Partagez | 
 

 The fantastic world of Oz [Mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ Camp : Good instinct
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Lun 16 Oct - 20:08




Le déploiement d’énergie électrique dont faisait Taran à cet instant l’épuisait à petit feu, faisant tout pour se maintenir du mieux qu’il pouvait le temps que tout le monde puisse passer les portes sereinement et sans qu’ils puissent être blessés, déversant toujours plus à l’instant même où un singe volant avait le malheur d’approcher trop près de cette barrière qu’il avait pu mettre en place. Oh non ça ne les tuait pas, c’était même une idée inconcevable pour le jeune homme, juste de quoi les étourdir suffisamment pour leur donner envie de se frotter à eux ne serait-ce qu’un faible temps tandis que le reste du groupe passait un à un les lourdes portes sur le point de se refermer. Arrêtant toute cette folle énergie Taran se mettait à son tour à courir vers l’intérieur du palais, sachant très bien que s’il se retrouvait enfermé dehors il n’allait pas pouvoir tenir indéfiniment dans cette position – promis il allait prendre plus sérieusement ses entraînements à l’avenir au lieu de flâner pour un oui et un non, courant aussi vite que ses jambes le pouvaient jusqu’à sauter dans l’ouverture restante avant que le lourd claquement des portes ne se fassent. Quelques macaques avaient du se cogner par la suite contre celles-ci vu les bruits, regardant par terre vers l’endroit d’où un tel son provenait, avant de se lever comme il le pouvait tout en passant son bras sur son front en soupirant. Franchement ils avaient eu chaud aux fesses, ces créatures n’hésitant sûrement pas à les réduire en pièce certainement s’ils ne faisaient pas attention, regardant alors l’endroit où ils se trouvaient pour retrouver du vert à perte de vue. Ils devraient essayer le jaune, c’était lumineux comme couleur en plus et plus affriolant, fronçant un peu le nez face à ce qui ferait presque mal à la rétine à force de bien trop en voir partout.

Tout le monde avait l’air d’aller à la perfection, c’était là le principal pour Taran qui retrouvait aussitôt le sourire que de constater qu’il n’y avait pas de petits bobos et une certaine satisfaction de se dire que c’était en partie grâce à lui, approchant des autres alors que le bébé de la mairesse avait l’air de se porter comme si de rien n’était. Les enfants étaient plus résistants qu’on ne pourrait le croire mais tout de même, même si là ça devait bien être une sorte d’extrême au vu de la situation des plus improbables, se demandant quand même comment à un âge aussi jeune on pouvait avoir vécu autant en si peu tout de même. C’était quelque part un miracle qu’il ne lui soit rien arrivé, se grattant allégrement la joue en se demandant si ce n’était pas là plus une poupée ou un être bionique dans le genre Terminator ce qui pourrait expliquer par mal de choses, continuant sa contemplation pensive jusqu’à ce que le bruit de talons sur le sol ne viennent le sortir de son observation mais plus que tout la voix de Zelena qui s’élevait dans les airs. Apparemment la sorcière avait l’air encore de mauvaise humeur, à se demander si elle n’était pas dans sa mauvaise période à ce train-là parce que à chaque fois qu’ils se croisaient depuis le début de cette folle aventure elle avait l’air excédée – il n’y avait qu’à voir comment les deux rides sur son front devenaient réellement marquées, tout en ayant la sensation qu’elle avait un souci de posture tellement elle était droite. S’il y avait quelque chose qui ne passait pas il fallait prendre un laxatif, autant profiter des avancées de la médecine après tout, la suivant vers une grande salle toujours aussi verte que les autres. La question du tableau était mise en avant, il l’avait presque oublié – pour ne pas dire totalement en fait, se frottant la nuque en cherchant les bons mots mais il n’y avait pas vraiment. Autant être franc avec Zelena, ne voulant pas la mettre plus en colère sauf que vu qu’ils n’avaient pas ce qu’elle voulait ça risquait d’être le cas, prenant les devants comme pourrait le faire un enfant qui est en faute. Mais comme on dit : faute avouée à moitié pardonnée ?

« C’est Glinda qui l’a sur elle. Elle voulait genre le transporter mais elle a disparu par magie ! Zouu d’un coup ! Mais j’sais om sont les chips, le tableau me les a montré ! »

« Glinda ? Glinda est donc ici à Oz ? »

Vu l’air étonné de Zelena ce n’était pas vraiment ce à quoi elle pouvait bien s’attendre, la fameuse gentille sorcière n’avait pas l’air d’être prévu au programme, ne comprenant pour sa part pourquoi elle pouvait avoir une telle réaction car après tout jusqu’ici la bonté incarnée n’avait rien à se reprocher. Mise à part le fait qu’elle avait disparu mais Taran ne pouvait pas tirer de conclusions trop vite, tout simplement parce qu’il n’avait pas pris le temps de penser jusqu’ici mais parce que dans le fond il voulait croire que de son appellation de gentille n’était pas surfait, rien ne garantissait le fait qu’elle ne soit pas fait attrapé comme Katharina alors qu’ils ne regardaient pas. Il laissait le temps à la méchante de tout digérer les informations, sa surprise que Glinda puisse être ici pointait quelque chose même s’il ne serait dire quoi, peut-être qu’elle ne s’attendait pas à une telle réunion et encore moins ici à Oz. Il était vrai que beaucoup de personnes avaient pu suivre à Storybrooke mais pas tous, il était certain à son sens qu’il y avait des gens qui se trouvaient encore dans leur monde d’origine et toute cette aventure tendait vers ce sens là de toute évidence, et Taran se sentait tellement chanceux d’avoir pu se trouver dans cet autre monde avec ses deux meilleures amies qu’il oubliait le fait que tout le monde ne pouvait pas en dire autant. Une pensée qui le rendait triste, il n’y avait rien de plus déchirant que de se retrouver loin des personnes que l’on aime après tout, tout en voulant garder l’espoir qui l’animait comme toujours qu’un jour où l’autre ils finiront tous par se retrouver. Zelena semblait sortir de ses pensées en le fixant, sortant de la petite léthargie dans laquelle elle se trouvait, mais il n’était pas sûr que ça soit pour le mieux vu à quel point la colère pouvait se lire sur son visage. En fait, jusqu’ici il n’avait vu que de la colère sur ce visage et rien d’autre, à se demander s’il lui arrivait d’être heureuse tout de même.

« Attends ! Tu as utilisé le tableau ? »


« Ouep on voulait voir s’il marchait bien, et c’est le cas ! »


« Tu as utilisé son pouvoir pour voir des… chips ?! »

Ah oui. Taran se sentait un peu penaud pour le coup, n’aimant pas se faire crier dessus de la sorte et surtout si de base il était sûr de ne rien avoir fait de mal, passant d’un pied à l’autre sans savoir trop quoi dire alors qu’il regardait un peu en direction de ses pieds.

« J’ai hésité avec des cookies aussi... »

« Des cookies ? »

Le ton interrogatif de Zelena laissait assez dubitatif, à l’entendre on aurait dit qu’elle ne savait même pas ce que c’était et c’était forcément un affront pour un amateur de sucre dans son genre, reprenant aussitôt son sourire enjoué alors qu’il voulait lui expliquer de quoi il pouvait bien être question puisque apparemment la sorcière n’en avait jamais vu. Bizarre pourtant, Storybrooke était une ville et une monde où la douceur était connue, mais qu’importe il s’empressait ainsi de vitre lui expliquer en y mettant toute sa bonne humeur et sa candeur dans cette entreprise.

« Oui ! C’est des petits gâteaux trop bons avec des pépites de chocolat ! »

« Je ne veux pas savoir la recette du… cookies ! Je veux le tableau, où est-il ? Et où est Glinda ? »


Taran finissait par se taire, ne sachant que trop quoi répondre à cette question qu’ils devaient tous se poser, se contentant alors de hausser un peu les épaules pour prouver qu’il ne savait pas et que c’était leur cas à tous. Il est vrai que le cas de disparition de Glinda était une vraie préoccupation, ne sachant trop quoi en penser avec du recul et surtout après tout ce qu’elle avait bien pu faire pour eux, se demandant si vraiment ils auraient pu louper le fait qu’on l’avait attrapé pile au moment où aucun d’eux ne regardaient. Ça paraissait gros quelque part, digne d’un vieux film au scénario pas très compliqué ou même d’un dessin-animé, mais surtout le coup Taran voulait y croire tout de même puisque de toute façon ils n’avaient aucune preuve du contraire à savoir que Glinda aurait pu les abandonner. Pourquoi elle aurait fait ça ? Illogique à son sens bien évidemment, ayant trop foi dans les autres et leur bonté – alors logiquement une gentille sorcière qui avait ce surnom se trouvait être d’autant plus intouchable à son sens, pensant de plus en plus à d’autres scénarios possibles qui pouvaient être envisagés. C’est alors que Zelena s’énervait encore plus, à croire qu’elle allait exploser de colère à force, faisant apparaître quelque chose sur le sol qui se trouvait assez flou avant de devenir assez net pour laisser apparaître le fameux tableau qu’ils devaient chercher et qui se trouvait toujours accroché sur le mur de la petite cabane. C’était comme une fenêtre sur une scène qu’ils avaient déjà vu, le reconnaissant pour sa part sans mal vu qu’il l’avait vu d’assez près, remettant une nouvelle fois une couche sur le fait qu’ils n’avaient pas fait ce qu’ils auraient dû comme des enfants fautifs. Taran reprenait sa petite mine, ne sachant pas trop quoi dire et portant un petit regard vers les autres, contrairement à la méchante sorcière qui elle savait comment les pointer du doigt.

« Et vous me dites avoir pris le tableau ? »

« Techniquement c’est Glinda qui l’a... »

« Pourquoi vous ne l’avez pas emmenez ? »

« Parce qu’il était pas à nous. »

Non mais que voulez-vous qu’il réponde à ça ? Ce tableau n’était pas à eux, ils ne savaient même pas pourquoi ils devaient aller le chercher – ou al raison avait échappé à Taran qui n’avait certainement pas écouté faute d’attention de sa part, ils n’avaient aucun droit dessus et d’autant plus que Glinda leur avait dit qu’elle s’occupait de cette partie. Ce n’était pas se dédouaner mais ce n’était réellement pas leur faute, lui croyant toujours dur comme fer que la gentille sorcière allait venir les aider ou leur offrir ne serait-ce que la vérité sur la situation qui pouvait bien se passer en ce moment même, il fallait juste s’accrocher c’était tout. Taran profitait alors que Zelena continue de pester pour regarder autour d’eux, cherchant des yeux un indice qui pourrait lui indiquer où se trouvait Katharina, ils devaient après tout encore la trouver et ce n’était pas en discutant ici que tout allait s’arranger pour elle.

« Je croyais pourtant que Ze… que je vous l’avez explicitement demandé. Raaaah vous êtes inutiles ! Que cherches-tu ainsi ?! »

« Kathy ! Les singes volants l’ont amené ici. »

« Oh cette femme elle n’est pas ici. Ils ont du l’emmener plus loin, on a pas le temps pour elle. »

Elle disait tout ceci comme si ça n’avait aucune importance, ce qui était bien sûr loin d’être le cas, choqué pour sa part par ce qu’elle venait de dire. Taran se mettait alors à taper du pied un coup, comme pour se faire encore plus entendre que d’ordinaire, ne comprenant pas comment on pouvait avoir ce genre de comportement. Pour lui il était hors de question de laisser derrière Katharina, elle n’allait tout de même pas rester indéfiniment ici dans un pays ravagé par des singes volants qui kidnappent des gens, fixant Zelena tout en montrant très bien sa colère sur le coup.

« Maiiiiis ! »

« Mais quoi ? Je suis la seule à pouvoir vous ramener à… Sto… Storybrooke ! Je vais pas perdre mon temps, j’ai autre chose à faire ! »

« Je vais la chercher quand même ! »

« Si tu t’en vas on partira sans toi aussi. Tu ne pourras plus voir tes chers amis à Storybrooke. »


Il eut un instant de silence de sa part, Taran ne voulait ne plus revoir Blanche ou Candela c’était certain, se reprenant pourtant très vite. Certes, s’il ne pouvait plus voir ses amis il serait le plus malheureux du monde mais pour lui Kathy était tout aussi importante, elle avait une aura de maman mais elle était aussi son amie.

« Je ne vais pas l’abandonner quand même ! Je trouverai un autre moyen de rentrer en suivant mon instinct ! »

« Tu préfères aller chercher une personne que tu connais pas, ou que tu connais que peu, au lieu de retourner auprès de tes amis ? »

« J’aime mes amis mais si je ne venais pas aider Kathy je pourrais plus me regarder en face. »


« Tu sais ici c’est mon pays c’est moi qui ai fait les lois et je peux te dire que si on s’en va sans toi, ou sans ta chère Kathy, tu ne reviendras plus à Storybrooke. »

Taran n’en démordrait pas, croisant les bras tout en fixant Zelena et abordant une mine boudeuse, il était tête de mule et encore plus dans ce genre de cas. Il ne partirait pas sans avoir retrouvé Katharina, il en était même hors de question, et tant pis si ça ne plaisait à madame la grande sorcière même pas capable de ramener un tableau elle-même après tout. Il se fichait bien de passer pour un gamin pour une fois, enfin non même les autres fois en fait il s’en fichait et ça lui passait au-dessus de la tête – ne voyant pas que son comportement n’était pas des plus adultes, parce que là en cet instant précis il savait qu’il avait raison de se comporter de la sorte et son instinct entier se trouvait être avec lui. Il défendrait jusqu’au bout ses convictions même s’il devait se trouver coincé ici à Oz, convaincu de trouver au bout d’un moment une solution de toute façon, il n’allait pas laisser derrière lui le fantôme aux instincts maternelles parce que soi-disant ils n’avaient pas le temps pour ça.

« Très bien vas t-en ! »

D’un geste de la main de la part de la sorcière et il se trouvait dans le couloir, les portes se refermant devant lui pour l’empêcher de revenir dans la pièce avec le reste du groupe, clignant des yeux en essayant de comprendre ce qui venait de se passer.







copyright Bloody Storm


Niveau de vie : 65%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
Katharina Klein

avatar
En réalité, je suis
La Dame Blanche
☂ Conte : Frankenstein || Folklore

☂ Emploi : Artiste Peintre
☂ Camp : Celui de mes enfants
☂ True Love : Veuve

☂ Avatar : Tuppence Middleton
© Crédit : Bekah, code signature Niniel
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Jeu 19 Oct - 0:00



► Let's go in adventure time !|
The fantastic world of Oz
La Dame Blanche à Oz


Ses souvenirs revinrent à son esprit au moment même où elle reprit conscience, sans le savoir à peine quelques instants après avoir sombré dans l'inconscience. La fatigue semblait soudainement peser bien plus lourd sur ses épaules qu'avant son sommeil forcé, et si le rire ne résonnait plus à ses oreilles, elle s'en souvenait tout aussi bien. Qui que cela soit, ce n'était rien de bon elle en était sûr ! Restait en tout cas le problème actuel, car en plus d'être plongée dans le noir le plus totale, elle était assise contre un angle de mur, pieds et poings liées, et ce n'était pas une métaphore. Des liens méchamment serrés l'entravaient et mordaient sa peau. Mais peu importe ses gesticulations, silencieuses, et ses efforts, elle ne parvenait pas à se libérer. Pouvait-elle ... L'idée l'effrayait un peu. Elle n'avait pas vraiment réfléchi, plutôt dans la journée, en attirant à elle un singe pour donner une chance aux autres, à ce qu'elle avait fait. Mais là, c'était en toute connaissance de cause qu'elle s'apprêtait à recommencer. Katharina n'en avait jamais vraiment eu conscience, depuis son réveil à Storybrook, mais tout paraissait limpide maintenant. Elle pouvait presque sentir la mort danser autour d'elle, se mélangeant à l'air ambiant avec un arrière-gout métallique. Elle n'avait jamais été aussi consciente de ces innombrables possibilités de finir sa vie, peut-être parce qu'elle connaissait cette sensation, celle de la mort qui vous cueille, qu'on ne devrait pourtant pas reconnaître. Peut-être aussi que tout un chacun pouvait la ressentir, mais elle ne croyait pas qu'ils pouvaient la sentir autant qu'elle. Pendant plus de trente ans elle avait gouté la mort et accompagné les âmes dans l'autre monde, et cela était restée imprimée en elle, quelque part.

Elle se concentra, les yeux fermés, elle ne voyait rien de toute façon, et focalisa sa pleine attention sur ces sensations, sur la mort planant autour d'elle et sur les cordages l'entravant. Comme un flash, même s'il n'y avait pas de lumière, comme un clignotement de son corps physique, elle devint un bref instant impalpable, et les cordages tombèrent sur le sol, inutile. Elle soupira de soulagement, même si une grande fatigue s'ajouta tout à coup sur ses épaules. L'objectif suivant était de repérer l'espace, et elle tâtonna les murs autour d'elle doucement, choisissant aléatoirement de suivre le mur de droite. Sa main finit par buter sur un meuble, qu'elle devina une commode. Elle se redressa légèrement, rien sur le dessus si ce n'est un peu de poussière. Rien non plus dans les tiroirs, tout était vide ! Triste de n'avoir rien trouvé pour l'aider, elle contourna comme elle pouvait l'objet massif... Et se cogna contre quelqu’un, qui poussa une petite exclamation. « Aie ! Vous vous êtes enfin réveillez à ce que je vois…». La voix émergea de la pénombre qui les entourait comme un repère dans la nuit. « Oh vous étiez là. Êtes-vous attachés ? » demanda-t-elle, et la réponse vint aussitôt « Oui. D’ailleurs si vous pouviez m’aider, cela me serre un peu les poignets ». Bien qu’elle ne soit pas visible, elle eut le réflexe d’hocher la tête et s’approcher, tendant les mains pour atteindre les poignets de l’autre personne. Aussitôt trouvés, les cordages glissèrent sur sa peau, défaits. « Je pensais que vous l’auriez fait vous-même ? » meubla-t-elle dans le silence. « Malheureusement, j’en suis devenue incapable … » entendit-elle, et la dame blanche se figea, se doutant que c’était sans doute grave. « Est-ce… Temporaire ? » osa-t-elle tout de même demandée, une certaine presque… peur ? Dans la voix. « Je ne sais pas, et je compte bien le découvrir. Vous êtes un fantôme n’est-ce pas ? Vous savez passer à travers les murs non ? ». Le revirement de la pseudo conversation la prit presque au dépourvut, et cela se ressentit dans ses paroles d’abord hésitantes. « Eh bien, je l’étais du moins. Aujourd’hui rien n’est moins sûr, je peux tenter mais je ne saurais garantir un résultat, j’ai juste pour le moment pu faire disparaître mes mains, et mon corps très brièvement en arrivant à Oz. Mais il ne reste plus que cela à tenter je suppose ? Y a-t-il une porte au moins ? ». Elle agitait la tête dans l’espace, même si elle ne pouvait toujours rien y voir, comme un réflexe absurde.

Comme elle était vulnérable, privée de sa vue ! «Oui sans doute, mais je doute sincèrement qu’elle soit ouverte… ». La remarque arrache un petit rire à la défunte, qui se doutait bien que cela ne serait pas aussi facile. « J’en doute aussi, mais il sera peut-être plus facile pour moi de traverser une porte plutôt qu’un mur épais fait de je ne sais quel matériau. Où est-elle ? » et l’autre de répondre « Je ne sais pas. Je ne sais pas où nous nous trouvons». Alors avec un soupire, la dame blanche l’invita à l’aider dans ses recherches. Quelques instants plus tard, une porte se fit sentir sous leurs mains et Katharina pu se positionner. Respirant profondément, les mains apposées sur le bois car cela lui permettait de savoir si elle pouvait passer ou non. Elle se concentra le plus possible sur ces sensations de mort, toujours toutes proches, et le plus rapidement aussi car le temps devait surement pressée. La pression, justement, montait, et elle crut qu’elle n’allait pas y arriver. Ses mains devaient surement blanchir sous l’effort, sa respiration bien moins calme et plus tranchée. Le long de son nez, elle sentit sans s’en rendre vraiment compte un liquide chaud coulé de ses narines, venant déposer un gout métallique sur ses lèvres. Elle ne pouvait pas échouer, il n’y avait pas d’autres solution ! Derrière elle, elle entendit vaguement l’autre, « n’allez pas vous tuer non plus ». Au bord de la mort, y était-elle ? Elle ne s’en sentait pas pourtant, bien qu’elle flirte avec elle à pousser son corps à disparaître. Le même liquide commença à couler de ses oreilles, doucement. Quelque chose enfin sembla se rompre, comme un barrage trop endigué, et elle passa la porte.

Aussitôt de l’autre côté, ses yeux plissés par la lumière, elle tenta d’ouvrir la porte de l’extérieur en vain. Dommage. Personne n’était dans les parages au moins, et elle put communiquer avec l’autre ? lui décrivant ou elle se trouvait. Soit dans un long couloir, quelques portes encore sur sa droite, très élégante, et sur la droite le couloir s’étendant. La clef, entendit-elle. Elle devait trouver une clef, bien sûr. Elle allait s’en charger et revenir, assura-t-elle. La personne lui conseilla la gauche, jusqu’à l’escalier. « Soyez prudente aux gardes et aux différentes personnes dans le palais » entendit-elle en partant, et elle prit bien note du conseil. Arrivée aux fameux escaliers, très beau d’ailleurs en passant, elle les descendit jusqu’à parvenir dans une grande salle, ou elle retrouva le groupe. Tous en fait était là, sauf Taran. Même …. Oui, même Zelena se tenait là, parmi eux. Se méfier des autres, oui elle avait bien compris, et n’aurait même pas eu besoin du conseil au fond, quelque chose n’allait pas ici. « Zelena vous êtes là ! Vous allez enfin pouvoir nous dire qui nous entrave ainsi » interpella-t-elle la femme en noir, après un petit silence inconfortable. Elle semblait surprise de voir Katharina là, venant des escaliers, mais se reprit bien vite. « Je ne sais pas… Tout est… Flou. Je souhaite juste avoir ce que j’ai demandé et partir aussi vite que possible d’ici. ». Katharina l’observa. « A qui avez-vous demandé ? » demanda-t-elle à son tour, innocemment. « Je… Je me suis réveillée toute seule, mais la porte était ouverte, alors je suis sortie ». Et la réponse ne se fit pas attendre, fusant de la bouche de l’autre femme. « Toute seule ? Impossible ! Et je suis sûr que la porte était fermée… Enfin ! Je souhaite avoir le tableau, c’est tout. » Oh, c’était donc cela hein. S’en était presque trop facile de voir la vérité entre chaque mot et chaque ligne, néanmoins elle préférait se taire pour le moment, ne sachant l’étendue de ses pouvoirs. Discrètement, elle chercha le regard des autres pour leur faire comprendre que cela n’allait pas du tout. Elle espérait que ce discours absurdes leur montrerait. « J’étais seule, je vous le garanti ! La porte grande ouverte m’éclairait, mes mains étaient attachées et un couteau trainait sur le sol, abandonné. Mais… Ou est Taran ? » La question était sincère, car elle appréciait le jeune homme, et son absence était inquiétante. Mais aucune réponse ne vint. La femme semblait ne plus savoir quoi dire, et regardait autour d’elle un peu perdue. Katharina ne s’était pas plus approchée, prête à détaler comme elle le pouvait au moindre signe de danger, et cherchait le regard du groupe pour le diriger sur la Zelena au centre. Non, manifestement, cela n’allait pas du tout. Et ou était cette fichu clef !

