où elle pouvait prévenir. Cela restait un grand mystère et elle pensait sincèrement qu'il n'allait pas lui répondre si elle oserait simplement lui poser la question.

« Navrée père, mais je pense que seule moi peut réellement dire si je vous aime ou non. Et vous allez très certainement me détester si je vous le dire mais je vous aime et c'est un fait. Mais j'aime tout autant mes sœurs que je ne pourrais faire un choix entre vous ou elles. C'est bien trop me demander. Je pense qu'une petite fille parfaite passerait le besoins de sa famille avant les sien et c'est exactement ce que je suis entrain de faire avec mes sœurs. Je ne ressemble très certainement pas sur beaucoup de point à la petite fille parfaite que vous espérez temps depuis bien longtemps. Mais vous savez parfaitement que de toute manière aucun être humain ne peut être totalement parfait. Ceux sont aussi nos défauts qui font ce qu'on est. Et je suis moi. Shinku la cinquième poupée Rozen Maiden et je ne pourrais jamais ressembler trait pour trait à Alice. Surtout si je ne sais même qui elle est et d'où vient-elle … »

Elle ne pouvait pas ressembler, ou essayer de ressembler à une personne dont elle connaissait que simplement le nom. Elle s'était plusieurs fois imaginée Alice mais jamais elle ne savait si sa vision était exactement la même que son père pouvait avoir. Cela rendait directement la tâche beaucoup plus difficile …


∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Will you hold me tight and not let go ?
Symphony ... ⊹ And now your song is on repeat and I’m dancin' on to your heartbeat. And when you’re gone, I feel incomplete. So if you want the truth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1805-terminee-je-vo
Niels Mørck

avatar
En réalité, je suis
Rozen
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Animateur à la garderie le jour & recruteur de show pour le Rabbit Hole la nuit
☂ Camp : Oh bad
☂ True Love : Love is pain, well Puppet, let's hurt tonight

☂ Avatar : Calvin Harris
© Crédit : Lux Aeterna
MessageSujet: Re: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   Mar 7 Juin - 18:48




Connaître la faiblesse de sa création n'était pas une chose très difficile, Niels avait eu Queen à ses côtés lorsqu'elle avait ouvert les yeux et elle était resté avec lui un certain temps, il se souvenait avec exactitude de la petite conversation qu'il avait eue une fois. Celle qui lui avait fait dire que Shinku, aussi parfaite qu'elle puisse être avec sa beauté sans pareil, n'était pas la poupée qu'il avait souhaité et celle qui pourrait devenir la petite fille-modèle. Elle avait osé dénigrer l'une de ses sœurs et plus précisément la première, sachant pour sa part que jamais Alice n'aurait fait une telle chose et qui lui fit ainsi dire que la poupée n'était pas celle qu'il recherchait, tout ça à cause des craquelures qui étaient présentes dans ce dos fragilisé. Le marionnettiste avait éprouvé une forme de pitié pour sa première création à cet instant, il avait voulu lui réparer mais c'était prendre de trop gros risques dont celui de perdre ce qu'il avait mis tant de temps à construire et peut-être ce morceau de cœur qu'il lui avait offert, mais pourtant il n'avait jamais pensé que Suiginto ne valait moins que ce que sa création face à lui aujourd'hui avait pu sous-entendre. Il avait tant vanté la valeur de la perfection qu'il avait oublié d'enseigner ce que ceci voulait dire, sans voir sur l'instant que l'existence de tels pantins n'était en aucun cas identique à celui d'être humain, savant parfaitement à cet instant qu'il était trop tard pour que la poupée vêtue de rouge ne puisse comprendre. Elle avait en horreur tout ce qui était de l'ordre du dysfonctionnement ou d'une imperfection, il n'y avait qu'à voir la tête qu'elle pouvait faire lorsqu'il venait réparer certains jouets sans vie même s'il elle ne disait aucun mot, c'est pourquoi Niels savait qu'il devait appuyer sur ce point-là pour la chambouler et par extension ainsi pouvoir jouer sur ce point. Il fallait connaître la faiblesse des autres pour pouvoir en jouer, mais surtout connaître encore plus les siennes pour pouvoir s'en prévenir, une manière comme une autre de venir obtenir ce qu'il voulait. Il n'était jamais dans la force ou la violence mais la manipulation, un art beaucoup plus divin et noble à son goût qui apportait plus souvent que l'on puisse croire ses fruits, tandis qu'il restait toujours la main tendue pour récupérer ce qu'il jugeait lui revenir de droit.

La pierre qu'il avait utilisée pour animer ses créations se trouvait être en réalité un bout de son cœur, il s'était fissuré à la perte de son enfant et il avait fini par se briser à cause de son propriétaire qui l'avait maltraité pour essayer d'enlever ce mal qui l'assaillait, depuis Niels se trouvait être dans l'incapacité de ressentir certaines émotions. Le morceau qu'il avait gardé en lui n'avait fait que se noircir, comme un doux poison qui pourrait le tuer à petit feu, s'en contentant allègrement et faisant de lui ce qu'il était aujourd'hui. Avant que son cœur se trouve ainsi dispersé il n'était pas ainsi, juste un père aimant qui aurait fait n'importe quoi pour voir le sourire de sa petite fille même si dans un sens ce point-là n'avait pas changé, le temps et les déceptions accumulés ainsi que d'autres épreuves l'avaient fait évoluer. Mais il ne s'en préoccupait pas. Il avait des objectifs à accomplir où il ne viendrait reculer devant rien ni personne, qu'importe qu'on lui dise à quel point c'était impossible car son ambition démesurée ne lui offrait aucunement la même vision d'une situation, quoi qu'il puisse se passer il obtiendrait ce qu'il voulait un point c'est tout. Et en cet instant ce qu'il souhaitait c'était récupérer ce morceau de cœur qui n'aurait jamais dû quitter sa poitrine, pas en tout cas pour en faire un tel gâchis sans nom, mais il lui trouverait très vite une autre utilité une fois que Queen lui aurait donné. Qui disait nouvel éclat disait nouvelle possibilité de créer un réceptacle à sa hauteur, une poupée qui cette fois ne pourrait pas le décevoir comme elles l'avaient toutes faites jusqu'à présent, ou même trouver comment ses créations pouvaient réussir à débloquer autant de pouvoir avec. En y réfléchissant bien ce n'était peut-être pas à elles de rassembler chaque bout, dans le but primaire de voir l'avènement et la renaissance de sa fille car il était persuadé depuis le temps que le cœur renfermait une mémoire et une âme, si comme Shinku elles refusaient de se battre alors il n'aurait d'autres choix que d'agir lui-même. Oui. C'était peut-être ça en fin de compte la solution à toute cette histoire, qui n'avait à son sens que trop durée et dont la patience venait avec l'intervention de la jeune fille être mise à rude épreuve, il n'en pouvait plus d'attendre et à ce rythme il arriverait au bout de sa vie sans avoir vu sa chère Alice.

Niels fixait Queen déterminé à ce qu'elle lui rende ce qui lui appartenait, toujours avec ce masque figé qui se voulait bienveillant mais qui n'était là que pour dissimuler le fait qu'il ne ressentait tout bonnement rien, il aurait presque pu avoir un léger rire en voyant à quel point l'ancienne poupée se montrait si docile en pouvant voir progressivement ce morceau de cœur sortir de sa poitrine. Mais en le voyant ainsi c'était étrange. Il y avait comme une sorte de résonance qui se faisait à l'intérieur de lui, comme si les deux éclats arrivaient d'une certaine façon à s'identifier l'un et l'autre ce à quoi il s'attendait aussi, mais aussi une forme de répulsion qu'il n'arrivait pas à décrire. Comme si c'était là un aimant. Ils s'attiraient tout en se repoussant à la fois, lui offrant une désagréable impression qui lui coupait un peu le souffle, s'apprêtant à devoir prendre le bout lui-même s'il le fallait et le pousser au plus profond de ce trou béant où aurait dû se trouver un cœur si ceci pouvait arrêter toute cette sensation qui le désorientait. Le marionnettiste essayait de comprendre alors qu'il y avait entre les mains de sa création cette lueur caractéristique, ne pouvant réussir à quitter des yeux cet objet en quelque sorte qu'il n'avait pas revue depuis des années, n'y voyant qu'une demie-logique qui dans un sens lui échappait. L'attirance Niels n'en doutait pas, c'était son cœur qui pouvait chercher à se recoller d'une certaine façon, mais l'hostilité qui s'en dégageait en revanche le perdait. Comment une chose qui était à lui pouvait autant le rejeter ? La sensation disparue tout d'un coup alors que Queen remit en place en elle la pierre, posant ses yeux dans les siens, se tenant le plus stoïquement possible sans rien laisser paraître par ce trouble apparu quelques instants. Et en décortiquant les mots de la jeune fille il comprit. Il n'avait plus aucun droit sur les morceaux de pierre qu'il avait donnés, encore moins si une poupée n'était pas d'accord pour lui rendre, il avait perdu son droit sur eux le jour où il les avait offerts pour donner la vie. Sur l'instant il ne savait pas quoi dire, digérant cette information et tentant de trouver un autre angle de vue comme il savait si bien le faire pour trouver une autre explication mais rien ne semblait autant concorder, s'il voulait reprendre ce qui lui revenait de droit normalement il lui faudrait intervenir de manière frontale. Le seul moyen de venir réunir chaque morceau se trouvait être ainsi dans ce jeu qu'il avait lancé, le même qui se trouvait être au point mort pour son plus grand désespoir, c'était le seul moyen de retrouver Alice et il avait cette sensation d'être au pied du mur ou de s'être fait avoir. C'était l'unique chemin, le même qui se trouvait être bloqué, tout ce qu'il pouvait faire c'était attendre toujours et encore.

Baissant sa main tendue toute sa concentration se trouvait tournée vers Queen, rien n'aurait plus le perturber en cet instant, Niels y décelant cette force intérieure qui lui avait donné par le passé tant d'espoir quant à la perfection qu'il recherchait. Il voyait en elle cet instinct de protecteur qu'il avait pu avoir dans le passé, ce sentiment que de se lier aux autres et de tout faire pour en prendre soin, il lui avait offert sans le savoir et lui l'avait perdu en contrepartie. Comment aurait-il pu sinon venir accepter une telle proposition ? Il avait toujours été fier de ses créations, il les avaient toutes chéri du mieux qu'il le pouvait, et ceci même avant qu'il ne vienne créer ses sept poupées si particulières. Ces mêmes dernières qu'il avait placées dans un jeu mortel pour elle, sans se soucier de leur sort une seule seconde, ne ressentant plus aucun attachement tant il était aveuglé par son objectif. À l'époque lorsqu'elles ouvraient les yeux il arrivait à les considérer comme ses propres filles dans un sens, elles n'étaient pas humaines certes mais elles avaient une âme ainsi qu'un cœur pour aimer, mais dorénavant ce n'était plus le cas. Des simples créations capricieuses qui lui donnaient pas ce qu'il voulait, qui venaient se rebeller contre sa volonté et son seul souhait, car à mesure qu'il pouvait offrir la vie et un cœur à ces petites c'était tout bonnement les siens qu'il était en train de perdre. Mais il refusait de tout arrêter ou de faire machine arrière. Niels avait trop souffert pour décider de tout abandonner, surtout lorsqu'il avait le moyen d'intervenir d'une manière ou d'une autre, il n'avait pas enduré tout ceci par plaisir et sa vie n'avait été faite que de sacrifices dont il voulait enfin avoir la récompense de ce dur labeur. C'était peut-être égoïste de sa part, ceci il le savait parfaitement, mais il était fatigué de continuer à en faire sans avoir le moindre petit baume ou quoi que ce soit. Il en avait assez. Tandis que Queen continuait à lui tenir tête, comme si elle avait oublié à qui elle devait la vie après tout, lui faisant serrer les mains sous une colère sourdre. Tout ce qu'il voulait ce n'était plus l'entendre, qu'elle arrête de parler ainsi et d'avoir un regard aussi défiant envers lui, ne plus l'entendre dire qu'elle pouvait l'aimer comme elle le faisait. Parce qu'il avait presque cette impression de la voir elle, la ressemblance entre Shinku et sa fille s'était faite inconsciente quand il l'avait fabriqué, tout en sachant pertinemment que justement ce n'était pas Alice justement mais bien une simple poupée qu'il avait modelé.

