Partagez | 
 

 Help me breathe again. [Laïa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Help me breathe again. [Laïa]   Mer 2 Sep - 15:05



Help me breathe again
Sometimes I just want to
R U N A W A Y

Oppression.
Comme lion en cage l’homme se sent oppressé face à l’espace si réduit qui lui est accordé. Non pas seulement pour quelques temps, oh non.
Au départ, il y avait cru. Il s’était allé à rêver que lorsque l’on se rendrait compte que l’enfermer était une erreur à ne pas faire, son calme avait su être ce sentiment dominant en lui. Puis, les jours avaient passé, les semaines, les mois. A tel point qu’il commençait à ne plus en pouvoir. Toujours ces mêmes murs blancs le jour, cette même obscurité la nuit. Toujours cette solitude qui le broie.
Toujours ces images qui repassent dans son esprit.

Il les revoit mourir, les uns après les autres. Il revoit le sang, il entend les cris et il croit devenir fou. Fou de toute cette solitude et non de toutes ces images qui n’existeraient pas s’il avait autre chose à penser. Un mur blanc n’est définitivement en rien une aide à l’imagination.
Ses poings avaient mal, souffraient de tout ce sang qui coulait après avoir rencontré les murs de trop nombreuses fois. Il suffoquait, il n’en pouvait plus. A tel point qu’il songea que si jamais une petite opportunité de s’enfuir s’offrait à lui dans  l’instant, il la saisirait afin de ne plus jamais en revenir. Mais elle ne vint pas. Pas ce jour où ses poings avaient hurlé pour lui.

L’idée le frappa aussi soudainement que la lumière s’allume lorsque l’on appuie sur un interrupteur, lors de l’une de ses rares promenades accompagnées. Y avait-il réellement un risque pour lui à s’enfuir ? Dans le pire des cas on le rendrait à sa cage de murs blancs. Sa conviction que jamais il ne sortirait de là était telle qu’à ses yeux, il était impossible que sa sentence soit pire que l’actuelle.

Alors, il agit.

Quels idiots de n’accordé que deux gardes à un fou en liberté. Un fou en liberté ex-membre des SEALs de surcroit. Il ne lui fallut guère davantage que quelques secondes pour les mettre à terre, malgré les attaches à ses mains. Idiots sont ceux qui ont crus que cela suffirait à arrêter l’élite militaire qu’il était.

Idiot est celui qui agit sans réfléchir à la suite.

Il s’enfuit. Il aurait été futile de faire cela pour simplement rester sur place. La fuite n’était pas le problème. Le problème se posait davantage dans l’endroit où aller, sans se faire remarquer. Une solution risquée et temporaire s’imposa à lui. Laïa. Au moins aurait-il le temps de souffler en sécurité et de réfléchir à une suite. Sans rester trop longtemps. Hors de question pour lui de rester trop longtemps. Le domicile de sa sœur –si elle y était resté- serait sans doute le premier endroit où l’on viendrait le cueillir.

Son poing frappa quatre fois, dans un rythme bien défini. Une sorte de code instauré entre eux afin qu’ils se reconnaissent. Mais le malaise le reprend durant les secondes durant. Chaque seconde se jouait de lui, augmentait avec malice son malaise alors qu’il se demandait si elle serait à la maison.

Presque en ayant perdu espoir, il laissa son front se poser contre la porte.

« Laïa… »

Mais qu’avait-il fait ?




Dernière édition par Axel Williams le Dim 6 Sep - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Ven 4 Sep - 11:47

Aujourd’hui, c’était repos. La bibliothèque avait fermé ses portes pour l’inventaire et elle n’avait aucun rendez-vous en vue, que cela soit au lycée ou à l’orphelinat. Alors Laïa avait décidé d’en profiter en faisant une grasse matinée. Qui ne l’était pas vraiment puisqu’elle n’avait pas tellement dormi la nuit précédente, à cause des cauchemars qui la hantaient encore un peu. Revenir à la vie civile n’était pas aisé quand on avait passé autant de temps que la brune sur les mers… Cependant, comparée à d’autres, la jeune femme s’estimait chanceuse : elle y parvenait plutôt bien !

La conteuse avait passé la matinée tranquillement, lançant une machine, cuisinant un peu. L’après-midi venait à peine de débuter, Laïa s’était installée tranquillement sur le canapé, la télécommande à portée de main, un livre et un bol rempli de m&m’s près d’elle. Bref, elle était prête à passer un moment calme, sans aucun souci. Jusqu’à ce qu’elle entende un bruit à la porte. Intriguée parce que personne ne venait jamais la voir, la brune alla ouvrir. Et se figea de surprise en voyant son frère aîné devant elle.

- Axel ! Fit-elle doucement. Oh mon dieu, tu es revenu à la maison ! S’écria-t-elle en le prenant dans ses bras. Mais elle remarqua bien vite le regard hanté de son frère. Entre. Dépêche-toi. Il faut que tu me dises ce qui ne va pas.

Elle le fit entrer et s’assura que personne ne les avait observés. Cela ne semblait pas être le cas, mais la brune était toujours très prudente quand la situation commençait à devenir compliquée. Et il lui semblait que c’était le cas à présent. Son frère n’avait pas les habits d’un homme qui rentrait tout juste du port durant une permission, ni même pour revenir à la vie civile. Il se passait un truc et son regard torturé ne lui disait rien qui vaille. Cependant, jamais elle ne l’abandonnerait. Il était on grand-frère et elle l’aimait énormément. Ils s’étaient tous deux engagés dans l’armée, lui chez les SEAL, elle chez les Marines. Deux corps de métier très similaires dans leur code d’honneur… Et dans les horreurs qu’ils avaient pu voir. Elle parviendrait à le comprendre, c’était une certitude que personne ne lui enlèverait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Mer 9 Sep - 13:47



Help me breathe again
Sometimes I just want to
R U N A W A Y

Le front de l’ex-détenu n’a nul besoin de bouger pour ne plus avoir à s’appuyer contre la porte. C’est lorsqu’elle s’en éloigne lentement qu’il relève légèrement la tête, que ses yeux contemplent davantage au-devant, laissant le sol. Et une chaleur qu’il n’avait plus connu depuis bien des mois sembla monter en lui lorsque sa sœur, figée dans une surprise légitime, fût plantée devant lui. Il aurait pu sans nul doute lui sauter au cou et la serrer dans ses bras des heures durant. Mais ce n’était pas le moment, ce n’était pas le lieu. Il était en fuite et sa première réaction avait été de frapper à la porte de sa seule famille. Classique. Quel abruti. C’était exactement où l’on viendrait le chercher en premier.

