Partagez | 
 

 Friendship as old as time [Fe - James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander E. Teach

avatar
En réalité, je suis
Maître de l'Underworld
☂ Conte : Aucun

☂ Emploi : Capitaine du Queen Anne's Revenge/ Maître de l'Underworld
☂ Camp : I just care about me
☂ True Love : La Mort

☂ Avatar : Richard Armitage
© Crédit : Des gens cool <3
MessageSujet: Friendship as old as time [Fe - James]   Mar 26 Sep - 19:37



❝Friendship as old as time❞
Alexander & James



Il y a longtemps, bien avant Storybrooke

Une odeur nauséabonde lui envahit les narines quand il reprit conscience, étrangement l’odeur lui était des plus familière, l’odeur de sang, de transpiration, de poudre et autres effluves des plus écoeurante ne lui était pas inconnue, pas quand il vivait une vie de forban et qu’il avait une tendance des plus idiotes à parfois se laisser capturer, pour son propre amusement et l’exaspération entière de son équipage. Cette fois-ci il n’y était pour rien, son second ,cette espèce de chien, les avaient tous trahis. Des bateaux de la Royal Navy les avaient encerclé puis aborder, après un combat plus que acharner, ils avaient été tous capturer.Ce qu’ils ne savaient pas, c’est qu’il pouvait s’en aller à tout moment s’il le désirait, il avait juste à simplement se téléporter en dehors de sa cellule pour récupérer le reste de son équipage avant de retourner sur son bateau, pas s’en faire un petit carnage avant de s’en aller bien sûr, mais il avait décidé que rester serait plus amusant, il n’avait jamais fait face à la Royal Navy et il était curieux d’en connaitre un peu plus.

Se redressant le plus lentement possible pour ne pas perdre l’équilibre, il pu remarquer que sa chemise noir était entrouverte ce qui laissait entrapercevoir le haut de son torse, peut être qu’ils avaient voulu voir s’il ne cachait pas d’arme sous celle-ci ? En tout les cas ils n’avaient pas dû être ravis de découvrir qu’il ne cachait rien. Repoussant ses cheveux de jais en arrière, il s’avança de quelques pas pour jeter un coup d’oeil à ce qu’il se passait en dehors de sa cellule.”Médiocre.”Quelques gardes par-ci, par-la, un prisonnier qui hurlait à la mort un peu plus loin et les autres eux semblait vociféré qu’ils étaient innocent ou se contentait d’insulter la Navy, La couronne et même les mères de tous les officier.

Lui il restait silencieux, observant tout ce qui se passait depuis la porte de sa cellule ou depuis son lit, il avait passé plusieurs jours comme ça, à ne rien dire, à manger la nourriture qu’on lui donnait, à écouter ce qui se tramait dans la prison et en ignorant chaque officier qui s’approchait de trop près pour le questionner. S’ils croyaient pouvoir le faire parler ou le faire réagir, ils étaient tous aussi faibles d’esprit les un que les autres. Sa patience s’en allait au fil des jours tandis que son envie de meurtre s'accroissait de jour en jour, il avait un équipage à rejoindre et un devoir à accomplir.

Ce fut durant le huitième jour de sa capture que les choses changèrent, il avait ressentie du changement dans l’air, comme si quelques chose de spécial allait se présenter à lui incessamment sous peu. La matinée avait été plus calme, enfin aussi calme qu’elle puisse l’être dans une prison, chacun s’occupait comme ils le pouvaient pour faire passer le temps. Alexander lui avait décider de se défouler contre le mur, alternant d’un poing gauche et du droit pour le cogner. La douleur qu’il ressentait était éphémère, mais tellement satisfaisante, ses jointures elles étaient en sang, mais il n’en n’avait que faire.

Un silence venait de s'abattre dans la prison, tandis qu’il continuait de maltraiter son mur de pierre, il pouvaient sentir une présence dans son dos, mais il n’y prêtais guère attention, jusqu’à ce que l’homme prenne enfin la parole. Le Capitaine du Queen’s Anne se figea un instant avant de lentement se tourner pour faire face à son nouvel interlocuteur, un homme de grand taille au cheveux roux, un autre officier de la Navy, mais qui semblait quelque peu différent des autres, même s’il ne savait guère pourquoi.