« Tais-toi. Je ne veux plus t'entendre parler, alors tais-toi. »


Mais la jeune fille continuait à parler, lui expliquant son point de vue dans toute cette histoire, Niels ne voulait aucunement de son côté qu'elle puisse prononcer des mots comme ''aimer'' et surtout pas à son encontre. Parce que c'était dur dans un sens de la voir si proche et en même temps si loin de ce que sa fille était, si semblable mais si différente à la fois, il ne voulait plus s'accrocher à aucune de ses créations mais uniquement à la gagnante du jeu mortel en place. Il ne pouvait pas autant venir se disperser, il n'était pas sûr que le peu de cœur qui pouvait lui rester puisse le supporter, surtout pas en voyant le sort qui pouvait les attendre. Une colère qui au fond ne faisait que croître quand Queen lui parlait de sa petite fille-modèle, du moins de la vision qu'il pouvait en avoir, mais surtout au moment même où elle prononça ce prénom qui ne faisait que remuer un peu plus le couteau dans la plaie déjà trop saignante. Bien sûr qu'il savait que les humains n'étaient pas parfaits, c'était même le plus intéressant chez eux et il les avait beaucoup observés en s'en amusant, c'était l'une des raisons pour laquelle il voulait que ses créations s’entre-déchirent.  Elles si parfaites, au corps immortel et réparable, qui ne connaissaient rien à la vie. Des poupées sans le moindre défaut. Il avait créé des êtres qui pouvaient sans mal prétendre à la perfection, dans une réalisation si superbement faite qu'on aurait pu croire de vraies petites filles si leurs articulations sphériques ne les trahissaient pas, sans aucune forme de souillure aucune. Ce n'était pas ce qu'il voulait et il l'avait réalisé au bout d'un moment, après les avoir toutes construites et la raison pour laquelle il s'en était arrêté à sept, si une d'elles devait devenir une vraie petite fille il fallait qu'elle connaissance les ténèbres et tout un tas de sentiments qu'il ne pouvait leur apprendre. Pour devenir humaine. En prononçant ces mots Queen ne faisaient qu'agiter devant Niels son échec du passé, elle savait sans en avoir conscience son but et il ne pouvait en aucun cas lui révéler sous peine de fausser les choses, alors que pourtant il se trouvait face à une jeune fille et non un être fait d'argile. Il aurait dû s'en réjouir, parce qu'il avait trouvé dans un sens ce qu'il cherchait, mais il n'y arrivait pas. Il avait cet espoir qu'en rassemblant les morceaux de cœur la mémoire contenue à l'intérieur s'activerait, que sa fille par ce procédé pourrait revenir d'une certaine façon ou du moins son âme, comme si le temps ne les avait séparés que provisoirement.

« Je te l'ai déjà dit, à toi mais aussi à toutes tes sœurs, tu l'as même si bien résumé. Alice est et sera la petite fille parfaite, personne ne lui arrivera à la cheville, le diamant le plus précieux sur terre. Elle pourra vivre à mes côtés, juste nous deux sans que rien ni personne ne vient interférer, et ce qui n'est possible que si toutes les Rosa Mystica sont réunies. Tu le sais pourtant Shinku, je ne viens même plus compter toutes les fois où j'ai pu te raconter cette histoire, alors pourquoi venir me poser la question si tu as la réponse ? Et je l'attends, toujours et encore, qu'un jour elle puisse arriver... »

Il n'en pouvait plus, chaque jour qui passait était une torture sans nom, mais Niels en avait assez de rester passif surtout depuis que la malédiction était brisée et que ses souvenirs lui étaient rendus. Il avait décidé d'agir, de passer de simple spectateur à acteur, d'obtenir de lui-même la fin heureuse qu'il avait décidée et dont il avait été privé. Le marionnettiste voulait se venger de ce monde qui l'en avait privé, dévoiler l'horreur de la nature humaine en déclenchant une véritable guerre ici dans cette maudite ville de Storybrooke, détruire celles de ces soi-disant héros qui se pavanaient en toute insouciance dans les rues. Il souhaitait que le monde souffre quand il avait souffert, ne comprenant pas comment le destin pouvait accorder le bonheur à certains et pas à d'autres, il allait purger tout ceci dans le feu et dans le sang. Jusqu'à ce que son vœu se réalise il n'aurait de cesse de rendre la monnaie de sa pièce à ces êtres capables de comprendre leur bonheur, qui vivait dans la plus pure des inconsciences en pensant que tout leur était acquis, le moindre obstacle qui se levait devant lui serait détruit sans la moindre compassion. Il n'en avait aucune. Si Queen voulait se soulever contre lui alors soit, c'était là son libre arbitre à l'instant même où elle avait ouvert les yeux, mais elle ne devait pas s'attendre à de la douceur ou du ménagement de sa part comme il avait pu le faire dans le passé. Comme lorsqu'il la prenait doucement dans ses bras pour éviter qu'elle ne se fatigue trop vite, la serrant dans ses bras pour la rassurer lorsqu'elle voyait un chat qui venait l'effrayer, lui faire tant de compliments qui ne faisaient que refléter l'espoir qu'elle lui offrait d'avoir peut-être enfin pu accomplir son objectif. Ce temps était révolu. Il n'avait ni l'énergie ni l'envie de se montrer paternel pour une personne qui n'agissait pas comme il le voulait, l'ancienne poupée en agissant de la sorte ne faisait qu'attiser malgré elle une forme de mépris de la part de son créateur, une ingratitude d'une certaine manière qui ne méritait à aucun moment d'être récompensé. Elle sous-entendait qu'elle n'avait aucun compte à lui rendre alors lui non plus, encore moins ce qui concernait Alice, si elle l'abandonnait alors il venait en faire tout autant et sans le moindre remords. Elle se trompait si elle se pensait à l'abri sous prétexte que c'était lui qui lui avait donné la vie, ce qu'il avait créé il pouvait sans mal le reprendre justement, il n'en était que plus dangereux au contraire. Il eut un petit rire moqueur à son adresse, faisant craquer quelque peu son cou qu'il venait malaxer d'une main, alors qu'il continuait de soutenir son regard.

« Tu voudrais savoir qui est Alice ? Mais ça aussi c'est une question dont tu connais la réponse, je commence à croire que tu n'étais pas très attentive pour tes leçons ma petite rose pourpre, mais puisque tu insistes alors je vais te le dire. Elle sera la grande gagnante de notre petit jeu, celle qui réussira à réunir les autres morceaux, la seule que je pourrais venir considérer comme étant ma fille car elle aura prouvé qu'elle en était digne. »

Bien sûr qu'il se perçait de douces illusions, c'était plus facile à accepter que la sinistre réalité, mais il était la seule personne à qui il mentait. Le marionnettiste faisait mine de ne pas voir le problème en face, il n'en avait aucune envie de toute évidence, car quoi qu'il puisse dire jamais une poupée et même devenue humaine ne pourrait un jour remplacer sa fille perdue. Jamais. Alors pourquoi ainsi continuer ? Parce qu'il n'avait rien d'autre à part ce rêve si irréalisable, c'était tout ce qui pouvait lui rester de cette disparition à part des souvenirs qui s'étaient vu disparaître le temps d'une malédiction qui lui donnait la nausée, n'étant guidé au fond que part le peu d'amour qu'il pouvait encore en tant soit peu ressentir. Le dernier fil qui le maintenait peut-être encore en vie, qui lui permettait de ne pas s'écrouler et de continuer à avancer malgré toutes les fois où il était tombé à terre, la seule chose qui pouvait avoir du sens et ne pas le laisser abandonner. Niels se fichait pas mal pour ceci de venir entraîner autrui vers leur propre fin, comme c'était le cas de ses poupées dont Queen faisait ainsi partie, du moment qu'il atteignait son objectif le reste n'était que du vent dont il ne faisait aucun cas. Il restait hermétique à la moindre affection extérieure, il ne voulait se lier à personne et juste les utiliser comme des fidèles pantins, au point que les personnes qui pouvaient susciter son intérêt ne se faisaient presque inexistants. L'amour comme l'amitié était des faiblesses qu'il voulait éviter, il voulait le réserver uniquement à sa tendre Alice, mais malgré toute sa bonne volonté et son manque de sentiments ou d'émotions à l'intérieur de lui il y avait de rares personnes avec qui il avait un vrai lien. Mais Shinku ne devait pas en faire partie. Il le refusait. Elle était destinée à tuer ou être tuée, même si le but premier de sa naissance était si loin de cet objectif, et vu qu'elle refusait de venir combattre il n'y avait qu'une des deux solutions qui s'offraient à elle. Elle avait le pouvoir de changer ceci mais refusait de s'en servir, lui paraissant quelque peu aberrant, tout ceci pour l'amour qu'elle pouvait éprouver pour celles qu'elle voyait comme ses sœurs. Bien décidé à jeter les graines de la discorde il fit un ou deux pas en direction de la jeune fille, toujours avec ce sourire en masque qui ne bougeait pas, se penchant un peu comme pour créer une discussion qui se voulait plus intime même s'il n'y avait personne d'autre dans les environs.

« J'accepte le fait que tu ne veuilles pas te battre Shinku, je suis grandement déçu certes mais après tout ça ne sera pas la première fois et je vais m'en remettre, mais le problème tu vois c'est ce que je crois que tu as oublié quelque chose de très important. Comme je l'ai dit seule la gagnante pourra devenir Alice. Alors... dans ces conditions, lorsqu'on vient bien y réfléchir, crois-tu vraiment que l'ensemble de tes sœurs abandonnera le combat pour devenir une sorte de... grande famille ? Dis-moi très honnêtement, est-ce que tu crois vraiment que toutes pourront accepter de faire la paix et de vivre ainsi ? Sans aucune exception ? »

Pas besoin d'être devin pour savoir de qui Rozen pouvait faire allusion, il connaissait le caractère de toutes ses créations mais surtout d'une en particulière, il savait à quel point la petite blonde avait pu blesser l'aîné que ce soit aussi bien par les mots que par les gestes. Suiginto était la première de toutes ses créations et il savait parfaitement qu'elle n'avait jamais vraiment accepté de ne pas lui suffit, qu'il puisse avoir eu d'autres créations après elle, cet ange noir qui avait été la première à accepter ce jeu fatal sans même vraiment sourcilier. Elle voulait être la seule et l'unique, comme elle aurait dû l'être, et à l'avenir le marionnettiste comptait bien jouer sur ce point-là pour la convaincre de continuer à se battre. Il lui suffisait juste de la retrouver, après tous les règles avaient été brisées aujourd'hui alors pourquoi pas, mais Shinku devait comprendre à quel point elle pouvait être une menace pour elle mais surtout pour les autres. Si la jeune fille ne voulait pas se battre pour gagner elle risquait de se battre pour protéger, qu'elle le veuille ou non elle restait d'une manière ou d'une autre dans le jeu qui était inévitable, et l'inévitable se produirait d'une manière ou d'une autre. Tout se fragiliserait pour la poupée vêtue de rouge, cette rose délicate et aux épines si piquantes, elle n'aurait d'autres choix que de devoir agir. Il lui tardait que de retrouver la première pour mettre le feu aux poudres, conscient qu'elle serait la personne adéquate pour ouvrir les hostilités à Storybrooke et montrer d'une certaine manière le chemin que les autres devraient prendre, tandis que le résultat d'un combat entre les deux ne lui importait que peu. Si Suiginto l'emportait il ne lui faudrait que peu de temps pour en faire de même avec les autres, se demandant même si au début elle n'arrivait pas juste à se mouvoir par simple amour pour lui, si c'était Shinku son acte ne ferait que provoquer une sorte de discorde dans un possible groupe même si ça mettrait plus de temps. Niels en était sûr qu'il obtiendrait ce qu'il voulait, encore une fois ce n'était qu'une question de patience, imaginant dans son esprit l'ensemble des scénarios possibles. Il pensa aussi à la petite dernière qui n'aurait pas fini de mettre de l'animation dans cette histoire, son envie était presque aussi insatiable que le sien si ce n'était plus, promesse d'un spectacle des plus divertissantes qui lui était donné de voir.