Il devait partir. Oui, il le devait. Et pourtant il fut bientôt le captif consentant des bras de sa sœur. Il n’était plus question de tourner les talons et de partir dans l’instant. Mais il était également hors de question de s’attarder ici. Juste un peu, se disait-il. Il resterait juste un peu et après il repartirait. Les gardes avaient déjà dû donner l’alerte à présent. Pourtant, il lui semblait que cette porte fermée serait bien plus difficile à franchir que les champs de mines auquel il avait déjà pu faire face.

« Je n’aurais pas dû venir ici. C’est le premier endroit auquel ils vont penser lorsqu’ils vont venir me chercher… » murmura-t-il dans un souffle

Il se devait de rester calme, et pourtant la situation ne lui donnait qu’une envie : celle de hurler de tout son soul pour évacuer, ne serait-ce qu’un peu, ce qu’il avait vécu dernièrement. Nerveux, il fit quelques pas dans cette ambiance accueillante et chaleureuse, rejeta ses cheveux en arrière en planquant ses deux mains sur sa tête. Il sentait que la panique n’était pas loin. Mais il devait se contrôler. Et il le ferait. Il avait appris à garder son calme dans les pires situations, entre autre chose.

« Cela fait des mois que je suis rentré de guerre. Ils sont tous morts, sauf moi. J’ignore combien de temps je suis resté dans le coma, mais à mon réveil je ne pouvais m’ôter ces images de la tête. Et c’est toujours le cas, ça semble impossible. Je suis instable depuis. Et ils ont pensé que m’interner règlerait le problème. Ils doivent me chercher, à présent. »

Il y avait tant d’autres solutions. Tant de programmes de réinsertion qu’on n’avait pas même dénié évoquer devant lui. On l’avait juste conduit, comme un animal, dans une cage dans laquelle ils pensaient probablement l’enfermer à jamais. Et il n’en pouvait plus de cet isolement.
Doucement, il se laissa glisser le long du mur, et lança un regard empli de résignation à sa petite sœur.

« Il faut que je disparaisse, Laïa. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Sam 12 Sep - 10:34

Le regard affolé de son frère avait fait comprendre à Laïa qu'il s'était passé quelque chose de grave pour lui à un moment de sa vie. Vu qu'ils s'étaient engagés tous les deux dans l'armée, histoire de perpétuer une tradition familiale, la brune n'avait pas mis longtemps à comprendre que cela avait un lien. C'était aussi pour cela qu'elle n'avait pas pu s'empêcher de le serrer dans ses bras. Savoir qu'il avait échappé à quelque chose et qu'il était là, bien vivant, malgré ses combats, c'était un réel soulagement. Qu'importe le reste, ils réussiraient à s'en sortir.

- Qui va venir ? Demanda-t-elle en fronçant les sourcils.

Afin d'avoir des explications, elle l'avait pressé de rentrer mais il n'avait pas bougé d'un poil. Puis il avait commencé son récit. Depuis des mois, son frère se battait seul contre la folie qui manquait de le submerger. Durant des mois, il avait été isolé en hôpital psychiatrique, sans que qui que ce soit ne prenne l'avis de Laïa. Or, si Axel était incapable de prendre ses décisions seul, c'était à elle de le faire à sa place. Personne n'aurait du le mettre en asile sans lui en parler avant...

- Mais... Pourquoi n'en ai-je pas été informé ? Je suis ta seule famille, j'aurais du être tenue au courant ! S'exclama-t-elle. À quoi pensaient-ils hein ? Avoir ta famille auprès de toi aurait pu aider... Ptain, je suis une thérapie parce que je souffre moi aussi de trauma par rapport à notre expérience avec l'armée. Moins que toi, c'est certain, mais j'aurais pu t'aider !

Laïa commençait à s'énerver toute seule. Ce n'était pas la solution, elle le savait bien, mais cela l'apaisait quelque peu. En voyant son frère glisser à terre une vague de chagrin manqua de submerger la jeune femme. Ce n'était pas juste ! Son grand frère n'aurait jamais du connaître un tel isolement ! C'était la dernière solution, le dernier recours... Mais personne n'avait pris soin de lui avant ça.

- Je suis d'accord. Dit-elle sérieusement. Mais pas en te planquant quelque part. Ça serait retourné en cage, mais avec ton consentement cette fois. Non, ce qu'il faut c'est qu'on les mette devant la loi. Ils n'avaient pas le droit de te mettre en asile. Si on rend ça publique, ça va faire du bruit. Ils n'oseront pas. Donc ils te laisseront tranquille. Et tu pourras revenir à la maison. Tu iras voir le Dr Hopper avec moi, il aide bien. Je te ne laisserais pas tomber Axel. Pas cette fois.

Une lueur de détermination brillait dans le regard chocolat de Laïa. Elle allait se battre et avait été formé à ça. Ils étaient mal barrés, c'était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Jeu 17 Sep - 11:37



Help me breathe again
Sometimes I just want to
R U N A W A Y

Voir sa sœur s’énerver seule contre la situation de la sorte lui avait rendu, a lui aussi, une certaine rage contre tous ceux qui lui avaient fait subir ça ces derniers mois. Longtemps il n’avait plus eu la force de se battre contre une fatalité contre laquelle, seul, enfermé, il ne pouvait rien. Mais à présent, il n’était ni seul, ni enfermé. C’était une force nouvelle qui commençait à le faire renaitre, tel un phœnix. Sa sœur avait raison, elle aurait dû en être informée. Si elle ne l’était pas, il avait dû y avoir un problème quelque part. A moins que quelqu’un ai absolument cherché à l’évincer. Il savait que ça arrivait, parfois. Qu’il y avait parfois des gens que l’on voulait faire taire, ou avec qui on ne voulait pas prendre de risques. Mais aucune raison valable n’aurait pu faire que ce soit son cas à lui.

Presque naturellement il avait fini par se redresser pour prendre sa sœur dans ses bras. D’une part parce qu’il voulait qu’elle calme cette rage envers ceux qui l’avait enfermé, d’autre part parce qu’il avait simplement besoin de contact humain. La solitude rend fou. Bien plus que la guerre.