Katharina : 100% -15% - 10% - 10% - 15% = 50%
Mission : 100%


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked always Win
Oui, mais quelle victoire ! ▬ Promenons-nous à Oz !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☂ Conte : Là-Haut

☂ Emploi : Opportuniste
☂ Camp : Neutral Good
☂ True Love : I love everyone !

☂ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Bekah | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Ven 20 Oct - 21:14


The Fantastic World of Oz


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole I need to burn again I got to burn again is it for real this how I feel dream me away to another world

Jackie-Rose avait largement retrouvé sa bonne humeur, allant jusqu’à sauter brièvement sur le dos de Garrett, trop heureuse de partager cette drôle d’expérience avec lui. C’était comme si tout l’épisode de l’épouvantail n’avait pas existé, et puis quelque part lorsqu’elle avait entendu qu’à Oz la mort n’existait pas c’était comme si elle s’était vue insuffler un nouveau souffle de vie. Si la mort n’existait pas, cela voulait dire que l’épouvantail se portait à merveille quelque part, et rien ne pouvait la réjouir plus que cela ! Et puis, cela voulait aussi dire que les gens qui avaient pu mal vivre les jeux trop brutaux des singes volants allaient bien aussi. Au fond quelque part toute cette aventure était comme un grand jeu de cache-cache ! Clac, clac, clac ; un claquement sec qui venait du fond du couloir. Jackie-Rose scruta l’horizon avec un air vivement intéressé, et comme pour répondre à sa nouvelle philosophie, Zelena apparut devant eux, en pleine forme, dans une belle robe à son image. Jackie-Rose tapa dans ses mains :

« Oh boy, oh boy ! ZELENAAAA ! »

Elle leva les bras en l’air et il lui fallut tous les efforts du monde pour ne pas se jeter sur la femme devant elle ; après tout, elle ne voulait pas la déranger dans son élan ! Car Zelena semblait avoir une idée en tête, les emmenant aussitôt dans une nouvelle pièce très étrange mais aussi verte que les autres. Elle se demanda un instant si le château n’avait pas été construit pour Zelena puisque celle-ci était la sorcière verte après tout, mais la pensée s’échappa presque aussi vite qu’elle était apparut quand elle se rendit compte de quelque chose… Adrianna manquait à l’appel. La fille de Zelena n’était pas dans les bras de celle-ci, et autant Jackie-Rose pouvait être très, très aveugle et naïve, autant elle savait que jamais, au grand jamais, Zelena ne laisserait Adrianna toute seule, et encore moins entre les mains de quelqu’un d’autre. Une maman si dévouée et protectrice, c’était si beau ! Jackie-Rose elle-même avait mis des semaines à la convaincre de la laisser prendre Adrianna dans ses bras. Pour Zelena, l’endroit le plus sécurisé pour la petite était auprès d’elle ; alors c’était bien trop étrange pour Jackie-Rose, et, comme à chaque fois que quelque chose devenait flou dans son esprit, quand quelque chose clochait, la réalité se flouta presque littéralement. Ce fut comme si tout d’un coup Jackie-Rose se détachait de son corps, soudain silencieuse, la tête baissée et les épaules rentrées. Elle ne se sentait pas à l’aise, mais elle était incapable de l’exprimer, au point que des larmes ne tardèrent pas à se pointer au coin de ses yeux, surtout quand Zelena se mit peu à peu en colère contre Taran. Instinctivement, Jackie-Rose se cachait légèrement derrière Garrett, se mordant la lèvre, au bord des larmes. Elle avait peur, comme à chaque fois qu’elle se retrouvait face à quelque chose qu’elle ne comprenait pas. Quelque part, elle se sentait mal de ne pas être aussi courageuse et déterminée que Taran, de ne pas avoir son instinct si incroyable ; elle se sentait coupable de ne pas être aussi débrouillarde et lucide que Garrett, qui ne comptait que sur lui-même tout en se montrant si dévoué et gentil en même temps ; elle se sentait mal de ne pas avoir la force de caractère de Regina ou le caractère tout court des canidés présents ; elle se sentait coupable de ne pas avoir le calme absolu que Madame Blanche avait affiché jusqu’à leur séparation, et même pendant leur séparation ; elle se sentait mal de ne pas être aussi gentille et douce que Dorothy. Elle se sentait coupable, tout simplement. Tout se remettait en question dans sa tête tendit que la discussion montait les tours entre Zelena et Taran, jusqu’à ce que celui-ci ne se fasse brusquement sortir du décor, les portes se refermant sur lui ; et Jackie-Rose tendit la main en se dirigeant vers la porte, ne sachant vraiment plus où se mettre, ni vers qui se tourner. Pourquoi fallait-il toujours qu’elle se tourne vers quelqu’un, d’ailleurs ? Instinctivement, son corps se tourna vers Zelena même si elle n’osait la regarder dans les yeux.

« Zelena… Pourquoi tu te mets autant en colère ? On a fait de notre mieux, Taran aussi, il est super courageux... » Elle ajouta, cette fois en levant les yeux. « Et où est Adrianna ? »

Cette question persistait dans son cerveau. C’était vraiment ce qui la dérangeait le plus dans cette histoire. Cela n’avait rien de normal. Adrianna aurait dû être là, vers sa mère, et celle-ci ne l’aurait jamais laissée toute seule, même dans un bunker ultra-sécurisé…

« Parce que vous êtes une bande d’incapables. Vous n’êtes même pas capable de ramener ce que je vous ai demandé alors que je croyais cela plutôt simple. On est mieux servis que par soi même ! J’aurais dû le faire moi même ! Et Adrianna est en sécurité. »

Elle avait dit cela comme si ça n’avait pas d’importance, et cela perturbait Jackie-Rose encore un peu plus. Elle imaginait la pauvre petite, toute seule, dans un château qu’elle ne connaissait pas, avec tous ces singes volants qui n’étaient pas des plus doux, même si au fond ils ne voulaient sûrement que jouer, dans ce pays où personne ne meurt… Jackie-Rose serra un poing et se mordit la lèvre, toujours si proche des larmes que c’était un miracle qu’elle n’ait pas encore éclaté en sanglots.

« On a fait ce qu’on a pu et Glinda nous a aidé à venir ici. Elle voulait te voir pour savoir si elle pouvait te faire confiance et te donner le tableau… Et puis si tu pouais le faire toi-même tu ne nous aurais pas demandé non ? Glinda a disparu… Peut-être qu’elle ne veut pas te faire confiance, mais j’ai tout fait pour la convaincre que tu es juste incomprise tu sais ! Il suffit de la trouver et elle nous donnera le tableau j’en suis sûre ! »

« Apparemment elle vous a lâché à ce que je vois, vous n’auriez pas dû lui faire confiance. Je vous ai demandé pour essayer de prendre moins de temps pour que l’on puisse rentrer plus tôt mais c’est raté ! Bien sûr qu’elle me donnera le tableau, c’est tellement facile. Tu es bien trop naïve... »

Jackie-Rose releva la tête, grinçant des dents. Elle n’était pas énervée contre Zelena mais avait l’impression de tourner en rond, et puis elle avait le tournis, elle avait envie d’aller chercher Madame Blanche et Taran mais en même temps d’aider Zelena, de chercher Adrianna, de se rouler en boule dans un coin et attendre que ça passe…

« Bah elle nous a dit qu’elle était gentille et on avait pas de raison de pas la croire... » Elle fronça les sourcils, sérieusement concernée. « Tu t’es séparée d’Adrianna dans un château plein de singes volants ? Ils sont un peu brusques quand ils jouent, elle doit avoir peur la pauvre toute seule... »

« Mmmh… Pour Adrianna je connais bien cet endroit, elle est en sécurité. »

Mais Jackie-Rose était loin d’être rassurée. Zelena en parlait comme si elle parlait du ménage à faire ou du dernier plat qu’elle avait mangé ; jamais Zelena ne se comporterait comme ça en ce qui concernait Adrianna. La sorcière verte affichait une expression relativement mitigée, et semblait s’impatienter ; les événements devaient reprendre sinon elle allait se remettre en colère… Et Jackie-Rose n’aimait pas la colère, ça la faisait sursauter et lui faisait peur. Et puis, Zelena n’avait pas de raison de mentir, non ? Tout comme Glinda au fond, il n’y avait pas de raison de ne pas la croire. Adrianna était en sécurité quelque part… L’ancien chien reprit alors un air un peu plus enjoué même si elle devait quelque peu se forcer :

« Alors envoie-moi vers elle comme ça je pourrai m’en occuper pendant que tu fais ce que tu as à faire ! »

L’idée de rejoindre Adrianna et de jouer avec la petite au lieu de se mêler à toute cette folie lui redonna des couleurs, et la détermination se lisait dans son regard tandis qu’elle réunit ses mains autour de sa bouche, impatiente de voir la petite, ne s’attendant pas un seul instant que Zelena puisse refuser son offre. Et pourtant…

« Non. Je préfère qu’elle reste protégée. »

Cela eut comme l’effet d’un éclair dans le corps entier de Jackie-Rose. Zelena sous-entendait qu’Adrianna n’était pas en sécurité auprès de Jackie-Rose, mais cela contredisait tous les précédents gestes de la sorcière… Pour la première fois depuis longtemps, Jackie-Rose se sentait blessée, intimidée, et compréhensive tout en même temps. Elle était blessée par la froideur de Zelena, intimidée par tout ce qui se passait autour d’elle, et compréhensive au fond d’elle-même parce qu’elle était persuadé que Zelena répondait à ses instincts maternels pour protéger son enfant. C’était bien cela, n’est-ce pas ? N’est-ce pas ?..

Ce fut à cet instant que Madame Blanche réapparut, remettant de l’ordre dans les émotions de Jackie-Rose, dont le visage s’éclaira aussitôt. Elle tendit les bras vers la nouvelle arrivante, avant de faire un tour sur elle-même, un pas en avant puis en arrière, pour finalement foncer vers les portes : le plus important était de prévenir Taran ! Elle ne remarqua pas l’air totalement ahuri et perdu de Zelena de voir que Madame Blanche était de retour parmi les vivants, trop occupée à s’agiter sur la porte, essayant de l’ouvrir de toutes ses forces sans y parvenir.

« Mais ouvre Zelena ! Il faut dire à Taran que Madame Blanche est là pour qu’il revienne ! »

Zelena sembla se reprendre après avoir laissé un silence passer, trop concentrée sur la dame au visage si pâle.

« Si tu veux… Mais qu’il ne me fasse plus perdre de temps ! Qu’aucun de vous ne me fasse perdre du temps... »

La porte s’ouvrit d’un coup et Jackie-Rose perdit l’équilibre, s’étalant face la première sur le sol. Elle émit un « wow » de surprise avant de se mettre sur le dos, mains appuyées au sol pour avoir une pleine vue sur la salle où se trouvait tout le monde. Elle se demanda l’espace d’un instant où étaient passés les singes volants… Et puis cette drôle d’ombre avec qui les autres avaient parlé. Il n’y avait plus personne, seulement eux… et Zelena ?

HANSKA.


Vie : 85%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Now I look a little green

⋆ getting the blues on the yellow brick road


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole is it for real this how I feel dream me away to another world
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Regina M. Mills

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Reine
☂ Conte : Blanche Neige

☂ Emploi : Maire de la ville
☂ Camp : I just care about me
☂ True Love : Un certain renard ... Plus ou moins.

☂ Avatar : Lana Parrilla
© Crédit : NEON DEMON
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Dim 22 Oct - 20:39

The fucking'tastic world of Oz.Jackie est la première à passé la porte, le bébé de Regina dans les bras. Lexy la regarde alors qu'elle gesticule – autant qu'elle le peut – en lui disant de la regarder, que tout allait bien, que la petite n'avait rien. Oh, oui, la petite. La brune s'approche et la prend dans ses bras, la regardant rire avec un certain dégout. Pourquoi les gens veulent-ils des enfants, franchement ? Il n'y avait là rien de glamour ou d'amusant. C'était des pleurs et des couches à gogo. Les autres arrivent à leur tour et Lexy est bien triste de voir que tout le monde va bien et que non, ils n'ont perduent personne en route. Certes, madame "j'ai un cancer c'est pour ça que je suis aussi pâle" est toujours aux abonnés absent, mais c'est tout. La reine ne veut voir qu'une personne, une : Zelena. Pas pour lui raconter les derniers potins, mais plutôt pour qu'elle la ramène à Storybrooke avant de pouvoir lui faire passer un sale quart d'heure.

D'ailleurs, des talons claquants contre le sol annonce au petit groupe que la méchante sorcière est de retour. Elle les guide vers une autre pièce – pourquoi, aucune idée, ils étaient pourtant seul dans leur couloir – avant de leur demander où se trouve le tableau. Ah, oui, le fameux tableaux, celui qu'ils n'ont pas et avec lequel Glinda est repartit. Sacré Glinda. Comme prévu, Zelena est remonté face à cette nouvelle, s'en prenant à Taran qui essaye de défendre leur groupe de bras cassé tant bien que mal. « Je croyais pourtant que Ze… que je vous l’avez explicitement demandé. Raaaah vous êtes inutiles ! Que cherches-tu ainsi ?! » Lexy hausse les sourcils. Alors comme ça, désormais, la rousse parle d'elle à la troisième personne ? Intéressant. Taran continue de se défendre mais la brune est bien trop occupé à remarquer à quel point cette Zelena a l'air paumé quand elle parle, ne se souvenant même plus du nom de la ville dans laquelle elle vit depuis plus de trente ans maintenant. Jackie prend la suite une fois Taran mis à la porte, s'inquiétant du sort de la petite. Il est vrai qu'une mère ne laisse jamais son enfant seul, surtout dans un monde aussi dangereux que celui dans lequel ils se trouvent. Lexy est une exeption, après tout Apple n'est pas vraiment sa fille, c'est celle de Regina, les deux femmes partageant juste le même corps, pas le même esprit.

Katharina arrive – oh tient, elle est encore vivante. Zelena a l'air encore plus perdue qu'avant. Lexy est perdue aussi, mais elle ne suit la conversation qu'à moitié, c'est pour cela. La rousse, par contre, est censé savoir de quoi elle parle. Là, c'est comme si Regina se retrouvait incapable de se diriger dans son propre royaume.

« Bon, et sinon, on rentre quand ? » La rousse se retourne et se met à crier. « Quand je l'aurais décidé ! Il faut toujours rattraper vos fautes, vous les gentils. » Lexy ne bouge même pas, se contente de hausser les sourcils. « Bon bah quand vous serez décidez, vous m'appelez. » Et sur ces mots, la reine tourne les talons et s'éloigne rapidement, montant les escaliers. Elle a autre chose à faire que de discuter avec une Zelena droguée, saoule, ou peu importe. Lexy n'est même pas sur que ce soit bien Zelena dans ce corps. Et puis, vu l'avancement de leur aventure, ils étaient bien partis pour tous rester bloquer là jusqu'à la fin de leur vie, alors autant commencer à visiter, surtout que "personne ne mourrait vraiment à Oz".

Elle se balade pendant quelques minutes dans un long couloir avant de voir plusieurs portes s'ouvrir à elles. Elle ouvre la porte de droite – c'est une placard à balais. Elle la referme et continue d'avancer, ouvrant la prochaine qui s'ouvre à elle. Une chambre. Un salle de bain. La baignoire a l'air confortable mais elle n'a pas vraiment le temps de prendre un bain. Elle continue et arrive en face d'une porte fermée. Elle toque, trois petits coups, et écoute. Une voix s'élève de l'autre côté. « Katharina, est-ce vous ? » Regina hausse un sourcil mais ne dit rien. Elle force sur la poignée avant de poser la petite au sol – qui gazouille par terre comme si c'était le meilleur endroit du monde – avant de donner un, puis deux, puis trois coup d'épaule dans la porte qui finit par s'ouvrir. Tout est noir. « Oh, oui, c'est une solution. » Duh. La personne se rapproche d'elle et Regina voit ses cheveux roux. Mais bien sûr. « Je le savais. Vous me devez une nouvelle épaule. » Elle reprend la petite dans ses bras, grimaçant au passage sous la douleur. « Alors, il vous est arrivé quoi ? »
VIE:75% _ MISSION:100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


And there's certain things that I adore, and there's certain things that I ignore, but I'm certain that I'm yours. Certain that I'm yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t824-regina-mills
Garrett Colt

avatar
En réalité, je suis
Wild Cat
☂ Conte : inventé.

☂ Emploi : voyou, un job d'avenir.
☂ Camp : I walk on my own.
☂ Avatar : Scott Eastwood.
© Crédit : bibi (avatar) + gifs tumblr (signa)
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mar 24 Oct - 22:59

The Fantastic World of Oz
mission juillet 2017

Le moment de répit qui nous avait été accordé ne dura pas bien longtemps. Quand une sorcière disparaissait, une autre réapparaissait. Zelena était revenue, et, sans même s’inquiéter de savoir si nous n’avions pas eu trop de problèmes de trafic durant le trajet, exigea son tableau. Ils commençaient à me gonfler tous avec ce damné tableau. Ils avaient des pouvoirs magiques, autant qu’ils s’en servent, non ? Pourquoi nous demander à nous, pauvres mortels, de faire tout le boulot alors qu’en un claquement de doigts le problème aurait été réglé ? Vraiment, ça me dépassait.
Mains enfoncés dans mes poches, j’observais la scène, les sourcils froncés. La rousse agissait étrangement. Elle était toujours aussi désagréable, mais pas de la même manière. Le ton pressant et les hésitations dans sa voix trahissait un truc louche. Il y avait anguille sous roche, à n’en pas douter. Ça puait l’embrouille à plein nez. Je restai près de Jackie au cas où ça tourne au vinaigre. Et la suite des évènements ne fit que confirmer mes soupçons. Zelena (ou du moins celle qui se faisait passer pour elle) fit apparaître l’image du tableau tant convoité sur le sol. Elle se mit ensuite à faire les cent pas, perdue dans ses réflexions. C’était moi ou elle était un peu à cran ? Faut se calmer sur le café. Soudain, la rouquine leva les yeux vers nous, comme si elle s’était subitement souvenue que nous étions là. D’abord je vais vous attacher pour que vous ne fassiez plus de bêtises. Avant que je n’aie pu esquisser le moindre mouvement, mes camarades d’infortune furent plaqués contre le mur par des espèces de grosses lianes. D’où elles sortaient ?! Je reportai mon attention sur Zelena, de plus en plus méfiant. Celle-ci me regardait droit dans les prunelles. Je me sentis happé par un force qui me rapprocha de la sorcière en un éclair. Toi ! Toi tu es un voleur n’est-ce pas ? Sérieusement ? C’était tout ce que l’on retenait de moi ? J’aurais préféré beau-gosse, charmant garçon, mec charismatique… mais je me contenterais de ça. Pas grave. Du moins tu sais t’en sortir… Eh oh, je n’aimais pas trop la façon dont elle sous-entendait que mes capacités n’étaient pas talentueuses. J’étais doué pour emprunter des choses incognito pendant une durée indéterminée. Voler quoi. Heureusement que je n'étais pas susceptible. Sans me vanter, je me débrouille. Je soutenai le regard de la rousse. Si elle croyait qu’elle m’intimidait avec ses tours de magie… Parfait. Tu pourrais donc aller me chercher ce tableau pour moi. Tableau tableau tableau. Elle n’avait donc que ce mot à la bouche ? Change de disque ma vieille. Je pourrais… mais qu’est-ce que j’y gagne ? Eh, pas fou. La sorcière commença à tourner autour de moi. Hm je ne sais pas. Ce que tu voudras. Oh ça c’était une offre alléchante. Trop peut-être. J’espère que t’es pas pressée, la liste est longue. Quand on me donnait une main, j’avais tendance à prendre le bras. Tant qu’à faire, autant en profiter. Ce serait bête de se priver. Entreprenant, c’est une qualité que j’aime bien. Je rêve ou elle venait de faire un compliment ? Cet instant était à marquer d’une pierre blanche. Peux-tu oui ou non ? Je ne pouvais pas gagner plus de temps. Je devais prendre une décision. Je reniflai, faisant mine de réfléchir. En vérité, c’était déjà tout réfléchi. Je vais te le chercher ton tableau, si c’est la seule façon pour que tu nous lâches les basques. Mais à une seule condition : tu nous laisses tous rentrer en un seul morceau -vivant- à Storybrooke. Avec ce genre d’énergumènes, si je n’assurais pas mes arrières, j’étais cuit. Hm en un seul morceau je ne peux pas vous le promettre mais vous rentrerez à Storybrooke. Je crois que je ne pourrais pas obtenir de meilleure garantie. ... ça marche. Un grand sourire étira les lèvres de Zelena. Parfait. Puis elle siffla et deux gardes débarquèrent. Ils vont t’accompagner pour être sûre que tu ne fasses pas de… bêtises une nouvelle fois. Je ne relevai pas le “une nouvelle fois”. Lui offrant mon plus joli sourire de fripon, je lui répondis : Des bêtises ? Jamais. Avant de partir, je glissai un discret clin d’oeil à mes compères. Pas de panique, je gère.

