Partagez | 
 

 Hello again it seems so long since we last met | Ebony Mercy & Nessa Faëlivrin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alaric Whibley

avatar
En réalité, je suis
Banzaï
☸ Conte : Le Roi Lion

☸ Emploi : Exterminateur
☸ True Love : Un bon steak

☸ Avatar : Adam Levine
© Crédit : Morphine
MessageSujet: Hello again it seems so long since we last met | Ebony Mercy & Nessa Faëlivrin   Mer 22 Mar - 18:50




C’était juste une journée bien pourrie qui s’était imposée à Alaric, encore une véritable succession de malchance qui ne pouvait arriver qu’à lui, tout avait commencé au réveil et il avait su que tout allait de travers. Entre le petit doigt de pied qui vient se cogner contre le bord du lit, la machine à café qui se met tout d’un coup à fuir et asperger la face sans raison, l’évier de la salle de bain qui se bouche pour il ne sait quelle raison, et écraser le vélo du fils du voisin qui lui avait aboyé dessus et ce par quoi il avait répondu par une monumentale « ta gueule » avant de partir sans retour. Oui vraiment les signes avaient été là et pourtant l’ancienne hyène avait laissé couler, sans doute par pure habitude que de s’en prendre plein la face, mais malheureusement ceci n’avait été qu’un avant-goût de ce que serait-ce le reste de la journée pour le coup. Parce que croire que sa poisse légendaire allait s’arrêter en cet instant était bien idiot, Alaric cumulait les galères et les séjours chez le médecin au point que ça devenait un véritable sketch ou une comédie digne des plus grands, sans que le concerné lui-même en soit pleinement conscience quelque part. Il prenait les choses comme elles venaient, râlant tout de même un bon coup au passage jusqu’à voir que finalement ça ne changerait rien – même si ça pouvait mettre du temps, convaincu que de toute façon le jour où il retrouverait son roi tout irait pour le mieux. Parce que inutile de le dire la vie avait été douce et paisible lorsque le perfide lion était monté sur le trône, pouvant voir qu’il avant tint ses promesses dont celle d’intégrer les hyènes à un rang supérieur et c’était bien mérité après tout vu le meurtre de Mufasa, sachant qu’il lui suffirait juste d’obéir pour avoir en récompense tout ce qu’il voulait. Il retrouverait sa place de dominant sur les autres, bien que ce monde-ci lui donne beaucoup plus d’avantages que celui d’origine, mais plus que tout un buffet constant et gratuit qui serait en plus à volonté car il n’y a rien à ses yeux qui comptait plus que tout. Il avait connu la famine en étant un paria, titre au passage injustement offert à leur grande famille de charognard, et ronger des os d’éléphant c’est bien mais au bout de quelques jours c’est à en devenir fou.

Parce que oui la préoccupation principale était et serait toujours pour Alaric la nourriture, encore plus en voyant la viande délicieuse qui pouvait se trouver sur la Terre des Lions depuis qu’il avait pu y goûter, et Storybrooke se présentait comme un véritable paradis dans son genre aussi quelque part. Alors histoire d’avoir au moins l’ombre d’une soirée tranquille et n’ayant aucune envie de cuisiner après tout, la flemmardise étant carrément dans ses veines au point où moins il en faisait mieux il se portait quelque part, il avait décidé dès le matin qu’il irait manger au restaurant pour la soirée même s’il n’avait aucune idée de l’endroit pour le coup. Ce qui vient le convaincre que cette idée était la meilleure option qui se présentait à lui, parce que parfois il avait des très brefs moments de lucidité même si ça ne durait pas très longtemps, c’était en voyant que la chasse d’aujourd’hui avait été trop maigre pour faire un véritable petit festin. Parce qu’il fallait savoir que depuis que la malédiction était rompue et ses instincts d’animal revenu, ainsi que quelques petites particularités comme une capacité olfactive supérieure au commun des humains, dont celui de chercher à dévorer ce qui se présente devant lui et même ce qu'il voulait dire un animal crevé à moitié déchiré par un piège par exemple. Et son travail d’exterminateur était pour ceci une véritable aubaine sans nom, lui donnant un sacré garde-manger dans un sens, mais encore ne fallait-il pas pouvoir entrer bredouille. Cependant, malgré sa grande expérience d'hyène et d’humain pour attraper et mettre à mort les plus faibles, il prenait souvent trop de risques qui se retournaient contre lui. Ainsi, après sa journée de travail, Alaric se trouvait couvert de griffures d’un satané raton laveur qui avait en plus réussi à lui échapper pour l’instant. Pourtant cette bestiole aurait pu faire un si bon ragoût ou du moins façon de parler, pouvant très bien la dévorer crue sans y voir le moindre problème car c’était ainsi qu’il venait se nourrir avant, n’ayant aucun réel souci vu sa capacité naturelle à pouvoir broyer les os sous une mâchoire mortellement puissante. Sauf que là il était bredouille , il avait faim – comme d’habitude, et l’option restaurant lui semblait vraiment la meilleure.

