Partagez | 
 

 La boutique de l'Avenir } feat Absinthe Dormouse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: La boutique de l'Avenir } feat Absinthe Dormouse   Mar 5 Juil - 2:21



"La boutique de l'avenir"


Le Chapelier & La Loire (pas la rivière hein)


Regardant son trousseau de clés avec une excitation digne d’un enfant de 5 ans devant ses cadeaux de Noël, Jefferson essayait d’arrêter d’hyper ventilé. Il devait se calmer, sinon jamais il ne pourrait mettre à bien son projet. Après tout il n’allait pas construire les champs Elysées ou une tour Eiffel dans Storybrook, mais juste une chose très simple qui l’occuperait pendant ses journées. Faisant une dernière fois un geste de la main à son conseiller immobilier qui était plus que ravi que ce client particulier et exigent s’en aille, il prit ainsi la direction de ce projet si mystérieux et secret. Même Victor n’était pas au courant de ce qu’il allait faire. Bon dans un sens, son meilleur ami avait autre chose à faire en ce moment que de savoir ce que l’ancien chapelier traficoté. En pensant au fait que Victor allait devenir papa, un petit sourire s’accrocha sur son visage. Il se souvenait de la joie que lui avait procuré la grossesse de Priscillia, puis ensuite le fait d’avoir Grâce avec lui. Il ne voulait pas penser à ce qui s’était passé par la suite, la perte de sa femme, son exil à Wonderland sans voir sa fille et cette malédiction. Non tout ça, c’était une époque révolue qu’il avait enterrée, cadenassé, et dont il ne voulait plus parler. Il allait maintenant de l’avant, avec Paige et les Wonderlaniens qu’il avait retrouvé.

Marchant d’un pas rapide dans les rues du centre-ville, il sortit le papier sur laquelle était marqué l’adresse de sa nouvelle acquisition. Il connaissait la ville comme sa poche mais avec l’euphorie il en était venu à oublier le nom de la rue mais en réalité il n’en avait pas vraiment besoin. A cet endroit se trouvait la meilleure mais surtout l’unique boutique de thé de la ville, qui faisait aussi salon mais dont il n’avait jamais osé franchir le pas. Pourquoi ? Encore un mystère qui enveloppait l’ancien chapelier. Son esprit pas très sain lui faisait croire que c’était parce que c’était lui, dans son manoir et sa pièce secrète qui possédait la plus riche collection de thé de la ville et peut être du pays, soyons modeste. Oui oui de la jalousie primaire qui nous fait revenir à un comportement d’enfant. Parce que ne l’oublions pas, sous ses airs Jefferson n’était en réalité qu’un adolescent. Il n’y avait qu’Absolem qui l’avait compris et qui insistait pour que les autres ne le suivent pas, mais c’était peine perdu. Mais pour revenir à ce fameux salon de thé, dont Grâce ne lui avait dit que du bien et dont il n’avait pas écouté la fin de son récit en père en carton qu’il était, il savait que c’était parce qu’il y avait autre chose. Même s’il aimait énormément les habitants du pays des merveilles, qu’il avait fait la révolution avec eux, pour eux, il avait encore un peu du mal avec ces sentiments. Malheureusement ils faisaient partie d’une période sombre, et même s’ils les aimaient vraiment, parfois certains comme sa propre famille, leur faire faces étaient encore difficile. Certes ça allait mieux, il y arrivait avec l’aide de Miranna, enfin Clara, la reine blanche qui lui faisait oublier ses vieux démons.

Son portable vibra dans sa poche ce qui le stoppa dans sa réflexion. Jetant un coup d’œil rapidement, il vu que c’était Grâce qui venait de lui envoyer un message en lui demandant si elle pouvait inviter ses amies au manoir. Roulant des yeux en se demandant pourquoi elle lui posait cette question, pensant qu’elle était trop bien élevée, il pianota rapidement un grand oui en majuscules. Enfin arrivé devant l’immeuble, il posa sa main sur la grande baie vitrée ou un panneau à vendre était collé dessus. « Papa est arrivé ». Sortant ses clés, il ouvrit la porte rapidement dans un grincement assez sonore. La pièce était grande, elle contenait même un petit couloir qui débouchait sur une autre salle, plus petite. « Echo écho ». La voix de Jefferson résonna sur les murs, et le carrelage. Faisant le tour du propriétaire, il appréciait cet endroit. Il avait eu le coup de cœur lors de la visite, qui se confirmait maintenant. Posant son sac et son manteau à même le sol, il commença alors à sortir les plans pour se mettre au travail. Des semaines qu’il avait couché sur papiers les idées qui fourmillaient dans sa tête, et enfin aujourd’hui il allait pouvoir commencer. Il avait le temps encore, les ouvriers n’arrivaient pas tout de suite mais en attendant il pouvait vérifier si ce qu’il avait fait correspondrait ou s’il avait des modifications à faire.