« D’ici là, je vais devoir faire en sorte qu’ils ne me retrouvent pas. »

Il se sentait plus serein depuis qu’il l’avait prise dans ses bras. Il se sentait moins paniqué, il se sentait même beaucoup plus sain d’esprit. Et si ses geôliers avaient fait en sorte de l’enfermer sans en parler à sa sœur, nul doute que s’ils arrivaient à lui remettre la main dessus, le chantage serait de mise pour faire taire l’affaire. Tandis que s’il restait loin de leur portée, ce seraient les  Williams qui auraient les cartes en main.
Il lâcha sa sœur finalement. A trop s’habituer à sa présence près de lui, il n’arriverait plus à repartir quand le moment serait venu.

« Je ne sais pas si leurs ressources pour retrouver les familles des malades sont totalement épuisées, ou si le silence était bien volontaire, mais plus loin d’eux je me trouverais le temps que tout ça soit réglé, mieux je me porterais. »

Il croisa les bras. Il se sentait être un tout autre homme maintenant qu’il était sorti de cet asile. Bien sûr, il n’était pas à l’abri d’une crise. Mais il se sentait tout de même capable de juger que cette atmosphère, cette ambiance lui était tout de même bien plus bénéfique que celle dans laquelle il fût forcé d’évoluer –mais régressé serait plus juste dans la situation actuelle- ces derniers temps.
Ca faisait du bien de se sentir léger de nouveau.
Ca faisait du bien de se sentir vivre de nouveau.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Dim 20 Sep - 13:14

Laïa fulminait, cherchant à comprendre pourquoi on avait interné son frère sans lui en parler. Ce retour à la vie civile sans que l’on en informe les proches n’était pas réglementaire. De même que le reste d’ailleurs… Peut-être devrait-elle les retrouver et leur faire passer un sale quart d’heure ? Les bras de son frère, qui s’était redressé sans qu’elle ne s’en aperçoive, passèrent autour d’elle. La brune se retrouva rapidement entourée par la chaleur si familière. Ils restèrent un moment comme cela, jusqu’à ce qu’Axel lui annonce qu’il allait devoir se cacher. Aussitôt, un grognement inarticulé se fit entendre. Ah non, ça, elle n’était pas d’accord !

- Tu vas rester ici oui ! Je ne vois pas pourquoi tu devrais te cacher de gens qui t’ont injustement mis à l’isolement… De toute façon, il n’y a pas de base militaire à Storybrooke. Et en conséquence, il leur faudra mon accord… Et je ne suis pas certaine qu’ils aient envie de me voir m’énerver… Déclara-t-elle avec un sourire en coin et une lueur dangereuse dans le regard.

Comme si l’enfermement allait faire du bien à un homme qui avait vu toute son équipe être abattue. D’ailleurs, c’était étrange que personne n’ait entendu parler de ces pertes. Rien aux informations télévisées, ni dans les journaux ou sur internet. Habituellement, on en parlait en long en large et en travers, histoire que la population soit fière de ses héros et craignent un peu plus les étrangers… Un truc qui avait toujours mis Laïa hors d’elle. Mais là, rien.

- Tu n’es pas obligé de partir ! S’écria-t-elle quand son frère en reparla. Volontairement ou pas, ils ont enfreint la loi et on pourra leur mettre le marché en main : ils te fichent la paix, sinon, on révèle tout à la presse. Que crois-tu qu’ils feront hein ? Pour éviter un scandale impliquant un héros de guerre injustement emprisonné dans un hôpital psychiatrique, ils te ficheront la paix. Exposa-t-elle avec véhémence.

Maintenant qu’elle l’avait retrouvé, la jeune femme ne tenait pas à perdre son frère de nouveau. Car s’il s’enfuyait et que les gens qui lui couraient après avaient dans l’idée qu’elle pouvait être au courant, jamais la conteuse ne pourrait le rejoindre, par crainte de les mener à lui. Mieux valait qu’ils restent ensemble et fassent front, unis contre tous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Mer 23 Sep - 11:42



Help me breathe again
Sometimes I just want to
R U N A W A Y

Il ne put empêche un tendre sourire se dessiner sur ses lèvres dès lors qu’un petit grognement envahis la pièce. Si fragile et si forte à la fois, à ses yeux sa sœur était tout bonnement parfaite. Protectrice, même avec un SEAL, comme lui l’était avec elle, membre de la marine ou pas. Une chose était sûre, les Williams étaient la famille à laquelle il ne fallait pas se frotter ! Même plus jeunes, Axel ne comptait plus le nombre de fois où il s’était battu pour elle. Et inversement.
Les menaces lancées, avec le sourire mais sans en être pour le moins effrayantes, firent rire Axel. Un petit rire, étouffé, mais un rire reste un rire, surtout lorsque l’on a passé plusieurs mois en détention.

« Même moi, militaire entraîné, je n’ai pas envie de te voir énervée ! »

Dans leur enfance, et même une fois au camp miliaire, il avait eu loisir de voir sa sœur énervée –pas contre lui, fort heureusement pour sa survie. A chaque fois la seule certitude qu’il en ressortait était qu’il ne voulait vraiment pas être la victime d’une de ses colères un jour. Pour rien au monde, malgré son entrainement, il n’aurait voulu se retrouver face à elle. Peut-être qu’elle avait ça dans le sang, tout comme lui, dans le fond. Il y a des vocations qui ne s’expliquent pas.

« Héros de guerre, c’est peut-être exagéré. »

Certes, dans son unité, ils avaient été efficaces. Mais il n’avait pas l’impression de l’avoir été plus qu’une autre. Et puis, c’est moche la guerre. Vraiment moche. Le sens du mot héro changeait une fois que l’on avait vécu ces horreurs. Une personne qui vit ça ne peut probablement plus se considérer comme un héros dès lors que ses mains sont tachées de sang. Comme c’était son cas. Il avait vu trop de gens mourir pour voir les choses de la sorte, à présent.

