Partagez | 
 

 How to save a life | Cuinn Z. Lonruil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iñaki D. Blaze

avatar
En réalité, je suis
la Salamandre
☂ Emploi : Opérateur de forge et soudeur. Radiateur humain
☂ Camp : Whatever
☂ True Love : So hot for you !

☂ Avatar : Matt Ryan
© Crédit : June | Beylin
MessageSujet: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Ven 9 Sep - 18:05




L'air était encore humide en ce début de matinée et lui faisait froncer le nez, Iñaki n'avait jamais vraiment aimé la pluie ou se baigner trop longtemps dans une vaste étendue d'eau sans savoir que ceci était en réalité dû à sa véritable identité dont il n'avait même pas la moindre idée, pourtant il était malgré tout parti courir en pleine forêt comme il en avait l'habitude depuis qu'il s'était installé à Storybrooke. La ville était si paisible qu'il en était tombé sur le charme, du moins les souvenirs implantés lui disaient ceci et bien loin de se douter qu'il avait toujours été prisonnier de cet endroit, pour un sanguin de son genre trouver un endroit où la tranquillité régnait ne pouvait que lui faire du bien même si le temps n'était pas toujours des plus favorables. Même s'il était vrai qu'il ne gardait pas toujours en réalité un calme constant, il explosait même assez facilement et était connu pour ça, lui offrant un air assez bougon que son côté solitaire ne favorisait pas spécialement. Ce n'était pas qu'il n'aimait pas les personnes juste qu'il avait une forme d'indifférence à leur égard sûrement, à leurs paroles qui l'ennuyaient profondément et dont il se fichait éperdument, n'hésitait pas à dire le fond de sa pensée au point d'un rebuter plus d'un de par son comportement difficile. Mais Iñaki s'en fichait pas mal dans le fond et tant qu'on venait aucunement le chercher alors tout allait pour le mieux, étant à l'image d'une bombe sur laquelle on aurait le malheur de poser le pied et qui explose ainsi au visage de celui ayant eu l'audace de le déranger, parce qu'il était clair qu'il ne faisait jamais dans la demi-mesure ou la dentelle. Alors il essayait de décompresser à sa manière comme ce matin-là en s'entraînant à travers les bois, ayant toujours été le genre sportif qui fonce sans prendre la peine de penser une seule seconde, sans savoir que ceci ne faisait que l'effet inverse à savoir le stimuler un peu plus et ne l'aidant pas particulièrement à canaliser toute l'énergie qu'il pouvait avoir. Pourtant la séance dura moins longtemps en raison du mauvais temps qui se faisait plus persistant, les nuages couvraient de plus en plus le ciel et la pluie ne semblait plus être si loin que ça, n'ayant que très peu envie de se prendre une bonne douche naturelle tandis qu'il prenait un chemin pour retourner vers la civilisation.

Iñaki s'était trop éloigné de chez lui pour tout bêtement rebrousser chemin, il mettrait plus de temps qu'en coupant à travers le centre-ville il le savait et surtout s'il voulait éviter la pluie qui semblait assez proche, continuant à avancer comme un dératé sans se laisser distraire par rien d'autre que son propre rythme cardiaque. Jusqu'à ce que progressivement ses pas l'arrêtent de lui-même, reprenant alors son souffle au mieux et secouant un brin son t-shirt qui lui collait trop à la peau en raison de l'exercice fourni, posant ses mains sur ses hanches et observant la progression des nuages tout en marchant un peu. Il n'y avait pas vraiment âme qui vive à cette heure-ci et il n'y avait ainsi aucune réelle agitation dans la ville, tout paraissait si calme qu'il voyait le contraste qui pouvait se faire à Storybrooke selon les différentes heures de la journée, profitant de cette petite pause improvisée pour sortir son paquet de cigarettes et en prendre une avant de l'allumer. La contradiction même avec son esprit sportif en venant ainsi s'intoxiquer mais pourtant il n'avait jamais eu vraiment d'effet sur son organisme, comme s'il en était immunisé et même son souffle était resté assez constant depuis qu'il avait commencé, il ne l'expliquait pas vraiment néanmoins il fallait voir qu'il s'en fichait aussi complètement du pourquoi il ne semblait pas en être infecté comme toute autre personne normalement constituée. Restant fixe à observer le ciel et en grognant intérieurement sur le temps maussade qu'il allait faire aujourd'hui, se disant que ça serait aussi par ailleurs une journée des plus parfaites pour rester bien au chaud à travailler sur plusieurs pièces de métal avec la fournaise du feu au maximum, profitant aussi malgré tout par la même occasion de la légère brise qui se faisait un peu plus poussée que lorsqu'il était parti de chez lui il y avait environ une heure et demie. Il y avait en cet instant précis une forme de sérénité intérieure qui se faisait, rien ne semblait pouvoir le perturber, comme si c'était un moment en suspens et que rien ne pourrait l'atteindre d'aucune manière ou sans qu'aucun souci ne vienne se profiler à l'horizon. Il ferma même les yeux pour profiter au possible de ce qui était en quelque sorte le calme avant la tempête, aimant particulièrement ce genre de moments entre deux colères de sa part, jusqu'à ce que sa quiétude vienne être perturbée par des bruits dans la rue perpendiculaire de l'autre côté du trottoir.

Son attention se trouva ainsi portée vers la scène quelques mètres plus loin, sans réussir à la décrire concrètement au début comme s'il lui fallait un peu instant à son cerveau pour imprimer le tout correctement, voyant ainsi trois types au premier abord qui avaient l'air d'être assez agités. Non. Iñaki pouvait voit qu'il y en avait seulement deux qui avaient l'air plus animés, le troisième lui assez impassible ou du moins du genre à se laisser marcher dessus, jusqu'à comprendre que ça n'avait pas l'air une discussion très amicale en réalité quand ils poussèrent le troisième qui n'avait pas l'air du genre à se défendre. C'était quoi ce bordel sérieux ? Il ne pouvait détourner son regard du spectacle, venant laisser la cigarette qu'il avait en main tout en l'écrasant avec le pied, fronçant les sourcils en voyant la réalité de la chose. Il n'était pas vraiment grand justicier, il serait même capable de claquer la porte au nez d'un gamin qui vient l'emmerder pour avoir des bonbons à Halloween, mais pour le coup il ne pouvait pas laisser les choses se faire sans réagir merde. Bien sûr qu'il était du genre à laisser partir son poing pour un oui ou pour un non, à cogner avant de se poser les bonnes questions car il était impulsif, et aussi à être assez individualiste dans l'âme mais il n'allait pas laisser un type se faire tabasser sous les yeux sans rien dire. Alors il traversa la route sans prendre la peine de regarder si une voiture pouvait bien arriver, au pire elle s'arrêterait d'une manière ou d'une autre après tout, avançant vers un des gars qui avaient l'air de pas mal s'amuser de la situation pour le prendre solidement par les épaules et l'envoyer valdinguer plus loin sans le moindre remords. Avant que son partenaire de crime ne puisse réagir Iñaki lui donna un violent coup d'épaule pour le faire tomber par terre, avec de la chance il lui avait déboîté par ce seul mouvement et ça serait largement mérité en son sens, se positionnant ainsi entre les deux adversaires et celui qu'il était en train de protéger même s'il ne le connaissait même pas. Punaise il y avait que lui pour se mettre dans des galères pareilles, mais ce n'était pas comme s'il allait continuer son chemin tranquillement non plus et laisser cet idiot derrière lui se faire refaire le portrait sans réagir, serrant les poings prêts à en découvre pour leur apprendre une bonne leçon à ces deux nazes.

« Tout de suite on rigole moins forcément ! Allez amenez-vous qu'on puisse un peu s'amuser, Ginette et Gertrude vont apprendre à danser, avec un adversaire de votre niveau ça sera pas la même chose ! »

Il se mit en position de combat, prêt à leur exploser le crâne si ça pouvait leur remettre les idées au clair, agressif sur les bords mais vu ce qu'ils avaient fait il y avait de quoi l'être après tout. La réaction des deux ne se fit pas prier très longtemps, énervés de se faire parler de la sorte et d'avoir sans doute été privés de remuer leur victime, mais la sienne non plus. Finis le calme et bonjour le gros déchaînement de violence comme il faut, Iñaki ne retient ses coups à aucun instant et de toute façon il n'avait aucune raison de le faire, entamant ainsi un combat où malgré le nombre inégalitaire il avait clairement l'avantage. Il se prit des coups malgré tout mais il les encaissait avec bien plus d'endurance, les rendant aussitôt dans un bal presque animal de sa part et dans une fureur sans pareille, jusqu'à ce que les attaquants se retrouvent assez mal en point et décident de fuir la scène avant de finir à l'hôpital sans demander leur reste. Il leur hurla qu'ils avaient raison de fuir, que si jamais il les retrouvait il allait en faire de la véritable pâté, se tenant fièrement avant de grimacer de douleur en ne les ayant plus dans son champ de vision. S'il ne les avait pas loupé c'était aussi le cas pour eux, plus coriace qu'à première vue pour le coup et il les avait peut-être un peu trop sous-estimés, les choses auraient pu très mal tournés mais il n'y avait pas pensé un seul instant et en sachant qu'il avait fait ce qui était juste ça lui importait peu. Il posa ses mains sur ses genoux pour crachoter du sang qui coulait dans sa bouche pour lui donner un goût de fer, ainsi que souffler un bon coup et retrouver un semblant de calme après cette forte dose d'adrénaline qui venait de se déverser, il allait avoir de sacrés bleus à des endroits et sa joue lui faisait mal. Mais ce n'était pas sa priorité. Des coups il en avait déjà reçu, il savait qu'il en recevrait d'autres, inspirant un bon coup pour se retourner vers celui qu'il avait sauvé. Toujours à moitié plié, autant par la douleur que pour être plus ou moins à la hauteur de l'homme assit par terre, il posa sa main sur l'épaule de l'étranger et le secoua un peu pour le faire réagir tout en voulant capter son regard.

« Hé petit ça va ? Ils t'ont pas fait trop de mal ces deux crétins? »

Iñaki espérait être intervenu assez tôt, essayant de capter son état général mais le problème c'est qu'il n'y connaissait rien, cherchant une réaction de sa part.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


       
Monster
The secret side of me I never let you see I keep it caged. But I can't control it. The beast is ugly I feel the rage and I just can't hold it. It's scratching on the walls in the closet, in the halls. It comes awake...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2137-nutrisco-et-extinguo
Cuinn Z. Lonruil

avatar
En réalité, je suis
Zero
☂ Conte : L'étrange Noël de Mister Jack

☂ Emploi : Agence tout ce qui touche aux Handicaps sensoriels et ce qui les entoure.
☂ Camp : Selfish
☂ True Love : Cœur à reconstruire !

☂ Avatar : Adam Anderson
© Crédit : Pumpkin ; signa' Pumpkin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Jeu 13 Oct - 17:05

You save me

Cuinn était fatigué. Sa journée était loin d’être fini et il allait encore s’en mordre les doigts, il le sentait. En ce moment ses démons ne le quittaient plus. Il y avait des périodes comme ça où même non voulu, ses cauchemars ne le lâchaient plus, chaque nuit il rêvait de ce qu’il avait vécu plus jeune, encore et encore, revoyant chaque jour ses bourreaux à l’œuvre, sans qu’il ne puisse faire quelque chose. Il avait beau prendre des somnifères ou autre comme des plantes médicinales, rien n’y faisaient. Il devait supporter depuis quelques longues semaines ces mauvais rêves. Il savait très bien que ça le poursuivrait durant toute sa vie, n’y pouvant rien. Et comme avait dit si gentiment le psychiatre, le temps n'atténue que la douleur mais nous ne la fait pas oublier. Il fallait apprendre à vivre avec et à se stade Cuinn n’avait que rarement raconté ce qu’il avait vécu. Son dossier parlant pour lui. il savait pourtant que ce n’était pas une  bonne chose, mais il était ainsi, il prenait à la légère. S’était sa manière d’être et cela ne changera pas de si tôt. Cependant, certains dans son entourage s’en exaspérait. Il savait que Eve était là pour lui, mais il préférait l’être d’autant plus que l’inverse.


