Partagez | 
 

 Rencontre et découvertes [PV Lewis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pietro Buchanan

avatar
En réalité, je suis
Papyrus le squelette
☂ Conte : Undertale

☂ Emploi : /
☂ Camp : Gentils
☂ Avatar : Lee Pace
MessageSujet: Rencontre et découvertes [PV Lewis]   Mer 18 Jan - 20:22

Enfin. Après tout ce temps passé dans ce lit. Tout ce temps à regarder l’extérieur par la fenêtre. Ce jour était enfin arrivé. Ce jour où il allait quitter l’hôpital. Ce jour où il allait sortir. Ce jour…où il allait découvrir la surface.

Son cœur battait la chamade. Après toutes ces années passées dans l’Underground, à imaginer à quoi ça pouvait bien ressembler. Il allait enfin avoir toutes les réponses à ses questions. Et la plus importante de toutes ces questions, qu’était-il advenu des autres monstres ? Etaient-ils tous restés coincés dans le monde d’en-dessous ? Ou étaient-ils ici ? Il l’espérait. Etre arrivé à la surface, c’était bien, mais si ses amis n’étaient pas là, si son frère n’était pas là, cette joie aurait un goût des plus amères. Mais ils seront là ! Tous ! Et il allait les retrouver ! Et s’ils ne l’étaient pas, il trouverait un moyen de les ramener ! Après tout, il était le Grand Papyrus !

D’un pas décidé et énergique, il se dirigea vers la porte. Cette dernière s’ouvrit latéralement, laissant l’ancien squelette sortir. Ca y est. Il était dehors. Il regardait tout autour de lui avec des étoiles dans les yeux. La moindre petite chose, il la trouvait magnifique. Cette maison là-bas était formidable ! Ce poteau électrique était tellement beau ! Cette neige était tout simplement magnifique ! Elle était si blanche ! Si… En fait, ça ressemblait un peu à Snowdin pour le coup. Mais en mieux ! Parce que c’était Snowdin à la surface ! Cette neige était la neige de la surface ! Il se sentait tellement heureux ! Il s’amusa à courir dans tous les sens. Quelle joie de pouvoir à nouveau s’agiter ! Les médecins lui avaient dit de faire attention, ne de pas trop se surmener, mais il avait déjà oublié ce détail. Tout ce temps resté inactif, il n’en pouvait plus. Il pouvait enfin bouger ! Courir dans la neige ! Il en ramassa une bonne quantité avant de la lancer au-dessus de sa tête en riant à pleins poumons

-NYEHEHEHEHEHE…HEH ?

Quelque chose n’allait pas. Enfin disons qu’il y avait quelque chose de…bizarre. En fait, ça faisait un moment qu’il le ressentait, mais c’était seulement maintenant qu’il s’en rendait compte. Il ne se sentait pas…bien. Ce n’était pas ses blessures qui le relançaient, non. Quelque chose d’autre. Il se sentait comme…agressé. Mais par qui ? Par quoi ? Il ne le savait même pas. Il avait la vague impression que le vent y était pour quelque chose. Que le vent l’attaquait. En regardant ses mains, il se rendit compte qu’il tremblait. En fait, il tremblait de tout son corps. Même ses dents s’étaient misent à claquer, sans aucune raison apparente. Il tentait de faire en sorte que ça s’arrête, mais il n’y parvenait pas. Il n’avait pourtant pas peur. Pourquoi ces tremblements ? Et en y regardant de plus près, sa peau était…bizarre. Il n’était certes, pas habitué à avoir une peau, alors il n’était pas encore sûr de savoir ce qui était bizarre et ce qui ne l’était pas, mais il ne l’avait encore jamais vu comme ça… elle avait des…petites bosses… ? Il ne s’était pourtant pas cogné récemment ! Mais qu’est-ce qui se passait !?

Papyrus ne le savait pas, mais il ressentait le froid pour la première fois de sa vie.

Pourquoi la surface était-elle si agressive ? Il regarda les passants autour de lui. Eux ne semblaient pas être dans le même état que lui. Ils ne tremblaient pas comme pas permis. Le problème venait donc de lui ? Il pensa que c’était peut-être une de ses blessures qui causait ça finalement. Devait-il retourner à l’hôpital ? Non ! Ce n’était rien ! Rien que le Grand Papyrus ne puisse supporter ! Ca allait sans doute finir par passer. Il n’allait pas reculer maintenant ! Un futur membre de la garde royale ne recule devant rien ! Il ne devait pas perdre du vue ses objectifs. Retrouver les autres. C’était facile ! Ils devaient être…euh…par là sûrement ! Il se mit en route, d’un pas plus tremblant qu’il ne l’aurait voulu.

-S-S-SANS !

Pas facile de parler quand vos dents font des claquettes. Il essayait tout de même de mettre un maximum de volume dans sa voix. Si son frère était dans les parages, il fallait qu’il l’entende ! Et le connaissant, il serait capable de dormir dans un coin ! Le tout était de savoir dans QUEL coin.  Il continuait de chercher, regardant de tous côtés, répétant le nom de son frère. Mais pas l’ombre d’un squelette en vue. Et cette sensation désagréable qui ne s’en allait pas ! Il pensait qu’il finirait par s’y habituer, mais c’était de pire en pire. Plus ça allait, plus il voulait ardemment que ça s’arrête. Si seulement il savait qu’il suffisait de mettre un manteau pour que ça aille mieux… Toujours est-il que, le froid aidant, il commençait à s’impatienter. Grandement. Il avait passé tellement de temps à s’ennuyer, à espérer qu’il retrouverait tout ses amis. Et là, le fait de ne pas les trouver direct, ça l’énervait passablement. Pourquoi n’étaient-ils tous pas juste là ? Et quand il voyait tous ces gens se balader tranquillement…Papyrus les dévisageait, dans l’espoir de voir une tête familière. Mais non. Que des inconnus. Et étant donné son étrange manière de grelotter, il n’était certainement pas en train de donner une bonne première impression à toute cette populace. Mais bon, ce n’était pas grave, il trouverait le moyen de rattraper le coup. Mais d’ailleurs, maintenant qu’il y pensait, peut-être qu’une de ces personnes savait où il pourrait trouver son frère ! Juste après avoir eu cette idée, il se dirigea vers la personne la plus proche.

-B-B-BON-J-JOUR HU-HUMAIN ! J-J-JE CHERCHE… RHA !!!!

Fichu mâchoire qui n’arrêtait pas de claquer ! Il n’arrivait même pas à communiquer correctement. Il se mit à frapper du pied contre le sol pour passer ses nerfs.

-C-C’EST IN-S-SUPO-PORTABLE ! P-P-POURQUOI J-JE N’A-ARRIVE P-PAS A P-P-PARLER !?

C’est un grand mystère… Mais peut-être que la personne à qui il avait adressé la parole pourra l’éclairer à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewis F. Pepper

avatar
En réalité, je suis
Lewis
☂ Conte : Mystery Skulls

☂ Emploi : Garde de nuit au The Moonlight Palace Hotel
☂ Camp : I don't care
☂ True Love : Don't want your memory in my head, I want you here with me

☂ Avatar : Dave Franco
© Crédit : Schizophrenic | Quiet Riot
MessageSujet: Re: Rencontre et découvertes [PV Lewis]   Sam 21 Jan - 13:14




Son travail au Moonlight Palace était fini pour aujourd'hui, ou du moins cette nuit, tandis que Lewis se dirigeait vers l'appartement qu'il louait. C'était vraiment étrange pour lui que de voir qu'ici à Storybrooke il pouvait avoir une vie si normale, presque banale en fait à quelques petites exceptions près mais dans la globalité c'était assez calme, mais plus que tout d'avoir peut-être une vie tout court. Enfin. C'était de bien gros mots parce que pour l'instant il n'avait pas trop envie de se mêler encore avec les véritables vivants, parce qu'il ne savait pas trop s'il pouvait avoir une place ou non et si c'était une bonne chose que d'essayer de jouer un rôle qu'il n'avait pas depuis l'instant même où il avait pu rendre son dernier souffle, se retrouvant ainsi encore fuyant à ce sujet-ci même si venait très en douceur tenter de faire un pas en avant. Et l'hiver était peut-être la meilleure période pour une nouvelle acclimatation en fait, encore plus lorsqu'il y avait de la neige comme ces derniers jours, parce que les personnes ne manièrent globales avaient l'air moins agitées et préféraient se tenir au calme bien au chaud contrairement à l'été où les rues étaient polluées de monde. D'ailleurs il enchaînait même en ce moment entre marcher et l'éviter quelque peu, ayant juste le bout des pieds qui frôlaient ainsi la neige surtout pas mauvaise habitude qu'il avait pu prendre et peut-être inconsciemment par fatigue, alternant ainsi entre des sortes de petites pauses régulières et marquage d'empreinte ou non derrière lui. Il profitait juste de ce calme ambiant, ne demandant rien à personne et étant presque aussi invisible que le fantôme qu'il était censé être dans le fond, essayant pour une fois de ne pas se prendre la tête surtout de ne penser à rien. Un exercice qui avait l'air facile à première vue mais qui était sûrement le plus dur, voulant juste éviter de se pencher sur les questions concernant sa condition actuelle à savoir se retrouver comme dans une espèce d'état transitoire qui avait autant d'avantages que d'inconvénients, d'autant plus qu'il n'avait que ceci à faire. Peut-être que Lewis devait se forcer à avoir d'autres activités, s'il ne voulait pas finir par s'ennuyer terriblement il allait devoir faire un effort et surtout envers les autres, mais la question étant de savoir lesquelles surtout.

