Partagez | 
 

 Non, je suis positivement extra-sûr que non ! } Anthon Harrold Haddock [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Non, je suis positivement extra-sûr que non ! } Anthon Harrold Haddock [TERMINE]   Sam 30 Juil - 17:12

Anthon Harold Haddock

I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


Je me présente, je me nomme Anthon Harold Haddock! Je suis né(e) le 31 Décembre sur l'île de Berk, non loin d'Arendelle, dans les pays très froid. Vous l'avez bien compris j'ai donc en apparence pas moins de 26 ans et pas une ride sur mon visage! Pour les intéressées je suis dans une situation assez complexe ... Pour pas qu'il n'y ai pas de mal entendu je suis hétérosexuel! Avant d'aller plus loin je dois vous prévenir, dans le monde Réel on me connait sous le nom de Harold/Hiccup Horrendous Haddock Troisième du nom du conte Comment bien dresser son dragon ! De viking, futur chef du village et dresseur de dragon dans la forêt enchanté je suis passé(e) à Ingénieur embauché par les renseignements américains ayant fait un peu trop de vague et cartographe à mes heures perdues. Et pour finir, on me confonds souvent avec Andrew Garfield.. Je fais aussi partie du groupe des Heroes.

Anecdotes
Aime faire de longues balades dans les nuages avec Krokmou ♠ Construit des tas d'objets, tout le temps ♠  Aime aller seule dans les fjords pour faire trempette dans l'eau ♠ ♣ A horreur du retard ♣. A le tic de passer les mains dans ses cheveux et parfois de se les arracher ♣ Aime faire son jogging tôt le matin ou tard le soir, quand personne ne peut la voir ♣ Est un grand fan de météorologie et possède plusieurs stations portatives ♣ Adore les salades de riez ♣ Aime l'odeur du bois de santal ♣ A besoin de lunettes mais ne les portes pas souvent ♣

Caractère

Vous savez je ne suis pas quelqu'un d'égocentrique ... parler de moi c'est pas un truc que j'aime faire. Enfin j'aime bien parler parce que pour faire de la psychologie c'est plus pratique mais de moi par forcément. Bon quand on est une star on a des admirateurs qui veulent tous savoir mais j'essaie de mentir. Je suis pas doué pour ça .. c'est une catastrophe et à chaque fois c'est Astrid qui rattrape le coup. De toute façon, je suis quelqu'un de plutôt solitaire, et ça depuis mon enfance. Je ne me suis jamais trop senti à ma place, alors forcément je partais tout seul pour me mettre sur la falaise qui surplombe la mer. Là je réfléchissais à des questions philosophiques et j'ai aussi beaucoup discuté avec Thor et Loki. Je ne suis pas fou, mais juste que je crois beaucoup en notre mythologie. Je suis un grand rêveur, mais parfois ces derniers deviennent réalités grâce à ma force de conviction. J'ai dit que les dragons seront nos amis, et maintenant c'est le cas. Certes, j'en ai bavé et vous ne pouvez même pas vous l'imaginer. Mais j'ai tous enduré dans le silence parce qu'au fond de moi j'étais persuadé que les gens pourraient comprendre qu'ils ne nous voulaient aucun mal. Cette force de persuasion que j'ai à l’intérieur de moi, j'essaye de la transmettre à mes amis et mon peuple parce que franchement y a pleins de trucs encore que j'ai à faire évoluer.

Effectivement je ne m’arrête pas à l'aspect d'une chose, j'essaie de creuser, de voir plus loin, l'intérieur si possible. On dit que l'habit ne fait pas le moine, et bien moi je l'applique à tous parce que certaines choses peuvent nous réserver des très bonnes surprises alors qu'on en avait peur avant. Par contre, un de mes gros défaut c'est que je suis têtu. Mais ça, ça va avec la force de persuasion. Je veux dire, si je me stoppe au premier obstacle ça ne sert strictement à rien. Quand j'ai une idée, je fonce jusqu’à ce qu'elle soit réalisé et pas avant. Mais je fais ça avec tout encore une fois. Par exemple, mes proches, les gens que j'aime, ils peuvent être sur que je vais les aider quoi qu'ils arrivent. Puis bon mine de rien je suis assez possessif et jaloux ... donc forcément je vais avoir toujours un œil sur eux. Bon par contre, quand je vois que ça va plus ... là je m'énerve et c'est pas beau à voir. D'ailleurs Papa dit que j'ai le sang d'un leader qui coule dans mes veines, il le voit à la façon que j'ai de parler avec les autres ... Bon après j'ai envie de dire que pendant toute mon enfance et mon adolescence ... il m'a renié un nombre incalculable de fois parce que selon ses termes je "n'étais qu'une lavette mouillée même pas à bonne à être pendue" .. Oui ça veut rien dire mais pour moi c'est beaucoup. Mon petit cœur il a eut bobo ... enfin je dis ça en plaisantant parce que j'aime bien la déconne mais sur le moment j'ai vraiment beaucoup souffert, mais vu que j'ai tout intériorisé, personne n'a rien su. Elle est pas belle la vie alors !!.