Il regarda tout autour de lui, balayant les alentours, baillant. Ses yeux en tombaient presque sous le coup de la fatigue. Son boulot lui prenait beaucoup de temps et même si il aimait beaucoup celui-ci, la charge de travail avait raison de lui. Il se disait qu’un jour il devra vraiment embaucher quelqu’un à force. Il toucha son oreille, réglant un peu plus bas le volume de son appareil auditif. Cet appareil il ne l’aimait pas forcément lui rappelant ce pourquoi il l’avait. Même si il s’était accepté depuis longtemps, ça n’enlevait pas la douleur qui s’y rapportait. Là encore s’était autre chose, faisant une nouvelle fois comme si de rien n’était. il sortit de ses idées noires lorsque son téléphone sonna, le sentant vibrer dans sa poche. Il vit le nom écrit, grimaçant et s’était reparti de plus belle. Une cliente, récemment devenu non voyante, ayant bien retenu et enregistré le numéro de Cuinn, l’appelait plusieurs fois par jour. Il lui répétait chaque jour les même choses. Il comprenait que trop bien l’acceptation difficile qu’elle pouvait avoir, surtout que s’était il y a de cela quelques mois. Pour un adulte s’était d’autant plus dur. Mais, à force, il y avait des personnes dont le caractère pouvait être délicat bien avant un accident et elle faisait partie de cette catégorie ci. Heureusement qu’elle n’entendit pas son soupire. Il avait pour elle communiquer avec plusieurs autres travailleurs sociaux ou médicaux. Actuellement, il lui apprenait à être autonome mais aussi pour s’habituer à la présence d’un animal à ses côtés. Il en avait un en ce moment qui allait pouvoir être apprivoisé et mis en contact avec elle. Mais il fallait du temps et son impatience en devenait presque étouffant malheureusement pour lui. Il lui dit enfin au revoir, raccrochant soupirant de plus belle, rêvant de dormir sans rêves quelconque, mais là encore c’était impossible en ce moment.


Tout penaud, il marchait, se laissant guider par ses jambes, ne regardant pas vraiment ce qu’il se passait autour de lui. Eve devait passer un peu plus tard, il faisait un effort pour tout cacher, son côté baba cool aidait et c'était tant mieux. Il sortit délicatement une cigarette qu’il avait allumé. Il se sentit bousculer, relevant même pas la tête, voulant juste continuer. Il se fut stoppé dans son élan et avant qu’il ne puisse dire quelque chose alors qu’il relevait la tête, il se fit violemment pousser contre le mur, son crâne le heurtant de pleins fouet ainsi que tout l’arrière de son corps, sa cigarette tombant sur le sol. Quelle gâchis ! Il voulut se lever mais sans succès, sa tête lui tournant. Des pieds, des mains le frappèrent il ne savait où, d’une rapidité sans nom, essayant juste d’éviter de ressentir plus de douleur, se mettant en position fœtal contre le mur. Il avait mal au crâne et il se mouvait dans une torpeur qui l'engouffrait dans ses souvenirs les plus noires. Ses démons le rattrapèrent ce jour là.

Il ne s’aperçut pas tout de suite ou même pas du tout que les coups s’étaient arrêtés de pleuvoir. Il se balançait d’avant en arrière, voulant oublier tout et juste disparaître tell un fantôme ou aller dans le paradis des yeah man! Juste ne plus pensées, ne plus bouger, juste s’endormir sans encombre, juste ne plus avoir de subconscient, ni de conscience, ne plus rien ressentir tout simplement, être une coquille vide, accro au joint faisant tout disparaître en un rien de temps.

D’un coup, il eut un sursaut, un mouvement de recul. Mauvaise idée, sa tête rencontra de nouveau ce mur. Il se débattait, s’agitant. Criant des “Non Non ! Laissez moi ! PLUS JAMAIS VOUS M’AUREZ!!!” Pourtant il n’entendait rien, voyant juste cette ombre qui avait pris ces formes qui le hantaient. Il était en totale panique et n’arrivait plus à différentier la réalité et l’illusion, les hallucination même. L’angoisse le consumait et il poussa de toutes ses forces, s’aidant juste du mur pour se relever, titubant tel un zombie vers la route. Il la traversa mais ne vit pas ces lumières qu’il pensait être proche du paradis des baba cool. Enfin la libération ! se disait-il tout tremblant, sa vue trop trouble pour comprendre que ce n’était qu’une voiture qui klaxonnait.

Et pouf Cuinn faisait...il n’aurait su dire si s’était le choc d’une voiture ou d’un sol ou d’un corps, il s’était sentie basculer, se laissant couler telle une ancre. Il papillonna des yeux, la réalité le reprit. Mais ses douleurs revinrent aussi au galop et il essaya de se reprendre comme il pouvait. “Qu’est-ce...que” avala t-il difficilement sa salive. Que faisait-il là. Cuinn quel idiot tu fais ! se disputait-il intérieurement.

 

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Dernière édition par Cuinn Z. Lonruil le Sam 12 Nov - 6:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t890-une-petite-citrouille-lumine
Iñaki D. Blaze

avatar
En réalité, je suis
la Salamandre
☂ Emploi : Opérateur de forge et soudeur. Radiateur humain
☂ Camp : Whatever
☂ True Love : So hot for you !

☂ Avatar : Matt Ryan
© Crédit : June | Beylin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Lun 7 Nov - 12:27




Inutile de dire que la situation puait pas mal, plus il observait la réaction trop étrange de cet homme qu’il venait de sauver plus Iñaki avait l’impression que toute cette situation sentait les problèmes à plein nez, déjà fatigué et irrité par avance de devoir s’occuper encore plus de son cas alors que de base il était juste parti faire une petite balade dans le but de se réveiller. On aurait dit un type dans un mauvais film d’horreur ou qui avait de sérieux troubles psychiatriques, se retenant vraiment très fortement de soupirer en voyant le spectacle, il était encore tombé sur un drôle de cas il fallait croire et il se demandait pourquoi il était un tel aimant à emmerdes parfois. Peut-être parce qu’il les cherchait aussi quelque part ? Pas totalement faux après tout, il ne passait pas une semaine au calme ou sans qu’il ne puisse arrêter d’user de son poing pour rétablir la situation comme il l’entendait, il était d’un tempérament de feu incroyable alors que l’ironie de l’histoire était qu’il faisait tout pour trouver une certaine tranquillité. Et la seule solution pour l’avoir été parfois de faire du grabuge, devoir imposer son autorité et son point de vue par la force, un si doux paradoxe à lui seul mais il vivait très bien avec ceci en son âme et conscience. En voyant la manière que ce type sauvé se tenait il se disait qu’il avait peut-être fait une connerie dans un sens, loin d’être la première et encore plus loin d’être la dernière, craignant presque de s’être fourré dans une affaire assez crade ou il ne savait quoi et qu’il allait avoir de sérieux soucis à se faire avec des groupes très peu recommandable. Parce que Iñaki avait bien senti cette petite odeur qui n’avait rien à voir avec du tabac sur le traumatisé, il avait toujours eu un odorat un peu plus développé que la moyenne étrangement sans qu’il ne l’explique et dans ce genre de cas comme celui-ci ça pouvait se montrer être un sacré atout, il n’avait aucune envie de se retrouver au milieu d’un quelconque règlement de comptes entre gangs ou il ne savait quelle autre connerie du même genre. Et merde ! Voilà il était de nouveau énervé, il en fallait si peu et là tout d’un coup en réfléchissant un minimum à cette bagarre son ardeur venait de grimper en flèche comme jamais, secouant alors un peu plus fort l’homme secouru pour le faire enfin réagir mais surtout avoir quelques réponses.

« Oh ! J’te cause là, tu vas arrêter ton petit numéro à la con et tu vas tout de suite me répondre, j’ai pas non plus toute la journée à perdre ! »

Sa patience venait de brûler aussi vite qu’une voiture aspergée d’essence, il n’avait pas envie de jouer les baby-sitters pour un crétin qui ne prenait même pas le temps non seulement de le remercier mais en plus de lui porter attention, jusqu’à ce que tout d’un coup cet inconnu ait une réaction assez violente qui le fit lâcher prise rapidement. C’était quoi ce putain de délire ? C’est bon il l’avait à peine touché, Iñaki avait même fait preuve d’assez de douceur à son sens – du moins le plus dont il était capable ça c’était certain, il avait aidé ce crétin et il allait lui attirer des problèmes parce que vu comment il criait on allait croire que c’était l’opérateur de forge qui était en train de le menacer. Non parce qu’il fallait bien se rendre compte du tableau : lui couvert quelque peu de sang en train de secouer un type au sol qui criait tout en suppliant qu’on le laisse tranquille. Pas besoin d’être Sherlock pour se faire une idée du déroulement des événements, essayant de faire signe à cet homme de baisser d’un ton parce qu’il était hors de question qu’il termine derrière les barreaux alors qu’il n’avait fait que le défendre, se demandant très sincèrement s’il ne devait pas lui taper si fort la tête contre le mur pour le faire s’évanouir et téléphoner aux secours comme si de rien n’était. C’était un possible plan, pas le meilleur mais pas le pire qu’il avait pu avoir, qui devenait très tentant quelque part. Mais ça c’était avant de se faire pousser, manquant un brin de perdre son équilibre, alors que l’inconnu était devenu une sorte de lapin Duracelle qui s’était mis à d’étaler comme un dératé dans un délire qui lui était propre. Iñaki se releva du mieux qu’il pouvait, faisant craquer son dos comme il faut, tout en avançant pour quitter cette ruelle car plus vite il déguerpissait de là mieux c’était pour lui très probablement. Le tout en gardant un œil sur ce camé de service et en surveillant que personne n’avait pu le voir, connaissait très bien le fait que les gens pourraient arriver à tirer des conclusions beaucoup trop hâtives sur ce qui se passait vraiment, voulant s’assurer qu’il en sortirait sans trop de bordels. Jusqu’à ce qu’il voie une voiture au loin rouler assez vite, voyant que l’autre idiot était en plein milieu de la route, le calcul se faisait à une vitesse fulgurante à savoir qu’il en faudrait peu pour avoir une belle pizza de collé sur la route.

« Hé ! Attention ! Tu v- MERDE ! »

Bien sûr que non l’inconnu ne faisait pas attention du tout, dans un sens il voyait même as pourquoi ça l’étonnait encore, sûrement même qu’il avait pris un peu trop de plantes pour rire et que tu coup c’était à bibi de réparer les erreurs des autres. Il n’en fallut pas plus pour que Iñaki commence à courir comme un dératé en direction de celui qu’il avait sauvé plus tôt, entendant alors les klaxonnements de la voiture bien trop proche et sans doute incapable de freiner à temps malgré ses tentatives, venant l’attraper à la taille pour le plaquer un peu plus loin dans un dégagement digne des plus grands sportifs. Merci les années à jouer au football américain sérieusement, les réflexes étaient revenus tout seul et heureusement pour lui mais surtout pour l’autre, même s’il lui avait probablement fait assez mal pour le coup vu le manque de protections il s’en fichait tant ce n’était pas le plus important. Ils l’avaient échappé belle parce que ce risque était trop inconsidéré, non seulement cet idiot serait mort mais en plus de son côté il l’aurait accompagné bêtement dans la tombe parce qu’il avait voulu le sauver, sentant vraiment une colère en lui lorsque le choc fut passé en bonne et due forme. En colère contre ce type de faire n’importe quoi, contre lui de faire encore plus n’importe quoi, contre ce putain de chauffard qui venait de s’arrêter en panique même si dans un sens ce n’était pas de sa faute tant pis dans l’esprit d’Iñaki il allait aussi en prendre pour son grade. Parce que tout le faisait chier royalement ! Il était en train de s’emporter alors qu’il se relevait les poings serraient, n’ayant qu’un regard assassin contre le type qu’il avait plaqué avant de se retourner vers le conducteur qui venait voir si tout allait bien dans sa bonté infinie, prenant tout pour une sorte d’agression qu’il avait un mal fou à supporter. Il ne pouvait pas retrouver son calme aussi facilement, pas après cet enchaînement presque aussi improbable et surréaliste que presque logique quelque part. Tout ce qu’il voulait lui c’était faire sa petite vie sans qu’on vienne le chercher, qu’on arrête pour un oui ou pour un non de lui casser les pieds et surtout dans ce cas-là de manière si étrange, mais non il y avait toujours quelque chose qui venait le tirer de sa quiétude si fragile de manière générale. Il fixa le conducteur qui s’affolait de voir le sang, d’avoir pu blesser quelqu’un alors que ce n’était que le résultat de la bagarre plus tôt, faisant un effort surhumain pour ne pas lui écraser ses phalanges contre sa figure.

