Partagez | 
 

 I deal with your devil side | F. Coraline Dagenhart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niels Mørck

avatar
En réalité, je suis
Rozen
☂ Conte : Rozen Maiden

☂ Emploi : Animateur à la garderie le jour & recruteur de show pour le Rabbit Hole la nuit
☂ True Love : She's the Puppet on a string, with a broken mind

☂ Avatar : Calvin Harris
© Crédit : Schizophrenic
MessageSujet: I deal with your devil side | F. Coraline Dagenhart   Mer 8 Nov - 18:14




Que la vie lui semblait si douce depuis qu'Alice lui était revenue, du moins sa copie presque conforme au point de le leurrer suffisamment et sans doute en raison d'un certain déni par la même occasion de sa part, retrouvant assez rapidement ses marques auprès de la petite fille au point d'avoir presque la sensation que toutes ces années à vouloir la retrouver n'avaient jamais réellement exister. C'était comme si le cauchemar avait enfin pris fin et que Niels avait ouvert les yeux, pour se rendre compte que tout était à sa place ou encore que tout ceci n'avait été produit que par le fruit de son subconscient, au point de créer toute une ère idyllique où il venait à placer la fillette sur un piédestal de vénération absolue. Mais était-ce aussi parfait qu'il puisse bien le dire ? Il y avait une tache noire sur ce tableau de perfection et le marionnettiste avait conscience que celle-ci provenait de lui, il était de toute façon impensable pour lui qu'un être aussi pur et innocent que pouvait-être sa fille puisse produire une telle chose, produite par cette peur profonde qui venait à grandir de manière exponentielle comme le ferait du lierre pour progressivement le mettre à genoux. Cette peur que malgré ce retour inespéré il ne puisse plus un jour ressentir le moindre sentiment à l'égard d'Alice, ce morceau de cœur dans sa poitrine étant incapable de supporter certaines charges émotionnelles au point de les annihiler à petit feu, et même si depuis ce retour il y avait pourtant à son sens du mieux ce n'était pas assez pour Niels qui en souhaitait toujours plus. Il voulait redevenir entièrement ce père qui avait pris soin de sa fille, et non plus celui qui s'était retrouvé démuni face à la maladie qui pouvait bien la ronger sans qu'aucune de ses actions n'y fasse quoi que ce soit, la chérir encore plus que ce dont il était capable pour l'instant et surtout s'améliorer dans un processus qu'il voulait pour une fois rapide faute d'avoir le temps. Finalement la course contre la montre ne s'était jamais arrêté, mettant à jour un peu plus à quel point la situation se faisait présente d'une manière ou d'une autre, tandis que la peur alimentait peut-être sans le vouloir ce trou dans la poitrine qui prenait un peu plus une joie de s'étioler à mesure qu'il faisait des efforts pour avancer et ne plus penser au passé puisque l'avenir lui souriait en compagnie du seul être qui comptait à ses yeux.

Essayer de ne plus produire les mêmes erreurs face à cette seconde chance qu'il avait lui-même créer, son succès il le devait uniquement à lui et aux sacrifices multiples ainsi que perpétuels qu'il avait pu fournir, mettant en lumière à son sens toutes les théories qu'il avait pu fonder dans un pari fou dans lequel il s'était jeté corps et âme sans hésiter une seule fois. Et le résultat était là après tout, Alice se trouvait à ses côtés et c'était bien tout ce qui lui importait, avec son sourire si charmant qui le rassurait autant que parfois il lui arrivait de le craindre en s'imaginant être la cause d'un potentiel tourment à venir. Alors Niels faisait de son mieux pour combler comme il le pouvait la petite fille, devenant presque laxiste sur des points tant le besoin de lui faire plaisir était là, passant autant de temps qu'il le pouvait en sa compagnie. Pour elle il avait repris le véritable goût de la création, aussi bien des pantins ou autres êtres inanimés que passant par la confection d'une robe de princesse par exemple, désertant de plus en plus le Rabbit Hole pour se concentrer sur ce qui était devenu à son sens l'essentiel. Plus question d'aller traîner dans le bar le soir désormais, uniquement si son travail pouvait bien l'exiger, ayant repris ses marques de parent plus rapidement qu'il aurait pu le penser à première vue. Le créateur de poupées voulait juste passer du temps avec Alice, délaissant ce rôle de fourberie dans lequel il avait pu se glisser pour pouvoir avancer vers son objectif puisque celui-ci était atteint, sans se rendre compte par la même occasion que peut-être il était trop présent au point d'étouffer à long terme la petite fille. Il avait du mal à la laisser faire certaines choses, bien plus marqué qu'il ne pourrait jamais l'avouer par la vision d'Alice sans vie et qu'il n'avait pu empêcher, préférant par exemple que les amis que la petite fille avait pu se faire à l'école viennent chez eux plutôt qu'elle aille chez les autres envers qui il n'avait aucunement confiance. Mais ce soir-là Niels devait faire une exception et laisser un peu cette copie parfaite de sa fille prendre un peu son envol en quelque sorte, finissant par céder face aux supplications de la petite pour une soirée pyjama chez une gamine qui avait pu l'inviter pour son anniversaire, ne voyant pas trop pour sa part tout ceci comme un soulagement ou encore le fait d'avoir une soirée de libre sans son enfant. Néanmoins il ne pouvait la retenir prisonnière, l'amour excessif il avait vu ce que ça donnait avec sa mère et il ne voulait reproduire ce désastreux exemple, aussi difficile que ceci pouvait être.