« Oh, j'oubliais. Tu devrais te méfier aussi de la plus jeune, elle n'a pas toujours un caractère assez facile tu sais, je crois même qu'elle est assez incontrôlable et ceci même pour moi. »

Si Rozen n'avait jamais rien à craindre de ses poupées, le fait d'être leur créateur et surtout leur père lui ayant épargné le moindre mal comme par exemple être la victime de la colère d'une d'elles, il ne savait pas à quoi s'attendre avec cette rose blanche. Elle était aussi insaisissable qu'un fantôme, à l'image de son corps qui ne pouvait avoir qu'une existence à travers le songe des humains, il l'avait faite si différent des autres qu'il se demandait encore si ceci était une si bonne idée que cela. Et puis une création qui n'obéisse plus à son créateur ce n'était pas si rare, il n'y avait qu'à voir les nombres incalculables de films sur le genre dans ce monde-ci, la preuve la plus flagrante se trouvant face à lui. Queen la plus disciplinée de toute lui tenait tête, elle ne voulait plus jouer selon ses règles et voulait en imposer de nouveau, ne pouvant s'empêcher de rire intérieurement en imaginant ceci comme étant une sorte de crise d'adolescence quelque part. Mais Niels n'allait pas rire très longtemps si la situation continuait ainsi, surtout si elle restait aussi bouchée qu'elle l'était, ça il ne pourrait le tolérer. Même si en y réfléchissant quelque part le fait qu'elle s'en aille du chemin de la petite fille si parfaite pouvait l'intriguer dans un sens, comme elle l'avait dit elle-même n'était pas parfaite et en agissant de la sorte elle lui prouvait ses dires, une évolution qu'il aurait aimé observer et étudier si la situation le permettait. Ce n'était pas le cas présentement, pas avec elle en tout cas ou du moins pas dans ses circonstances, même si elle avait la sensation de se détacher il ferait tout pour qu'elle continue de glisser sur le chemin qu'il lui prédestinait même si elle ne s'en rendait pas compte. C'était même mieux. Dans ce besoin de contrôle, d'avoir toujours la mainmise sur tout pour s'assurer que tout allait dans la direction qu'il désirait, il voulait continuer de tirer les ficelles de la videuse même si elle n'en avait pas conscience. Les choses allaient tout de même prendre un sacré tournant amusant, son besoin de jouer n'était jamais assouvi au point qu'il ne pouvait pas y résister ton bonnement, il avait tant hâte que les festivités commencent enfin. À cette vision il s'était calmé, il pouvait même pardonner quelque peu cet écart de conduite de la part de Queen, sa poupée était loin de s'imaginer de ce qu'il pourrait bien l'attendre et il ne pouvait que rire sous cape. Il tendit le bas pour poser sa main contre la joue de la jeune fille, lui caressant légèrement avec son pouce ce visage merveilleux qu'il lui avait sculpté, presque dans un geste attendrissant.

« Gardes dont ta petite pierre précieusement, comme tu l'as si bien dit après tout je te l'ai donné, je suis sûr qu'elle te sera très utile à l'avenir. Dans un avenir qui sera plus proche que tu ne le crois, les choses vont devenir si intéressantes, j'ai hâte de voir ça. Tu peux m'aimer et me détester de toute ton âme, avoir de la rancune envers moi ou que sais-je, mais surtout Shinku ne te met pas en tête de venir me barrer la route. Je vais tout faire pour trouver Alice, que tu sois d'accord ou non, et je n'aurais aucune pitié pour toi si jamais tu voulais m'en empêcher.  Je pourrais presque m'en vouloir de devoir te faire du mal trésor. Autre chose à demander ? »

Il se pencha quelque peu pour lui embrasser furtivement le front, un comportement tellement contrasté et contradictoire avec ses mots, ne pouvant se retenir de rire quelque peu par la suite.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Dream
We all are living in a dream but life ain't what it seems. Oh everything's a mess. And all these sorrows I have seen they lead me to believe that everything's a mess. But I wanna dream. Leave me to dream... ⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1481-ainsi-font-les
Queen A. Crimson

avatar
En réalité, je suis
Shinku
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Videuse au Rabbit Hole
☂ Camp : Je suis mon propre chemin.
☂ True Love : Nous pouvons nous aimer sans qu'il y ai de véritable amour

☂ Avatar : AnnaSophia Robb
© Crédit : Jane [vava] | anaëlle [sign]
MessageSujet: Re: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   Mar 5 Juil - 20:47





Play the game ...

Loveee ♥

Cela avait été étrange pour la poupée de revoir ce morceau de cœur, cette Rosa Mystica depuis bien longtemps maintenant. Elle l'avait toujours chérie, le plus possible et fait en sorte de le protéger du mieux qu'elle le pouvait. Elle s'était comme presque interdit de la sortir de la où elle se trouvait, de l’intérieur d'elle même. Et pourtant Shinku avait réussis à sortir cette pierre aujourd'hui même parce que son père lui avait demandé de la lui rendre. Elle avait voulu lui obéir, lui prouver que au final, elle pouvait elle aussi devenir une petite fille parfaite malgré le fait qu'elle ne se batte pas contre ses sœurs. Lui montrait qu'elle pouvait lui obéir, l'écouter encore une fois, mais cela avait échoué une nouvelle fois. Queen avait échoué. Elle ne s'était empêcher de faire cette erreur qui aurait pu sans doute lui être fatal. C'était cette pierre qui faisait de la poupée à la rose pourpre ce qu'elle était maintenant. C'était le reflet de son âme et sans celle-ci elle deviendrait simplement un pantin inanimé. Grâce à la malédiction elle serait toujours envie mais elle ne serait qu'une coquille vide. Elle ne pourrait même plus utiliser ses pouvoirs. Vide, c'est le seule mot qui pourrait la caractériser si elle ne possédait plus sa Rosa Mystica. Elle deviendrait alors tout ce qu'elle détestait le plus au monde. Tout ce qu'elle s'était empêcher de devenir. Tout ce dont elle avait le plus peur depuis qu'elle pouvait exister. Devenir une simple poupée de chiffon, une poupée cassé, incomplète. Hors les poupées incomplètes, ceux sont celle qu'on laisse de côté, dont on ni touche pas ou pire encore que l'on jeté lamentablement dans parmi les ordures. Des poupées auxquelles on ne pense plus à un seule moment, dont on ne regrette en aucun cas. Elles sont tous simplement oubliées. Elles sont tout simplement morte. Rien que de penser à ce simple mot, Queen pouvait en frisonner d'horreur. Elle se souvenait parfaitement le mal qu'elle pouvait ressentir lorsqu'elle voyait un jouer complètement déchirer. Elle se sentait mal pour lui mais autant pour elle. Elle s'imaginait simplement à sa place cela avait le dont de l'émouvoir. Elle ne pouvait pas s'imaginer avec un bras en moins ou alors même une jambe. Elle ne serait en aucun cas parfaite. Tout cela viendrait impacter sur sa beauté et donc par conséquence sur le travaille que son créateur s'était donné du mal à réaliser. C'était lui qui l'avait modelé ainsi, la rendant pratiquement parfaite au niveau physique. Celle qui ressemblait le plus à la Alice, sa Alice. Et si elle ne faisait qu'à peine une égratignure tout se travaille serait fait en vin. Tout se travaille n'aurait servit à rien aux yeux de la poupée.

Au final tout revenait sur Rozen et l'amour dont elle pouvait lui porter. Cela ne lui plaisait pas, en aucun cas, de venir le défier ainsi. De venir lui désobéir de la sorte. La jeune femme en souffrait plus qu'elle ne pouvait le montrer mais pourtant elle devait le faire. Elle devait en aucun cas lui donner la Rosa Mystica,d'une pour elle, pour ne pas devenir une poupée sans vie. Mais plus important d'abord pour ces propres sœurs. Elle devait les protégés autant qu'elle le pouvait, même si elles n'acceptaient pas de suivre Shinku dans sa résistance. Même si elles voulaient toutes jouer le jeu d'Alice. C'était un promesse qu'elle s'était donné. Elle devait prendre soins d'elle comme leur père n'avait jamais réussis à prendre autant soins d'elle. Surtout lorsqu'il les avait toutes pis sans exception dans une si cruelle. Elle serait là près d'elles lors de leur combat. Elle essayera bien évidemment de leur faire prendre conscience de toute cette mascarade. Elle essaya de les raisonner pour ne par qu'elles s'entre-tuent toutes. Au pire des cas, elle sera la pour la perdante. Essayant de faire en sorte qu'elle ne souffre le moins possible. Être près d'elle dans les derniers moments, jusqu'à qu'elle finisse par s'éteindre tout simple. Qu'elle finisse pas mourir. Elle regardait toujours le visage de son père qui restait froid sans aucun sentiment dessus. Elle essayait de se donner la force de ne pas montrer qu'elle n'était pas bien face à la situation, pour montrer tout simplement qu'elle était forte et non une petite fille pleurnicharde comme pouvait parfois l'être Hina-Ichigo. Non. Elle était beaucoup plus fort que cela. Elle pouvait rester de marbre devant son père et lui tenir tête autant que possible. Ce n'était en aucun cas contre lui. S'il n'y avait pas les autres Rozen Maiden dans le jeu, la blonde lui aurait déjà obéit depuis bien longtemps. Cette pierre qui se trouvait en elle, se trouverait depuis bien longtemps dans le main de Rozen. Il n'y avait aucun doute possible. Elle aurait été prête à devenir une simple coquille vide. Un emballage de jeune fille mais absolument plus rien à l’intérieur. Elle aurait été prête à faire ce sacrifice pour sans doute au moins paraître une bonne fille aux yeux de son père une dernière fois. Juste une dernière fois avant qu'aucun sentiment ne puissent venir jusqu'à elle. Pour peut être voir cette petite lueur de fierté une dernière fois dans les iris de son créateur. Simplement parce qu'elle lui aurait accorder sa demande, parce qu'elle lui aurait dit ''oui'' …