Réfléchissant justement sur ce quelqu'un comme lui pourrait bien trouver à faire, ayant du mal à trouver la moindre idée très honnêtement, il fut interrompu dans son fil rouge intérieur par un drôle d'énergumène qui venait de couper son avancée nette. Surprit ? Ah oui. Ce n'était pas parce qu'on était un esprit d'un revenant qu'on ne pouvait pas avoir peur, ou même se retrouver être effrayé tout d'un coup si on venait à apparaître devant lui, même si habituellement sous sa véritable forme de fantôme c'était lui qui flanquait la frousse aux autres. Et c'est pourquoi par pur réflexe il eut un mouvement de recul envers cet individu vraiment étrange, ses yeux n'arrêtant pas de clignoter comme pour s'assurer qu'il n'avait pas une quelconque hallucination, en ce demandant si ce type était bien en train de lui adresser la parole. Jamais personne ne lui parlait vraiment en fait, peut-être aussi parce qu'il ne faisait pas l'effort de le faire de son côté, habitué dans un sens à être devenu un peu invisible aux yeux de tous. D'accord. Bon Lewis n'était plus trop habitué, lui qui pourtant de son vivant avait une facilité si déconcertante à aller vers les autres et à parler durant des heures entières au point que ceci contrastait tellement avec aujourd'hui, écoutant au mieux ce qu'on avait à lui dire mais disons que le langage de cet homme était assez incompréhensible. Il claquait tellement des dents qu'il aurait pu concurrencer un orchestre de castagnettes, restant pourtant assez impassible face à lui, remarquant très vite dans quelle tenue son interlocuteur pouvait se trouver et il n'y avait pas à réfléchir très longtemps sur la cause d'un tel manque de cohérence dans ses mots. Le fantôme pouvait même voir à quel point ce type était en train de trembler comme jamais, ne sachant pas quelle idée avait pu lui passer que de sortir comme ça avec un temps pareil en extérieur sérieusement, et sous peu il finirait sûrement tel un surgelé. Il se fichait du sort des autres, après tout on meurt tous un jour ou l'autre et pour certain comme lui ça venait plus vite que prévu, peut-être parce qu'il était en normalement spectateur extérieur sauf que dans ce cas précis il venait à être un acteur pris à partie malgré lui. Il avait certains défauts mais la cruauté n'en faisait pas partie, soupirant un peu en gardant un visage si vide de sentiment quelconque, ce n'était de base pas son problème mais ça l'était devenu sans qu'on lui demande son avis.

« Vous êtes vraiment inconscients les vivants, et après vous venez vous étonner que vous tombiez malade par exemple, avec un froid pareil vous auriez dû vous habiller plus chaudement ça vous éviterez de venir attrapez la m... un rhume. »

Est-ce qu'il avait manqué de dire qu'il allait attraper la mort ? Oui. Mais Lewis avait en quelque sort banni ce mot de son vocabulaire, ayant un mal fou à le prononcer si on regardait la condition dans laquelle il se trouvait, ayant l'impression sinon de faire peut-être une sorte de mauvaise blague qui ne l'amusait pas. Vraiment pas. Il aurait pu le contourner et continuer son chemin sans demander son reste, c'était devenu dans sa nature de ne pas vraiment se préoccuper des autres ou du moins de ceux qui avaient une existence encore propre, sauf qu'il avait un fond compatissant qui était en train de lui suggérer intérieurement qu'il ne pouvait pas juste abandonner cette personne comme ceci. Mais qu'est-ce qu'il pouvait faire concrètement ? Peut-être dans un premier temps lui offrir assez de chaleur pour éviter qu'il se transforme en glaçon sur place, lui en procurer assez pour qu'il puisse ensuite parler comme il faut et ainsi exposer la situation, et le mieux à faire à son sens pour réaliser cette idée était encore de l'embarquer dans un lieu chauffé. Les magasins n'étaient pas si loin au final s'il regardait l'endroit où ils se trouvaient, même si certes habituellement il faisait souvent plus le chemin en venant l'éviter et ce qui le fatiguait bien moins, mais il n'était pas sûr que cette personne puisse encore marcher très longtemps dans cet état-là et surtout pas avec le froid qu'il y avait. Lewis n'aimait pas spécialement venir utiliser certaines de ses capacités en public, même si dans un sens il n'y avait pas non plus une foule immense, mais l'urgence n'était pas de savoir ce qu'il voulait mais ce qu'il devait faire. Il soupirait de nouveau avant de venir prendre les deux mains de l'étranger, le forçant à faire une sorte de réceptacle avec celles-ci, les maintenant de la manière qu'il voulait et se concentrant pour ne pas se louper. Une flamme rosée sortie de sa paume avant qu'il vienne la poser à l'intérieur de celles de son interlocuteur, le feu qu'il était capable de produire n'était pas ordinaire et ne brûlait pas autrui – sauf s'il en décidait le contraire mais ce n'était pas le cas actuellement, lui permettant ainsi d'acquérir provisoirement une source de chaleur alors qu'il pouvait déjà voir petit à petit la couleur des mains de l'autre individu redevenir un peu plus normale.

« Ne vous en faites pas vous n'allez pas vous faire brûler, c'est assez inoffensif dans l'ensemble, et ça va vous permettre de vous réchauffer un peu en attendant de vous mettre autre chose sur le dos. Vous devriez retourner chez vous enfiler un manteau, ça restera le plus simple je pense, vous habitez loin ? Histoire que je vois quelle puissance mettre pour votre trajet. »

En vue de la tête que l'autre pouvait faire face à ce qu'il lui disait, mais aussi de la manière qu'il avait de communiquer directement ou non, le fantôme venait à comprendre que ce type n'avait rien et pire que tout qu'il avait l'air d'être complètement perdu. Pouvait-il vraiment l'abandonner comme ça ? C'était tentant en fait, n'ayant pas trop envie de s'encombrer d'un quelconque problème et surtout qui n'était pas le sien de base, sauf que malheureusement pour lui il avait tout de même gardé un minimum de conscience. Mais Lewis n'avait aucune idée sur l'instant de ce qu'il pouvait vraiment faire, il n'avait pas été confronté à une telle situation en fait que ce soit dans cette existence que dans l'autre, cependant il ne pouvait pas juste le laisser ici car ça ne serait pas correct. Cherchant dans ses poches il se rendait compte qu'il n'avait rien sur lui, pas besoin de clé quand on pouvait passer à travers le mur après tout ou d'un porte-monnaie quand on savait manipuler les illusions, le forçant ainsi à devoir agir d'une manière qu'il le laissait mitigé. User de ses pouvoirs pouvait être controversé, c'était pratique certes et tout particulièrement lorsqu'il avait ouvert les yeux à Storybrooke mais il tendait à moins le faire, essayant de se persuader que c'était un peu un mal pour un bien après tout. Jetant un coup d’œil à gauche et à droite, histoire de s'assurer que personne n'était en train de trop regarder surtout que vu la dégaine de ce type pût déjà pas mal attirer l'attention des autres, il fit apparaître dans sa main une liasse de billets qui représentait une certaine somme assez conséquente. Ce n'était malhonnête que de payer avec du faux argent, celui-ci finirait au bout d'un moment par s'évaporer et ainsi laisser un trou dans la caisse, sauf que la situation ne lui laissait pas vraiment le choix pour le coup. Le tendant vers l'homme il ne voyait pas comment faire autrement, au moins il lui laissait de quoi se débrouiller suffisamment, sachant très bien ce que s'était d'être dans une situation assez similaire.

« Écoutez. Vous trouverez de l'argent à l'intérieur, ça devrait vous aider au moins à vous stabiliser, mais... il va disparaître au bout d'un temps et je ne sais pas quand. Il n'est pas réel, vous comprenez ? »

C'était peut-être quelque peu abstrait, ne sachant comment expliquer vraiment autrement, mais il venait de faire plus pour une personne en si peu de temps que ce qu'il avait pu faire depuis qu'il avait pris consistance ici.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

MIRACLE
There’s a place I wanna go and a life I wanna know but you crucified my heart of gold. There’s no love, no light, no end inside. But I hope, I pray, and I will fight 'cause I’m looking for a miracle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2443-had-me-feeling-like-a-ghost
Pietro Buchanan

avatar
En réalité, je suis
Papyrus le squelette
☂ Conte : Undertale

☂ Emploi : /
☂ Camp : Gentils
☂ Avatar : Lee Pace
MessageSujet: Re: Rencontre et découvertes [PV Lewis]   Dim 22 Jan - 16:55

Pietro ne comprenait pas vraiment ce que cet homme lui disait. Il parlait d’attraper un rhum, de sortir plus chaudement… Papyrus sortait régulièrement habillé plus ou moins légèrement sans sentir la moindre petite différence, ni le moindre inconvénient lorsqu’il était à Snowdin. C’était normal. Contrairement à la plupart des monstres, lui ne ressentait pas le froid. Alors attraper un rhume lui semblait tout bonnement impossible, peu importe le temps ou la température.

