Partagez | 
 

 prenez un oeuf et peignez votre visage dessus que je me souvienne de vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aster E. Bunnymund

avatar
En réalité, je suis
Lapin de Pâques
☸ Conte : Les cinq légendes

☸ Emploi : professeur de boxe à l'Arena
☸ True Love : nope

☸ Avatar : Hugh Jackman
MessageSujet: prenez un oeuf et peignez votre visage dessus que je me souvienne de vous   Mer 22 Fév - 21:36






Aster E. Bunnymund


Vis dans le présent, et ne réveille pas sans cesse un passé auquel tu ne peux rien changer.


Avant la malédiction
La fange… Je crois que c’est mon premier souvenir, je ne suis pas  né dans les hautes sphères, et pourtant j’ai gravis chacun des échelons de l’armée royale de sa majesté d’Angleterre. Ce que j’avais pour moi ? Ma force brute qui avait fait ma réputation de force de la nature. Malgré le fait que je possède une telle force, cela m’a amené pas mal d’ennuie plus ou moins monumental. J’y peux rien si la nana que je m’étais fait était marié et que j’ai malencontreusement cassé le nez du dit mari ! J’en ai passé du temps dans les cellules, a la fin autant dire que les geôliers étaient désespérés de me voir. Parce que franchement j’avais rien de méchant, j’avais certes une gueule patibulaire mais souvent je faisais en sorte que les enfants mangent, pas les miens mais ceux de l’espèce de baraque dans lequel je vivais avec différentes familles. Sauf qu’a force de finir en taule, le juge a finalement envoyé dans l’armée.
Alors comment dire que l’armée ce fut dur mais au final pas plus mal pour moi. De par ma force et ma droiture due à un entrainement plus que rigoureux ben ouais vu comment je suis têtu je m’en suis pris des corrections. Mais au final je suis quand même l’un des rares hommes à avoir pu partir sur la première frégate en direction de ce qu’on nommé l’Australie. James cook servait de guide mais franchement il avait un grain ce mec, toujours a sauté partout en beuglant que c’était une découverte historique, combien fois on l’a assommé par « mégarde » celui-là… On nous avait donc envoyé en Australie, pour y implanter un comptoir et sans doute pouvoir remonter le niveau de vie au pays.
Ce qui n’était pas prévu… C’est que l’Australie était déjà habitée… par ceux que mes supérieurs appelaient des sauvages. Pourtant ses gens ne faisaient rien de mal, à vrai dire en restant avec eux je découvrais une autre vision du monde. Chaque mort doit être célébrer, quand une personne meurt, on a plus le droit de prononcé son nom, que le chef de tribu n’était pas si puissant si il y a un shaman avec mais que si il est roi shaman, alors ses pouvoirs sont bien plus grands, que pour prendre chaque chose il faut en donner une autre. J’étais fasciné. Il n’avait rien à voir avec les esclaves que l’on ramené d’afrique pour les nobles, nan eux voulait juste nous montraient leur monde, que chaque chose pouvait avoir une âme et un esprit. On me parla de Goulapa, le dieu des dieux qui se manifeste par l’arc en ciel et qu’il choisissait parfois un enfant pour être sa réincarnation. Dans un anglais approximatif on m’avait demandé si nous, les blancs on avait un Goulapa dans notre pays. Je leur ai expliquai alors qui était dieu, jésus et toute la clique. Ils ont trouvaient étrange que nous les blancs on se bat au nom d’un dieu. Eux ils se battaient pour des terres, pour des femmes mais jamais pour leurs dieux. Et maintenant qu’ils en parlaient… C’est vrai, pourquoi on se battait au nom de Dieu ? Saint Matthieu n’a-t-il pas rapporté dans son évangile les paroles de Jésus qui sont : « Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même » ? Mais quand le général annonça le début de l’éducation, ce faisant a grand coup de fouet et en envoyant les enfants dans ce que l’on nommé les missions, tenu par l’église avant d’être renvoyer au pays en tant que serviteur. Ou pire en tant qu’esclave… Je me suis donc rebellé, désertant sans état d’âme l’armée, Dieu, si tant est qu’il existe, n’aurait au grand jamais voulus ça ! Seule la folie des hommes pousses à commettre de tels actes de barbarie. Cependant, cette désertion ne se fit pas sans vague ; Je me suis pris quelques blessures en embarquant la tribu que le général voulait éduquer dans mes bagages. Nous nous sommes alors cacher dans le bush et les aborigènes m’ont alors adopté sous le nom de la créature dénommé Pooka… Quand j’ai demandé aux enfants qui était le Pooka, ils m’ont répondu que c’était, il m’ont répondu que le Pooka était le nom que l’on donnait aux plus puissant des meilleurs guerriers car le Pooka de par sa condition de lapin géant apporte aussi l’espoir mais aussi le renouveau là où il passe, certains disent que le Pooka est le guerrier qui doit protéger Goulapa. Le fait que l’on me nomme ainsi ne me plaisait guère, cela faisait rire les autres guerriers mais au fonds il me respecté, moi un blanc avait réussis à me faire respecter même par les anciens. Pour me montrer leurs respect, je me suis fait tatoué sur les bras, les épaules mais aussi sur la nuque et sous l’œil gauche.