Ainsi Niels se trouvait-il à amener Alice vers l'adresse que la mère de l'autre enfant lui avait indiquée, serrant la main de la petite dans la rue comme par crainte qu'elle puisse lui être prise – et c'était bien le cas en réalité, tout en parlant et riant avec elle en buvant la moindre parole qu'elle pouvait avoir comme si les mots qui sortaient de sa bouche étaient d'une sainteté remarquable. Et rien d'autre n'avait d'importance alors, ignorant les gens qu'ils pouvaient croiser sans même se rendre compte ou même les endroits qu'ils pouvaient dépasser sans leur jeter un seul coup d’œil, il n'y avait qu'eux et le reste du monde en quelque sorte dans son esprit mais c'était bien tout ce qui pouvait compter. Dans un sens il était plus facile d'ignorer ce qui gênait que de voir la vérité en face, essayant d'éviter de tout prendre en compte comme il le faisait habituellement pour mieux l'ingérer et le régurgiter au moment adéquat, comme par exemple la colère de Suiginto sa première poupée qui lui clamait haut et fort que ce n'était pas Alice à ses côtés mais bien une usurpatrice. Et peut-être que si Niels prenait la peine de regarder les détails, tout ce qui ne collait pas avec ce qui savait ou encore avec le caractère initiale de sa fille, il était certain qu'il saurait la vérité. Sauf qu'il ne voulait pas. Il avait passé déjà tellement de temps à la charger partout que quand celle-ci s'était présentée à lui il avait voulu y croire, comme si tout d'un coup il avait placé un voile devant ses yeux pour ne pas voir ce qui le dérangeait mais surtout feignant ne pas voir le moindre signe d'alerte qui allait dans le sens qui ne lui convenait pas, se berçant de cette douce illusion dont il ne voulait plus se passer par désespoir et pour sa propre survie mentale peut-être. Rencontrer celle qui s'était présentée comme étant sa mère, même si pour lui ne portant que le titre et rien de plus à défaut de la connaître ne serait-ce qu'un minimum, avait certainement poussé Niels à vouloir accélérer la situation pour retrouver Alice au plus vite avant qu'il ne soit trop tard. Cette femme lui avait dit avoir le cœur aussi sombre que le charbon ce qui était aussi son cas, encore pire le sien était en morceaux et il ne lui restait plus grand-chose dans la poitrine, ce qui l'avait fait glisser dans une folie qu'il arrivait à comprendre mais pas à pardonner car ce qu'elle avait fait subir à ces enfants était un acte qu'il jugeait inqualifiable.