Alaric avait choisi au hasard et avait peut-être approché du premier en vue, ou de celui qui venait dégager la meilleure odeur, poussant la porte avant qu’on lui désigne une table de libre à laquelle il se mettait alors que rapidement sa soirée idyllique serait un cauchemar en quelque sorte pour les autres convives. Parce qu’il était de nature vraiment sans gêne, s’installant et se sentant vite comme chez lui en oubliant justement qu’il ne l’était pas, sans se préoccuper une seule fois des autres. Pourtant tout avait bien commencé et il avait été sympathique même lors de sa commande, tentant une blague certes foireuse mais qui n’avait rien de déplacer – pas encore, mais tout avait commencé à partir en cacahuète lorsque son portable avait sonné et qu’il avait décroché. Il y avait d’abord eu le balancement sur les pieds arrière de la chaise puis le fait qu’il parle de plus en plus fort, faisant ainsi profiter à tous de la nature de sa conversation qui n’était peut-être pas des plus conseillées pour les enfants, mais plus que tous les multiples fous rires qu’il pouvait avoir tout en tapant sur la table tellement il se tordait de rire face à ce qu’il pouvait bien entendre à l’appareil. Parce que les hyènes avaient beau êtres des rustres, surtout entre elles et où les femelles se trouvaient être les plus sadiques, il n’en restait pas moins qu’elles étaient très sociales curieusement. Banzaï n’avait pas coupé la règle et il en voulait pour preuve qu’il ne se déplaçait jamais seul, il y avait toujours eu les deux autres avec lui et à l’heure actuelle c’était un manque cruel pour lui, un groupe soudé qui faisait ainsi office de grande famille malgré des instants de bagarre. Et de son côté il aimait les contacts avec mes autres et surtout pouvoir rire un bon coup, dans ce son caractéristique qui était l’essence même de sa race, même si le sien se coupait net à l’instant où il voyait une assiette se poser devant lui. Ah les femmes toujours à couper ce qui est bon, ne perdant jamais pour sa part un moment de les dénigrer et c’était peut-être le moyen qu’il avait trouvé de se venger d’avoir toujours été dominé par elle, même si le business de la nourriture restait le plus important. À peine mettait-il la viande dans sa bouche, mettant bien un bout qui aurait de quoi l'étouffer s'il tendait de l'avaler directement sans mâcher, que la grimace qu'il faisait était le résultat direct de son mécontentement certain alors qu'il faisait signe à la serveuse de venir voir après avoir dégusté à ce qu'il avait en bouche.

« Excusez-moi ma jolie mais je crois qu'on s'est pas vraiment compris pour le coup. J'ai demandé que ma viande soit saignante, j'ai bien insisté sur ce petit détail, et là c'est clairement loin d'être le cas ! C'est trop cuit ! »

En fait, c'est surtout lui qui avait des standards beaucoup trop particuliers pour le coup, car n'importe qui en dehors de lui aurait pu affirmer sans mal que le morceau de viande qu'il avait était bel et bien saignant. Mais la hyène en lui voulait avant tout du sang et surtout à quelque chose qui serait en réalité cru, comme s'il venait juste de se faire retirer de la carcasse toute juste tuée de la bête ou même qui avait quelques jours en étant alors dans un état de décomposition de première catégorie assez légère encore, c'est pour cette raison que le plat qui était sous ses yeux ne correspondait en rien à ses critères parce qu'ils n'étaient pas celui d'un être humain normal mais bien d'un animal qui était de surcroît carnivore et nécrophage. Et Alaric comptait bien profiter de sa position quant au fait que dans un restaurant le client est roi, aimant tellement se faire servir et qu'on soit aux petits soins pour lui comme ce fut le cas sous le règne glorieux de son roi adoré qui avait su comment établir une véritable servitude de leur part sans grand mal, une époque glorieuse dont il était loin d'avoir terminé à son sens et comptant bien retrouver ce faste débordant dans lequel il se roulait sans aucune forme de honte. D'autant plus qu'il était dans son droit après tout que de demander à ce qu'on ramène un plat en cuisine, tout ceci à cause d'une question de goût personnel, mais là où l'ancienne venait abuser sévèrement c'était le fait qu'il cherche à reproduire le même schéma avec les deux autres assiettes sous prétexte une nouvelle fois que la viande n'était pas comme il le voulait. Dire qu'il pensait que la place des femmes était à la cuisine, derrière les fourneaux et que ça se taise – oui oui à ce point, ayant ainsi une vision très machiste de ce que pouvait être le monde et surtout profitant allègrement que celui-ci ne fasse que l'avantager sur l'autre sexe. En tout cas, il n'hésitait pas à faire savoir quand ça ne lui allait pas tout en allant à des petits commentaires peu flatteurs, finissant tout de même par finir à avaler sa pièce de bœuf à un moment de donné même s'il avait été assez relou entre le temps d'attente qu'il voyait comme trop long et que selon lui cet endroit n'avait rien de si exceptionnel que ça si on y regardait bien de plus près, critiquant tout et n'importe quoi par simple plaisir de le faire dans un sens et parce qu'il pouvait aussi selon lui.

