Partagez | 
 

 Une histoire de poche — ft. Anthony Scarecrow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Une histoire de poche — ft. Anthony Scarecrow   Lun 13 Juil - 15:40


   
   
Une histoire de poche

   
   
Edwige N. Ieromeïev Δ Anthony Scarecrow

   
   
“ - Qu’est ce que j’ai... dans ma poche ? - DES MAINS ! - Faux, deuxième essai... - Des arrêtes, des dents de gobelins, des coquillages, des ailes de chauve souris... Nan... UN COUTEAU !! Rhoo tais toi !! - Faux, hélas, dernier essai... - DE LA FICELLE... Ou rien du tout !! ”

   

   
Edwige déambulait dans les ruelles calmes et peu fréquentées de Storybrooke. Rien de mieux qu’un endroit tranquille pour réfléchir. Déployer sans retenue ses neurones, à l’abri des bruits nuisibles. La jeune rousse tournait déjà depuis plusieurs minutes, il s’avérait que sa réflexion était intense et ne voyait aucune issue potentielle. Tout ce temps libre qu’elle consacrait à marcher était destiné à répondre à la question « Comment se débarrasser d’elle ? ». Le "elle" désignant bien évidemment sa belle mère. Hors de question de l’appeler par son prénom, pour Edwige cette femme resterait une inconnue jusqu’au bout. Une inconnue dont elle n’avait que faire du nom et qui ne portrait que "elle" ou "l’autre" en guise d’appellation.

Elle s’arrêta d’un coup, au milieu du passage, en posant ses mains sur ses tempes. La discrétion n’étant pas dans les cordes de la jeune femme, elle aimait donner un air théâtral à tout ce qu’elle faisait, histoire de se donner en spectacle. Tant qu’au final, cette manière de faire était devenue un habitude et la plupart de ses réactions était exagérées. NON non et non ! Voilà le seul mot qui résonnait dans sa petite caboche. Pourquoi n’y avait-il donc aucune option réalisable ! Elle roula des yeux. Toutes ses tentatives avaient fini en petit séjour chez tata pour apprendre les bonnes manières. (Même majeure, elle redoute encore cela puisque sa seule maison est celle de son père.) Il lui fallait donc un coup de grâce efficace ou elle retournerait à l’autre bout de la ville chez la sœur de l’autre. Brr… Rien qu’à y penser elle frissonnait. Sa belle tante ressemblait à une sorcière et son regard était à vous glacer le sang. Elle n’y dormait que d’un œil, ayant peur que celle-ci, durant son sommeil, n’essaye de la manger.
 
Alors qu’elle était à la limite de désespérer intérieurement, son regard passa d’un ciel à un passant. Toutes ses réflexions stratégiques à propose de l’autre venait de disparaître pour laisser place à ce que le passant allait faire. En tant normal, personne n’arrivait à la tirer de ses tortures neuronales, mais là, son costume bleu flashy avait retenu son regard. Elle ne voyait pas tous les jours des gens aussi... Etranges. Des cheveux ébouriffés et des vêtements étonnants, il n’en fallait pas plus pour taper dans l’œil d’Edwige. Elle le vit s’arrêter un peu plus loin. La jeune fille se mit contre le mur, essayant d’avoir l’air moins repérable s’il se retourne, juste pour qu’il ne devine qu’il est observé.

Lorsqu’il fourra sa main dans sa poche, les pensées de la petite rousse fusèrent aussi vite que des électrons tournent autour de leur noyau. Vu les quelques portes en boisées, il y avait des habitations, il pourrait en sortir des clés. À moins que c’est clés soient destinées à ouvrir une voiture car la rue débouchait un peu plus loin à côté d’un petit parking (bien que le fait de sortir ses clés de voiture aussi loin de sa voiture soit une drôle d’idée). Ou sinon, peut être qu’il allait sortir de cette poche un téléphone portable… Ainsi il enverrait un sms, ou il appellerait quelqu’un. Sa femme, son frère, son fils, un amis, un pote, ses parents, un proche, son patron, un collègu-… QUOI ? Elle fut violemment couper dans ses hypothèses par une sucette. Une sucette bon sang ! L’inconnu venait de sortir une sucette de sa poche. Un homme de cet âge venait de sortir une sucette de son manteau. Tapie (bien qu’elle ne soit pas si bien cachée, elle en avait l’impression) elle le regardait, avec des yeux aussi gros que sa friandise.