-A-ATTRAP-PER UN R-RHUME ? J-JE SUIS UN S-S-SQUELETTE, JE N-N’AI P-PAS DE P-PEAU. J-JE NE RE-RESSENT P-PAS LE F-F-FROID.

Attention, le fait de le dire allait peut-être lui faire parvenir l’information au cerveau. Révélation dans trois…deux…un…

-A-ATTENDEZ…….J-J’AI UNE P-PEAU !!!

C’est bon, ça avait fait tilt. On va dire que le froid n’aidait pas vraiment à la réflexion. Il était en train de comprendre ce qui lui arrivait. Il n’avait jusqu’alors pas songé à toutes les implications qu’avoir un corps humain apportait. Il regarda ses mains rougies et tremblantes.

-C-C’EST DONC CA…A-AVOIR F-FROID ?

Là, tout de suite, il comprenait mieux de quoi se plaignait Undyne quand elle venait à Snowdin. Mais comment faisaient tous ces gens qui avaient une peau ? C’était diablement peu pratique ! Comment est-ce que LUI allait faire pour s’en accommoder ? Comment est-ce qu’on peut s’habituer à ressentir le froid ? Vivre avec ça lui semblait difficile. Mais pas impossible ! Il pouvait s’y habituer ! Il le fallait ! De toute façon, il n’avait guère le choix. Enfin s’il pouvait éviter de le ressentir de façon aussi forte, ça l’arrangerait. Il fallait qu’il se réchauffe. Mais comment ? Il regarda autour de lui afin de chercher…il ne savait pas trop. Une source de chaleur quelconque. Et vite. Parce qu’il lui semblait que bientôt, il se transformerait en statue de glace. Et bien que ce soit diablement cool d’avoir une statue de glace à son effigie, le fait de l’avoir de cette manière ne l’enchantait guère.

-E-ET COMMENT J-JE PEUX ME RE-RECHAUFFER ?

Comme pour répondre à sa question, l’inconnu lui prit les mains pour faire…euh il n’en avait pas la moindre idée.

-V-VOUS F-FAITES Q-QUOI LA ?

Mais juste après avoir posé sa question, voilà qu’une flamme rose apparue dans la paume de la main de l’inconnu, puis il vint la déposer dans celle du squelette. Aussitôt, la sensation de froid disparu peu à peu de ses mains, qui commencèrent à retrouver une couleur plus…habituelle ? Instinctivement, il rapprocha son visage autour de la flamme, fit tout ce qu’il pu pour rapprocher au maximum chaque partie de son corps de cette source de chaleur. Que c’était agréable. Il lui semblait qu’il n’aurait pas survécut une minute de plus sans cette flamme rose. Il serait éternellement redevable envers cet homme qui venait de lui sauver la vie. Rien que ça. Enfin cet homme… Il venait d’utiliser de la magie non ? Les humains pouvaient faire ça ? Si c’était le cas, il l’ignorait. Il fallait dire que son expérience était encore relativement pauvre en la matière. De toute façon, il était trop occupé à se réchauffer pour y réfléchir.


-Ne vous en faites pas vous n'allez pas vous faire brûler, c'est assez inoffensif dans l'ensemble, et ça va vous permettre de vous réchauffer un peu en attendant de vous mettre autre chose sur le dos. Vous devriez retourner chez vous enfiler un manteau, ça restera le plus simple je pense, vous habitez loin ? Histoire que je vois quelle puissance mettre pour votre trajet.

Papyrus quitta la flamme des yeux pour en revenir à son sauveur. S’il habitait loin ? Haha. Comment dire. Il ne le savait même pas si c’était loin.

-EH BIEN J’HABITE A SNOWDIN, DANS L’UNDERGROUND AVEC MON FRERE, SANS. MAIS JE NE VEUX PAS Y RETOURNER POUR L’INSTANT. SI TOUT LE MONDE EST A LA SURFACE, JE N’AI PLUS BESOIN D’Y ALLER. ET DE TOUTE FACON, JE NE SAIS PAS OÙ EST LE PASSAGE… DONC EN ATTENDANT, JE VAIS VIVRE EUH…EUH…

Papyrus se rendit compte qu’il n’avait pas abordé cette question non plus. L’idéal était de retrouver Sans et de vivre avec lui, comme avant, mais s’il ne le retrouvait pas dans l’immédiat, ça allait vite devenir compliqué quoi. Il commençait à réaliser peu à peu qu’il était sans abris, sans rien. Il avait déjà connu mieux comme situation. Mais il allait s’en sortir, comme toujours ! Il ne savait pas trop comment, mais il s’en sortirait.

De son côté, l’inconnu avait l’air de le prendre un peu en pitié. Allez savoir comment, il fit apparaître des billets verts dans sa main. Un tour de passe-passe ? Comment avait-il fait ? Il était vraiment doué ! Le squelette était véritablement impressionné pour le coup ! Mais les étoiles qui étaient apparues dans ses yeux disparurent lorsque l’homme lui tendit l’argent en lui disant que c’était du faux.

-JE NE PEUX PAS ACCEPTER. JE SUIS UN SQUELETTE AVEC DES PRINCIPES ! IL EST HORS DE QUESTION QUE LE GRAND PAPYRUS ARNAQUE LES HONNETES COMMERCANTS AVEC DU FAUX ARGENT !

Oui, bon, il n’était pas tellement en position de refuser quoi que ce soit étant donné la situation. Pas d’argent, pas de maison, rien. Un vrai clodo. Mais que voulez-vous ? Il était trop honnête pour accepter de tromper les gens, ne serait-ce qu’un petit peu, pour son propre intérêt. Ceci dit, il reconnaissait que la personne ne cherchait qu’à l’aider, et il avait déjà fait beaucoup pour lui. Cette flamme rose était absolument formidable et salvatrice.

-MAIS MERCI BEAUCOUP POUR VOTRE AIDE. VOUS ETES QUELQU’UN DE VRAIMENT GENTIL. SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE UN JOUR, VOUS POURREZ COMPTER SUR MOI ! PASSEZ UNE BONNE JOURNEE !

Et sur ce, Papyrus fit quelques pas pour s’éloigner. C’est qu’il en avait des choses à faire ! Retrouver son bro, et si ça tardait trop, trouver un endroit où aller. Alooors pour où commencer ? Euh… Il ne savait pas vraiment. Il regarda à droite, à gauche. Devant. Et puis finalement, il fit demi tour et revint vers la personne à qui il venait de dire aurevoir il n’y avait pas deux secondes.

-J’AI DEUX QUESTIONS. LA PREMIERE ET LA PLUS IMPORTANTE, VOUS N’AURIEZ PAS VU UN SQUELETTE D’A PEU PRES CETTE TAILLE RECEMMENT ? ET SI LA REPONSE EST NON… EST-CE QUE VOUS SAURIEZ OÙ JE POURRAIS ALLER POUR PASSER LA NUIT ?

Il faut bien commencer les recherches quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewis F. Pepper

avatar
En réalité, je suis
Lewis
☂ Conte : Mystery Skulls

☂ Emploi : Garde de nuit au The Moonlight Palace Hotel
☂ Camp : I don't care
☂ True Love : Don't want your memory in my head, I want you here with me

☂ Avatar : Dave Franco
© Crédit : Schizophrenic | Quiet Riot
MessageSujet: Re: Rencontre et découvertes [PV Lewis]   Mer 25 Jan - 17:59




Une indifférence pour les problèmes des vivants, ne prenant pas vraiment le temps de s'attarder sur eux en fait, mais pourtant dans ce cas-ci précisément Lewis n'avait pu juste continuer son chemin et laisser cet homme se débrouiller tout seul. Pourquoi ? Peut-être parce que pour une fois c'était son aide qu'on venait solliciter, pas celle de quelqu'un d'autre et encore moins de ceux qui se proclamaient être des héros ou il ne sait quoi, le prenant ainsi directement à partie et encore plus par un être qui n'était peut-être pas aussi humain contrairement à ce qu'il avait l'air de refléter à l'heure actuelle. Tout comme lui quelque part, même si dans son cas c'était peut-être un peu plus complexe avec les voies surnaturelles dans lesquelles il se trouvait, mais à la mention du mot squelette il avait été des plus intrigués. À ses yeux il ne pouvait peut-être que voir un autre défunt, loin de se douter que certains êtres étaient juste d'étranges créatures qui n'avaient aucunement connu une autre existence avant Storybrooke, et même s'il ne le montrait pas une forme de curiosité peut-être vue comme morbide le prenait. Oh il était loin d'être le seul fantôme de cette ville, il avait pu croiser d'ailleurs la fameuse Dame Blanche déjà et mine de rien cette rencontre avait pu en quelque sorte comme lui réchauffer le cœur, mais il avait peut-être besoin de justement se rendre compte qu'il n'y avait pas que lui dans cet état étrange pour arriver d'une part à mieux l'accepter mais aussi aller de l'avant. Alors Lewis essayait de détailler un peu plus cet individu, heureux tout de même de constater qu'il semblait reprendre des couleurs propre à un être vivant et surtout qu'il ne claquait plus autant des dents pour rendre ses paroles plus compréhensibles, se perdant un peu par faible instant avant de bien vite revenir à lui pour ne pas partir même dans une simple lévitation comme c'était le cas lorsqu'il perdait dans ses pensées. Même s'il ne comprenait pas tout ce qu'il pouvait dire en réalité, même si dans les grandes lignes il avait deviné qu'il cherchait des personnes comme apparemment beaucoup de personnes dans cette ville. Lui aussi voudrait bien mais plus dans l'optique de régler un certain compte personnel, bouillant de l'intérieur à chaque fois qu'il y pensait, voulant rendre la monnaie de sa pièce à celui qui avait pu le tuer.