crackle bones




Derrière l'écran
Derrière mon écran, moi je m'appelle Prénom/Pseudo. Actuellement j'ai âge ans, et je RP depuis combien de temps. J'ai découvert le forum comment tu l'a découvert. De moi on dit que je suis quelques traits de caractère. D'ailleurs je trouve le forum comment le trouve tu et je suis content(e) d'y être. Ah j'ai un petit mot pour vous au fait : A toi de nous raconter ce que tu veux.
crackle bones


Dernière édition par Anthon H. Haddock le Ven 5 Aoû - 1:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Non, je suis positivement extra-sûr que non ! } Anthon Harrold Haddock [TERMINE]   Sam 30 Juil - 17:12

Titre de l'histoire

Personne ne se battra à ta place



Avant la malédiction



Il était une fois, un petit garçon qui fit son apparition dans une famille de viking, sur l'île de Berk, là ou se trouvait la plus grosse colonie de dragon. Son enfance se passa plutôt bien choyé et aimé par tous, jusqu'à ce que sa mère disparaisse. Harold, de son prénom, avait toujours été plus proche d'elle, que de son père, creusant malheureusement encore plus de distance avec ce dernier. Pendant un moment, il se mura dans un mutisme, se coupant de tout le reste. Mais le temps passa et il devait commencer sa formation de tueur de dragon. Parce que oui, lui, le passionné de mécanique et de dessin, pacifiste dans l'âme était le fils du meilleur tueur accessoirement chef du village, et il devait forcément prendre sa suite. Or le petit hic, c'est qu'il ne supportait pas qu'on puisse faire du mal à un dragon, où même à un animal en général. Alors il essaya d'éviter à tout prix les entraînements au combat, à la chasse et à tout autre forme de chose qui aurait pu mener à la mort d’un être vivant. Pourtant Guelford lui disait tout le temps que retenir le viking en lui n'était pas une bonne idée, qu'un jour il finirait pas le payer. Mais Harold était aussi têtue que son père et il n'écouta personne faisant juste ce que son cœur lui dictait de faire. Il allait souvent se cacher dans l'une des grottes qui surplombait la falaise, au moins personne ne venait le déranger dans cet endroit. Sauf que quand il revenait au village, il se faisait méchamment corriger pour avoir raté les combats en arène. Il était la honte de la famille, du village, et ses « amis » se faisaient une joie de lui rappeler, l’humiliant sans arrête. Mais tout bascula un soir d’automne …

Voulant aider comme il le pouvait, il toucha un dragon dans la nuit noir en plus de mettre le feu à la moitié des maisons. Le lendemain, il se mit en quête de le retrouver, faisant confiance en son instinct particulier et là, il trouva une furie nocturne, le plus puissant des dragons. Tiraillé entre l'idée de rétablir son honneur en le tuant où de le laisser partir, il ne fit rien des deux choses restant un moment à le regarder. C'est alors qu'il s'aperçut qu'il était blessé et il entreprit de le soigner. La tâche était rude pourtant tout changea quand il se mit à parler au dragon pour lui de façon banale, mais que ce dernier le compris. Le vent venait de tourner, enclenchant aussi quelque chose dont il ne savait rien. Revenant au village une fois le dragon qu’il avait baptisé Krokmou, allait bien, il ne comprit pas l’accueil qu’on lui faisait. Comme à son habitude de tête de linotte, il n’avait pas fait attention qu’il tenait toujours dans ses mains une des grosses écailles de l’aile de la furie nocturne et tout le monde l'accueillit en héros, pensant que c'était lui qui avait terrassé le puissant dragon. Son père ému comme jamais le sera pour la première fois dans ses bras, tout le monde l’acclamait et lui, n’avait qu’une envie, fuir loin de ce village de fou. Il passa ainsi en une nuit du petit gringalet au grand héros, et en réalité, sa vie était encore plus un enfer qu’a l’époque où on le traînait dans la boue. Alors Harold s’éclipsa encore plus souvent, mais cette fois pour rejoindre le dragon. Il ne savait pas pourquoi mais il était attiré comme un aimant par lui, il se sentait bien, et surtout, compris. Après plusieurs semaines de réflexion, il prit une décision importante. Il en avait marre de cette guerre inutile, car plus il apprenait le comportement du dragon et plus il voyait que les deux peuples se fourvoyaient. Il décida donc de faire changer les choses. Deux peuples aussi intelligent pouvaient exister ensemble, s'aider et surtout s'aimer. Avec Krokmou, ils s'engagèrent dans une quête qui les mena droit dans une terrible bataille qui lui coûta sa jambe, mais ils avaient réussi. Certes son père avait encore du mal a accepté la situation, mais il ne pouvait nier le vent frais du changement qu'apportait son « fils ». Il sentait que c'était maintenant, qu'il fallait faire quelque chose, alors si quelqu'un devait apportait cette paix tant attendu par les deux camps et ce fut donc lui qui s'en chargea. Pendant des années, il œuvra avec son meilleur ami à faire en sorte qu'humains et dragons ne s’entre-tuent plus et ils y arrivèrent, jusqu'à ce qu'il découvre ce village saccagé, des années plus tard. Sauf qu'au moment où Krokmou devint l’Alpha des dragons, ou lui-même succéda à son défunt père comme chef de clan, où ensemble, ils allaient découvrir qui avait rallumé la flamme du conflit, une vilaine fumée violette apparut pour tous les transporter dans un autre monde.