Zelena m’avait téléporté avec mes deux nounous aux gros bras devant la petite bâtisse aux tableaux. Je me dirigeai vers cette dernière d’un pas lent. Comment allais-je me débarrasser des deux pots de colle afin d’avoir le champ libre ? Mon but était certes de récupérer le tableau, mais en aucun cas de la donner à la rousse sociopathe. J’avais d’autres projets…
Tandis que j’établissais une liste non exhaustive de plans pour venir à bout de Tic et Tac, je les vis s’écrouler tout d’un coup. Ah beh il suffisait de demander. Faisant volte-face, je découvris Glinda en train de frotter ses mains contre sa robe. Wow, joli coup. Ils n’ont jamais été très résistants, plaisanta-t-elle en me souriant. J’aurais presque applaudi sa performance si nous n’étions pas pressés par le temps. Glinda ! Mais t’étais passée où ? J’espère que t’as bien caché ce foutu tableau parce que ta pote la Verte est franchement bizarre. Enfin, encore plus qu’avant. La gentille sorcière avait l’air sincèrement désolé. Désolée de vous avoir lâchés. Mais je t’expliquerai tout sur le chemin ! Elle veut que tu récupères le tableau ? On va le lui donner… J’aimais beaucoup la tournure que prenaient les évènements.

Emi Burton


Garrett : 100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's like no place I've ever seen

OZ ✘ You are talking to a man who has laughed in the face of death, sneered at doom and chuckled at catastrophe.
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2584-garrett-loneso
Glinda

avatar
En réalité, je suis
Un simple inconnu
☂ Avatar : .
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Ven 27 Oct - 0:16

The Fantastic World of OZGlinda et une équipe de choc .
Good Witch ! ••• Glinda était heureuse de voir Garrett même si elle aurait voulu le revoir dans d'autres circonstances ou même faire sa connaissance ailleurs que dans un monde dans lequel ils étaient. Un vrai désastre … Cela faisait plusieurs années qu'elle vivait ici et pourtant elle n'avait jamais vu Oz dans un tel état. Tout était détruit, tout était en feu, rien n'était comme avant et cela avait le don de la mettre que très peu alaise. Même avec Zelena en tête à l'époque tout était des plus normal dans le pays, elle n'avait jamais rien détruit. Pourquoi maintenant ? Pourquoi maintenant alors qu'elle avait largement les capacités de le faire bien avant ? Où alors ce n'était pas réellement elle pour le coup la coupable bien que la gentille sorcière du Sud avait quelque peu du mal à se l'imaginer. Oz avait toujours connue pour grande méchante Zelena. Oh il y avait bien d'autres qui étaient passés par là mais pas aussi dangereux que pouvait l'être la méchante sorcière de l'Ouest avec sa peau verte. Elle commençait à avancer assez rapidement vers la petite bâtisse où se trouvait le tableau avec Garrett pour essayer de faire au plus vite. Il fallait que les choses bougent, il fallait qu'ils se dépêchent pour pouvoir tirer un trait au clair sur cette histoire plus que loufoque dont la blonde avait du mal à suivre correctement le déroulement. Qu'est-ce qui avait bien pousser la personne derrière tout ceci à détruire autant de chose dans la pays ? Des endroits complets de la carte avaient été complètement détruit de partout et aucun n'habitant se trouvait dans les lieux. Où ils avaient bien pu passer ? C'était la question que la jeune femme se demandait en permance. Elle était la gentille sorcière du sud. Elle faisait partie de la sororité des gentilles sorcières dont elle était même la chef en quelque sorte, elle avait été la pour proteger la population et voilà ce que cela donnait … Il était vraie qu'elle pensait que tout ceci était de sa faute. Qu'elle n'avait pas correctement agis, qu'elle n'avait pas été jusqu'au bout de sa mission, qu'elle avait échoué tout simplement et très certainement qu'elle avait déçu toutes la population d'Oz. Et c'était le pire qu'elle pouvait s'imaginer, elle qui aimait tellement cet endroit, qu'elle pourrait mourir pour eux. Elle était triste et plus que tout inquiet pour toutes ses personnes à qui elle pouvait tenir. En tout cas elle avançait assez vite, regardant si le jeune homme arrivait plutôt bien à la suivre ce qui avait l'air d'être le cas.

« Je suis vraiment désolé de vous avoir abandonnez tout à l'heure devant les portes du palais. »

« Ca va on s'en est remis, c'était peut-être pas plus mal finalement ? »

Pas plus mal ? Oui peut-être … Glinda se mis à réfléchir quelque instant lui adressant un petit sourire compatissant. Elle était vraiment désolé sur le coup mais cela était trop dangereux de se montrer en leur compagnie alors qu'il n'était déjà pas forcément les biens venus. Glinda était connue dans cette endroit et rien que son nom de Gentille sorcière – un titre qu'on lui avait donné – en disait long sur elle alors les méchants ne l’apprécier guerre. Les gardes l'auraient reconnu directement et Zelena et elle ne s'entendaient plus réellement depuis un certain … temps.

« Effectivement. Vous savez je suis quand même assez connu ici, sans vouloir me venter loin de là même, mais les gardes m'auraient tout de suite reconnue et cela aurait pu être pire pour vois de savoir que vous étiez avec moi la gentille sorcière du sud. Alors que je sais pertinemment que Zelena ne m'aime point et c'est un faible mot. Mais qu'est-ce qui c'est passé exactement ? »

« Zelena – enfin si c'est bien elle – m'a recruté pour voler le tableau et les autres sont comme qui dirait … en otage. En résumé. »


« Comment ça si ce n'est pas elle ? Elle les a pris en otage ? »


Rien de bon. Non il n'y avait réellement rien de bon du tout dans toute cette histoire et cela préoccupait beaucoup la jeune femme. En effet, Garrett avait l'impression que ce n'était pas Zelena mais s'il avait raison ? Après tout en soit, cela expliquerait beaucoup de chose mais en même poserait encore plus de question comme … qui cela pourrait bien être ?

« Vous savez Garrett, il faut souvent se fier à ses pressentiments, à ce que l'on nomme notre instinct, il lui arrive de se tromper mais que très peu malheureusement. Ou heureusement. Si vous me dites que quelque cloche c'est que cela doit être le cas. »

« Surtout que j'ai toujours eu un bon flair pour ça hm. »

« Dépêchons nous je sens que quelque chose de mal se trame. Je n'aime pas vraiment cela ... »

Ils avancent de plus en plus vite se rapprochant de plus en plus de l'endroit ou se trouve le tableau alors qu'ils viennent à pénétrer dans la petite battisse tombant nez à nez avec le dit tableau. Bon il était temps. Elle venait à regarder Garrett se placer devant la peinture avant de lui demander comment ils pouvaient battre leur ennemi. Elle le regardait, le laissant faire. La jeune femme n'aimait pas trop qu'on utilise le tableau, il pouvait parfois avoir des effets néfastes lorsque l'on ne pouvait plu s'en passer, l'utilisant pour tout et n'importe quoi Après tout il avait un certain charme, plutôt jolie et très attrayant mais elle laissait faire le jeune homme. Question de vie ou de mort, supposa-t-elle. Il était important de sauver ou du moins de comprendre la situation pour agir correctement. Elle le laissa faire alors que le tableau pouvait afficher la grande salle où se trouvait Zelena ou du moins la personne qui se faisait passer pour elle, qui marchait de long en large alors que les autres personnes autour se trouvaient attachés.

« Parfois le tableau … ou plutôt la peinture ne donne pas exactement ce à quoi nous pensons. Un objet, un lieu précis. Si vous avez bien demander comment vaincre votre ennemi vous avez votre réponse. »

« J'ai jamais aimé les devinettes. »

« Ce que tu vois c'est ta solution. Elle est juste devant toi. Regarde bien. C'est le tout. Tout ce que tu as là est une solution. Je pense qu'il faut que vous vous battiez contre Zelena – si c'est bien elle – ensemble. Ne dit on pas que l’union fait la force ? »


« Moi je veux bien mais … t'as un plan ? »


Elle réfléchissa quelque instant. Regardant attentivement la salle qui se trouvait devant ses yeux. Elle l'a connaissais bien si ce ne serait-ce par cœur. Elle s'y est rendue plusieurs fois et elle avait peut-être un plan qui pourrait marcher. Mais pourquoi cela ne lui était pas venue plutôt à l'esprit ? Elle se sentait quelque peu bête sur le coup alors qu'elle était toujours entrain de pofiner le tout dans son esprit.

« Tout à l'heure je ne voulais pas me téléporter avec vous de peur de tomber sur des soldats ou des singes volants mais avec le tableau je peux voir où je vais atterrir. Si cette Zelena que se soit la vraie ou la fausse veut le tableau on va lui donner. La vie de tes amis peut-être en danger, on ne sait pas exactement ce qu'elle peut faire. Je peux essayer de la contrôler avec ma magie quelque temps mais il me faudrait un appât, quelque chose qui ferait diversion tu pourrais faire cela pour moi ? »

Elle savait que cela pouvait être dangereux et elle ne le forçait absolument pas à accepter mais cela serait vraiment gentil de sa part. Il fallait qu'ils se dépêchent pour ne pas risquer de perdre du temps alors qu'une autre idée lui venait en tête.

« Je serais présente pour te protéger aussi mais peut-être qu'avoir une arme quelconque avec toi pourrait te rassurer non ? Qu'est-ce que tu aimerais ? »


©️ 2981 12289 0[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelena Green

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Sorcière de l'Ouest
☂ Conte : Oz

☂ Emploi : Sage-femme
☂ Camp : Villains
☂ True Love : L'amour c'est comme une cigarette. Ça flambe comme une allumette ça pique les yeux, ça fait pleurer et ça s'envole en fumée ...

☂ Avatar : Rebecca Mader
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Ven 27 Oct - 23:26

The Fantastic World of OZZelena et la bande de bras cassés.
There's so much good here, it sickens me ! •••

Quelque heure plutôt …

Zelena se téléporta dans son palais directement en compagnie de la petite poupée en porcelaine et Adriana espérant que le reste du groupe irait assez vite. Elle avait une sainte horreur de perdre son temps c'était une chose qu'elle ne supportait pas alors que la rouquine était du genre à aller droit au but, de but en blanc sans passer par des détours impossibles et inimaginable. Oui Zelena était quelque de très franche et très direct dans sa vie de tous les jours. Certain pouvait voir ceci comme une qualité d'autres plutôt comme un défaut avec son manque de tact et plus que tout de compassion mais à vraie dire la jeune n'en avait que faire de ce que pouvait bien penser les autres. Elle avait une visions d'elle même qui lui suffisait amplement et elle ne perdait pas à son temps à essayer d'être ce que les autres voulaient qu'elle soit. Non, elle était ce qu'elle était et c'était tout, et c'était peut-être pour cela qu'elle se trouvait à être assez seule dans la vie pas que du côté sentimentale mais aussi de ses amis. Elle n'avait que peu d'amis, si ne serait pas du tout en réalité. Mais désormais elle avait Adriana, l'amour de sa vie alors qu'elle pouvait faire n'importe quoi pour cette petite fille qui accaparait aujourd'hui toute son attention. C'était d'ailleurs pour cela qu'elle était de retour à Oz a fin d'obtenir certaine chose qui pourrait venir la protéger de tout, de venir les protéger. Sauf que tout ce qui se passait ici n'était pas normal et la jeune mère avait bien l'attention de découvrir le fin mot de cette histoire … Elle venait d'atterrir dans ce qui était la grande salle où elle passait ses journées à observer Regina ou encore Rumple venant à monter les quelques marches pour observer toutes cette endroit de plus près. Rien n'avait changer. Absolument rien. Tout était comme avant et cela ne l'étonnait guerre. Rien n'évoluait comme dans les autres pays à Oz. Rien n'évoluait tout cour parce que le temps était comme en quelque sorte figée d'un sort dont la sorcière ne connaissait l'origine. D'un geste de la main elle faisait apparaître une image au sol comme à son habitude alors que le petit groupe était entrain d'avancer dans la direction qu'elle leur avait indiqué. Bon au moins ils ne traînaient pas, c'était un bon point en espérant qu'ils puissent aller jusqu'au bout de leur mission. Elle jeta un petit regard à la poupée de porcelaine avant d'hocher la tête et de la poser sur un étagère, Adriana dans un de ses bras alors qu'elle commençait à fouiller tout autour d'elle. Il y avait des choses ici qui ne lui appartenaient pas, des choses qu'elle n'avait jamais vu avant et venait à se demander qui avait bien pu prendre sa place, qui aurait bien pu faire toutes ces choses qui aux yeux de Zelena ne servait à rien. Après tout pour régner il fallait bien avoir des habitants ? Avoir du peuple, des battisses et pas un pays complètement ravager. Car si elle ne savait pas cela, Oz aurait très probablement été complètement détruit  l'époque où elle était encore au pouvoir. En tout cas tout ceci n'était pas claire et cela ne plaisait pas à la jeune femme. Non pas du tout.

« Je savais que tu viendrais ici. C'est si triste que tu sois en quelque sorte … tombé dans mon piège. »

Cette voix venait de derrière, la surprenant quelque peu alors qu'elle se redressait levant la tête haute comme elle en avait l'habitude. Cette voix elle l'avait déjà entendue. Et elle s'était déjà en quelque sorte battu avec cette personne. Battue était un gros puisqu'en un geste de la main Zelena l'avait mis au tapis, Zelena l'avait envoyé ailleurs. Alors la rouquine se retourna serrant un peu plus son enfant dans ses bras pour la protéger alors qu'une petit sourire apparaissait sur son visage. Elle faisait la fière, essayant de ne pas montrer qu'elle avait peur. Du moins pas pour elle mais pour sa fille. Si cette dernière n'était pas avec elle, si cette dernière n'avait peut-être jamais exister – ce qu'elle se refusait de penser tellement elle l'aimait – elle n'aurait pas eu peur pour sa vie loin de là. Elle avait risquer sa vie plusieurs fois dans son passé pour des trucs plutôt futiles et moins important. Elle venait à rire quelque peu avant de la regarder droit dans les yeux et de reprendre d'un seul coup son sérieux.

« A ce que je vois tu cherches les ennuies … Evelana. Dit moi la dernière fois cela ne t'as pas suffit ce que j'ai fait ? Tu en redemandes ?»

« Oh Zelena … Je savais pertinemment que tu allais revenir alors j'ai monté un certain plan, je voulais me venger de toi et de l'humiliation que tu m'avais donné. »

« Je vois … Et comment t'appelles-t-on désormais ? Je penses que tu as su, comment dire, t'imposer à ce que je constate. »


Maintenant :

Tout était assez flou alors que Zelena venait à se réveiller avec difficulté, ressentant comme une douleur affreuse au niveau du crâne. Est-ce qu'on l'avait tapé ? Elle ne savait pas à vraie dire alors qu'elle avait l'impression comme si cela lui manquait un bout de souvenir. Mais lesquels ? Rien qui n'était très rassurant à vraie dire alors que d'un seul coup elle venait à se rendre compte … Adriana. Sa petite fille chérie qui n'était pas avec elle et Zelena commençait quelque peu à paniqué, ne sachant pas où est-ce qu'elle pouvait bien se trouver, et surtout qu'est-ce qu'il lui était arrivé. Si un seul cheveu de sa fille venait à lui être arraché d'un quelconque manière elle viendrait à faire souffrir sans scrupule, sans remord la personne qui lui avait fait cela. Mais malheureusement elle ne pouvait rien faire et c'était peut-être le pire dans cette histoire … Ces mains étaient loué entre elle et elle ne pouvait apparemment plus utiliser sa magie, ayant essayer à plusieurs reprise. Comment ? Elle ne savait pas trop pour le moment et ne pouvait pas vraiment le savoir alors qu'elle se trouvait complètement dans le noir. Et tout ce passa assez assez rapidement alors que Katharina venait à être mise dans la même salle qu'elle. Sachant que qu'elle avait du se faire capturer elle aussi sans trop savoir comment. Espérons que les autres ne soient pas dans le même cas et qu'ils viendront en quelque sorte les secourir même si Zelena avait horreur d'employer ce mot. Elle n'aimait pas être secourut étant très indépendante, elle était plutôt à se dire qu'elle n'avait besoins de personnes pour vivre ou survivre, pour la sauver. Elle n'avait pas besoins de prince sur son cheval blanc qui galoperait pour la sauver comme tous les contes de fées pouvaient le raconter. Non mais pourtant aujourd'hui elle avait besoins d'aide pour sortir d'ici et ce fut une chance lorsque Katharina venait à se réveiller et réussit à passer la porte bien que cela manquait de lui retirer la vie. Une femme très déterminée à ce qu'elle a pu observer bien qu'assez fragile en soit. Mais sa plus grande surprise c'est quand ce fut Regina qui venait à défoncer la porte directement. Bon au moins c'était une m'étonne beaucoup plus rapide il en était évident et sa ravisseuse n'avait pas vraiment réfléchie pour le coup. Zelena aurait très certainement mis un sorte de protection bien que Regina aurait pu tout de même le déjouer sans forcément le savoir puisqu'elles sont sœurs. Mais c'était une autre histoire alors qu'il fallait qu'elles se dépêchent de retrouver l'autre sorcière pour que Zelena puisse le mettre une raclé.

« Je ne sais pas trop. Je sais juste qu'une autre sorcière du nom de Evelana m'a enlevé ma fille et je compte bien lui faire regretter son geste ... »


Et s'en plus de précipitation elle sortie de la salle reconnaissant parfaitement l'endroit où elle se trouvait alors qu'elle venait à descendre les escaliers pour tomber sur une scène plutôt … étrange. Tout le monde semblait attacher, Garrett si c'était bien son nom manquait à l'appelle et une autre Zelena se trouvait juste devant ses yeux aux centres de la pièce. D'accord. Rien n'était plus louche que cela alors que deux Zelena pouvait apparaître aux yeux de tous.

« Alors c'est comme cela que tu te comportes ? En prenant ma place ? Et bien je ne sais pas quoi dire. Je suis même plutôt flatté que tu viennes à prendre mon apparence à vraie dire. Et en me regardant ainsi je suis plutôt pas mal du tout. Cette robe me va vraiment à ravir. »

« Zelena ? Comment ? Oh je vois tu fais maintenant désormais équipe avec ta chère et tendre sœur c'est ça ? Moi qui croyait que tu la détestait. »


Zelena venait à se racler la gorge. Cette sorcière n'était vraiment pas discrète du tout et cela commençait à agacer Zelena. Elle ne voulait pas dire à la mairesse qu'elles étaient sœur et n'avait jamais voulu le lui dire mais désormais c'était fait. A cause de cette satané fille qui se croyait tout permis.

« Où est ma fille ? Où tu la mises ?! »

« Quelque part. Ailleurs. Ne t'inquiète pas j'en ai pris grand soins. A ma manière ... »

Zelena commençait à s'énerver, à perdre patience et à s'inquiéter plus que tout pour sa fille mais elle savait pour l'instant qu'elle ne pouvait rien faire. Elle sentait sa magie mais savait pertinemment qu'elle ne pouvait l'utiliser. Comment faire ?
©️ 2981 12289 0

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked Always Wins
What they call "green with envy" I just call "looking good" ⊹ Once I was filled with rage now I enjoy the ride. It's so electrifying Watching all her dreams denied !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t555-non-pas-cruelle
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ Camp : Good instinct
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Dim 29 Oct - 14:48




Taran se trouvait à la porte, dans tous les sens du terme, les bras croisés en train de se demander une fois encore ce qui venait de se passer. Sérieusement Zelena devait pas être dans la bonne période, parce qu’il n’y avait aucune raison pour qu’elle puisse s’énerver de la sorte tout de même, et de toute façon il ne changerait pas de position. Tout ce qu’il voulait c’était retrouvé Katharina et c’était tout, la méchante sorcière pouvait bien s’occuper de son tableau si ça lui plaisait mais ce n’était pas en cet instant sa priorité de son côté, jetant un coup d’œil aux alentours sans trop savoir quoi faire par ailleurs. L’endroit avait l’air désert et il y avait tellement de chemins possibles qu’il était difficile de savoir lequel prendre, son instinct lui intimant pour l’instant de ne pas se lancer à la hâte pour une fois, et son indécision finalement portait ses fruits puisque les portes venaient à se rouvrir pour le laisser entrer de nouveau. Taran pouvait voir une Jackie-Rose étalait au sol, venant la relever du mieux qu’il pouvait en lui offrant un grand sourire, avant de jeter un coup d’oeil dans la salle pour voir que Katharina était là. Il ne fallut que peu de temps avant qu’il court en sa direction, les bras grand ouvert, venant ainsi l’attraper pour la serrer contre lui.

« Kathyyyyyyyyyyy !! Tu es là !! Je m’inquiétais tellement pour toi ! Ne disparaît plus jamais comme ça tu m’entends ?! »

Trop occupé à se rendre compte de ce qui pouvait se passer, de ce que pouvait bien être la situation réelle, Taran était en train de câliner la dame blanche toute en frottant énergiquement sa joue contre la sienne comme si par ce simple geste il pouvait encore plus prouver toute l’affection qu’il pouvait avoir pour elle. Il ne serait dire pourquoi mais c’était comme une figure maternelle, encore plus depuis l’instant où il l’avait sauvé plus tôt de l’attaque des singes-volants, et il était hors de question qui puisse lui arriver quoi que ce soit même si elle n’avait pas l’air d’être des plus en forme il fallait dire ce qui en était. Un peu plus et il en aurait les larmes aux yeux, peut-être même qu’il en avait en réalité, ne voyant même pas tout ce qui pouvait se tramait pour le reste. C’est la voix hurlante de Zelena, qui au passage le faisait quelque peu sursauter, le ramenait peut-être un peu plus à la réalité des choses. C’est à cet instant que Regina décidait de quitter leur groupe, ne comprenait rien à ce qui pouvait bien se passer, et même si la méchante sorcière de l’Ouest était en colère ce n’était pas une raison pour leur parler de la sorte. Après tout, elle avait beaucoup de pouvoir donc si elle voulait vraiment ce tableau elle n’avait qu’à y aller elle-même, tout ce que Taran souhaitait de son côté c’était rentrer en compagnie de ses amis et voilà tout dans sa candeur naturelle. Prêt à vouloir partir les choses ne se déroulaient jamais comme prévu, évidemment rien ne pouvait vraiment être aussi simple que tout ça, tous ceux restaient dans la pièce se trouvant alors paralysés de tout mouvement à cause de lianes étranges et Taran en faisant bien sûr parti.