Tout un cirque et un spectacle qu'il offrait à lui seul, d'autant plus qu'il continuait à être tout aussi bruyant et allait jusqu'à regarder des vidéos sur son portable comme s'il était chez lui tranquillement, manquant au passage de s'étouffer de rire face au sketch qu'il était en train de visionner en ignorant bien royalement le reste du monde autour de lui. Mais Alaric était ainsi, bien trop naturel et personnel pour se préoccuper des gens aux alentours de lui et encore plus quand il savait pertinemment que ceux-ci ne faisaient pas partie de sa « famille » bien trop sacrée à son sens pour la snober, se croyant trop à tort au-dessus des autres et ayant dans l'idée qu'il faisait de toute façon mieux qu'eux. Et encore il suffisait de lui donner à manger pour avoir la paix un instant, pour dire à quel point il se tenait ici à carreau et qu'il pouvait bien faire pire comme par exemple mettre les pieds sur la table ou toute autre chose assez déplacée, le laissant en réalité concentré sur une chose plus précise et qui l'empêchait ainsi de pouvoir trop chercher à être mauvais avec les autres parce qu'il avait son esprit occupé et qu'il ne pouvait se concentrer sur des choses simples. Pas forcément stupide, après tout Éd était pire que lui niveau intelligence, mais pas non plus une lumière qui brillait par sa rapidité de réflexion ce fût certain. Cependant la hyène était en train de comprendre peu à peu qu'elle allait devoir redoubler d'ingéniosité en voyant la note arrivée et surtout en voyant que son portefeuille avait disparu, le retour en pleine figure de la malchance qui frappait à sa porte et lui rappelait de ne pas l'oublier, ce qui l'avait arrêtait de rire de plein fouet. Non parce que là c'était vraiment pas possible autrement, même si Alaric se serait moqué si ceci ne lui arrivait pas à lui, il était dans la merde et après tout le bordel qu'il avait pu faire nul doute qu'on ne le louperait pas à la sortie. Mince. Il allait devoir la jouer fine sur ce coup-ci, même si discrétion ne faisait pas partie de son vocabulaire vu à quel point il était assez bruyant et préférait la méthode brutale qui faisait plus d'effet que le reste selon lui, se demandant s'il pouvait partir ni vu ni connu l'air de rien. Trop risqué, il n'avait en plus aucune envie de devoir passer la nuit au poste parce qu'il avait juste trop bêtement aggravé son cas et tout ceci à cause d'un oubli débile, de même que d'essayer de piquer le portefeuille du voisin en glissant sa main dans la poche de veste posée juste derrière lui. Une chose sur laquelle il pouvait compter en revanche c'était le mensonge, après tout il avait bien réussi pendant des années à faire croire que lui et ses complices s'étaient eux-mêmes arrangés pour tuer le lionceau de service – bien qu'ignorant qu'il avait survécu à l'épreuve du désert, approchant de celle qui avait l'air de tenir cet établissement.

« Écoutez. Je suis critique dans la gastronomique et vu le nombre de plats renvoyés vous vous doutez bien que la note risque d'être salée pour vous et vous faire du mal, bien trop même, alors... si on disait... vous me faites le repas gratuit et de mon côté j'écris rien sur vous. Vous en dites quoi ? »

Il fallait que ça marche, souriant à pleines dents face à cette donzelle, n'ayant pas vraiment de système B en cas d'échec.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



       
« Long live the king ! »
Army of One ▬ 'Cause I never say die, aim never untrue. I'm never so high as when I'm with you and there isn't a fire, that I wouldn't walk through. My army of one is gonna fight for you...
       