Pendant la malédiction




Siège du conseil permanent de l'ONU 31 Décembre 1988 ~ Manhattan USA


« Nous sommes à l'aube d'une nouvelle guerre si le gouvernement irakien ne décide pas de retirer ses trouves du Koweït … Je .. » Une jeune femme tapota doucement l'épaule du général Folmeiner qui n'eut pas le temps de finir sa phrase. Elle n'eut pas besoin de lui dire qu'il avait déjà compris ce qui se passait. Calmant sa respiration, il reprit son discours en l'abrégeant très rapidement. « Messieurs les Ministres, je pense qu'il est nécessaire d'organiser une entrevue avec Husseim pour trouver une médiation. Dans le cas où cela échouerait, les troupes de l'armée Britannique s'engageront pour une opération au sol. Merci. » Les dirigeants recommençaient à parler, prenant en compte les éléments qu'il avait apporté au dossier mais là, pour le moment, il s'en fichait totalement. Ramassant ses affaires dans le plus grand calme pourtant, il sortit de la salle avant de se mettre à courir comme un dératé. Il se dirigea immédiatement vers le bureau de l'ambassade de Norvège. Ce dernier était à la réunion mais son assistante l'attendait avec un grand sourire. Il composa le numéro de l’hôpital militaire et tapa du pied en entendant la musique d'attente. Surtout ne pas s'énerver, rester calme. Alors quand il eut la dame de l'accueil, il lui ordonna de sa voix grave et autoritaire qu'on lui passa sa femme. Trop tard, le travail avait commencé et Scott ne put avoir que le médecin des armées. « Ne vous inquiétez pas Général, Valeska va très bien. Les résultats sont très bons, on a même pu lui faire une péridurale. » « Quand est ce que mon fils sera là ? » « Pour le coup, je ne peux pas vous le dire, ça ne fait que quelques heures qu'elle est dans la salle d'accouchement. De toute façon, nous restons en contact et je vous avertis dès qu'il y a quelque chose de nouveau. » Un clic, et le silence se fit à nouveau dans la pièce. « Félici... » « Taisez-vous, cela porte malheur, le bébé n'est pas encore là ; » Dire qu'il était angoissé n'était qu'un euphémisme. Au départ il ne devait pas venir ici, mais rester proche de Valeska. Leur premier enfant. Depuis le temps qu'ils essayaient d'en avoir un ... et puis les conflits avaient commencé et en tant que général des armées britanniques, il avait dû laisser la femme de sa vie. S'il lui arrivait quelque chose pendant son absence … non il ne devait pas y penser. Elle était forte, plus que lui-même. Tout irait bien. Il sortit du bureau non sans un regard presque d’excuse à la jeune femme avant de prendre le chemin de son hôtel sécurisé. Il appellerait l'ambassade dans la journée sans doute pour avoir le numéro de l’hôpital. Avec l'émotion il avait oublié de le demander directement au médecin.


Le temps passa à une rapidité folle et Scott entendait le bruit de fêtes du passage de la nouvelle année. Il ferma d'un coup sec ses rideaux alors qu'il tournait en rond dans sa chambre avec en fond la télévision sur la chaîne internationale. Il était pire qu'un lion en cage et il rongeait son frein pour ne pas appeler pour la trente-six millièmes fois l’hôpital. C'était long, trop long pour que ça soit normal. Son coté anxieux reprenait le dessus et toute une foule de scénarios passait dans sa tête. Quand les feux d'artifice résonnèrent il sursauta comme si, il était en mission sur le terrain. Non, il devait se calmer. Prendre une douche froide lui remettrait les idées en place. Il se déplaça dans la salle de bain quand le téléphone sonna. Il bondit littéralement dessus, touchant sur toutes les touches tellement que ses mains tremblaient. « Félicitation Scott .. ; » « Oh mon dieu, c'est bon .. Commet va tu ?? Tout est normal ? Tu n’as pas trop souffert .. Ça va il s'est pas étranglé avec son cordon et .. » « Mon amour … calme toi. Nous allons très bien ». Quand il entendit cette petite voix faible mais heureuse, il faillit s'évanouir. « Notre petit bout est là … tu le verras demain par visioconférence … mais pour le prénom alors ? »  « Tout ce que tu veux ma chérie, celui que tu as choisi à la maison lui ira parfaitement mais ça va vraiment hein ? Tu ne dis pas ça pour me rassurer ? Il respire ? Ses fonctions vitales sont saines ? » Son rire cristallin sonnait comme une bénédiction pour ses oreilles. Elle aurait pu dire n'importe quel prénom qu'il aurait dit oui de toute façon. Sa femme, c’était plus que sa propre âme. « On prend Anthon, et Harold en second prénom celui que toi tu as choisi. »  « Anthony Harold Folmeiner, ça sonne tellement bien » « Un futur général des armées » Ne commences pas … au fait … Bonne année Scott. » « Bonne année Valeska, et petit bout. »