Cependant, ma condition de déserteur nous forçaient a bougé régulièrement, j’avais des remords je l’avoue…  On avait beau me dire que ce n’était pas grave, je n’ai eu de m’en vouloir… On a finalement décidé de s’installé quelques temps a l’ombre des falaises, on avait prévu d’y resté quelques temps… mais ce que l’on n’avait pas prévu c’était que l’armée nous retrouve si vite… Ils ont attaqué de nuit, aidé par une tribu rivale à la nôtre qui s’est fait éduqué par l’armée. J’ai tenté de les sauvé, les guerriers se sont fait abattre les uns après les autres. J’ai fait partir un maximum de femmes et d’enfants, mais c’est en faisant partir le petit Nullah que le shaman avait déclaré être la réincarnation de Goulapa que j’ai senti une vive douleur au niveau du flanc gauche, je suis tombé a genoux en retenant un cri. Nullah s’était retourné pour m’aider mais je lui ai  hurlé de partir que j’allais le rejoindre. IL a couru se cacher dans le bush. Moi je me suis relevé pour faire face au général, qui me tenait de par son épée en joue. Je l’ai affronté mais la perte de sang était à mon désavantage. Ce que je n’avais pas prévu c’est que le reste de l’équipage décide de me prendre pour cible. J’ai senti les lances me transpercés sans jamais m’achevé. Je sentais le sang coulé sur mes lèvres, je sentais le sang s’échapper de mon corps, On tira brutalement sur mes cheveux pour que je puisse faire face à mon ancien général. La respiration courte, je l’ai quand même défié du regard.

-Tu ne vaux pas me mieux que ses sauvages !

Je n’ai rien répondu, si ce n’est que je lui ai craché au visage. Et puis j’ai sentis une lame glissé sur mon cou, m’arrachant ainsi les dernières gouttes de vie que je possédai…

-Ce n’est pas comme ça que ton histoire doit se finir…

Cette voix…
-Tu es le pooka, le gardien de l’espoir, l’un de ceux qui protègent les enfants
-Le gardien de l’espoir hein… Regarde bien, c’est de ma faute si ils sont mort ! De par mon égoïsme !
-je t’ai choisi pour être un gardien !
-Je refuse !
-Les enfants sont ce qu’il y a de plus précieux au monde !
-Et quoi ? Ce que j’ai et ce que j’ai eu je ne le dois à personne d’autre que moi et je n’entrainerai plus personne dans mon sillage
-Mais tu es le plus fort de ton clan ! Faire de grandes choses pour une juste cause ne te parait-il pas plus glorieux que…
-QUE QUOI ! Les humains ont décimé mon clan !

Manny me regarda avec incompréhension avant de finalement être mal à l’aise devant mon regard froid.

-Tu sais… l’enfant goulapa… Il ne cesse de te réclamer… Il dit que sans toi la tribu n’aura plus d’espoir…

A l’entente de Nullah, je ne pus m’empêcher de sentir mon cœur se serrer. D’un mouvement, il me montra Nullah assis près de mon corps. Sa voix je la reconnaitrai entre mille, son chant… c’est l’un des premiers qu’il m’avait appris. Le chant de l’espoir, cela me fit mal au cœur de ne rien pouvoir faire.