« DÉGAGES ! Dégages de là ou je te tue bordel ! Et va apprendre à conduire avant que je te fasse avaler tes dents une par une ! »


Apparemment il ne fallut pas plus de menaces envers lui pour le faire partir, même si quelque part Iñaki savait parfaitement que ce n’était en rien de sa faute il voyait trop rouge pour se montrer amical envers le conducteur qui partait sous crainte de la menace, regardant la voiture partir à toute allure avant de se retourner vers la cause de tous ses problèmes ces dernières minutes. Il n’avait qu’une envie c’était le prendre par le col et le secouer comme un prunier, lui aboyait dessus un bon coup pour se défouler, avant de le laisser là comme la pauvre chose qu’il était pour que de son côté l’opérateur de forge retourne à ses propres affaires. C’était tellement tentant qu’il le fit dans un premier temps en venant l’attraper par le col et le soulever, rien de vraiment très dur pour quelqu’un de sa carrure en réalité et l’adrénaline qui coulait dans ses veines – presque de manière constante quelque part – rendait le tout d’une facilité si déconcertante, le secouant un bon coup non seulement dans le but premier de calmer cette colère qui s’emparait de lui mais aussi dans l’espoir que ceci allait remettre du plomb dans la cervelle de celui qu’il prenait pour un idiot de première. Ça en était un après tout ! Il l’avait vu courir en direction de la route mais surtout de la voiture après tout, attendant il ne savait quoi alors que les phrases et le klaxonne auraient dû le mettre en alerte mais surtout faire bouger de là, finissant tout de même par le lâcher après l’avoir secoué pour un prunier. Et peut-être même qu’il aurait eu plus de respect pour le prunier en cet instant, lui au moins il se mettait pas en travers du chemin, ne pouvant s’empêcher de ressasser toute cette histoire qui n’était qu’une boule irritante qui avait décidément bien trop de mal à passer pour juste continuer son chemin comme si de rien n’était. Oh non. Iñaki s’était battu pour ce type qu’il ne connaissait pas, il avait pris des coups pour lui éviter d’en avoir justement, et il venait de lui éviter de finir comme une crêpe parce que monsieur faisait son petit bad trip en solitaire. Rah comment ne pas être en colère ? C’était juste impossible ! Qu’on vienne pas s’interroger de pourquoi il avait un mauvais caractère après ça, les facteurs extérieurs y étaient pour beaucoup de choses après tout, tandis qu’il pousse avec son doigt accusateur ce type vers le trottoir pour éviter de faire un troisième sauvetage mais surtout régler ses comptes.

« C’est bon ? T’es redescendu là ?! Les connexions dans ton cerveau elles se font comme il faut ?! Je sais pas ce qui me retient de t’éclater la tête contre le bitume ! »


Non honnêtement il ne savait pas pourquoi il se retenait, peut-être le fait que de l’avoir sauvé pour ensuite lui taper sur la tronche il y avait mieux, ayant juste envie de lui broyer le crâne.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


       
Monster
The secret side of me I never let you see I keep it caged. But I can't control it. The beast is ugly I feel the rage and I just can't hold it. It's scratching on the walls in the closet, in the halls. It comes awake...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2137-nutrisco-et-extinguo
Cuinn Z. Lonruil

avatar
En réalité, je suis
Zero
☂ Conte : L'étrange Noël de Mister Jack

☂ Emploi : Agence tout ce qui touche aux Handicaps sensoriels et ce qui les entoure.
☂ Camp : Selfish
☂ True Love : Cœur à reconstruire !

☂ Avatar : Adam Anderson
© Crédit : Pumpkin ; signa' Pumpkin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Sam 12 Nov - 6:15

You save me

Cuinn voyait de plus en plus cette lumière. Il y voyait des personnes qui le fit sourire de plus belle, comme un réconfort, comme un calme dont il n’avait plus connu depuis bien longtemps. Il se sentait si relaxe encore plus qu’à l’habitude. Lui qui était de base si calme mais dans ses rêves si mouvementés, agrémenté par des crises de panique en pleine journée comme il y a à peine quelques secondes. Là tout son corps était détendu, comme une bulle protectrice qui s’était refermée autour de lui, un souffle nouveau qui lui disait qu’il était temps de se laisser aller, de partir loin d’ici, avec ceux qui se tenaient enfin devant lui, dont il avait attendu depuis bien trop de temps. Ils avaient disparu depuis ce fameux jour, la douleur avait été comme un étau, quelque chose qu’il aurait voulu oublier, dont il avait presque réussi. Cette situation avait un plus dans ses nombreuses autres événements. Ses sois disant oubli avaient été son meilleur ami pendant très longtemps, jusqu’à ce jour où tout s’était enchaînée si rapidement sans qu’il ne comprenne tout ce qu’il lui arrivait. Sa panique était montée d’un cran, il avait l’impression de se retrouver lorsqu’il était gamin, essayant de se protéger comme il pouvait sans l’espoir d’y arriver véritablement. Et lorsque cette ombre apparue, sa peur avait grandi  comme une carrure qu’il avait trop bien connu, tout son être avait réagi sans qu’il ne puisse réfléchir ni se maîtriser.

Cependant, maintenant, il faisait face à cette petite, à ses parents adoptifs qui lui souriaient, tendant la main. Hallucinait-il ? Il ne le savait pas, la seule chose qui comptait sur l’instant, était de les voir, ils  avaient l’air si heureux ce qui lui donnait l’envie immédiate de les suivre. Si cela pouvait lui permettre de se prélasser entouré de ceux qu’il appréciait, il ne demandait pas mieux.  Ses jambes avançaient petit à petit comme un automatisme guidé par son esprit. Il souriait, la main tendu vers sa famille. Il y était presque, il sentait la chaleur l’envahir, il était si proche, leurs mains se touchaient mais quelque chose le retint. Soudain, une image apparut devant ses yeux, Eve….

D’un coup quelque chose le fit le reculer d’une force inhumaine, comme une attraction l’empêchant d’avancer, de partir avec eux. Il rencontra brutalement quelque chose de dur, il secoua la tête, agité, se calment bien vite, ouvrant grand les yeux. Il regardait le ciel, papillonnant des yeux, reprenant ses esprits, essayant de tout remettre dans l’ordre. Il ne comprenait plus ce qu’il se passait. Il entendit des voix, une assez paniquée et l’autre plus agressive. Qu’est-ce que...se demanda Cuinn. Il tenta de se relever mais tout son être lui criait dans un seul et même souffle “Douleur!”. Il essayait de se rappeler de ce qu’il s’était produit, faisant le film dans sa tête, voulant remettre les bons morceaux dans l’ordre, mais ce fut bien difficile.

Cependant, comme un vœu réalisé, un homme se présenta à lui, le prenant par le col et se mettant à le secouer comme un prunier. Il était trop fatigué pour réagir plus que de raison physiquement malgré sa crispation. Il se fit lâcher au bout d’un moment et les questions fusèrent, ses idées furent plus claires et il comprit que l’homme en face n’était autre que son sauveur dans un certains sens et non l’homme qu’il avait prit pour son bourreau. Cuinn se maudissait, il avait fait une crise de panique jusqu’à tout relâcher…

Cuinn avait repris son calme comprenant bien le rictus sur le visage de l’inconnu. Il ne savait pas réellement ce qui s’était produit ensuite pour qu’ils se soient retrouvés sur cette route et maintenant sur le trottoir mais il comprit bien vite qu’il lui devait quelque chose en remerciement.

“Je..” il toussa, se relevant , se contentant de s'asseoir étant pour le moment incapable de se lever encore étourdi et son corps douloureux. “...Que s’est-il passé ?” il avait un ton calme, enroué mais doux. Ses yeux traduisaient l’incompréhension dans un sens mais aussi des excuses. “Je suis désolé...je me souviens de peu de choses à vrai dire...j’ai du faire une de mes crises de paniques” il était confus et perdu, honnête dans sa démarche. “...mais je crois que je vous dois des remerciements” il releva son regard pour le planter dans le sien, il voyait sa colère, mais un petit sourire se fit en son intention. “Merci de m’avoir aider” il vit du sang sur quelques parties de son corps et son visage, il grimaça, se relevant, manquant de tomber, se rattrapant in extremis. Il se stabilisa avant de se rapprocher de l’homme, regardant un peu plus près ses blessures. “Je ..enfin si vous voulez je peux vous soigner ça…je vous offrirais un café en même temps pour vous remercier” il se racla la gorge pour cacher sa gêne. Il était toujours calme, il était comme ça de nature. “Je sais que je prendrais une nouvelle fois de votre temps mais...je vous dois bien ça et bien plus encore” il avait ce petit sourire, espérant que l’homme accepte sa proposition.

 

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Dernière édition par Cuinn Z. Lonruil le Mar 10 Jan - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t890-une-petite-citrouille-lumine
Iñaki D. Blaze

avatar
En réalité, je suis
la Salamandre
☂ Emploi : Opérateur de forge et soudeur. Radiateur humain
☂ Camp : Whatever
☂ True Love : So hot for you !

☂ Avatar : Matt Ryan
© Crédit : June | Beylin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Lun 14 Nov - 10:45




Faire dans la dentelle ce n’était pas son style à Iñaki, généralement lorsqu’il avait envie de dire ‘’merde’’ il le disait et basta sans la moindre pincette qui puisse exister, et là en cet instant il se retenait très sérieusement de ne pas le bousculer un bon coup ce type pour continuer sa route au lieu de venir s’emmerder à l’aider. Pourquoi lui d’abord ? Parce qu’il avait trouvé ceci trop lâche que de voir deux types s’en prendre à un autre tout seul, d’ailleurs il était indéniable que même s’il les avait pris un par un cet inconnu n’aurait pas fait long feu, lui de son côté avait pu mais c’était parce qu’il était assez entraîné pour ce genre de choses. Les bagarres c’était presque en quelque sorte son lot quotidien, peut-être pas exactement chaque jour ou semaine mais pas très loin non plus, peut-être qu’il aurait dû faire l’armée pour se défouler un bon coup mais l’utilisation d’une arme ce n’était pas trop son truc. Non lui il faisait craquer ses poings dans un bruit assez sourd, appréciant sans doute un peu trop d’entendre les os se fissurer ou du moins l’impulsion presque animale qui pouvait se passer dans ce genre de moment, comme il venait de le faire pour venir sauver cet énergumène qui ne le méritait probablement aucunement. En tout cas, tant il était sous cette pression énergique de mélasse colérique il n’arrivait pas à avoir un bon jugement des choses et surtout des personnes, ne pouvant voir plus loin que le bout de son nez en cet instant alors qu’il y avait cette impulsivité d’une violence inouïe en lui qui lui hurlait de venir secouer un autre bon coup ce type. Il lui fallut un immense self-contrôle pour ne pas assouvir ce besoin qui se faisait en lui, pourtant il soufflait tellement lourdement qu’il aurait presque pu sortir de la fumée tellement il fulminait justement en avalant difficilement la négativité qui faisait partie de lui, décidant que puisqu’il avait posé des questions le minimum était d’écouter peut-être les réponses à celles-ci. Mais est-ce que ça l’intéressait vraiment ? Pas le moins du monde mais dans le fond s’il voulait retrouver un semblant de calme c’était peut-être la meilleure chose à faire, il ne savait pas trop car généralement il finissait en allant rageant dans son coin sans qu’on vienne le chercher, se contentant de fixer ce type avec autant d’amabilité qu’une porte de prison.