Un appartement assez classe derrière la caserne militaire d'Oslo ~ Eté 1997


« Alors ? Papa ou Maman ? » C'était la troisième fois qu'il entendait son père posait cette question et le petit garçon restait toujours sans réponse, les yeux grands ouverts qui allaient de son père à sa mère. Cette dernière d'ailleurs avait levé les yeux au ciel en poussant un grand soupir et en lui disant d’arrêter ce cirque avant de se rendre dans la cuisine. En fait, il avait du mal à saisir ce que son père voulait qu'il réponde et par peur de se tromper il ne répondait rien. Il ne voulait pas que l'ambiance se dégrade et que les cris retentissent dans la maison. Il entendait assez de bruits et de paroles autoritaires comme ça dans la caserne pour ne pas en avoir en plus avec ses parents. Croisant ses jambes, il baissa la tête, commençant à être gêné par la tension qui montait. Il entendit alors le bruit du canapé en cuir, et sentit une main sur son épaule. « Tu sais, que ce soit l'un ou l'autre ça ne changera rien. » Au loin, les mots hypocrite et menteur résonnaient dans la cuisine. Se mordant la lèvre, il osa enfin briser le silence. « En fait je n’ai pas compris Papa ... je dois répondre quoi ? » Le rire grave résonna à ses oreilles et il baissa à nouveau les yeux, vexé par le fait que son propre paternel se moque de lui. « Et bien mon fils, armée de terre ou marine ? Alors ? » Oh mon dieu, il était à des kilomètres de s'imaginer qu'il devait choisir son avenir à travers cette querelle de toujours. C'est vrai que maintenant, c'était assez logique en fait. « Armée de l'air. » Au moins comme ça, il mettait tout le monde d'accord, et cette fois se fut sa mère qui éclata de rire alors qu'il entendait le bruit des casseroles. Son père s'était à son tour muré dans un silence, le fixant tout à coup sérieusement. Même s'il avait dit ça pour ne vexer personne, au fond de lui, c'était ça qu'il voulait faire. Pas forcément rentrer dans l'armée mais voler comme un oiseau. Il avait construit des maquettes en allumettes qu'il comptait faire en dur quand il serait plus grand. « Bah j'aime bien les avions, c'est cool d'être dans les airs. » Il s'allongea sur le tapis et mina avec sa petite main la trajectoire d'un mirage alors que son père partait dans la cuisine. Non franchement, rentrer dans la Marine jamais. Après tout il ne savait même pas nager … comble quand on a une mère commandante en chef d'un navire. Et pour ce qui était de la terre … ce n'était pas mieux. Puis en réalité, il n'aimait pas trop se battre. Pourquoi il ne le savait pas, mais il ne l’avait jamais dit. Il hochait toujours la tête quand son père lui parlait des combats au corps à corps. Ce qui l’intéressait par contre c'était la stratégie. Se retournant sur le ventre, il commença à ramper en mode soldat pour essayer de ne pas se faire repérer pour atteindre la porte de la cuisine. On parlait de lui, il en était persuadé alors qu'il n'était pas là. Il devait écouter et savoir point. « Tu sais .. je penses que tu devrais arrêter de lui demander ça … peut être qu'il n'a pas envie de suivre nos voies. » « Parce qu'il voudrait faire autre chose ? Non, c'est la tradition familiale. Mon père était général, mon grand-père, mon.. » « Je sais mais ce n'est pas une raison. C'est à lui de décider et nous devons nous y plier. S'il veut faire peintre, ou danseur il le fera compris ! » « Mais ça ne va pas bien … tu veux que notre fils soit la honte de la famille ? » Le ton commençait à monter et Anthon n'aimait pas les disputes. Se levant d'un bond, il rentra comme une balle de tennis dans la cuisine pour les interrompre. « T'inquiètes pas Maman, l'armée de l'air c'est cool. Moi j'aime bien, je veux faire ça. » Il voyait l'air radieux de son père mais la mine inquiète de sa mère. Alors pour l'à rassurer il se jeta sur elle pour lui faire une attaque de calin. « Ne l'écoutes pas et fais vraiment ce qui te tiens à cœur. » Ce murmure était comme une caresse alors qu'elle lui embrassait le front en le serrant fort dans ses bras avant que son père ne commence à ronchonner et à bougonner.