-En devenant un gardien, tu pourras lui rendre le sourire

Je finis par accepter, si au départ cela n’était que pour Nullah, j’ai fini par comprendre que rien ne m’était plus précieux que le sourire d’un enfant. Ce que je n’avais pas prévu, c’était que j’allais prendre vraiment l’apparence du véritable Pooka. Déjà en humain j’étais grand mais là j’atteignais plus facilement les deux mètres. D’humain je suis passé à véritable pooka. Les survivant de la tribu furent les premiers à bénéficiaient de mes œufs en chocolats remplis d’espoir. Grace à mes nouveaux pouvoirs, j’ai pu parcourir le monde en donnant de l’espoir, je passais par les tunnels. Ainsi grâce à l’aide des autres gardiens, nous avons pu repousser pitch black aux royaumes des cauchemars. J’ai ensuite vécue dans ma Warren, m’occupant ainsi de paques presque des mois en avance pour au final tout finir au bout de trois jour, la joie de bosser avec du périssable.

Ce qui n’était pas prévu… C’était le retour de Pitch… ET ENCORE MOINS LA NOMINATION DE CE CRETIN DE JACK FROST ! Mais d’où ? D’où c’est un gardien celui-là ! Depuis qu’il existe il me fait chier en gâchant mes chasses aux œufs ! On en parle de pâque de 68 ? Hum hum HUM ! Enfin bref ! passons… La bataille fut rude, on a perdu Sandy, Tooth n’avais plus ses fées quant à moi… Moi, est bien… Pâques a était anéanti, et j’avoue avoir sans doute accusé injustement Jack mais comprenait moi ! Il devait juste guider les œufs et aux lieux de ça…. Tout mon travail a était réduit en cendre et le fait que les enfants ne croyent plus en moi fut l’un des plus gros chocs de mon existance, j’était redevenu un simple lapin… Mais sans Jamie je pense que je serais mort… C’est grace à se gosse que Sandy est réapparue mais au moment ou la brioche allait décalqué un poing à Pitch, une fumée nous a tous envahie…


Pendant la malédiction

-Plus vite Aster ! T’as de la guimauve dans les bras ou quoi !

Je grogne en accélérant la vitesse des coups, le bruit des poings enroulés dans les bandes de contention

Frapper plus fort plus vite, enchainé les combos, crochet-direct-uppercut, droite gauche. Je m’éloigne d’un petit saut, et détend mes épaules en les faisant roulé., entrainant ainsi un craquement plus ou moins bruyant. Je ne fais pas attention au grondement de mon coach alors que je me dirige vers le banc pour attraper ma bouteille d’eau et avale une grande gorgé d’eau avant de me laisser m’asseoir sur le banc en soupirant lourdement. Je reste les yeux dans le vague en attendant le pas de mon entraineur.

-Putain mais qu’est ce qui t’arrive merde !
-Je le sens pas ce match…
-Putain Aster ! Mais de quoi t’as peur merde !

Je hausse les épaules en fixant mes mains, oui je la sens mal ce match. Ce Kenton était réputé pour achever ses adversaires et pour cela, il n’hésitait pas a avoir recours à la triche… et la triche c’est ce que le public réclame, la triche est bien plus attirante qu’un simple combat. Je me redresse et me dirige alors vers le sparting partenair pour recommencer a taper comme un bourrin sur le sac de sable. J’entends mon coach soupirait et se dirigeait vers son bureau. Je sais que le coach est celui à qui je dois tout. C’est lui qui m’a tiré de mes combines foireuses de combat de rue, mais en contrepartie, je me devais d’être son nouveau poulain pour les compétitions, légales cette fois, de boxe. Il faut croire que je suis doué vu que je suis en passe d’obtenir le championnat. Cela fait plusieurs minutes que je tape comme un sourd sur le sac quand j’entends la voix de mon coach s’élevait du bureau et au ton de la voix, cela ne semblait pas de tout repos, bien au contraire…

-Je peux pas lui demander ça Graham ! Tu sais que ça risquerait de le tuer… Je sais… oui… oui… très bien… je… Je vais lui dire…

Alors qu’il sortait de son bureau, je ralentissais les coups pour finalement me stopper en voyant le coach se rapprocher de moi. Et rien qu’a sa gueule , je sentais que cela n’aller guère me plaire. Il avait ce foutu tic nerveux quand il mentait, vous savez, celui de se passer la main dans les cheveux en pensant que l’on reste discret. Je me redresse en le fixant dans les yeux, son regard n’arrive pas a s’accroché au mien… Comme je la sens mal…

-Hum… Aster… j’ai comment dire… une mauvaise nouvelle …

Je haussai un sourcils en voyant le coach hésitait ainsi.