Mais ce n'était plus la cas. Non, maintenant elle venait secouer la tête doucement de gauche à droite en fermant les yeux lorsqu'elle entendit la réponse de son père. Elle se souvenait parfaitement de se que son père pouvait raconter Alice. Elle serait parfaite au plus au point, elle serait comme la petite fille prodige que tout le monde aurait envie d'avoir. Un diamant qui brillera du mille feu, celui qui aura le plus de valeur sans le monde entier. Elle sera unique par tout les moyens. Tout le monde l'admira pour ce qu'elle est. Pour ça gentillesse, sa douceur, mais tout aussi son courage. Bien sur que Queen se souvenait de toute cela. Elle ne l'avait en aucun cas oublier. Comment le pourrait-elle après tout ? Elle avait toujours adoré lorsque son père lui avait parler de La Alice et qu'un jour se serait elle qui deviendrait aussi parfaite qu'elle. C'était pour cela qu'elle avait été créée et son père n'avait pas arrêté de lui répété quand il était simplement tout les deux avant qu'elle ne soit placer avec ses premières sœurs à cause d'une toute petite erreur. Elle avait toujours admiré Alice même si elle n'avait jamais pu la rencontrer ou savoir exactement d'où elle venait. Elle s'était toujours fixer le but de lui ressemblait autant qu'elle le pouvait, même sans avoir cette image en tête d'elle. Parfois elle s'était simplement regarder dans un miroir et c'était imaginer devenir Alice. Elle pouvait très certainement avoir une idée assez précise de son physique comme elle était celle qui lui ressemblait le plus mais cela restait encore très flou quand même. Alors elle se l'imaginait. Seule dans son coin elle, s'imaginait comment pourrait être la véritable Alice. Tout simplement. Parce que Shinku savait parfaitement qu'elle ne venait pas simplement de l'imagination de Rozen. Il y avait bien plus derrière tout cela. Il y avait pleins de truc que l'homme le refusait de leur dire, qu'il leur cachait. La jeune femme ne saurait pas combien de version différente elle s'était faite de cette fameuse petite fille prodige. Les unes plus différentes que les autres. Elle n'avait fait que pratiquement cela, tous les jours, elle se l'imaginait, se demandant constamment si elle avait raison, si elle pourrait réellement lui ressemblait. Ou au moins est-ce qu'elle pouvait prétendre au titre de devenir la nouvelle Alice. Elle n'y croyait plus réellement aujourd'hui même. Si elle refusait de se battre, c'était comme refusait de devenir Alice. Et cela Shinku l'avait parfaitement compris, même si elle ne sasserait jamais d'essayer de la devenir par un autre moyen que de celle qui leur était normalement destinées : se tuer.

« Non … Non ... »

Elle murmurait ces mots pour elle même alors que son père était entrain de lui parler de qui était Alice. Elle relevait les yeux vers lui essayant de rester impassible à ses dires. Il ne répondait en aucun cas à sa question et la poupée savait parfaitement qu'il ne voulait pas lui répondre. Elle savait qu'il essayait de passer par un autre chemin. Qu'il essayait de contourner sa question alors que pourtant il répondait à celle-ci. Shinku savait qu'il avait parfaitement compris où elle voulait en venir. Elle en était persuadée mais comme à chaque fois, comme depuis le début de cette soit disant entretien, il se cachait. Mais de quoi ? Cela restait un complet mystère pour Queen. Elle savait parfaitement qui sera Alice. La grande gagnante de se jeu mortelle, l'une des sept poupées Rozen Maiden. Celle qui réussira à rassemblait les morceaux de cœur, celle qui récupérera toutes les Roza Mystica. Alors elle, et seulement elle pourra devenir très certainement humaine et devenir Alice. Elle et seulement elle pourra vivre au côté de leur père comme étant a digne fille. Elle avait parfaitement retenue les règles du jeu, les règles que le magicien Laplace leur avait parfaitement expliqué avant de les envoyer dans cette autre monde. Queen les avait retenue. Elle était presque à se les répéter sans cesse dans sa tête. Toujours et encore, sans arrêt à sans faire souffrir mentalement parfois. Elle n'arrivait pas à comprend pourquoi. Pourquoi il s'était séparer comme cela de ses créations. Il avait réussis à mettre le doute au seins de sa cinquième poupée. Elle s'était posée des tonnes de questions. Très certainement plus bête les unes que les autres mais elle n'en avait eu que faire. Elle n'arrivait toujours pas à comprendre qu'est-ce qu'il l'avait poussé autant à les envoyer dans cette autre monde, à les laisser entre les mains de ce lapin. Ne les avait-il jamais aimer ? Est-ce que tout ce qu'elles avaient vécu avec lui avait été que du jeu, un rôle comme dans un film pour la marionnettiste ? Leur avait-il mentit la plus part du temps ? Elle n'avait jamais pu lui poser la question une seule fois et ce n'était sans doute pas le bon moment pour lui demander. Elle avait déjà oser lui poser la question qu'elle avait eu depuis qu'elle fut réveillée en tête, de façon moins explicite mais une question quand même, et voilà déjà qu'il n'osait pas lui répondre ouvertement. Il lui cachait quelque chose et qui lui disait qu'il n'allait pas le refaire une nouvelle fois si elle ose lui demander autre chose.

Elle le fixait toujours. Elle essayait d'avoir le courage de le regarder alors que les mots de son vis à vis était dure. Elle pouvait comprendre qu'il soit ainsi déçu d'elle. A sa place elle le serait peut-être aussi, mais cela n'empêchait pas le fait que ça lui faisait mal de l'entendre sortit de sa bouche. Elle avait toujours cherché à être une petite fille parfaite pour son père, elle avait toujours essayé de faire du mieux qu'elle pouvait pour lui plaire et lui obéir, même lorsqu'il l'avait comme abandonné une première fois en la m'étant avec les autres poupées. Elle essayait de lui montrer qu'elle était digne d'être sa création, digne de porter le nom de Rozen Maiden, digne d'être celle qui deviendrait la petit fille parfait dont il rêvait depuis tout ce temps, dont il n'arrêtait pas de parler. C'était pour cela qu'elle n'avait jamais osé lui poser une quelconques questions. Elle ne voulait pas venir le déranger pour quelques choses qu'il considérerait comme inutile. Elle se faisait plutôt inexistante de ce côté ci lorsqu'elle pouvait se retrouver en sa compagnie. Comme on pouvait le dire si bien ''soit belle et tais toi'', et c'est exactement la règle que Shinku essayait d'appliquer perpétuellement lorsqu'elle était encore dans la forêt enchantée. Elle ne voulait pas importuner son père comme elle pouvait le faire désormais. Mais elle avati décidé de changer. Elle était dans le droit de poser des questions, elle était dans le droit de savoir. Elle n'était plus la petite fille parfaite qu'elle avait pu l'être à l'époque. De toute manière à quoi cela lui avait servis de ne pas poser de question, de ne pas se faire remarquer ? Rien. Absolument rien. Alors maintenant elle allait se faire remarquer. Elle allait montrer à quel point elle avait un caractère fort et qu'elle n'aimait pas se laisser marcher sur les pieds aussi facilement. Ô elle n'était pas stupides. Elle savait parfaitement que toutes sœurs n'allait en aucun cas les suivre. Il n'y avait qu'à voir Suingto. Elle serait prête à tout pour pouvoir gagner le jeu d'Alice. Elle l'avait même dit la dernière fois lorsqu'elle était apparut dans la chambre de Jun. Elle reviendrait pour reprendre les deux Roza Mystica de Shinku et Hina-Ichigo. Sauf qu'elle n'a pas eu le temps comme la malédiction les avait emportés dans cette autre monde. Mais l'ancienne poupée ne doutait pas qu'elle reviendrait un moment ou un autre. Et elle sera prête. Elle ne voulait peut-être pas se battre mais si c'était le seule moyen alors elle le fera. Elle n'attaquera peut-être pas mais elle ne se laisserais pas faire. Elle ne venait pas de refuser de donner sa pierre à leur père maintenant, ce n'était pas pour la donner à l'une de ses sœurs plus tard. Et si elle gagne la partie alors elle essayera certainement de faire le même marcher qu'elle avait fait avec Hina ou un autre qui se ressemble.

« Peut-être pas tout le monde. Mais je sais que certaine me suivront ... »


Elle pouvait gagner contre ses grandes sœurs. Elle savait parfaitement qu'elle était forte d'autant plus avec Jun à ses côtés. Elle avait pu plusieurs fois qu'il était un grand médium, qu'il avait quelque chose de particulier. Il n'y avait qu'à voir comment il avait pu réparer la petite peluche qui avait détruite par Suiginto. Il avait pu lui redonner la vie et cela, ce n'était pas donné à tout le monde. Non, il avait un grande puissance énergétique et Shinku était deux fois plus forte à ses côtés. Elle avait pu le ressentir plusieurs fois. C'était aussi pour cela qu'il avait pu accepter physiquement la présence de Hina à ses côtés alors qu'elle même puissé dans on énergie pour pouvoir vivre, pour pouvoir bouger. Elle savait aussi qu'avec Hina à ses côté elle pouvait battre ses sœurs et plus particulièrement Suiginto. C'était très certainement la seule qu'elle n'arriverait pas à convaincre pour arrêter ce jeu cruelle. Elle vouait un amour tellement fort à leur père qu'elle ne se laisserait pas berner aussi facilement. Elle ferait tout son possible pour pouvoir le retrouver, le revoir que jamais elle n'oserait briser les règles du jeu, une seule fois. Et la jeune femme l'avait parfaitement compris depuis le début. Suiseiseki était tellement attaché à sa sœur, tellement émotif et sensible qu'elle ne sera pas un problème. Elle savait que si elle voulait devenir Alice alors elle devra par la même occasion tuer sa sœur pour pouvoir reprendre sa pierre. Shinku savait à quel point les jumelles étaient proches l'une de l'autre. Si différente mais tellement proche. L'une de pouvait fonctionner sans l'autre, en tout cas c'est comme cela que Queen voyait les choses. Leur pouvoir était totalement complémentaire. De la troisième poupée Rozen Maiden était venu d'elle même à Shinku se jetant directement dans ses bras et non pour se battre. Elle ne voulait en aucun cas ouvrir les hostilités et cela prouvait encore plus à Shinku qu'elle n'était pas pour jouer le jeu d'Alice. Qu'elle ne voulait pas forcément se battre. Soseiseki était une autre histoire, elle ne voudrait peut-être pas se battre mais elle ne refuserait pas un combat qu'on lui propose. Elle était plus froide et pouvait faire passer ses sentiments après la devoir du jeu. Mais elle n'était pas méchante pour autant. Et finalement il restait Kanaria, cette jeune poupée qui essayait de cacher la peur qu'elle pouvait ressentir. Celle-ci ne sera pas trop dure à convaincre et peut-être à battre. Après la poupée à la rose poupre ne doutait pas des pouvoirs de ses sœurs. Non, elle les savait tout aussi puissante qu'elle. Chacune était différente de l'autre. Mais elle avait Jun de son côté et avec Hina pour se battre à côté d'elle, elle pouvait être plus forte. Il fallait juste en avoir l'envie.

La seule donc Shinku pouvait se méfier le plus c'était la petite dernière. La septième poupée Rozen Maiden. Même son père venait lui dire qu'elle pouvait être assez incontrôlable. Elle ne l'avait encore jamais vu et ce n'était pas l'envie qui lui manquait. Elle voulait savoir à quoi elle ressemblait, qu'elle pouvait bien être ses pouvoirs. Elle voulait rencontrer la dernière poupée, sa petite sœur. Elle en avait toujours entendue parler. On leur avait toujours dit qu'elle était au nombre de septs mais jamais elles n'avait vu cette fameuse dernière. Shinku s'était demandé parfois si ce n'était pas juste un mythe. Juste une illusion et que au final, elle n'existait pas. Qu'elle n'avait pas de corps, qu'elle n'existait que dans les esprits. Le fait que le marionnettiste lui parle d'elle venait confirmer que si elle était belle et bien vivante. Qu'il l'avait bien créer et cela venait rajouter de la curiosité chez Queen. Elle devait être pas mal si elle était tout aussi incontrôlable pour son propre créateur. Comme pour ses autres sœurs Shinku, se sous-estimait en aucun cas ses pouvoirs et sa force. Elle voulait savoir se dont elle était capable de faire. Et un sentiment étrange disait un Shinku qu'elle n'allait pas être très facile un convaincre. Elle en était presque certaine. Quelque chose d'étrange qui lui disait de plus se méfier d'elle que les autres poupées. Un frissons la parcours brusquement lorsqu'elle sentit la main de Rozen sur sa joue. Un mélange de joie, de crainte et colère. Ses mots étaient si différent de son geste. Ses mots étaient sir dure si violent et son geste si doux que pendant un instant Shinku était perdu complètement. Elle avait l'impression de devenir une petite fille qui se faisait presque réprimander en douceur. Mais très vite elle se força à revenir à la réalité des choses. Elle sera la mâchoire lorsqu'il lui disait de ne pas se mettre sur son chemin. Elle ne pouvait pas laisser simplement tourner les choses sans rien faire. Elle ne voulait pas que ses sœurs meurent. Et pourtant … Et pourtant elle aimerait lui donner ce qu'il recherche tant. Elle aimerait pouvoir lui offrir Alice sur un plateau d'argent. Elle aimerait lu apporter mais c'était impossible. Les sept Rozen Maiden ne pouvaient pas exister et Alice aussi. Forcément elles devront comme toutes sauf une mourir un jour. Elles devront sacrifier leur Roza Mystica pour qu'Alice devienne de plus en réelle. Elle voudrait voir le sourire sur son père, un vraie sourire lorsqu'il pourrait voir la petite fille prodige devant lui.