« Mais tu as raison. Il n’empêche que j’aimerais connaitre leurs motivations. J’ai du mal à croire à une simple erreur. Seulement les enquêtes subtiles, ce n’est pas trop mon truc. »

Il grimaça et vint s’appuyer contre un mur, croisant ses bras sur sa poitrine. Dans tous ses contacts, il devait bien y avoir quelqu’un qui pouvait lui donner deux trois informations. Ou, à défaut, quelqu’un ayant des contacts dans ce genre de milieu.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Dim 27 Sep - 12:02

Le rire de son frère la stoppa net dans ses vociférations. Cela lui avait tellement manqué ! Pour une personne comme Laïa, qui avait vu des horreurs sans nom, entendre quelqu’un rire – surtout que là en l’occurrence c’était son frère ce qui rendait tout ça encore plus fort – c’était tout simplement merveilleux. Aussi quand il la taquina en lui disant que même lui, malgré son entraînement de SEAL, ne voulait pas avoir à faire à la brune si celle-ci était en colère, Laïa se mit à rire à son tour.

- Allons allons, je suis un ange, tout le monde le sait. Dit-elle en reniflant, comme si elle croyait vraiment en cette affirmation.

Par la suite, la jeune femme avait tenté de convaincre son frère que rester ne lui ferait pas de mal et que ceux qui l’avaient enfermé en asile ne tenterait pas de s’en prendre à lui à présent qu’il était dehors et qu’il avait retrouvé sa famille. Déjà, les Williams avaient tous une carrière militaire et étaient donc dangereux. Mais en plus, ils étaient assez fourbes pour lancer ces idiots de journalistes sur l’affaire si on venait trop les chatouiller. L’Amérique avait un grand respect pour la chair humaine que l’on envoyait au front et qui parvenait à revenir…

- Je sais… Dit-elle en soupirant. Rien n’effacera jamais les images que l’on a de nos missions… Et personne à part nous, à part ceux qui sont revenus, ne saura que le terme héros nous est en réalité interdit à jamais… Mais que veux-tu. L’Amérique nous voit ainsi et parfois, il est nécessaire de se servir de toutes les armes à notre disposition… Ajouta-t-elle en haussant les épaules, complètement réfractaire elle aussi à ce terme de héros.

Ils avaient pris des vies, en avaient perdus… Pour ceux qui restaient bien au chaud chez eux, avec leur petite vie bien rangée, ils passaient pour des héros. Mais les soldats eux, savaient bien ce qu’il en était réellement… Au fond, ils étaient semblables à ceux qu’ils combattaient et avaient autant de sang sur les mains que le camp adverse. Mais la plupart des gens ne tenait pas à voir le côté sombre et si horrible de leurs soldats, de leurs guerres. Il ne faudrait pas que leur conscience se mette à les tourmenter eux aussi, les soldats étaient là pour ça…

Quand son frère lui donna raison, la conteuse soupira de soulagement. Il allait rester. Et ensemble, ils se battraient si jamais quelqu’un se pointait pour essayer de le ramener dans cet asile où Axel n’avait absolument pas sa place. Laïa pouvait être une véritable furie lorsqu’on s’en prenait à sa famille, certains l’avaient expérimenté par le passé…

- On trouvera un détective qu’on pourra engager… Dit-elle en haussant les épaules. Je n’ai aucun contact dans le domaine médical malheureusement…

Elle aurait pu. Mais quand le docteur Whale avait tenté de la draguer avec un peu trop d’insistance, Laïa l’avait envoyé bouler. Au sens propre du terme. Autant dire qu’il ne serait pas très enclin à lui rendre un service. De toute façon, elle n’avait pas envie de s’adresser à lui…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Mer 30 Sep - 14:59



Help me breathe again
Sometimes I just want to
R U N A W A Y

Evoquer le passé n’était pas une bonne idée. Cela ne l’était jamais. Leur passé était teinté de rouge, résonnait au son des bombes, des mines et des coups de feu. Rien que l’on ne veuille véritablement évoquer. Et pourtant, inéluctablement, le sujet revient. Même dans les familles de militaires comme la leur. Comme un voile noir qui se dépose sur les âmes des pauvres êtres en peine.
Le pire était, sans doute, qu’en toute connaissance de cause, il s’était engagé. Et à présent, même en voyant son état de traumatisme actuel, même après toutes les horreurs qu’il avait vu, si c’était à refaire il le referait sans hésiter. Parce que son unité avait fait des choses horribles, certes, mais jamais dans le simple but de tuer. Tout ce qu’ils avaient fait, ils l’avaient fait pour protéger des civils. Des personnes innocentes.
Et rien que pour ça, ça valait le coup.

Il resta interdit un long moment, méditant sur les mots de sa sœur, qui avait vécu et compris les mêmes choses que lui. Ce petit bout de femme qu’il voulait protéger de tout et de tout le monde et pour qui il n’avait pas été là les derniers mois. Ce petit bout de femme qu’il savait forte, mais qu’il ne pouvait voir autrement que d’une fragilité extrême malgré tout. Elle resterait à vie sa petite sœur, c’était un fait qui expliquait pas mal de choses.

« Je suis sûr que nous pourrons faire jouer nos relations à l’armée pour trouver quelqu’un de plus que compétent pour ça. L’ennui reste surtout que la sécurité de celui qui m’a fait enfermer ne sera plus assurée dès lors que nous  aurons son identité… »

Il connaissait sa sœur presque mieux qu’il ne se connaissait lui-même. S’il s’en tirait avec un bon coup de poing dans la gueule, c’est que ce jour-là aura été son jour de change et que tous ses anges gardiens se seront concertés pour veiller sur lui à cet instant précis. D’autant qu’il ne dirait pas non à lui porter lui-même quelques coups pour la forme. Juste histoire qu’il comprenne que c’est une mauvaise idée d’enfermer un militaire et qu’il ne recommence pas avec un autre.
Il jeta un coup d’œil à sa sœur. Et se dit finalement qu’il était temps qu’elle cesse un peu de s’en faire, et qu’ils profitent vraiment de leurs retrouvailles tous les deux. Aussi, sans gêne –leur proximité malgré la distance expliquait cette aise l’un envers l’autre- il se dirigea vers le frigo pour l’ouvrir en grand.

« Et sinon à part ça, tu t’es améliorée en cuisine ou je suis toujours meilleur que toi ? Parce qu’honnêtement la nourriture de l’asile est un peu comme celle des hôpitaux. En moins bon ! Tu croyais ça possible, toi ?! »

Il tourna la tête vers lui pour lui adresser un petit sourire. Il avait besoin de retrouver un semblant de normalité. Et il était persuadé que cela ne lui ferait pas de mal non plus, après tout ce temps loin l’un de l’autre. 


Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Dim 4 Oct - 12:39

Trouver un détective dans la ville ne devrait pas trop être compliqué. Après tout, Laïa avait déjà un nom, perturbée qu’elle avait été par le silence de son frère. Si aujourd’hui elle avait la raison de ce silence, à l’époque, elle n’avait pas trouvé ça normal et avait commencé à se renseigner pour mettre un pro sur les traces de son frère. La brune n’en avait pas eu besoin au final, mais avait tout de même encore le numéro, au cas où… Son attention se reporta sur Axel quand il lui certifia que leurs contacts à l’armée se révéleraient certainement très utiles. Et que la personne qui l’avait fait enfermer ne serait plus en sécurité très longtemps.

- Crois-tu ? Demanda-t-elle avec un sourire narquois, imaginant déjà ce qu’elle ferait subir à cette personne. Peut-être qu’on sera dans un bon jour quand on l’aura retrouvé…

C’était une possibilité après tout. Sinon, Laïa ne donnait pas cher de la peau du pauvre type qui avait pris son frère pour un fou. La jeune femme n’était pas une SEAL, mais elle connaissait certaines techniques pour torturer quelqu’un et le garder vivant longtemps. Très longtemps… La voix de son grand frère la sortit de ses pensées et elle se prit à rire légèrement quand il s’enquit de ses talents culinaires. Certes, elle n’était pas très douée, mais assez tout de même pour pouvoir se faire à manger quotidiennement…

- Dis donc ! Je te rappelle que durant ta dernière permission, tu n’avais pas trop eu à te plaindre de me salades et de mes desserts. Répondit-elle, faussement fâchée. Beurk, c’est possible un truc pareil ? Je me souviens de ma convalence en hôpital militaire… Même là, c’était dégueulasse. On aurait pu s’attendre à ce qu’ils prendraient soin de leurs soldats malades ou blessés non ?

Question purement rhétorique puisqu’en tant de guerre, on soignait mais on tâchait de mettre le soldat le plus rapidement possible sur pied pour qu’il aille servir de chair à canon. La mauvaise bouffe leur servait énormément dans ce but…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Mer 14 Oct - 21:16



Help me breathe again
Sometimes I just want to
R U N A W A Y

Axel doutait sincèrement –très sincèrement- que l’homme –ou la femme- qui l’avait fait enfermer s’en sortirait bien. Tout simplement parce qu’il doutait de son self contrôle depuis ces horribles moments passés là-dedans. Mais il n’avait pas relevé. Nul besoin d’inquiéter sa sœur à ce sujet. D’autant qu’il était persuadé qu’il lui serait tout aussi impossible d’être dans un bon jour dès lors qu’elle aurait son identité. Ou alors, se retrouver face à lui lui rendrait sa hargne de guerre. Même si ce n’était que par principe. Cet homme s’en était pris à un membre de sa famille. L’ex-SEAL lui-même doutait qu’il pourrait laisser un tel individu en vie s’il avait enfermé sa sœur des mois durant sans jamais avoir pris la peine de l’en avertir. Mais il serait temps de se poser la question le moment venu.

Pour l’heure, le problème qu’il voulait régler en priorité était les bruyantes réclamations de son estomac, mendiant sans gêne quelque véritable nourriture. D’ailleurs, amusé par la remarque de sa sœur, il ne pu s’empêcher de surdoué un homme blessé.

« Tes salades et tes desserts sont un don du ciel lui-même ! Cela dit une salade et un gâteau ne peuvent suffisamment nourrir un homme qui sort de séquestration intense ! J’ai besoin d’un bon steak ! » déclara-t-il finalement avant que sa tête ne replonge dans le frigo en quête du saint graal du jour. « Non je pense que l’idée c’est de faire en sorte qu’on veuille sortir de leurs centres de soin le plus rapidement possible pour retourner sur le champ de bataille. Cela dit, c’est fair-play. On nous laisse choisir quelle type de souffrance on préfère. Quel luxe ! »

Il sorti finalement son bonheur du frigo. Deux bons morceaux de viande, qu’il ne tarderait pas à faire cuire. Dès qu’il aurait épluché des pommes de terre. Si toutefois il arrivait à en trouver. Il ne pouvait pas se souvenir de la dernière fois où il avait mangé un bon steak frites, et il fallait remédier à ça dans l’immédiat.

« Je dois m’inquiéter de voir deux belles pièces de viandes dans ton frigo alors que je pensais que tu vivais seule ? » Il sourit, taquin. « Tu as des pommes de terre ? »

Tout en posant la question, il se déplaça promptement vers l’évier pour se laver les mains. L’hygiène d’une vie saine, ça aussi, ça lui avait manqué !



Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Ven 16 Oct - 13:05

Laïa leva les yeux au ciel en entendant son frère joué au mec blessé. Cela ne marchait pas avec elle, il le savait depuis longtemps… Et puis, ce n’était pas de sa faute si elle n’aimait pas cuisiner… Elle ne réussissait que certaines choses et avait tendance à cramer le reste. Du coup, elle prenait tout en double pour avoir quelque chose à se mettre sous la dent quand elle ratait la première fois.

- Ah les hommes ! Toujours à vouloir manger de la viande ! Et après, vous vous étonnez d’avoir de la graisse ou des soucis de cholestérol ! Mangez trop de viande, ce n’est pas bon pour la santé tu sais ! Dit-elle, réprobatrice. Pas faux… Moi j’ai choisi de rentrer… Lui apprit-elle doucement. J’ai préféré démissionner quand j’ai été blessé… J’ai pris conscience que ça aurait pu être bien pire et je n’ai pas voulu passer le reste de ma vie à flipper sur les champs de bataille…

Laïa se tut, espérant ne pas réveiller de trop sombres souvenirs. Elle avait été fière de servir son pays, mais à présent, elle préférait être plus tranquille et laisser les batailles aux jeunes qui avaient encore foi en la vie et en une possible victoire. La jeune femme avait compris depuis longtemps qu’il y aurait toujours un combat, toujours une guerre à mener. Et elle avait préféré prendre du recul… La voix de son frère la sortit de ses pensées et elle sourit en le voyant qui chercher à avoir des renseignements sur sa vie intime, l’air de rien…

- Je prends la viande en double parce que j’ai tendance à en cramer une… Lui apprit-elle en lui tirant la langue. Pas de petit ami si ça t’inquiète tant que ça. Ajouta-t-elle, moqueuse. Dans le placard à côté du frigo. Je les mets hors de la lumière pour éviter qu’elles ne germent. Lui indiqua-t-elle avant de prendre un épluche légumes. Allez donne, que je t’aide un peu… Et toi, une belle fille t’attend quelque part ?