Cependant son unique priorité à cet instant bien précis était cet inconnu tout en continuant de lui tendre le fameux portefeuille d'illusions, se trouvant être malgré tout palpable pour un temps indéfini et même Lewis ne serait dire combien de temps ceci allait durer, avant que ce qui était ainsi cet étrange squelette ne refuse sa proposition. Loin d'être vexé en fait il pouvait comprendre, même s'il avait usé de cette même technique sans vraiment en avoir la moindre émotion quelque part car après tout c'était sa propre nouvelle survie qui était en jeu, arnaquer les honnêtes gens n'avait rien de plaisant mais parfois il fallait savoir fermer les yeux à son sens. L'honnêteté c'était une bonne qualité néanmoins ça n'aidait pas vraiment à se trouver un coin tranquille ou encore acheter certaines choses dont il pouvait avoir besoin, cette ville lui ayant pour sa part réattribué certaines attributions qu'il avait perdues en mourant comme par exemple la faim ou même le sommeil, et malheureusement pour lui cet homme s'en rendrait très vite compte. Il n'allait pas pour autant le forcer de toute façon, lui mettre dans la main en le sommant de lui prendre et n'avoir que faire de son avis, le laissant ainsi faire alors qu'il faisait disparaître de sa main l'objet qui aurait pourtant été convoité par plus d'un. C'était peut-être mieux ainsi au final, ceci évitant que cet individu ne puisse avoir des problèmes par la suite mais lui aussi par extension si jamais on venait remonter jusqu'à lui, ce refus c'était moins s'exposer de manière générale et ceci lui convenait aussi très bien. Manquerait plus qu'on vienne le prendre pour un distributeur de billets ambulant, le pire qui pourrait sans doute se produire, se contentant alors de regarder l'autre sans qu'aucune réelle émotion ne vienne apparaître sur son visage toujours si apathique. Pourtant une fois encore la surprise vient se faire, décidément il avait vraiment perdu l'habitude qu'on puisse s'adresser à lui, quant au fait qu'il était quelqu'un de gentil. L'était-il vraiment ? Lewis ne serait trop dire, il ne s'était pas posé la question dernièrement en réalité, il ne lui semblait pas être quelqu'un de mauvais mais peut-être pas un ange non plus. Dans un état transitoire peut-être, un peu comme ce qu'il vivait en étant coincé dans un entre-deux entre vie et mort, même si le fait d'entendre qu'il penchait du bon côté de la balance avait son petit impact. Il était peut-être plus gêné qu'il ne voudrait bien l'avouer, recevoir des compliments ce n'était pas trop son truc et il lui fallut à cet instant un bon coup de pied aux fesses pour ne pas juste disparaître d'un seul coup face au petit malaise, ne sachant trop quoi répondre.

« Non ce n'était rien... Enfin, pas non plus que je le fasse souvent ou quoi, n'allez pas vous faire des fausses idées... Et ne pensez pas non plus avoir une dette ou je ne sais quoi, je n'en demande pas en tout cas de mon côté, c'est... naturel ? »

Solitaire dans l'âme. Il avait appris à devoir se débrouiller seul et sans l'aide de personne, devoir mener une existence où il n'y avait que lui et personne d'autre, à devenir l'être invisible qui ne peut être vu de tous. Lewis ne venait ainsi offrir qu'un faible sourire sur ce qui était ainsi un au revoir, ne voyant cette rencontre que comme une petite perturbation dans ce quotidien assez morne que pouvait être le sien même s'il ne s'en plaignait pas forcément, ne le suivant des yeux lorsque cet individu s'échappait de son champ de vision et bien décidé à reprendre ainsi le cours de son existence normale. Dans la mesure du possible. Avançant à peine de quelques pas il fut cependant de nouveau interrompu par le même énergumène, manquant encore une fois de sursauter et à se demander si ça n'allait pas devenir une mauvaise habitude, s'étant senti prêt à répliquer face à une quelconque menace avant de voir correctement le visage de cet homme. Non sérieusement. Ce type devait faire attention parce que la prochaine fois il risquait de lui décrocher un bon crochet du droit, dans un réflexe de sa part qu'il se voudrait salvateur pour le coup, car ce n'était pas parce qu'il avait l'air d'être le moins actif au monde qu'il n'avait pas des petits coups d'adrénaline. Soufflant un bon coup, sentant son cœur battant se calmer lui aussi à mesure, il essayait de ne pas lui en tenir rigueur et encore plus en entendant dans quelle situation pouvait se présenter ce squelette. Lewis n'avait eu aucune mention d'un autre être fait exclusivement d'os, ne sachant pas réellement ce qui pouvait bien traîner en réalité à Storybrooke, ne sachant pas qu'en réalité il avait eu déjà affaire à la personne tant recherchée. Et s'il l'avait su on aurait pu voir son pic de colère grimper tout d'un coup, frôler le fait qu'il n'avait plus de contrôle sur lui et ses pouvoirs, tellement qu'il détestait les stupides blagues de ce squelette tout aussi stupide. Mais pas d'accident diplomatique pour le coup, pas encore en tout cas, restant dans sa neutralité caractéristique. Ce type face à lui était vraiment paumé au possible, pas besoin de rester longtemps avec lui pour s'en rendre compte et sa situation lui faisait un peu miroir sur la sienne il y a quelque temps de ça, hésitant sur sa démarche et sur la façon de dire les choses sans trop le brusquer.

« Non je ne l'ai pas vu... Mais vous savez ça va être dur pour vous de trouver un squelette à Storybrooke, enfin un qui puisse marcher et parler en tout cas de la description que vous en faites, tous ceux qui ont été pris dans cette malédiction ont revêtu une apparence humaine... comme vous... Si vous cherchez cette personne comme dans vos souvenirs alors c'est sûr que vous n'allez jamais la trouver... Et en ce qui concerne un lieu pour dormir si vous n'avez pas d'argent ça va être assez compliqué vous vous en doutez. »

Il n'était pas spécialement sec ou même chaleureux en disant ceci, toujours dans cette insensibilité dont il semblait faire preuve, Lewis ayant cette habitude de dire les choses comme elles étaient sans forcément faire de détour. Peut-être qu'il pouvait passer pour cruel des fois mais ce n'était pas le cas ou du moins pas son attention de base, disant juste ce qui avait besoin d'être dit tout bêtement, n'ayant pas vraiment pour idée de faire mal par plaisir ou il ne savait quoi. Mais lorsqu'il regardait ce type il se disait que peut-être qu'il avait été trop loin malgré lui, qu'il n'était pas aussi gentil que l'autre pouvait le croire, et regrettait quelque peu de se montrer aussi froid et catégorique. Cependant il ressentait constamment cette sensation de devoir être sur la défensive, à l'instant où il était mort il avait perdu la confiance qu'il avait envers les autres et la gardait ainsi jalousement par crainte, ne baissant que rarement cette garde qu'il avait pu développer. Parce qu'il n'avait aucune idée d'où était sa place désormais, cette ville était censée être celle de la seconde chance selon certains mais jamais il ne l'avait ressenti comme tel et c'était plus un calvaire supplémentaire à son sens, et en y regardant de plus près il se sentait aussi paumé que ce type mais pour des raisons différentes. Le fantôme commençait à emboîter le pas comme s'il avait décidé de lui-même qu'il n'avait plus rien à dire, que cette conversation était ainsi terminée, avant de s'arrêter en jetant un dernier coup d’œil à cet ancien squelette qui tenait toujours cette flamme rosée qu'il avait pu produire plus tôt. Il était du genre à ne demander l'aide de personne, Lewis se sentait avec l'âme d'un solitaire désormais, mais dans le fond il aurait sans doute apprécié qu'une personne vienne lui tendre la main lorsqu'il en avait besoin. Une vision qui l’empêchait peut-être malgré lui de faire un pas de plus, se prenant la tête dans le fond entre le fait de juste partir d'ici ou venir tendre la main, ce qui se manifestait par un énième soupir de sa part. Qu'est-ce qu'il était en train de faire sérieusement ? Cependant ce n'était pas ça qui allait le tuer, impossible même, secouant un peu la tête pour lui en imaginant l'autre imbécile lui dire la même chose mais sur le ton de la plaisanterie. Et puis ça serait juste un temps, d'autant plus qu'il ne serait même pas là dès la soirée avec son travail, il devait arrêter de mettre sans cesse une barrière entre lui et les autres ou du moins essayer d'accepter un peu plus de se mêler à eux. Un peu comme un challenge personnel qu'il s'imposait, même si dans le pire des cas il pourrait toujours changer d'avis, même s'il ne se comprenait même pas pour le coup.