En réalité plus il entendait les explications et plus Iñaki se retenait réellement de crier un bon coup, de tourner les talons et partir aussi loin de cette situation qu’il le pouvait avant de commettre un meurtre, tant le sentiment qu’on se foutait de sa gueule se manifestait en lui. Ce type disait soi-disant qu’il ne se rappelait de rien et qu’il avait eu une crise de il ne sait pas quoi, le remettant aussi dans la catégorie des barjots comme il avait pu le soupçonner plus tôt, et bizarrement il était prêt à mettre sa main à couper que toute cette histoire allait lui retomber dessus. Avec sa chance immense, à voir ici une ironie sans pareille, il avait aidé un type à s’échapper de l’asile de Storybrooke et les deux personnes qu’il avait pu mettre en déroute étaient juste là pour ramener ce malade mental dans sa petite chambre capitonnée. Il était vraiment trop con parfois. L’opérateur de forge passait une main sur son visage tout en tirant quelque peu sa peau, comme si de par ce geste il espérait se réveiller de ce bordel dans lequel il s’était fourré, pour lui tout ceci n’était qu’une perte de temps et il détestait dans quoi il était sans savoir concrètement c’était quoi ce truc. Iñaki avait juste envie de crier un bon coup pour s’exorciser de l’intérieur, retourner chez lui et se mettre sous les draps jusqu’à la fin de la journée ou encore rester à travailler sur des pièces de métal dans une chaleur du Diable, et malgré le fait qu’il puisse recevoir des remerciements de cet inconnu il prenait ceci comme une sorte de défiance envers lui à cause de ce petit sourire qu’il avait. Pas vraiment qu’il détestait les gens qui pouvaient sourire, de base c’était une bonne chose ça il fallait en convenir, juste que ça lui paraissait si louche parfois qu’il avait du mal avec ce concept. Bon certes, lui était peut-être l’extrême en ne souriant presque jamais et que dans des moments tellement rares que peut-être jamais personne ne l’avait vu faire sauf Jackie-Rose, mais là c’était un tout qui en fait le mettait malgré lui sur la défensive. Et le fait que ce type puisse lui proposer de faire quelque chose pour lui ne passait pas, encore moins en le voyant rapprocher ce qui aurait presque pu le faire grogner tel un animal, c’était une attente à son espace vital qui était bien trop sacré pour lui.

« Oh bien sûr, pourquoi pas après tout, j’aime tellement le café que ça serait une joie et puis comme ça on pourra apprendre à se connaître n’est-ce pas ? D’ailleurs moi c’est Iñaki. »


Oui il venait bien de dire quelque chose de gentil, comme quoi tout pouvait arriver, mais tout ça était d’un ton pourtant si sarcastique et qui sentait l’ironie à des kilomètres qu’aucune personne sur terre aurait pu tomber dans le panneau. Du moins il l’espérait parce qu’il était hors de question qu’il cherche à faire ami-ami avec qui que ce soit d’aussi étrange, le trip psychiatrie torturé c’était très peu pour lui et surtout en voyant à quel point il était du genre assez terre à terre, Iñaki n’avait aucune confiance pour le commun des mortels mais encore plus lorsqu’on agissait avec autant d’étrangeté. D’accord la situation avait dû être éprouvante et difficile pour ce type, il pouvait tenter d’essayer de le comprendre parce que forcément pour un gars comme lui c’était assez trop spirituel ou trop imaginaire pour réussir à se projeter, mais s’il n’était pas intervenu cet étranger se serait fait éclater la tronche sans même réagir le moins du monde. C’était peut-être ça qui le mettait autant en colère lorsqu’il le regardait, cette passivité comme si tout allait pour le meilleur du monde, lui qui était un sanguin explosif c’était au-dessus de ses forces et forcément qu’il n’avait pas hésité une seule seconde pour montrer les crocs comme si c’était à lui qu’on était venu s’attaquer. Il avait très mauvais caractère, c’était un fait qu’on ne pouvait nullement plus contester, mais il avait surtout une personnalité si forte qu’il était incapable de le faire plier et même si parfois c’était une mauvaise chose dans le fond il suivait ainsi sa propre route sans qu’on puisse vraiment venir le perturber. Il eut à la suite de cette phrase un immense soupir, encore une fois un mélange de lassitude profond et de colère qui avait pourtant à descendre de quelques degrés, posant son index sur le front de ce type et le poussant suffisamment pour le reculer loin de lui mais sans pour autant le faire tomber. Il appréciait que moyennement le côté amical qu’il voulait instaurer, si du moins il était question de ça, préférant être assez clair sur sa vision de la situation et surtout de cette proposition qu’il n’avait absolument aucune envie d’accepter tant elle lui parût absurde. Et il n’allait pas mâcher ses mots, il ne passerait pas par des mots gentils pour lui faire comprendre son point de vue, comme à son habitude après tout parce qu’il ne se modérait jamais histoire d’être clair dans sa vision et éviter de laisser sur le feu des petites choses devenir en s’accumulant un énervement non maîtrisé.

« Hé mec ! C’était de l’ironie ! Tu crois vraiment que parce que j’ai sauvé ton cul qu’on va devenir pote ? J’te connais pas et honnêtement j’ai pas envie que tu m’offres une tasse pleine de LSD ou une connerie du genre. On n’invite pas comme ça les gens qu’on vient de rencontrer et encore moins si on s’est pas assuré que c’est pas des serial-killeurs ! »

Le ton montait de son côté, il avait toujours été du genre assez bruyant et très difficile de manquer, tandis que Iñaki venait essuyer une partie du sang qui avait pu perler sur lui comme pour renforcer son idée qu’il pouvait avoir. On pouvait croire qu’il jouait les durs mais c’était pourtant aussi une réalité, il avait une tolérance à la douleur à force de se battre et d’avoir pu prendre des coups, ce n’était juste nullement un rôle qu’il pouvait jouer mais bien ce qu’il était. Et il en fallait beaucoup pour qu’il puisse bien vouloir se relâcher, se montrer plus amical et moins agressif sur les bords comme c’était le cas présentement, accepter l’idée qu’on puisse l’approcher autant physiquement que métaphoriquement parlant. Et parfois même s’il disait qu’il avait peut-être été trop loin, qu’il avait pu paraître méchant par ses gestes ou ses mots, il était convaincu qu’il avait agi non pas comme la personne aurait souhaité mais comme il se devait selon lui même si ça ne faisait pas toujours plaisir. C’est ce qu’il venait de faire avec ce type concrètement. Il n’avait aucun remords à lui avoir dit la vérité en fait, parce que même si elle est parfois dure et terrible à entendre c’était selon lui préférable que des mensonges ou encore des mots mielleux, tout ça dans le but peut-être de le secouer verbalement à défaut de pouvoir le faire directement – du moins pour ce coup-là. Ce n’était pas forcément un manque d’empathie de sa part mais juste une manière de fonctionner, qu’il n’arrivait pas à se mettre à la place des autres tant ils étaient différents, parce qu’il le voyait bien ce regard encore à moitié perdu qu’il avait face à lui. Mais la vie ce n’était pas tout rose ou tout joli et parfois il fallait se montrer dur, même s’il avait clairement du mal à doser de son côté ça il ne pouvait le nier, et personne ne pouvait dire ce qui se serait passé s’il n’avait pas été là pour le sauver à temps. Cependant Iñaki tenta de tempérer le feu qu’il brûlait en lui, essuyant encore avec sa main le sang qui commençait à sécher, un peu plus posé pour la suite même si ça restait encore agressif d’une certaine façon.

« Écoutes j’veux rien venant de toi ok ? Je t’ai sauvé et point barre, pas besoin d’en faire une grande célébration ou je ne sais quel autre truc débile, j’attends pas de médaille ou le moindre remerciement. Mais la prochaine fois, je serai pas là alors au lieu de rentrer dans ton trip bizarre tu devrais apprendre à te défendre, tu verras tu avanceras beaucoup mieux dans ta vie après ça. »

Peut-être facile à dire pour une armoire à glace comme lui, lui était taillé pour le combat après tout, voulant juste faire prendre conscience à l’autre qu’il était temps de se réveiller.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


       
Monster
The secret side of me I never let you see I keep it caged. But I can't control it. The beast is ugly I feel the rage and I just can't hold it. It's scratching on the walls in the closet, in the halls. It comes awake...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2137-nutrisco-et-extinguo
Cuinn Z. Lonruil

avatar
En réalité, je suis
Zero
☂ Conte : L'étrange Noël de Mister Jack

☂ Emploi : Agence tout ce qui touche aux Handicaps sensoriels et ce qui les entoure.
☂ Camp : Selfish
☂ True Love : Cœur à reconstruire !

☂ Avatar : Adam Anderson
© Crédit : Pumpkin ; signa' Pumpkin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Mar 10 Jan - 15:37

You save me

Cuinn était assez gêné que l'homme se soit mis dans cet état. Perdu essayant vainement de tout se rappeler. Il espérait que l'homme accepte. Un petit air de soulagement se fit surement voir sur son visage à sa phrase si sarcastique mais assez positif dans un sens. Il était homme assez cool de base. Cuinn ne cessant de l'observer voyant très clairement l'agacement de l'homme, qui se prénommait Inaki. L'avait-il pris pour un fou surement. Après tout, un homme qui venait en aide et qui se faisait rembarré d'une certaine manière, semblant s'être laissé envahir par l'euphorie et faillit mourir d'une quelconque façon, ne donnait surement pas une image très net de Cuinn. A vrai dire, ce qu'il le gênait n'était que le fait que l'homme est du agir ..deux fois. Il avait toujours essayé de se défendre à sa manière, mais lorsqu'on se trouvait dans une certaine situation surtout avec une crise, il était plus délicat de réagir, hanté et inconscient plus qu'autre chose de ce qu'il se trouvait autour de soi,  incapable de vraiment repousser plusieurs personnes, se mettant plus hors de notre corps, subissant sans broncher.

Cuinn depuis très longtemps en avait pris dans la gueule, il avait essayé de ruser, une arme redoutable mais qui malheureusement n'aidait pas tout le temps. Quand on est plus jeune, il était plus difficile de se défendre et depuis sa tendre enfance, il ne comptait plus ces fois là où il avait tenté sans succès de se dépêtrer, ne faisant qu’aggraver la situation. Alors il avait du concocter d'autres stratégies et son salue fut ce jour où il entra dans cette bâtisse. Alors quand il regardait cet homme en face, ressemblant à une armoire à glace, il n'avait pas peur et ne pouvait que comprendre sa réticence. Il ne put même pas répondre à la suite qu'il enchaîna.

Son appareil siffla, il le tapota, regardant la bouche de l'homme bouger, il n'entendait pas le ton fort, le supposant plus qu'autre chose. Il recula suite au doigt de ce dernier. Il se mit un peu plus à sourire. Même à rire. La dureté s'était ce qu'il avait connu pendant de longues années, il la connaissait bien. Mais pour un homme qui se disait peut-être inconnu certes, mais aussi un seria killer, il avait de drôle de manières d'agir. Il était vrai pourquoi lui ferait-il confiance, mais pour lui, s'était juste un café et des soins. Certes il voulait le remercier, mais si il n'en voulait pas, s'était son choix. Il enleva son appareil qui de toute manière semblait vouloir l'embêter. Il sortie un petit mouchoir tout en le nettoyant.

"Vous avez entièrement raison" il le regarda. "Je vous semble être un fou inconscient, après tout je ne peux pas nier la situation et je ne vais pas chercher à que vous me compreniez, ça serait une perte de temps pour vous" il continua soufflant sur son appareil enlevant des grains de poussière. Se disant qu'il fallait le nettoyer avec son produit, il semblait un peu dérégler de plus. Flûte! Il soupira un peu à l'idée qu'il devra surement lui faire une révision une nouvelle fois. Son regard revint sur l'homme qui n'allait surement pas redescendre de sa colère qui s'y lisait. "Si vous étiez réellement un serial killer, vous avez de drôle de manière de le montrer. Ce n'était juste que un café et des soins, si vous n'en voulez pas, soit" il sourit un peu plus. Déçu ? non, il était inutile d'insister, l'homme ne voulait pas, il n'allait pas non plus le menacer pour et puis ce n'était pas son genre. Cool et posé, il avait pu un peu se retrouver et il respirait un peu mieux. Ce calme ambiant malgré l'énervement de Inaki qui était plutôt honnête, l'apaisait. Il était tout aussi étrange qu'il puisse l'apaiser.

Ils étaient opposés tous les deux cela se voyaient, lui plus bourrin et Cuinn plus calme. Il ne cherchait pas à être ami ami avec une personne, il parlait avec les gens mais n'avait aucune intention autre.