Crayons à l’oreille, il marcha de long en large et en travers pendant au moins une vingtaine de minutes avant de se stopper net quand il entendit des coups sur le porte. Il venait de se souvenir qu’en plus il l’avait laissé ouvert, totalement imprudent qu’il était. Se retournant, il tomba ainsi nez à nez avec une jeune femme terriblement mignonne avec des nœuds dans ses dreadslocks. « Oui ? Je peux vous aider ? » Remettant bien en place son foulard en soie, il s’avança alors vers elle. « Vous êtes une petite impatience, la boutique n’est pas encore ouverte mais ce n’est qu’une question de jours et peut être de semaine. En plus je n’ai rien à vous offrir, même pas un verre d’eau. Promis revenez plus tard, vous aurez des réductions et même une tasse de thé !. » Jefferson avait toujours été doué en affaire, après tout c’était son premier métier dans la forêt enchanté. D’accord il était plus arnaqueur professionnel que vendeur, mais il avait toujours été courtois et affable dans ses services, c’était pour ça qu’on l’engageait partout. Aujourd’hui, ça  n’avait toujours pas changé.

Code by Sleepy


Dernière édition par Jefferson Hatter le Mer 10 Aoû - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: La boutique de l'Avenir } feat Absinthe Dormouse   Lun 18 Juil - 21:34





La boutique de l'Avenir

Jefferson d'amour

Aujourd'hui grande première, les portes de la boutique de thé n'étaient pas ouverte. C'était très certainement la première fois depuis bien longtemps maintenant. La gérante avait pris une journée tranquille pour pouvoir se reposer pleinement. En ce moment le temps été assez rude, elle travaillait presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Elle passait tout son temps dans sa boutique à préparer son thé et ses bons gâteaux. Felicity et même Evelana l'avaient forcée à prendre une journée de congé pour pouvoir faire ce qu'elle avait à faire. Pour pouvoir s'occuper un peu d'elle, pour qu'Absinthe puisse dormir comme elle le veut. Qu'elle puisse un peut sortir dehors aussi. De leur point de vue la blonde passait beaucoup trop de temps à son travaille et cela en devenait presque maladif. Et au fond elle devait bien le reconnaître aussi … Elle avait sans doute une petit problème : Mais en même temps comment faire quand vous faites le travaille de vos rêves ? Vous ne voyez pas le temps passer et la seule chose qui vous intéresse c'est de continuer de travailler encore et encore. De plus il y avait toujours pleins de monde dans sa boutique et encore plus de puis un moment. Depuis que la malédiction avait été rompue les personnes cherchaient le proches espérant les trouver au plus vite. Ils voulaient partager le plus de moment possibles et quoi de mieux que de prendre une bonne tasse de thé pour pouvoir discuter tranquillement ? Son magasin était au mieux de sa forme, Absinthe n'avait jamais eu autant de client que en ce début de mois de mai. Elle n'avait pas le temps de prendre une journée pour elle. Elle devait savoir satisfaire ces clients le mieux possible. Prendre un jour même elle trouvait cela assez bête, comment gagner de l'argent sinon ? Pourtant ce n'était pas elle qui manquait cruellement de sous. Au début, pendant la malédiction oui. Elle avait du se battre durement pour pouvoir faire vivre sa boutique. Elle n'avait jamais abandonner et voilà désormais ou elle en était arriver. Elle était devenue l'une des meilleures boutiques de thé. Ce qui n'était pas très difficile puisqu'elle était la seule dans toute la ville. Mais cela n'empêcher pas les personnes de la complimenté sur son thé. Elle faisait des heureux et rien que de voir ceci la rendait elle aussi heureuse.

Il y avait bien évidemment une autre raison qui la poussait à travailler toujours et encore. La plus importante à ses yeux. Jefferson. Ce fameux wonderlandien qu'elle avait rencontré dans sa chaumière parce qu'elle avait dormis dans sa théière. Drôle rencontre et pourtant la plus importante qu'elle avait pu faire. Elle ne regrettait en aucun cas s'être arrêter dans son long voyage et elle ne regrettait d'autant plus ne pas être repartit par la suite. Ils avaient vécu tellement de choses ensemble. Tellement de partie de thé partager. Elle savait à quel point le chapelier qu'on nommait de fou aimait comme elle le thé. C'était pour cela qu'elle continuait de travaille dans sa boutique. Peut-être qu'un jour il lui arriverait de passer à un moment ou un autre. Absinthe avait toujours cet petit espoir de le voir un jour débarquer à travers cette porte d'entrée. Elle ne sait pas où il pouvait bien se trouver depuis qu'elle avait retrouvé la mémoire. Elle avait pourtant essayer de le chercher un peu partout. Demandant aux personnes dans la rue s'il n'avait pas vu une personnes avec un foulard autour du coup et un haut de forme au dessus de sa tête mais personnes n'avaient su lui dire où il était ou même s'il allait bien. Seule le thé lui permettait de garder un lien avec son meilleur ami. Faire des mélanges de la sorte, en faire son métier avait été comme un honneur pour elle. Comme pour lui rendre hommage. Cela permettait à l'ancienne loir de se sentir moins seul. D'avoir comme ça présence à côté de lui. Elle avait qu'une seule envie le revoir. Parfois elle s'imaginait la réaction qu'il pourrait avoir de la voir là derrière son bar. Elle espérait qu'il pourrait être comme fière d'elle. Elle voulait le voir dans sa boutique. De plus le thé devrait l'attirer. La preuve étant même, que la reine blanche avait été attiré par cette boisson plus que délicieuse. Comme tout bon wonderlandiens qui se respectaient aimaient le thé. C'était la boisson typique du pays des merveilles. Celui par lequel tout le monde pouvait jurer. Alors pourquoi n'était toujours pas venue dans son salon ? Elle n'arrêtait pas de se poser des questions avec des suppositions de réponse toutes aussi stupide que les autres. Pourquoi s’entêterait-il à venir dans sa boutique franchement ? Il devait forcément avoir assez de thé chez lui pour se déranger à venir voir la réserve que la blonde avait chez elle. Cela se trouve, il avait la réserve la plus grande jamais connu ! Même si, franchement, elle en doutait largement. Elle avait tellement de thé dans sa salle des réserves que parfois elle pouvait même s'y perdre. Heureusement qu'elle avait bien ranger comme il le fallait !