Après tout, chacun son tour ! Elle aussi avait le droit d’être curieuse ! Et puis, cela semblait tellement… Comme avant. Quand ils se taquinaient sans cesse et passaient un moment agréable ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Lun 26 Oct - 11:18



Help me breathe again
Sometimes I just want to
R U N A W A Y

L’ex-militaire perturbé se laissa aller à rire en écoutant les paroles de sa sœur. Le retour à la normal était si agréable, si libérateur. Mais la suite s’avère un peu plus sombre. Sa sœur avait toujours été forte, si forte. Il peinait à l’imaginer blessée sur le champ de bataille, au point d’avoir peur pour sa vie et de repartir. La mort est un sujet souvent évité, alors qu’elle est pourtant si présente dans leur vie de militaires.

« Honnêtement je préfère te savoir ici. Avec du recul, j’ai l’impression qu’on ne se rendait pas vraiment compte du danger, quand on était là-bas. »

A l’heure actuelle, même si elle avait voulu repartir, il aurait sans doute tout mis en œuvre pour l’en empêcher –et la connaissant, elle serait partie quand même. Il avait vu et vécu bien trop d’horreurs pour continuer à rester à peu près serein vis-à-vis de ça. Mais tout allait pour le mieux à présent. Ils allaient reprendre une vie de civils, faire bruler de la viande et éplucher des pommes  de terre comme n’importe qui d’autre ici.
Il attrapa les pommes de terre pour les déposer sur le plan de travail, et alors qu’elle commençait à éplucher les pommes de terre, il prit un poêle, la mit sur le feu et commença à assaisonner la viande en attendant qu’elle chauffe.

« Manger trop de viande peut-être, mais pas assez n’est pas bon non plus ! Et je n’ai pas eu loisir d’en manger dernièrement alors… » Il mit finalement la viande sur le feu, et l’odeur dégagée réveilla son appétit en un instant. « Ça ne m’inquiète pas. Tant que je peux mettre les points sur les i avec l’intéressé, bien sûr. » Il sourit, malicieux. « Bien sûr qu’une belle fille m’attends quelque part ! Comment pourrait-il en être autrement ? Je suis un héros de guerre, et je suis plutôt beau garçon…La question c’est surtout de savoir où elle m’attend que je puisse la trouver ! »

Il sourit, malicieusement. Mieux valait tourner ça en plaisanterie que de lui répondre que l’asile n’est pas tout à fait un lieu recommandé pour faire des rencontres.



Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Lun 2 Nov - 11:17

La jeune femme n’avait pas voulu réveiller des mauvais souvenirs alors qu’ils venaient à peine de se retrouver. Mais cela était sorti sans qu’elle n’y prenne garde sur le moment. Avouer à Axel qu’elle avait été assez gravement blessée pour refuser de repartir sur les champs de bataille n’avait pas été prémédité et la brune aurait préféré le faire plus tard, quand ils auraient commencé tous les deux à pouvoir respirer normalement. L’attitude protectrice de son frère ne la surprit pas plus que cela et Laïa sourit.

- C’est ce que je pense aussi… Ou alors, c’était devenu la normalité… On a sans doute banalisé la violence que l’on vivait… Dit-elle en haussant les épaules.

Cela n’avait plus vraiment d’importance de toute façon. Aujourd’hui, Laïa ne repartirait plus et elle allait tâcher de s’intégrer à la vie à Storybrooke. Elle avait déjà bien commencé d’ailleurs ! Grâce à son travail et au partenariat qu’elle avait réussi à monter entre la bibliothèque et le lycée. C’était là qu’elle se disait qu’elle avait trouvé sa place. Dans ce qu’elle faisait.

- Je ne repartirais plus, tu peux en être certain… Dit-elle en souriant tendrement à son frère. Et tu n’as pas intérêt à y repartir non plus… Ajouta-t-elle en le fixant dans les yeux.

Maintenant qu’il était revenu, Laïa ne le lâcherait plus. Il était bloqué avec elle dans cette ville ! Surtout maintenant qu’elle savait que quelqu’un avait voulu le faire disparaître sans avertir personne. Cela se paierait. Mais plus tard. Pour le moment, la conteuse ne souhaitait qu’une chose : profiter de la présence de son grand frère qu’elle adorait !

- Pourquoi, tu as l’impression de ne pas en manger à chaque repas ? Demanda-t-elle en haussant les sourcils. Je te rappelle que je t’ai toujours nourri quand tu étais à la maison ! Fit-elle en arborant une mine vexée. Ah ah. Ne rigole pas avec ça Axel… Je me ferais un plaisir de te rendre la pareille avec tes conquêtes si tu oses faire un truc pareil ! Le menaça-t-elle, immensément sérieuse. Au seul endroit où tu n’as pas encore eu le temps de bien chercher… Répondit-elle. Ici, à Storybrooke !

Et si cela pouvait le forcer à rester, Laïa ne s’en plaindrait pas. Mais pour le moment, ils avaient besoin de se retrouver tous les deux… Et de faire la paix avec ce qu’ils avaient subi durant leur service militaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Mer 4 Nov - 11:19



Help me breathe again
Sometimes I just want to
R U N A W A Y

Il n’avait rien répondu à sa remarque. Qu’y avait-il à répondre ? Elle avait tout à fait raison lorsqu’elle disait que tous deux –comme la plupart des militaires- avaient finalement banalisé ce qu’ils vivaient là-bas. Pourtant ce n’était pas banal. C’était des gens qui mourraient tous les jours, laissant leurs familles sans eux. C’était l’horreur même qui prenait forme. Et le pire était sans doute de se dire que cela continuait malgré leur présence ici, loin de tout. L’horreur continuait avec d’autres acteurs et d’autres spectateurs. Et le plus triste était que cela n’aurait probablement jamais de fin.