Bien sur qu'elle avait autre chose à lui demander. Elle avait tellement de chose à lui demander. Des questions pleins la tête depuis toujours lui est été destiné, sans qu'elle est le courage de lui demander. Tellement de questions, qu'elle en avait très certainement oublier quelque une en cours de route. Depuis le temps où elle n'avait pas pu le voir. Depuis tout ce temps où il les avait mis dans ce foutu jeu des plus cruelles, des plus violents. Elle avait voulu lui parler d’innombrable fois mais jamais elle n'avait pu. Parce que c'était les règles. Seule Alice pourra le revoir et lui parler. Seule Alice, la grande gagnante du jeu. Et Shinku savait qu'elle était encore loin de la devenir. Alors il y avait des questions qu'elle ne poserait pas. Par peur de venir encore plus envenimé les choses. Par peur de sans doute le perdre une fois pour toute, pour toujours et à jamais. Et ça elle ne le supporterait sans doute pas. Déjà rien que le fait de l'entendre lui dire qu'il était complètement déçu de son comportement venait chamboulé le jeune femme même si elle faisait du mieux qu'elle pouvait de ne pas le montrer. Elle était persuadé que si elle regardait dans ses yeux, qu'il les regardait bien, il pourrait voir cette peine qu'elle ressentait dans ses iris vert bleu. Il pouvait voir la tristesse qu'elle éprouvait au plus profond d'elle même. Mais il était hors de question de lui montrer directement. Elle s'interdisait de craquer ainsi devant lui. Ce n'était pas digne d'elle. Queen était une ancienne poupée forte avec un grand caractère. Elle ne se laissait pas facilement marcher sur les pieds non plus. Elle vint attraper le poignet de Niels alors que sa mains se trouvait toujours sur sa joue avant de le faire descendre et de le lâcher. Elle se recula de quelque millimètre. Elle le fixait simplement, essayant de savoir par où elle pourrait bien commencer. Un silence pesant c'était installé entre les deux. Shinku fini par prendre une grand inspiration comme pour se lancer plus facilement.

« Tu n'as pas répondu réellement à ma question. Je sais parfaite qui est et sera Alice. J'ai plutôt bien écouté tes leçons depuis tout ce temps comparé à ce que tu dis. Mais je n'ai jamais pu m'empêcher de me demander qui était Alice. La seule chose que je peux savoir c'est que je suis la seule à lui ressembler le plus physiquement. C'est la seule chose que je sais. Mais qui était-elle réellement ? D'où elle vient ? Je ne pense pas que c'est une simple invention de ton imagination. Il y a beaucoup plus derrière. Mais soit. Je comprend que tu ne veuilles pas me le dire, après tout tu le dis si bien dans tes paroles, je ne suis peut-être plus digne de devenir Alice donc je n'ai pas besoins de savoir qui elle est … N'est-ce pas ?»

Plus digne de la devenir, plus digne de savoir qui elle est. C'était aussi simple que cela et au final elle pouvait comprendre son choix mais elle ne pouvait s'empêcher de demander quel souvenir terrible il pouvait bien vouloir cacher ainsi. Quel passé pouvait-il bien vouloir cacher aux yeux de tous. Qu'est-ce qu'il cachait de si terrible que cela ? Elle n'attendait pas forcément une réponse de sa part après tout. Mais elle avait bien l'attention de lui demander autre chose. Il lui avait donné l'autorisation si la videuse avait envie de lui demander autre chose. Et elle n'allait pas la laisser passer. Elle voulait en connaître plus sur la dernière sœur et quoi de mieux que de demander directement au créateur de celle-ci.

« La dernière poupée … Comment s'appelle-t-elle ? J'aimerais en savoir plus sur ma dernière petite sœur ... »

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Will you hold me tight and not let go ?
Symphony ... ⊹ And now your song is on repeat and I’m dancin' on to your heartbeat. And when you’re gone, I feel incomplete. So if you want the truth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1805-terminee-je-vo
Niels Mørck

avatar
En réalité, je suis
Rozen
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Animateur à la garderie le jour & recruteur de show pour le Rabbit Hole la nuit
☂ Camp : Oh bad
☂ True Love : Love is pain, well Puppet, let's hurt tonight

☂ Avatar : Calvin Harris
© Crédit : Lux Aeterna
MessageSujet: Re: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   Jeu 7 Juil - 18:34




L'idée de devoir détruire lui-même son propre travail pouvait lui faire grincer des dents, Niels avait passé des heures sur chacune de ses poupées et il lui avait fallu beaucoup de sacrifices pour leur donner ainsi la vie, mais si c'était là le prix à payer pour obtenir ce qu'il voulait au final alors il était prêt à le faire. Pour Alice. Un jour elle renaîtrait de ses cendres, encore plus belle et somptueuse que l'image qu'il avait gravée en lui et dans son cœur éparpillé, il en avait la conviction et rien ni personne ne pourrait le dévier de sa voie. Il remodèlerait le monde par la même occasion, pour que celui-ci soit beaucoup plus à la hauteur et splendeur de sa douce chimère, plus rien ne pourrait venir ainsi souiller ou même briser le bonheur de sa petite princesse lorsqu'elle serait de retour. Il ne devait avoir aucune forme de pitié envers n'importe qui voulant mettre à mal son projet, son ambition était sans limite et il n'aurait de cesse d'avancer jusqu'à trouver ce qu'il cherche tant, même si venir faire du mal à Shinku ne serait pas forcément une partie de plaisir. Elle lui ressemblait tant physiquement, ou du moins ceux à quoi elle pourrait avoir l'air vu que sa création était désormais humaine et avait grandi, sans doute ce qui l'avait dans un sens poussé à lui caresser ainsi la joue même s'il cherchait aussi à la déstabiliser. Il détaillait ces magnifiques yeux bleus qu'il avait pu lui offrir dans le passé, ses cheveux qui semblaient être de l'or à la douce lumière, même s'il devait bien avouer que le caractère lui était autre. Un sourire satisfait naquit en la sentant ainsi se crisper sous ses mains, il pouvait être un créateur si aimant mais parfois il valait mieux attiser la crainte que l'amour et surtout en voyant certaines fortes têtes, il était hors de question que Queen puisse penser un seul instant qu'elle pourrait lui tenir tête ou du moins sur le long terme. Il devait étouffer le vent de révolution qui pourrait se transformer en véritable tempête, d'autant plus qu'il était indéniable que la force aussi bien physique que mentale de l'ancienne poupée n'était plus à refaire, il suffisait d'un simple fruit pourri pour venir contaminer le panier. Et Niels le refusait. C'est pourquoi il préférait être clair avec elle, tout en passant un peu de pommade par la même occasion, personne n'avait le droit de l'empêcher d'accomplir ce qu'il voulait et encore moins une de ses créations.

Le marionnettiste ne broncha pas une seule seconde lorsque la jeune fille lui prit le poignet, la fixant en attendant de voir ce qu'elle allait pouvoir faire, le forçant ainsi à abandonner sa douce caresse qui n'était là que pour apaiser une forme de tension. Shinku voulait jouer et se montrer forte, il pourrait presque s'en attendrir si ceci lui était ainsi permis mais ce ne fut pas le cas, ne la quittant toujours pas des yeux avec ce sourire si bienveillant figé sur le visage. Pourquoi avait-elle fait ça ? Ce simple geste ne faisait que lui donner un peu plus envie de son côté que de s'imposer, de venir lui rappeler par la force qui était ici le créateur et qui était la marionnette, mais de manière aussi si contradictoire de voir jusqu'où ce bel esprit d'indépendance pourrait amener la fragile poupée à qui il pourrait tordre le cou si facilement. Niels garda son calme au possible, dans ce contrôle perpétuel qu'il pouvait avoir envers lui-même, la laissant sans broncher mettre de la distance entre eux alors qu'il l'observait toujours tout autant. Si c'était là son souhait il pouvait la briser autant que possible, venir lui offrir des mots qui ne feraient que lui mal, mais plus que tout récupérer ce qui autrefois lui appartenait. Un morceau de son cœur. Pas vraiment qu'il ressentait le besoin de l'avoir avec lui, loin de là même car moins il ressentait mieux c'était dans un sens ou du moins beaucoup plus facile à supporter certaines choses, juste que ceci pourrait s'avérer particulièrement pratique pour les possibles suites des opérations. Il y avait tellement de possibilités avec ce qui était devenue une petite pierre, il avait offert la vie à sept créatures qu'il avait lui-même modelées et fait ouvrir les yeux, tant de pouvoirs insoupçonnés dont il avait vu et appris le potentiel depuis l'utilisation qu'il en avait faite. Il pourrait toujours venir créer un nouveau modèle, un qui ne serait pas aussi décevant, mais surtout qui aurait une allégeance sans failles au point de se sacrifier en cas de besoin. Oui. L'idée n'était pas de se l'intégrer dans la poitrine, vu la répulsion qu'il avait pu ressentir plus tôt de toute manière ça serait sans nul doute trop compliqué, mais d'en faire quelque chose de vraiment utile.

Cependant pour l'instant il écouta pleinement les réflexions et supplications de sa petite rose rouge, gardant ce même air comme si rien ne pouvait l'atteindre, dans le fond il bouillait au fait qu'elle puisse oser lui demander qui avait pu être Alice. Elle ne pouvait pas lui demander une telle chose, surtout pas après lui avoir dit qu'elle refusait de combattre et par conséquent lui offrir ce qu'il cherchait tant, mais il se retient de pouvoir la réprimander ou toute autre forme de violence à son sujet. Oh Queen était tellement perspicace qu'il ne pouvait se retenir d'avoir une once de fierté, ce qui lui permettait peut-être de se contenir dans un sens, lui qui manipulait si bien les mots et les tournures de phrases pourtant. Elle ne s'était pas laissé berner par sa petite prestation et le fait qu'il avait si habillement dévié la question, même si dans le fond il ne mentait aucunement et d'ailleurs il ne le faisait jamais aussi étrange que ceci pouvait paraître, il aurait presque pu applaudir pour la féliciter. Presque. Mais il n'en fit rien, lâchant malgré lui un petit son moqueur à son adresse, au moins il n'y avait pas à dire la jeune fille comprenait vite ses idées. Pourquoi devrait-il venir ainsi satisfaire sa curiosité alors qu'elle n'en faisait pas tout autant de son côté ? C'était du donnant-donnant, dans n'importe quel domaine après tout et ceci la vie lui avait bien fait comprendre, rien n'était gratuit. Il la laissa cependant continuer sur sa lancée, voulant voir jusqu'où l'audace donc la poupée faisait preuve pouvait bien aller, se faisant légèrement craquer le cou tout en la fixant toujours. Elle voulait en savoir plus sur sa petite sœur, l’appellation était étrange mais après tout il était dans un sens leur père, réfléchissant de son côté à ce qu'il pouvait lui dire. Niels avait bien envie de lui laisser la surprise après tout, que tout lui tombe sur le coin du nez sans pouvoir prévenir et il en faisait aucun doute que la dernière ne mettrait pas de temps à se manifester, mais dans un sens venir exhiber par avance l'instabilité de la poupée toute vêtue de blanc pourrait peut-être la faire réfléchir suffisamment pour la pousser à devoir malgré elle continuer dans le jeu cruel. Terrible dilemme mais son choix se porta quand même sur la dernière solution, il lui suffisait simplement de venir distiller le strict nécessaire, rien ne l'engageait à venir délivrer l'ensemble des petits secrets de fabrication de la plus jeune.