« Hééé ! Non mais héééé !! »

S’agitant aussi, comme il le faisait à son habitude, Taran pouvait rapidement voir que le moindre mouvement qu’il opérait venait à renforcer la prise des liens qui l’entravaient de plus en plus et surtout lui ferait rapidement mal s’il n’arrêtait pas ça tout de suite. Tentant de se calmer, ou du moins d’arrêter de bouger ce qui était pas mal dans son cas vu son côté pile électrique, tout ceci n’était à rien y comprendre. Pourquoi les attacher de la sorte ? Franchement ce n’était pas comme s’ils avaient eu l’intention une seule fois d’attaquer Zelena ou de lui nuire, après tout ils avaient tout fait pour lui ramener son tableau sans discuter le moins du monde, et même s’ils n’avaient pas réussi leur mission ce n’était pas une raison pour être aussi violente avec eux d’autant plus qu’ils ne l’avaient jamais été avec elle. Mais la sorcière avait porté son dévolu sur les talents, peu flatteurs à son goût parce que honnêtement voler c’est mal, de Garrett qui se trouvait bien vite libéré de cette situation et envoyé récupérer une bonne fois pour toutes le tableau. Bougeant encore un peu il n’y avait rien à faire, les liens se serraient de nouveau, regardant les autres pour voir si tout allait bien dans cette inquiétude altruiste qu’il avait pour autrui.

Rien ne pouvait être pire ? Ah forcément il fallait que quelque chose prouve le contraire et même quelqu’un en l’occurrence, croyant voir double sur l’instant, alors qu’une deuxième Zelena sauvage venait d’apparaître et a priori pas très contente de savoir ce qui venait de se passer mais aussi de savoir où était sa fille. Logique. Bon au moins peut-être que Taran comprenait mieux la situation, à savoir qu’il y avait une vraie et une fausse méchante sorcière – un peu comme quand il y avait un Métamorph dans les coins, et peut-être qu’avec du recul il aurait compris que le comportement de la fausse était alors étrange sauf qu’il n’avait pas vraiment remarqué. C’était dur de savoir qui était la vraie, sauf après la mention du bébé, parce que les deux avaient l’air de très mauvaise humeur et de crier tout le temps.







copyright Bloody Storm


Niveau de vie : 65%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☂ Conte : Là-Haut

☂ Emploi : Opportuniste
☂ Camp : Neutral Good
☂ True Love : I love everyone !

☂ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Bekah | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mar 31 Oct - 22:36


The Fantastic World of Oz


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole I need to burn again I got to burn again is it for real this how I feel dream me away to another world

Jackie-Rose n’avait pu revêtir autre chose qu’un énorme sourire lorsque Taran se pointa sous son nez, juste à l’extérieur de la porte : elle n’aurait pas à le chercher ! Ni a renifler tous les coins ! Ni à chercher des écureuils… Et tout à coup elle se disait que la disparition de Taran aurait quand même été bien quelque part car ça lui aurait fait un petit challenge où elle aurait pu démontrer son flair infaillible. Après tout, elle était un chien ou elle n’était pas un chien ?! Quoiqu’il en soit Taran lui rendit son sourire éclatant, mais à peine remirent-ils les pieds dans la salle pour se rendre compte des apparitions et disparations, ils furent projetés contre le mur, attachés à des lianes invoqués par… Gnéééé ? Jackie-Rose ne pouvait en croire ses yeux : ça n’était pas une mais DEUX Zelena qu’elle avait devant elle ! Comment n’avait-elle jamais su que sa grande amie avait une sœur jumelle ?! Jackie-Rose se débattit dans les lianes, mais plus elle gigotait et plus elles se resserraient ; elle chercha du regard Garrett, mais son soutien psychologique et grand ami de longtemps avait disparu du tableau, ce qui la fit légèrement trembler. Jackie-Rose était le genre de personne qui voyait tout en rose, qui pensait que chaque geste était un élan de gentilesse caché aussi méchant soit-il d’ordinaire ; mais quelque chose au fond d’elle-même l’inquiétait profondément, en particulier l’insistance de la nouvelle Zelena concernant le lieu où se trouvait Adriana. Jackie-Rose était optimiste, oui, au fond elle voulait toujours voir le bon chez les gens, mais quelque chose qu’elle possédait aussi était un instinct de protection sans limite, en particulier envers des êtres sans défenses comme une enfant si jeune. Elle se débattit encore un peu, avant de finalement conclure que ça n’était pas comme cela qu’elle allait pouvoir se libérer ; mais une autre idée germa dans son esprit… On peut se dire qu’un chien essayerait de mordre ses liens pour se libérer, mais Jackie-Rose n’avait absolument pas cette idée-là en tête, non. À la place, elle se mit à frotter légèrement les lianes, du bout des doigts, juste assez pour les chatouiller… et bientôt, les lianes tremblèrent, avant de finalement la laisser rejoindre le sol sans un atterrissage tout en souplesse.

« Aaaah ! Oh boy ! »

La première Zelena semblait absorbée par sa sœur jumelle, et Jackie-Rose en profita pour faire la première chose qui lui traversa l’esprit : elle prit son élan, se mit à courir et, dans le même élan, tacla la rousse sans hésiter une seule seconde, riant à gorge déployée et les envoyant non sans mal toutes les deux au tapis… Elle riait, puis passa ses bras autour du corps de la fausse Zelena -bien qu’elle n’en était pas elle-même certaine, ou peut-être l’était-elle- pour la garder dans une étreinte affectueuse, à deux doigts de se mettre à lui lécher le visage comme un chiot content de revoir son maître… la fausse Zelena semblait sonnée, surprise par ce tacle soudain et interrompue dans son élan.

« Zelena, oh boy oh boy je ne savais pas que tu avais une sœur jumelle ! Franchement tu aurais pu me le dire ! »

Mais lorsqu’elle arriva à deux centimètres du visage de la fausse Zelena, celle-ci se téléporta à l’autre bout de la pièce après avoir réalisé l’identité de son agresseuse, et Jackie-Rose sentit une seconde de flottement avant de se retrouver au sol dans un soupir de surprise. Elle se retourna vivement, observant la vraie Zelena qui se mit à crier :

« Où est Adriana ? Que lui as-tu fait ? Pourquoi je ne peux plus utiliser ma magie ?! »

La fausse Zelena remettait un peu son apparence en place, passant sa main dans ses cheveux en ignorant sa consœur avec une froideur palpable, avant de laisser un rire sinistre et sarcastique s’échapper de ses lèvres. Jackie-Rose se sentait emplie d’un courage nouveau, et ce courage ne venait pas de nulle part car son seule désir désormais était de remettre la main sur Adriana et la mettre en sécurité dans les bras de sa mère. Alors elle fit quelque chose qu’elle faisait avec une rareté visible : elle fit quelque chose de logique, et plus généralement, de stratégique. Ignorant les deux Zelena et leurs disputes, elle courut vers ses compagnons et se mit à chatouiller les lianes pour les libérer eux aussi, sachant pertinemment qu’à elle seule elle ne parviendrait pas au bout de cette histoire…

« Vite, vite ! Dépêchons-nous, il faut retrouver Adriana ! »

HANSKA.


Vie : 80%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Now I look a little green

⋆ getting the blues on the yellow brick road


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole is it for real this how I feel dream me away to another world
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Garrett Colt

avatar
En réalité, je suis
Wild Cat
☂ Conte : inventé.

☂ Emploi : voyou, un job d'avenir.
☂ Camp : I walk on my own.
☂ Avatar : Scott Eastwood.
© Crédit : bibi (avatar) + gifs tumblr (signa)
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Jeu 2 Nov - 23:33

The Fantastic World of Oz
mission juillet 2017

Planté face au tableau, j’analysais le décor qu’il me renvoyait. La salle que j’avais quittée s’étalait sous mes yeux. Les Storybrookiens étaient tous sains et saufs… pour le moment. La solution était là. Devant moi. Je fronçai les sourcils. Nous n’avions pas de temps à perdre avec des énigmes. Je peux essayer de la contrôler avec ma magie quelque temps mais il me faudrait un appât, quelque chose qui ferait diversion tu pourrais faire cela pour moi ? Bah voyons. Qui est-ce qui allait au-devant de l’incendie ? C'était bibi. Faire diversion ? T'es tombée sur le pro de la diversion. C'était loin d’être mon premier rodéo en la matière. Au contraire, la diversion était ma spécialité. Je serai présente pour te protéger aussi mais peut-être qu'avoir une arme quelconque avec toi pourrait te rassurer non ? Qu'est-ce que tu aimerais ? Ah ouais pas bête. Si ça pouvait m’éviter de me faire envoyer au tapis dès le premier round, je n'étais pas contre un petit coup de pouce. Me faudra juste de quoi répliquer, au cas où... T'as des revolvers en stock ? Autant demander quelque chose de vraiment utile. Et bien tant mieux dans ce cas ! Un revolver ? Tiens. Glinda fit alors apparaître un pistolet dans sa main et me le tendit avec un grand sourire. Wow pratique. Eh c'était pas de la camelote son truc ! Je vérifiai le chargeur et soupesai l’arme. Ni trop lourde ni trop légère. Parfaite. Impecc’ merci ! Je rangeai le revolver à ma ceinture. Me sentir armé me réconfortait grandement. Je pourrais me défendre. Tu as l'air de bien t'y connaitre. Tu as eu l'occasion d'en utiliser souvent ? J’esquissai un sourire qui en disait long. Ah ça, plus que souvent même. On peut dire ça ouais… Bref, on a une tarée à enfermer non ? La Gentille Sorcière acquiesça : Oui passons. Prends le tableau avec toi essaye de faire diversion mais elle ne doit en aucun cas toucher le tableau. D’accord ? Je hochai la tête. Compris. Je saisis le cadre par les côtés et le décrochai du mur. Et faut tout faire pour que personne ne soit blessé. C'est parti.

Alors ça c'est pas commun… Je n’étais pas apparu devant une mais deux Zelena. Déjà qu’une seule c’était assez dur à supporter… Ne sachant pas trop comme les deux rousses allaient réagir, je pris un peu de distance. Tu as le tableau ? s’exclamèrent-elles en chœur. Nan c’est une poêle à frire. Quelle question. Zelena n°1 nous fit part d’une de ses remarques habituelles : Ahaha très drôle l'humour. Heu merci ? Bon il me fallait un plan. Je ne pouvais pas prendre le risque de laisser filer la mauvaise Zelena avec le tableau. Puisque je peux pas vous départager, je vais me débarrasser de ça… Je sortis le briquet de ma poche et l’approchai de la toile. Les deux crièrent un “nooon” alarmant. Va falloir être plus coopératives, dis-je dans un grand sourire. Zelena n°2 repondit : Et si tu faisais de même ? Et si tu me passais le tableau comme je te l’ai demandé ? À ces mots, Zelena n°1 réagit aussi sec : Demandé ? Excuse-moi je suis la première à leur avoir demandé ! Ah oui ? Non. Et même si c'est le cas comment le prouver ? Je rêve où elles se chamaillaient ? J’haussai les épaules. Débrouillez-vous entre vous. Puis j’allumai le briquet. C’est moi la vraie Zelena. Regarde j'ai des pouvoirs magiques. Elle fit apparaître alors une boule de feu dans ses mains avant de l’effacer. Hm. Je n'étais pas convaincu. Je fais pas confiance à ce genre de trucs. Ce qui n'était pas faux. Tu fais confiance à quoi alors ? Bonne question. Comment pouvais-je être sûr de départager l’authentique de la contrefaçon ? Un grand sourire éclaira mon visage d’une lueur mutine. À mes potes. Sans prévenir, je lançai le tableau à la première personne que je vis.
Zelena n°2 fut prise d’une rage folle et me lança une boule de feu qui m’effleura. La chaleur me laissa une brûlure sur le bras. Je grimaçai. Très mauvaise erreur ! Notre accord c’était que tu me passes le tableau et vous pouvez rentrer en entier. Et comme tu le vois je n’ai pas de tableau. Je ricanai. Passer un accord avec un voleur, c’est jamais une bonne idée. Oh mais ce n'est pas moi qui vais regretter. Je l'aurai mon tableau ne t'en fais pas. Qu’elle se rassure, je ne m'inquiétais pas pour elle. Glinda choisit ce moment précis pour sortir de sa cachette. Mais avant qu’elle ne puisse lancer la moindre attaque, Zelena n°2 se multiplia. Nous étions à présent face à une demi-douzaine de clones. Ah Glinda te voilà enfin ? Tous les clones parlaient d’une même voix. C'était plutôt perturbant. Je me demandais quand tu sortirais de l’ombre. Passez-moi le tableau ou vous allez tous le regretter. Quelque chose me disait que si nous lui donnions la toile, nous allions aussi le regretter. Et bien, je ne pensais pas que tu m’aimais autant pour prendre mon apparence et en plus de cela utiliser mes propres sorts. Je suis presque touchée. Haha.

Emi Burton


Garrett : 95%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's like no place I've ever seen

OZ ✘ You are talking to a man who has laughed in the face of death, sneered at doom and chuckled at catastrophe.
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2584-garrett-loneso
Katharina Klein

avatar
En réalité, je suis
La Dame Blanche
☂ Conte : Frankenstein || Folklore

☂ Emploi : Artiste Peintre
☂ Camp : Celui de mes enfants
☂ True Love : Veuve

☂ Avatar : Tuppence Middleton
© Crédit : Bekah, code signature Niniel
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Dim 5 Nov - 0:12



► Let's go in adventure time !|
The fantastic world of Oz
La Dame Blanche à Oz


Le temps filait à nouveau à une vitesse folle entre leurs mains, sans que pourtant il ne passe trop vite. Chaque instant était aussi rapide que la cours d'une vie, et pourtant aussi bref et flou que la mort venue. Elle se souvenait bien avoir suivit attentivement les joutes verbales, gardant les yeux fixés sur la fausse rousse, en se demandant comment elle pouvait bien faire passer le message aux autres sans se faire remarquer. C'est que s'ils étaient tous - plus ou moins - très gentils, ils n'étaient pas non plus pour la plupart très futé. Peut-être aurait-elle pu glisser un mot à l'oreille du jeune homme suspendu à son cou, avant que les choses ne dérapent à nouveau. Elle tapotait négligemment son crâne, répondant à sa manière à une marque d'affection alors qu'elle était centrée sur un autre problème. Mais avant qu'elle ne puisse voir l'ombre de la solution approchant, elle se retrouva soudainement entravée dans des lianes serrant ses poignets douloureusement. Pourtant, elle ne réagit pas vraiment à ce nouvel état, trop concentré sur les événements, indifférente à sa propre situation pour le moment, car elle avait un objectif en tête.

C'est pourquoi elle ne fit pas vraiment attention aux deux personnes absentes de cette charmante réunion, soit l'autre jeune homme et la maire partit en vadrouille.... de la où elle-même venait. Elle s'en aperçut donc assez rapidement malgré tout, puisque Katharina pu voir la véritable Zelena arriver, et il ne faisait aucun doute pour elle que celle-ci était la vrai, au vu de la petite conversation qu'elles avaient pu mener dans la pièce plongée dans le noire. Mais encore une fois, la confusion semblait régner chez les autres, et elle prit bien soin de rester fixer sur la fausse, pour ne pas la confondre avec la vrai. Jackie-Rose vint bientôt chatouiller les lianes pour les libérer, et la méthode ne l'étonna même pas de la jeune fille. Elle était encore là, à réfléchir ce qu'il fallait faire, lorsque Garett revint.... le tableau en main. Certes. Lui au moins avait bien comprit le problème des deux sorcières, et s'empressa de se méfier d'elles et de ... Ah non, mauvaise idée, voila qu'il lui lançait le tableau ! N'avait-il donc pas encore remarqué que le fantôme avait quelques problèmes de réactions, et de physiques ? Et sur cet instant, cela se ressentit dans ses reflexes, qui subirent un léger retard lui faisant manquer l'objet. Ni une ni deux, tandis que la fausse rousse s'occupait de bombarder l'autre, elle se jeta comme une forcenée sur l'œuvre d'art, qu'elle essaya de ne pas contempler du tout.

Nouvel objectif, accomplit. Et maintenant ? Fâcheuse posture, puisqu'elle ne savait pas vraiment quoi faire de ce tableau maintenant. Elle posa donc... la question qui fâche, tout en observant les réactions des femmes pour essayer de bien distinguer l'une de l'autre. Elle avait déjà un avis bien sûr, mais préférait s'en assurer pour de bon. "Si l'une de vous est Zelena, qui est l'autre ?" et les deux de répondre en cœur " Evelana la méchante sorcière de l'Est ". Ok, ça n'avance pas tout ça. Et il y a beaucoup de méchante sorcière dans le coin. Ou aux point cardinaux plutôt. Très bien, une autre approche alors. Il fallait faire vite, car l'attention était un peu trop sur elle et le tableau entre ses mains. "Comment s'appelle ta fille ?". Cette fois-ci, une seule se fige et s'énerve soudainement en demandant " Adriana... Ou est-ce qu'elle est ?!". Pas de toute, la vrai Zelena est bien cette dernière. Milles idées traversèrent alors son esprit. L'objectif étant de remettre le tableau, qui semblait être la clef, à la sorcière de l'Ouest. Elle pouvait tenter une approche, en demandant à les voir pour savoir distinguer l'une de l'autre, et alors remettre le tableau à la vrai. Mais trop risqué, avec la sorcière privée de ses pouvoirs, la fausse n'aurait qu'à cueillir l'artefact.

Il restait alors de détruire la toile. Montrer d'abord discrètement à Zelena le tableau, puis le détruire. Une solution définitive, mais qui changerait complètement la donne. Elle tourna alors brusquement l'image vers la femme "Vous n'avez pas besoin de l'avoir pour voir !. Et cela aurait pu marcher, si Zelena n'avait pas répondu qu'elle ne pouvait rien voir sans ses pouvoirs. Diable, quelle situation compliqué ! L'autre, Evelana, ne sembla pas du totu apprécier sa tentative et se décida à agir, envoyant une boule de feu. Katharina ferma brusquement les yeux, pensant à toutes les sensations qui faisaient d'elle une morte, un fantôme... Et cela ne marcha pas. Une boule de feu percuta son corps, lui faisant lâcher un grognement de douleur. Mais ce n'était que le début. Heureusement, en quelque secondes, sa concentration revint, et la magie traversa son corps éthéré disparaissant peu à peu. Glinda s'était rapprochée, remarqua-t-elle, mais un peu tard pour l'aider. Le fantôme, véritablement à cet instant, se rapprocha de quelqu'un du groupe pour lui donner discrètement. Elle lui chuchota à l'oreille, provoquant sans le vouloir un frisson à son interlocuteur, et aller entendre un fantôme vous, et on en reparlera ! "Gardez-le, cachez-le !".

Elle revint alors à la scène. Il fallait agir, le temps pressait, et elle ne voulait pas rester là encore une fois sans rien faire. La Dame Blanche avait choisit de faire confiance à Zelena, et la fin lui révèlerait si elle avait eu tord ou non. En attendant, il fallait aller au bout des choses. La rousse avait perdu son enfant, et cela jamais elle ne le permettrait ! C'était quelque chose qu'elle ne pouvait accepter, et pour cela elle aiderait de son mieux. De plus, cette Evelana était un obstacle à son retour à Storybrook, soit auprès de son fils. Et à partir du moment ou sa famille était en jeu, plus rien n'avait d'importance à par eux. Elle ferait tout pour les retrouver, et rien ne l'arrêterait. Invisible, toujours, Katharina se rapprocha d'une fausse Zelena près de la vrai, ramassant une petite arme blanche effilée sur le sol. Elle planta la lame dans le corps, qui disparu en fumée. Raté. Toutes les autres regardèrent alors vers elle, du moins ou elle semblait être, et firent apparaître de la fumée pour tenter de deviner la forme de son corps et sa position. Mais la mère de famille était loin d'être idiote, et elle remarqua bien vite le stratagème. Elle s'allongea sur le sol, et heureusement personne ne pouvait la voir, pour ramper vers sa prochaine cible. Rien ne se mettrait entre elle et son fils. Rien.

Sa seconde cible se révéla aussi de fumée, et elle soupira de déception. "Eh bien, je ne pensais pas que notre fantôme aimait tant poignarder les gens". Et bien sûr elle ne répondit pas, meilleur moyen de se faire débusquer. Cette femme ne la connaissait pas, et elle ne se sentait pas de se justifier. Pendant trente longues années elle avait servit la Mort, cueillant inlassablement des âmes pour les Enfers, sans remords, pour le simple bonheur de voir ses enfants grandir. Ce qu'elle faisait aujourd'hui n'était rien. Mais malgré sa détermination sans faille, elle faiblissait. Car le fantôme.... en était vraiment un pour le moment, même si la vie coulait dans ses veines. Situation compliquée. Elle n'était ni morte, ni vivante, et se statue mettait en peine tout son être qui ne savait plus vers quel état balancer. Et en l'absence de preuve, son corps se dirigea vers la réponse la plus sensée à sa condition transparente : la mort. L'épuisement frappait ses membres, et de nouvelles lignes de sang apparurent sur son visage, glissant de ses yeux , rejoignant les traces sèches de ses oreilles et de son nez. Elle reprit une inspiration, tendant son corps immatériel. "Pour trouver le tableau, il faudra me trouver d'abord" annonça-t-elle, avant de bouger aussitôt. Que cette sorcière se concentre sur elle, pour que les autres agissent vite. Mais qu'ils fassent vite, elle se sentait si faible déjà ....

Katharina : 50% - 5 - 20 = 25%
Mission : 100%


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked always Win
Oui, mais quelle victoire ! ▬ Promenons-nous à Oz !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regina M. Mills

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Reine
☂ Conte : Blanche Neige

☂ Emploi : Maire de la ville
☂ Camp : I just care about me
☂ True Love : Un certain renard ... Plus ou moins.

☂ Avatar : Lana Parrilla
© Crédit : NEON DEMON
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Lun 6 Nov - 22:52

The fucking'tastic world of Oz.Zelena lui expliqua vaguement que quelqu'un avait pris sa place, ce que Lexy avait déjà compris – à croire qu'elle était stupide – puis sortit de la chambre en trombe, surement pour aller chercher sa fille. Lexy la suivit en se demandant vaguement pourquoi la si puissante sorcière de l'ouest n'avait pas ouvert la porte elle même, après tout si la reine n'avait eu qu'à l'enfoncer pour la faire sortir de ses gonds, surement qu'un peu de magie, même venant du plus idiot des débutants, aurait réussis à l'ouvrir. Zelena était plutôt doué, il n'y avait là aucun doute, et le nier serait juste stupide. Elle avait après tout fait apparaître une tornade qui les avaient tous envoyé dans un autre monde. Alors diable, pourquoi avait-elle eu besoin que Lexy elle même vienne la sortir de ce pétrin ?