-Bon… Graham… tu sais le directeur du championnat et le coach de Kenton…
-Oui et ben ? Etrangement je sentais que ça aller pas me plaire du tout…
-Voilà… Graham nous propose de sauver le club en échange que tu perde le match contre Kenton.

Black out total…
Abandonner le match pour de l’argent… Cela ne m’est pas concevable. Je me suis entrainé tellement dur pour ça ! Je sais que le fait de perdre la salle serait comme achevé le coach mais je ne peux pas abandonner ce pour quoi je me suis entrainé.

-Rappel Graham Coach, je veux lui proposer quelque chose.

Un match amical contre Kenton, si je le perds, j’accepte de me coucher, dans le cas contraire, je me battrais pour mon titre et ainsi sauver la salle. Je fus plus que surpris de voir que l’idée emballa Graham. Je n’avais plus qu’a m’entrainer durement.

Quelques semaines plus tard, le match amical eu lieu. La foule était au rendez vous et l’équipe de Graham aussi… Je sentais l’excitation montait furieusement en moi. Le coach ne savait plus comment aborder le sujet.

-Coach …
-Hum ?
-Vous pouvez me montré comment on boxe ?

Il a rigolé et m’a remontré les mouvements de base. Enfin l’heure arriva. La foule hurlait mon nom, Aster la locomotive ! J’étais pour mes coups violents, rapide et puissant, a l’instar d’une locomotive, j’avais réussis à grimpé les échelons a la force de mes poings. J’avais peur que face à Kenton cela ne suffise pas, il était lui aussi le champion en titre. Pourtant dans ce match amical, je finis par avoir l’avantage. Dans ma tête c’était dans la poche, je n’avais plus qu’a m’entrainer encore un peu et je pourrais le vaincre en combat classé.
Malheureusement, je me suis trompé de manière monumentale. Je n’ai jamais atteint le match classé… Il y a eu un contretemps… des plus fâcheux… Qui mis fin à ce à quoi j’aspirai…
Alors que je tentais de résonnait un jeune homme qui venait de volé dans un magasin… il a paniqué jusqu’à me planté le genou, juste sous l’articulation, endommageant ainsi de manière définitive ma capacité motrice de ma jambe droite. Je n’ai revu le gosse bien des années plus tard dans ma salle, j’avais finis par lui pardonné mais revenons a mon état dans l’instant présent. Section des ligaments du genou droit, incapacité de combattre a nouveau, plus de rêve, plus de boulot, plus rien… La salle fut perdue et moi, je me suis retrouvé en dépression. Triste hein ? de grand champion, me voilà loque quasiment à la rue. J’ai donc décidé de partir. J’ai pris mes économie et je me suis fait le voyage dont je rêvais, je me suis tiré en Australie.

Une fois là-bas j’ai recommencé a vivre, je me suis trouvé une salle de boxe a retapé et je suis devenu prof, j’avais tout les âges ! Des plus jeunes au plus anciens, souvent issus de la culture Aborigène. Cela se passait très bien, a tellement point que l’un des enfants dénommé Nullah a demander a son grand père de me tatouer, tout ça parce qu’il m’avait entendu parler de la possibilité de me faire tatouer. Comment vous dire que le vieux fut ravie de me tatoué. Très pros en plus le roi George comme on l’appelé dans le coin. Ainsi mes bras, mon cou et ma nuque furent tatoué.

tatouage bras

tatouage nuque


Etrangement, porté ses tatouage étaient aussi naturel que respiré, j’avais l’impression d’appartenir à quelque choses de bien plus grand, cela me faisait oublié mon état de boiteux. Je me sentais mieux dans ma peau, Finalement j’ai décidé d’affronter mes vieux démons… Je suis rentré aux USA, Graham et le coach était au courant et a vrai dire, même Kenton était là. Et rien qu’a son regard j’ai bien vu qu’il avait murie, j’ai compris que mon état était un mal pour un bien, de ce fait Kenton a alors appris qu’une carrière pouvait être détruit par un élément qui n’avait rien de médiatique mais juste un aléa de la vie… sur lequel personne ne peux faire quoique ce soit. Le gamin qui m’avait planté, je l’ai donc revu… Il est l’apprenti de Kenton, il est doué ce gosse, il y a pas à dire, mais jamais je n’ai pu le rabaisser. Des erreurs avec des conséquences, on en a tous fait et moi le premier, je ne dis pas le contraire…j’ai bossé quelques temps dans la salle de Graham, mais cependant j’étais fatigué de voir tous ses jeunes boxeurs avec pour certains un regard de pitié et pour d’autres un regard proche de la contemplation divine la plus mal saine. Une fois que j’ai pu me renfloué un peu, je suis repartie sur les route où j’ai atterri a Storybrook. Dans cette petite ville j’y ai vu un nouveau départ. J’ai donc monté ma salle de boxe et me voilà de nouveau enseignant comme en Australie, oh bien sur les enfants sont moins turbulents que là-bas mais franchement, ce n’est pas plus mal d’un côté. Ils sont l’espoir et le futur de ce monde alors autant les armés non ?