   

par humdrum sur ninetofive


   
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de poche — ft. Anthony Scarecrow   Ven 17 Juil - 23:14

Une histoire de poche

Edwige & Anthony

Le jeune avocat profitait de la fin de la matinée pour rentrer chez lui d'un pas lent, sachant qu'il n'était pas pressé et n'avait rien d'urgent à faire pour le moment. Car en général, Anthony, c'était le roi des plannings chargés et bien organisés, s'arrangeant toujours pour occuper chacune des moments de sa journée comme il se le devait. Après tout, il ne supportait pas de s'ennuyer... Mais par chance - ou malchance selon son humeur - il y avait un trou dans cette fin de matinée. Matinée déjà bien remplie, vu qu'il revenait de chez Mademoiselle Romanov, avec qui il avait conclu un arrangement professionnel au sujet de la traduction d'une pièce de théâtre qu'il avait justement dans la poche de son manteau.

Et ce n'était pas la seule chose qu'il avait dans ses poches. En effet, dans une de ses poches de pantalon, il avait quelques sucreries qui trainaient. Et oui, des sucreries, étrange non pour un homme aussi sérieux que lui en apparence ? Tony avait beau être parfaitement sérieux et mature, il avait un véritable amour pour tout ce qui comporte du sucre. Toutes ces sucreries en galerie de confiseries l'avaient toujours fait rêver, et aujourd'hui encore, il ne peut pas s'empêcher de se gaver de ces petites merveilles emballées dans de beaux papiers colorés... Haaaan les couleurs, qu'est ce qu'il pouvait aimer ça d'ailleurs. Il suffisait de voir la belle couleur bleuâtre de son habit pour le comprendre en un regard. Tony en avait rien à faire que les gens fassent des commentaires à son passage parfois. Il aimait ce qu'il portait, et tant pis si ce n'était pas le cas des autres. Eux aussi ils ont cas faire preuve d'un peu d'originalité, au lieu de rester dans leurs banals habits de tout les jours...

Faisait une petite pause voyant qu'il était à la hauteur d'une poubelle, Anthony en profita pour sortir de sa poche une sucette à la fraise. Enlevant rapidement la papier qu'il jeta dans la dite poubelle, il se fourra la sucrerie dans la bouche. Puis, juste alors qu'il commençait tout juste à se remettre en route, profitant de sa sucrerie fraichement déballée, il eut comme une étrange sensation. Cette fameuse sensation d'être fixement observé. Ca lui arrivait souvent d'être observé par les gens, mais la, c'en était perturbant. Limite il avait ses poils de la nuque qui s'hérissaient. D'un coup, il se retourna, pour découvrir un peu plus loin une jeunette rousse qui le fixait très étrangement. Croisant son regard, Tony haussa un sourcil d'incompréhension.

C'était quoi son problème ?

Se demanda-t-il intérieurement, questionnant du regard l'étrange inconnu de l'autre bout de la rue. Il n'avait aucune idée de combien de temps elle le suivant, mais en tout cas elle n'était pas discrète du tout. C'était sur. En attendant, ils étaient là, tout deux, à se dévisager avec intérêt, attendant sans doute que l'autre face un truc, n'importe quoi, mais rompe ce gênant échange de regard étonnés...

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de poche — ft. Anthony Scarecrow   Lun 27 Juil - 22:14


   
 
Une histoire de poche

 
 
Edwige N. Ieromeïev Δ Anthony Scarecrow

 
 
“ - Qu’est ce que j’ai... dans ma poche ? - DES MAINS ! - Faux, deuxième essai... - Des arrêtes, des dents de gobelins, des coquillages, des ailes de chauve souris... Nan... UN COUTEAU !! Rhoo tais toi !! - Faux, hélas, dernier essai... - DE LA FICELLE... Ou rien du tout !! ”

 

 
La jolie courbe représentative des probabilités de ce qu’allait faire cet homme venait de tomber en pic sur zéro. Un même nombre ne peut pas avoir plusieurs images et ceci interrompit ses tumultes neuronaux. Comment un homme pouvait avoir une sucette dans sa poche ? Elle n’en avait aucune idée et elle détestait être face à un problème sans solution. C’était forcément une erreur de calcul, elle arrivait d’habitude à prévoir les faits et gestes de n’importe quelle personne, n’importe quelle banale personne. Mais oui ! C’est ça ! Cet homme ne devait pas être banal pour défier ainsi les réflexions d’Edwige.