« Vous... Vous pouvez toujours venir chez... moi... en attendant que vous trouviez votre frère ou un endroit pour dormir... Et je préfère vous prévenir aussi... même si vous avez pu le deviner, je ne suis pas vraiment un humain normal... Et d'ailleurs si vous tentez quoi que ce soit ça sera la dernière chose que vous ferez. Tout ça c'est aussi provisoire on est bien d'accord... ? »

Pourquoi avait-il fallu qu'il rajoute le fait que cet homme, ou du moins cet ancien squelette, allait mal finir au moindre faux pas ? Peut-être que c'était finalement plus fort que Lewis que de devoir se protéger à sa manière, de venir mettre les choses au clair avant qu'on ne lui reproche quoi que ce soit, même si en réalité il n'avait plus rien à craindre du côté de la mort en fait. Mais son cœur restait blessé tout de même, bien trop lourd au point qu'il n'avait pu rejoindre cet au-delà pourtant si convoité, et c'était lui qu'il voulait protéger en réalité. Calme. Aucune raison valable de se sentir piégé ou quoi, c'était sa décision après tout et il serait maître de la situation, même s'il eut malgré lui un mouvement de recul par anticipation de la réaction de l'autre comme pour le prévenir de ne pas trop l'approcher non plus. Ils n'étaient pas amis pour autant, ils ne le seraient jamais à ses yeux, alors autant mettre les points sur les i dès le début. Le fantôme voulait bien jouer le bon samaritain mais il ne fallait pas non plus pousser le bouchon trop loin, surtout lui qui était d'un calme à presque tout épreuve et qui n'appréciait que peu les contacts directs avec les autres, au point que certains le prenaient pour un véritable timide même si le mot le plus approprié serait peut-être « sauvage ». En fait, ce qu'il venait de faire était tout de même quelque chose d'assez folle et de dingue, laissait ainsi un parfait inconnu entrer dans sa sphère plus que privé ne lui ressemblait aucunement. Qu'est-ce qui venait de lui passer la tête ? Même lui ne l'expliquait pas trop, étant de toute manière trop tard pour penser à faire marche arrière de toute évidence, reprenant sa marche cette fois-ci accompagnée avant de porter un regard un peu plus en détail sur l'inconnu. Il n'allait pas aller très loin en étant ainsi habillé, il aurait presque pu ressentir un frisson rien qu'en le regardant, son petit tour de passe-passe avait beau bien fonctionner ça n'allait pas forcément faire des merveilles très longtemps.

« La priorité ça reste tout de même de vous prendre une tenue plus chaude, vous n'allez pas rester indéfiniment avec cette flamme sur vous, et je vais... m'occuper de la partie paiement... Vous avez dit venir de... Snowdin c'est ça ? Est-ce que... ça veut dire que vous êtes arrivé directement à Storybrooke et que vous n'avez pas de faux souvenirs... ? »


Encore avec des illusions certes qu'il comptait user, n'ayant rien pris sur lui parce qu'il ne comptait pas spécialement faire une séance shopping après tout, avançant vers le centre de la ville en observant ce drôle d'énergumène tout de même.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

MIRACLE
There’s a place I wanna go and a life I wanna know but you crucified my heart of gold. There’s no love, no light, no end inside. But I hope, I pray, and I will fight 'cause I’m looking for a miracle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2443-had-me-feeling-like-a-ghost
Pietro Buchanan

avatar
En réalité, je suis
Papyrus le squelette
☂ Conte : Undertale

☂ Emploi : /
☂ Camp : Gentils
☂ Avatar : Lee Pace
MessageSujet: Re: Rencontre et découvertes [PV Lewis]   Dim 26 Fév - 18:57

En sortant de l’hôpital quelques instants plus tôt, le squelette Papyrus était plein d’espoir et d’optimisme. Dans sa tête, le scénario était tout écrit. Il allait sortir, il trouverait rapidement son frangin, car après tout, des squelettes, il n’y en a pas tant que ça, et comme il le connaissait bien, déterminer les endroits où il pourrait potentiellement se trouver serait un jeu d’enfant pour lui. Comme un puzzle des plus élémentaires. Et une fois qu’il l’aurait retrouvé, ils se prendraient tout les deux dans les bras l’un de l’autre et fêteraient ces joyeuses retrouvailles. Suite à quoi ils pourraient reprendre leur petite vie tranquille, vivre ensemble ! Il ne lui resterait alors qu’à retrouver tous ses amis de l’Underground et tout serait comme avant. Il reprendrait ses entraînements avec Undyne, finirait par entrer dans la garde royale et tout serait pour le mieux. Oui, c’était ça, le scénario qu’il avait en tête. Malheureusement, il commençait à prendre conscience  que ça allait peut-être être un peu plus compliqué que prévu. Certes, il savait dans quel genre d’endroits trouver Sans. Mais il n’avait aucune idée d’où étaient ces endroits dans cette ville. Et il ne tarderait sans doute pas à se rendre compte qu’elle était beaucoup plus grande qu’il ne le pensait. Et maintenant, il venait d’apprendre qu’en plus, Sans était peut-être devenu un humain, tout comme lui. Tout ça semblait tellement surréaliste. Son frère. Un humain. Mais étant donné que lui-même en était un, ce n’était peut-être pas si improbable que ça après tout. Juste bizarre. Et le gros problème que ça allait poser, c’était que pour le reconnaître, ça allait demander peut-être un peu plus qu’un simple coup d’œil. Mais après tout, ils étaient frères ! Impossible pour lui de ne pas le reconnaître ! Certes, il allait difficilement pouvoir compter sur le physique pour l’identifier, mais personne ne le connaissait mieux que lui. Il allait surmonter cet obstacle ! Il n’allait certainement pas se laisser décourager ! Il était le Grand Papyrus !

Il en était là de ses réflexions, ayant un peu zappé la partie « t’es à la rue et t’as nulle part où aller », ce qui était quand même un problème assez conséquent en soit, lorsque le bienfaiteur aux flammes rosées lui réadressa la parole.


-Vous... Vous pouvez toujours venir chez... moi... en attendant que vous trouviez votre frère ou un endroit pour dormir... Et je préfère vous prévenir aussi... même si vous avez pu le deviner, je ne suis pas vraiment un humain normal... Et d'ailleurs si vous tentez quoi que ce soit ça sera la dernière chose que vous ferez. Tout ça c'est aussi provisoire on est bien d'accord... ?

-…WOWIE MERCI BEAUCOUP ! VOUS NE LE REGRETTEREZ PAS ! MOI, LE GRAND PAPYRUS, M’ENGAGE A ETRE LE MEILLEUR COLOCATAIRE QUE VOUS PUISSIEZ ESPERER !

Malgré les menaces évoquées, Papyrus n’avait retenu que l’énorme bonté dont faisait preuve son interlocuteur qui lui ôtait une épine du pied. Il avait eu de la chance de tomber sur quelqu’un comme lui. Alors ses paroles n’étaient pas des paroles en l’air. Il s’engageait véritablement à être des plus agréable et des plus utile possibles en tant que colocataire. Après tout, cet homme lui ouvrait les portes de sa maison, à lui, un parfait inconnu. Peut-être avait-il senti à quel point Papyrus était un gars cool et digne de confiance. Par ailleurs, le squelette était prit d’un intérêt certain pour cette homme qui lui apportait tellement d’aide sans rien demander en retour. Il avait envie d’en savoir plus sur lui. Après tout, à partir de cet instant, ils étaient destinés à passer beaucoup de temps ensemble. Il avait envie de lui poser des questions à n’en plus finir mais avant de poser ne serait-ce que la première, il fut ramené à la réalité.


-La priorité ça reste tout de même de vous prendre une tenue plus chaude, vous n'allez pas rester indéfiniment avec cette flamme sur vous, et je vais... m'occuper de la partie paiement... Vous avez dit venir de... Snowdin c'est ça ? Est-ce que... ça veut dire que vous êtes arrivé directement à Storybrooke et que vous n'avez pas de faux souvenirs... ?  