En tout cas, même pendant sa journée de repos, Absinthe se trouvait tout de même derrière les fourneaux pour faire ses fameux cookies aux chocolats. Elle avait appris quelques jours plutôt qu'un nouveau voisin allait s'installer dans les prochains jours et même plus particulièrement aujourd'hui. En faite, elle avait juste vu le panneau sur l'une des vitres ''à vendre'' se changer en ''vendu. Cela voulait bien signifier que quelqu'un allait venir dans les jours d'après. Alors la blonde avait guetter la venue d'une personne. De son nouveau voisin. Elle ne savait d'ailleurs toujours pas comment elle avait fait pour savoir qu'il viendrait aujourd'hui même. Elle avait mener sa propre petit enquête de son côté. La seule chose qu'elle ne savait pas, c'était qui cela pouvait bien être mais aussi qu'est-ce qu'il allait bien faire de la salle qu'il venait d'acheter. Elle avait pu voir plusieurs fois cette salle à travers les fenêtres et avait bien vu qu'elle était plutôt spacieuse et encore elle n'avait pas qu'est-ce que le couloir au loin pouvait bien cacher lui aussi. Tout ce qu'elle espérait, c'était qu'il ne fasse pas une boutique de thé lui aussi juste en face de la sienne. Même si elle se montrerait tout de même gentille envers le propriétaire, elle trouvait que c'était un coup bas venant de sa part. Il aurait pu alors s'installer un peu plus loin au lieu de se mettre juste en face d'elle. Dans tout les cas elle allait lui dire bonjours comme il se doit. Tout ce que la wonderlandienne espérait été de bien s'entendre avec la personne, se serait tout de même plus agréable. Elle fini ses cookies tranquillement sans se presser avant des les mettre dans une petit boîte hermétique. Elle s'était installé à l'une de ses tables près de la fenêtre avec une tasse de thé bien chaude, guettant l'arriver de son futur voisin ou même de sa futur voisine qui sait. Tout pleins de question commençait à tourner dans sa tête. Tout allait beaucoup trop vite à son goût. Elle avait l'impression de ne jamais avoir le temps de faire quelque choses, de profiter complètement des moments que lui offrait avec joie la vie. Elle avait retrouvé Clara, la fameuse reine blanche qu'elle avait tellement voulu connaître avant. Elle avait l'impression que c'était juste hier qu'elle avait u l'avoir alors que cela faisait déjà plusieurs jours voir même peut-être un mois. Comme la jeune femme de la dernière fois … Paige ou Grâce. La fameuse fille du chapelier. Elle n'arrivait toujours pas à croire qu'elle avait eu l'honneur de la rencontrer. Elle avait tellement entendue parler d'elle dans les récits de Jefferson.

Elle fini par sortir de ses penser lorsqu'elle vit du mouvements à travers le vitre du bâtiment en face. Elle posa simplement sa tasse sur la table avant de se lever. Elle pourra très bien la débarrasser après, elle avait d'abord une nouveau voisin à accueillir chaleureusement. Elle pris la boîte dans sa main avant de sortir et de bien refermer la porte derrière. Elle pris une grande inspiration avant de traverser la rue. Elle avait sans doute l'habitude de parler même avec des inconnues. C'était d'ailleurs une grande pipelette qui avait parfois du mal à se taire. Mais là c'était différent. Comme un pré-sentiment qu'elle avait. Quelque chose de complètement étrange. En plus il fallait le dire, elle avait complètement oublier que ce matin même elle avait laissé Felicity s'amuser à essayer de la coiffer. Elle avait tenter de lui faire une coiffure dont la jeune femme ne se rappelait même plus le nom. Pour elle cela était simplement encore plus des nœuds dans ses cheveux. Pourtant elle l'avait laisser. Parce que au final cela ne lui allait pas si mal, ça venait même la rajeunir de quelque années. Pas non plus pour dire qu'elle était vraiment vieille ! Elle était entrain de regarder pendant quelques instants à travers le fenêtres, voyant un homme faire des aller retours dans sa salle. Elle avait comme cette impression de le connaître, d'être une personne qui lui était familier. C'était vraiment très étrange. Les personnes qui passaient dans la rue devait la prendre pour une folle à fixer cette intérieure de la sorte. Elle fini par se secouer la tête avant de se diriger plus particulièrement vers la porte et de toquer. Elle n'attendit pas vraiment une réponse avant de pousser la porte.

« Oh ne vous inquiétez je ne viens pas pour acheter quelque chose. Du moins pour l'instant … Je me présente Abs ... »

Elle se stoppa complètement dans sa phrase lorsque ces yeux se posa sur le visage de cet homme, lâchant la boîte de cookies par terre par la même occasion. Lui. Elle n'arrivait tout simplement pas à y croire. Elle avait tellement été impatiente de la revoir et voilà maintenant que son vœux venait de se réaliser. Elle était complètement subjuguer la bouche entre vers, les yeux qui s’agrandissaient petit à petit au vu de la surprise. Elle ne s'y était pas du tout attendu. Elle n'avait pas prévue de tomber sur lui de la sorte. Alors c'était lui son nouveau voisin. D'un seule coup un énorme sourire qui vint éclairer son visage. Et sans comprendre son geste elle se jeta directement dans les bras du Jefferson, venant l'enserrer contre lui. Elle serrait fort, autant que sa force pouvait lui permettre. Elle s'entait toutes les émotions l'envahir et elle essayait du mieux possible de les gérer. Elle aurait bien l'air maline à faire un crise de narcolepsie maintenant alors que je venais à peine de le retrouver.