Décidément, cet inconnu coloré avait retenu l’attention volatile de la rousse. Dans sa tête c’était un étonnement sans frontières. Elle oubliait souvent que son exagération naturelle  avait tendance à alerter toutes ses neurones et que finalement, lorsque quelque chose l’intriguait, ce n’était pas si incroyable que ça.  La dernière fois qu’elle avait tout un plat pour quelque chose d’aussi anodin c’était lorsqu’un écureuil avait préféré délaissé une noisette plutôt que de l’emporter dans son repaire, il y a quelques jours.

À nouveau évaporée dans ses nuages presque mathématiques, elle avait laissé son regard dans le vague, posé fixement sur l’étrange bonhomme. Le temps qu’elle réalise que celui-ci s’était retourné et la fixait également, il se passa bien quelques secondes voire une minute. Sa blemmophobie la rattrapa en moins de temps qu’il ne faut pour le dire et l’idée de se faire observer par un regard intensément interrogateur éveilla une angoisse soudaine. Poussée par sa peur ridicule elle fit un pas en avant puis bifurqua dans une ruelle proche. Son instinct théâtral la fit grimacer de manière caricaturale.

Maintenant qu’elle ne le voyait plus, elle ne se sentait plus observée et elle reprit ainsi son souffle. Elle a encore une fois eu une réaction démesurée pour un rien. En temps normal, elle prend sur elle, mais puisque de toute façon, dans cette ruelle il n’y avait que lui et elle, Edwige n’avait aucune raison de faire un quelconque effort. De toute façon, il ne risquait pas de la revoir..- Elle se coupa dans ses pensées. Hors de question de laisser un spécimen aussi intéressant que lui filer ! Elle allait donc attendre quelques secondes le temps qu’il reprenne son chemin avant de sortir de sa cachette.

Chose dite chose faite et à peine la voilà sortit qu’elle se mit à suivre l’homme mystérieux, qui semblait d’ailleurs avoir repris sa route. Elle se croyait dans la peau d’un agent secret vu toute la discrétion dont elle essayait de faire preuve afin de ne pas se faire repérer une nouvelle fois. Elle avait d’ailleurs attaché ses cheveux en queue de cheval et trônait sur son nez une paire de lunettes de soleil qu’elle avait sorti de son sac (bien que la lumière émise par ce dernier n’était pas excessive) afin de se donner un air méconnaissable.

 

par humdrum sur ninetofive


 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de poche — ft. Anthony Scarecrow   Sam 1 Aoû - 22:41

Une histoire de poche

Edwige & Anthony

Si il s'habillait ainsi, c'était qu'il n'avait aucune peur de sentir en permanence des regards étrangers se poser sur lui. En effet, en portant des vêtements pareils, c'est à dire aussi colorés, originaux, et que l'on ne verra sans doute jamais sur quelqu'un d'autre que lui, ça fini toujours pas attirer l'attention. Tony les avaient bien remarqué ces divers regards lorsqu'il rentrait dans une boutique, ou justement comme en ce moment, lorsqu'il marchait dans la rue. Il s'en fichait, il y était habitué désormais. Mais dans le cas présent, où cette fille rousse l'observait, il y avait quelque chose de différent dans sa façon de le fixer. Comme si contrairement aux autres personnes qui avaient tendance à poser leurs petits yeux curieux sur ses habits, cette dernière ne regardaient pas que la belle couleur bleue de son costume.

Sérieusement ? Que pouvait elle bien regarder d'autre ? Ses cheveux ? Il n'était pas très fascinant nan ? En plus il ne se les coiffait presque jamais. On aurait même dis qu'un oiseau avait tenté de s'y faire un nid dessus tellement ces derniers étaient en vrac. Aussi faut dire, Tony a toujours eut les cheveux souples, il lui suffisait de passer une main dans ses cheveux pour leur faire prendre la position qu'il voulait. Donc il lui suffisait qu'à un moment il se gratte la tête machinalement pour que son brushing parte en sucette. En parlant de sucette... Ce ne pouvait pas être ça quand même qui avait tant que ça attiré l'attention de la rousse, si ?