C’est qu’il en aurait presque oublié qu’il avait froid. Décidément, cet homme enchaînait les bonnes actions. Il se mit donc à le suivre, certain que son bienfaiteur saurait sans doute plus que lui dans quelle direction aller. Et en même temps, il pu continuer la conversation.

-DE FAUX SOUVENIRS ? TOUS MES SOUVENIRS SONT ABSOLUMENT AUTHENTIQUES ! J’AI UNE EXCELLENTE MEMOIRE !  

Puis il comprit qu’il faisait peut-être allusion à la fameuse malédiction dont on lui avait parlé. Il n’était pas certain d’avoir tout comprit, mais apparemment, les gens étaient arrivés ici avec de faux souvenirs et un beau jour, ils ont retrouvés les bons. Lui n’avait pas eu l’occasion d’avoir sa mémoire faussée étant donné que pendant la période où tout le monde ne se souvenait plus de qui ils étaient, lui était dans le coma. Ceci dit, il ne voyait pas comment il aurait pu oublier qui il était. Le Grand Papyrus ne s’oublie pas comme ça !

-OH, ATTENDEZ, VOUS PARLEZ DE LA MALEDICTION ? ON M’EN A PARLE. MAIS HEUREUSEMENT, J’AI ECHAPPE AUX FAUX SOUVENIRS, NYEHEHEHEHEHEH !

Les bons côtés du coma. Bien qu’en fait, s’il était arrivé ici comme tout le monde avec des faux souvenirs, il ne serait certainement pas aussi perdu aujourd’hui. Mais Papyrus ne voyait pas les choses ainsi. C’était tout simplement trop triste d’oublier qui on a pu être et tous les amis qu’on a pu avoir. Non, il était définitivement content d’être resté celui qu’il était, avec tous les souvenirs qui allaient avec.

-ET VOUS, VOUS AVEZ DIT QUE VOUS N’ETES PAS UN HUMAIN NORMAL, C'EST-A-DIRE ? VOUS RESSEMBLEZ A TOUT CEUX QUE J’AI VU.

Bon, il n’était peut-être pas expert en la matière, même si il aimait dire qu’il était expert en tout ce qui était possible et imaginable, mais à bien regarder cet homme il n’avait rien qui…sortait réellement de l’ordinaire par rapport à un autre être humain. Après, entre humains, il y avait des choses qui variaient, comme pour toutes les espèces, la taille, les cheveux, les yeux, bref un peu tout, mais dans l’ensemble, deux bras, deux jambes, une peau, deux yeux, un nez, une bouche, pas de branchies, ni de cornes, ni de queue… Dans l’ensemble, cet homme en face de lui semblait remplir tous les critères que Papyrus avait pu éventuellement définir comme caractérisant un être humain. Mais peut-être restait-il des subtilités qui lui étaient encore inconnues. Peut-être que la forme de ses yeux n’était pas très humaine, qui sait ? Il n’en avait aucune idée. Et il y avait autre chose dont il n’avait aucune idée, c’était le nom de cette personne. Ce qui était quand même un comble ! Ils allaient vivre ensembles et il ignorait encore cette chose Ô combien capitale. Il s’engagea alors dans les présentations, bien qu’il ait déjà mentionné une ou deux fois son propre prénom.

-AU FAIT, JE SUIS LE GRAND PAPYRUS ! MAIS DEPUIS QUE JE SUIS ICI, LES GENS M’APPELLENT PIETRO, JE NE SAIS PAS POURQUOI… ET VOUS ?

Papyrus lui tendit énergiquement une main tandis que l’autre tenait la petite flamme rose, tout en regardant son nouvel ami avec un grand sourire amical.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewis F. Pepper

avatar
En réalité, je suis
Lewis
☂ Conte : Mystery Skulls

☂ Emploi : Garde de nuit au The Moonlight Palace Hotel
☂ Camp : I don't care
☂ True Love : Don't want your memory in my head, I want you here with me

☂ Avatar : Dave Franco
© Crédit : Schizophrenic | Quiet Riot
MessageSujet: Re: Rencontre et découvertes [PV Lewis]   Mar 7 Mar - 8:32




La voix survoltée de celui qui était devenu son colocataire en peu de temps, dans un instant de générosité de la part de Lewis qui venait presque à l’étonner lui-même tant il ne se préoccupait plus de rien et de personne à partir de l’instant où sa vie avait pu basculer en s’arrêtait net, lui faisait déjà regretter son choix tant elle lui faisait vibrer les tympans. Cet homme parlait affreusement fort, bien trop même au goût du fantôme, et pour quelqu’un habituer à un silence de mort justement il savait par avance que l’acclimatation ne serait pas des plus évidentes. Oh pas qu’il comptait non plus le garder longtemps chez lui, juste le temps que ce type trouve soit un autre logement soit la personne qu’il cherchait temps et ensuite adieu pour toujours, ne se voyant plus que comme un point d’ancrage provisoire qu’autre chose. D’ailleurs il serait peut-être pas plus mal d’instaurer des règles à l’avenir, c’était peut-être même une étape assez obligatoire dont celui d’éviter de crier comme il le faisait pour rien même si dans le fond de lui il pouvait parfaitement comprendre que tout le monde ne pouvait pas être aussi terne dans un sens, notamment le fait que la prochaine fois au lieu de s’attarder de cette façon sur quelqu’un il continuerait sa route comme il avait voulu le faire plus tôt. Les problèmes des autres ne l’intéressaient pas, il avait les siens à gérer et n’avait pas le temps de faire l’âme charitable ou du moins pas spécialement l’envie, les êtres humains étaient une espèce abominable et son expérience de vivant l’avait vacciné un bon bout de temps avant de vouloir réellement se frotter à ses homonymes. Mais ce type face à lui n’était pas, ou du moins de base de ce qu’il avait pu comprendre en tout cas, un humain comme les autres mais bien un ancien squelette. Et c’était pour ceci peut-être qu’une part de lui se montrait un peu plus curieuse que les autres, sortant légèrement de l’ombre pour en apprendre plus mais surtout savoir s’il avait affaire à un revenant tout comme lui et peut-être le permettrait de se réconforter sur son propre sort, le poussant malgré lui à engager la conversation un peu plus loin que d’ordinaire et ainsi le questionner sur ses origines. Ainsi que le fait que Lewis n’avait pas non plus envie d’accueillir n’importe qui chez lui, rien ne lui disait après tout que ce type n’était pas un psychopathe ou un échappé d’asile, même si quelque part ses pouvoirs l’empêchait de se dire qu’il craignait quoi que ce soit.

Des capacités extraordinaires pour se défendre ou même attaquer, même s’il était certain que ce changement du monde et l’engrenage de la malédiction avaient pu amoindrir certains de ses pouvoirs, une sorte de réconfort que d’avoir pu passer de vie à trépas en acquérant ainsi ce florilège qui lui était plus utile qu’il ne pourrait jamais l’avouer. Avec eux le fantôme pouvait s’en sortir tout seul et ceci lui convenait parfaitement, il n’y avait qu’à voir ce que ses illusions pouvaient faire même si désormais elles avaient certaines limites qu'elles ne possédaient pas autrefois, le protégeant certes mais le mettant encore plus à l’écart quelque part. Il se sentait aussi fort que véritable paria avec ses particularités, conscient qu’un humain normal comme il était avant n’était nullement capable d’agir comme il le faisait que ce soit autant par un tour de passe-passe que les flammes, ne faisant peut-être que grossir sa peur que d’avancer dans le monde. Il était devenu un monstre à son sens, un être qui ne devrait même pas exister et surtout pas de cette façon-ci, et sa dernière interaction fantomatique avec des personnes l’avaient aussi beaucoup blessé et réconforté dans cette envie devenue naturelle que de s’isoler. Et en parlant de souvenirs Lewis écoutait sans interrompre ce drôle de personnage en couleurs, lui laissant le temps de comprendre et surtout remettre ses idées en place sur cette affaire qu’il n’avait lui-même pas vraiment subie quelque part, comprenant ainsi qu’ils avaient tous deux ce point commun que d’avoir échappé malgré eux à cette magie si étrangère. Cependant, il n’était pas vraiment trop perdu de son côté ou du moins pas autant qu’après put être une personne lambda quelque part, le monde dont il était issu ressemblait sur de très nombreux points à celui-ci même si de son côté il avait pu apprendre que le côté paranormal auprès il courait se trouvait être plus réel qu’il n’avait pu le penser à première vue. Même si malheureusement, du peu qu’il avait pu voir, cette adaptation allait être sûrement à apprendre pour son colocataire provisoire et ce qui le fatiguait déjà par avance. Le fantôme qu’il était n’avait pas spécialement envie de jouer les nounous, quelque chose sur cette lignée en tout cas, et même si quelque part c’était pourtant ce qu’il était en train de faire d’une certaine façon ceci l’ennuyait assez profondément. Il nourrissait dans son coin l’espoir que ce type trouve très vite ce qu’il cherche, trop habitué à sa solitude il devait bien l’avouer, même si quelque part il savait parfaitement qu’il ne pouvait pas le laisser ainsi. Plus bon cœur qu’il ne pourrait l’avouer, juste un résidu de celui qu’il avait pu être, tandis qu’il écoutait attentivement ce qu’on pouvait lui dire sans pour autant en donner l’impression avec cet air nonchalant.