Centre de formation des pilotes de l'armée de l'air ~ Londres ~ Juin 2004


Replaçant correctement sa chemise pour la dixième fois, Anthon entendit l'exaspération de son père. Pourquoi ça prenait autant de temps ? Ils avaient rendez-vous à onze heures, pas à midi. Son stress augmentait de minutes en minutes et le fait que son père ne le rassure pas mais qu'il soit encore plus angoissé que lui ne l'aidait pas du tout. Sortant son portable de son sac, il envoya un petit texto à sa mère pour lui dire à quel point il était nerveux. Quelques minutes plus tard, au moins il eut un message d'encouragement et d'apaisement qui le fit sourire, juste d'ailleurs quand la porte du recruteur s'ouvrit. Se levant en synchro avec son père, il resta cependant en arrière pour le laisser parler et prendre les commandes. Il fit une petite grimace parce que le favoritisme, il n'aimait pas ça, mais bon, il l'avait « subi » comme il le disait, jusqu'à maintenant, il savait parfaitement que ça n'allait pas s'arrêter là. Rentrant dans le bureau, son œil fut immédiatement attiré par les avions en maquettes, les plans et les diplômes qui pouvaient y avoir. Même une fois assis, il resta un moment à contempler les œuvres en s'imaginant à bord ne voyant pas que son père était devenu livide. « Bon Anthon, j'ai une mauvaise nouvelle à t'annoncer … tu n'es pas pris. » La stupeur, la stupéfaction, l'incompréhension et l'angoisse fit que le jeune homme ne put se contenir et commença à parler pour défendre ce qui lui tenait à cœur. « Non mais ce n'est pas possible … vous devez faire erreur … j'ai un dossier scolaire parfait et je ne penses pas avoir raté les tests intellectuels. Enfin je n'ai pas l'habitude de me vanter mais quand même ... » L'instructeur repris la parole avec un petit sourire en coin malgré la situation. « Anthon, je ne vais pas te mentir, tu aurais été un élément brillant au vue effectivement de tes résultats intellectuels et de tes stages dans l'armée de terre mais tout vient d'un problème oculaire. »

Là, il était dans le flou le plus total justement. Personne ne comprenait rien. « Les tests médicaux ont montrés que tu as la Maladie de Stargardt qui est une affection héréditaire de l’œil. En gros tu auras une baisse d'acuité visuelle bilatérale mais ce n'est pas à moi de te l'expliquer mais au médecin. Cependant comme tu l'auras compris, piloter un avion te sera interdit car même si la maladie ne se déclenche pas maintenant, tu l'auras dans quelques années. » Un silence de plomb se fit alors dans le bureau pendant quelques minutes, avant que l'on entende un bruit de chaise tombant au sol et un bruit de porte se claquant violemment. Non, ce n'était pas possible, il était dans un cauchemar. Les larmes coulaient le long de ses joues alors qu'il courait à travers les couloirs de l'immeuble sans savoir réellement où il allait. Il venait de faire un combo, apprendre qu'il ne pourrait jamais piloter un avion et surtout apprendre qu'il avait une maladie qui allait certainement le rendre aveugle. Génial, il avait gagné le gros lot au prix de la malchance. Et pour couronner le tout, il se prit une porte en pleine figure car il ne fit pas attention de l'endroit où il allait. Essayant de reprendre son calme alors qu'il sentait le sang coulait de son nez, il trouva enfin la sortie mais son père le rattrapa avant qu'il pose le pied sur le trottoir. Et pour la première fois depuis bien longtemps, il le sentit le prendre dans ses bras costauds et le serrait au point qu'il allait l'étouffer. « Ce n'est pas de ta faute fils, je suis désolé. »

Cambridge-MIT Institute ~ Massachusettes USA ~ Septembre 2009


« Je tenais à remercier encore une fois les élèves de sixième année de l'université de Cambridge qui ont fait le voyage jusqu'à notre institut pour passer cette année avec nous. Et […]... » Anthon n'écoutait déjà plus les paroles du directeur de la plus grande école d'ingénieur car il venait de se plonger dans la lecture de son livre de mécanique. Six ans c'était écoulé depuis qu'on lui avait annoncé brutalement sa maladie et brisé ses rêves, or il n'était pas d'une nature à se laisser abattre. Si les premiers mois avaient été durs, il avait changé de cap tout en restant dans le même domaine, même s'il n'excluait pas de voler. S'il avait accepté de participer au projet d'échange entre Cambridge et le MIT c'était pour pouvoir prendre rendez-vous avec un grand spécialiste de la vision. « Ce n'est pas bien de ne pas écouter ». Un chuchotement féminin le sorti de sa lecture et il tourna la tête en direction de celle qui avait osé le déranger. Il resta quelques minutes à la fixer alors qu'il sentait le rouge lui monter aux joues. « Parce que tu vas me faire croire que tu l'écoutes étant donné que tu me parles ? » Ce n'était pas parce qu'il était troublé par la demoiselle rousse qu'il allait perdre la face. Elle rigola doucement avant de se pencher vers lui. « Tu m'as eu, je suis dévoilée. Kathie » « Anthon » « Tu fais partit de la fameuse promotion britannique ? » Il hocha la tête alors qu'il avait senti dans sa voix comme une sorte de ronron de chat à l'évocation du mot britannique. Bizarrement, il ne savait pas pourquoi il voulait se justifier sur sa nationalité. Étrange tout ça. « En réalité je suis à moitié britannique par mon père et norvégien par ma mère. » « Pourtant tu n'es pas blond ? C'est louche ça .. » « Non c'est juste vraiment très cliché. Tous les nordiques ne sont pas blonds aux yeux bleus, je suis désolé de briser tes rêves. » « Ce n'est rien, je vais m'en créer d'autre comme ça. » Alors là .. si ça ce n'était pas une perche qu'elle lui tendait. Passant une main dans ses cheveux, il lui envoya une espèce de sourire colgate. Il n'avait jamais été très à l'aise avec les relations intimes et amoureuses. Il s'était tellement idéalisé la notion de l'amour et de romantisme qu'il était tombé dans un extrême dont parfois il ne se rendait pas compte, enfin qu'a la fin quand on le quittait. Mais là, tout se passerait bien, il en était persuadé.