Après la malédiction
Alors rien n’était vrai… Tout ça… Toute cette vie… Ce n’était pas la nôtre… J’abas furieusement mon poing sur la table la plus proche, qui se brise en deux sous la force du coup, ainsi une partit de mes pouvoirs sont revenus… de même que mes souvenirs… La colère m’envahit l’espace d’un instant, je me dirigeai alors vers mon bureau, récupérant au passage mes deux boomerangs que je savais désormais enchanté et n’obéissant qu’à moi. Régina était coupable, elle allait m’entendre celle-là ! Cependant en arrivant en ville alors que je boitai dangereusement, je vis dans les gens dans la rue se retrouvait, cela se sauté dans les bras, ça pleuré de joie, ça hurler sa frustration d’avoir était séparé depuis si longtemps, on se regarder avec méfiance, d’autre avec compassion ou encore avec tristesse. Pourtant au milieu de tout ça, je ne me sentais pas à ma place. Les gens se retrouvaient, s’enlaçaient s’embrassaient mais moi, je restai figé au milieu de tout ça. Un enfant tira sur mon jean pour attirer mon attention.

-Dit monsieur Bunnymund, vous étiez qui avant ?

Une question d’enfant, une innocence pure comme par le passé, l’image de Jaimie se superposa sur celle du petit garçon. Je lui souris doucement.

-Je ne sais plus qui j’étais ni ce que je suis mon garçon.

J’étais le Pooka certes, mais un pooka sans meute ou tribu n’est rien qu’un d’autre qu’un gros lapin géant. L’enfant paru triste mais d’un claquement de doigt, une étincelle d’espoir éclaira son visage. Je lui fis signe de rejoindre sa famille. Pour ma part, je restai encore quelques minutes sur la place où les cris de colère se faisaient entendre envers la reine. Je n’avais même pas le courage de me déplacé jusqu’à la bas, j’avais mal à la jambe ainsi que dans mon cœur. Je finis par retourner dans mon appartement, mais une fois passer la porte, ma jambe me lâcha, me faisant ainsi chuté au sol. Je me recroqueviller sur moi-même en tentant de refluer la douleur mais en vains. Cela me bruler. Si cela se trouvait, j’étais le seul gardien en ville… C’est donc sur ses pensée morose que je me suis endormi a même le sol de mon entré, terrassé par la douleur. Le lendemain je dû resté couché pour ne pas faire plus souffrir ma patte folle. Je suis resté en tout et pour tous deux jours prostrés chez moi a fixé la fenêtre menant vers l’extérieur.

-Dit Manny, ils sont où les autres ?

Pas de réponses évidemment, je soupirai lourdement en me tournant vers le dossier de mon canapé. Serais-je le dernier de mon espèce même en tant que gardien… Au bout d’une petite semaine je finis par sortir de chez moi autre que pour mon kiné. Je me suis dirigé alors vers ma salle de boxe en réfléchissant comment j’allais pouvoir retrouver les autres, et d’ailleurs étaient-ils ici ? C’est en allant au café Granny que j’ai eu la pire des révélations quelques mois plus tard.
J’étais partie pour me prendre mon éternel chocolat. La jeune Ruby commencer a bien me connaitre depuis le temps que je passai dans son café pour faire ma compta ou juste pour avoir la pâtisserie du réconfort post kiné, De temps à autre elle venait à la salle aussi bien pour se défouler que pour faire des livraisons ou même juste passé pour saluer les enfants. Quand l’annonce de sa nature de loup garou a débarqué, peu l’on répugné mais c’est en la laissant dans ma salle qu’elle a fini par étancher sa rage. Je l’ai laissé faire, je ne voyais pas l’intérêt de l’en empêcher. Donc revenons à ce fameux jour…

Donc j’étais venu récupérer ma boisson quand un éclat de rire et un fragment de conversation me parvint à mes oreilles.