Il ne trouvait rien d'intéressant à voir un homme manger une sucrerie. Enfin peut être pour certaine personne qui sait... En attendant, cette petite était définitivement étrange. Vraiment étrange. Surtout avec la manière la moins discrète au monde dont elle s'était écartée de son regard pour se cacher dans la rue. Enfin, peut être qu'elle aussi quelque part elle aimait attirer l'attention ? Mais visiblemment, elle n'assumait pas cette attention. Enfin, Anthony n'avait que faire de ces gamineries. Sur ce, il se retourna, et repris sa marche en direction de chez lui. A pied, il devrait mettre une bonne quinzaine de minute pour rallier sa demeure depuis la ville. Après tout, l'avocat habitait en extrémité de la ville, préférant la tranquillité à la proximité.

Mais bon quelque part il savait que cette roussette ne lâcherait pas l'affaire. Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait que si il se retournait, il allait la retrouver dans la rue. Donc il attendit de s'être un peu éloigné du centre ville pour se retourner brusquement, tombant comme il l'avait prévu nez à nez avec sa stalkeuse qui visiblement n'avait pas prévu qu'il se retourne d'un coup. Et oui, Anthony est un homme imprévisible. Sans chercher à la brusquer, mais en même temps ne voulant pas la voir filer sans explication une fois de plus, il lui saisit le bras. Nan mais sérieusement ? Les cheveux attachés et des simples lunettes, elle croyait berner qui avec ce déguisement ?


« Bon maintenant tu vas m'expliquer qu'est ce que c'est ton problème avec moi ? »

Demanda-t-il, d'une voix à la fois ennuyée, mais qui se voulait sérieuse. Il espérait ne pas l'avoir trop effrayé, Tony avait beau être étrange en premier lieu, avec ses habitudes particulière et son style original, il n'en restait pas moins quelqu'un qui ne ferait pas de mal à une mouche. Et puis il n'était pas du tout du genre à agresser les gens en pleine rue...

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de poche — ft. Anthony Scarecrow   Sam 19 Sep - 9:38


 
Une histoire de poche


Edwige N. Ieromeïev Δ Anthony Scarecrow


“ - Qu’est ce que j’ai... dans ma poche ? - DES MAINS ! - Faux, deuxième essai... - Des arrêtes, des dents de gobelins, des coquillages, des ailes de chauve souris... Nan... UN COUTEAU !! Rhoo tais toi !! - Faux, hélas, dernier essai... - DE LA FICELLE... Ou rien du tout !! ”


Ca faisait plutôt longtemps qu’elle ne s’était pas prêtée à ce jeu : suivre les gens. Ou stalking. En fait ça dépend des points de vue. Edwige aimait bien suivre les gens en cachette, mais les gens n’aimaient pas spécialement. Et voilà qu’elle remet ça. La dernière fois remontait à bien dix ans. Sauf que dans les forêts russes, c’était bien plus facile que dans les rues américaines.

Lorsqu’Edwige avait mis les voiles de derrière son mur, « déguisée », elle était persuadé que ça ferait l’affaire. Mais au final, fallait bien se l’avouer, des lunettes et une queue de cheval, ça ne marchait que dans les films. Elle pesta intérieurement face à cet échec. Cent quarante de Q.I. – dont elle n’hésitait pas à se vanter – et même pas capable de se changer physiquement correctement. Il doit bien y avoir cent de Q.I. en trop, vu ce qu’elle utilise. Elle haussa les sourcils en y pensant. D’ailleurs, en parlant d’intelligence, il ne fallait pas qu’elle traîne trop. Elle avait du boulot à faire avant de partir à son petit travail… Mais finalement, le mot « travailler » lui sortit très vite de la tête. Elle s’en serait bien passé, mais sa belle mère.. Raaaah !