Massachusettes USA Juin 2010


Le fait qu'il ait obtenu le plus au grade et la plus haute mention ne l'étonnait même pas, cependant il était vraiment déçu pour Kathie, qui l'avait raté. Il ne lui avait pas proposé de venir à la remise de diplôme par pudeur pour elle. Cela faisait sept mois qu'ils étaient ensemble et Anthon avait commencé à comprendre comment elle fonctionnait. Enfin le pensait-il jusqu'à après la remise. Elle s'était bien passée, il avait eu les honneurs et les félicitations. Son père avait même fait le déplacement pour le voir et il rayonnait de bonheur en disant que c'était son fils le major de la promotion. Cette attitude exaspérait au plus haut point le jeune homme et il s'éclipsa rapidement parce qu'il voulait être avec la jeune fille qu'il aimait. Il se rendit d'abord dans sa chambre d'étudiant, vu qu'elle avait les clefs et puis il voulait se changer. La robe bleue de remise de diplôme n'était certainement pas très appropriée. Elle n'était pas là, sans doute dans sa propre chambre. Au moins il pourrait aller lui chercher un cadeau pour lui remonter le moral. Se changeant rapidement, il attrapa son portefeuille et s'élança à travers le campus pour aller en ville, chez le fleuriste. Il voulait lui acheter un truc gros, des belles fleurs parce que c'était jolie, comme elle. Une fois son achat fait, il se dirigea vers le logement des femmes pour lui faire la surprise. Monta les escaliers quatre à quatre, il se remit bien pour ne pas trop faire débrailler et toqua quatre coups à la porte, leur petit code secret. Il avait trouvé ça marrant d'instaurer un code pour savoir qui était devant la porte. Le pauvre, s'il avait su … Il tapa du pied au sol tout en regardant le plafond, trouvant le temps excessivement long alors qu'il entendait du bruit de l'autre côté de la porte. « Kathie ? Tout va bien ? » Elle ouvrit enfin, enroulé dans un drap, avec le rouge au joue. Levant un sourcil, son cerveau ne voulait pas voir l'évidence et il hocha la tête à ses mensonges. « Tiens regardes, je t'ai amené un gros bouquet vu que je sais … bref on va pas en parler … Va te remettre au lit, je vais m'occuper des fleurs... » « C'est que j'aimerais vraiment me reposer chéri … j'ai eu de la fièvre tout à l'heure ... » « Oh mais ne t'en fais pas, je ne te dérangerais pas, je regarderais la télé et je te ferais à manger après et ... » L'instinct qu'il avait toujours eu venait enfin de s'activer pour lui dire que quelque chose d'anormal se passait dans la pièce, outre le comportement de la jeune femme. Poussant la porte sans aucun mal alors qu'il entendait ces protestations, il se pétrifia quand il aperçut un homme, dans l'encadrement de la porte de la chambre, en t-shirt et boxer en train de manger une pomme.

« Je suis désolée Anthon mais c'est pas ce que tu crois ... » « Ah ouais ? Et il fait quoi alors ? De la compote peut être ? » Sa voix venait de perdre quelques degrés alors que son corps entier c'était rigidifié et que ses traits s'étaient durcis. « Je … je je ne savais pas comment te le dire … » « Parce que tu voulais me le dire à un moment ? C'est bien, on progresse là déjà ... » « C'est pas contre toi c'est juste que … » Il voyait qu'elle avait du mal à dire les mots, qu'elle était embarrassée, alors quand ce fut son amant qui prit la parole, Anthon sentit une vague de colère le submergeait. « Mec, écoutes t'es un type bien sans doute mais Kathie c'est pas d'un intello qu'elle veut. Genre toi apparemment tu fais que bosser .. tu ne prenais pas soin d'elle … et ... » Il ne lui laissa même pas le temps de finir qu'il se rua sur lui pour le mettre à mort, littéralement. Au moins, pour une fois, les techniques qu'il avait appris pendant ses stages à l'armée lui servait. Il se fichait d'entendre Kathie dire d'arrêter, c'était trop tard, la machine était enclenchée. L'autre se releva et essaya de lui donner des coups, plus que surpris par la force dont son ennemi faisait preuve. Anthon l'attrapa par le col de son tshirt pour le plaquer contre le mur avant de lui bloquer totalement la respiration d'un bras et les mains de l'autre. « Tu ne sais rien de moi Mec alors fermes ta gueule … Elle aurait bossé correctement, elle aurait eu son année, mais je comprends mieux, si elle était avec toi tout s'explique. » Il lui enfonça un coup de genou dans le ventre, même plusieurs alors qu'il accentuait la pression pour le faire suffoquer. « J'avais mes raisons d'être jaloux et possessifs et puis finalement c'est la vérité n'est-ce pas ?  D'ailleurs ça fait combien de temps vous deux ? » Forcément l'autre homme n'arrivait pas à parler, vu qu'il était au bord de l’asphyxie. C'est Kathie qui répondis en sanglotant et en le suppliant d'arrêter. Ecœuré, blessé, Anthony balança le gars contre la porte avant de lancer un regard noir à la jeune femme. « Le respect, ça aurait été de me quitter dans ces cas là … mais il faut croire que tu ne connais pas ce mot. J'espère au moins que ça te l’aura appris même si j'en doute fort … Tu sais quoi, soit heureuse avant ton bouffon de rameur parce que tu ne peux pas prendre plus haut intellectuellement … Pouffiasse. »