« Je n'arrive pas à y croire ! C'est bien toi Jeff … Je t'avais cherché partout. Je ne pensais pas que j'allais tomber sur toi aujourd'hui. Oh je suis trop contente ! C'est trop cool que tu sois en face de ma boutique car oui c'est moi qui gère la boutique de thé de la ville. Je pensais que tu allais faire un tour mais je t'ai jamais vu venir … Tien regarde j'avais préparer des cookies ! »

Elle s'écarta de lui pour aller chercher la boîte qui se trouvait désormais au sol. Et bien bravo Absinthe ! Maintenant ils devaient tous être casser à cause du choc. Elle se retourna pour lui tendre. Elle le regarda avec un grand sourire sur le visage et tout ce qu'elle voyait c'était de l'incompréhension la plus totale. Puis d'un coup cela lui fit tilte. Qu'elle était bête. Comment pouvait-il la reconnaître ? La dernière fois qu'il avait pu la voir elle n'était qu'encore qu'un pauvre loir et la voilà maintenant changer en une femme qui avait l'air de plus ressembler à une adolescente. Elle fini par rouler des yeux avant de reprendre la parole.

« Je suis bête ! Tu ne dois pas me reconnaître. En même tant la dernière fois que tu m'avais vu je n'étais qu'un animal, un petit loir. Tu sais, c'est moi Mally ! Celle qui dormais dans ta théière ... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: La boutique de l'Avenir } feat Absinthe Dormouse   Mer 10 Aoû - 23:28



"La boutique de l'avenir"


Le Chapelier & La Loire (pas la rivière hein)



« Enchanté Abs’, drôle de prénom quand on y pense. » Il lui avait envoyé un sourire de type colgate mais cette fois pas pour séduire la jeune qu’elle était, non, pour cacher son malaise. Oui, lui Jefferson venait d’être prit d’une sorte de malaise quand les deux iris de la femme qui lui parlait avait rencontrer les siennes. Il était persuadé de les avoir déjà vu quelque part, de l’a connaître presque intimement mais d’où ? Une jeune femme comme ça, il n’aurait jamais pu l’oublier alors qui était-elle ? Le prénom Abs’ ne lui disait rien non plus, mais ça il se doutait bien que ce n’était pas l’original. Cette malédiction avait eu le don pour tout reformater, enfin même à ça il avait échappé et au final ce n’était pas plus mal. Il fallit sursauter quand ‘Abs’ lacha la boite en fer qu’elle tenait fermement. Levant un sourcil, il se demandait bien ce qui se passait dans sa petite tête pour un tel geste. Il s’avança que très légèrement pour aller l’aider, ne sachant pas réellement à qui, il avait affaire vu qu’elle n’était soi-disant pas là pour acheter. Une potentielle concurrente venue espionner ses plans sous des airs adorables ? Oui c’était une probabilité que le chapelier ne voulait pas exclure et pour ça, il allait l’a faire parler sur ses véritables intentions. « Et bien qu’est-ce qui vous… » Mais il n’eut pas le temps de finir sa phrase que ce drôle de personne se jeta sur lui comme une furie, sauf qu’au lieu de l’attaquer sauvagement elle se nicha contre son torse. Surpris voir même choqué, et sentant qu’elle ne lui voulait finalement pas de mal, pas avec cet immense sourire et ses yeux brillants d’émotions, il se laissa faire, alors qu’elle le serrait de tout ce que ce petit corps pouvait faire. Puis enfin, l’explication fut, comme la lumière dans son cerveau. Elle parlait trop vite, lui donnant des tas d’information que son cerveau n’enregistrait pas tant il était concentré à regarder ce qu’elle était devenue. Même si pendant quelques minutes auparavant il n’avait pas fait le rapprochement, cela devenait maintenant une évidence. Exit le petit loir, bienvenue la jolie jeune fille A son tour, Jefferson s’illumina, se rendant compte qu’il avait l’une de ses plus vieilles amies dans les bras. « Nom d’un petit chapeau… ».

Posant ses mains sur ses épaules, il rigola doucement avant de lui dire de reprendre son souffle. Il attrapa ensuite la boîte en fer qui contenait de délicieux cookies. « Attends tu sais ce qu’on va faire. Tu vas chercher du thé, et une bouteille d’eau, moi je dois bien avoir une bouilloire dans mes cartons du fond et on va tout s’expliquer autour d’une bonne tasse fumante. » Si on lui avait dit qu’il retrouverait son petit loir aujourd’hui, il aurait rigolé au nez de la personne en l’a traitant de menteuse. Regardant Abs’ confirmer ses dires alors qu’elle partait en courant, il se dépêcha lui aussi d’aller chercher la fameuse bouilloire, tout en secouant la tête, encore sonné par ces retrouvailles. Il y avait un bric à brac infernal là-dedans et il dénicha même deux énormes poufs. Très bien, ils n’auraient pas à s’assoir comme des clochards à même le sol. Au bout de quelques minutes à chercher dans cette caverne d’Ali Baba, il finit enfin par trouver le petit appareil d’électroménager et il se dépêcha de revenir dans la pièce principale, ou Mally l’attendait déjà. Lançant les coussins au pied du loir, il fit une sorte d’atterrissage contrôlé tout en mettant la bouilloire devant son nez. « Je te laisse l’honneur de le faire, toucher une chose pareille, ça te rappelle un peu ton ancienne demeure hein ? » Il ne put s’empêcher d’éclater de rire comme un enfant à la remarque qu’il venait de faire. « Ah petite Mally, comme tu as bien grandi. »