-N’empêche c’était drôle de devoir ramassé toute les dents, je vous remercierai jamais assez, on a bien rigolé quand même.
-Je me suis quand même retrouvé dans le même trou que Bunny alors qu’il récupérer des dents.

Un éclat de rire, je serre le poing sur le pommeau de ma canne et détruit le gobelet bouillant que Ruby venait de me servir, elle me regarda avec un semblant d’inquiétude avant de m’en resservir un autre en me lançant un regard qui signifié que je devais rembourser celui brisé, chose que je fis immédiatement avec en plus un pourboire conséquent.

-Je me demande où il est d’ailleurs Bunny… Cette voix je la reconnaissais, c’était celle du docteur Aisling, j’étais passé dans son service pour trouver des calmants à mes douleurs quand je suis arrivé ici il y a déjà un petit moment.

-T’inquiète il ne doit pas être loin, au pire il s’est trouvé un nouveau terrier digne de la Warren !
-Je suis sûr qu’il va bien Ais’ on va le trouvé, ou alors il est en Australie, si je me souviens bien il est australien avant d’être gardien. Fit la voix féminine
-Si ça se trouve il a retrouvé sa forme de lapin géant et du coup il se cache… Il nous faut retrouver Jack, il est le plus jeune d’entre nous quand même fit une voix avec un fort accent russe.

Je me retourné alors brusquement, ma boisson dans la main et me dirigea vers la table où les trois personnes étaient installé a discuté tranquillement. Le docteur Cloudream perdit rapidement ses couleurs en me voyant arrivé. Si mes autres tatouages étaient cachés, celui de mon coup était bien visible et il venait de le reconnaitre. Je me poster au bout de la table, le dos bien droit, le regard dure et la main droite blanche à force de serrer ma canne comme un dément.

-Ou alors vous n’avez tout simplement pas pris le temps de chercher correctement dans cette ville encore plus petite que Burgess !

Les deux autres personnes accompagnant le docteur n’était pas difficile à reconnaitre quand on a saisi leur conversation. Ainsi donc on avait North et Toothiana, quant au docteur il devait être personne d’autre que Sandy, un froid polaire digne de ce que peut jeter Jack frost qui ne semblait pas être là, Aisling ouvrit doucement la bouche alors que les deux autres me fixaient comme si je venais  de tombé du ciel.

-Ben quoi ? On est pas ravi de me voir après tout ce temps ? C’est pas comme si j’avais passé un temps fou à tous vous cherchez !

-Bunny écoute …

-Cesse de m’appeler Bunny North ! J’ai un prénom à la fin ! Aster rentre le toi bien dans le crane !

Je ricanais un instant en secouant la tête.

-Putain si j’avais su que Frost passé avant moi…

-Bun… Aster, tu n’as pas à être acide ou jaloux fit celle qui était auparavant Toothiana en tendant la main vers moi.

Je me reculai en faisant claquer ma canne sur le sol. Si Aisling eu la décence de détourné le regard, les deux autres furent des plus choqués.

-Que c’est-il passait ? Qui t’as fait ça ? C’est Pitch ? Je le savais ! Tu aurais dû nous le dire !

Je me mis a rire alors que je fixé North avec des yeux froid.

-ET COMMENT ! Comment j’aurais pu alors que personne n’a donné un putain de signe de vie après la fin de la malédiction ! ET pour ta gouverne non ce n’est pas Pitch qui m’a détruit le genou !

Je me tournai alors vers Aisling en hochant la tête, il savait que j’avais besoin d’anti douleurs, je passerai donc dans quelques jours récupérer une nouvelle boite. Je commençai a partir quand je sentit la main fine de Toothiana sur mon bras.

- Ecoute-on te chercher depuis un long moment…

Je retirai mon bras en grognant.

-Je n’ai que faire de vos excuses, maintenant que vous m’avez trouvé je serais dans ma salle de boxe.