Il employa une marche sur le troitoire. Il se savait encore douloureux mais n'en fit pas plus attention, sa guérira bien. Il se tourna vers l'homme de nouveau remettant son appareil, qui grésillait toujours. "Roh ! saleté d'appareil !" il ne l'avait pas dit d'une façon énervé, plutôt exaspéré. "J'aime beaucoup votre honnêteté et pour être franc à mon tour, je ne cherche aucunement à faire ami ami comme je l'ai dit, s'était juste un café et un soin, mais vous m'avez l'air coriace donc je présume que vous n'en avez pas besoin, du moins pas un des miens" dit-il toujours souriant. Il alla entamer une nouvelle fois sa marche . "Oh d'ailleurs, il est vrai que je manque de force , mais si je vous demande de bien me rendre plus fort vous refuserez n'est-ce pas ? après tout un fou complètement paumé et trop calme à votre goût serait un peu de trop dans vos pattes " il n'était pas sarcastique, un poil amusé mais sérieux aussi. Il allait surement s'attirer les foudres ou l'ignorance après tout il avait abusé et abuserait encore de son temps. Un deuxième refus ne l'étonnerait pas.


 

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Dernière édition par Cuinn Z. Lonruil le Mar 28 Mar - 12:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t890-une-petite-citrouille-lumine
Iñaki D. Blaze

avatar
En réalité, je suis
la Salamandre
☂ Emploi : Opérateur de forge et soudeur. Radiateur humain
☂ Camp : Whatever
☂ True Love : So hot for you !

☂ Avatar : Matt Ryan
© Crédit : June | Beylin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Ven 13 Jan - 17:59




Ce type était juste un inconscient de première catégorie, le genre qui venait forcément entamer la patience si fragile d'Iñaki tant elle était presque inexistante au final, encore plus à l'instant où il avait pu rire à son encontre. Il s'était décarcassé à sauver le cul de ce type, deux fois en même pas cinq minutes même, et ce débile tout ce qui trouvait à faire c'était juste ricaner devant lui ? Sérieusement ?! Il ne savait même pas ce qui le retenait de lui foutre son poing dans la gueule pour le coup, histoire de le réveiller un bon coup et de lui faire comprendre que non se faire percuter par une voiture ça n'avait absolument rien de drôle surtout si en plus il le forçait ainsi à agir, et ce n'était peut-être dans le fond que le fait d'avoir empêché ce type d'avoir trop de mal qui l'en empêchait quelque part. Il se voyait mal le frapper après justement l'avoir sauvé, même si le concernant il lui en ferait que très peu pour agir dans ce sens-là, pour une fois que son bon sens l'alertait ainsi en lui disant qu'il devait arrêter d'entrer en conflit avec tout ce qui pouvait respirer ce serait pas mal. Il cherchait toujours les emmerdes en fait, dans l'esprit que celui qui cherche la paix doit d'abord préparer la guerre pour l'obtenir, parce que son caractère bien trop explosif ne laissait rien passé et mettre la moindre chose assez anodine pouvait se trouvait être un déclencheur de sa fureur toujours portée vers l'extrême. Alors pour mieux appréhender la situation, histoire de ne pas faire encore un de ces fameux coups de Trafalgar dont il était spécialiste quelque part, il se forçait à se répéter en boucle dans sa tête que ce type face à lui n'était qu'un idiot ou encore un gamin très certainement sous produits illicites et que par conséquent il serait probablement mal de vouloir lui refaire le portrait. Hypothétiquement. Alors à défaut de pouvoir frapper il l'avait engueulé à sa manière, ne voulant nullement mâcher ses mots ou passer de la petite pommade comme certains l'auraient fait dans la situation, étant juste honnête dans ses paroles et rien à foutre si ça pouvait bien blesser au passage parce qu'il n'était pas là pour être tendre ou même le dorloter doucement parce que la situation était grave tout de même. Parler ainsi c'était son unique moyen de chercher à calmer le fait que son sang puisse autant chauffer de l'intérieur, après tout il était un sanguin qui démarrait au quart de tour voir même avant, soufflant un grand coup pour se tempérer même si l'exercice était difficile.

Iñaki vit l'inconnu retirer ce qui avait l'air d'être un appareil pour entendre, comprenant sans doute mieux pourquoi ce qu'il disait ne passait pas trop et le fit s'abstenir de faire un commentaire par la suite pour lui demander s'il était sourd ou quoi – au moins la gaffe avait beaucoup plus de chances d'être évitée pour lui, tandis qu'il abordait un air de plus en plus blasé. Il essayait de faire Cosette ou quoi ? Il ne put retenir un facepalm avant de faire descendre lentement sa main le long de son visage, essayant vraiment de se dire qu'il devait fermer sa gueule sinon ça finirait par partir plus vite qu'il ne le pense en cacahuète, sentant plus un long vent de fatigue le prendre d'un coup. Il n'aurait pas dû secourir ce mec quand il allait se faire renverser, il n'aurait pas dû non plus le tirer des griffes de ces deux types qui l'avaient attaqué pour une raison obscure qui risquait de lui retomber dessus en plus, il n'aurait pas dû se mêler de ce qui ne le regardait pas et plus que tout il n'aurait pas dû aller courir ce matin. Il y a plein de choses qu'Iñaki n'aurait pas dû faire en réalité en y regardant de plus près à son sens, devant arrêter de se faire parasiter par le reste du monde en s'y mêlant alors que lui tout ce qu'il voulait s'était qu'on lui fiche la paix et être juste tranquille dans son coin, tellement de résolutions qu'il ne tenait pas au final et tout ceci ne faisait que l'éloigner toujours de cette zone de confort qu'il tentait vainement d'obtenir. Il avait besoin de décompresser après une telle aventure qu'il jugeait tellement catastrophique, il ne voyait pas comment décrire autrement cette pseudo-rencontre parce que les interactions sociales ce n'étaient pas vraiment son fort mais le pire dans tout ça c'est que ça lui convenait parfaitement, en déménageant dans cette ville il ne pensait plus avoir ce genre de soucis justement mais il fallait croire que ça le poursuivait. Même si dans le fond c'était plutôt à lui d'ouvrir les yeux sur le fait que le bordel ambiant, qui avait l'air de le poursuivre telle une sangsue et ne lui laissait aucun répit, c'était bien lui qui le provoquait toujours. En attendant il regardait l'inconnu faire son petit manège et blablater, ayant décroché au bout d'un moment de ce qui pouvait se dire ou se faire tant il n'était pas sûr de pouvoir faire descendre la tension en lui qui ne cherchait qu'à s'exprimer, secouant la tête tellement atterré par ce qui se passait. Le message n'avait pas été assez clair faut croire, que ce type bidouille son truc et ouvre ses écoutilles parce que Iñaki ne faisait pas partie de ceux qui se répétaient encore jusqu'à ce que le message passe, inspirant tout en agitant les mains comme s'il le secouait fortement dans sa tête.

« Ouais bah mets ton sonotone à fond et écoutes bien ce que je vais dire : Tu radotes ! Un café et un soin. 'Tain mais non j'en veux pas de tes trucs, le message était plutôt clair il me semble et c'est pas en le disant plusieurs fois que ça va me faire changer d'avis, si t'es pas médecin je vois pas trop ce que tu peux faire. Et au passage, le coup du serial killer, c'est pas de moi que je parlais ! »

Prendre des petites pincettes ? Jamais. Son exaspération ne fit que grimper en flèche sur le fait que ce type pouvait anticiper sa réponse ou ses faits et gestes, sur le fait qu'il allait refuser de l'entraîner ou un truc du genre, ceux qui se la jouaient Monsieur Je-sais-tout il avait horreur de ça. Encore plus venant d'un étranger, ce type ne le connaissait pas et il ne voyait pas comment il pouvait tirer des conclusions aussi hâtives sur ce compte mais qui pouvaient se montrer fausses, alors que ses doigts se contractaient de plus en plus pour finalement former un bon poing où les jointures devenaient bien blanches. Il détestait qu'on puisse choisir pour lui ou même envisager de parler à sa place, jusqu'à preuve du contraire il était un adulte et surtout il pouvait encore ouvrir sa gueule pour donner son point de vue, il n'avait pas besoin qu'un espèce de petit ventriloque à la con invente une réponse ou il ne savait quoi. Pourquoi le meurtre était-il illégal ? Non parce que parfois Iñaki était sûr que ça soulagerait un bon coup quand même, c'était presque de la légitime défense à son sens pour lui dans ce cas précis tant il se sentait attaqué d'une certaine façon, alors qu'il fusillait du regard cet imbécile. Il aurait presque envie de dire le contraire rien que lui prouver qu'il s'était trompé sur toute la ligne, histoire de lui prouver qu'il n'a pas à anticiper sa putain de réaction et surtout essayer de se glisser dans son esprit ou il ne savait quoi, sauf que merde ça voulait dire passer possiblement avec lui et ça honnêtement il était directement refroidi par cette vision. Ou alors il allait lui en faire baver comme pas possible aussi, pas vraiment un élan de sadisme mais juste pour lui montrer ce qui se nommait le monde réel, même si c'était assez bâtard dans un sens il ne pouvait nier que s'il voyait ce hippie rendre son estomac parce qu'il l'avait trop remué c'était assez hilarant. Humour particulier. Cependant l'optique de devoir le côtoyer lui offrait une sacrée douche froide rien que d'y penser, ce type était juste trop hyper bizarre à son goût, Iñaki ne savait pas pourquoi mais dans un sens il avait la sensation de se faire un peu forcer la main de manière trop subtile et il n'était pas fan. Reniflant un peu coup de manière peu délicate, empêchant ainsi le sang au niveau de son nez de couler encore bien qu'il terminât par essuyer avec son avant-bras, il le jugeait de haut en bas.

« Si t'sais ma réponse à l'avance pourquoi tu poses la question Sherlock ? T'as pas ce qu'il faut dans le ventre, j'peux te le dire rien que d'un seul regard, t'as pas la motivation et c'est pas ce que tu cherches. Toi tu te mets au sol en attendant que ça se passe si on te frappe, tu ne sais pas te relever ou riposter quand on te met à terre, comme tu l'as fait dans la ruelle. Et me dis pas que c'est que tu étais étourdi ou j'en sais rien, dans ton trip bizarre, c'est juste un prétexte à la con ! »


Le problème chez Iñaki c'est qu'il avait vraiment un mal fou à se mettre à la place des autres, c'était un exercice qui lui était impossible en fait, parce qu'il avait une mentalité de fer et une façon d'agir assez de bourrin il n'arrivait pas à s'imaginer ce que c'était de faire face à une telle adversité qu'elle se trouvait être insurmontable. Lui il en mettait plein la gueule à ceux qui osaient ne serait-ce que le toucher avec le petit doigt, s'assurant qu'on ne recommence plus quitte à devoir briser le bras en entier, il n'avait pas froid aux yeux et ne se laissait pas impressionner par quoi que ce soit. C'est lui qui faisait peur aux autres et pas l'inverse, un conquérant et pas un gamin qui se contente d'attendre que la tempête passe au lieu de tenter même l'impossible, ce qui ne contribuait encore plus à avoir une incompréhension assez élevée de la situation dans laquelle était ce type. D'ailleurs, il ne voyait même pas pourquoi il avait pu lui demander une telle chose, ça lui passait tellement au-dessus de la tête et le tout à si grande vitesse que s'en était presque exaspérant. S'il voulait s'entraîner alors qu'il aille dans une salle avec un entraîneur, fallait bien que la personne qui le prenne en charge puisse être payé pour le supporter sinon c'était mission suicide salon Iñaki, à ce qu'il sache il n'y avait pas non plus écrit « pigeon » sur son front. Il y gagnerait quoi sérieux à aller ainsi au casse-pipe ? Ce type ferait l'effort au début pour abandonner, il en était sûr rien qu'à sa manière d'agir, il n'avait pas assez de tripes pour aller jusqu'au bout. Est-ce qu'il allait trop loin ? Non. De son point de vue il se modérait peut-être trop parfois, alors qu'il était évidemment que ce n'était clairement pas le cas, dépassant toujours la limite à ne pas franchir sans jamais s'en rendre compte de toute évidence et qui expliquait qu'il lui arrivait souvent à blesser les autres d'une manière ou d'une autre sans s'en rendre compte. Avec les poings c'était facile à voir après tout, suffisait de regarder où l'impact avait pu avoir lieu ou encore le sang qui coulait, mais pour le reste et surtout ce qui concernait l'esprit c'était d'un compliqué au point qu'à force il ne s'en préoccupait même plus. Ainsi, si ce mec voulait vraiment à ce point son aide il allait devoir lui prouver qu'il le mérite et il était loin de se laisser impressionner facilement, sinon c'était niet et c'est tout. Fouillant dans sa poche il sortait son paquet de cigarettes pour en prendre une, se la calant sur le bord de ses lèvres, avant de l'allumer avec son briquet et de ranger le tout où il l'avait pris.