Alors qu’encore une fois elle s’était égarée dans un tumulte de pensées, elle n’avait pas prédit ce retournement de situation. Encore un fois, elle se fit avoir. L’étrange bonhomme venait de se retourner devant elle et de lui saisir le bras. Elle se retint de lâcher un grand « Ah ! » de surprise et se contenta de faire des yeux immenses, derrière ses lunettes. Alors que dans sa tête toutes ses pensées étaient partie en un grand BOUM, elle n’essaya de ne pas trop le montrer sur son visage. Elle préférait avoir l’air d’une personne qui maîtrisait la situation, alors qu’on fond, elle était paniquée. Elle se contenta de baisser la paire de lunette sur le bout de son nez, observant son interlocuteur d’un regard blasé.

« Pardon ? Je n’ai pas de problème avec vous.. »

Mensonge n°1, parce que justement, sa sucette en constituait un gros.

« Je vois pas trop de quoi vous voulez parler. »

Mensonge n°2, parce que justement, elle voyait très bien.

Il serait temps qu’elle réfléchisse un peu à la conséquence de ses actes, à ce que pourrait engendrer ce qu’elle fait avant d’agir, enfin, ça c’est ce que pense sa belle mère, parce qu’elle ça ne l’intéresse pas trop. D’ailleurs Edwige ne voyait pas trop dans quels genres de problèmes elle venait encore de s’empêtrer. En fait, elle y réfléchissait que quand ils étaient arrivés. Mais là, elle n’avait pas très envie d’y réfléchir, parce que les conséquences ne seraient peut être pas agréables à entendre.
 

par humdrum sur ninetofive


 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de poche — ft. Anthony Scarecrow   Lun 26 Oct - 22:21

Se faire suivre ainsi dans la rue par une jeune femme qui plus est était pour lui une parfaite inconnue était quelque chose de nouveau. C'est vrai qu'aussi les gens qui suivaient les gens en pensant qu'un paire de lunette sur le nez permet de passer inaperçu ça ne court pas vraiment les rues... En tout cas, Anthony était perplexe face à cette jeune rousse. Que lui voulait elle ? Si Tony avait été un grand parano, il aurait sans doute émis la conclusion directe que c'était une agent secrète sortant de je ne sais qu'elle boite de police du pays, et qui aurait lancée à sa recherche parce que la dernière fois il avait laissé tombé un emballage papier dans la mauvaise poubelle. Ca se serait effrayant. Mais franchement ! Cette petite n'avait rien de bien effrayant. Donc que pouvait elle lui vouloir ? Elle aussi elle était intéressée par ses habits ? Parce que pour beaucoup c'était le cas. Tous se demandez où il pouvait bien se dénicher des fringues pareilles... En magasin ? Ou alors si il se les faisaient faire spécialement pour lui... Pourquoi pas. A moins que ça ne soit ses cheveux ? Tony se baffa mentalement et se concentra sur la jeune personne a qui il tenait le bras, se penchant un peu en avant histoire de bien la regarder droit dans les yeux.

- Ah oui vraiment ?

Anthony était avocat tout de même, il n'était pas aussi naïf sur ce genre de chose comme il pourrait donner l'impression de l'être...Il sentait qu'elle lui mentait. Ou du moins essayait au mieux de lui mentir. Mais bon fallait bien avouer que ce regard, c'était un bien beau regard blasé pour une jeune femme comme elle qui devrait déborder d'autant d'énergie !

- Je suis sur que vous voyez très bien de quoi je veux parler !

Retirant sa sucette de sa bouche, pour faire un mouvement d'haussement d'épaule, écartant ses bras au passage avant de venir les croiser sur son torse, affichant à son tour un air blasé comme pour répondre au sien et prendre un air dramatique. A croire qu'il s'amusait à jouer un rôle. Il devrait vraiment arrêter de lire autant de pièces de théâtres...

- Allons ! Vous n'avez aucune raison de me mentir ! La seule chose que j'aimerais savoir c'est la raison qui vous a poussé à me suivre aussi longtemps ! Rien d'autre, après je vous laisse filer, que voulez vous que je vous fasses ? Vous manger ? Je ne connais même pas votre nom en plus !

S'il savait qu'en plus c'était justement ce qu'il était occupé à manger qui attirait ainsi l'attention de le jeune Edwige...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Une histoire de poche — ft. Anthony Scarecrow   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une histoire de poche — ft. Anthony Scarecrow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-