Il partit, dignement alors qu'il entendait l'autre agoniser en appelant Kathie. Il ne laissa rien paraître quand il sortit à l'extérieur mais il était ravagé, totalement bouleversé. Il avait essayé de ne pas refaire les mêmes erreurs qu’avec les autres. Il n'avait pas fouillé dans son téléphone, il lui avait laissé sa liberté alors qu'il avait rongé son frein à cause de sa possessivité et voilà le résultat. Il y avait vraiment cru or maintenant son cœur saignait. Rentrant chez lui, il attrapa un sac et fourra toutes ses affaires dedans laissant une chambre déserte. Son téléphone sonna, mais il ne voulait pas répondre, sauf qu'il vu que c'était son père. La musique continua alors qu'il montait dans sa voiture. Il envoya un rapide texto comme quoi il avait envie de fêter sa réussite. Génial n'est-ce pas .. Mais après tout, il valait mieux être seul que mal accompagné. Sa devise l'avait toujours suivi et il était sans doute fait pour ça. La solitude. Il démarra sa voiture et partit sur la route, sans but précis. Il roula pendant longtemps, la nuit était même tomber et il du chausser ses lunettes car il commençait à ne plus y voir très clair, sauf qu'il ne voulait pas s'arrêter. Voir le paysage défilé, sans aucune contrainte, dans le silence le calmait un peu. Conduire avait toujours été grisant mais aujourd'hui, c'était comme un pansement. La nuit avança, les automobilistes se faisaient de plus en plus rares et là, dans la campagne, il se stoppa net quand deux véhicules lui firent des appels de phares. S’il pensait que cette journée était étrange, il atteint le paroxysme à sa descente de voiture. Il découvrit que les renseignements américains suivaient son parcours et qu’ils avaient attendu le bon moment pour le contacter. Quoi de mieux qu’une rupture violente, qu’une fugue pour lui faire signer un petit papier qui lui donner un job très bien rémunéré , très dangereux et surtout le comble, un traitement pour sa maladie visuelle. Anthon avait besoin de ça, d’aventures, de sentir l’adrénaline dans ses veines, alors il signa sans se rendre compte dans quoi il mettait les pieds.

Storybrook – Etat du Maine ~ Avril 2012


Il en avait fait des conneries dans sa vie, mais celle-là était certainement la plus belle et surtout la plus grosse. Voler des documents confidentiels à la CIA prouvant les falsifications de l’ancien président des états unis, Georges W. Bush pour la justification de la guerre en Irak. Ces papiers classés top secret, il les avait obtenus après maintes et maintes fouilles dans les serveurs. D’abord par curiosité, puis ensuite pour révéler le scandale au grand jour, il se mordait maintenant les doigts de ce qu’il avait fait. Certes, il ne regrettait pas d’avoir transmis la clé usb au groupe de journalistes d’investigations qui avaient pu continuer à creuser et surtout à trouver les réponses aux questions qui étaient posées mais il regrettait de ne pas avoir été plus discret. Il avait pourtant tout fait pour ne pas qu’on découvre que c’était lui le fameux pirate informatique parce qu’en vérité il n’en était pas un, juste une personne très curieuse. Personne ne l’avait soupçonné, il faisait très bien son travail, ayant des résultats parfaits mais justement, être trop lisse peut aussi cacher des choses. De plus, il était connu pour être une sorte de loup solitaire, n’ayant pas beaucoup d’amis. Par contre, ses ennemis étaient légions et les rumeurs commençaient à enfler, jusqu’à lui exploser à la figure. Il avait dû partir à la hâte, après avoir changé son identité pour ne pas qu’on le retrouve. Il avait conduit toute la nuit, prenant des chemins détournés, vérifiant systématiquement que son brouilleur ne lâchait pas. C’est comme ça, qu’il avait atterrit à Storybrook, totalement par hasard. De plus, son GPS ne marchait pas, lui indiquant qu’il se trouvait en plein milieu d’une forêt, c’était parfait, un endroit pas encore cartographié.