« Tu es si curieuse que ça de la rencontrer ? Je pense que ceci lui ferait terriblement plaisir tu sais, même si elle peut-être déjà plus proche que tu ne puisses le croire, tu devrais t'attendre à un caractère assez... épineux. Oui. C'est comme ça que je pourrais qualifier au mieux notre chère petite Kirakishou. Un peu à l'image d'un rêve aussi, assez insaisissable. »

Encore une fois les mots n'étaient pas le fruit du hasard, ils ne l'étaient jamais et ceci en tout circonstances, le fait de parler d'épine faisait certes écho au caractère de cette rose blanche mais aussi à l'un de ses pouvoirs destructeurs. Les ronces de la plus jeune étaient de véritables armes pour faire mal, ne doutant pas un seul instant de son côté qu'elle n'hésiterait pas un seul instant à s'en servir et montrer une forme de supériorité, si tout du moins plusieurs conditions étaient réunies. Tout d'abord, il fallait qu'elle aussi se trouve ici et surtout qu'elle puisse acquérir un vrai corps même s'il ne faisait aucun doute que si la malédiction l'avait prise ce serait le cas, alors que sa phrase sur le fait qu'elle n'était qu'un rêve n'était pas non plus si anodine que ça. Kirakishou n'était pas comme les autres, pas que Rozen lui avait donné plus ou moins mais juste différemment en fait, plutôt que de lui offrir un corps qui pouvait se briser il avait préféré lui en offrir un qui serait intouchable. Après avoir construit les six autres dans un argile robuste, il était même plus particulier que celui qu'on trouvait dans ce monde-ci, il s'était dit qu'il ne devait plus menotter Alice dans un corps potentiellement mortel et encore plus en se faisant violemment hanter par le souvenir de la maladie de sa fille. Faisant quelques pas, sans pour autant approcher de Queen, tournant un peu en rond en se frottant de l'index la lèvre pour réfléchir à ce qu'il pourrait dire d'autre à sa cinquième création au sujet de la septième. Unique c'était sûr mais dans un sens elles l'étaient toutes, aucune ne ressemblait à une autre et même les jumelles étaient plus différentes qu'elles ne pourraient le penser sur bien des rapports, comme si au final elles n'étaient que des prototypes qui faudrait démonter et surtout remonter correctement pour obtenir Alice. Niels s'était trop éparpillé en les créant, bordait dans cette idée de créer la vie et de ne pas voir qu'au lieu de rassembler il était en train de diviser, c'est pourquoi et à quoi pouvait servir le jeu en même temps. Reformer ce qui avait été défait, parce qu'il n'en avait plus le pouvoir de son côté et qu'il voulait qu'elles apprennent ce qu'était l'humanité, venir réparer ce qui avait été briser en plusieurs morceaux. Il arrêta son petit tour tout en souriant toujours à la jeune fille, osant un peu les épaules à son adresse, soupirant légèrement.

« Que pourrais-je vraiment t'apprendre sur elle ? Hm. C'est une jolie petite rose blanche qui ne connaît pas tout de la vie, elle pourrait se montrer très curieuse de vous d'ailleurs, mais le problème est que lorsqu'elle a porté son dévolue sur quelque chose c'est fini. Elle doit tenir de moi pour cette facette ! »

Rigolant à cette dernière réflexion il n'en demeurait pas moins sérieux, Kirakishou et lui avaient exactement la même obstination, se demandant après tout si ce n'était pas le reflet de son propre cœur en elles. En y réfléchissant plus sérieusement et profondément elles étaient dans un sens une part de lui, juste infime certes et sans doute le fait qu'elles puissent avoir aussi un caractère bien à elles au final, un trait de son caractère qu'il ne possédait plus toujours. Suiginto avait sans doute eu sa capacité à aimer, celui qui faisait avancer et pour qui les pires folies étaient de mise, ce qu'il ressentait ainsi pour Alice. Kanaria son sens du spectacle et de soi, le fait de savoir cacher ce qui ne va pas pour garder un sourire qui ne dépérit jamais, le côté artistique dans l'âme. Suiseiseki sa façon de voir clairement dans le cœur des gens, aussi bien l'ombre et la lumière, de voir ce qui pouvait être bon ou mauvais. Soseiseki indéniablement le calme et le contrôle, la plus réfléchie sûrement, de ne jamais se précipiter trop vite dans une situation mais l'analyser. Hina-Ichigo son envie de jouer, même si le début était assez diffèrent quelque part, le fait de toujours vouloir s'amuser. Kirakishou comme il l'avait dit son ambition, peut-être voyaient-ils trop grand d'ailleurs mais qu'importe, ils ne reculeraient devant rien. Et il restait aussi Shinku. Le fait de ne jamais reculer, d'avoir objectif en fait et de ne pas s'en détourner, et en constatant ceci il ne pouvait que sourire un peu plus. Effectivement, si l'ancienne petite poupée blonde tenait de lui il y avait du souci à se faire, cette phase de rébellion qu'elle voulait souffler n'en était pas qu'une alors. Autant venir penser que les choses n'en seraient plus amusantes, voir l'évolution et la progression de ce germe surtout au contact des autres créations, même si cet esprit ne devait nullement trop s'étendre non plus. L'énervement n'apportait rien de bon, il devait resserrer ses propres fils pour se maîtriser au possible, autant essayer de montrer à Queen qu'il pouvait éventuellement être séduit par l'idée. Il pouvait l'être du moment qu'il avait ce qu'il voulait au final, qu'importe la méthode après tout, car de toute manière l'arrivée serait inévitable. Tant qu'il avait un minimum de contrôle dessus alors tout irait bien, c'était comme donner une direction au feu au lieu de chercher à l'étouffer, sachant qu'il allait devoir se montrer conciliant.

« Je me rends compte qu'une fois encore je ne réponds pas vraiment à ta question, quel père je fais tout de même, alors disons que tu peux prendre ce qui va suivre comme... un petit cadeau de retrouvailles. Et peut-être aussi pour te récompenser de ton audace ma petite Shinku. »


Oh bien sûr que Niels n'allait pas lui raconter l'histoire, une fois de plus il dirait uniquement ce qu'il souhaite dire en utilisant habilement ses mots, mais tout ne serait pourtant que vérité. Ils les avaient créé à l'image d'Alice après tout, du mieux qu'il le pouvait en tout cas, alors le moins qu'il pouvait faire d'expliquer ce qu'elle était. Mais le méritait-elle vraiment ? C'était là une question délicate. À première vue il dirait tout bonnement non, restant dans cette forme de froideur qu'il pouvait avoir à son égard, mais après réflexion il n'était plus vraiment aussi sûr. Queen en savait déjà trop ou pas assez, tout dépendait du point de vue effectivement, elle était au courant des points sur lesquels il aurait peut-être mieux fait de se taire par le passé. Rozen lui avait dit à quel point elle était parfaite, si proche que ce que devait être la petite fille-modèle, qu'il l'avait modelé pour qu'elle soit à l'image de ce qu'il avait en tête et qu'il n'aurait pas pu espérer mieux. C'était vrai. Inconsciemment il avait sculpté l'argile à l'image de sa fille, il ne l'avait nullement vu ou du moins c'était sur l'instant refusé de le croire, sans doute déjà fatigué que de chercher en vain son idéal dans ses poupées. Cependant elle avait beau lui ressembler ce n'était pas elle, sa façon de penser était trop différente même s'il n'avait pas voulu y prêter attention au début, ce qui ne fit que le décevoir encore plus au final et le pousser dans l'idée qu'il devait recommencer ses recherches. Alors peut-être que dans un sens répondre à sa question était aussi le fait d'appuyer que l'ancienne poupée ne serait jamais Alice, pas dans son état actuel en tout cas, pas en étant aussi incomplète et en venant de cette manière s'entêter à vouloir lui tenir tête. Il se fit mollement craquer les doigts, comme lorsqu'il s'apprêtait à donner une petite représentation théâtrale et prêt à devoir tirer les ficelles à son habitude, c'était là après toute une grande interprétation qu'il allait donner bien qu'aucun mensonge ne sortirait de ses lèvres. Il fredonna un petit air avant d'arrêter, gardant ce sourire qui ne le quittait qu'en d'infimes et rares occasions, choisissant dans son esprit les bons mots et leur placement avant de concevoir enfin délirer sa langue.

« Alice était, est et sera la petite fille-modèle. En fait, je ne comprends pas très bien ta question, car vois-tu ce qu'elle était ne diffère pas de ce qu'elle est et de ce qu'elle sera à l'avenir. Pourquoi croire qu'elle serait différente ? C'est comme penser qu'une chenille, une chrysalide et un papillon sont différents. C'est faux. Ce sont tous exactement le même être, sous une forme qui évolue certes mais ça ne change pas grand-chose, exactement à l'image d'Alice. Et tu vois, pour l'instant nous en sommes à la deuxième étape, tandis que de ton côté tu m'empêches donc de voir sa forme finale. C'est pour ça que je t'en veux terriblement, alors que tu sais à quel point je désire tout simplement la prendre dans mes bras, c'est presque égoïste de ta part. »


Tout était vrai dans ce qu'il disait, même si tout ceci était qu'une métaphore dans un sens, préférant se dire que sa fille renaîtra au final et que le corps sans vie qu'il avait pu tenir dans ses bras dans le plus grand des désespoirs n'était qu'une enveloppe qui avait disparu. Peut-être une manière de se convaincre de ce qu'il faisait, que la création de ses poupées vivantes n'était pas juste une sorte d'idée eut dans un passage de folie, cherchant une logique à son propre esprit. Il comprenait son propre fonctionnement tout de même, le contraire serait inquiétant à son sens sinon, cette réflexion n'étant là que pour le conforter dans ce qu'il savait déjà. Toutes ses paroles et ses gestes se faisaient dans une logique, sa propre logique en tout cas même s'il était souvent difficile aux autres de réussir à la suivre, tout en ayant un soupçon de sentiments peut-être. Ça il n'en était plus aussi sûr, plus depuis le jour où il s'était brisé le cœur à en mourir, et au final il s'était fabriqué lui-même à l'image des pantins qu'il avait pu faire. Il n'était plus celui du passé, il ne sera pas identique dans le futur, lui aussi évoluait après tout et personne ne devrait être juge pour dire en bien ou en mal. C'était une question d'angle de vue, comme sur un tableau abstrait personne n'aurait la même vision  de ce qui se présente sous son nez, mais trop honnêtement il n'avait que faire de comment apparaissaient ses actions aux yeux des autres. Tout n'était qu'illusion après tout, il jouait le personnage sympathique pour mieux poignarder dans le dos, il en était la preuve vivante. Au final, tout ce qui comptait ce n'était pas le chemin parcouru même s'il avait une forme d'importance mais bien le résultat, et il ne viendrait pas hésiter un seul instant d'incendier par exemple toute la ville de Storybrooke si ceci lui permettait de faire un pas vers son objectif. De même qu'il ne reculerait pas à faire du mal à Queen, aucun remords à détruire son travail s'il pouvait obtenir ce qu'il souhaitait plus que tout au monde, et elle ne devait pas s'amuser à le provoquer d'une manière ou d'une autre car sa compassion avait foutu le camp depuis trop longtemps pour en avoir à son égard. Mais pour l'heure il admirait malgré tout sa perspicacité, il devait sans doute la féliciter pour voir plus long que les autres poupées, elle était loin d'être dupe et ce qui ne ferait que rendre un possible affrontement que plus divertissant.  