Il ne put s’empêcher de lui sourire. Malgré la tendresse dans les mots il pouvait sentir l’angoisse, la peur de sa sœur. Si elle ne voulait pas qu’il reparte, ce n’était pas par simple caprice et il pouvait le sentir. Peut-être que le fait de s’être blessée avait lancé un scénario ou lui-même le serait…Voir pire. Mais elle n’avait pas besoin de lui demander. Lui aussi en avait assez de cette vie de sang et de cris.

« Crois-moi, ce n’est pas dans mes plans. Il faut que quelqu’un prenne soin de toi ici ! » la taquina-t-il.

En vérité elle était bien capable de s’en tirer toute seule et il le savait. Mais il ne pouvait s’empêcher de la surprotéger tout de même, et elle le savait. Ils avaient vécu tellement de choses ensemble et s’étaient toujours tellement bien compris…il ne doutait pas que même sans échanger ils pouvaient se comprendre maintenant. Juste en se regardant.

« Je n’ai jamais dit que tu me nourrissais mal ! » répondit-il en prenant un air faussement vexé. « Pour une fois que je ne te visais pas toi ! Je suis blessé dans mon amour propre ! »

Il surjouait clairement, mais cela ne pouvait pas leur faire de mal à tous les deux, de rire un peu en prétendant que tout est normal.

« L’asile était visé. Je n’y ai pas bien mangé ne serait-ce qu’une seule fois ! Et pour ce qui est de mes conquêtes…Il y  a un tas d’endroits où je n’ai pas encore cherché ! La France, par exemple. Il parait que c’est pas mal, qu’est-ce que tu en penses ? »

Son esprit taquin était revenu bien rapidement. Bien sûr qu’il n’avait en aucun cas envie de partir dans un autre pays pour commencer à chercher de nouvelles conquêtes ! Mais le lui faire croire était plutôt amusant. D’autant que, même s’il ne l’avoua pas, il avait déjà cherché dans les parages. Il avait même eu une relation avec quelqu’un, mais son départ à l’armée avait tout foutu en l’air, malheureusement.




Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Mer 11 Nov - 12:39

Le frère et la sœur s’étaient plongés dans leurs propres pensées quand ils en furent venus à discuter de la banalisation qu’ils avaient dû faire concernant la violence des combats. Cela leur avait été nécessaire pour pouvoir survivre. N’empêche que ce n’était pas un comportement très reluisant une fois que l’on y pensait, loin des terres de batailles… Sans doute auraient-ils eu besoin tous les deux de parler à un psy pour mettre ça à plat. Mais il ne fallait pas compter sur Laïa pour faire un truc pareil ! Et vu ce qu’il avait vécu, Axel serait sans doute dans le même état d’esprit. Alors les deux en vinrent à se promettre de ne plus repartir.

- Oh mon dieu, c’est vrai que ferais-je si tu n’étais pas avec moi ! Lança-t-elle en souriant.

Cela lui faisait du bien de se retrouver avec son frère. Les taquineries, les blagues… Tout cela lui avait cruellement manqué, la jeune femme s’en rendait bien compte à présent. Elle avait besoin de son frère, comme lui avait besoin d’elle. Le lien qui s’était formé entre eux durant l’enfance était toujours présent et sans doute bien plus profond maintenant qu’ils avaient vécu des épreuves similaires qu’avant. La mine boudeuse d’Axel la fit sourire et lui changea les idées. Son frère avait toujours eu le chic pour la faire culpabiliser en un quart de seconde !

- Je m’excuse gros bébé ! Dit-elle en riant après avoir embrassé son frère sur la joue.

Le reste fut moins drôle, mais Axel réussit à faire en sorte de dédramatiser. N’empêche qu’entendre parler de l’asile réveillait les instincts protecteurs et meurtriers de Laïa. Lorsqu’elle tiendrait les responsables, des claques partiraient ! Et ce serait certainement le minimum de ce qu’elle ferait… La mention d’une possible conquête en France lui fit dresser l’oreille et lui fit immédiatement oublier ses plans de vengeance.

- La France hein ? Et pourquoi ne pas commencer par Storybrooke ? Lança-t-elle, taquine. De toute façon, la réputation des Françaises est très surfaite ! Dit-elle avec un vague signe de la main pour lui faire comprendre qu’il devait oublier. Par contre, les gens de l’Italie… Grrr ! Fit-elle en faisant semblant de griffer quelqu’un.

L’Italie, la brune connaissait pour y avoir été basé plusieurs fois durant ses années dans l’armée. C’était un beau pays qu’elle appréciait et qui lui manquait. Laïa y serait bien repartie avec Axel, pour qu’ils puissent se détendre tous les deux…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Mer 18 Nov - 20:42



Help me breathe again
Sometimes I just want to
R U N A W A Y

Le monde semblait beau, juste normal. Comme s’il n’avait jamais été enfermé, presque comme si la guerre n’avait pas fait partie de leur quotidien. Pourtant son ombre était là, toujours à les coller. Ils étaient là à rire comme si de rien n’était, comme s’ils n’étaient qu’un frère et une sœur qui riaient avant un bon diner. Comme s’ils ne savaient pas que le monde était en guerre, comme s’ils ignoraient tout de ce qui pouvait se dérouler sur le champ de bataille. Et pourtant ils ne pourraient pas oublier. Jamais. Juste faire comme si de rien n’était.

Il était hors de question qu’il le lui dise, parce que cela lui aurait trop fait plaisir, mais sa sœur lui avait cruellement manqué. Elle, comme tous ces moments qu’il aimait tant partager avec elle. Il le savait, la vie aurait été différente sans elle, et il ignorait très sincèrement s’il aurait été capable de faire face à tout ça sans son soutien. Dans sa vie elle avait été un tel soutien. Elle avait sans doute fait tellement plus pour lui que ce qu’elle pouvait le réaliser. Il lui avait déjà dit –à de rare fois de par sa virilité qui l’exigeait- qu’elle était importante pour lui. Mais jamais dans le détail, toujours aussi loin que possible de la réalité.

C’est avec un large sourire, le cœur très franchement réchauffé, qu’il répondit au baiser que sa sœur déposa sur sa joue. Sourire qui, d’ailleurs, s’élargit bien grand lorsqu’elle répliqua au sujet de la France. Il avait raison, cela l’avait fait tiquer. Avant qu’une moue septique ne vienne remplacer ses belles dents blanches fièrement exposées.