La brune cala à nouveau Apple sur sa hanches et suivit la rousse qui descendait les escaliers à toute allure. La petite dans ses bars se mit à gazouiller et attrapa les cheveux de celle qu'elle pensait être sa mère. Toute cette histoire ne semblait pas l'affecter le moins du monde si elle était encore capable de se comporter ainsi. La reine s'attendait à ce qu'elle passe son temps à s'époumonner en hurlant et en pleurant mais il n'en était rien. Lexy libéra ses cheveux et se lança à la poursuite de Zelena – Apple ne tarda pas à reprendre une mèche entre ses petits doigts pour la tirer à nouveau.

Lexy rattrapa Zelena dans les escaliers sans trop de mal et écouta la rousse parlé à son alter égo d'un ton moqueur.  La brune s'était attendu à ce qu'elle demande où se trouvait sa fille mais après tout chacun ses priorité. C'est ce que dit la fausse Zelena qui interpella Lexy. « Soeur ». Elle et Zelena, ou plutôt Regina et Zelena, soeurs ? Vraiment ? La maire pouffa en tournant son regard vers la sorcière qui … N'en tirait pas large tandis qu'elle se raclait la gorge. Elle aurait pu contredire l'imporsteur mais n'en fit rien, demandant seulement où était sa fille.

Si personne autour d'elle ne semblait réagir, c'était pour Lexy une toute autre histoire. Sœur ? Une sœur ? Non pas que l'idée que Cora ai pu mettre quelqu'un son lit deux fois lui soit incongrus – en fait si, elle l'était. Qui, en pleine possession de ses moyens, accepterait d'être intime avec cette femme ? – mais ne l'apprendre que maintenant, de cette manière, lui frisait le cerveau. S'ajouta à cela une migraine foudroyante et il n'en fallut pas plus pour qu'elle se retrouve à l’intérieur de sa tête, dans le palais, en face d'une Regina à la fois confuse, furieuse, et surement pleins d'autre émotions que Lexy était bien incapable d'identifier ou même de ressentir.

« J'ai une sœur ? » fut les premiers mots que Regina prononça et Lexy n'arriva même pas à s'empêcher de lever les yeux aux ciel. « Il semblerait. Je peux y retourner ? » et elle s'apprêtait à reprendre le contrôle de la situation quand Regina lui attrapa le poignet et la tira en arrière. « Hors de question ! Il m'a fallut presque un an pour me débarrasser de toi et quoi, tu penses que tu peux revenir comme s'il ne s'était rien passé, comme si j'avais encore besoin de toi ? » Lexy dégagea son poignet de l'emprise de Regina avant de passer une main dans ses cheveux blonds (qu'est-ce qu'il était bon d'être dans son corps à elle. Non pas que le corps de Regina ne lui déplaise, après tout la maire restait une belle femme, mais il n'y avait rien de mieux que d'être sans son corps à soi, celui que l'on connaissait comme sa poche). « Se débarrasser de moi? Quoi, tu crois que je vais partir ? Peut importe le temps que tu prendras, je serais toujours quelque part, à trainer dans cette petite tête. » Elle accentua ses mots en pointant un doigt vers le crâne de Regina, doigt que cette dernière s'empressa de repousser sur le côté.

(Apple continuait de jouer avec les cheveux de sa mère tandis que le corps passait en auto pilot. Autour de lui, ses compagnons d'infortunes, avant cela attacher par des lianes, se faisait libérer par Jackie-Rose. Glinda finit par réapparaître avec Garett, le tableau en main, et le voleur s'empressa de menacer de brûler le tableau, briquet en main, tentant de départager les deux sorcières identiques qui se retrouvèrent bien vite à être une douzaine.)

« C'est ce qu'on verra. » Regina resta immobile pendant plusieurs secondes, ne quittant pas les yeux de Lexy du regard. La blonde se contenta de pouffer avant de disparaître dans un nuage de fumée noire, laissant la maire seule dans la pièce.

Quand elle revint à elle, la première personne à réagir fut Lola. La chienne, occupée jusque là à défendre Jackie-Rose en aboyant sur toute les menaces qui s'approchaient et, soyons honêtte, ne faisant pas vraiment du bon travail au vu de tout ce qu'il s'était passé, revint immédiatement se coller à sa maitresse. Apple, elle, ne faisait aucune différence entre sa mère et son alter-égo, elle était toujours aussi heureuse d'accompagné sa mère n'importe où tant qu'elle pouvait jouer avec ses cheveux ou avec ses vêtements. La petite n'avait même pas sursauter quand des boules de feu avaient fait leur apparition dans la pièce, elle n'était visiblement pas la fille de sa mère pour rien.

Le tableau avait été passé à Katharina avant de finir dans les mains de Regina qui se retrouva à devoir balancer en équilibre sa fille et la peinture qui était, elle l'espérait, leur porte de sortie. La dame blanche, qui avait retrouvé son état fantomatique, s'était faufilée derrière l'un des doubles pour la poignarder dans le dos, mais c'était une mauvaise pioche et l'illusion disparut dans un nuage de poussière. Regina observa la femme, faible, les yeux rouges, du sang coulant de son nez. La brune tourna ensuite son regard vers le reste de la troupe : si Garett s'en sortait plutôt bien, les autres, tout comme elle, s'était pris quelques coups. Elle repensa à sa chemise déchirée et aux lacérations qui lui parcourait le dos et qui allait surement laisser des cicatrices si elle ne rentrait pas vite pour en prendre soin.

Elle regarda les Zelena une par une, une seconde chacune, avant d'apercevoir que l'une des rousses arborait un jolie bracelet en cuir, assez large. Elle sourit.

« Assez ! » dit-elle d'une fois forte, et la douzaine de Zelena se tourna vers elle. Avant qu'elles ne puissent dire quoi que ce soit, Regina, qui avait calé le tableau sous son bras pour avoir la main de libre, n'eut qu'à ouvrir le point pour qu'un épais nuage violet emplisse toute la pièce. Quand il se dissipa, les Zelenas se trouvaient toute dans un cage ressemblant à celles des tigres dans les cirques. Ne restait dehors que l'une des rousse, celle au bracelet.

La maire s'approcha d'elle d'un pas décidé et lui donna le tableau sans ménagement. Une fois l'un de ses bras libres, elle lui enleva le bracelet du poignet et le jeta à l'autre coin de la pièce. « Maintenant, on retrouve votre fille, et on rentre. » Elle repris Apple avec ses deux bras, la serrant contre sa poitrine, ne quittant par la rousse des yeux. Elle se tenait droite, le regard froid, comme elle avait l'habitude de le faire à Storybrooke en tant que maire. « Après ça, on aura une longue discussion, rien que vous et moi. »
VIE:75% _ MISSION:100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


And there's certain things that I adore, and there's certain things that I ignore, but I'm certain that I'm yours. Certain that I'm yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t824-regina-mills
Zelena Green

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Sorcière de l'Ouest
☂ Conte : Oz

☂ Emploi : Sage-femme
☂ Camp : Villains
☂ True Love : L'amour c'est comme une cigarette. Ça flambe comme une allumette ça pique les yeux, ça fait pleurer et ça s'envole en fumée ...

☂ Avatar : Rebecca Mader
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mer 8 Nov - 23:08

The Fantastic World of OZZelena et la bande de bras cassés.
There's so much good here, it sickens me ! •••Zelena commençait sérieusement à s’impatienter face à la situation qui se déroulait devant elle. Pourquoi ils avaient fallut que ce soit une bande de bras cassé qui l'accompagne ? Personne n'était-il réellement en mesure de mettre fin au stupidité de Evelana ? Enfin, elle n'allait pas trop se plaindre non plus surtout devant alors qu'il faisait de leur mieux. N'est-ce pas ? La rousse pouvait bien faire un effort alors qu'ils venaient essayer au moins de faire quelques chose pour faire bouger la situation. La seule chose que Zelena ne peut supporter et très certainement la venue de Glinda apparaissant ainsi. Parce qu'elle était là depuis tout ce temps ? A rester planter sans rien faire ? Après on appelait cela des gentils … La jeune femme venait à lever les yeux au ciel regardant faire sans pouvoir bouger ne serait-ce que la main. Elle n'avait plus de pouvoir qu'est-ce qu'elle pourrait bien faire ? Elle était tout simplement inutile et cela avait le dont de l'énerver encore plus. Elle venait presque à regarder la sorcière blonde avait un regard encore plus noir que celui qu'elle pouvait porter à son alter-égo. Elle était présente, avait l'air d'avoir toutes ses capacités et pourtant elle ne bougeait pas d'un pouces. On disait toujours que c'était les héros, les gentils qui venaient à rapporter le paix dans un pays mais jusqu'ici ce n'était pas ce qu'elle pouvait remarquer. Glinda l'avait tellement fait souffrir pas le passer qu'elle ne venait même pas à comprendre comment on pouvait tout simplement l'appeler la ''gentille'' sorcière du Sud. Elle était loin d'être complètement gentille, complètement innocente comme tout le monde pouvait le penser, bien au contraire Glinda n'avait fait que manipuler et mentir à Zelena lors de leur rencontre lui disant qu'elle pouvait être gentille, qu'elle était la fameuse prodige qui viendrait sauver Oz. Alors que bien au contraire, elle était celle que la prodige devait éliminer, que Dorothy devait tuer afin de débarrasser le pays de la grande méchante qu'il n'avait jamais connu.

Mais ce n'était pas le moment il y avait bien autre chose à faire alors que la priorité pour la jeune femme n'était plus les même que lorsqu'elle était arrivé dans ce pays. Non elle s'en moquait presque que de ramener ses foutus objets à Storybrooke elle voulait plus que tout retrouver sa fille. Ce bracelet à son poignet venait à la démanger plus que tout sentant qu'elle ne pouvait plus utiliser sa magie comme bon lui semblait. Elle ne pouvait plus du tout même, le tableau ne viendrait même plus marcher, car toute magie venait à lui être retirer à cause de cet objet plus que futile. Un bracelet et puis quoi encore. Elle détestait les bracelets plus que tout en plus. Tout le monde possède comme une magie en lui même si elle n'est pas visible ou qu'il ne peut simplement pas l'utiliser, c'est pour cela que le tableau peut marcher avec n'importe qui mais Zelena était en ce moment même dépourvu de toutes magie peut importe sa forme. Alors ce fut un soulagement pour elle lorsque Regina se décida enfin à bouger quelque peu venant d'une seul main enfermer Evelana dans une cage avec ses doubles et lui enlever son bracelet avant de lui remettre le tableau. Seul problème désormais dans toutes cette histoire ? Regina voulait discuter avec elle sur une sujet que la rousse ne voulait absolument pas aborder. Elle avait caché ce secret de demi sœur pratiquement toute sa vie ; ne voulant peut-être pas complètement le reconnaître, où tout simplement qu'elle ne voulait pas avoir de sœur et voilà qu'à cause de cette sorcière de l'Est tout était partie en fumer. Lui arrivait-il parfois de se taire ? Apparemment non. Dans tous les cas elle remercia tout de même Regina d'un coup de tête avant de se diriger vers la cage ou se trouvait Evelana.

« Tu pensais sérieusement que tu allais encore une fois réussir ton coup ? Oh tu es bien trop naïve et tu as encore tellement de chose à apprendre. »

« Oh mais tu crois que c'est terminé Zelena ? Ce n'est le commencement, personne ne sort toujours gagnant, tu devrais le savoir mieux que personne. »


Zelena ne fit pas attention une seule seconde au menace que pouvait lui apporter Evelana qui avait retrouver sa propre apparence. En effet, elle était devenue une elle même une autre rouquine que même ainsi il serait peut-être difficile de les différencier toutes les deux. Rapidement elle venait à placer le tableau devant elle, respirant profondément. Elle devait savoir où se trouvait sa fille mais elle avait tout autant peur de ce que qu'elle pourrait découvrir. Evelana avait pu très bien placer sa fille dans un endroit seule, un endroit qui pouvait être dangeureux. Elle avait peur de découvrir qu'il lui était arrivé malheur et c'était bien sa plus grande peur. Depuis sa venu au monde Adriana était ce qu'elle avait de plus chère, un être pour qui elle pourrait donner sa vie. Tout simplement Zelena n'avait jamais aimé autant une personne et ne pensait jamais aimer à ce point un être. Elle était la chaire de sa chaire, elle était son sang et pour cela Zelena était plus que terrifié en ce moment même. Pourtant elle devait savoir, elle devait voir pour lui venir en aide, pour la retrouver le plus vite possible afin de la rassurer et lui montrer que tout allait bien que sa mère était revenue auprès d'elle. La sorcière finit alors par lui donner l'ordre de lui montrer sa fille et l'image apparaissait petit à petit alors qu'elle prenait un grand souffle. Son visage venait à se décomposer avant de tout simplement se contracter se retournant avec violence vers son ennemie.

« Je te préviens que s'il lui arrive quoique se soit, qu'on lui arrache ne serait-ce qu'un cheveu. Je te tue immédiatement. »


Et pour toute réponse, l'autre sorcière venait tout simplement à rire. D'une rire cynique et sadique alors que Zelena avait son sang qui boulaient en elle prête à éclater …
©️ 2981 12289 0

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked Always Wins
What they call "green with envy" I just call "looking good" ⊹ Once I was filled with rage now I enjoy the ride. It's so electrifying Watching all her dreams denied !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t555-non-pas-cruelle
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ Camp : Good instinct
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Ven 10 Nov - 21:37




Rester calme et ne pas bouger c'était un véritable défi pour Taran, lui qui passait son temps à s'agiter sauf peut-être quand il dormait mais il ne pouvait pas réellement vérifier lui-même pour le coup, sentant au moindre mouvement les espèces de lianes se resserrer sur lui dès qu'il avait le moindre petit soubresaut. Inutile de dire que c'était la galère la plus totale, il ne pouvait pas prendre non plus le risque de chercher à électrocuter cette chose surtout si ceci venait à toucher les autres – promis dès que cette aventure incroyable se terminerait il ferait un effort pour apprendre à viser correctement avec, mais quelque part ce n'était presque rien lorsqu'on voyait le spectacle qui se déroulait sous ses yeux. Enfin c'était surtout plus impressionnant en quelque sorte, après tout des lianes n'importe quel Bulbizarre ou pokémon plante savait le faire, mais pouvoir avoir une copie parfaite c'était une autre affaire. Taran était sur le moment perdu, au point que son interrogation avait au moins le bon ton de pouvoir l'empêcher un instant de bouger tant sa concentration se faisait sur un espèce de jeu des différences qu'il pouvait se faire en tête, il avait néanmoins beau regarder l'une ou l'autre des deux Zelena il n'y avait rien qui lui permettait de dire qui était la vraie. Trop concentré sur ce qu'il avait devant les yeux, n'ayant pas la faculté de pouvoir se positionner sur différentes choses à la fois, ce n'est qu'au moins où il put voir Jackie-Rose faire un plaquage digne d'un footballeur américain qu'il comprit que cette dernière avait pu se détacher. Et en voyant ceci bien entendu son premier réflexe fut de bouger, peut-être qu'avec de la persévérance il allait pouvoir y arriver en fin de compte, sauf que bien entendu tout ce qui réussissait à faire c'était donner une bonne occasion à ces lianes de lui broyer un peu son corps au point de le faire geindre passablement de douleur avant de s'arrêter. Il avait dû rater un épisode sur comment ces trucs fonctionnaient, balançant juste ses pieds dans le vide de manière accélérée car même si ça ne changeait rien au moins ça défoulait un bon coup, son instinct étant tout en éveille pour lui signaler la situation dangereuse dans laquelle ils se trouvaient tous.

Tout aurait pu continuer longtemps ainsi si Zelena ne s'était pas emporté, la véritable pour le coup il en était persuadé, clamant avec une colère bien nette de lui indiquer où était sa fille. Décidément la sorcière était vraiment tout le temps de bonne humeur, il devrait lui proposer un massage un de ces jours, cependant dans le cas présent c'était plus que compréhensible. Taran non plus ne serait pas d'accord à ce qu'on lui cache sa gammeboy, ce qui serait pour lui l'équivalent d'un enfant à défaut d'en avoir un, même si bon il était assez réaliste pour comprendre que la situation de la méchante de l'Ouest était bien plus importante qu'un potentiel vol qu'on pourrait lui faire. Tout de même. Au moins il savait désormais où regarder, du moins qui il était en train de regarder même si l'identité de la fausse Zelena restait encore pour l'instant un gros point d'interrogation même si pour sa part il soupçonnait une sorte de Métaphorm car après tout il n'y avaient qu'eux qui lui venaient en tête comme référence, ne voyant pas en revanche pourquoi une personne se ferait passer pour quelqu'un d'autre et aussi qu'est-ce qu'elle comptait faire du tableau vu qu'elle avait pu demander à Garrett de lui ramener. Oh. Les connexions se faisaient un peu dans le cerveau de Taran, imaginant alors que si cette personne avait fait ceci c'était justement pour prendre le tableau bien qu'il ne vît pas entièrement l'utilité de l'objet – bon c'était pratique s'il fallait faire des courses mais tout de même, même s'il restait bien loin de s'imaginer l'étendue du plan au final. Agitant toujours les pieds dans le vide, étant plus fort que lui de bouger dans un besoin qui se faisait presque vital pour lui, c'était avec plaisir qu'il voyait Jackie-Rose arriver vers eux et commencer à chatouiller les lianes pour les délivrer de cette emprise. Comme quoi la solution était plus simple qu'il aurait pu le penser, même s'il fallait encore avoir l'idée et surtout se rendre compte que ces plantes étaient ainsi sensibles au petit grattage bien placé, se trouvant bien vite libéré de sa prison végétale en tombant avec le moins d'élégance possible. En d'autres termes étalé au sol, comparable à une crêpe ou une étoile de mer, avant qu'il vienne se relever le sourire aux lèvres et levant son pouce vers l'ancien chien pour lui signaler que tout était ok pour sa part.

« 'Ci Jaja ! Tu assures trop ! Une vraie Jamesbondgirl qu'on a l'a, t'es juste trop forte, et puis le plaquage que t'as fait tout à l'heure woooh ! »

Mais pas le temps de souffler alors qu'il voyait le tableau passer devant ses yeux, le regardant juste passer en papillonnant des yeux avant de revenir vers l'autre scène du spectacle, voyant dès lors non pas deux mais toute une multitude de Zelena. Déjà que voir double était déstabilisant mais là c'était un niveau auquel Taran n'était pas préparé, jetant un coup d’œil aux autres comme pour savoir s'il n'y avait que lui qui ne savait plus où donner de la tête, tandis qu'il pouvait voir Katharina avec le tableau et commencer à vouloir établir qui était la véritable sorcière de l'Ouest. Il y avait peut-être un moyen de savoir lesquels des clones n'en étaient pas, ceci permettrait sûrement d'éviter bien des attaques ou des mouvements trop périlleux mais surtout de pouvoir prendre à part l'usurpatrice – s'il pouvait éviter la violence une fois encore il était bien entendu pour, fermant les yeux fortement pour se concentrer comme il se devait. Il devait faire le vide dans sa tête, plus facile à dire qu'à faire dans son cas bien entendu, laisser doucement l'énergie partir pour former une sorte de radar qui lui montrerait qui étaient des illusions et qui n'en était donc pas une. Sauf qu'avec toute l'électricité qu'il avait pu produire, surtout en si peu de temps dans l'unique but de pouvoir s'assurer la protection de tous mais aussi qu'ils puissent passer sans dommage les portes, le moyen de détection n'arrivait pas à s'étendre plus loin que le bout de ses orteils. C'était un fail. Taran n'abandonnait pas pour autant sur le coup, cherchant vraiment à forcer les choses en voulant toujours pousser plus loin et plus fort, sauf que parfois malgré tous les efforts du monde il fallait se rendre à l'évidence et pour lui c'était le fait qu'il allait devoir attendre que sa jauge de batterie puisse retrouver des barres en plus pour pouvoir faire ce qu'il avait en tête. Se frottant les yeux il les ouvrait pour voir que toutes les fausses Zelena, ainsi qu'Evelana puisque son nom avait été mentionné, se trouvaient en cage par le soin de la mairesse alors qu'une bombe venait de tomber. Pas une littéralement, sinon ils auraient été tous morts en une seule seconde, mais plus dans le style d'annonce qui laissait pas mal sur les fesses à savoir pour le coup un lien de parenté insoupçonnable. C'était super, dans sa tête en tout cas puisque la famille c'était tellement trop important, observant de plus près les deux concernées comme pour voir les traits communs qu'elles pouvaient avoir et la colère avait l'air de famille à première vue. Approchant de la cage, se grattant un peu la joue en faisant mine de réfléchir, il ne comprenait pas tout dans cette histoire.

« J'voulais vous demander ! Pourquoi vous l'voulez ce tableau ? »

« Oh je le trouve plutôt joli, il irait bien sur le mur de ma chambre. »

« Bah moi j'préfère un poster d'jeu vidéo mais ok... »


Si Evelana avait été ironique dans sa façon de parler, nullement décidée à dire quoi que ce soit sur son véritable plan, Taran de son côté l'avait pris au sérieux bien qu'il trouvait que faire tout ce cinéma pour un simple tableau était sans doute bien trop. Mais bon, peut-être que c'était une série limitée ou même un article unique ce qui lui offrait une forte valeur, bien qu'il ne cautionnait aucunement ce genre d'acte surtout qu'ils avaient été blessés au cours de leurs échanges. Inutile d'annoncer que le second degré ce n'était pas toujours son fort, ni le troisième ou qu'importe puisse être sa place et numérotation, si on ne lui disait pas très clairement les choses en face il y avait de trop fortes chances pour que Taran ne calcule pas un message codé. Alors de l'ironie, surtout fait avec un air qu'il pourrait prendre comme de la courtoisie ou dans le même goût, c'était peine perdu pour lui tandis qu'il se contentait de hocher de la tête comme si cette réponse pouvait bien le satisfaire quelque part. Et c'était le cas de toute façon, il était simple et avait une façon de penser qui était loin d'être complexe de toute évidence, souriant gentiment comme il le faisait toujours tout en s'agitant quelque peu sur place tant il n'arrivait pas à rester statique même si c'était pour une simple discussion. Passant d'un pied à l'autre, abordant une mine radieuse à ses amis et dont l'idée se trouvait confirmée par les dires de Garrett – qu'est-ce qu'il n'avait pas fait en disant ceci, ayant qu'une hâte à savoir retourner dans une forme d'action où il serait de toute évidence bien plus utile que d'en essayer de convaincre Evelana de dévoiler son véritable plan ou même de discuter tout simplement. D'autant plus qu'ils étaient loin d'en avoir terminé à Oz, même s'ils avaient pu retrouver Katharina il manquait toujours un membre de leur équipe à savoir le bébé de Zelena même si ça plus féroce action serait sûrement de remplir sa couche mais c'était une arme redoutable, comme Taran avait pu le dire plus tôt il était hors de question d'abandonner qui que ce soit.