Restant toujours aussi muet, il s’avança en direction des barreaux de sa cellule où se trouvait l’officier tout en ne le lâchant jamais du regard, cette homme avait capturé toute son attention et il en fallait beaucoup pour réussir cette exploit. Attrapant deux barreaux des mains de chaque côté de l’officier, il pencha légèrement la tête sur le côté pour l’observer des pieds à la tête la tenu que portait l’homme en face de lui, s’amusant à comparer les différences entre eux deux. Il était couvert des pieds au torse de tissus, alors qu’Alexander lui avait toujours sa chemise entrouverte et ses manches retroussées, laissant paraître le cadeau que lui avait fait la compagnie des Indes quelques années plus tôt : un “P” de taille moyenne marquée au fer rouge sur son poignet gauche.

Après ce petit cadeau laisser, il avait décidé de s’évader tout en faisant payer celui qui avait osé marquer sa peau sans son consentement, bien sûr ce ne fut pas le seul homme à mourir ce jour là, mais il fut l’un des premiers. Il avait prévu de faire de même avec la Royal Navy, mais peut être qu’il laisserais cette officier en vie, tout dépendra de la suite des événements. Après avoir fini de toiser son interlocuteur, il se décida enfin à lever la tête pour fixer son regard dans celui de l’homme, un rictus amusée se dessinant au coin de ses lèvres.

Et enfin, après huit jour de silence, il prit la parole.“Je crois qu’on nous observe.”Murmura-t-il à l’adresse du rouquin tandis qu’il jeta un coup d’oeil furtif près du mur où se trouvait un autre officier qui semblait tout aussi à l’aise qu’une vierge dans une maison close, il avait pu aussi observer le regard de l’homme se durcir quand il s’était approchée un peu trop près du rouquin.”Je crois qu’il ne m’aime pas beaucoup.”Ajouta-t-il sur un ton vaguement amusée tandis qu’il portait son attention sur le premier officier.”Alors, à qui ais-je l’honneur et qu’est-ce qui vous amène vous et votre...ami...”Son rictus s’agrandit un peu plus en prononçant ce mot.

”J’espère que ce n’est pas pour m’ennuyer comme le reste de ces imbéciles, sinon je vous ferais regretter de m’avoir interrompue dans mon silence imposée.”Il se colla un peu plus contre les barreaux.”Bien que ça serait dommage de souiller ce joli costume .”Lâchant le barreau qu’il tenait de sa main droite, il se permit de tracer lentement du doigt le haut qui couvrait le torse de l’homme en face de lui tandis qu’il pu voir du coin de l’oeil l’autre homme se retenir d’avancer dans leur direction.”Intéressant.”Il retira son doigt, rangeant sa main dans la poche de son pantalon de cuir avant de se reculer légèrement, son amusement était de en plus visible.”Trève de plaisanterie...je vous écoutes.”


©️ Pando

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Hoist The colours
Life is cruel. Why should the afterlife be any different?.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Flint

avatar
En réalité, je suis
Le Léviathan
☂ Conte : Treasure Island

☂ Emploi : Maître des Océans
☂ Camp : La Destruction
☂ True Love : Les Flammes

☂ Avatar : Toby Stephens
© Crédit : Bekah ☠ Tumblr
MessageSujet: Re: Friendship as old as time [Fe - James]   Lun 18 Déc - 17:49

+  Friendship as old as time +

Les pirates. Depuis qu’on est enfant, on nous apprend à les haïr. On les pend sur la place publique pour nous empêcher de rêver à cette vie de liberté. Le gouvernement nous avait appris à haïr ses monstres, nous les montrer comme des être sans cœur, comme des monstres. Mais je savais qu’il y avait autre chose en eux. Bien que, faisant partie de la marine royale jamais je ne me tournerai vers cette vie de débauche, je me retrouvais malgré moi attiré par eux comme un papillon de nuit vers une flamme. Mon capitaine, et amant, essayé de créer une paix entre nos deux cultures et je ne pouvais que l’approuver dans sa quête de la justice. Ne pas être fermé comme nos supérieurs l’étaient. Mais en attendant cette paix jugée surréaliste d’après les généraux, on devait continuer à protéger nos eaux territoriales. Un de nos informateurs, un traitre parmi les voleurs nous avait vendu son capitaine. Le Queen Anne’s Revenge, l’une des principales menaces des caraïbes était à notre merci. Même cette frégate n’avait pas tenu face au navire de guerre que la navy avait employé pour stopper son capitaine.