« Y a-t-il des histoires sur l’Italie que j’ignore ? » demanda-t-il en arquant un sourcil.

Il attrapa deux assiettes, continuant de regarder sa sœur du coin de l’œil, et y déposa les deux morceaux de viandes avant d’attraper les pommes de terre épluchées par l’ex-marine pour les mettre à leur tour dans une poêle en les coupant au préalable en rondelles afin que la cuisson soit plus rapide.

« Je doute qu’à Storybrooke je trouve mon bonheur. J’ai quand même quitté ma copine pour aller à l’armée…Ca doit pas donner bonne réputation auprès de la gente féminine…Bref, t’as faim ? » conclu-t-il en lui tendant son assiette.

Il n’avait jamais évoqué Moéa devant sa sœur avant. Il ne savait pas si elle était au courant ou non, peut-être que les rumeurs s’étaient bien assez promenées pour ça. Mais il n’avait pas vraiment envie d’évoquer le sujet maintenant et c’est justement pour ça pour qu’il avait directement enchainé avec la nourriture. Fourbe ? Peut-être mais il l’assumait pleinement !



Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Jeu 26 Nov - 11:35

Dans la famille, ils n’avaient jamais été très démonstratifs en ce qui concernait l’affection qu’ils se portaient les uns aux autres. Chacun savait que l’autre comptait énormément et cela en avait été toujours ainsi. Dans certains moments assez compliqués pour eux, alors c’était exprimé oralement, ils passaient outre cette timidité affective… Mais cela ne les avait jamais empêché de savoir comme l’autre allait. Laïa et son frère étaient traumatisés par les batailles qu’ils avaient vécues et ils le savaient parfaitement. Tout comme la brune savait parfaitement que son frère était plus touché qu’elle et que cela pourrait être plus compliqué pour lui que pour elle… Surtout avec cette histoire d’enfermement non autorisé qui ne les aidait pas à passer à autre chose… Tant qu’ils n’auraient pas le fin mot de l’histoire, les Wiliams ne seraient pas tranquilles et ne pourraient pas tourner complètement la page.

Mais en attendant, il valait mieux essayer de passer outre. Aussi Laïa avait-elle aidé son frère avec les patates tout en le taquinant sur ses conquêtes. La jeune femme fut intriguée par l’insistance qu’avait son frère à ne pas vouloir s’attaquer aux femmes de Storybrooke pour commencer… Alors forcément, parce que c’était le rôle des petites sœurs, elle parla encore et encore de Storybrooke, laissant échapper au passage que les Françaises n’étaient pas comme les femmes d’Italie… Bien qu’elle n’ait pas eu de relations avec des femmes, la conteuse avait été en permission en Italie à plusieurs reprises et avait pu observer ce charme que les Italiennes possédaient.

- Hélas non… Ce n’est pas faute d’avoir essayé pourtant. Répondit-elle en haussant les épaules.

Laïa se mit à table, en face de son frère qui commençait à s’occuper des pommes de terre. Axel lâcha alors une information dont la jeune femme se doutait depuis un moment. Cela n’avait été que des suppositions, des doutes, mais enfin, il venait d’avouer ! La première réaction de la conteuse avait été de lui crier après pour lui dire à quel point c’était un imbécile. Au final, elle s’était retenue, comprenant qu’il avait voulu protéger sa copine des mauvaises nouvelles, de l’inquiétude qui était celle de toutes les personnes liées à des soldats…

- Je me disais bien que tu avais une sale gueule dans les jours qui précédaient ton départ. Se contenta-t-elle de répondre. Je ne peux pas te dire quelle réputation ça t’a fait, j’ai rien entendu… Les gens doivent avoir peur de moi… C’est fou non ? Moi qui suis la gentillesse incarnée ! S’insurgea-t-elle.

C’était du cinéma bien sur, mais si cela pouvait aider son frère à sourire de nouveau, elle n’avait pas peur de se tourner en ridicule…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
En réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   Ven 11 Déc - 22:49

Help me breathe again
Laia & Axel
 
Il ne pouvait nier avoir été légèrement rassuré en entendant que sa sœur n’avait eu aucune aventure en Italie. Il ne fallait pas croire, lui-même était bien assez renseigné sur la question pour savoir comment se comportait les italiens avec les femmes…Et pour cause, une de ses amies avait eu une aventure relativement sérieuse avec l’un d’entre eux…ou du moins, sérieuse seulement dans un sens, et pas dans l’autre. Il se souvenait encore du visage en sang de l’homme en question après que son amie ait pleuré dans ses bras…Sombre histoire. Il n’osait même pas imaginer comment se serait retrouvé un italien qui se serait comporté comme ça avec sa sœur.

Terminant de faire réchauffer les pommes de terre, il les servies en parts égales et fit tremper la poêle dans l’eau chaude afin que son nettoyage soit plus simple –une qualité des plus rares chez un homme !- et vint finalement se placer face à sa sœur, écoutant attentivement ses mots. Il se souvenait de cette période, et effectivement il n’était pas au meilleur de sa forme. Mais que pouvait-il faire d’autre ? Laisser la distance les éloigner, la faire vivre dans la peur que son petit ami puisse prendre une balle un jour ? Peut-être n’avait-il pas été tendre à ses yeux, mais il savait que s’il ne l’avait pas fait cela aurait été pire. Et il n’aurait pas eu la conscience tranquille de faire vivre ça à quelqu’un.

« Ouais je sais je me suis regardé dans un miroir à l’époque…Mais ça valait pas la tienne, je te jure ! A croire que tu t’inquiétais pour moi ! » Ricana-t-il en s’installant à table avec elle. « C’est sûr, c’est fou…Je comprends vraiment pas pouvoir personne voulait te parler…T’as jamais tué personne pourtant ! Enfin, à Storykrooke… »

Comme s’il venait de dire la chose la plus anodine au monde, il englouti un morceau de viande en lui lançant un regard taquin. C’est fou ce qu’elle avait pu lui manquer…Et la viande aussi, d’ailleurs. Il ne tarda donc pas à en rependre un morceau !



By Phantasmagoria

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


En réalité, je suis
MessageSujet: Re: Help me breathe again. [Laïa]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Help me breathe again. [Laïa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes And Villains :: Game Over :: Archives :: Archives rp-