S'il y avait bien une catégorie à laquelle le marionnettiste n'avait jamais pu consentir à faire du mal c'était bien les enfants, ceux qu'il ne mettait jamais dans la balance des plans qu'il avait pu parfois monter pour son seul bien-être, parce que perdre sa fille l'avait sans doute toujours empêché de faire subir à un parent la même douleur qu'il avait pu ressentir. La raison aussi peut-être pour laquelle Niels aimait autant son travail à la garderie, faisant aussi rappel à son ancien métier dans le monde des contes, ils ne cachaient jamais rien et surtout ils ne pensaient jamais à volontairement blesser autrui d'une manière violente. Les adultes c'était si différent et il leur accordait aucune confiance, se contentant d'avoir uniquement des relations qui pourraient lui être utile et sans la moindre attache à de trop rares exceptions comme le cas de Lieserl qu'il avait cru bon de protéger en la repoussant – convaincu de lui avoir fait du mal pour son bien, et c'était quelque part peut-être ce qui ne le mettait pas en plus à l'aise à l'idée de laisser Alice toute une nuit chez une étrangère. Et le marionnettiste avait beau sourire, toujours avec ce masque toujours présent sur les lèvres comme s'il ne pouvait plus s'en dépêtrer, lorsqu'il voyait cette femme face à lui assurer que tout se passerait pour le mieux il ne pouvait en croire un mot tant il pouvait être habitué à tout analyser pour mieux s'en servir comme d'un bouclier ou d'une épée sur la personne. Mais il avait promis à sa fille, ou cette copie presque identique en tout cas, qu'elle pouvait aller à cette fête et il n'était pas un menteur après tout et il ne souhaitait pas la décevoir une seule fois. Ainsi mettait-il à regret dissimulé le sac de sa précieuse fille entre les mains de l'adulte face à lui, comme si par ce geste il lui donnait bien plus que ce qui était visible même si dans le fond c'était exactement ce qui se passait, méprisant le sourire de cette femme sans rien laisser paraître. Rien n'était plus traître qu'un sourire après tout, Niels le savait et en était surtout le plus parfait des exemples, et c'était bien pour cette raison que sa méfiance vers cette inconnue ne faisait que brûler au fond de lui tout en cherchant à la canaliser tandis qu'il se mettait au mieux à la hauteur d'Alice pour la serrer dans ses bras autant qu'il le pouvait. Se séparer d'elle dans la sorte était plus dur qu'il aurait pu l'imaginer, même si c'était juste pour une nuit c'était déjà bien trop pour lui, tentant d'éviter d'envisager dans son esprit l'ensemble des scénarios possibles par la suite pour ne pas avoir à repartir avec elle mais plus que tout la décevoir.

« Surtout sois bien sage, si tu veux que je revienne te chercher même au beau milieu de la nuit tu ne dois surtout pas hésiter, et n'oublies pas que papa t'aime très fort. »


Posant un baiser sur son front, tout en lui offrant un sourire sincère par la suite, Niels se relevait et faisait signe à l'être le plus précieux au monde jusqu'à ce que la porte se ferme. Pendant quelques secondes il restait là sans bouger, voyant cette porte comme un symbolisme et un retour en arrière où il lui était impossible d’enlacer sa fille, avant de reprendre la route comme si de rien n'était. Il pouvait le faire, il avait été sa propre marionnette pendant si longtemps qu'il était devenu facile pour lui de faire semblant au moment le plus approprié, devant juste se vider suffisamment l'esprit pour ne pas avoir à penser continuellement en boucle le fait que cette présence à ses côtés lui manquait déjà. Il devait se focaliser sur autre chose, ayant anticipé justement la situation, il devait rendre à Coraline les instruments de réparation de poupées qu'il avait pu lui emprunter. Il avait prévu le coup en se disant que l'espace d'un instant au moins il aurait l'esprit ailleurs, venir piquer la réparatrice était toujours une activité délectable qui apportait toute une foule d'amusements souvent non prévus, mais surtout il avait des interrogations dont elle était la seule à connaître la réponse. Niels savait que la petite gothique de service en savait bien plus que lui sur le monde dans lequel ils avaient été coincés, eux mais aussi d'autres protagonistes malheureux, et plus que tout sur celle qui avait pu lui donner la vie. Ce n'était pas qu'il avait besoin de tout savoir sur elle dans un but sentimentalisme, pour celle qui se faisait nommer la Beldam il n'avait qu'indifférence et tout au plus une forme de dégoût pour ses actes répréhensibles, mais plus pour se comprendre soi-même et plus que tout éviter de reproduire les mêmes erreurs pour finir comme elle. L'animateur de la garderie venait ainsi pousser doucement la porte de la boutique, prenant le soin particulier à se baisser suffisamment pour se prendre une nouvelle fois l'encadrement de la porte et ainsi éviter de s'éclater le nez dessus, laissant la petite clochette au-dessus de la porte annoncer de son arrivée. Néanmoins il devait prendre des précautions, après tout entre Coraline et lui c'était à celui qui détruisait l'autre radicalement, ne sachant dans quel état d'esprit détraqué encore une fois elle pouvait se trouver. Ainsi il était préférable de son point de vue de montrer sa présence, ce qui éviterait qu'elle puisse crier comme la dernière fois ou qu'elle l'attaque après tout il n'en savait rien, de manière calme et posée.