(c) Myuu.BANG!

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2631-notre-roi-nous-invite-a-la-
Nessa Faëlivrin

avatar
En réalité, je suis
Sarabi
☸ Conte : Le Roi Lion

☸ True Love : ...

☸ Avatar : Liv Tyler
© Crédit : Aliana
MessageSujet: Re: Hello again it seems so long since we last met | Ebony Mercy & Nessa Faëlivrin   Lun 3 Avr - 15:27

Hello again...

Mon resto, c'est un peu un membre à part entière de ma vie, et bien évidemment, comme tous les jours nous faisions tout notre possible pour satisfaire les clients. C’était sans doute pour ça que je gardais un calme olympien avec ce client casse bonbon et sans gènes. J'avais dit à la serveuse de prendre sur elle, j'étais parie en cuisine pur calmer Sarafina, sachant parfaitement ce dont mon amie était capable de faire sous la colère. Enfin bref, je faisais mon taf en souriant comme si de rien n'était. Mais quand vint le moment pour ce malotrus de payer, il s'avéra qu'il n'avait pas un rond. Je garde mon sérieux à sa remarque puis je finis pas répondre.

- “ Je ne pense pas que ça va se passer ainsi Monsieur. Je ne vois personnellement que deux solutions. Aller en prison ou en cuisine pour faire la plonge. Sachez bien une chose, votre steak était parfaitement saignant, à chaque fois. Il aurai suffi de le demander bleu voir cru, nous vous l’aurions servi avec plaisir. ”


Je prends le mon téléphone et bientôt je dis..

- “ Shérif Jones, Nessa Faëlivrin, pourriez vous venir rapidement au restaurant j'ai un client qui ne veux pas... Je... Non c'est bon le soucis semble réglé, pardon du dérangement Shérif.”


J’appelais alors ma chef qui vint alors en salle. Le service était presque fini.

- “ Eb', c'est le monsieur de la table 7, il n'a pas de qui payer je pense que la plonge es à faire non?”


J'échange un sourire carnassier avec Sarafina et j’ajoute.

- “ Prends grand soin de lui, j'arrive une fois la caisse vérifier.”


Je fais un clin d’œil à Eb', j'ai toute confiance en mon amie pour lui faire passer l'envie de resquiller où que ce stoit.


Ebony
Nessa


©Aliana


PS: toujours un pb de clavier Pardon dsl si vous trouvez des mots bizarres boulet

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Fight & hope until the end

Si tu crois que rester est simple, il aurait été plus simple de fuir. Mais je suis rester pour Simba, pour Mufasa ! by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1633-le-destin-d-une-lionne-sara
Ebony Mercy

avatar
En réalité, je suis
Sarafina
☸ Conte : Le Roi Lion

☸ Emploi : Chef de cuisine
☸ True Love : /

☸ Avatar : Zoe Saldana
© Crédit : Val
MessageSujet: Re: Hello again it seems so long since we last met | Ebony Mercy & Nessa Faëlivrin   Mar 11 Avr - 20:36



Hello again it so long since we last met !
Ft. Nessa et Alaric
Une spatule alla s’écraser contre un mur. Ebony était plus qu’énervée. À ce stade, elle aurait déjà filé en salle pour mettre le steack qui venait de leur revenir, encore une fois, dans la tête de la personne qui venait de le leur renvoyer. C’était saignant merde ! Si ce type continuait à lui casser les pieds, la lionne n’allait plus répondre de rien ! La seule chose qui la retenait, c’était la menace de Nessa. Lors de sa dernière explosion, sa patronne et meilleure amie avait été claire : si elle recommençait, c’était la porte. Or la brune avait besoin de son boulot et elle l’adorait en plus. Alors elle prenait son mal en patience, appréciant les allées et venues de son amie pour l’empêcher de craquer et de faire une bêtise.

Puis le service prit fin et Ebony soupira, soulagée d’avoir tenu jusque-là. Et Nessa l’appela. Intriguée, la lionne la rejoignit en salle et la vit en compagnie d’un type qui faisait une drôle de gueule. Quant à son amie, elle avait un sourire en coin, signe qu’elle venait de remporter une victoire. La propriétaire du restaurant lui expliqua alors que l’homme était le client qui s’était plaint constamment de son steack. Et qu’il n’avait pas un sous ! Bah voyons !