Se posant sans grâce sur le coussin, il observa chaque geste de son ancienne amie. « Je m’excuse, de ne pas être venu. » Baissant la tête, jouant avec le pompom se trouvant à l’extrémité du coussin, il ne savait pas quoi dire à par ces excuses. « J’ai toujours su que cette boutique de thé était tenue par un ou une Wonderlanienne, mais je n’ai jamais voulu y mettre les pieds. » Faute avouée à demi pardonné ? Peut-être, en tout cas Jefferson se livrait en toute sincérité à Absinthe. « Déjà il y a la jalousie, cette boutique est vraiment riche en thé, et pendant longtemps c’est vrai j’ai boudé, parce que j’ai la plus grande réserve de thé de la ville. Et ensuite … Même si je vous aime, Wonderland est une partie assez sombre de ma vie que parfois je rêve d’effacer avec une gomme. » Croisant ses bras sur son torse, il leva enfin la tête vers elle. « Mais savoir que c’est toi qui l’a tient me remplit maintenant de fierté mais en même temps de honte vis-à-vis de mon comportement. » Le paradoxe qui animait souvent le chapelier quand on venait à parler de son pays d’adoption. Il aimait le pays des merveilles, était fier de ce que les habitants pouvaient faire tout en subissant les affres d’une dictatrice, mais en même temps, il le détestait, rejetant la faute de la perte de Grâce sur eux alors qu’au final, ils n’y étaient pour rien. Bon le fait qu’on lui avait subir de nombreuses tortures au fil de ses visites avant d’arriver à l’apothéose avec sa décapitation n’avait pas arranger les choses, mais les habitants n’y étaient pour rien ;

Heureusement, l’odeur du thé lui enleva ses idées moroses et il suivit la jeune femme du regard. « Par contre, tu as dû rencontrer ma fille, Grâce. Elle m’a dit il y a quelques semaines qu’elle était allée dans la boutique du thé mais j’étais occupé à ce moment-là, je n’ai pas entendu la suite. » Il rigola doucement devant son incompétence à rester concentré plus de deux minutes. Mais aussi, il était en train de coudre un chapeau quand elle lui avait raconté sa journée. Pas qu’il s’en fichait, bien au contraire, il adorait savoir ce qu’elle faisait, ces ressentis sur la vie, mais pas quand il était occupé avec les chapeaux. « C’est vraiment bien que cette malédiction t’es donné une boutique pouvant faire ressortir ta passion pour le thé et un corps humain aussi, parce qu’un loir en patron de boutique ça aurait été très drôle mais pas très pratique je penses. » Il rigola à nouveau en imaginant la scène, le loir servant du thé à ses clients. Oh connaissant Mally, il ne doutait pas un seul instant qu’elle en aurait été capable, mais le spectacle aurait vraiment été comique. « Mise à part ça ? Comment as-tu vécu ces vingt huis dernières années ? Le retour des souvenirs n'a pas été trop difficile ?» Il s'inquiétait vraiment pour son amie. Les Wonderlaniens étaient connus de tous pour leurs folies, mais justement cette folie cachait quelque chose de plus profond, des souffrances qu'ils avaient vécus, des douleurs qui s'étaient inscrites dans leurs âmes et qui les tourmentaient à chaque moment de leurs vies et il n'avait pas envie qu'elle souffre davantage.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: La boutique de l'Avenir } feat Absinthe Dormouse   Mar 6 Sep - 21:32