« Et bien à ce que je vois rien n'a changé ici. »

Par avance Niels savait que ça ne serait pas facile, rien ne l'était jamais quand Coraline était dans le coin de toute façon, mais c'était peut-être ce qui mettait de l'exaltation dans tout ceci. Une forme de jeu, ou même un ballet étrange entre coups et blessures, dont il ne pouvait se passer dans le cas présent et peut-être aussi dans le cadre d'oublier provisoirement le reste. Regardant la boutique et les objets autour de lui, essayant de ne pas soupirer de désespoir en voyant à quel point tout était si désordonné et sans la moindre logique qui l'horripilait tant, il avançait doucement vers ce qui s'apparentait le plus vers le comptoir et qui séparait la partie boutique de l'atelier des mystères qu'il n'avait jusqu'ici jamais vu à cause du passage étroit et gardé par ce qui était pire qu'un cerbère. Cependant Niels, bien que tout de même curieux, respectait ce qui pouvait s'apparenter à un sanctuaire sans doute tout comme son bureau était l'endroit dans lequel on n'entrait aucunement sans y avoir été invité. Le mystère faisait peut-être partie du processus de création quelque part, il avait toujours été discret à ce sujet-ci et encore plus lorsqu'il se faisait nommer Rozen car rien ne devait interférer dans la conception de la petite fille parfaite, même si une certaine curiosité se faisait fortement ressentir. Il se devait d'être sage pour l'instant, d'autant plus qu'il ne pouvait aucunement prendre le risque de mettre Coraline en colère et qu'elle l'envoie direction l'hôpital maintenant qu'Alice lui était revenu, posant ainsi l'ensemble des outils qu'il avait pu lui emprunter en attendant qu'il puisse en trouver de nouveaux qui lui conviennent. Ce qui n'avait pas été évident, il était exigeant puisqu'à son sens les objets venaient à s'imprégner petit à petit de la mémoire comme sa manière d'être usé pouvait en témoigner de ce fait, et il était certain que si l'utilisation de ceux-ci n'avait pas été une urgence il aurait attendu. Mais au moins ils avaient fait leur travail, peut-être pas de la façon la plus optimale que Niels aurait souhaitée mais qu'importe, et puis il fallait accorder le fait que ceci lui permettait de revoir la réparatrice pour qui il avait une foule de questions à devoir diluer subtilement. Il ne pouvait pas y aller de front, beaucoup trop dangereux et n'ayant pas envie qu'elle puisse faire le lien entre lui et sa mère, souriant comme à son habitude alors qu'elle lui faisait alors honneur de sa présence.

« Pas d'affolement tu veux. Je reviens juste te rendre le matériel que tu m'as prêté, rien de plus, en te remerciant gracieusement pour ce service rendu chère Coraline. Il y a longtemps qu'on ne s'est pas vu par ailleurs, je me disais que je devais te manquer, depuis l'accident... animatronics ? »

Une fois encore il ne mettait aucune agressivité dans sa façon de parler, au contraire il prenait le temps de choisir ses mots comme à son habitude, voulant instaurer dans l'esprit de Coraline le fait qu'elle n'avait rien à craindre pour mieux en apprendre plus.







copyright Bloody Storm

∙∙∙∙∙·▫▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ ℍeroes & Villains ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫ₒₒ▫ᵒᴼᵒ▫▫·∙∙∙∙∙

Run for Cover
You got big smile, those fake moves. I heard heaven and thunder cry. Don't be afraid of the fear that's a plain eyed trap, you know you're not the only one, and don't look back just run for cover... ⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heroes-villains.com/t1481-ainsi-font-les
 
I deal with your devil side | F. Coraline Dagenhart
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Welcome to Storybrooke :: Les Boutiques :: Big Eyes-