- Malhonnête jusqu’au bout hein… Grimaça-t-elle. J’ai plus que la plonge à faire, il y a le grill à nettoyer… Je ne sais pas pourquoi, mais on a du faire beaucoup de steack durant ce service… Lança-t-elle avec un sourire en coin à Nessa. Allez, venez. Vous avez du boulot.

Ebony le conduisit dans la cuisine et lui montra la plonge. Il y avait là toute la vaisselle du service et c’était un sacré paquet. Le mec allait en baver, c’était certain ! D’autant qu’elle allait lui faire nettoyer le grill après et peut-être même encore autre chose par la suite, elle trouverait bien !

- Voilà, vous n’avez plus qu’à nettoyer. Lui indiqua-t-elle en désignant l’éponge et le produit vaisselle. Et ne cassez rien, sinon on vous fera travailler encore plus. Ou Nessa vous fera passer un moment en prison. Je sais pas trop, elle peut être très revancharde parfois.

Sur ces mots, Ebony alla s’installer un peu plus loin avec l’assiette qu’elle s’était préparée, n’ayant pas eu le temps de manger avant le service et encore moins pendant. Du coin de l’œil, elle surveillait le plongeur improvisé.

- Frottez bien. Dit-elle en découpant un bout de son entrecôte.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1844-retour-d-une-lionne-termine
Alaric Whibley

avatar
En réalité, je suis
Banzaï
☸ Conte : Le Roi Lion

☸ Emploi : Exterminateur
☸ True Love : Un bon steak

☸ Avatar : Adam Levine
© Crédit : Morphine
MessageSujet: Re: Hello again it seems so long since we last met | Ebony Mercy & Nessa Faëlivrin   Mer 26 Avr - 17:45




Alaric était sûr de son coup mais surtout de sa réussite prochaine de son plan, qui selon ses critères relevait du pur génie et encore plus en voyant à quel point il avait pu le faire en un temps-record dans son esprit, se retenant tout de même que de rire à sa propre blague qui franchement était excellente. Parce que oui dire une note salée pour désigner une façon de noter un restaurant ça le tordait de rire, ayant du mal à garder un semblant de sérieux, en se disant que cette femme face à lui ne devait avoir aucun humour vu son air de reine des glaces en puissance. Difficile ? Il était prêt à lui montrer que d'une certaine façon il pouvait la rendre très docile, à condition qu'elle puisse se montrer plus gentille que ce qu'elle était en train de lui balancer en pleine figure comme par exemple en lui faisant un petit massage des épaules, ouvrant peut être un tout autre appétit en cet instant alors qu'il passait finement sa langue sur le coin de sa lèvre. Les espèces de bonne femme qui se prenaient pour des saintes-nitouches étaient souvent les pires garces en réalité, encore plus au pieu au point de parfois se montrer peut-être assez malsaines, la hyène qu'il était se trouvait être prêt à venir la dérider un bon petit coup dans les cuisines en devenant plus chaud que sa planque chauffante si elle le demandait. Oh oui tout d'un coup Alaric avait vraiment la dalle mais pour tout autre chose qu'un bon repas, même si dans un sens il pouvait faire la comparaison comme étant une notion assez proche que celle de connaître une jouissance dégustatrice, la raison pour laquelle il ne venait même pas prendre au sérieux un seul instant le fait qu'elle puisse prendre le téléphone et composer un numéro. C'était faux ! Elle était en train de faire son petit numéro envers lui et elle allait le traîner en cuisine pour soi-disant faire la vaisselle, alors que c'était clairement un boulot de femme que de faire ça sérieusement – machisme bonjour, se berçant seul dans cette illusion qui sortait juste de son esprit tordu pour le coup. Elle se compliquait bien trop la vie et il eut un petit soupir amusé, ça pourrait presque passer pour adorable son petit spectacle qu'elle était en train de lui offrir mais lui préférait trancher plus vivement dans le vif du sujet, si elle voulait un instant torride avec lui il n'y avait qu'à demander et il se sentait d'humeur à lui donner un coup de main. Et plus encore.