« Le plus important c'est pas de savoir comment tu encaisses les coups, mais de savoir comment tu les rends, quand la vie t'en met plein la gueule faut faire pareil c'est tout. Tu veux que je t'entraîne ? Prouve-moi que t'es pas un cas désespéré, j'ai rien à foutre avec quelqu'un qui part déjà perdant et qui ne cherche pas à changer les choses, que t'es pas un lâche de première parce que ce que j'ai vu aujourd'hui c'est pas glorieux. Après, éventuellement, je pourrai peut-être reconsidérer ta proposition. »

Crachant sa fumée énergiquement, le regard assez dur comme à son habitude, il tournait les talons en laissant ce type ici et surtout les possibles galères qui lui avaient apporté.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


       
Monster
The secret side of me I never let you see I keep it caged. But I can't control it. The beast is ugly I feel the rage and I just can't hold it. It's scratching on the walls in the closet, in the halls. It comes awake...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2137-nutrisco-et-extinguo
Cuinn Z. Lonruil

avatar
En réalité, je suis
Zero
☂ Conte : L'étrange Noël de Mister Jack

☂ Emploi : Agence tout ce qui touche aux Handicaps sensoriels et ce qui les entoure.
☂ Camp : Selfish
☂ True Love : Cœur à reconstruire !

☂ Avatar : Adam Anderson
© Crédit : Pumpkin ; signa' Pumpkin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Mar 28 Mar - 13:24

You save me

Cuinn s'était tue, voyant le regard noir de l'homme. Son comportement s'adaptait aux personnes tout en restant la plupart du temps cool. Mais il sut bien vite, qu'il n'adoptait pas le bon. Devinez en pensant que cela allait être ainsi fait, ne plaisait pas à l'inconnu en face de lui. Il le comprit par ces paroles crachées par la suite. Et il fit de même pour Cuinn. Il n'avait pas l'air de supporter de répondre à sa place ou penser à sa place, sans que se fut l'intention première de Cuinn, mais il fit exactement la même chose pour lui. Il n'avait pas eu besoin de remette son appareil, il savait lire sur les lèvres et les vibrations qui en sortaient en disant long sur la tension que l'homme ressentait.

Cuinn avait un regard simple, qui faisait peut-être un peu trop penaud et bébête. Il était ainsi, cachant réellement qui il était, son passé l'ayant appris à ne pas montrer qui on était réellement. Il n'était pas faux, juste il montrait qu'une partie de lui et lorsque l'homme annonça que son angoisse ne fut qu'un prétexte, il se crispa intérieurement. Il semblait facile pour lui de se défendre, la vie lui avait donné la force physique sûrement nécessaire. Tant mieux dans un sens. Cuinn a su se défendre peut-être pas par sa force physique mais par des ruses tout autre. Dans cette ruelle il avait été bien trop surpris. Peut-être qu'il n'aurait rien fait et laisser les coups pleuvoir sur lui, comme à une certaines époques. D'autres, il aurait réagit tout en les poussant dans leur retranchements. Il se relevait toujours et continuait à vivre tout en disant fuck à la vie. Il ne voulait pas penser à ce qu'il avait vécu, car dans cette ruelle, ça l'avait rattrapé.  

Il ne cherchait aucune pitié, cela ne l'intéressait pas, cela le dégoûtait même plus qu'autre chose, être associable avait été une de ses solutions, mieux il rencontrait le moins de personnes et moins il en cotoyait il se porterait comme un charme. Mais la vie en avait décidé autrement et il s'était forgé cette image de cool attitude, se laissant parfois aller à des euphories qui semblaient ne pas approuver l'inconnu en face de lui. Son énervement et son regard de tueur en disant long, il pouvait ressembler à un de ses nombreux bourreaux mais pas tant que cela, puisqu'il l'avait tout de même aidé, tout en pensant que les deux avaient attaquer lâchement un homme faible. Etait-ce une image que Cuinn voulait qu'on est de lui ? A vrai dire il s'en fichait de ce qu'on pouvait penser de lui. Si il voulait être sympathique envers l'homme, s'était qu'il voyait bien plus profondément en lui qu'on pourrait le croire.

Il sourit intérieurement, amusé tout de même d'une certaine façon à cette contradiction. Le jugement. Il le regarda partir sans rien dire, après tout que dirais t-il de plus pour le retenir ou pour le convaincre sur le moment. Il n'avait aucune envie de le supporter plus et cela Cuinn l'avait plutôt bien saisit. Il le prenait sans doute pour une petit faible en plus d'être con et sourd. Prouver qu'il en voulait ? Pourquoi fallait-il toujours chaque jour prouver des choses et ne pas être plus simple ? Parce que la vie était ainsi faite ? une phrase si con en soi, la vie n'était pas un long fleuve tranquille, il le savait depuis bien longtemps, mais pourtant les gestes simples, sans arrières pensées, pouvaient donner du baume au coeur. Montrer encore et encore, il en avait juste envie et il savait que cet homme pourrait lui apprendre sans forcément avoir pitié. Peut-être serait-il sadique, peut-être s'amuserait il à le faire souffrir. Mais il savait ce que ce mot signifiait et si il n'avait pas une de ses crises, il l'encaisserait bien plus qu'on pourrait le croire.

Il sourit légèrement tout en le regardant au loin.

Le lendemain il avait pris une décision. Il était allé le voir. Sans une enquête sur cet homme...enfin plutôt avoir suivi quelques instants. ça n'avait pas été sans encombre. Il le vit sortir et se présenta à lui.

"Hey !" dit-il simplement. "J'ai bien compris que vous n'aviez pas apprécié que je vous juge en quelque sorte, pensant à votre place, tout comme vous l'avez fait ensuite  à mon intention" il marqua une pause sachant qu'il pourrait tout aussi être rembarré. "Nous ne deviendront peut-être pas ami et à vrai dire je m'en contrefiche, mais je sais que vous pouvez m'apprendre à être plus physique" déclara t-il sans demi mesure mais dans un ton calme.

Mais chaque jour, si il se faisait recaler, il reviendrait vers lui calmement, posément, lui faisant comprendre qu'il ne lâcherait pas le morceau, au risque de se faire frapper. Après tout ce n'était pas de savoir comment encaisser les coups le plus important mais de savoir les rendre et il savait que la force lui manquait dans certaine situation même si être rusé l'avait sauvé de nombreuse situation, la force physique en plus, serait la bienvenue.


 

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Dernière édition par Cuinn Z. Lonruil le Mar 25 Juil - 1:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t890-une-petite-citrouille-lumine
Iñaki D. Blaze

avatar
En réalité, je suis
la Salamandre
☂ Emploi : Opérateur de forge et soudeur. Radiateur humain
☂ Camp : Whatever
☂ True Love : So hot for you !

☂ Avatar : Matt Ryan
© Crédit : June | Beylin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Dim 2 Avr - 20:11




L’énervement dont Iñaki pouvait faire preuve en cet instant se trouvait être terriblement palpable, s’éloignait de cette ruelle de malheur et tout particulièrement de ce type qui aurait pu lui offrir une crise d’ulcère tant il avait mis ses nerfs à rude épreuve, il continuait de venir essuyer comme il le pouvait le sang qui s’écoulait de quelques blessures qui restaient en somme assez superficielles si on y regardait de beaucoup plus près. Mais il était résistant et il savait que d’ici quelques heures il aurait déjà oublié, il ferait abstraction d’une possible douleur tout en tirant sur les muscles endoloris par cet exercice matinal sans doute bien trop mouvementé, ne pensant qu’à une unique chose à savoir retrouver son calme et surtout une forme de paix à laquelle il aspirait tant. La prochaine fois qu’un type se faisait ainsi harceler il était bien décidé à le laisser se démerder seul, que la police bouge un peu son cul et fasse son travail ça pourrait changer pour une fois, même si dans le fond il était certain qu’il referait la même chose au risque de s’attirer tout un panel de problèmes en plus en se rendant compte qu’il n’avait pas aidé la victime mais bien le harceleur. Une fois encore il avait laissé son impulsivité s’exprimer à sa place, allant peut-être trop fort dans sa manière de parler qui était tout aussi brusque que sa manière d’agir brutale sans pourtant le regretter le moins du monde, ne prenant à aucun moment des gants même si pour certains il aurait pu aller bien trop loin dans sa manière de s’exprimer. Mais merde il n’était pas là pour être gentil, il avait déjà fait sa bonne action du jour alors très honnêtement qu’on vienne lui foutre royalement la paix et si ce type n’était pas content qu’il se laisse refaire le portrait au calme sérieusement, il s’était bien assez décarcassé pour un type qui n’en valait même pas la peine à son sens parce qu’il était loin d’avoir la moindre once de hargne. Décidément Iñaki avait réellement du mal à se mettre à la place des autres et une fois encore la situation n’échappait pas à la règle, le comportement que cet inconnu avait pu adopter n’était qu’un putain de signe de faiblesse à ses yeux qui l’empêchait de prendre ne serait-ce une minute la demande qu’il avait pu lui faire, et déjà qu’il n’appréciait pas réellement côtoyer les autres autant dire que le baba cool de service c’était faire une double croix dessus. Il portait une attention sur sa montre, voyant qu’il avait sacrément traîné avec toute cette agitation tellement trop inutile, comme pour lui prouver que décidément tout était contre lui aujourd’hui.

« Et bordel de merde ! »

Oui un rien l’énervait et lui faisait circuler d’un bon son sang à l’intérieur, a fleur de peau pour un rien de toute évidence, mettant de côté au possible toute cette bordélique affaire qui l’avait plus ennuyée qu’autre chose.


• •



Le moindre qu’on puisse dire c’est qu’autant Iñaki explosait très vite et facilement autant il avait une facilité déconcertante à passer rapidement à autre chose, comme si certains événements ne s’étaient ainsi jamais produits comme ce fut le cas de la bagarre de la veille, ignorant les possibles douleurs qu’il pouvait avoir à droite à gauche d’avoir ainsi pu entrer bien physiquement dans la bagarre. Il ne serait plus dire avec qui il avait pu s’embrouiller dans toute son existence, une liste bien trop longue de toute évidence, et même s’il revenait à recroiser les deux types à qui il avait sévèrement botté le cul il n’en ferait même pas de cas car il était certain qu’ils avaient compris la leçon mais plus que tout qu’ils n’oseraient plus jamais s’approcher de lui. Se battre et se défendre c’était ainsi une manière assez radicale qu’il pouvait avoir que d’éloigner les autres de lui mais plus que tout qui marchait à merveille, parce que devoir supporter les autres c’était une plaie mortelle qu’il n’avait aucune envie de subir au quotidien tellement ça l’emmerdait profondément, une méthode qui pouvait lui porter pourtant préjudice et surtout des ennuis si on y regardait de plus près.  Cependant Iñaki avait une confiance en ses capacités parce qu’il savait ce qu’il valait, cultivant cette image de brute qui n’en était pas qu’une mais bien une grande part de la vérité, il savait que s’il le voulait il pouvait venir à bout de toute personne venant le gonfler et ceci sans distinction réelle. Il pouvait terrasser n’importe lequel de ses ennemis qui se dresseraient sur son chemin, car de toute évidence il était loin d’avoir des amis et n’en cherchait spécialement – même le cas de Jackie-Rose était ainsi une belle exception tant la blonde avait su le dompter d’une certaine manière, faisant ainsi de lui un type asocial qui assumait entièrement la chose. Sérieusement s’asseoir tranquille autour d’une tasse de thé, comme s’il jouait à la dînette, très peu pour lui d’autant plus qu’il était une personne ayant un besoin naturel d’action et d’adrénaline même s’il pourrait jurer le contraire. Parce que sa tendance tout feu tout flamme, sans savoir que ceci était dû à sa véritable nature animale, ne lui avait jamais permis d’ainsi se trouver parfaitement calme avec qui que ce soit au point qu’il s’était convaincu que le seul moyen de l’être s’était de s’isoler dans un endroit où on viendrait pas lui casser les pieds.