La boutique de l'Avenir

Jefferson d'amour

Absinthe n'arrivait tous simplement pas à y croire … Non c'était bien trop pour que cela soit réel. Elle allait sûrement se réveiller d'un si beau rêve. Pourtant elle avait envie d'y croire, d'y croire plus que tout. C'était fou n'est-ce pas ? Quand elle le cherche, elle n'arrive pas à le trouver … Et comme par hasard elle ne pensait pas tomber sur lui aujourd'hui même. Elle qui pensait simplement rencontrer son nouveau voisin, il devait être son meilleur ami. Pas que cela lui déplaise bien au contraire. Elle était bien trop heureuse de le revoir qu'elle aurait pu faire immédiatement une crise de narcolepsie juste devant lui. Elle serait tout simplement tomber au sol sans plus pouvoir bouger d'un poil. Rien que en y pensant, la blonde trouvait se moment assez gênant … Du moins pour elle. Elle essayait au maximum de contrôler ses sentiments de plus en plus, elle avait appris des cours pour cela. Elle avait vu un médecin pour qu'il puisse l'aider et lui donner des médicaments. Ces médicaments lui avaient complètement changer la vie ! Ils lui permettaient de ne pas faire de crise constamment et un peu partout dans la ville. Elle était beaucoup plus calme que si elle ne prenait pas. Mais cela ne l'empêchait pas de faire sortir toutes sa folie. Celle pour laquelle on pouvait bien dire qu'elle venait du pays des merveilles. Un mon des plus fabuleux lorsque l'on est pas forcément pris dans la guerre qui peut y avoir. Absinthe avait pu pratiquement visiter chaque recoins jusqu'au dernier. Elle avait parcouru son pays autant que possible dès qu'elle avait pu. C'était un endroit si merveilleux quand on venait à rencontrer les contrés les plus éloignées, lorsque l'on pouvait voir un paysage qui n'avait pas été ravager par le reine rouge et la reine de cœur. Un paysage semblant neuf comme si il venait tout juste de naître. C'était si magnifique que ses images étaient encore gravée dans la mémoire de l'ancienne loir. Les fleurs de toutes les couleurs, les grands arbres avec leur feuilles d'un vert éclatant. Tous ses insectes comme les énormes papillons qui pouvaient régner en grand nombre sur certains endroit. Tout cela était encore plus magnifique lorsque l'on pouvait être aussi petit que Absinthe avait pu l'être. Tout voir de haut, tout voir en encore plus grand que l'anormale. Lorsque l'on pouvait voir de par terre, les rayons du soleil passer entre les branches des arbres. C'est une vision qu'Absinthe aimait bien et c'était pour cela qui lui arrivait parfois d'aller se balader dans la forêt. Juste pour se rappeler le bon vieux temps. Elle s'imaginait être de nouveau à Wonderland, une nouvelle fois et rien que ça avait le don du lui redonner le moral. Wonderland était et est toute sa vie. Elle ne pourra jamais oublier d'où elle vient et ne veut pas l'oublier de toute manière. C'était bien trop important pour la jeune femme pour vouloir tout oublier. Les vingt-huit années avaient déjà été bien dur. Elle avait comme un trou dans son cœur et maintenant elle sait pourquoi.

Tout sa vie était reliée à se monde et ses habitants et plus particulièrement, le chapelier fou. Grand ami depuis qu'elle avait décidé de dormir dans cette chaumière il y a de cela des années maintenant. Alors ce fut le soulagement lorsqu'il la reconnue enfin. Elle ne pouvait même pas dire toute la joie que cela lui procurait. Son sourire ne la quittait pas une seconde et n'attendit même pas une seconde pour partir à toute vitesse vers sa boutique quand il lui demanda d'aller chercher du thé et de l'eau. Comme au bon vieux temps, était-elle entrain de penser. Ils allaient se prendre une bonne tasse de thé bien chaude tous les deux pour pouvoir discuter. Ils avaient tellement de chose à se dire. Combien de temps ils vont passer tous les deux ? Absinthe ne savait pas et s'en fichait bien éperdument. Elle pourrait rester des heures, voir des jours avec son meilleur ami. Elle revient le plus vite possible dans le magasin de Jefferson complètement essoufflé par la course rapide qu'elle venait de faire. Elle serra fort les objets qu'elle avait dans les mains en voyant la théière que lui tendait Jefferson … Il ne valait mieux pas qu'elle lâche encore une fois ce qu'elle avait dans les mains non plus. Déjà qu'elle espérait que les cookies qu'elle avait préparé n'étaient pas casser !

« Elle est toute belle ! Et oui tu as vue ? J'ai pris quelques centimètres depuis la dernière fois … Ce qui est bien dommage dans un sens parce que c'était confortable de dormir dans un théière en y repensant. »

Très confortable. Un endroit rien qu'à elle, comme une petite chambre. Elle s’affairait au travaille pour pouvoir préparer le thé convenablement. Tout cela était une habitude qu'elle avait pris depuis bien longtemps maintenant et la jeune femme faisait les gestes machinalement. Elle n'avait presque pas besoins de se concentrer sur son thé, qu'elle savait parfaitement qu'il serait succulent. Voilà pourquoi elle préférait écouté le chapelier installé dans son coussin parler. Bien sûre qu'elle pouvait être quelques peu déçus de voir que le chapelier n'avait pas voulu rentrée dans la boutique. Il n'aurait pas eu le temps ou alors le courage c'était une toute autre histoire mais là il n'avait pas voulu. C'était un choix qu'il avait fait de lui même. Mais comment lui en vouloir ? Absinthe ne pouvait tout simplement pas … Elle l'aimait bien trop pour lui en vouloir, pour lui faire et la tête et ne pas lui parler pendant plusieurs jours avec lui. Elle pouvait comprendre le fait d'être jaloux de ne pas avoir la plus grande réserve de thé et plus que tout elle pouvait comprendre son envie de vouloir effacer Wonderland de sa mémoire. Elle le connaissait, elle connaissait son histoire et comprenait. Bien sûre qu'elle serait triste s'il venait à l'effacer et ne plus la reconnaître lorsqu'ils pourraient se trouver face l'un à l'autre, mais c'était un sacrifice qu'elle serait prête à faire si c'était pour le bien de son meilleur ami. Si cela lui permettait de se sentir beaucoup mieux, elle le laisserait faire avec une profonde tristesse. Elle ne disait rien se contentant de l'écouter avec la plus grande intention possible. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien lui répondre ? Elle était à la fois émues et triste … Deux sentiments qui s'opposaient totalement dans son esprit. Son esprit qui n'arrivait pas à se montrer logique en ce moment précis.