« La prison ? Oh tout de suite les grands mots ! Tu sais trésor... si tu veux me voir menotté il y a d'autres moyens plus gentils de le demander. »

Continuant ainsi sa petite comédie envers ce qui devait être la patronne de l'établissement, comme quoi le fantasme de la femme forte qui a de l'argent mais qui est en réalité une tigresse au lit allait se réaliser à coup sûr pour lui – sans savoir que ça serait plus la lionne, il eut un froncement de nez à la mention de la cuisson de la viande. Si Alaric demandait saignait c'était évident pour lui qu'il voulait du sang, du truc qui gicle même à chaque fois qu'il plante la fourchette, et il n'avait jamais entendu parler d'un morceau qui puisse être bleu. Non c'était toujours rouge, parfois un peu noir si la chaire se faisait faisander à long terme, et il en concluait sans mal qu'elle devait être daltonienne ou un truc du genre. Dans le fond il restait assez rudimentaire dans sa façon d'être, n'allant pas plus loin que ce qui était l'évidence à ses yeux, et se contentant de penser ainsi que c'était lui qui avait raison mais plus que tout face à une femelle. Sauf qu'en un instant toute la situation était en train de changer sans qu'il comprenne réellement comment, le vent de la panique et d'ennuis lui soufflant dessus ou peut-être allait même jusqu'à lui postillonner dessus, surtout en voyant que le téléphone qu'elle avait en main était bien allumé mais surtout qu'elle était en communication. C'était vraiment le shérif .! Alaric n'avait aucune de passer la nuit au poste de police ou dans une cellule, il n'était pas le genre d'ancien animal qui se laisser mettre en cage si facilement, trouvant toute cette histoire débile et se maudissant surtout encore plus d'avoir pu partir sans le moindre argent sur lui. Ainsi venait-il s'agiter tout d'un coup, il n'avait aucune solution de secours et il était clair que Banzaï était surtout un exécutant qu'un dirigeant, regardant la porte derrière lui comme une véritable solution à son problème. Il pouvait toujours fuir, après tout il courait assez vite, sauf que cette sale emmerdeuse n'allait pas le lâcher ça il en était convaincu et c'était empirer le fait de ne pas rester qu'une seule nuit en prison. Il n'aimait pas trop ceci mais il devait s'écraser, la seule personne devant qui il le faisait normalement sans souci c'était son roi adoré, tentant de lui faire signe pour raccrocher tout en ayant un sourire de panique et juste crispé au possible. Il préférait encore faire profil bas, tant qu'il n'aurait pas retrouvé Scar c'était le mieux à faire et il n'était pas sûr que ce dernier voudrait qu'il se fasse remarquer, même si ça voulait dire devoir se taper un travail de femme.

« Hahahaha ! Haha... ha... Il y a peut-être moyen qu'on vienne s'arranger non ? Encore plus pour un stupide oubli de portefeuille non ? On est des gens civilisééééés ! »

Restant avec son air crétin sur le visage, se disant que s'il n'y avait pas eu une autre personne dans le restaurant il aurait pu régler à sa manière cette histoire de manière assez radicale, il laissait tout de même sortir un énorme son de soulagement en voyant qu'elle voulait bien encore lui offrir l'autre option qui ne consistait pas à finir en prison sans passer par la case départ. Alaric voyait alors arriver une autre femme, même si elle avait une odeur si délicieuse de viande qui lui collait à la peau, se renfrognant en l'entendant dire qu'il était malhonnête parce que ce n'était pas vrai. Bon si. Mais elle n'avait aucun moyen réel de le savoir, il avait juste oublié son porte-monnaie après tout et c'était un truc tout con qui pouvait arriver à n'importe qui, ce qui n'empêchait pas à elle aussi de lui faire les yeux doux en lui lançant un clin d’œil. Sait-on jamais, il pouvait peut-être faire en sorte de réduire sa peine de cette manière, au moins il aurait essayé de les amadouer même si le résultat n'avait clairement pas été à la hauteur de ses espérances. Sa hyène intérieure n'aimait pas ce qui était en train de se dérouler mais plus que tout le regard échangé entre ces deux monstres, lui rappelant de manière trop désagréable les femmes de son espèce qui étaient d'une violence inouïe ainsi qu'une cruauté sans pareil, l'empêchant sans doute d'ouvrir sa grande gueule pour riposter un truc et ainsi suivre sans contester mais surtout au plus vite la cuisinière. Pendant qu'il la suivait il ne pouvait s'empêcher de vraiment sentir un peu plus les odeurs sur elle, ça lui donnait de nouveau faim même s'il avait déjà mangé, tiquant sur un aspect qu'il détestait à savoir reconnaître un parfum s'approchant du félin. Elle devait sûrement avoir un chat, c'est de cette façon qu'Alaric se réconfortait, secouant la tête en se disant que ça ne pourrait jamais coller entre eux parce que c'était une catégorie d'animal qu'il n'aimait pas. Du tout. Une idée qui changeait bien vite pour celle de la souffrance en voyant le tas de vaisselle accumulé et qu'il allait devoir se taper, non mais là ça n'avait pas était fait depuis une semaine à son sens pour en voir autant, trouvant que c'était juste de l'exploitation. Et c'était comme si un instant la chef avait lui dans ses pensées, ça ne serait que de lui il mettrait le tout à la poubelle sans chercher quoi que ce soit d'autre et de façon beaucoup plus simple de ce fait, ronchonnant dans son coin alors qu'il approchait de l'évier tout en remontant ses manches.