« Mais tu as raison sur un point, sans doute le plus important, Alice n'est jamais sorti de mon imagination car il aurait été impossible d'imaginer une telle merveille. Vraiment impossible. Ce n'est que divagation de ma part si tu lui ressembles, poussé sans doute par mon désir si intense de l'avoir à mes côtés, mais je t'assure que tu es aussi différente d'elle. »

Il était indéniable que Niels avait une forme de fierté lorsqu'il pouvait évoquer sa fille, du moins son ton se faisait peut-être plus doux en cet instant, il avait eu tant d'amour pour elle que la perdre fut la plus grande tragédie de toute sa vie. C'était lui qui l'avait élevé et il l'avait fait seul, ce qui n'avait pas été facile chaque jour mais qui avait sans doute contribué à la rendre si précieuse à ses yeux, une telle splendeur qu'il n'avait même pas en vouloir à la mère d'être parti du jour au lendemain et lui laisser se débrouiller avec le nourrisson. Au contraire. Il était même reconnaissant de lui avoir donné une fille si merveilleuse, d'avoir été si égoïste et de l'abandonner dans ses bras, il avait été heureux de vivre cette expérience. Il a donné à cette fillette pleine de vie tout l'amour qu'il était capable d'avoir, sa dévotion entière et sans se remettre en question, son existence qui se brisa en même temps que le souffle de sa vie. En partant, Alice avait pris tout ce qui faisait de lui l'homme qu'il était, il était donc devenu quelque chose de différent et l'acceptait complètement. À quoi bon être le même sans elle . Ça n'avait aucun sens selon lui, il ne regrettait pas celui qu'il avait pu être dans cette optique, mais il ne faisait nul doute qu'il pourrait redevenir celui de passé le jour où il aurait enfin ce qu'il cherchait autant. Il n'y avait qu'à voir sa réaction à l'instant même où il avait reconnu Shinku, cet élan paternel et de douceur à son égard n'avait été en rien factice, mais plus encore lorsqu'il avait cru qu'elle était devenue sa fille parfaite. Tout avait été d'une pure sincérité chez lui, comme si enfin le rideau pouvait tomber et qu'il pouvait arrêter le rôle dans lequel il se confondait, même s'il l'avait voulu il n'aurait pas pu faire semblant c'était une certitude. Niels approcha un peu de Queen, voyant qu'ils étaient toujours dans ce perpétuel rapport de fuite et de réconciliation depuis le début de cette entrevue, mais s'arrêta tout de même à distance raisonnable. Il mit son index comme pour lui signifier que ce qu'il allait lui dire était un secret, ce qui dans un sens pouvait l'être, sans détacher ses yeux d'elle.

« Puisque tu es si curieuse je vais te dire un petit secret, garde-le très précieusement, elle est toujours vivante mais pourtant je suis sûr de l'avoir tué. »


Venir perturber les autres, mettre le doute et la confusion, c'était tout le grand art du marionnettiste. Alice vivait toujours dans son esprit, à travers les morceaux de cœur éparpillés et plus particulièrement celui dans sa poitrine, jouant ainsi sur les mots. Il avait privilégié son travail pour venir la guérir, avoir assez d'argent pour la soigner, mais le résultat était là et il ne pouvait qu'avoir cette impression de l'avoir laissé tomber au moment où elle avait eu le plus besoin de lui. Parce qu'il n'avait pas su où étaient les priorités, pensant mieux savoir ce qu'il devait faire, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même et lui donnant cette sensation atroce d'avoir peut-être précipité un peu plus la terrible fin. Sur cette terrible phrase il se détourna doucement de Queen, la laissant plus brouillée qu'avant qu'il vienne lui parler, prenant les feuilles du contrat et la direction de la sortie.

« J'ai malheureusement du travail qui m'attend, mais cet échange fut très intéressant tu peux me le croire, ce fut un plaisir de te revoir... Queen. »


Poussant la porte il se retourna juste pour lui faire un petit clin d’œil, la jeune fille n'était plus vraiment la poupée qu'il avait fabriquée dans un sens, hâte de voir l'évolution de tout ceci.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Dream
We all are living in a dream but life ain't what it seems. Oh everything's a mess. And all these sorrows I have seen they lead me to believe that everything's a mess. But I wanna dream. Leave me to dream... ⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1481-ainsi-font-les
Queen A. Crimson

avatar
En réalité, je suis
Shinku
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Videuse au Rabbit Hole
☂ Camp : Je suis mon propre chemin.
☂ True Love : Nous pouvons nous aimer sans qu'il y ai de véritable amour

☂ Avatar : AnnaSophia Robb
© Crédit : Jane [vava] | anaëlle [sign]
MessageSujet: Re: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   Jeu 11 Aoû - 13:39





Play the game ...

Loveee ♥

En fin de compte, peut-être que Queen l'avait déjà perdu. Elle avait déjà perdu son père, son créateur depuis le moment où elle lui avait simplement dit qu'elle n'était pas Alice. Elle le savait parfaite depuis le début, sans vouloir réellement y croire en pensant peut-être adoucir la suite mais elle ne l'avait fait que l'empirer. Une barrière s'était comme dressé entres eux, une sorte d'aura magique qui les séparer l'un de l'autre, qui les empêcher de s'approcher un peu plus près, qui les empêcher de se toucher au risque de se faire mal. Elle avait l'impression que depuis cet instant, son père s'éloignait encore de plus en plus d'elle et cela pourrait presque lui déchirer le cœur en y regardant de plus près. Il était la première personne qu'elle n'avait jamais autant aimer. La personne qui l'avait crée, qui lui avait tout simplement donner la vie, la cadeau le plus merveilleux que quelqu'un de puisse faire à une autre personne. Il lui avait permis d'exister de devenir celle qu'elle était en ce moment même, d'être cette jeune femme pleins de force et de courage, cette jeune femme toute en beauté qui n'abandonne pas si facilement. Et c'était comme si elle venait de le trahir, que de voir comment Rozen pouvait la regarder en ce moment même, avec cette sorte de mépris qui pouvait se lire dans ses yeux. Shinku savait qu'elle venait de le trahir ou moment même, où elle lui avait dit ne plus vouloir se battre. Ne devrait-elle pas se battre pour lui ? Se battre pour pouvoir revoir son créateur, se battre pour lui donner tout ce qu'il pouvait désirer depuis temps d'années maintenant ? Ne devrait-elle pas se battre pour l'amour qu'elle pouvait lui porter, pour lui donner cette petite fille parfaite, cette merveilleuse Alice ? Si. Très certainement. La poupée aurait du continuer de se battre, de tout donner. Elle savait qu'elle pouvait être puissante, qu'elle pouvait être plus forte que les autres, si elle donnait dans la bataille tout son cœur et toute son âme. Qu'elle pouvait gagné si elle le voulait absolument, si elle avait cette niaque en elle, cette rage qui la pousserait à donner le meilleur d'elle même. Surtout avec Jun a ses côtés, ce jeune avait des pouvoirs réparatrice, cette force que peu de personne pouvait avoir même s'il ne le devinait absolument pas. Shinku avait bien su que ce n'était pas qu'un simple humain comme tous les autres, qu'il y avait bien plus derrière que personne ne pourrait douter. Avec lui à ses côtés, Shinku pourrait presque être invincible. Presque. Comme tout le monde, Shinku avait un point faible, un point sur lequel ses ennemies n'hésiteront pas un instant pour s'en servir contre elle, surtout Suinginto. Elle ne voulait pas se battre. Elle ne voulait pas faire de mal autour d'elle et surtout pas à aux autres Rozen Maiden, pas à celles qu'elle considérait comme ses sœurs.

Alors oui, Queen était faible. Dans un sens elle le savait et ce moment avec son père venait de plus en plus comme enfoncer le couteau dans la plaie, venir la faire souffrir toujours plus parce qu'elle ne pouvait rien faire contre sa faiblesse. Elle ne pouvait pas surmonter tout cela, car c'était trop lui demander. Elle aimait tellement ses sœurs que lui demander de les tuer une par une, prenant à chacune sa roza mystica, était beaucoup trop lui demander. Rien que de voir la scène dans sa tête venait l'horrifier comme pas possible. La jeune femme pourrait presque venir à en vomir tellement, l'idée venait la dégoûter. Le jeu d'Alice était si cruelle à ses yeux, si injuste qu'elle avait parfois du mal à se dire qu'il existait réellement. Elle aurait tant voulu que cela soi une simple illusion, un simple cauchemar tout droit sortie de son imagination. Pourtant ce n'était qu'en peu plus réel. Le jeu existait belle et bien, inventer par se maudit lapin de pacotille. Leur père les avait toute laisser dans les mains de magicien qui les manipulait comme des simples et vulgaires pantins, comme si les poupées avaient des fils au bout des poignets qui les empêchait d'être ce qu'elle était réellement. Il les avait mis dans ce jeu pour qu'elles s'entre-tuent une par par une jusqu'à qu'il n'en ressorte qu'une seule gagnante. Il leur avait dicter des règles, dicter leur avenir, dicter ce qu'elles devront faire et Shinku n'avait absolument pas accepter cela. Elle ne voulait pas que sa vie soit simplement dicter par une personne, d'autant plus si elle n'aimait en aucun cas cette personne. Elle avait voulu faire de son existence ce qu'elle voulait, pouvoir choisir ses propres décisions, pouvoir tracer son propre chemin même si cela au final allait à l'encontre des beaux vouloir de son propre créateur. Elle avait briser les chaînes qui la retenaient, elle les avait pulvérisées pour pouvoir écrire sa propre histoire. Elle les avait enlevées d'un grand coups sec pour faire en quelque sorte ce qu'elle voulait. On pourrait y lire une sorte de force du fait qu'elle voulait prendre sa vie en mains, un esprit un peu rebelle qui ne voulait en faire qu'à sa tête et c'était un peu la cas si l'on venait regarder simplement en surface. La poupée a toujours était un peu cette esprit rebelle, qui avait des pensées assez contraire si l'on venait regarder ces sœurs d'un peu plus près. Elle avait toujours eu cette force assez particulière qui l'a poussait à prendre d'autres décisions que les autres, mais lorsque l'on venait regarder en dessous de tout cela, en dessous de ce que la poupée voulait nous montrer. Lorsqu'on venait vraiment regarder celle qui se cachait derrière cette force, ce courage, on pouvait simplement voir une poupée lâche …