Pendant quelques mois, il ne sortait pas de chez lui, ayant légèrement peur qu’on le retrouve, connaissant parfaitement ce qu’on faisait aux traites, même s’il ne se considérait pas comme tel. Et puis, au fil du temps, voyant la menace s’éloigner, il commença à visiter les lieux. Charmante petit endroit d’ailleurs. Enfin, le temps de gagner de l’argent était venu car il ne voulait pas faire de remous sur ses comptes bancaires. Il ouvrit alors une sorte de petite boutique, dans un local pas plus grand qu’un placard à balais. Une affiche sur la devanture expliquait qu’il pouvait réparer un nombre incalculable de choses, qu’il donnait aussi des cours de soutien scolaire dans plusieurs matières et qu’il pouvait faire quelques dessins à la demande. C’est sur qu’il ne pouvait pas se vanter d’être le major de sa promo du MIT, de dire qu’il avait travaillé pour les services secrets, mais au moins il était vivant, et pour lui, c’était le principal.



Après la malédiction



Rien de tout ce qu’il avait vécu ces vingt-huit dernières années était vrai … Quand la malédiction avait rompu, Anthon était dans boutique en train de plancher sur un mécanisme qu’il voulait faire voler. Il s’était d’ailleurs bruler avec le fer à souder quand la vague de magie l’avait percuté. Il était Harold, un chasseur de dragon qui avait renié plus de trois millénaires de traditions en acceptant de pactiser avec l’ennemi. Il avait réussi à faire changer les mentalités, lui le petit gringalet dont personne ne soupçonnait la force qu’il pouvait avoir. Dire qu’il était perturbé n’était pas un petit euphémisme car il oscillait entre ces deux personnalités. Harold le chef viking conquérant, frère des dragons et Anthon, l’anxieux surdoué, ennemi des petits arrangements pouvant avoir des conséquences terribles sur la vie d’innocents. Et ce n’est pas Astrid qui va l’aider à réconcilier ces deux parts de lui-même qu’il a juste dissocier dans un moment de folie. Entre quête pour retrouver Krokmou, les autres dragons, le village, accepter la situation, continuer de vivre une vie plutôt normale de jeune adulte, Anthon n’a finalement presque pas pu souffler une minute.



crackle bones


Dernière édition par Anthon H. Haddock le Ven 5 Aoû - 1:05, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Niels Mørck

avatar
En réalité, je suis
Rozen
☸ Conte : Rozen Maiden

☸ Emploi : Animateur à la garderie le jour & recruteur de show pour le Rabbit Hole la nuit
☸ True Love : Une véritable folle de son chat, personne n'est parfait

☸ Avatar : Calvin Harris
MessageSujet: Re: Non, je suis positivement extra-sûr que non ! } Anthon Harrold Haddock [TERMINE]   Sam 30 Juil - 19:30

Rebienvenue mimi


Bon tu connais le perso et tout Adios ça sera que formalité cette fiche !

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Dream
We all are living in a dream but life ain't what it seems. Oh everything's a mess. And all these sorrows I have seen they lead me to believe that everything's a mess. But I wanna dream. Leave me to dream... ⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1481-ainsi-font-les
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Non, je suis positivement extra-sûr que non ! } Anthon Harrold Haddock [TERMINE]   Ven 5 Aoû - 1:07

Bien sur *-* Merci Love


J'ai fini Oh que oui j'ai apporté quelques petites modifications à la fin de l'histoire pendant la malédiction mais sinon au global c'est les mêmes choses Red
Revenir en haut Aller en bas
Lieserl K. June

avatar
En réalité, je suis
Krokmou
☸ Conte : Dragon

☸ Emploi : Employée à la boutique de farces & attrapes
☸ True Love : Broken hearts stitched together

☸ Avatar : Lily Collins
© Crédit : Vava ¤ Dada | Sign ¤ FRIMELDA
MessageSujet: Re: Non, je suis positivement extra-sûr que non ! } Anthon Harrold Haddock [TERMINE]   Sam 6 Aoû - 22:46

Comme promis. mimi

Spoiler:
 

mimi

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Je rêve d'une autre vie où tout est rose et joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t267-thanks-for-noth
Valentina A. Sweetheart

avatar
En réalité, je suis
Un simple inconnu
☸ Conte : Folklore || L'étrange Noel de Mr Jack

☸ Emploi : Gérante dans une agence matrimoniale || Chroniqueuse au journal rubrique "love"
☸ True Love : Le Prince de mes rêves ~

☸ Avatar : Kristen Bell
© Crédit : Bibi
MessageSujet: Re: Non, je suis positivement extra-sûr que non ! } Anthon Harrold Haddock [TERMINE]   Lun 8 Aoû - 1:39


(re)Bienvenue sur Heroes and Villains

Anthon Harrold Haddock !
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Félicitations! Tu as complété ta fiche personnage avec brio!
Te voici prêt/prête à aller jouer dans Storybrooke et ses alentours.
Tu as été ajouté au groupe Heroes.
Pour une expérience optimale, pense bien à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]!
Tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], demander un rp dans [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et tenir à jour ton journal de bord de RP en créant un sujet [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]!

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un des admins.

Nos admins chéris sont :
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
code (c) crackle bones

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

I'm the Queen
No rage Please
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Non, je suis positivement extra-sûr que non ! } Anthon Harrold Haddock [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Non, je suis positivement extra-sûr que non ! } Anthon Harrold Haddock [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives Présentations-