« Tu sais ce n'est rien … Je peux comprendre ton envie de vouloir effacer Wonderland de ton esprit et je mentirais si je disais que cela ne me rendrait pas triste ! Mais je ne peux pas t'en vouloir pour cela ni pour ne pas être venue dans ma boutique. J'espère que tu viendras plus souvent maintenant. »

Elle se retourna vers lui avant de lui faire un grand sourire. Elle commença ensuite à mettre l'eau chaude dans les tasses et tout de suite l'odeur du thé en sortit pour s'étendre dans la salle. La wonderlandienne en bon et du forme huma l'air pour s’enivrer de cette odeur qu'elle aimait tant. Jamais elle ne pourrait se passer de son thé si précieuse à ses yeux. Paige ? Il était entrain de parler de Paige ? Oui elle l'avait rencontré et elle avait même faillit s'étouffer lorsqu'elle avait appris qui était le père de la jeune femme. Oui elle l'avait rentrée avec grand plaisir. Depuis le temps que Jefferson lui en avait parler, c'était bien la première fois qu'elle avait pu enfin mettre un vraie visage sur ce magnifique nom. Elle avait pu enfin rencontrer la fille de son meilleur ami et elle avait été très ravie. Une jeune femme des plus polies et des plus gentilles. Elle rigola par la suite à ce qu'il pouvait bien dire. Elle s'imaginait parfaitement la scène si elle avait encore été un loir.

« Je suis sûre que j'aurais pu réussir parfaitement même en loir ! En tout merci, c'est vraie que je suis contente d'avoir une aussi cette boutique, on peut dire que j'ai vraiment eu de la chance pour la coup. »

Elle pris les tasses dans ses mains avant d'en donner une au chapelier fou avant de s'asseoir à son tour confortablement dans le coussin qui n'attendait qu'elle. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien lui dire t'intéressant ? Rien, pas grand chose en tout cas de son point de vue. Elle avait eu une vie assez simple après tout pas de quoi s’extasier devant ce qu'elle faisait ou autre. Elle n'avait pas vraiment vécu beaucoup de chose que se soit depuis la rupture de la malédiction ou même dans ses faux souvenirs. Absolument rien ! Elle réfléchie quelque instant pendant qu'elle buvait quelques gorgées de son thé encore bien chaud.

« Tu sais rien de spéciale … J'ai vécu juste au dessus de ma boutique de thé dans un appartement que je partage avec ma meilleure amie, on peut dire que j'ai eu de la chance. La malédiction m'a permis d'avoir une boutique de thé plus une amie ! Sinon, je ne bouge pas trop de mon travail à part quand je sort pour aller faire mes cours d'escrime ... »

L'escrime ! Sa grande passion après le thé, elle pourrait en faire pendant des heures aussi. Magné l'épée, ça elle savait parfaitement faire. Elle pourrait parfaitement s'en sortir si elle avait un adversaire en face d'elle qui voudrait sa mort.

« Et toi alors ? Tu as pu retrouvée ta fille du coup ? Je suis sûre que tu dois absolument être ravie, depuis le temps que tu me parles d'elle. Tu sais elle est vraiment magnifique, je suis heureuse d'avoir pu la rencontrer. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: La boutique de l'Avenir } feat Absinthe Dormouse   Dim 9 Oct - 20:10



"La boutique de l'avenir"


Le Chapelier & La Loire (pas la rivière hein)



« Vous êtes gravés dans ma mémoire. » Jamais il ne pourrait oublier les personnes qui l’avaient aidé dans cette période sombre et surtout pas Mally. De toute façon, même s’il disait qu’il voulait oublier, ce qui s’était passé était gravé dans sa chaire, dans son cou, dans son torse et pas même la magie, qui l’avait fait tenir en vie, ne pourrait effacer ces immenses balafres qui chaque jour lui murmurait au creux de son oreille ce qu’il avait subi. Heureusement le grand sourire de la jeune femme lui fit oublier pour quelques temps ces vieilles histoires. « Bien sur, je viendrais m’approvisionner chez toi, je n’aurais plus besoin de passer par mes filières. » Sous-entendu c’est bien j’éviterais comme ça d’aller me faire tuer pour du thé. Bref. Jefferson porta à ses lèvres la tasse de thé, se délectant de l’arôme parfaitement diffus dans l’eau, en écoutant la jeune femme raconter sa vie.  « C’est bien, je suis heureux alors. » Si au moins, cette malédiction avait pu faire le bonheur de quelqu’un, et surtout cette personne en particulier, Jefferson était content. Le nombre de personnes qui avait eu une vie de malheur, de souffrance, d’ignorance, était tellement important, qu’une petite étincelle de joie comme celle-là était bonne à prendre. « C’est bien, ça a pu te faire rencontrer de nouvelles personnes, finalement Regina aura pu rendre quelqu’un heureux. » Jefferson ne disait pas ça avec ironie, bien au contraire. Il aimait découvrir les vies des gens pendant la malédiction, faisant un peu comme un sondage pour voir s’il pouvait toujours fomenter une révolution et parfois, comme dans le cas d’Absinthe, des bonnes surprises surgissaient. « Ah de l’escrime, je te reconnais bien là. » Dodelinant de la tête avec un grand sourire, il avait en souvenir l’image du petit loir, vaillant, prêt à braver tous les dangers avec l’aiguille qu’il lui avait donné pour se protéger.