Je savais que j’étais injuste, mais qu’importe, la désagréable sensation d’avoir était abandonné, d’être le dernier… ça faisait mal mais qu’importe. Je passé alors mon temps entre l’hôpital et ma salle, étrangement je ne l’ai vu que très rarement, mais celui qui fit le premier pas ce fut Aisling, le fait qu’il puisse par lui faisait du bien, j’étais heureux pour lui tout comme lui était heureux de me voir sous une apparence humaine et non lapine.
J’ai repris alors doucement contact avec eux, c’était léger mais j’apprenais à pardonner c’était dans ma nature, quand bien même je n’aimai pas les regards peiné de Tathiana en voyant ma jambe folle. Cela aurait pu être parfait mais j’avais remarqué que Aisling s’éloigné de plus en plus de nous, Tathiana m’a alors raconter ce qu’il avait tenté de faire, en voulant franchir la limite. Je m’en veux de ne pas avoir était la, mais quand bien même il m’avait rassuré, je vivais avec la crainte de perdre celui que je considérer un peu comme mon grand frère.
Vers Janvier, j’ai bien vu que son comportement avait changé mais pourtant, j’avais fait en sorte de le laissait libre de ses choix, si North et Tathiana ne pouvait comprendre que pour nous c’était bien plus qu’une renaissance, on parlait, on avait des apparences humaine… Pour nous c’était une nouvelle vie. Cependant je veillai sur Brioche comme j’aimé l’appelé quand on était seul. J’aurais dû le surveillé d’un peu plus près…

Et puis Pitch était revenu, je n’ai pas pu m’empêcher de rire en voyant Aisling le démonter par contre j’ai moyennement apprécié de tombé dans un piège et je n’ai franchement pas apprécié de voir aisling viré madness ! Et contrairement à ce que tathiana est pu penser ce n’est nullement la faute d’Aisling loin de là ! La blessure de Pitch a réveillé ce que Manny nous avait retiré l’obscurité ! Lorsque Tooth et Jaimie se sont enfuit, j'étais encore pris au piège attendant sans doute un deus ex machina qui mettait du temps a venir.... Il est mon ami et pour rien au monde je le laisserai !

Foi de Pooka, je lui redonnerai l’espoir de revenir vers nous !

45 ans Célibataire Hétéro
Hero ft Hugh Jackman



Caractère
Mon caractère ? Je suis le mec le plus optimiste du monde ! bon est aussi l’un des plus cynique, mais c’est un détail, je suis aussi irascible, mais bon ça c’est du a mon passé, on va dire ça. Je suis têtu mais alors très têtu, même une brique est moins têtu que moi, et suite a ce côté têtu, je suis très sur de moi… Certains dirait trop, moi je dis juste ce qu’il faut ! Ni plus ni moins ! bref je suis un bourrin
Je suis aussi très attaché aux traditions j’aime quand le boulot est bien fait. Je vous rappelle que normalement je bosse avec du périssable moi ! Cependant, malgré ma force brute et le fait que je peux avoir mauvais caractère qui n’hésite pas à levé la main sur un certain gardien bien plus jeune que moi (oui je parle bien de toi Frost) Je suis quelqu’un de souriant qui a un grand cœur avec les enfants en particulier. Je suis plutôt souriant et très courageux… Avec un courage qui frole souvent très souvent l’inconscience… C’est un détail ça nan ?


Liens recherchés

Lien recherché
/ Amis ou ennemi
Lien recherché
/Homme/femme
Lien recherché
/BIen ou mal


Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2618-spring-is-never-dead-this-i
Aster E. Bunnymund

avatar
En réalité, je suis
Lapin de Pâques
☸ Conte : Les cinq légendes

☸ Emploi : professeur de boxe à l'Arena
☸ True Love : nope

☸ Avatar : Hugh Jackman
MessageSujet: Re: prenez un oeuf et peignez votre visage dessus que je me souvienne de vous   Mer 22 Fév - 22:40



categories liens


Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Code par Asi'click




ajout de ligne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2618-spring-is-never-dead-this-i
Aster E. Bunnymund

avatar
En réalité, je suis
Lapin de Pâques
☸ Conte : Les cinq légendes

☸ Emploi : professeur de boxe à l'Arena
☸ True Love : nope

☸ Avatar : Hugh Jackman
MessageSujet: Re: prenez un oeuf et peignez votre visage dessus que je me souvienne de vous   Mer 22 Fév - 22:40

A VOUS !!!

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


Guardian of Hope



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2618-spring-is-never-dead-this-i
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: prenez un oeuf et peignez votre visage dessus que je me souvienne de vous   

Revenir en haut Aller en bas
 
prenez un oeuf et peignez votre visage dessus que je me souvienne de vous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Tell me your Story :: Journal de bord :: Vos relations-