« Ouais ouais j'ai compris ! Je prends notre ami Bob et je frotte... »

Il n'avait aucune envie de faire ça et le pire c'est qu'il n'arrivait pas par conséquent à faire une blague assez potable, signe que quelqu'un part il avait touché le fond et sans savoir quoi faire, prenant ainsi une assiette et débutant le frottage d'une assiette tout en rouspétant plus pour lui qu'autre chose. Pire que tout le produit ménager était en train de le brûler quelque peu sur les traces de griffures qu'il pouvait bien avoir aux bras, jurant intérieurement que s'il venait retrouver ce satané de raton laveur qu'il le ferait à la brochette, continuant ainsi son ascension dans le domaine de la poisse. D'autant plus qu'Alaric restait quelqu'un d'assez brouillon dans sa manière de faire et même brute, il avait vidé la moitié du liquide vaisselle dans l'évier et dont la bouteille gardait la marque de l'écrasement abusif, se contentant ainsi de faire que le minimum de ce que le commun des mortels aurait pu faire. Il laissait surtout tremper l'objet en porcelaine, ou en contrefaçon il n'en savait rien et n'était pas spécialiste après tout, pour le faire se recouvrir de mousse avant de passer un rapide coup d'eau tout bêtement. Et déjà qu'il ne mettait pas beaucoup de volonté à la tâche, étant de toute évidence surtout un profiteur qu'autre chose, sa concentration battait encore plus de l'aile alors qu'il tournait sa tête pour écouter la cuisinière. Sa vision se braquait sur cette succulente entrecôte qu'elle était en train de découper, oubliant tout le reste mais surtout ce travail pénible qu'on était en train de lui imposer, bavant presque littéralement devant cette pièce incroyable de la gastronomie. La voix autoritaire de la chef le ramenait vers la réalité, lui étant déjà parti dans un doux rêve où il était en train de mettre la viande dans sa bouche et qui la sentait déjà fondre, alors qu'il reportait son regard vers les assiettes tout en léchant un peu les babines face à la vision qu'il avait eue. Peut-être que s'il faisait correctement ce qu'on lui disait il en aurait un morceau, après tout ça marchait ainsi avec Scar et Alaric marchait beaucoup plus au pas avec une récompense à la clé, ne voyant que cette unique solution pour avoir potentiellement le droit de goûter à cette tentation divine. Il restait la fidèle hyène qui avait besoin d'être encadrée, à qui on devait donner un objectif clair mais surtout un truc à se mettre sous la dent, et il devait bien faire les choses s'il voulait avoir ce qu'il souhaitait.

« Ok je peux le faire. Si une femme peut faire ça tu peux aussi le faire, faut lui montrer que tu es meilleur qu'elle, tu dois juste te concentrer. Ne penses pas à cette super odeur de viande qui... non ! »