« Oh ça n’a pas été un long fleuve tranquille … » Sa voix avait perdue quelques degrés quand ses souvenirs envahir son esprit. « Déjà parce que figure toi, que ce cher psychopathe de lièvre à une fille, qui est ici, et qui bien entendu et considéré par Grâce comme une sorte de bonne personne, peut-être même meilleur amie. Et que bien entendu, Grâce a hérité de la capacité « j’attire les ennuis comme un aimant » … alors imagine un peu le cocktail. » Poussant un grand soupir, Jefferson secoua la tête. « Tu te souviens, il y a quelque temps déjà, peut-être un an je penses, ce grand incendie qu’il y a eu à la conserverie de la ville ? » Il fit une pause non pas pour faire du sensationnalisme mais bien pour calmer ses nerfs. « Figure toi que c’est Grâce qui est à l’origine du sinistre. Oh elle n’a pas fait réellement exprès, en vérité elle cherchait un endroit où échappé à son connard de beau-père … » Là par contre, Jeff du se taire pour ronger son frein, alors que ses mains tripotaient nerveusement son foulard. « De toute façon, il n’est plus là pour lui faire du mal. Tu te rends compte … que ce petit … a voulu abusé de ma fille ? LA MIENNE ? » Sa voix s’élevait de plus en plus fort avec des intonations de plus en plus menaçantes. « Quand la malédiction c’est brisé, j’ai bien sur foncé directement chez elle, plus d’une trentaine d’année que j’attendais ça  et heureusement parce que tu sais ce que j’ai vu ? Ce gros porc immonde … sur Grâce … oui oui sur elle . » Le chapelier venait de se lever d’un bond, car rien que de ré imaginer la scène, il devait bouger. « Et le pire c’est qu’il a dit que c’était parce que je couchais avec elle qu’elle ne voulait rien faire avec lui … Tu comprends, j’ai du ainsi m’en occuper personnellement. »

Sortant le ciseau de son manteau, celui qu’il avait planté dans l’épaule de se monstre, il se demandait s’il devait tout déballer, là maintenant tout de suite. Après tout, même Victor n’était pas totalement au courant de ce qu’il avait fait, même s’il savait que ce dernier s’en doutait. Après tout, ils n’avaient pas besoin de mots pour se comprendre. Mais justement, ces mots, il voulait les dire. Pas que sa conscience porte un fardeau, après tout il avait commis des crimes plus graves à Wonderland, or il savait que Storybrook n’était pas le pays des merveilles, même si … « Je l’ai tué. » Le silence redevint de plomb après cette révélation. Il ne pouvait le dire qu’a Mally, son petit loir, sa meilleure amie, qu’il avait certes négligé pendant des années mais dont il comptait bien se rattraper. « Grâce voulait le faire, elle m’en avait parlé à l’heure du thé, sauf qu’elle est trop jeune pour se salir les mains. Alors j’ai décidé d’agir, pour ne plus qu’il vienne l’a hanté, pour ne plus qu’un jour il puisse lui faire du mal. Je suis allé une nuit à l’hôpital, j’ai mes accès, et j’ai introduit de l’air dans sa perfusion. C’était marrant, tu aurais dû voir la souffrance sur son visage, tout ce que j’attendais en fait. » Sa tête dodelinait de droite à gauche, alors qu’il rangeait son ciseau dans sa poche. « Je n’ai pas tué un homme, j’ai juste anéanti le cauchemar de ma fille. » Et il affirma avec la tête sa phrase.

Finissant entièrement sa tasse de thé, il l’a posa délicatement sur le sol. « Elle a accepté de venir au manoir, avec moi et ça c’est trop cool. En plus maintenant elle fait de la couture, pleins de vêtements, ils sont beaux. » Jefferson pouvait être totalement gaga de Grâce, perdant même son langage d’adulte. « Oh et d’ailleurs, toi aussi il faudra absolument que tu viennes au manoir, que ça soit pour boire le thé, faire la sieste dans les grands canapés ou faire la fête toute au bout de la nuit. » Il s’approcha par derrière d’Absinthe et il posa ses deux mains sur ses épaules. « Et j’ai un jacuzzi d’extérieur et d’intérieur MAIS le mieux, c'est ma méga pièce de thé qui est presque aussi grande qu'ici, ma réserve personnelle omg». Tournant autour d’elle, il s’arreta juste devant avec un grand sourire. « Non parce que oui, fini la petite chaumière de clodo, j’ai un manoir encore plus grand que celui de Trump. » Il fit alors un geste de la main, comme une sorte de petite révérence. « Ouais Trump c’est un mec dans le monde réel, qui fait de la téléréalité et qui est riche. Sauf que maintenant moi aussi je suis riche :omg : et je suis encore plus intelligent que lui parce que je sais faire de la magie :omg : » Il l’avait senti, quand la malédiction s’était brisée, que son pouvoir pour traverser les mondes étaient revenus. Sauf que maintenant que Grâce était avec lui, il n’allait pas partir, il n’était pas non plus si fou que ça. Ici il avait tout. Des amis, des coups d’un soir, de l’argent, un immense manoir, de l’influence. « Bon après entre nous je n’ai pas testé, j’aimerais éviter de créer un trou noir qui nous engloberez tous vu que maintenant on peut enfin être heureux. »


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: La boutique de l'Avenir } feat Absinthe Dormouse   

Revenir en haut Aller en bas
 
La boutique de l'Avenir } feat Absinthe Dormouse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-