L’attaque fût donc une réussite et Barbe Noire lui-même était à présent dans les geôles de notre navire amiral. Ce capitaine pouvait nous fournir des informations sur les ralliements des pirates, on devait savoir où les pirates mouillaient la plupart du temps, pour stopper leur ascension. Les pirates étaient la dernière menace du royaume d’Angleterre avec les espagnoles, et même si je partageais les opinions de mon amant, les ordres sont malheureusement les ordres. Les officiers et matelots étaient passé les uns après les autres pour essayé de faire parlé Barbe Noire, mais rien. Il était resté muet, imperturbable. L’Amiral voulait passer à l’étape suivante, utiliser les moyens de nos ennemies pour essayé de casser cette homme. Utiliser leur cruauté, leur torture pour faire parler ce réticent. J’étais donc la dernière chance de cet homme.

Je marchais dans les geôles, ne regardant jamais les prisonniers qui hurlaient après moi, marchant avec détermination jusqu’à la cellule du fond où Barbe Noire se trouvait. Je m’arrête devant sa cellule, à quelques centimètres des barreaux, alors qu’il frappait contre le mur. Je reste droit comme un pic, les mains derrières le dos alors que je l’interpelle. « Prisonnier. » J’ignore si mon ton l’a fait réagir, mais pour la première fois depuis une semaine il se retourne. Je reste imperturbable alors qu’il avance vers moi, me scrutant de la tête au pied. J’essaie de faire en sorte que mes yeux restent fixés sur son visage impassible, mais ses traites le scrutent à leur tour, s’attardant sur son torse dévoilé. Comme je le présentais, des cicatrices parsème son torse, montrant ainsi les nombreuses batailles dont il a dû faire part. pour être honnête je le pensais beaucoup plus vieux, vu sa renommé, mais il semble seulement avoir atteint la quarantaine. Je vois aussi sa marque de piraterie infligé par la compagnie des Indes. Son regard sur moi semble me bruler, cela devrait me gêner, mais ce n’en est rien. La raison ? Je l’ignore encore. Je recroise son visage pour voir un rictus sur ses lèvres. Je tourne la tête vers l’endroit qu’il me désigne pour voir Thomas nous observer de loin. Je connais cet air dans le regard de mon capitaine, et je comprends pourquoi en examinant la distance entre moi et le pirate. Seul les barreaux nous séparé. Je ne préfère pas répondre au remarque du pirate, reprenant mon air des plus sérieux quand il me demande mon identité. Identité que je ne lui donnerai pas. Pour pour le moment du moins.

Mon regard se durcit quand j’entends ses recommandations. « Vous pensez être en mesure de profaner des menaces, pirate ? » car ce sont bien des menaces dans mes oreilles. Il semble se foutre complètement de mes paroles alors qu’il tend la main pour tracer avec une lenteur insoutenable mon torse vêtu. Je devrais le repousser, sortir un fouet et lui apprendre le respect, mais je n’en fis rien. Il était notre seule solution pour avoir des informations. Je me risque un coup d’œil vers Thomas pour le voir bouillir intérieurement. Barbe Noire, aussi fou que ça puisse paraître, semble interpréter en quelque sorte le visage de jalousie de Thomas en vue de sa réponse.

Je fais taire mes instincts, me retenant de saisir ce prétentieux et lui apprendre ce respect dont il semble être dépourvu. Son air arrogant et son sourire arrive à me rendre fou. Alors que le pirate se recule, je semble retrouver l’air qu’il me manquait jadis. « Lieutenant. » j’allais prendre la parole quand Thomas m’interpelle. Je tourne mon visage vers lui attendant ses ordres. « Vous me retrouverez dans ma cabine après votre entretien. Je veux un rapport complet. » « A vos ordres capitaine. » Après un dernier salut militaire il s’en va, me laissant donc seul face à cet homme.

« Renseignez-moi vos intentions dans ses eaux de pirate. » Question des plus idiotes d’après certaine personne, mais ces gens sont tellement arrogants que quelques fois ils nous révèlent des plans. Bien que ce capitaine semble plus malin que ses compatriotes. « Quel était votre trajet ? Dans quel port mouillez-vous ? » Je me mouille les lèvres, vérifiant qu’aucun marin n’était présent avec moi et ne pouvez m’entendre. « Je peux vous aider, si vous coopérez. Où revendez-vous vos marchandises volées ? Quel gouverneur les acceptes et vous délivre donc sa protection ? » Nous n’étions pas tous des imbéciles, presque personne accepte d’acheter les biens des pirates sous peine de connaître les mêmes fins tragiques que ses voleurs.


☆☆☆ Beerus

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t2926-capt-james-flint
 
Friendship as old as time [Fe - James]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Enchanted & real Worlds :: Autres Mondes :: Autres mondes-