Et ce lieu n’était d’autre que la forge dans laquelle il bossait, Iñaki se sentant sans mal dans son élément dans cette fournaise infernale que lui seul pouvait bien supporter et où personne n’osait s’aventurer par risque de suffoquer au bout de quelques minutes, même si bien évidemment il lui était impossible de rester 24h/24 à l’intérieur pour son plus grand désespoir. C’était sans nul doute les seuls instants où il ne perdait pas son sang-froid et il ne passait pas son temps à pester, ayant une concentration toute autre qui se portait ainsi sur autre chose que juste détruire comme il savait si bien le faire d’ordinaire pour se focaliser justement sur la construction de certaines pièces métalliques, profitant pleinement de cette solitude qu’il pouvait bien avoir dans cet endroit en dehors de quelques personnes qui venaient commander des pièces. Mais elles ne restaient que très peu de temps, d’une part à cause de la température excessive mais aussi du fait qu’il ne s’agissait là que d’une relation purement professionnelle point final, un ravissement certain pour Iñaki qui avait ainsi le loisir de profiter d’un isolement qui lui convenait sans la moindre retenue bordel. Ainsi passait-il sa journée à bosser sur le métal en fusion et la chaleur écrasante avec un plaisir qui ne s’estompait jamais, venant parfois fumer quelque peu lorsqu’il avait l’occasion de pouvoir bosser sur des pièces plus petites qui lui demandaient un peu plus de réflexion que juste bêtement donner la forme à un objet, et celle-ci n’avait pas été différente des autres. Et il aurait pensé qu’elle se terminerait de la même manière à l’instant où il quittait son atelier, s’étendant un bon coup où certains os craquaient à force de faire autant d’efforts et d’être autant sollicités comme il le faisait, s’apprêtant à rentrer chez lui sans que rien ne vienne le perturber. Sauf que non. Quand il pensait que c’était bien les problèmes qui venaient à lui, qu’il ne faisait que répliquer quelque part parce qu’il n’avait pas le choix, il en avait formellement la preuve sous les yeux lorsqu’il vit l’inconnu qu’il avait secouru dans la ruelle la veille. Et il se braquait aussitôt, serrant des dents avec cette pointe d’énervement fulgurant qui était en train de se faire sans raison apparente, alors que ses phalanges blanchissaient tant il serrait les poings à cette colère qui explosait et qui ne se fit pas attendre de sa part.

« C’est une blague ?! T’me suis ou quoi ?! Je sais pas ce que tu cherches mon grand mais crois-moi que si tu continues comme ça tu vas pas comprendre ce qui t’arrive ! Le message était pas assez clair hier ?! Alors je vais te le redire une bonne fois pour toutes : DEGAGES ! »

Iñaki n’avait même pas écouté ce qu’il pouvait lui dire, le moindre mot résonnait en fait dans sa tête comme une provocation, trop aveuglé par son énervement parce qu’il avait le sentiment profond que l’autre était en train de le provoquer. Merde ! Il lui avait juste empêché de se faire tabasser et c’était pas une raison suffisante pour lui de venir coller quelqu’un, le fait d’autant plus qu’il vienne autant approcher de son espace vital – son sanctuaire même que sa précieuse forge, le faisait incontestablement voir rouge. Est-ce que c’était si dur que ça à comprendre le fait qu’il voulait qu’on le laisse seul et plus que tout qu’on ne vienne pas forcer les choses avec lui ? S’il n’avait pas décidé de lui-même une action alors il allait s’entêter à ne jamais la produire, réfractaire au possible à toute autorité ou personne qui pourrait bien lui donner des ordres même si ce n’était pourtant pas ce que ce type était en train de faire, alors forcément le fait qu’on vienne lui demander quelque chose qu’il avait pu refuser n’allait en aucun cas passer. Iñaki n’aimait pas se répéter et c’est ce qu’il était en train de faire pourtant, brûlant ainsi encore plus le peu de patience quasiment inexistante qu’il pouvait bien avoir, prenant cet acte pourtant si anodin comme un signe d’agression à son adresse de manière beaucoup trop virulente comparé à la normale. Il ne savait pas faire dans la demi-mesure et se trouvait être toujours extrême dans sa façon de faire autant physiquement que pour tout le reste, il frappait ainsi fort et ne savait pas y aller en douceur le moins du monde sans que ceci puisse un jour l’intéresser, devenant si facilement hors de contrôle même pour lui-même mais il ne s’en offusquait pas. D’ailleurs, en cet instant la grande question était de savoir comment il faisait pour ne pas venir abattre son poing sur la gueule de ce stalker qui venait jusqu'à son lieu de travail pour le harceler, ce n’était pas l’envie qui lui manquait c’était certain. Peut-être parce que ça lui faisait peut-être mal au cul de se dire que c’était lui qui avait fait l’erreur de l’aider, c’était un peu comme si dans ce cas-ci le fautif ce n’était pas l’autre mais bien lui, Iñaki savait que le seul responsable c’était en quelque sorte lui et il avait du mal à le supporter. Mais sa réponse était sans appel, il était hors de question qu’il perde du temps avec un baba cool qui n’en valait pas la peine, continuant sa route.

« Et t’as pas intérêt à revenir sinon j’serais pas aussi amical que je l’ai été aujourd’hui ! »

Proférant ses menaces la tension était à son comble, de son côté en tout cas, c’était assez efficace en général et il n’avait pas besoin de se répéter une deuxième fois avec son air peu amical d’armoire à glace.


• •


Les jours suivants s’étaient déroulés de la même façon, ceci faisait au moins deux semaines que Cuinn tapait sur le système d’Iñaki de la sorte mais s’il ne faisait que venir le voir au final, au point que l’opérateur de forge avait la sensation de devenir dingue et d’être au bord de la crise de nerfs totale et de trop. S’il n’avait jamais commis un meurtre inutile de dire que bordel ce n’était pas l’envie qui lui manquait sur ce cas-là, il avait beau intimider autant que possible ce gringalet ce dernier revenait toujours à la charge le lendemain comme une espèce de sangsue agaçante, n’arrivant pas pourtant de son côté à user de véritable violence comme il le ferait habituellement. Bon, il y avait eu le coup d’épaule assez fort à plusieurs occasions qui auraient dû être un message assez clair sur le fait qu’ils ne jouaient pas dans la même catégorie, mais globalement il n’avait jamais été plus loin que ces phases d’intimidation comme celle-ci. Parce que concrètement Cuinn ne faisait que lui parler, toujours très calme et posé dans sa manière d’être, et que concrètement même si ceci approchait de la borderline d’Iñaki ce n’était pas la franchir pour autant. Il n’avait pas de raison « valable » pour bien lui foutre sur la gueule concrètement, ce qui ne faisait que le rendre encore plus dingue et irritable, au point qu’il était arrivé à comprendre le fait que s’il voulait que cet harcèlement cesse il n’y avait pas 36 solutions au problème. Il n’en avait pas envie, tout son être rejetait furieusement cette future contrainte alors qu’il se forçait à s’imaginer que c’était là l’unique moyen d’avoir la paix en dehors de finir en prison pour homicide volontaire, même si quelque part ça lui faisait mal de l’avouer mais bordel cet idiot était plus tenace que ce qu’il pensait. Finalement Cuinn l’avait eu à l’usure. Parce qu’il était arrivé à un moment où il était fatigué de se battre, se disant que s’il se prenait comme il faut peut-être qu’il y aurait moyen de faire vomir ses tripes à ce qu’il voyait comme un gamin quelque part que d’ici la première séance il aurait ainsi la paix, alors qu’une fois encore il pouvait le voir l’attendre à la sortie de la forge. S’approchant vers lui, l’attrapant sans ménagement par le col pour le coup, Iñaki le détestait viscéralement.

« J’en peux plus de toi sérieusement ! Tu es si arg ! Si je viens t’entraîner tu me lâcheras les baskets ?! »

Le regard terriblement dur pour cet idiot, s’il voulait se débarrasser de lui une bonne fois pour toutes il n’avait pas le choix, il était en train de plier et honnêtement il avait une horreur de ça mais il était trop à bout de nerfs pour faire autrement.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


       
Monster
The secret side of me I never let you see I keep it caged. But I can't control it. The beast is ugly I feel the rage and I just can't hold it. It's scratching on the walls in the closet, in the halls. It comes awake...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2137-nutrisco-et-extinguo
Cuinn Z. Lonruil

avatar
En réalité, je suis
Zero
☂ Conte : L'étrange Noël de Mister Jack

☂ Emploi : Agence tout ce qui touche aux Handicaps sensoriels et ce qui les entoure.
☂ Camp : Selfish
☂ True Love : Cœur à reconstruire !

☂ Avatar : Adam Anderson
© Crédit : Pumpkin ; signa' Pumpkin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Mar 25 Juil - 2:15

You saved me

Cuinn jouait-il à un jeu ? Absolument pas. Il était plus que sérieux dans sa démarche. Son calme était une de ses caractéristiques primaires, une chose que tous ne pouvait que lui concéder. Cela même pouvait être paraître bien trop étrange, mais s'était aussi ce qui dans un sens avait dissuadé certaines personnes à faire des actes qu'ils auraient regretté. Ce trait pouvait être une arme, cela dépendait juste avec qui. il avait été traité de si différentes manières que ça l’atteignait que plus ou peu, puisque ses crises étaient malheureusement encore présente et ses cauchemars aussi; Cependant, lorsqu'il était rechargé, peu de choses le faisait sortir de ses gonds. Ses amis le voyaient certes calme, mais à sa manières il pouvait faire transparaître une certaine joie, ou excitation, un espèce de baba cool qui aimait découvrir les belles choses et profitait de ce qui se trouvait autour de lui dans la nature par exemple, prônant cette non violence, celle où il connaissait les codes par coeur. Pourtant on pouvait aussi dire que sous ce qu'il voulait bien montrer, personne ne pouvait réellement décrire ce qu'il se trouvait dans son regard, sauf ce qu'il voulait qu'on comprenne. Il aimait jouer, et son acte aurait pu être pris pour un simple jeu, car un baba cool ne pouvait que s'ennuyer à la longue, alors trouver une occupation était compréhensible.

Toutefois, s'était bien mal connaître Cuinn, sa détermination et ce calme permanent, n'étaient pas un jeu, un sérieux viscéral. Il aurait certes s'adresser à d'autres personnes, mais il savait pourquoi il approchait cet homme. Néanmoins, pourquoi un homme qui ressemblait à ses bourreaux pourraient le mieux l'endurcir que ceux qui lui avait infligé tant de choses dans son passé ? Ce n'était pas sa pensée première. L'homme s'en fichait royalement de lui, il lui avait dit ces quatre vérités, du moins ce qu'il pensait, lui crachant à la gueule, lui faisant comprendre qu'il était faible, l'était-il ? Peut-être pour lui. Lui avait eu de belles prédispositions et s'était donné les moyens de s'en sortir. Mais Cuinn aussi, il était peu baraque, sa ruse l'avait sauvé bien des manières, son calme aussi parfois, toutefois malheureusement, lorsqu'on est enfant, il y avait des choses qui dépassaient tout entendement et Cuinn n'y avait pu y faire grand chose. Il avait à force banalisé la violence envers lui, mais il s'était vengé, atterrissant dans un foyer pour finir, ça avait été la fin de son calvaire. Il avait des effets secondaires certes, et il était pris pour une fou par cet homme au sang de braise, il s'en fichait, il savait ce qu'il voulait et il irait jusqu'au bout même si il devait en crever à la fin. Il ne se laisserait pas marcher sur les pieds et cet homme...lui donnerait ce plus dont il avait besoin. Car si il était si mauvais et au fond il s'en fichait, il l'avait aidé. Cuinn ne le remerciait pas en faisant cela, non, il avait sauté sur une occasion.

Alors s'était ainsi qu'il se trouvait devant le travail de l'homme qui avait croisé sa route, le prenant pour un demeuré et un fou, qui pour lui représentait un chiffon. Les premières fois furent rudes, mais Cuinn était égal à lui même, calme. Il lui demandait de l'entraîner. Et ce jour là, il vit cette bouche s'agiter fortement, beuglant, il avait pensé à baisser le volume de son appareil, ne l'entendant que très peu, lisant juste sur ses lèvres. Il voyait son regard dur et froid, ça ne l'impressionnait guère. Il était plutôt immuniser contre tout ceci. il avait été chiffonné dans tous les sens du termes lors de son enfance alors ça, ce n'était rien pour lui. Il était revigorer et n'allait pas faire de crise, alors s'était ainsi que le lendemain il revint l'air de rien. Parfois, il y avait même Spenze non loin de lui, enfin tout le temps maintenant. Il jouait avec lui pour passer le temps par moment.