Shinku était une lâche. C'était indéniable, c'était un fait. Elle était qu'une lâche qui ne voulait pas surmonter sa faiblesse pour pouvoir voir celui qu'elle aimait tout autant que ses sœurs. C'était une lâche de ne pas vouloir obéir aux règles sous prétexte qu'elle ne voulait pas venir tuer, ceux à qui elle tenait. Le jeu avait été écrit ainsi. Elles devaient s'entre-tuer, elles devaient se battre les unes contre les autres jusqu'à qu'il n'en reste plus qu'une et c'était un acte de lâcheté que de venir tout abandonner ainsi. Elle avait voulu faire croire qu'elle était forte, qu'elle voulait simplement faire sa propre vie, faire ses propres choix mais au fond la jeune femme savait qu'elle n'avait agis que par simple lâcheté. Elle n'avait pas eu la force de se battre. Elle n'avait pas eu la force que de venir arracher les Roza Mystica des autres poupées, de celles qu'elle disait être ses sœurs. Et plus les minutes étaient entrain d'avancer, plus la blonde avait se sentiment là. Le sentiment d'être une lâche, d'être faible. Surtout lorsqu'elle vient à en demander qui pouvait bien être la dernière création du marionnettiste. Elle voulait savoir qui elle était, savoir si cette dernière existait réellement ou non. Elle voulait le savoir pour pour pouvoir se préparer au meilleur mais surtout au pire. Elle voulait se préparer à tous avec cette dernière poupée, cette Kirakishou comme venait de le dire son père. Elle voulait savoir où cette dernière était prête à aller dans le jeu d'Alice et c'est sans grande surprise que Shinku apprend qu'elle serait prête à n'importe quoi, tout comme Suinginto. Un rêve. Voilà comment elle l'avait toujours vu, comment elle l'avait toujours imaginé. Un simple rêve sortit tout droit de l'imagination de Laplace pour venir embrouiller un peu plus les Rozen Maiden et voilà que son père utilisait les même mots. Qu'est-ce que cette poupée avait bien pu avoir de si particulier ? Il y avait comme quelque chose de louche à sa création, à ce qu'elle était devenue mais la jeune femme ne saurait dire quoi exactement. Toute cette histoire venait un peu plus embrouiller son esprit qui était entrain de presque surchauffer avec ce qui était entrain de se passer. Elle avait en quelque sorte du mal à suivre, complètement perdu qu'elle était peu respective à ce que son père pouvait lui dire. Même si à l’intérieur tout était en ébullition près à exploser comme un volcan, l'extérieur restait calme et serein. Il ne fallait pas qu'elle craque maintenant, ne pouvant tout simplement pas, surtout devant son père. Elle devait lui faire croire, qu'elle restait dans tous les cas calmes, qu'elle ne s'énervait pas dès que quelque chose n'allait pas dans le sens qu'elle souhaite. Ce qu'elle faisait généralement bien. Elle n'était pas du style à s'énerver pour un rien, dès qu'il y avait quelque chose qui cloche. Elle savait parfaitement gérer les choses dans le calme mais pourtant aujourd'hui, elle avait énormément de mal. Sans doute était-ce du au fait de se retrouver devant son père sans le vouloir.

Il n'y avait eu qu'une règle et qu'une seule que Queen avait toujours respecter dans le jeu d'Alice. Une seule règle que jamais elle n'avait voulu désobéir  : que seule la poupée qui deviendrait Alice pourrait retrouver leur père adorée. Elle l'avait respecter jusqu'au plus profond de son âme. Elle savait que son père voulait voir Alice et que jamais il n'accepterait de voir une autre poupée si ce n'était pas elle. Shinku le savait parfaitement, la preuve étant même qu'il n'y avait qu'à voir comment il avait pu réagir. Si on jetait un regard au casier juste à côté d'eux, il y avait bien la marque du coup de point de l'homme dans le fer. Elle avait été surprise de le revoir aujourd'hui alors qu'elle avait juste voulu parler à un collègue. Un collègue qui s’avérait être son père. Elle avait désobéit, encore une fois, sans même le vouloir. Alors elle pouvait comprendre la colère que pouvait ressentir son père en cette instant présent, même s'il ne le montrait pas forcément. Elle se taisait, le laissant parler sans jamais prononcer un seul mot. Elle le fixait ou du moins elle fixait un point dans le vide, un point lointain derrière lui. Elle essayait de comprendre. De comprendre qui pouvait bien être exactement sa dernière petite sœur, la septième poupée Rozen Maiden. L'imaginer dans sa tête, pour se faire une idée de à quoi elle pouvait bien ressembler. Queen savait qu'elle avait quand même du soucis à ce faire. Elle était persuadée que Kirakishou ne se laisserait sûrement pas faire, qu'elle essayerait, elle aussi par tous les moyens possible, de devenir la fille prodige. La videuse du bar avait comme une forte intuition qui ne venait pas la quitter. Elle le savait, elle en était sûre et certaine comme avec Suiginto. Rien ni personne ne pourra détourner les deux poupées de leur chemin. Rien ne pourrait leur enlever leur objectif que de devenir Alice par la seule façon qui leur avait été présenté : tuer. Simplement tuer, elles ne reculerons devant rien pour venir tuer les autres Rozen Maiden et Shinku par la même occasion. Dès que toutes les poupées seront réveillés dans ce monde, dès qu'elles se seront toutes retrouver, le jeu allait pouvoir reprendre son cours comme avant … ou presque. Storybrooke était dans un monde très similaire à ce qu'elles avaient pu connaître avant, elles n'auront pas vraiment de mal à s'adapter de nouveau à cette ville. La seule chose qui changeait, était leur pouvoir, puisqu'elle n'avait plus besoins d'un médium pour pouvoir les utiliser, mais avant tout et surtout leur père sera là comme premier spectateur. Depuis des années voir des décennies, leur père avait toujours été dans un autre monde qu'elles. Toujours séparer par un univers différent et pour une fois les voilà elle, les sept poupées Rozen Maiden aux grand complet, et leu père dans une et même ville. Il pourra être le premier spectateur de leur bataille, il pourra les voir se battre les une contres les autres jusqu'à la mort …

Elle détourna le regard pour le plonger directement dans les yeux de son vis à vis, à l'entente de son prénom. Il avait beau dire qu'il n'avait pas répondu à sa question, Shinku savait pertinemment que Niels n'allait rien lui au sujet d'Alice, de ce qu'elle était avant. Elle le savait pertinemment, la jeune fille était loin d'être stupide et encore moins un être qui arrive à se faire manipuler facilement. Elle savait quand, elle allait tomber dans un piège, quand les personnes autour d'elle allait vouloir la manipuler comme un vulgaire pantin comme si elle avait des ficelles autours des poignets et de chevilles et qu'une personne au dessus d'elle la faisait bouger comme mon lui semblait. Et il fallait le dire, la poupée avait horreur de cela. Elle ne voulait pas être attacher à quelque chose, elle voulait être libre et elle allait se battre pour ses idées. L'ancienne poupée ne laissait pas tomber aussi facilement, lorsque une idée s'était incrustée dans sa tête, aucune personne ne pouvait venir lui enlever. C'était graver dans son esprit et rien ne pourrait la faire changer d'avis. Elle était butée, têtu et au fond tant pis si ses autres sœurs de sont pas du même avis qu'elle. Elle sera alors simplement seule dans son propre combat qu'elle ne lâchera pas. Rien ne pourra la faire lâcher ! Rien sauf la mort … Si elle devait venir à mourir pour défendre se qu'elle avait voulu construire alors elle le fera, dignement. La jeune femme ira jusqu'au bout, jusqu'à la fin. Alors, la blonde ne s'en voulait presque pas d'empêcher son père de ne pas voir Alice finalement. Non, parce que comme il le disait si bien lui même, il aura Alice un moment ou un autre. Shinku lui donnera Alice mais d'une manière différente de ce que lui espère tant, serte, mais elle lui donnera un moment ou un autre. Cela prendra seulement un peu plus de temps et rien dans tout cela n'était égoïste. C'était bien le contraire dans la tête de Queen. Elle pensait aux autres avant de penser à elle même. Elle voulait pouvoir donner Alice à son père tout en laissant la vie à ses sœurs. Ce n'était en rien égoïste que de vouloir laisser ses sœurs vivantes, toutes ses sœurs sans exception, même avec Suinginto alors que même lui pouvait savoir que les deux jeunes femmes n'avaient pas forcément une bonne relation toutes les deux, qu'elles se haïssaient plus que tout, en tout cas pour la première poupée. Shinku, ne la haïssait pas forcément. Au fond d'elle, elle savait qu'elle appréciait sa grande sœur mais une fierté qu'elle avait en elle, la poussait à garder cela secret. En même temps, elle n'avait jamais chercher la guerre au près de la plus âgée. Aux yeux de Queen, c'était Suinginto qui avait d'abord ouverts les hostilités et elle ne s'était simplement pas laisser faire. Au fil des temps dire que Suinginto était une simple poupée cassée, qui était de base une simple constatation de la jeune femme, était devenue une insulte envers la poupée aillées.

Ô Queen savait parfaitement qu'elle était aussi loin de ressemblait à Alice, qu'elle était celle qui lui ressemblait pourtant le plus, du moins physiquement parlant. Et avec toute cette histoire son père ne lui avait toujours pas dit qui était Alice. Il jouait simplement sur les mots et Queen n'avait pas été dupe. Pourtant, elle ne dira rien de plus. Elle avait bien compris que Rozen n'avait en aucun cas envie de lui raconter le véritable histoire d'Alice. De celle qu'elle était bien avant. Au fond, elle était entrain de se dire que l'histoire devait être plus que horrible pour que son créateur lui cache ainsi et son cœur venait un peu plus la serrer à cette pensée. Qu'est-ce qu'il avait bien pu vivre ainsi ? Des images, des histoires défilaient dans son esprit à un vitesse fulgurante. S'imaginant les pires scénarios qu'il pourrait exister sur terre, mais il y en avait bien trop pour qu'elle puisse deviner l'histoire de cette fameuse Alice. Elle devenait de plus en plus mystérieuse à ses yeux et la poupée avait envie d'en connaître plus à son sujet. Elle continuait de fixer les yeux de son père qui s'approchait un peu plus d'elle. Queen fut presque obliger de lever la tête pour pouvoir continuer de le fixer tellement qu'elle était petite à côté de lui, même avec ses talons. Ce qui venait lui dire, l'embrouillait un peu plus, mais ne fit paraître rien. Toujours calme, son visage n'exprimait aucune expression. Elle ne détourna la tête que au dernier moment lorsque Rozen quitta la pièce et lui désigna un simple clin d’œil. Shinku restait planter là, à ne pas bouger d'un seule pas. Elle ne savait pas quoi penser de tout ce qui venait de se passer. Elle était un peu embrouillée par toute cette histoire et avait du mal à mettre ces idées en place. Elle était quelque peu entrain de bouillir et avait le sentiment que tous allait exploser d'un moment ou un autre. Il fallait qu'elle se calme le plus rapidement possible, elle était connu pour garder un sang froid à n'importe quelle moment, ce n'était pas son père qui allait la faire exploser de la sorte. Elle serra quelque peu les poings, prenant de grande respiration. Elle détourna les yeux sur le casier déformé par le coup de poing et la jeune femme ne leva qu'une main soufflant sur celle-ci, des pétales de roses sortirent se dirigeant tout droit vers le fer pour le remettre en place aussi simplement que cela. Puis toujours sans un mot, elle quitta à son tour la petit salle du fond pour rejoindre la grande salle principales. Elle se dirigea vers le bar, il lui arrivait parfois de venir aider Rebekah dans ses cocktails mais la brune n'était pas présente pour le moment. Un grand sourire venait d'apparaître sur son visage, comme si rien de toute ce qui c'était passer avant, ne s'était réellement passer, comme ce n'avait été qu'un simple rêve un peu trop éveiller, alors qu'un client venait s'asseoir sur l'un des tabourets …

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Will you hold me tight and not let go ?
Symphony ... ⊹ And now your song is on repeat and I’m dancin' on to your heartbeat. And when you’re gone, I feel incomplete. So if you want the truth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1805-terminee-je-vo
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck   

Revenir en haut Aller en bas
 
See i would rather we just go our different way than play the game | Niels Morck
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Welcome to Storybrooke :: Les Boutiques :: Rabbit Hole-