Il eut un regard envieux vers l'assiette toute prête, ayant un son plaintif comme aurait presque pu avoir un chien, avant de se retourner de nouveau vivement vers son objectif car s'il voulait en avoir un bout fallait qu'il se bouge. C'est ainsi qu'Alaric commençait à vraiment la tâche qu'on lui avait confiait, réellement cette fois et sans trop d'entourloupe, se fichant bien du produit qui lui piquait toujours les plaies qu'il pouvait bien avoir. Lorsqu'il avait un truc en tête il ne pouvait plus le lâcher, sauf peut-être un champ de cactus bien sûr – n'ayant pas trop envie de se souvenir de cet épisode de la honte et de la douleur en cet instant, un peu la même chose que lorsque sa mâchoire se refermait brutalement sur quelque chose qui aurait pu passer par-là. Et il était fou de voir à quel point, lorsqu'il mettait de la bonne volonté mais surtout pour un truc illusoire lorsqu'on y regardait de plus près, il pouvait se démêler comme un diable quelque part. Mais il y avait aussi l'idée que plus vite il s'en débarrassait et plus vite il pourrait passer aux choses sérieuses, la nourriture étant le seul point ayant de l'importance pour lui et se comprenant par la fait que lui et les siens avaient dû se contenter pendant des années de ronger des os jusqu'à ce qu'il voie comme leur sauveur ne leur vienne en aide, ne pouvant pas malheureusement user de la forcer pour obtenir ce qu'il voulait comme il le ferait habituellement. Enfin si, dans un sens il pouvait, mais l'idée de vraiment prolonger un potentiel séjour derrière des barreaux était hors de question. Posant ce qui avait l'air d'être la dernière assiette pour se consacrer désormais à ce qui était les couverts, trépignant sur place, Alaric n'avait même pas vu qu'il avait renversé de l'eau partout et que le sol ressemblait à un véritable bord de piscine. C'est voulant faire un mouvement trop brusque qu'il avait glissé, parce que bien entendu ce genre d'accident con ça ne pouvait que tomber sur lui et digne d'un cartoon, cherchant à se rattraper cependant ce qu'il venait de faire s'était accroché à la pile d'assiettes qui s'effondra tout comme lui au sol même si le bruit fut bien différent et caractéristique de la porcelaine qui se brise. Un petit flottement se faisait après ce véritable concert musical de l'horreur, le temps de réaliser peut-être pour son cerveau ce qui venait de se produire, se mettant alors à genoux dans les bouts dans un instant de panique avant de porter son regard vers la chef puis de nouveau les cadavres d'assiettes.

« Noooooooooooon ! C'est pas ma faute ! Je l'ai pas fait exprès d'accord ?! On peut peut-être les recoller non ?! »

Ramassant quelques morceaux en main, essayant de les emboîter alors que ça ne marchait très clairement pas, le côté poissard de Banzaï avait encore frappé.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙



       
« Long live the king ! »
Army of One ▬ 'Cause I never say die, aim never untrue. I'm never so high as when I'm with you and there isn't a fire, that I wouldn't walk through. My army of one is gonna fight for you...
       

(c) Myuu.BANG!

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2631-notre-roi-nous-invite-a-la-
Nessa Faëlivrin

avatar
En réalité, je suis
Sarabi
☸ Conte : Le Roi Lion

☸ True Love : ...

☸ Avatar : Liv Tyler
© Crédit : Aliana
MessageSujet: Re: Hello again it seems so long since we last met | Ebony Mercy & Nessa Faëlivrin   Dim 18 Juin - 15:24

Hello again...

Je regarde Sarafina amener notre resquileur dans son antre. Je ferme le resto et commenceà compter la caisse. il n'est pas prévu que Colin passe donc une fois le compte fait je rejoins ma chef et le client malhonnête. Quand j'entre dans la pieces il vient de faire un carnage et rejette la responsabilité de ses actes, je sens monter en moi un grognement de colère de la lionne que je suis qui fait écho à la colère de l'humaine et je reponds.

- “ Il n'y a que vous de responsable à celà, que je sache ce n'est ni Ebony ni moi qui avons cassé tout ça. A vu de nez vous venez de casser pour près de 200$de matériel cher monsieur. Aller vous occuper du grill, lui ne se cassera pas. Enfin je ne vous le conseil pas si vous voyez ce que je veux dire. ”


Je lui lance un regard noir avant de me retourner vers ma chef. Je roule des yeux pour lui montrer l'exaspération que je ressens et j'attrappes le balais. Eb' s'approche de moi et je lui souffle.

- “ T'inquiète je m'en occupe, peux tu te mettre à côté de lui pour t'assurer qu'il ne fasse pas un autre massacre du genre, j'aurai du prendre l'option de la prison, ça aurait coûté moins cher. On a quoi d'autre que le grill de non cassable à lui faire récurer? Il me semble que les plan de travail ont besoin d'un coup de propre à la brosse à dent non? ”


Je fais un sourire joueur à ma meilleure amie, lui laissant le plaisir de l'annoncer à notre resquilleur.


Ebony
Nessa


©Aliana

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Fight & hope until the end

Si tu crois que rester est simple, il aurait été plus simple de fuir. Mais je suis rester pour Simba, pour Mufasa ! by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1633-le-destin-d-une-lionne-sara
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Hello again it seems so long since we last met | Ebony Mercy & Nessa Faëlivrin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hello again it seems so long since we last met | Ebony Mercy & Nessa Faëlivrin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Welcome to Storybrooke :: Les Boutiques :: L'Escale-