Lewis tournait la tête vers celui qui se nommait ainsi Papyrus, affublé apparemment aussi de celui de Pietro, mais plus encore pour regarder la main tendue vers son attention alors qu’il lui avait aussi demandé en quoi il n’était pas normal. Il est vrai que tant qu’on ne venait pas vraiment le provoquer, tant qu’on ne le menaçait pas d’une manière ou d’une autre même si ceci pouvait être indirectement quelque part, il pouvait passer pour n’importe qui et encore plus s’il faisait l’effort de ne pas léviter ou il ne savait quoi. Il n’y avait pas le mot fantôme marquait sur son front, même s’il avait clairement tendance à l’oublier, et ainsi tant qu’on le laissait globalement tranquille il n’y avait pas de soucis à se faire. Et il aurait été même plus facile de ne rien dire à cet étranger, de faire comme si tout allait bien se passer ou rien de bizarre n’allait arriver, mais le problème étant qu’il savait très bien qu’il finirait par se trahir d’une manière ou d’une autre et ainsi préférait-il de son côté être honnête dès le début avec ce colocataire. Avec de la chance ceci le ferait même fuir avant son emménagement, ce qui arrangerait pas mal ses affaires c’était indéniable, bien que quelque part ceci puisse le blesser sans que pour autant il ne laisse passer une seule émotion sur son visage. Lewis regardait toujours cette main tendue à son adresse, sachant pourtant très bien ce que ce type pouvait attendre de lui et qu’elle était la convention sociale à adopter soit le fait de lui serrer la main comme on pourrait l’attendre, sauf que très honnêtement entrer en contact avec un humain – même un qui ne l’était pas de base – lui offrait toujours une impression très bizarre au point de ne plus savoir quoi adopter comme comportement. Ainsi préférait-il ignorer son geste et continuait de marcher sans lui porter plus ample attention, mettant ainsi le vent du siècle à la personne avec qui pourtant il allait très probablement vivre dans peu de temps, estimant quelque part qu’il n’avait pas non plus du temps à perdre à apprendre le nom d’une personne qu’il viendrait vite oublier pour sa part une fois que leur route allait se séparer. Il ne comptait s’en faire un ami, il n’en voulait même aucun et encore plus si on regardait ce que le dernier avait pu lui faire ce qui le mettait dans une rage folle rien que d’y penser, et de par son geste Lewis espérait être assez clair de cette façon. Finissant par s’arrêter au bout d’un faible temps, sachant quelque part qu’il devait mettre aussi du sien car c’était lui après tout qui avait provoqué cette situation que d’inviter Pietro chez lui, reportant son regard sur cet étrange individu qui ne faisait que de son mieux après tout en soupirant lourdement. C’était lui le mal luné dans cette histoire et non pas ce type, il ne pouvait pas non plus l’ignorer autant qu’il le voulait et encore moins s’il venait vivre chez lui sinon tout ceci allait devenir une véritable torture, devant faire un effort sur ce coup-ci.

« Je suis Lewis… Et quant à la question où je disais ne pas être pas vraiment humain normal, même si je suppose que vous avez vu en peu de temps vous indique le fait que tout ça sort de l’ordinaire, autant être honnête avec vous dès le début je suppose… Avant j’étais vivant et maintenant je le suis plus, même si là on ne dirait pas forcément, pour faire simple je suis… un… fantôme… »


Le dire à voix haute était toujours si étrange, c’était comme accepter quelque part cette condition avec laquelle il avait terriblement du mal, alors que quelque part il aurait sans doute voulu juste disparaître au moment même où il était passé à trépas. Pourtant c’était bien sa volonté à vivre très certainement qui l’avait ainsi empêché d’aller dans le royaume des Morts, ce cœur d’or dans sa poitrine se trouvant désormais en pendentif et empreint de forte de détermination qui y était pour beaucoup, même si en réalité Lewis serait incapable de dire le pourquoi du comment de cette espèce de résurrection dont il avait été victime. Enfin. Plus de cet état transitoire fantomatique en tout cas, s’ajoutant à ceci les pouvoirs qu’il avait appris à maîtriser avec le temps, ne pouvant dire la raison de tout ceci. Et c’était un peu comme s’il avait oublié qui il était autrefois, du moins il se sentait incapable d’être lui-même à nouveau pour l’instant, s’empêchant d’avoir une réelle existence sans le réaliser pour autant. À l’instant où il était mort il était devenu quelqu’un d’autre, le lui d’hier n’avait rien à voir avec le lui d’aujourd’hui, il était même à l’antipode ou même l’ombre de qui il avait pu être par le passé. Désormais il ne souriait plus ou ne rigolait plus, il évitait de parler aux gens et de se mêler à eux, il avait perdu ce qui faisait de lui un vivant justement et le fait qu’il puisse en cet instant ainsi se tenir devant Pietro pour ainsi s’occuper de lui tenait du miracle qui l’étonnait lui-même c’était pour dire. Peut-être que malgré l’indifférence dont il faisait souvent preuve, ne s’intéressant pas aux autres et eux ne s’intéressant pas aussi à lui quelque part, la compassion dont Lewis pouvait être capable avait trouvé un écho en voyant la situation dans laquelle se trouvait ce type. Parce que c’était un réel problème, tout comme lui qui l’avait subi il y a quelques semaines déjà, dépassant ainsi une certaine limite qui touchait son intérêt. Parce que les soucis du commun des mortels pouvaient être si facilement réglaient qu’il ne voyait pas pourquoi il viendrait s’en occuper, sans doute que son état de mort lui permettait de voir ce qu’il jugeait comme étant de l'ordre des vrais problèmes importants, et ainsi lorsqu’il s’agissait d’un sujet plus grave et ainsi légitime il était bien présent. Néanmoins, bien qu’étant ainsi armé de si bonnes volontés comme il pouvait l’être actuellement, il savait qu’il demeurait un fantôme avait toute chose et que bon nombre de personnes ne se sentaient tout d’un coup que peu rassuré en apprenant son état.

« … Je sais que ça peut en déranger certains, je comprends tout à fait même, alors si jamais vous voulez passer votre chemin… et bien disons que je comprendrai… je ne pourrais pas vous en vouloir… Donc si vous voulez partir... »


Il voyait très bien la réaction des personnes lorsqu’il reprenait sa véritable apparence dans le cadre du travail, la peur était le meilleur moyen qu’il avait trouvé pour éloigner les curieux du Moonlight Palace même si ceci lui offrait la sensation d’être une bête de foire quelque part, une nature monstrueuse à son sens et qu’il ne pouvait pas vraiment cacher même avec toute la volonté du monde. Pourtant Lewis n’arrivait pas à leur en vouloir, pire que tout il comprenait même pourquoi ils pouvaient bien être effrayés, et si jamais Pietro voulait en faire autant il n’irait pas lui courir après pour le retenir. Défaitiste dans l’âme après tout, le cumul des expériences peut glorieuses qu’il avait pu avoir jusqu’ici le confortait ainsi dans cette idée, et même s’il était face à un ancien squelette c’était un peu comme si son cerveau mettait volontairement cette information de côté pour lui souffler toujours à l’oreille qu’il était une erreur de la nature. Et peut-être que ceci ne faisait que le pousser un peu plus à établir une barrière entre lui et les autres, en plus de cette peur d’être blessé comme il avait pu l’être aussi bien physiquement que dans son esprit qui n’avait pas pu encore cicatriser de toute cette histoire qu’il ne pouvait digérer, poussant toujours les autres d’une façon ou d’une autre à le fuir. Peut-être que tout ceci l’arrangeait bien dans le fond et que secrètement il espérait qu’il en soit de même pour son interlocuteur, qui vienne se laisser dans cette solitude qui au final lui apportait un peu de repos même si celui-ci restait illusoire et l’enfermant dans un engrenage viscéral duquel il ne sortait plus, que dans à peine quelques secondes il le verrait ainsi partir en courant ou en s’excuserait sous un prétexte bidon juste pour s’éloigner de lui. C’était pour le mieux, aussi bien pour Pietro que pour lui, il en était secrètement convaincu par peur de beaucoup de choses assez inavouables. Inspirant calmement Lewis savait aussi que dans un sens il ne pouvait pas laisser cet individu comme ceci non plus si celui-ci décidait de l’abandonner, surtout en voyant qu’à l’évidence il avait été ainsi lâché en pleine nature par une bande d’inconscients à ce qu’il voyait qui n’avait pas pris le bon soin de lui expliquer deux-trois choses de la vie comme le fait de sortir couvert en cas d’épisode météorologique du genre, réfléchissant un instant sur comment faire. Lui ne connaissait personne qui pourrait l’aider, en fait il ne connaissait quasiment personne à Storybrooke pour être plus juste, mais pas mal de personnes à ici pouvait avoir de bons sentiments de compassion. Les héros, un truc du genre, en tout cas certainement plus que lui.