« Et tu traînes avec ce genre de personne ? »

Zelena lançait un regard mauvais à Evelana, le même qu'il pourrait lancer si on osait lui prendre la dernière chips dans son paquet sans même lui demander son avis, alors que la méchante sorcière en cage de son côté avait l'air des plus exaspérés ce que Taran ne comprenait absolument pas. Cet échange qu'il venait d'y avoir entre elles était un mystère, ne voyant même pas que son comportement et sa réponse se trouvaient être la cause de ceci – pas assez de jugeote pour faire ce constat de lui-même, restant là à les regarder en ouvrant la bouche pour dire un truc mais ne trouvant rien à déclarer il valait mieux pour lui se taire. La méchante sorcière de l'Ouest se plongeait tout alors dans la contemplation du fameux tableau, regardant très certainement où pouvait se trouver sa fille, et directement l'instinct de Taran lui disait que quelque chose n'allait pas ce qui se confirmait rien qu'en regardant le visage de Zelena. C'était comme si tout d'un coup elle était prise d'une soudaine pâleur qui n'était pas normale, elle avait l'air d'avoir son rythme cardiaque qui avait changé, et rien que de voir la façon dont elle pouvait s'adresser à Evelana dans sa cage n'était vraisemblablement un mauvais signe. Il était évident qu'il s'était passé quelque chose et que ceci était en lien avec ce qu'elle avait pu voir dans le miroir, il n'y avait qu'à observer comment elle était en train d'agir – et même si elle semblait attrait à la colère de manière c'était différent à cause du reste, sauf qu'ils n'avaient aucun moyen de savoir concrètement de quoi il en retournait. Alors Taran se voulait rassurant et affichait son plus beau sourire, celui qui mettait en confiance n'importe qui, montrant ainsi à la sorcière une forme de bienveillance sans pareil. Ce n'était pas parce qu'elle avait le qualificatif de méchante qu'il devait la laisser pour autant de son côté, d'autant plus qu'il était sûr qu'elle tenait énormément à sa fille et c'était là une raison bien plus que suffisante pour vouloir l'aider, de toute façon il n'y avait sûrement qu'elle pour les faire revenir à Storybrooke et de toute façon c'était dans son caractère de toujours aider de façon altruiste voir bien trop aveugle si on pouvait dire les choses ainsi.

« On devrait aller chercher ta fille non ? T'sais où elle est donc t'peux nous montrer le chemin ! On doit pas perdre plus de temps ! »

« Ce n'est pas nous qui devons la trouver... On va la voir bien assez tôt. »

Taran pouvait presque lire la peur sur le visage de Zelena, comme si elle avait vu un horrible film qui flanquait vraiment la frousse ou qu'elle se rendait compte que son jeu n'avait peut-être pas fait de sauvegarde de sa progression alors qu'elle avait battu un boss trop compliqué, s'interrogeait réellement sur ce qu'elle avait pu voir dans le tableau et surtout ce qu'elle pouvait bien leur cacher. Sur l'instant il ne savait comment réagir, en fait il s'attendait plus à ce qu'ils partent tous secourir Adrianna sur une musique des plus épiques ce qui leur vaudrait de soudeur leur amitié pour le restant de leur vie – rien que ça oui, sauf que de toutes les idées qu'il aurait pu avoir en tête c'était la plus improbable à son goût qui venait de se réaliser à savoir que Zelena n'allait pas courir vers sa fille en toute hâte. Plus sérieusement c'était un scénario qu'il n'aurait même pas envisagé, si seulement il s'était donné la peine de penser à la situation et à la suite logique qu'il pourrait y avoir, se trouvant ainsi sans trop savoir quoi faire. C'était impossible. Alors Taran essayait de vouloir se rendre utile et d'être gentil, même si son sourire montrait à quel point il était confus sur ce qui pouvait bien se passer, demandant à Zelena s'il s'était passé quelque chose même si la réponse était bien entendu oui. Qu'est-ce qui pouvait bien faire peur à une sorcière comme elle ? Honnêtement il était juste largué, elle avait l'air aussi puissance que Regina et le fait qu'elles puissent être sœurs renforçait sûrement cette vision, voulant juste faire du mieux qu'il pouvait pour lui redonner le sourire et surtout la rassurer. Taran était sûr qu'ils allaient retrouver le bébé, son instinct lui disait que c'était le cas et jamais il le trahissait de toute façon, ce n'était qu'une question de temps tout en encourageait la maman à expliquer un peu plus.

« Le magicien. Je ne sais pas vous l'avez déjà rencontré mais comment dire qu'il ne m'apprécie guère avec ce que j'ai pu lui faire. »


« Aaaaaah lui ! Ouais on l'connait vite fait, pas cool le type. »

« Non et je pense sincèrement qu'il m'en veut. »

Ce fut le moment où Evelana venait à éclater de rire, pas dans le genre comique mais plus diabolique comme pourrait le faire Mr Burns dans les Simpons, ce qui n'avait rien de rassurant en soit pour le coup. En tentant l’oreille à cet instant ils pouvaient entendre dehors, provenant des grandes portes, quelque chose de lourd comme un bruit de pas massif. Ceci n’annonçait rien de bon, d’ordinaire c’était le moment dans les jeux où les héros obtenaient beaucoup de munitions et de potions de soin alors que la sauvegarde marquant le checkpoint s’affichait, et ils ne pouvaient pas partir sans avoir récupéré la gamine. Alors que faire ? Beaucoup de questions et pas assez de réponses, même si d’ordinaire Taran n’était pas le genre à s’en poser des masses dans le cas présent c’était tout de même assez préoccupant et son importance, se grattant encore un peu la joue avant de prendre le tableau dans ses mains. Il devait savoir ce que la sorcière avait pu voir, qu’est-ce qui pouvait bien l’effrayer de la sorte, fixant ainsi la peinture dans l’image changeait pour devenir tout autre que cette paisible prairie qu’elle pouvait bien représenter. Il pouvait alors voir la petite qui dormait, jusqu’ici rien de très alarmant et de compréhensif à l’inquiétude que pouvait avoir Zelena, apercevant une silhouette qu’il n’arrivait pas à identifier. Les portes s’ouvrirent alors sur la personne en question à savoir un homme, portant un haut de forme comme l’étrange fumée plus tôt et qui le faisait déduire qu’ils avaient face à eux le fameux magicien, se positionnant en premier rang mais très vite suivit par une quinzaine de soldats en empoignant leur armes vers le groupe ainsi que quelques singes volants.

« Ta fille est plutôt mignonne dois-moi. »

« Qu’est-ce que tu veux ? »

« Hum je ne sais pas. Comment vous appelez cela vous les méchants ? La vengeance je crois ? »


Et à peine le magicien disait ceci que les soldats se jetaient vers eux, sans trop prévenir même si quelque part c'était à prévoir, alors que Taran ne savait pas trop quoi faire et ayant toujours le fameux tableau en main. Essayant de se défendre face à un ennemi bien trop prêt, voulant le repousser pour avoir le temps de préparer de l'électricité ou encore d'éviter le combat, il ratait son initiative en manquant de tomber mais ce qui lui permettait aussi miraculeusement que possible de ne pas se prendre un coup de l'adversaire qui avait l'air bien décidé à le réduire en petit tas.







copyright Bloody Storm


Niveau de vie : 65%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
Garrett Colt

avatar
En réalité, je suis
Wild Cat
☂ Conte : inventé.

☂ Emploi : voyou, un job d'avenir.
☂ Camp : I walk on my own.
☂ Avatar : Scott Eastwood.
© Crédit : bibi (avatar) + gifs tumblr (signa)
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Dim 12 Nov - 22:05

The Fantastic World of Oz
mission juillet 2017

Toujours incapables de déterminer à qui nous devions donner le tableau, nous avions opté pour un tour de passe-passe plutôt réussi. Franchement, je m’y connais plutôt bien en la matière, et le numéro était convainquant. J’avais lancé le cadre à la Dame Blanche qui s’était ensuite empressée de se volatiliser pour refourguer l’objet de toutes les convoitises à notre mairesse. Pendant ce temps, l’interrogatoire continuait. Je m’étais rapproché de Jackie, au cas où les clones d’Evelana (trop de méchantes sorcières dans la même pièce, on a dépassé le quota) décident de se la jouer Terminator.
Enfin, les multiples questions nous permirent d’isoler la vraie Zelena des fausses. Ces dernières furent aussitôt emprisonnées dans une cage créée par Regina (c’était de famille d’attendre le dernier moment pour se bouger le gras ?), et le tableau fut remis à notre rousse à nous. Pas que je lui faisais beaucoup plus confiance qu’aux autres, mais au moins elle ne nous bombardait pas de boules de feu. C’était un bon critère de préférence. Bien. L’ennemie était neutralisée, Zelena avait son foutu tableau… On pouvait rentrer à Storybrooke maintenant ? Je commençais à avoir la dalle. Ah oui c’est vrai, la gosse. Quand je vous disais que c’était une idée complètement foireuse de traîner ses mômes partout. Pendant que Zelena scrutait le tableau comme dans une intense partie de Où est Charlie ? et que Taran faisait la causette à la méchante sorcière de l’Est, je me grillais une cigarette. J’avais un mauvais pressentiment. Le genre de sensation qui te raidit la nuque parce que tu sais que les ennuis ne sont pas finis. En vérité, j’étais même certain que régler le problème Evelana n’était que l’échauffement. Et il ne fallait pas oublier que nous étions toujours en plein dans le territoire ennemi. Ça m’étonnerait beaucoup que l’on nous laisse nous barrer sans réagir. La tronche de six pieds de long que tirait Zelena me confirma que nous n’étions pas sortis de l’auberge. Je soufflai une bouffée de fumée. On ne me prendra plus à me jeter dans une tornade.

Un bruit sourd et répétitif nous parvint depuis l’extérieur. D’instinct, je rapprochai ma main du revolver que m’avait donné Glinda. Du coin de l’œil, je vérifiai que Jackie était toujours assez proche de façon à ce que je puisse l’empêcher de se ruer vers le danger pour lui infliger l’embrassade du siècle. Le vrai danger pour elle, c’était elle-même. Je n’avais jamais compris son besoin irrépressible d’illustrer physiquement ses débordements constants d’affection. Plus généralement, je ne comprenais pas souvent Jackie. Qui la comprenait vraiment d’ailleurs ? Taran peut-être… Ils faisaient un beau duo de guimauves ces deux-là. D’autant plus dangereux vu notre situation actuelle.
Les portes s’ouvrirent à la volée, dévoilant un homme dont la silhouette ressemblait étrangement à l’ombre géante de tout à l’heure. Le magicien. Il était bien moins impressionnant comme ça. Plus humain… plus atteignable. Flanqué d’une quinzaine de soldats belliqueux et d’une poignée de singes volants (ça faisait longtemps tiens, ils m’avaient presque manqué), le maître des lieux nous exposa son projet ô combien original. La vengeance. Sans blague. Il ne s’était vraiment pas foulé sur ce coup-là. Autre point inquiétant : il tenait la gamine de Zelena en otage dans ses bras. Pauvre gosse. Passer d’une méchante sorcière à un magicien carrément flippant, c’était pas de bol. Avant que nous ayons pu esquisser le moindre geste, les gardes nous encerclèrent, coupant toute retraite. Au moins ça avait le mérite d’être clair. La fuite n’était plus une option. Zelena se préparait à lancer une boule de feu sur nos assaillants quand le kidnappeur l’interrompit : Tutut ! Je préfère qu’on le fasse à la bonne vieille méthode : sans magie. Et c’est valable pour tout le monde ! Vous ne voudriez pas qu’il arrive du mal à un pauvre bébé innocent… D’un côté, j’étais satisfait que la magie soit mise au placard, on y verrait plus clair. Mais d’un autre côté… quel enfoiré. Il caressa la joue d’Adriana avec un grand sourire avant de faire apparaître des armes à nos pieds. Ce sera plus équitable ainsi. Équitable ? Parce qu’il ne savait pas compter en plus ? Ou alors il se foutait de nos tronches. Possible. Nous étions clairement en sous effectif. Et nous n’étions pas non plus des Rambo en puissance. Je vérifiai en vitesse combien de balles il me restait dans mon chargeur. Cinq. Ça va le faire ça va le faire.
Un soldat se rua dans ma direction. Je réagis au quart de tour en lui tirant une balle dans l’épaule, le blessant grièvement. Mais le bougre était toujours debout, prêt à en découdre. L’odeur de la poudre me galvanisant, dégainant une lame que j’avais récupéré au sol. Mon adversaire tenta de m’embrocher avec son épée, mais j’esquivai son attaque, poussant par la même occasion Jackie sur le côté. Ce serait dommage qu’elle prenne un coup à ma place. Bien essayé mon gars. Une idée traversa alors mon esprit. Dans un rictus mutin, je visai les lustres accrochés au plafond. Quatre. Trois. Deux. Un. Un à un, je les dégommai, plongeant la salle dans une obscurité quasi totale. La faible lueur émise par les cristaux verts n’était pas suffisante pour qu’un œil humain distingue correctement son environnement. Heureusement pour moi, mes yeux de félin m’offraient une vue tout à fait acceptable à basse luminosité. Pendant que tout le monde cherchait sa droite de sa gauche, je contournai l'attroupement pour arriver sur le côté du magicien. Bien joué je dois dire : bravo, me lança-t-il. Mais ne me sous-estimez pas, faites attention à ce que vous allez faire… A vrai dire, je ne savais même pas ce que je comptais faire. J’avais juste agi. Ça tombe mal, je fais jamais attention à ce que je fais. Ce qui n’était pas faux. Hm. Vous m'avez l'air d'être une personne intéressante. Merci mon gars. Sérieux ça fait plaisir. Mais vous ne voudriez pas que la petite Adriana ne soit blessée n'est-ce pas ? Une enfant si innocente… Concrètement, que le marmot soit blessé ne serait pas un choc intraitable pour moi. Je m’en remettrais. Cependant, si on ne rendait pas la môme intacte à sa sorcière de mère, j’étais prêt à parier que celle-ci ne nous laisserait pas rentrer à Storybrooke. Ou alors entre quatre planches. Et encore. Vous êtes trouillard au point de vous en prendre à la fille à la place de la mère ? Je vous pensais plus vaillant. C’était le magicien d’Oz quoi, il ne devait craindre rien ni personne. Oh non ce n'est pas cela. Mais j'aimerais la voir... souffrir. Et cela est encore plus drôle pour moi lorsqu'elle verra son enfant souffrir sans pouvoir rien faire pour lui venir en aide. Alors à ce moment là elle comprendra réellement ce qu'est la souffrance, ce qu'elle a pu faire endurer à tous ces gens depuis des années, elle comprendra ce qu'elle m'a fait. Toutes ces machinations vengeresses me filaient la migraine. Dans mon monde, les règlements de compte étaient bien plus simples : un duel, une gâchette plus rapide que l’autre et paf, l’affaire était pliée. ... Parce que vous pensez sincèrement que voir sa fille se faire torturer va la faire changer ? Ouais elle va changer, mais en pire. Perso j'ai pas très envie de réveiller le dragon. Je n’osais même pas imaginer l’enfer que déchaînerait Zelena si ce timbré touchait ne serait-ce qu’un cheveux de sa progéniture. Brrr. Je ne demande pas à ce qu'elle change oh non... je veux juste qu'elle souffre. Le petit rire qui accompagna ces dernières paroles me firent grimacer. Vous êtes vraiment tous perchés ici. Simple constatation. Je ne savais pas exactement comment j’allais pouvoir extirper Adriana des griffes de l’autre illuminé au chapeau. Le moindre geste précipité et tout s’effondrait. J’avais d’autres projets que crever à Oz ce jour-là. J’avais fait gagner du temps aux autres, en espérant qu’ils soient assez futés pour en profiter.  

Emi Burton


Garrett : 95%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

It's like no place I've ever seen

OZ ✘ You are talking to a man who has laughed in the face of death, sneered at doom and chuckled at catastrophe.
ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2584-garrett-loneso
Jackie-Rose M. Skye

avatar
En réalité, je suis
Doug
☂ Conte : Là-Haut

☂ Emploi : Opportuniste
☂ Camp : Neutral Good
☂ True Love : I love everyone !

☂ Avatar : Billie Piper
© Crédit : Vava ¤ Bekah | Sign ¤ excelsior
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mer 15 Nov - 0:08


The Fantastic World of Oz


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole I need to burn again I got to burn again is it for real this how I feel dream me away to another world

La meilleure manière de résumer Jackie-Rose était qu’elle n’avait pas tout compris. Elle s’était simplement tournée vers ses camarades pour les libérer, mais à peine un instant plus tard en retournant son attention sur les deux Zelena… il y en avait plus que deux. Elle avait cligné des yeux en souriant, ayant l’impression que ses yeux la trompaient, incapable de déterminer désormais qui était la vraie de la fausse. À vrai dire, l’enchaînement d’événements était si rythmé et improbable qu’elle s’était contentée de rester totalement immobile, et si elle avait eu des longues oreilles elles auraient été en avant, attentive mais incertaine et confuse. Elle se sentait de plus en plus comme un animal pris au piège dans un délire hors de son contrôle -c’était vraiment le moment de se sentir de la sorte vu tout ce qu’il s’était passé précédemment… mais cette fois c’était… différent. Jackie-Rose sentait quelque chose à l’intérieur lui échapper. Au moment de la levée de la malédiction quand ses souvenirs lui étaient revenus, c’était comme si son humanité avait disparu, comme si elle n’avait jamais vécu comme un humain et qu’elle était véritablement qu’un chien coincé dans un corps de femme. Tout dans son comportement le supposait, son incapacité à rester très concentrée, la vitesse de ses pensées qui défilaient sans jamais pouvoir se focaliser sur quelque chose en dehors des baballes et des écureuils, ce côté si léger et frais qui lui donnait l’air simplet. Oui, Jackie-Rose était une catastrophe ambulante, une rêveuse optimiste, trop optimiste, à toujours voir le bien partout et même quand elle comprenait que quelqu’un ne faisait pas quelque chose de bien, elle prenait ça pour un appel à l’aide ou une simple démonstration d’affection foirée. Ça n’était pas pour rien qu’un simple coup de griffes sur un épouvantail l’avait tant remuée, du moins aussi longtemps que son cerveau était capable de se concentrer. Ça n’était pas pour rien que dès qu’elle avait pu, elle s’était plongée dans une sorte de déni profond au point qu’elle ne voyait même plus le danger -déjà qu’elle ne le voyait pas vraiment d’ordinaire. Elle croyait toujours comprendre les gens mais en réalité ils étaient autant un mystère qu’elle l’était pour elle-même. Qui était les gentils, qui étaient les méchants ? Pour elle, tout le monde était les gentils. Il suffisait de se mettre à la place de ceux que l’on prenait pour les méchants. C’était si simple… alors pourquoi les gens le rendait si compliqué ?

Garrett était revenu, et le coeur de Jackie-Rose bâtit un peu plus vite, heureuse de voir un visage familier, et en particulier celui de Garrett. Elle ne se rendait jamais compte à quel point cet homme était tout simplement un roc ; persuadée que c’était elle qui s’occupait avec enthousiasme et affection de lui, elle ne voyait pas à quel point il s’occupait d’elle, comme lorsqu’il l’empêchait de foncer tête baissée, ou qu’il la poussait sur le côté pour lui éviter de se blesser. Elle était restée immobile là où ils avaient été attachés au mur précédemment, pendant que les cages étaient apparues, et que tout était devenu encore plus compliqué. La porte s’était ouverte et Jackie-Rose avait eu un mouvement de recul, à la manière d’un chien effrayé par un bruit. À nouveau, elle sentit quelque chose d’étranger monter en elle. Ça n’était pas la peur ; elle connaissait la peur, elle avait beau chercher le positif dans toutes les situations, la peur ne lui était pas inconnue. Ça n’était pas non plus de l’énervement, de l’impatience, mais quelque chose de plus organique. De plus instinctif. De plus… canin. Elle n’avait pas bougé en voyant le magicien entrer avec ses sbires ; ça n’était que lorsqu’elle avait réalisé la présence d’Adriana dans les bras du magicien qu’elle avait eu un léger mouvement, cette fois vers l’avant, seulement retenu par un geste de Garrett. La communication non-verbale était si simple entre eux… Un mouvement, un regard, un geste, et tout était compris. Mais désormais, le sentiment étranger était seulement dirigé sur une seule chose : récupère Adriana, récupère Adriana, récupère Adriana... Elle leva les yeux, constatant les obstacles ; des gardes armés d’épées, des singes volants. Zelena semblait toujours aussi agitée, mais elle n’osait bouger ; normal, elle était une mère paralysée par la peur qu’il arrive le moindre mal à son enfant. Glinda semblait tout aussi incertaine, et à vrai dire toute la compagnie le semblait. Agir voulait dire risquer quelque chose ; mais étrangement, Jackie-Rose semblait tout aussi distante de cette émotion commune… son regard ne montrait rien d’autre qu’un éloignement de tout ce qui se passait. Elle frémit lorsque Garrett se mit à tirer sur les chandeliers ; et lorsque la nuit s’empara de la pièce, ne laissant qu’une trop faible lueur verte sur les convives, elle termina sa transformation.

Les ombres. Les ombres étaient trompeuses. Personne n’est jamais sûr de ce qu’il voit dans les ombres ; les silhouettes deviennent démoniaques, les mouvements menaçants. Le plus gentil des gentil n’est plus qu’une masse sombre comme les autres ; et parfois l’on croit voir quelque chose quand cette chose en est réellement une autre. Quand un arbre tombe, il produit un son ; mais si personne n’est là pour l’entendre, est-ce que le son existe vraiment? Les ombres marchaient comme ça. Si Jackie-Rose était là, et Doug aussi, mais que personne ne pouvait voir si c’était l’humain ou le canidé devant eux, qui pouvait prouver que l’un ou l’autre existait encore ? Ça n’était peut-être plus Jackie-Rose ; ça n’était même plus Doug quelque part, seulement un chien follement attaché à un bébé, follement protecteur, et désireux de protéger, justement. Elle n’était plus vraiment humaine ; et avec la nuit tombée dans la pièce, sans sa vision animale, avec seulement des sons et des silhouettes, à nouveau le sentiment étranger s’empara d’elle ; le sentiment d’être un animal en cage, un animal qui ne demandait qu’à se libérer, bien que la peur le tenaillait trop pour forcer la porte. Mais tout le monde savait qu’il n’y avait rien de plus dangereux qu’un animal effrayé.