Ce jour là, il ne dérogea pas à la règle, s'installant. Il rêvassait. Puis d'un coup il sortit de ses pensées lorsqu'il se sentit prendre par le col. Son regard reflétait juste de l'interrogation sans véritablement refléter ses véritables émotions comme à chaque fois. Il sourit quelque peu à la question de l'homme agacé par la situation. Il sentait l'envie depuis le début qu'il avait de lui foutre un poing dans la gueule, mais son calme l'avait probablement empêcher de le faire, le confortant dans une certaine façon sans le dire dans son idée sur l'homme. si il acceptait, il savait très bien qu'il se ferait massacrer le premier jour de l'entraînement, peut-être imaginait-il que ça le ferait fuir, après tout, toute personne censée le ferait ? Lui l'était plus depuis bien longtemps, son vrai regard regardait ce monde différemment. il sourit légèrement, posant une de ses mains sur un de ses poignets et le regardant droit dans les yeux.

"Quand commençons nous ?" fut sa seule réponse qu'il donna. Inaki lui répondit le lâchant toujours sans douceur.

Le lendemain fut vite arrivé. Il s'était rendu au lieu qui lui avait dit et il se tenait face à l'homme. Il savait que ça n'allait être que douleur, mais il était toujours aussi déterminé. Il enleva son appareil, ne voulant tout de même pas en casser un, ça coûtait assez cher comme ça. Et maintenant, il était fin prêt.


 

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



Dernière édition par Cuinn Z. Lonruil le Ven 1 Sep - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t890-une-petite-citrouille-lumine
Iñaki D. Blaze

avatar
En réalité, je suis
la Salamandre
☂ Emploi : Opérateur de forge et soudeur. Radiateur humain
☂ Camp : Whatever
☂ True Love : So hot for you !

☂ Avatar : Matt Ryan
© Crédit : June | Beylin
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   Sam 12 Aoû - 11:45




C’était peut-être son côté Salamandre qui se manifestait malgré tout, même si la malédiction qui était encore actuellement présente étouffait ses souvenirs et tout ce qui pouvait s’y rapporter, une forme d’instinct animal qui avait pu continuer à perdurer en de rares occasions comme celle-ci où Iñaki pouvait se montrer plus agressif que d’ordinaire – enfin façon de parler. Dans son ancienne existence la notion de territoire était primordiale et il était impensable de laisser qui que ce soit justement s’avancer dans cet espace, dans le même genre d’idée par ailleurs de pouvoir chercher à le toucher ne serait-ce qu’une seconde tant la personne était sûre de se prendre soit un jet de flammes soit un bon empoisonnement qui le ferait mourir sous peu, et c’était comme si quelque part il avait gardé pour l’instant encore ce résidu de ce qui avait été sa vie de dragon peu commode. Cuinn dépassait plus que les bornes en venant non seulement sur le lieu de travail d’Iñaki, c’était une franche provocation à laquelle il ne pouvait que répondre en faisant ce qu’il faisait le mieux à savoir répliquer avec toute la colère dont il était capable, voyant ainsi son sanctuaire où il se sentait parfaitement à son aise bafoué sans aucune pitié et ne faisant que rendre cet idiot encore plus égoïste à ses yeux. Comment pouvait-il lui faire un tel coup sérieusement ? Mais bordel de merde qu’est-ce qu’il avait envie de lui éclater une bonne fois pour toute la tête, lui faire entrer physiquement du plomb dans la cervelle au sens littéral du terme pour le coup, et cette envie irrésistible de se débarrasser de lui de façon bien durable prenait de l’ampleur à l’instant même où Cuinn osait le toucher en posant une main sur lui. Tout l’énervait chez lui et ce sourire qu’il avait en ce moment même c’était une fois de plus une goutte d’eau qui faisait un peu plus déborder sa patience qui s’était envolée depuis longtemps alors qu’il le repoussait plus loin, serrant les poings tellement fort qu’Iñaki était sûr d’avoir entendu les os craquer alors qu’ils tremblaient aussi de rage pure, ne sachant par quel miracle il était en train de se retenir. Peut-être parce qu’il savait quelque part que s’il se lançait il ne pourrait plus s’arrêter, il était à deux doigts de commettre un meurtre au premier degré, ayant un mal fou à se contrôler.

« Ta gueule ! Juste ferme la ! T’veux jouer ?! Très bien tu vas être servi ! T’as qu’à venir à la lisière de la forêt demain matin ! »

Retournant au niveau de son atelier il claquait la porte sans plus d’état d’âme, prenant le premier truc qu’il lui venait sur la main pour le jeter au sol et bordel qu’est-ce que ça faisait un bien fou, laissant éclater sa rage sans la moindre once de ménagement. Il était dans une phase où il avait juste besoin de tout laisser ressortir même si vu le niveau atteint de colère ceci risquait de prendre du temps, venant ainsi casser d’autres trucs parce que c’était l’unique moyen de pouvoir libérer toute cette tension accumulée, alors que toute cette foutue histoire lui confirmait à quel point il pouvait détester la présence ses autres sérieusement. S’il était possible pour Iñaki de vivre dans un endroit sans aucune personne, un véritable désert et de préférence de grande chaleur, il le ferait tout bonnement c’était une putain de certitude et il en avait encore plus la conviction après cette véritable altercation par cette sangsue de service. Cuinn venait à accumuler tout un mauvais bagage qui le rendait encore plus détestable : il l’obligeait à faire un truc qu’il n’avait pas du tout envie, il était beaucoup trop présent et collant, son sourire le tapait sur les nerfs et son flegme ne faisait que croître cette sensation, il n’avait pas l’air de comprendre que le mettre à bout de patience n’était pas un jeu stupide. Et l’ancienne Salamandre était en ce moment même en train de voir rouge de façon exponentielle, il n’avait pas besoin des autres et le fait qu’on cherche à la sortir de sa solitude dans laquelle il se complaisait pourtant hautement – parce que tout le monde était différent et que lui être seul était le meilleur de sa journée sincèrement, au point qu’il avait fallu un long moment pour qu’il puisse réussir à se tempérer. Demain serait un autre jour et surtout une occasion en or de se débarrasser du pot de colle de service, il allait lui montrer ce qui arrivait quand on se foutait de sa gueule parce que pour lui ce comportement à son égard c’était totalement et il ne cherchait pas à aller voir plus loin, avec de la chance il allait arriver à lui faire vomir ses tripes même et il le laisserait se démerder dans sa misère pour lui prouver qu’il ne pouvait compter sur personne mais surtout pas en lui. Il lui avait sauvé la mise une fois, voir même deux si on comptait le coup de la voiture, mais de son côté il ne ferait pas la même erreur et il allait lui prouver qu’il n’était pas le type sympathique que cet idiot avait pu s’imaginer ou il ne savait quoi.

••

Fumant une cigarette tout en recrachant la fumée par le nez, les enchaînant à la suite pour calmer ses nerfs déjà bien entamés que de se retrouver là, Iñaki fixait la forêt en même temps en évitant de se préoccuper ce qui pouvait l’entourer et encore plus de venir regarder vers le chemin qu’il fallait emprunter pour pouvoir pénétrer de manière sécurisé dans les bois. Peut-être que c’était une bonne idée de venir perdre cet imbécile dans les bois, avec de la grande chance on ne le retrouverait plus sauf des années plus tard où il serait retourné à l’état de poussière, prêt à tout pour s’en débarrasser parce qu’il était clair pour lui qu’il n’allait pas vraiment se le coltiner jusqu’à ce qu’il devienne fort ou une connerie du genre. Il voyait même pas ce qu’il voulait dire, s’il voulait apprendre à se battre qu’il le fasse pas chier et aille à la salle de sport pour soulever des poids en fonte sérieusement, et de toute façon il n’avait aucune envie de se pencher sur le problème qui ne le regardait pas. C’était le souci de la société actuelle à son sens que de trop se préoccuper des autres, si chacun se démerdait il n’y aurait plus de problème justement, et lui n’avait aucune envie de jouer les bons samaritains de service ou de nourrice à un gamin qui lui tapait sur les nerfs. Si Iñaki pouvait remonter le temps il aurait choisi un autre chemin pour courir ce jour terrible où tout avait basculé, depuis il avait la sensation que son quotidien était devenu un calvaire sans nom et étant dû surtout au fait qu’il n’appréciait pas du tout qu’on puisse le déranger dans une routine qui lui plaisait – et dans laquelle il se sentait peut-être dans le fond en sécurité, ça lui aurait évité la crise d’ulcère future et passée qu’il avait pu avoir en l’espace de très peu de temps. Sérieusement il était trop vieux pour des conneries dans le genre, et encore il était loin de se douter de l’âge réel qu’il pouvait avoir avec sa mémoire pour l’instant bridée, tout ce qui voulait c’est qu’on vienne lui foutre la paix une bonne fois pour toutes et si pour ceci il devait se montrer comme un véritable tortionnaire alors très bien. Il n’avait pas un fond méchant mais il ne fallait pas le pousser à bout après tout, il y avait des limites à la connerie humaine au bout d’un moment, tirant toujours sur sa clope tout en se faisant craquer le cou.

Ses sens se mettaient en alerte en entendant derrière lui des bruits de pas qui se relevaient être ceux de Cuinn, mettant une certaine distance entre eux aussi bien pour éviter de le tuer sur place de pour préserver son espace vital, comme s’il était encore cet animal d’autrefois même si quelque part c’était encore le cas sans qu’il puisse en avoir conscience. Sauf qu’à l’image de son état de Salamandre il était certain que Iñaki avait gardé ce côté antisocial envers les autres, la seule personne étant viable à ses yeux se trouvant sûrement être Jackie-Rose qui même en étant envahissante avait un côté attachant qui avait su dompter en quelque sorte la bête hargneuse qu’il pouvait être, déjà qu’entre congénères c’était la guerre alors inutile de dire que la version humaine avait cette même aversion passée retranscrite ici envers ses homologues à savoir la race humaine à défaut d’avoir encore le loisir de savoir que son humanité n’était qu’une putain d’invention faite de magie. Il avait été une race de dragons qui ne se laissait jamais approcher, qui avait plusieurs moyens pour dissuader n’importe quel suicidaire de le faire que ce soit le feu ou le poison, mais dans tous les cas c’était toujours avec une certaine violence inouïe et assez incontrôlable. Une tare dont Inaki n’avait pu s’échapper dans cette condition humaine, lorsqu’il s’exprimait ce n’était jamais dans la demi-mesure mais bien au plus fort aussi bien verbalement que physiquement, il était fait de colère et de violence perpétuelles tout en ayant cette misanthropie envers les autres très encré dans ses veines. Pourquoi ? Il n’y avait rien eu pourtant dans cette fausse existence humaine pour le conduire sur ce chemin, alors que d’aussi loin qu’il pouvait se souvenir il s’était toujours battu pour s’imposer ou qu’on le laisse tranquille, mais ce n’était pas comme si pour sa part il cherchait à comprendre face à ce manque de logique. Il ne faisait que suivre ses impulsions, ne les contrôlant que trop rarement tant il n’en était pas dérangé le moins du moins, et celles-ci venaient à s’agiter en voyant le stupide sourire que Cuinn pouvait aborder. Il l’avait fait chier pendant des jours et il n’avait même pas l’air de prendre le truc au sérieux, s’il le pouvait il s’arracherait la peau du visage par désespoir en toute franchise, toujours peu engagé à vouloir faire ami-ami ou une connerie du même calibre.

« Si j’étais toi j’effacerais tout de suite ce petit sourire à la con que t’as ! T’sais quoi ?! Grimpe donc à cet arbre et plus vite que ça ! »

Si Cuinn était venu en baver alors il avait sonné à la bonne adresse, lui de son côté n’aurait aucun d’âme de le remettre à sa place, grognant presque à son encontre.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


       
Monster
The secret side of me I never let you see I keep it caged. But I can't control it. The beast is ugly I feel the rage and I just can't hold it. It's scratching on the walls in the closet, in the halls. It comes awake...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2137-nutrisco-et-extinguo
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: How to save a life | Cuinn Z. Lonruil   

Revenir en haut Aller en bas
 
How to save a life | Cuinn Z. Lonruil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Welcome to Storybrooke :: Storybrooke :: Rues & Ruelles-