« Je suppose que vous pouvez toujours essayer de voir à une auberge… si vous leur expliquez la situation… enfin si vous voulez trouver un autre endroit bien sûr. »


Il n’espérait pas réellement quelque chose, depuis le temps il savait ne plus se faire d’illusions sur quoi que ce soit après tout, retrouvant peu à peu cette apathie pour rester le plus possible extérieur à tout.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

MIRACLE
There’s a place I wanna go and a life I wanna know but you crucified my heart of gold. There’s no love, no light, no end inside. But I hope, I pray, and I will fight 'cause I’m looking for a miracle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2443-had-me-feeling-like-a-ghost
Pietro Buchanan

avatar
En réalité, je suis
Papyrus le squelette
☂ Conte : Undertale

☂ Emploi : /
☂ Camp : Gentils
☂ Avatar : Lee Pace
MessageSujet: Re: Rencontre et découvertes [PV Lewis]   Ven 11 Aoû - 16:57

Papyrus avait l’habitude de se prendre des vents. Combien de fois avait-il tendu la main à un individu et ce dernier s’était barré, le trouvant beaucoup trop bizarre et trop suspect ? Mais le squelette, dans sa grande naïveté, pensait systématiquement que cette personne était tout simplement pressée et qu’elle avait quelque chose d’urgent à faire, même si un aurevoir, ou une justification avant de partir aurait été plus poli. Dans ce cas, son interlocuteur n’avait pas l’air pressé et de toute façon, il allait rester avec lui. Papyrus regarda sa main restée solitaire en s’interrogeant. Puis ça lui paru totalement évident ! Peut-être que serrer la main n’était pas une tradition courante à la surface ! Mais oui, c’était forcément ça ! Il continua donc d’avancer aux côtés de son colocataire, en se disant qu’il avait sans doute beaucoup de choses à lui apprendre.

Cependant, la révélation de Lewis le laissa quelque peu… perplexe. Un fantôme ? Si Papyrus ne connaissait pas grand-chose sur les humains, il était tout à fait à l’aise avec les monstres, étant donné qu’il en était lui-même un et qu’il avait jusqu’ici évolué dans un monde peuplé de ces créatures magiques, dénué de tout humain, ou presque. Les fantômes, il voyait exactement ce que c’était. Il y en avait qui vivaient juste à côté de chez Undyne, autant dire qu’il les croisait à chaque fois qu’il allait la voir pour s’entraîner. Donc tous les jours. Et il avait toujours trouvé qu’ils avaient quelque chose d’effrayant. Leur façon d’apparaître comme ça sans prévenir, sans doute. Papyrus se laissait toujours facilement surprendre, et il avait sursauté plus d’une fois lorsqu’un fantôme était sorti du sol pile sous son nez, avant de disparaître sans un mot. Ces monstres le mettaient peut-être légèrement mal à l’aise à cause de ça. Mais il y avait un truc qui clochait avec Lewis. Papyrus avait beau le regarder de haut en bas… Il ne ressemblait EN RIEN à un fantôme. Pour le squelette, un fantôme, c’était un petit machin blanc qui lévitait et qui avait deux grands yeux. Un peu comme s’il mettait un drap blanc sur Sans et qu’il faisait deux trous pour faire les yeux et qu’il le faisait l’éviter avec sa Blue Attack. Voilà, un fantôme, c’est Sans avec un drap. En l’occurrence, Lewis ne ressemblait absolument pas à cette description. Bah oui, il ressemblait à un humain tout ce qu’il y avait de plus normal. Enfin il lui semblait. Ah mais peut-être qu’avec la malédiction, il avait également prit un corps d’humain, tout comme lui ! Oui, là ça faisait sens ! Mais un truc le faisait moins. Un humain, quand ça meurt, ça ne devient pas un fantôme… Si ? Papyrus réfléchissait à tout ça tandis que Lewis lui suggérait de partir et d’essayer d’aller dans une auberge, mais le squelette était trop perturbé par cette annonce.

-ATTENDEZ, VOUS ETIEZ UN HUMAIN ET VOUS ETES DEVENU UN FANTOME EN MOURRANT ? C’EST UN PEU BIZARRE NON ? JE N’AI JAMAIS ENTENDU PARLER DE CA. LES FANTOMES QUE JE CONNAIS NE M’EN ONT JAMAIS PARLE… DECIDEMENT, LES HUMAINS SONT PLEINS DE SURPRISE, NYEHEHEHEH !

C’est à cet instant qu’il réalisa. Si Lewis était un fantôme, c’était un monstre. S’il était un monstre, alors…

-WOWIE ! SI VOUS ETES UN FANTOME, VOUS VENEZ DE L’UNDERGROUND VOUS AUSSI ! VOUS ETES DE WATERFALL ? ON S’EST PEUT-ETRE DEJA CROISE ! VOUS SAVEZ, JE SUIS LE GRAND ET FORT SQUELETTE QUI S’ENTRAINE TOUS LES JOURS AVEC UNDYNE ! C’EST VOUS QUI AVIEZ CETTE FERME D’ESCARGOT ?

Papyrus avait un énorme sourire ! Après tout ces mois passés sur un lit d’hôpital, entouré d’humains, ça faisait plaisir de rencontrer un autre monstre ! Quelqu’un de l’Underground, comme lui. Quelqu’un qu’il devait connaître en plus, ne serait-ce que de vue. Même s’il n’avait pas souvenir d’un « Lewis » parmi les voisins d’Undyne, mais il ne connaissait pas les noms de tout le monde. Il était tellement ravi de retrouver quelqu’un de chez lui qu’il en oubliait son malaise habituel avec les ectoplasmes. Depuis qu’il s’était réveillé dans ce lit d’hôpital, il n’avait rencontré que des humains, à se demander s’il n’était pas le seul monstre à avoir gagné la surface. Ce qu’il n’espérait pas. Certes, être arrivé ici était formidable, c’était le rêve de tous les monstres de quitter cette prison sous-terraine, mais si c’était pour perdre tout ceux qu’il avait connu, il préférait mille fois retourner d’où il venait. La vie sans ses amis ne serait pas la même, sans parler de son frère, qui lui manquait déjà beaucoup trop. Mais optimiste comme il était, il avait toujours été convaincu qu’il n’était pas arrivé seul ici, que tous les autres avaient dû suivre. Mais tomber enfin sur un monstre était rassurant.

-VOUS SAVEZ, DEPUIS QUE JE SUIS ARRIVE ICI JE N’AI RENCONTRE QUE DES HUMAINS, JE SUIS RAVIS DE VOIR QUE-WOWIE !!!!

Il s’interrompit tout seul en apercevant ce qui semblait être la vitrine d’un magasin. Un magasin de la surface !!!! Sans plus attendre, il s’y précipita, colla sa main libre sur la vitre et regarda ce qui était exposé à l’intérieur. Il y avait là tout un tas de bazar, des objets qu’il connaissait parfaitement, d’autres dont il n’avait pas la moindre idée de ce dont il pouvait s’agir, et d’autres encore qu’il n’avait vu que dans la décharge de Waterfall. C’était incroyable la quantité de chose qu’il pouvait y avoir. En tournant la tête, il s’aperçut qu’il y avait une autre boutique juste à coté ! Et encore un autre un peu plus loin. Tellement de boutiques au même endroit ! Papyrus n’avait jamais vu ça ! Il était tel un petit campagnard qui débarquait dans une grande ville. C’était presque ça en fait. Même Snowdin, qui n’était pourtant pas si petite à ses yeux, ne possédait pas autant de boutiques. Cela faisait des mois qu’il était ici, et il n’avait pas encore la moindre idée de la taille de cette ville. Pas la moindre idée de la taille de la surface dans sa globalité d’ailleurs. Lui qui n’avait connu que les souterrains, il allait vite se rendre compte que les humains voyaient les choses en grand. Il connaissait la tranquillité des villes monstres, il allait découvrir la vie des grandes villes. Et il avait hâte de tout savoir. De connaître l’utilité du moindre objet étrange qu’il pouvait voir dans les vitrines, d’en savoir plus sur la culture des humains. Après tout, c’était là qu’il allait vivre maintenant ! Et il sentait qu’il allait adorer ça ! Il continua de vagabonder entre les différents bâtiments et trouva enfin ce qu’il cherchait. Il se tourna alors vers Lewis qu’il avait quelque peu laissé en arrière, emporté dans son enthousiasme.

-LE GRAND PAPYRUS A TROUVE CE QU’ON CHERCHAIT ! NYEHEHEHEHEH !

Il prit la pose du héros tandis qu’il riait de manière héroïque devant le magasin de vêtements. Avec une flamme rose dans les mains, ce n’en était que plus classe ! Papyrus savait avoir l’air classe ! Après tout, il était le Grand Papyrus !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Rencontre et découvertes [PV Lewis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre et découvertes [PV Lewis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Welcome to Storybrooke :: Centre-Ville-