Les gardes se rapprochèrent ; c’est ce qu’elle en déduisait par le son. Le son était son repère le plus important désormais ; et elle fit exactement ce que Garrett essayait de l’empêcher de faire. Elle fonça tête baissée ! Personne ne meurt vraiment à Oz, personne ne meurt vraiment à Oz, personne ne meurt vraiment à Oz… Alors si elle piquait une épée et embrochait les gardes, ça n’était pas grave, n’est-ce pas ? Tel un prédateur, elle se glissa vers le premier qu’elle trouva ; et de sa gorge s’échappa le grognement le plus sauvage qu’elle soit capable de produire. Réussi. On aurait pu croire que c’était Lola qui grognait à cet instant tant il venait du fond de ses tripes, tant il était convaincant ; et quelque part, peut-être était-ce sur cela que Jackie-Rose jouait. Lola restait fermement près de Regina et Apple pour les protéger, mais ça les gardes ne pouvaient pas le savoir, alors qu’ils puissent croire que le chien les pistait… L’un d’eux mordit à l’hameçon abattant son épée comme pour frapper un chien de petite taille, mais il fut surpris de voir son poignet coupé en plein élan par Jackie-Rose, qui tentait de récupérer l’arme tranchante. Personne ne meurt vraiment à Oz. Récupère Adriana. Elle voulait cette épée ; elle voulait tous les immobiliser, tous les faire cesser ce cirque, protéger Adriana. Protéger Adriana avant tout. Malheureusement pour elle le garde était un spécialiste du maniement de l’épée et il para la tentative, manquant d’embrocher Jackie-Rose, qui esquiva de justesse… et fut tout aussi brutalement ramenée à la réalité quand la lame froide de l’épée frotta contre elle. Fort heureusement, pas de sang ni de blessures ; mais juste la réalisation soudaine que même si personne ne mourrait à Oz, il valait mieux rester en bonne santé. Personne ne méritait de se faire embrocher par une épée… mais il n’était pas question d’avoir honte d’avoir pu penser à mal tout de suite. Ça, elle le ferait plus tard.

« Oh boy, oh boy... »

Elle parla pour elle-même, avant de visualiser à toute vitesse la pièce dans sa tête, se remémorant la disposition des éléments. Elle regarda dans un coin de la pièce, où un énorme rideau marqué « Oz » décorait le mur, et elle sourit de toutes ses dents, avant de se diriger dans cette direction à toute vitesse tout en attrapant Zelena et Glinda par le bras sans ménagement.

« Venez, j’ai une idée... »

Aucune des deux ne protesta, mais Zelena demande tout de même, déterminée à tout essayer pour récupérer sa gosse :

« Qu’est-ce que tu veux faire ? »

Jackie-Rose la regarda du coin de l’oeil, réalisant qu’elle n’était même pas sûre que c’était la bonne Zelena, mais à ce stade ça n’était pas important.

« Faire tomber le rideau sur les gardes… ça devrait les calmer un bon moment, c’est pas facile de se dépêtrer de là-dessous, je sais de quoi je parle, les autres chiens me faisaient la blague quand j’étais chiot. »

Elle sourit de toutes ses dents à nouveau, mais bizarrement, dans la nuit quasi-totale, le contraste de ses dents blanches n’était pas des plus rassurants, tant elle avait des airs canins à ce moment-là. Zelena approuva de la tête.

« Je suis prête à tout essayer ! »

Le coeur de Jackie-Rose se réchauffa quelque peu. La dévotion maternelle était quelque chose qu’elle admirait et qui la fascinait ; elle essayait tant bien que mal de répliquer ce comportement et cette attache si particulière sur Garrett, mais la plupart du temps elle ne savait même pas si cela avait vraiment un impact, ou du sens, ou une quelconque utilité pour le pauvre homme. Elle savait simplement que ça lui faisait plus que plaisir de le materner au possible… Et c’était tout ce qui comptait, non ?

« C’est parti ! »

Elles se mirent à tirer sur les rideaux de toutes leurs forces, mais la matière était lourde et la tringle solide ; il fallut un bon moment pour en arriver à bout, mais elle y parvinrent, et Jackie-Rose poussa un léger glapissement effrayé quand la tringle frôla son visage, pas loin de la défigurer. Elle laissa échapper un rire nerveux mais l’heure n’était pas aux réjouissances. Sans discontinuer, les trois alliés improbables se répartirent de part et d’autres de l’énorme morceau de tissu épais et lourd, se préparèrent à l’attaque, et Jackie-Rose murmura dans un souffle…

« 1, 2, 3 ! »

Elles lancèrent à l’unisson, et l’aérodynamique se chargea du reste ; bientôt, la compagnie de garde se retrouva couverte par l’énorme drap, chouinant et se débattant pour en sortir, n’ayant plus la main-mise sur leurs épées pour déchirer le tissu, bien que l’un d’eux semblait avoir échappé au destin de ses camarades. Jackie-Rose en profita pour se glisser un peu plus près du magicien, encore absorbé par Wild Cat, quand un singe volant se rapprocha dangereusement d’elle et… Elle s’arrêta net, et le fixa sans bouger, poussant un léger grognement. Surpris de ne pas la voir partir en courant, le singe volant s’arrêta aussi, et se mit à grogner à son tour ; Jackie-Rose grogna un peu plus fort, lui lançant un regard d’yeux fous. Le singe grogna un peu plus fort également, et peu à peu les grognements montèrent crescendo jusqu’à ressembler à un concert improbable et cacophonique. Et plus Jackie-Rose montait en volume, plus elle se faisait grande, écartant les épaules, serrant les poings un peu plus sans réaliser qu’elle tenait ses poings serrés depuis le moment où elle avait détaché les autres des lianes, au poing que ses phalanges étaient transparentes. Enfin, quand elle ne ressemblait plus qu’à une boule de nerfs en fusion, ayant perdu toute humanité, le singe glapit et s’enfuit dans l’autre sens, désemparé.

« Désolé. »

Mais l’était-elle vraiment ? En tout cas, Jackie-Rose n’était décidément plus la même depuis quelques temps. Comme si le chien qui était en elle, bien plus que Doug ou l’humaine qu’elle avait été, se manifestait enfin pour la première fois ; comme si sa nature, son instinct de préservation prenait le dessus avant tout, au point que même ses grognements sonnaient plus animals qu’humains, les rendant bien plus intimidant que si elle avait simplement imité un chien, comme elle l’aurait probablement fait de toute manière. Jackie-Rose se trouvait désormais à quelque pas du magicien, toujours dans le noir total, et, profitant de l’obscurité, elle emprunta encore une fois l’identité de Lola. Elle n’était plus humaine, mais un canidé à quatre pattes déterminé à protéger l’enfant qu’il aimait, l’enfant qu’il voulait protéger. Elle grogna, toujours plus fort puis, sans plus pouvoir se retenir, elle poussa un aboiement viscéral et des plus convaincant qui résonna dans toute la pièce mais surtout… dans les oreilles d’Adriana.

Oups.

La petite sembla sursauter, et Jackie-Rose s’arrêta net, soudain très attentive. Adriana hoqueta légèrement, comme tirée trop brusquement d’un sommeil profond, et elle se mit à… pleurer. Non ! Le coeur de Jackie-Rose sembla s’allourdir d’un seul coup dans sa poitrine tandis qu’elle ramena ses mains pour se couvrir la bouche, ressentant enfin comme un sentiment de honte au fond d’elle-même. Le magicien semblait très enchanté :

« Ah bah merci, bravo ! »

Jackie-Rose lui adressa un sourire confus, mais son geste suivant ramena son énervement vers le sommet, car il éloigna la petite de lui en la tenant par les aisselles et en écartant sa tête pour diriger le boucan des pleurs ailleurs. Jackie-Rose se tendit. Non mais ça va pas la tête ? C’est pas comme ça qu’on tient un bébé espèce de sombre homme chelou !

« C’est pas comme ça qu’on tient un bébé ! Vous êtes quoi pour un père dîtes donc ?! »

Aurais-je oublié de mentionner ? Jackie-Rose était persuadée que le magicien était le père et que toute cette mascarade était une machination rocambolesque initiée pour obtenir la garde de la petite. Ou pensait-elle autre chose ? Impossible de savoir ce qu’il se passait réellement dans cette jolie tête blonde, en réalité.

« Un père ! Excusez moi ? »

Elle le toisa du regard, confuse.

« Bah c’est pas vous le papa ? »

Il lâcha un rire.

« Non, et heureusement. »

Ah bah tout va bien alors. Enfin non, pas vraiment…

« Mais pourquoi c’est vous qui l’avez alors ? »


Il ne se donna même pas la peine de la regarder, trop occupé à essayer de calmer la petite.

« Bon, tu vas te taire toi... »

Jackie-Rose l’observa tout d’abord, son regard blasé fixant les méthodes peu recommandées pour calmer les enfants. Puis, soupirant à son tour, elle tendit les bras.

« Donnez, je vais la calmer. »

Il la fusilla du regard.

« Vous me prenez vraiment pour un idiot ? »

La preuve qu’il ne connaissait pas Jackie-Rose. Elle ne prenait littéralement personne pour un idiot, ou un méchant, ou quelqu’un qui faisait le mal pour faire le mal. Ce qu’elle voyait, c’était un type qui ne savait pas y faire avec les gosses, et la priorité absolue de toute cette histoire était le bien-être de la petite.

« Non, je vous prends pour quelqu’un qui sait pas tenir un bébé comme il faut. Rohlala pourquoi c’est si dur d’accepter l’aide des autres ? »

Il n’avait pas l’air convaincu.

« Expliquez-moi plutôt comment on fait. »

Ah ! Enfin de la confiance ! Pas totale bien sûr, mais c’était du progrès. Jackie-Rose était douée pour faire progresser les gens ; après tout, il y a quelques mois à peine, Zelena ne l’aurait même pas laissée ne serait-ce que toucher son bébé… Le visage de Jackie-Rose s’éclaira, du moins autant qu’il était possible vu la luminosité ; et un grand sourire envahit son visage, tandis qu’elle tapa dans ses mains.

« Oh boy, oh boy ! Alors, voilà ce qu’il faut faire... »

HANSKA.


Vie : 80%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Now I look a little green

⋆ getting the blues on the yellow brick road


I ask you one time please confide can I choose my fate and learn to burn again can we wash our hands with dear actions I'm in the dark whole is it for real this how I feel dream me away to another world
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t566-terminee-i-love
Katharina Klein

avatar
En réalité, je suis
La Dame Blanche
☂ Conte : Frankenstein || Folklore

☂ Emploi : Artiste Peintre
☂ Camp : Celui de mes enfants
☂ True Love : Veuve

☂ Avatar : Tuppence Middleton
© Crédit : Bekah, code signature Niniel
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Jeu 16 Nov - 23:09



► Let's go in adventure time !|
The fantastic world of Oz
La Dame Blanche à Oz


Le flou artistique qu’était devenu sa vie en cet instant était difficile à contrôler. Et pourtant, en matière d’art, elle s’y connaissait. Mais c’était une chose que de créer une œuvre peu lisible, renfermant des secrets dans ses tourbillons, tournoyante et flou, s’en était une autre que de vivre dans ce monde-là. Voilà à quoi ressemblait ce qu’elle voyait, un grand flou, comme si quelqu’un avait trempé son pinceau dans de l’eau claire et l’avait passé sur la toile qu’ils représentaient, mélangeant toutes les couleurs et les nuances, mélangeant le sol, les murs et le plafond, mélangeant les gens et les paroles. Oui, on pouvait dire sans trop s’avancer que Katharina était mal en point, et qu’elle ne suivait plus vraiment ce qu’il se passait. Ou plutôt qu’elle arrivait à saisir quelques brides de conversations et qu’elle parvenait à déduire certaines choses, en assemblant les morceaux de puzzle qui se présentaient à elle. Cela ne faisait pas grand-chose finalement et … cela ne lui faisait pas grand-chose non plus. Elle se laissait simplement porter par le courant, assise sur le sol. Elle avait ressenti – plus qu’elle n’avait comprit – qu’elle était de nouveau visible au reste des êtres vivants, si du moins ils parvenaient à lui prêter attention. C’était là après tout l’art d’être morte, celui d’être invisible aux autres, même s’ils peuvent vous voir. Elle avait pu comprendre aussi que quelqu’un – la maire sans doute – avait su démêler le faux et séparer les fausses de la vraie Zelena, et c’était pour cela aussi que Katharina avait pu se laisser choir totalement sur le sol, épuisée. Fatiguée, elle l’était, et n’espérais plus que le retour chez elle, près de son fils, et du fils de son fils.

Mais les enfants, voilà un véritable problème pour finir. Car c’était un bébé qui la retenait ici. Un innocent petit être, dépendant de sa mère et de sa vie. Comment Katharina aurait-elle pu vouloir partir, alors qu’un bébé avait besoin de sa mère, alors qu’elle-même était une mère et comprenait oh combien ce besoin ? Elle ressentait une grande indifférence pour l’extérieur, mais malgré tout elle ne pouvait faire comme si de rien n’était alors qu’un enfant était menacé de perdre sa mère. C’était tout simplement… inconcevable. Chaque particule de son être la poussait à aider autant qu’elle pouvait, à tout donner de sa personne pour venir en aide à cette jeune mère, même si l’apathie régnait dans son âme.

Et le monde redevint brusquement claire à ses yeux. Le sol tanguait toujours dangereusement, et le sang chaud maculait toujours son visage, mais le flou semblait s’être réduit, presque inexistant pour le moment. Un homme se tenait là, dans ses bras un amas de chiffon ou la petite Adriana se trouvait, et ses intentions n’étaient pas bienveillante. Aucune parole ne parvenait réellement à son cerveau, le son entrait et ressortait sans être traité et analysé, tout ce qu’elle savait était qu’elle devait récupérer cette petite et la rendre à sa mère. Ils étaient encerclés ? Mais encerclaient-ils Katharina ? Sa vie, tout comme sa présence, était comme clignotante, à force de fleurter avec la mort, et elle se glissa sans aucun mal derrière les lignes. Quelques mots lui parvenaient de la conversation, sans qu’elle ne puisse s’en émouvoir. Pas de magie ? Elle n’en avait de toute façon pas, et personne n’aurait pu considérer sa capacité de se rapprocher de la mort comme d’un pouvoir, c’était insensé. Toujours est-il qu’elle était une ombre blanche dans la pièce, et si le terme était plutôt contradictoire, il convenait bien au fantôme. Le noir se fit brusquement, plongeant la pièce dans une obscurité pleine mais pas totale, agrémentée par quelques lueurs vertes des cristaux pour éclairer quelques endroits précis, de quoi distinguer les ombres mouvantes. Et c’était pile ce qu’il lui fallait. A côté d’elle, quelqu’un se rapprocha suffisamment pour pouvoir rencontrer son regard. L’arme levé, il se figea pourtant très rapidement en rencontrant le vide de ses yeux, la blancheur de tout son être, et déglutit bruyamment. Il recula de trop pas, essaya de d’inspirer en étranglant sa respiration, et se détourna précipitamment, cherchant un adversaire moins… effrayant. Et plus vivant que le fantôme qu’il avait aperçu.

Si la mère était dans un état d’indifférence proche du summum, se fichant éperdument de l’agitation autour d’elle, elle n’en était pas pour autant devenue stupide. Elle avait parfaitement conscience que certains tentaient de détourner l’attention de l’homme, en attendant qu’une autre personne arrive à récupérer l’enfant et mette fin à cette mascarade, faute d’avoir eux-mêmes une meilleure idée. Près d’elle, Katharina entendit le son étouffé d’une masse tombait sur de nombreuses personnes, le grand rideau a priori. Cela lui serait utile, puisqu’elle se trouvait non loin : son avancé vers l’homme serait camouflé. Elle ne tentait par ailleurs pas de se faire la plus discrète possible : c’était le meilleur moyen de se faire repérer, elle le savait. Quelqu’un aux aguets repérerait bien mieux un comportement suspect, soit quelqu’un bougeait vite et silencieusement, en se rapprochant par des moyens détournés, dans son dos. Elle n’allait pas non plus arriver lentement, de face, en sifflotant. Simplement, la dame en blanc marchait tranquillement dans le chaos ambiant, entre les cris et les pleurs de l’enfant, les gesticulations et explications de la blonde, les combats et ferraillements des autres, arrivant sur l’un des côtés, en angle mort. Elle espérait que sa condition de fantôme l’aiderait à esquiver l’attention, jusqu’à se rapprocher suffisamment près de l’homme. Mais ce-dernier sembla entendre un bruit venant de sa direction, peut-être le pied de la femme butant contre une marche ?, et tourna la tête à s’en déboiter le cou. Raté.

Elle était piégée maintenant. Elle avait espéré éviter de devoir agir ainsi, mais il ne lui restait que ça. Le magicien était trop attentif autour de lui, et jamais elle ne parviendrait sans se faire voir à l’approcher. Et ne pas se faire repérer, c’était le point principal à respecter dans cette mission qu’elle s’était attribuée. C’était presque trop facile maintenant, de disparaitre. Katharina avait dépassé le simple flirt avec la mort, elle jouait véritablement avec elle et ses limites, flouant les vivants et les morts en passant sans cesse la limite de la vie. Son corps devint très rapidement transparent, peut-être parce que la dernière fois ne remontait pas à très longtemps, et la fois d’avant encore était tout aussi proche, et elle reprit sa route vers le bébé. C’est qu’elle n’avait pas beaucoup de temps, elle le savait. La femme était fatiguée, terriblement fatiguée. Elle n’avait quasiment pas été blessé dans cette équipé, voire pas du tout, et pourtant elle souffrait plus qu’aucun autre du groupe, du moins de ce qu’elle avait pu voir. Elle épuisait son corps et sa vie, tirant sur la corde un peu trop fort, afin d’aider et de pouvoir rentrer chez elle, enlacer son fils et sa famille. Alors cet état ne durerait pas longtemps … sauf si elle venait à s’y retrouver coincer, et elle ne préférait ne pas y penser, jamais. Le souvenir de sa dernière vie était trop douloureux, le gout de la vie entre ses lèvres trop doux, pour vouloir y renoncer en étant conscient de la perte.

Le bébé était pile à sa portée. Le magicien la tenait loin de son propre corps, ne sachant clairement pas quoi faire du petit être qui gémissait et pleurait à ses oreilles, guidé par une Jackie qui semblait être redevenue elle-même. Dans un mouvement ample et plein de grâce, malgré le tremblement de ses bras, Katharina vint soulever la petite enfant avec tout le naturel du monde sans rencontrer de résistance. Elle s’attendait à moitié à voir l’enfant disparaitre à son tour, même si les conséquences auraient pu être néfaste, mais Adriana resta bien visible. Peut-être était-ce pour le mieux, que l’enfant ne joue pas avec la mort si tôt, même si cela aurait arrangé la dame blanche. Aussitôt dans ses bras, elle s’empressa de se détourner pour s’éloigner le plus vite possible de l’homme, qui lui voyait un bébé flottant dans l’air et s’éloigné, pleurant toujours. Peut-être croirait-il à un développement des pouvoirs de la petite ? Elle l’entendit en tout cas ordonner aux singes d’attaquer, s’énervant sur ce mystère, et trois d’entre eux se dirigèrent vers elles (ou plutôt elle, vu que Katharina était transparente). Elle était prête à redevenir physique, si l’un d’eux parvenait à mettre la main sur l’enfant, pour la protéger, mais n’en eu pas le temps. Alors que l’un allait l’attraper, Zelena apparut et le dégomma d’une boule de feu. Bien, très bien même, car elle ne pouvait pas se défendre elle-même, alors c’était difficile pour deux personnes, aussi petite soit Adriana.

La femme se laissa tomber sur le sol, clignotant légèrement avant de redevenir physique et visible aux yeux des autres. Elle vit Zelena, et Glinda, la protéger, et elle pu se concentrer sur le bébé dans ses bras. C’était une petite fille, mais comment ne pas repenser à ses propres enfants, ou plutôt à Victor, qu’elle avait tenu de la même façon ? Elle commença à la bercer, calmant les pleurs même si l’enfant n’était pas entièrement calmé, même si elle ne semblait pas tout à fait bien non plus. « Voilà au moins quelque chose que j’ai pu accomplir, ma présence n’aura pas été inutile. N’est-ce pas ma jolie ? » les chuchotements apaisaient au mieux le bébé, quand bien même elle restait inconfortable ici, et ne semblait vouloir que sa mère, et Katharina comprenait. Bientôt, oui bientôt cette histoire serait finie. Du moins elle l’espérait.


Katharina : 100%
Mission : 25 - 15 = 10%


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked always Win
Oui, mais quelle victoire ! ▬ Promenons-nous à Oz !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regina M. Mills

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Reine
☂ Conte : Blanche Neige

☂ Emploi : Maire de la ville
☂ Camp : I just care about me
☂ True Love : Un certain renard ... Plus ou moins.

☂ Avatar : Lana Parrilla
© Crédit : NEON DEMON
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Sam 18 Nov - 23:03

The fucking'tastic world of Oz.Elle s'approcha du magicien un instant, comme pour aller lui trancher la jugulaire de la lame de son épée, avant de s'arrêter. Elle avait encore Apple dans les bras … Tout cela n'en valait finalement pas la peine. La petite Adrianna était en sécurité, protégée par sa mère et la sorcière d'ivoire, et c'était ce qui importait. C'est lui qui finit par s'approcher. « Alors, la méchante reine a perdu de son mordant ? »  Elle s'empêche de lui lancer une pique, se mordant presque la joue comme une adolescente, se contentant de relever la tête et de redresser son dos … Avant de lui tourner le dos et de repartir vers son groupe, sa main droite serrant toujours la poignée de l'épée. Elle fait deux pas avant d'entendre Lola grogner et aboyer. Se retournant rapidement, la reine lève son épée et contre l'attaque qui aurait du lui trancher l'épaule. Les épées s’entrechoquent et glissent l'une contre l'autre. Regina est désavantagée, elle n'a qu'un bras pour se battre alors que le magicien tient son arme des deux mains et pousse à la force de ses deux bras. L'épée  de son ennemie se rapproche doucement du crâne d'Apple qui se retient de pleurer, centimètres, par centimètres ...

La husky finit par s'élancer en avant et attrape le mollet de l'homme entre ses crocs, serrant ses mâchoires et secouant sa tête. Cela arrache un cri de douleur au magicien, qui perd en force et Regina arrive alors à le repousser et à le faire reculer de quelques pas, la chienne toujours accrochée à sa jambe. La reine lance une nouvelle attaque, que le magicien contre tant bien que mal – le bout de l'épée lui érafle seulement le biceps – mais elle ne lui laisse pas le temps de répliquer et enchaîne  sur un autre coup, plus bas, lui coupant profondément la jambe qui ne subissait pas les assauts de la chienne. L'homme tombe au sol, Lola lâche prise et se contente d'aboyer férocement. Regina aurait bien laissé l'homme au sol, à genoux, mais celui-ci tente de se relever alors elle le fauche de nouveau, un coup dans les côtes, un coup dans le bras opposé, pour finir par planter son épée dans le ventre de l'homme qui finit le souffle coupé.

La reine repousse l'homme du pied et le fait glisser hors de la lame. Il tombe au sol, ses mains collées  contre la blessure, comme si ses doigts réussirait à faire diminuer le flot de sang. Regina se contente de jeter son épée au sol. « On en a fini. » Elle retourne vers les autres, serrant fort sa fille. Il faut dire qu'elle n'a pas réfléchis : à partir du moment où elle a vu l'épée de son adversaire frôler le crâne de sa fille, elle était passé en auto-pilot. Les restes de la méchante reine qu'elle avait été sans doute. Dans un sens, cela lui faisait peur de retomber aussi vite dans ses mauvais penchants, et elle mentirait si elle disait ne pas avoir apprécier de voir la peur dans ses yeux tandis qu'elle lui assénait le dernier coup … D'un autre côté, elle se devait aussi d'être meilleur, pour Roland, pour Robin, pour Apple, pour elle même.

Elle se secoua de ses pensées et se tourna vers les autres, ses compagnons d'infortunes ainsi que les deux sorcières mais surtout la petite Adriana, aussi jeune qu'Apple, qui aurait pu finir très mal s'ils n'étaient pas intervenus. « Comment est-ce qu'on rentre ? »
VIE:75% _ MISSION:100%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙


And there's certain things that I adore, and there's certain things that I ignore, but I'm certain that I'm yours. Certain that I'm yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t824-regina-mills
Taran Thunder

avatar
En réalité, je suis
Spark, Team Instinct
☂ Conte : Pokémon

☂ Emploi : Coach de vie
☂ Camp : Good instinct
☂ True Love : Une game boy

☂ Avatar : Taron Egerton
© Crédit : Bekah ♥
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Lun 20 Nov - 21:28




Le coup d’envoi avait été ainsi donné, sans que Taran ne le voit venir sur l’instant, évitant ainsi de se prendre une lance ou de se faire embrocher. Rapidement la situation était de nouveau redevenue hors de contrôle, l’antre même de la sauvagerie et du combat, refusant toujours de frapper pour ne blesser personne et ainsi continuer d’alimenter ce désastre. Tout avait presque semblait se calmer, que de façon illusoire bien entendu, lorsqu’un drap était tombé sur la très grande majorité des soldats si ce n’était tous. Il pouvait voir alors le Magicien à terre, le sang coulant d’une plaie provoquée par l’épée de madame le maire, et la vision fut alors la plus horrible de tous. Il était peut-être l’ennemi mais Taran savait qu’il devait aller l’aider, qu’importe ce que les autres pourraient bien penser de lui, se mettant alors à courir en sa direction avant de voir le drap bouger et faire réapparaître les premiers soldats qui étaient des obstacles à son avancée. Ce n’était pas qu’un problème pour lui mais aussi pour les autres, ses amis risquaient d’être blessés, mais il se refusait de pouvoir attaquer. Se concentrant autant qu’il le pouvait, devant mettre la dose juste pour ne pas faire de mal, il lâchait en un instant une foudre qui tombait avec fracas contre les hommes en cuirasse qui se trouvaient rapidement au sol et étant incapables sur le coup de pouvoir se relever tout en étant pourtant conscient. L’électricité allait les sonner un moment, sans leur laisser de séquelles sur le long terme mais juste durant quelques heures tout au plus, alors que Taran de son côté finissait sa course pour s’agenouiller à côté du Magicien et regarder dans quel état il était bien qu’il n’avait aucune compétence médicale malheureusement. Il ne pensait pas du tout aux singes-volants, sa priorité n’était pas là, il devait sauver l’homme sauf qu’il ne pouvait pas le faire seul.

« Glinda ?! C’est genre totalement possible que vous veniez l’soigner parce que là c’est pas hyper jojo à voir quoi ! »

Parce qu’il ne pouvait pas le laisser mourir ici, encore moins juste en le regardant se vider et de son sang, déchirant un bout de son haut pour en faire une compresse qu’il posait contre la blessure du Magicien d’Oz même si celui-ci n’avait pas l’air d’accord. Taran s’en fichait éperdument de se faire refouler, il n’y avait plus aucun camp à ses yeux et même s’il se doutait que les autres ne seraient pas du même avis ce n’était pas sa vision, une vie était en jeu qu’importe qu’il soit gentil ou méchant c’était une âme qui avait besoin d’aide point final. Et pour lui Regina n’aurait jamais du faire une telle chose, même s’il était vrai que l’homme avait menacé l’existence de deux nourrissons il ne méritait pas un tel sort – personne ne le méritait c’était tout, elle ne faisait qu’alimenter le cruel jeu de la haine et de la rancœur éternelle qui l’exacerbé tant. Il fallait apprendre à pardonner pour créer un monde meilleur, certes il était sans toute un utopiste bien aveugle mais il préférait ce titre-ci à celui de vengeur sanglant, il n’était pas un meurtrier et il ne laisserait personne de son groupe en devenir un mais surtout pas pour des raisons qu’il ne trouvait pas légitime. La guerre il en avait déjà eu un avant-goût, se trouvant entre deux feux et incapable de pouvoir faire quoi que ce soit pour arrêter cette folle aventure mais cette fois-ci était différente puisqu’il pouvait agir plus efficacement, il était ainsi hors de question qu’il puisse regarder la situation dériver vers cet état une seconde de plus. Appuyant doucement, mais suffisamment pour empêcher le sang de trop couler de la plaie, Glinda qui l’avait rejoint s’attelait déjà à essayer de venir améliorer l’état de santé du magicien sans pourtant que la situation vitale de l’homme ne change réellement. Taran voulait croire au fait qu’il ne pouvait voir correctement à travers le tissu ensanglanté, qu’il était difficile de pouvoir évaluer les dégâts, mais bien vite le constat de la gentille sorcière se faisait sans appel.

« Cela ne marche pas bien. Il n’a pas envie d’être soigné. »

Une fraction de secondes Taran se trouvait abasourdi par ce que Glinda lui expliquait, la fixant avant de retourner son regard vers le magicien et de nouveau vers la sorcière avant d’une fois encore revenir à l’homme, la connexion entre ses neurones avait un mal fou à se faire. Qui choisirait la mort au lieu de la vie surtout si celle-ci pouvait lui être offerte ? Improbable. Il devait alors suivre ce que son instinct lui disait de faire, le suivre aussi aveuglement qu’il l’avait toujours fait comme s’il était son point de repère inespéré dans cette véritable tornade d’événements qui se déroulait, même si celui-ci lui chuchotait quelque chose à laquelle il ne s’attendait pas vraiment. Sans réfléchir plus que ceci Taran se trouvait ainsi la main tendue, le bruit avait retenti dans toute la pièce et qui démontrait la force qu’il venait de mettre dans son geste, la claque qui s’était effondrée sur la joue du magicien avait sans doute était plus forte que ce qu’il avait prévu de base. C’était la première fois qu’il venait de lever la main – littéralement – sur autrui, de manière bien conscience et volontaire tout en étant aucunement sous l’effet d’un sort comme celui du miroir brisé, la seule façon qui lui était venue en tête pour remettre les idées en place dans la tête de l’homme et surtout le faire réagir quoi qui puisse en coûter. S’il n’avait eu que réticences à son sujet, le magicien lui ayant clamé plusieurs fois qu’il ne voulait pas de son aide par pure méfiance, au moins Taran obtenait autre chose de sa part et plus que tout son attention. Il n’avait pas voulu lui faire du mal, ce n’était même pas par plaisir qu’il avait fait ce geste, mais parfois les circonstances ne laissaient d’autres choix alors que la colère se faisait sentir de son côté. C’était comme si tout d’un coup il était devenu plus adulte, ou du moins qu’il comprenait que trop bien la gravité de tout ce qui pouvait se dérouler et qu’il ne laisserait pas la situation se passer ainsi en la regardant juste passer, remettant alors cette main avec l’autre pour compresser de nouveau la plaie. L’existence était un combat qui devait être mené, ne pas laisser la mort si facilement l’emporter, souhaitant que le magicien le comprenne.

« Mais laissez-vous soigner on veut vous sauver ! »


« Si je m’éteins ici je ne vais pas mourir, mon âme sera toujours rattaché à Oz, et désormais plus personne ne pourra me virer. D’une certaine manière je prendrai définitivement la place de cette sale sorcière verte. »

En disant cette absurdité sans nom, en tout cas pour Taran ceci l’était, le blessé venait à cracher légèrement vers Zelena qui le remerciait pour ce compliment. La haine n’apportait que la haine. Une fois encore il en avait la preuve sous les yeux, jamais il ne pourrait savoir ce qui alimentait réellement cet homme et à quel point il avait pu être blessé même s’il venait à tout leur raconter, mais ce n’était pas une raison pour vouloir rendre les coups. Encore moins quand des innocents étaient en jeu, aussi bien leur groupe que le reste de la population, tandis que les images des villages brûlés lui revenaient en tête. Qu’est-ce que ces pauvres gens avaient bien pu faire ? Rien. Ils n’étaient que des victimes de quelque chose qui les dépassait, ils se trouvaient juste au mauvais endroit et au mauvais moment voilà tout, une violence gratuite que Taran révulsait fortement et ne faisait que provoquer un dégoût colérique en lui. Il était vrai qu’il ne prenait pas grand-chose au sérieux, en fait il était comme un grand gamin aux idéaux pacifiques ainsi qu’utopistes, mais le cas présentement était trop grave pour qu’il puisse comme à son habitude retourner dans une zone ce confort sans y réfléchir le moins du monde. Tout ceci allait beaucoup trop loin, aussi bien pour les protagonistes que pour ceux affectés d’une manière globale, c’était une chose de vouloir se venger d’une personne et vouloir lui faire du mal mais s’en était une autre que de faire souffrir autrui pour la bête raison de potentiellement toucher ainsi la personne concernée. Il n’y avait qu’à voir par exemple China, cette petite poupée de porcelaine dont les jambes avaient éclatés en morceaux, sauf qu’elle n’était pas l’unique cas. Taran appuyait alors de manière bien plus prononcée sur la plaie du magicien, quelque part révolté de voir tout ce que l’homme avait pu faire néanmoins il fallait à tout prix arrêter les tueries – même si tout le monde disait que personne ne mourrait réellement à Oz, sentant l’électricité lui parcourir tout le corps et ayant une furieuse envie d’exploser un instant. Inspirant un bon coup, ne voulant céder si facilement à une quelconque forme de noirceur en attaquant, il devait tout faire pour que le magicien prenne conscience de ce qu’il faisait.

« Et est-ce que cette vengeance mérite d’aller aussi loin ?! T’as mis le royaume sur lequel tu veux régner à feu et à sang, c’est n’importe quoi ! J’sais pas ce que Zelena t’as fait mais vieux faut aller de l’avant au bout d’un moment ! Tu risques d’en mourir là j’te signal ! »

Aucun mot ne fut prononcés de la part de l’homme sur l’instant, même le petit moment qui suivit il ne disait un mot et semblait être pensif, et même si Taran attendait peut-être une réponse de sa part finalement il savait que ne rien dire en était une aussi en soit. Glinda lui lançait alors un regard, hochant un petit peu la tête à son adresse comme pour lui demander d’essayer de recommencer à le sauver, opérant avec sa magie pour soigner du mieux qu’elle le pouvait le grand Magicien d’Oz. Cette fois-ci son geste avait l’air de marcher, gardant tout de même encore pour sa part sa main avec le tissu que trop ensanglanté contre la plaie au cas où, se laissant bercer un instant par cette petite lumière blanche rassurante qui pouvait sortir des mains de la gentille sorcière du Sud. Soupirant un peu, comme s’il profitant de cet instant suspendu pour évacuer tout ce qui n’allait pas et reprendre un léger sourire plus léger qu’il avait toujours, Taran était soulagé de savoir que la vie de quelqu’un pouvait être épargnée même si cette personne n’avait pas fait de bonnes choses. Il n’était après tout jamais trop tard pour changer, Zelena en était la preuve dans un sens même s’il ne la connaissait pas d’avant – tout ce qu’il connaissait et voyait d’elle c’était le fait qu’elle était une mère aimante mais surtout des plus attentionnées, et offrir cette seconde chance de mieux faire au magicien lui semblait de ce fait encore plus important. Il était facile de se venger, ils en avaient eu la démonstration, mais parfois il était plus primordial de prendre le chemin le plus difficile à savoir celui du pardon qui pouvait être à l’arrivée le plus bénéfique. Il voulait y croire alors que son regard se reportait un instant sur les personnes, une tension bien présente et comme si le temps était suspendu mais qu’il allait reprendre avec plus de force comme le faisait parfois l’orage, reportant son regard sur Glinda qui retirait ses mains de la plaie.

« Je ne peux rien faire de plus, ma magie n’est pas assez puissante pour le soigner complètement. »

Le Magicien d’Oz était toujours blessé, il lui faudrait consulter un véritable médecin, mais sa vie n’était plus en danger ce qui décrochait un véritable sourire à Taran. Il fallait que tout se calme, que tout le monde puisse discuter calmement pour prendre un nouveau départ, voulant aussi s’assurer de la sécurité de leur groupe. Un simple coup d’œil montrait à quel point Katharina était blessée, ce qui lui fendait vraiment le cœur, il ne fallait pas que le combat continue aussi bien moralement que physiquement. Le sang devait arrêter d’être versé pour des querelles passées, il voulait y croire sincèrement et peut-être trop naïvement, et ceci devait commencer tout de suite.

« Et d’ailleurs ça serait cool de dire aux soldats et aux singes d’arrêter de se battre, ils sont carrément pas dans cette histoire et c’est pas cool de les forcer à attaquer. »

Aidant doucement le magicien à se rasseoir, celui-ci faisait un geste envers qui stoppait les soldats et les singes-volants, Taran venait vite lui frotter le dos pour le réconforter mais aussi lui montrer son soutient. Bon apparemment c’était pas le moment idéal, surtout au vu du regard noir qui se prenait, mais c’était tout de même un début.







copyright Bloody Storm


Niveau de vie : 65%

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

The Yellow Road
Yellow is my color ! Hey the yellow light shining, everybody, let's go ! The fantastic world of Oz it's just here ! ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2264-i-play-pokemon-go-everyday
Zelena Green

avatar
En réalité, je suis
La Méchante Sorcière de l'Ouest
☂ Conte : Oz

☂ Emploi : Sage-femme
☂ Camp : Villains
☂ True Love : L'amour c'est comme une cigarette. Ça flambe comme une allumette ça pique les yeux, ça fait pleurer et ça s'envole en fumée ...

☂ Avatar : Rebecca Mader
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   Mer 22 Nov - 22:22

The Fantastic World of OZZelena et la bande de bras cassés.
There's so much good here, it sickens me ! ••• Tout était enfin terminer. Evelana était toujours enfermé dans sa cage magique, Regina venait de toucher à plusieurs reprises le magicien parce qu'il avait eu la malheurs de couper trois cheveux de sa fille. Il était au sol et ne pouvaient rien à faire. Quand aux gardes ils venaient à être foudroyer par Taran. C'était la fin. Et plus que tout dans cette histoire c'était qu'Adriana allait parfaitement bien. D'ailleurs une fois toute cette histoire terminée, Zelena ne mis pas une seconde de plus pour se retourner vers Katharina et lui prendre la petite, venant à la tenir fort contre elle pendant plusieurs secondes voir plusieurs minutes. Elle était seine et sauve, il lui était rien arrivé et c'était plus qu'un soulagement pour la jeune mère qui s'en voulait d'être venue ici à Oz. Elle n'aurait pas du. C'était une grave erreur, même si elle ne pouvait pas deviner ce qui allait se produire, emmener un si jeune enfant pour un tel voyage était dangereux. Mais à qui elle aurait bien pu le confier ? Elle n'avait confiance en personne pour pouvoir laisser le bambin dans les mains de quelqu'un alors qu'elle allait se trouver complètement dans un autre monde, dans un autre univers. Il avait été inimaginable de la laisser à Storybrooke avec une personne dont elle aurait pas confiance voir très peu alors qu'elle ne pourrait pas revenir comme bon lui semblait si quelque chose de grave lui arriver. Pourtant ils avaient éviter la catastrophe de peu. Zelena connaissait le magicien et savait qu'il aurait été jusqu'au bout de ses paroles, qu'il n'aurait pas hésiter une seule seconde à faire du mal à sa fille pour pouvoir la blesser elle, la blesser jusqu'au plus profond de son cœur. Adriana était la seule chose de bien qui lui était arrivé depuis bien des années maintenant. La seule chose qui lui permettait d'avancer, de se lever tous les matins. Adriana était un vraie miracle, elle était son miracle et Zelena savait qu'elle se trouvait faible face à Adriana. Sa fille était son point faible. Elle pourrait tout faire pour elle, pour la sauver, pour qu'il ne lui arrive rien même jusqu'à donner sa propre vie s'il le fallait. Parce qu'elle l'aimait plus que tout et on lui avait souvent répéter que l'amour était un point faible. Que tout le monde pouvait s'en servir contre toi, et c'était exactement ce qu'avait fait le magicien et Evelana. Elle continuait de calmer sa fille en la serrant contre soit, cette dernière reprenait doucement son calme, arrêtant de pleurer pour de bon une fois avoir pu sentir le parfum de sa mère et ses bras s'entourer autour de son petit corps encore un peu fragile.

Il était temps qu'ils rentrent tous. Elle s'approcha du rideau, elle avait une dernière chose à récupérer et qui lui appartenait. Le tirant elle laissait apparaître un genre de petite canapé transats sur le côté, venant ouvrir le tiroir d'une commende. Un collier était parfaitement ranger à l'intérieur où plutôt plusieurs petits colliers forment à eux tous un genre de trèfle. Elle en pris un. Seulement un, les autre ne lui servirait à rien. Qu'est-ce qu'elle allait faire des autres ? Les cassées. Elle les casses en plusieurs petites morceaux avant de les faire disparaître. Elle ne voulait pas que Evelana ou encore le magicien, s'il s'en sortait puissent les utiliser. Elle mit le petit collier autour du coup d'Adriana avant de lui faire un petit sourire. La petite fille se mit à sourire avant que Zelena ne se retourne vers le reste du groupe.

« Il est tend de rentrer »

« Je ne crois pas »

Et à peine elle eu le tend de réagir pour savoir qui parlait que le magicien se retrouvait déjà débout avec une épée en main entrain de lui foncer directement dessus. Son premier réflexe se fut de se retourner, essayer de protéger au maximum Adriana du coup du magicien. Elle attendait le coup, elle attendait ressentir une certaine douleur, son sang couler mais rien. Le temps passait, elle avait eu l'impression que cela durait une éternité avant d'entendre le bruit de l'épée tombé au sol, la faisant sursauter. Rien. Il n'y avait rien. Zelena mis du temps à comprendre et à décider enfin de se retourner avant de voir le magicien au sol. Il avait l'air mort. Réellement mort. Elle leva le regard vers Glinda qui avait la main en l'air. Elle avait compris. Ils leur suffisaient que d'un seul regard pour comprendre ce que Glinda venait de faire. Elle venait de l'achever, du moins achever d'une certaine manière à Oz.

« Je ne pouvais pas le laisser faire. Et puis il vivra d'une certaine manière je ne l'ai pas réellement tué »


Zelena lui fit simplement un hochement de la tête pour la remercier. C'était fini, tout était fini pour le coup. Il était temps de rentrer chez eux et le plus vite possible. Zelena aimait Oz, mais elle aimait le Oz d'avant pas celui qu'elle pouvait apercevoir maintenant. Elle jeta un regard vers Evelana toujours dans sa cage qui avait l'air de ruminer toute seul face à son échec. Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir faire d'elle. Tout le monde allait la repartir d'Oz. Est-ce qu'ils pouvaient la libérer ? Glinda eu sa réponse.

« Je vais m'en occuper. Rentrer, je vais rester à Oz. Ma place est ici, ainsi je pourrais réparer notre pays, retrouver tout ses habitants. J'ai faillit à mon rôle de Gentille Sorcière alors je vais essayer de me rattraper. »

Zelena ne dit toujours aucune paroles. Elle fit seulement un geste de la main pour téléporter tout le monde hors du palais, un petit peu plus loin dans les champs. Elle serra fort contre elle Adriana avant de sortir la baguette du sorcier. Elle sortie un objet venant d'Oz. Une photo d'elle et d'Adrianna. Cela les emmènerait directement à Storybrooke. Tenant toujours la petite, d'un bras elle venait à ternir la photo de la même main prenant la baguette de l'autre faisant des petites cercles autour de la photo. En moins de deux le vent commençait à se lever à Oz et on pouvait apercevoir au loin une tornade verte se former petit à petit et se rapprocher de plus en plus d'eux. Zelena ne resta pas bien longtemps sans bouger commençant à se mouvoir vers la tornade.

« Faites attention dans la tornade cela serait bête qu'une personne meurt dedans. »

Et elle sauta dans la tornade. Attend simplement que le voyage se termine. Elle était plus que ravie de rentrer et de pouvoir être tranquille avec sa fille. Finalement elle avait pratiquement eu tout ce qu'elle voulait et c'était déjà ça. Elle ne demandait pas plus, puisque la vie de sa fille était saine et sauve avec Zelena.
©️ 2981 12289 0

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Wicked Always Wins
What they call "green with envy" I just call "looking good" ⊹ Once I was filled with rage now I enjoy the ride. It's so electrifying Watching all her dreams denied !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t555-non-pas-cruelle
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: The fantastic world of Oz [Mission]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The fantastic world of Oz [Mission]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Enchanted & real Worlds :: Autres Mondes :: Le Monde d'Oz-